9
Commentaires

Transparence : polémique entre l'ex-maire de Nice et Cash Investigation

Chiffres contre chiffres, documents contre documents. Mardi soir sur le plateau de France 2, Christian Estrosi s’est livré à un bras de fer musclé face à Elise Lucet. Ulcéré, l'ancien maire de Nice a contesté en bloc l’enquête de Cash investigation sur les dérapages financiers et le coût du stade de Nice. En cause, notamment : le contrat de partenariat public privé passé par la ville avec le géant du BTP Vinci. Mais ce contrat était-il top secret comme l’assure Cash qui dénonce l’opacité de l’opération ? Ou était-il totalement public et consultable par tous comme l’assène Estrosi ? @si a plongé dans les méandres de l’accès aux documents sensibles.

Derniers commentaires

Bof à quoi cela sert de dénoncer un système politique corrompus ?

La très grande majorité des citoyens ne veut déjà plus de ce système qui ne tient que par la propagande merdiatique de l'oligarchie financière et l'usage des forces de répression sociale du ministère du contrôle publique !
Estrosi a menti devant la caméra sur la date de mise en ligne du contrat et des annexes. Le PPP lui a permis d'annoncer aux Niçois qu'ils auraient un superbe stade sans bourse délier, dans l'immédiat. Soit, mais il n'y a pas tout blanc tout noir comme le souligne ce très bon article d'@si. Estrosi use et abuse des ficelles de communication et s'adresse d'abord à ses futurs électeurs avec un culot énorme et une agressivité sans retenue. Mais Cash Investigation cède aux facilités médiatiques autour de Lucet dont l'emblème est le dossier sous le bras qui poursuit sous le regard de la caméra un responsable qui fuit. La mise en scène de l'émission est souvent lourde et les gags tombent à plat, n'est pas drôle qui veut c'est un métier ... Pourquoi enrober l'investigation, exercice nécessaire sous la forme d'un divertissement ? "Complément d'enquête" donne des faits sans habillage.
Le direct avec Estrosi ne nous apprend rien et ne conforte que les convaincus.
Ayant lu cet article de grande qualité comme le dit si justement le commentateur ci-dessus, je pense qu'il y a une chose d'évidente : Estrosi a menti devant la caméra.
Bien entendu, le mensonge n'est pas en soi extraordinaire (on a vu Sarkozy, Cahuzac, Trump etc) et il suffit de clamer haut et fort pour que le mensonge sorte indemne, mais dans le cas présent, ce sont les Niçois qui devraient se charger de porter leur adjoint au maire devant les tribunaux pour mensonge agravé et dissimulation de malversations.
Mais là encore, la malhonnêteté n'est pas en soi extraordinaire et n'empêche pas des citoyens à soutenir un homme politique (on a vu Balkany)

Merci Manuel Vicuña d'avoir permis aussi de découvrir ou redécouvrir ce militant de la transparence qu'est Raymond Avrillier. De telles personnes devraient avoir "pignon sur média" plus souvent et méritent les remerciements de tous les citoyens.
Article de grande qualité. merci :)
Si on regarde les méta-données du PDF du contrat censé avoir été mis en ligne à la suite d'un conseil municipal de décembre 2010, le document a été créé le 21 novembre 2012 et modifié le 17 octobre 2016 (veille de l'émission).

On ne peut guère avoir plus de certitude technique sur le sujet car le site de Nice Métropole où sont publiés les documents de délibération du conseil municipal barre la route aux robots de moteurs de recherche, les empêchant de l'indexer. Donc on ne peut pas connaitre l'historique de la page à travers le temps, contrairement à beaucoup d'autres pages web.

Les dates d'édition du PDF ne confirment ni n'infirment les dires de Cash Investigation selon lesquels le contrat est apparu le 14 novembre, mais un fichier créé 2 ans après le conseil municipal a peu de chances d'être le même que celui prétendument publié en 2010, s'il a jamais existé... Il y a au moins un doute sur les manipulations qui ont eu lieu. Pourquoi retoucher un document 2 ans puis 6 ans après si ce n'est pour pouvoir lui faire refléter autre chose que ce qui a été porté à la connaissance du conseil municipal à l'origine ?
Au contraire moulaka, il s'agit d'un renforcement de la Loi au travers d'un Code. A compter du 1er janvier 2016, le code des relations entre le public et l’administration est entré en vigueur. La loi du 17 juillet 1978 et le décret du 30 décembre 2005 sont codifiés au sein du livre III de ce code.
dans le lien (https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000265304&dateTexte=vig) sur le "décret relatif à la liberté d'accès aux documents administratifs et à la réutilisation des informations publiques, pris pour l'application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978." on voit bien que la quasi totalité de celui ci à été abrogé par décret le 23 octobre 2015 !!

est ce à dire que cette loi n'est plus applicable pour tout document écrit après le 23 octobre 2015 ?
Tout contrat qui se respecte comporte des avenants, que personne ne songe à réclamer.
Et c'est dans ces détails-là que le diable se cache souvent.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.