75
Commentaires

Trierweiler, Merah : sidérations sans effet

Ô surprise ! Il n'y aurait pas eu "d'effet Tweet".

Derniers commentaires

Je crains que ce Tweet ait eu un effet, au vu des chiffres de participation : le temps d'antenne n'est pas extensible, pas plus que les pages de la presse écrite. La couverture de cette pseudo-information s'est faite au détriment du débat de fond. pendant ce temps on ne parle pas des grecs, de la fiscalité, etc. Tout le monde a entendu parler de "l'affaire" Trierweiler, qui de l'affaire UBS ?
Le contraste que je voudrais apporter à la thèse de l'article:
les éditorialistes ont souvent, après coup, pour expliquer l'echec de Jospin en 2012, usé de l'incidence d'un fait divers d'agression largement médiatisé sur TF1 en rapport à une mauvaise prise en compte du thème de la sécurité par le candidat Jospin.
D'autre part, il a souvent été avancé lors du scrutin de 2007 que l'usage du terme de TVA sociale et de projet de taxation entre les deux tours aurait fait perdre de nombreux votes à l'UMP.
Il semble bien qu'il y ait eu un ressenti émotionnel sur ces questions à ce moment-là, mais peut-être manquons nous de critères pour apprécier dans quel mesure un évenement produit de l'émotion (celle-c- étant produite ou amplifiée ou non par les médias) et dans quel mesure celui-ci affecte la décision de vote pour un candidat? Et surtout à quel moment celà se cristallise...?Est-ce le même phénomène à chaque scrutin? ou au contraire le cerveau disponible fabrique encore de nouveaux anticorps?
Qu'il reste une part de mystère, d'inconnu d'imperméabilité et surtout de résistance au cher médias est peut-être une bonne nouvelle... Heureusement car avec tous ces sondages qui pronostiquent le résultat avant d'avoir voté...
Si on en croit D.S. et les sondages, la bouffée d'irrationel n'aura été que de courte durée . J'ai donc eu tort hier de me montrer pessimiste sur la nature humaine , me fiant trop au caractère enflammé pour pas grand chose de la multitude de commentaires d'internautes sur asi , sur mediapart (hystérie record chez les abonnés pro et surtout anti V.T. de ce site) et d'autres forums.
Les forums ,çà sert aussi à çà, fomenter des tempêtes dans un verre d'eau.
Peu de réaction d'internautes , en revanche, sur la dictée par F.H. aux grecs du bon choix électoral, le vrai scandale de la semaine, pour moi. Pas de vrai remise en question du mémorandum du Mes et du traité de stabilisation en vue,qu'importe! . Dormez en paix , bonnes gens, désormais le PS va veiller à la discrétion de la P.D.F!

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Vous dites que l’ "affaire" Trierweiler est restée sans effet ? L’effet qu’elle a eu sur moi est que j’ai décidé hier de cesser d’écouter France Inter (et je le leur ai signalé par courrier).
J'avais déjà arrêté d'écouter le 7/9 de Patrick Cohen qui, pendant la période des primaires du PS et des élections présidentielles, avait réussi à faire ses preuves dans le niveau zéro du journalisme politique.
Hier midi, avec le journal de 13 h de Claire Servajean, c'était le coup de grâce. Pour commencer son journal, Mme Servajean nous parle du baccalauréat et de la lutte contre la fraude lors des examens. C'est de saison, soit, j'accepte que cela passe en une de l'information. Deuxième sujet brûlant, le tweet de Valérie Trierweiler. Douze minutes (soit plus de 40 % du journal) pendant lesquelles nous entendons les avis éclairés d'une éminente intellectuelle, " que la gent féminine ne laisse jamais indifférente " (Geneviève de Fontenay) et le grand féministe Jacques Ségéla qui pendant presque cinq minutes d'antenne (17 % du journal) nous fait une grande et belle leçon sur " la liberté de la femme" en nous expliquant que "les femmes ont le droit d'avoir des idées" (ah bon?), qu'elles "n'ont pas à être des potiches" (ah oui ?) et qu'elles "n'ont pas besoin de porter le pantalon de leur mec" (...). À la base, ce sujet ne m'intéressait pas du tout, à cette heure-ci, il m'écœure. De Fontenay et Ségéla, France Inter est tombé bien trop bas dans mon estime pour que j'ai envie de persévérer.
Mort de Roger Garaudy à 98 ans.
Son incinération aura lieu aujourd'hui à 15 h au four crématoire de Champigny-sur-Marne.
Il n'y a pas eu d'effet Merah dans "les sondages", mais le 22 avril, le score du FN a atteint un niveau historique. La relation entre les deux événements n'est pas mesurable. Elle mérite d'être considérée, et à mon sens d'entrer dans le faisceau d'explications d'une radicalisation de l'électorat de la droite française. Le retour au premier plan de cette angoisse permanente, entretenue par des événements qui se succèdent et semblent accréditer les théories "catastrophes" du FN. Cela fait basculer quelques consciences, mobilise les convaincus, alimente le doute chez les autres.
Le parallèle avec le Tweet-weiler est intéressant. Personne ne va passer d'un vote PS à UMP à cause du Vaudeville de La Rochelle. Mais la déception est grande, et pas seulement "au sein de la bulle". Le retour de Peo-politique sous Hollande, atténue le contraste avec le prédecesseur, concentre l'attention politique sur des rivalités nulles... et démobilise à gauche. Les sondages ne le mesurent pas. Avaient-ils mesuré, en 2007, l'impact de la bourde de Borloo sur la TVA sociale ? Je ne m'en souviens pas. On verra ce que diront les urnes dimanche. Alors on pourra dire s'il y a eu effet ou non.

François-Olivier
Dire qu'il n'y a pas eu d'effet Merah me parait inexact ! Cette affaire n'a pas été profitable pour Sarkozy mais logiquement elle a renforcé le vote FN, si j'en juge des réactions entendues dans la rue sur le lieu de travail après cette affaire. C'est également ce que semblaient indiquer les derniers sondages (transferts d'intentions de vote Front de gauche sur le FN).
Le parallèle entre les deux affaires est hasardeux : choc, sidération favorisant les pulsions, et les réactions épidermiques d'un côté, amusement, étonnement, ou indifférence mais peu de réactions instinctives de l'autre.
Rendez-vous à la prochaine tentative de V. pour démolir F., tant qu'il ne parvient pas à faire disparaître l'objet de son "affection", je veux dire S. !

Quant aux assassins de tout acabit, je leur fais confiance pour continuer à nous sidérer. Heureux encore qu'on ne soit pas blasés !
dans ce grand bordel médiatique et ce bruit de fond heureusement il reste des journalistes comme vous qui savent faire des poses et lire en creux les évenements pour nous aider à en rire et parfois à déjouer leur but premier nous tromper!!
Mouais, pas d'effet, mais toute la gauche n'aura pas les 3/5ème des sièges des Parlements réunis à Versailles pour changer la Constitution...
Donc ça fait monter les enchères tout de même. Certaines encore des promesses qui ne seront pas tenues (droit de vote aux Etrangers qui payent leurs impôts en France et sont sympas depuis plus de cinq ans)
"La petite tribu écervelée de la bulle s'imagine toujours les citoyens à son image, tournoyant comme girouettes dans l'ouragan, oubliant le lendemain les vérités de la veille. (...)".

En appuyant argumentation à partir ce sondage, considérez-vous qu'il existe une exception qui confirme cette règle ?

Combien de personnes de cet échantillon vont-elles aller voter ? Quelle est l'intervalle de confiance de ce sondage ?

A travers ses choix, cet échantillon serait-il conforme aux intérêts du pays (sur un long terme) ?

Comme vous, beaucoup de Français travaillent et d'autres préoccupations dans leur vie. Contrairement à vous (à travers de votre profession), ils ne sont pas exposés au flux continu d'info ou développent une réflexion à partir des produits de l'information (ex. leurs articulations, l'architecture qui composent ce système). Il ne faut pas oublier que FH et le PS ont été aussi présentés comme des victimes dans cette histoire de tweet, comme tous les non-engagements et contradictions de NS avaient été exposés et largement diffusés.

Dans tout cela, qu'est-ce qu'un électeur retient ? En quoi un choix de vote ou celui de la majorité de ses concitoyens est-il le bon ?

Je ne vois pas en quoi un choix de vote/choix politique à un instant t indique-t-il, à cet instant, que les intérêts d'un pays/état seront réalisés ou préservés.

En quoi est-ce "rassurant" en matière de choix et gestion politique concrète et effective ? En quoi FH se distingue t-il de NS ? En quoi cela indique-t-il que FH appliquera et réalisera le programme politique de sa campagne ?

Si FH aurait essayé d'imposer son avis et de dicter à VT ses pdv dans son activité "professionnelle" (journalisme), en demandant et exigeant un cabinet (à vos frais) personnel pour gérer son courrier, cela aurait-il été "normal" ?

Par ailleurs, vous émettez des hypothèses ("si") qui restent à se vérifier dans l'avenir (d'ici quelques jours, quelques mois, quelques années). Un autre sondage, indiquait lui aussi qu'il y aurait un effet direct et ce la circonscription de La Rochelle.

Il y aussi un autre sondage qui indique ceci : http://fr.news.yahoo.com/affaire-tweet-fran%C3%A7ais-jugent-s%C3%A9v%C3%A8rement-val%C3%A9rie-trierweiler-195533747.html

Quelles seront les autres décisions politiques, économiques etc. qui seront décidées par VT, non élue dans cette république démocratique ?
En fait, ce n'est pas parce que les intentions de vote ne bougent pas au global, qu'elles ne bougent pas individuellement. Le changement peut se faire dans les deux sens, et à moins d'une enquête questionnant les gens individuellement sur ce changement, il est un peu hâtif de conclure comme Daniel Schneidermann (même s'il a vraisemblablement raison).
Je ne suis pas sûr que comparer ces 2 événements à la portée et à l'importance si différente soit très pertinent.

Comment peut-on croire qu'un événement aussi grave que la tuerie (par et) de Merah n'a aucune conséquence dans la société ? aucune influence dans les consciences, dans les opinions ? et donc indirectement sur un vote ultérieur ?
Il n'est pas surprenant que le drame de Toulouse ait à plusieurs titres sidéré les citoyens ordinaires que nous sommes.Le récit,répété et répété finit par ne plus laisser de place pour penser librement.On se projette et on est fichu,pour plusieurs jours puisqu'on devient dépendant de toute explication qui nous viendra des médias.
.Pour ce qui concerne la monumentale bourde de la compagne du président,c'est autre chose.On est médusé,balançant entre l'indignation,l'incompréhension et la franche rigolade.Le temps de réaliser que ça y est,on nous refait le coup,et bla bla et bla bla...Explications,supputations,jalousie féroce et la réflexion de la délicate Le Pen sur" l'histoire de slips."Quels que soient nos sentiments à l'égard de Ségolènr Royal,on n'a qu'une envie:couper le son,ne pas entendre la mère de Fontenay ou le vieux Séguéla pérorer sur la question...Et puisqu'il semble que ce tweet imbécile n'aura pas d'impact sur la suite -sauf pour la présidente de Poitou-Charente- ,on passe à autre chose.Et il y aura autre chose,n'en doutons pas.Merci Daniel pour cette mise au point essentielle.
Bonjour
A écouter autour de moi des admirateurs du PS, ce gazouilli a quand même du mal à passer… c'est le début du doute.
[quote=Daniel Schneidermann]Autrement dit, il reste à quelques citoyens une part de cerveau non disponible. Nouvelle plutôt rassurante.

Voilà, malgré sa "rassurante" ironie, un assez méprisant "autrement dit". Car si, comme il faut l'espérer, l'ultime sondage" se vérifiait, c'est de sens critique ou de maturité républicaine qu'il faudrait parler. Et envisager à nouveaux frais la réflexion politologique à devoir, de toutes façons, opposer aux politiciens emportements: qu'ils soient ouvertement militants, ou plus ou moins voilés médiatiquement.
Vous nous parlez de la sidération des éditocrates, mais gaudin lui il l'a dans le c...

ps: je m'auto-modère parce qu'il y a quand même sur @si des journalistes pertinents et l'esprit ouvert
Intéressant d'écouter les journaux radio (publique) : à 18 h le journal de France Culture, avec la Syrie, L'Egypte, la Grèce, puis après 1/4h une brève sur le tweet..; Puis le journal de 19 h sur France Inter, premier 1/4h sur le tweet, puis en brèves les infos nationales et internationales...
L'auditeur est client ? on le gave, oui ! Reste-t'il vraiment du "temps de cerveau disponible". Je crois que l'ère Sarkozy a déboussolé pas mal de journalistes qui devraient se reprendre un peu (relire leurs cours et les règles de déontologie).
Quand même, on y pense fugitivement : "Si ça doit être cela pendant cinq ans, à quoi bon voter ?". Mais en effet les enjeux politiques et économiques sont autrement plus importants que les états d'âme et l'attitude irresponsable d'une femme qui ferait mieux de chercher en silence quelle pourrait être sa place.
Pensaient-ils vraiment qu'un simple gazouillis allait bouleverser les citoyens, alors que des pages de témoignages sur les massacres en Syrie n'émeuvent pas grand monde.
Je retrouve Daniel avec plaisir.
(hé, après mon post de l'autre jour il faut que je fayote pour rentrer en grace!)
Et, pendant que tout le troupeau bêlant se jette avidement sur un leurre gros comme une maison avant qu'il ne se dégonfle comme la baudruche qu'il était, la vraie politique continue, avec une Marine Nodano en vraie caricature de sa caricature, qui se fait piéger bien profond par Gérald Dahan imitant le prince con saur du FN Louis Aliot...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.