38
Commentaires

Torture-t-on trop dans les séries télé ?

“24 et Homeland ont glorifié la torture pour une génération entière de téléspectateurs”. Quand Amnesty International lance une nouvelle campagne mondiale contre la torture, elle n’accuse pas seulement les gouvernements de ne pas avoir tenu leurs engagements 30 ans après l’adoption de la Convention contre la torture par les Nations Unies. Elle accuse aussi les… séries télé d’avoir “normalisé” l’acte de torture. Et si aujourd’hui 45% des Américains estiment que torturer est “parfois nécessaire et acceptable pour obtenir des informations susceptibles de protéger la nation”, ce serait un peu de la faute de Jack Bauer et Carrie Mathison. Amnesty International a-t-elle raison ? Les séries télé font-elles réellement l’apologie de la torture ? On est allés vérifier.

Derniers commentaires

"Torture-t-on trop?"
Déjà, pourquoi torture-t-on tant?
en ce qui concerne "homeland" c'est tout a fait vrai et d'autant plus pervers que c'est une super serie !
Les séries US reflètent de façon plus ou moins consciente la culture US, dans ce qu'elle a de bon (une grande liberté de ton par exemple) et de mauvais (une idéologie facilement manichéenne). Dans celle-ci il y a notamment une certaine culture de "l'efficacité", qui peut assez facilement aller jusqu'à l'idée que la fin justifice les moyens, et donc justifier la torture.

24 est à mons sens l'exemple type d'une série qui véhicule les valeurs néo-cons : manichéisme primaire, soi-disant supériorité morale de l'Amérique dont la perfection attise la haine des méchants obscurantistes, et donc violence jutifiée d'emblée par le fait que "on est les gentils et les méchants nous veulent du mal". Je ne mettrais évidemment pas Homeland dans le même sac, la série étant infiniment plus nuancée : dans la première saison on voit quand-même un soldat américain se retourner contre son pays, un vice-président américain bien plus haïssable que le terroriste (dont le fils a été tué par un drone américain, bavure niée par les Etats-Unis), et la CIA parcourue d'intrigues politiques et personnelles, très loin d'une image de professionalisme parfait.

Mais on retrouve aussi les valeurs conservatrices typiquement américaines dans plein de séries US plus classiques: CSI, The Good Wife, Dexter, Jericho pour ne citer que celles qui me viennent immédiatement à l'esprit. La torture dans 24 n'est que la conséquence visible (et choquante) de cet ensemble de valeurs très présentes dans la société... et renforcées par les médias, séries TV compris.
Assez curieusement j'ai l'impression que l'unique source qui me permet de me représenter ce qu'est (ou plutôt semble être) la torture est celle renvoyée par les films et les séries.
Finalement la question serait pas tant si l'on y torture trop mais plutôt si on l'y torture bien?

Les 2 questions en suspens sont son utilité pratique et les questions morales qui en découlent.
Je vous avouerai que j'ai du mal à trancher.

Au fait, j'aimerai vous conseillerai l'excellent "Prisoners" (2013) avec Jake Gyllenhaal et Hugh Jackman sur le sujet.
Ce n'est pas tant que ces séries légitiment la torture, c'est qu'elles la banalisent. Et en la banalisant, elles finissent par la légitimer :
Et si la torture permettait de sauver des milliers de gens ?
Dans un film, tout est possible. Mais avant le 11 septembre, les autorités judiciaires américaines avaient arrêté un des futurs pirates de l'air. Le seul problème, c'est que de toutes façons, elles ne savaient pas quelles questions lui poser.
Ces situations où le fait de torturer quelqu'un va sauver des milliers de gens, ça n'arrive pas dans la vraie vie. C'est une pure création scénaristique, et ça ne peut rien légitimer en soi. Seulement banaliser.

Les Américains ont torturé en Irak, c'est prouvé, et ça n'a rien changé. Ils sont partis la queue entre les jambes après avoir provoqué une catastrophe et avoir assis le pouvoir de l'Iran dans la région.
[quote=Sous titre]Amnesty International accuse 24 Heures et Homeland

[quote=2e paragraphe]
Car de séries télé il n’est nullement question dans la brochure PDF distribuée à tous les médias.

lol
Je ne peux pas parler des séries comme "24 heures" que je n'ai pas vues. J'ai vu Homeland inspiré de Hatufim la série Isarélienne, Homeland n'est qu'une pâle imitation hollyvoodienne d'Hatufim dans laquelle les scènes de torture (côté palestinien et côté israélien) sont bien plus terribles et bien plus crédibles. Une série qui montre toute la complexité de la haine mais pas que, entre Palestine et Israêl.

(Ce nest pas le sujet de la chronique). Je n'ai aucun goût pour visionner des scènes de torture même dans une série fictionnelle, mais j'ai une idée dans Hatufim de ce qui se passe entre deux communautés rivales mieux que dans nos tristes infos nationales) et sans parler évidemment des bouquins importants sur le sujet.
Voir quoi que ce soit de rationnel dans la torture, c'est manquer son essence manifestement sacrificielle.
Je suppose que la conclusion était une pique à d'autres journalistes mais au cas où ça ne l'est pas, j'aimerais apporter mon point de vue là-dessus. Jack Bauer et autres protagonistes cités représentent, dans leur contexte, des figures de l'autorité ou du combat contre le crime, pour certains points de vue, des figures morales. Le personnage principal dans la série GTA n'est rien de tout ça, c'est même plutôt une figure de la déchéance. Malgré qu'on l'incarne à la manette, ce n'est vraiment pas le type de personnage auxquelles aspirent tous les joueurs. Ou alors, il faudrait déjà avoir des antécédents de meurtres de sang-froid, d'addiction à l'argent et autres vices présents dans le jeu pour trouver dans la scène de torture quelque chose de banal.

Merde, et Reservoir Dogs et l'oreille coupée, on en parle pas ? Le cinéma veut faire de nous des meurtriers sanguinaires, honte à cette industrie !
;)
Ce n'est pas le quantitatif qui est inquiétant, c'est le qualitatif.
Et l'oubli de tout, qui sous-tend le récit.
Qui peut croire que de la torture sort la vérité? Un ignare. Mille fois la démonstration a été faite que de la torture sort le mensonge.
La peur n'évite pas le danger, la torture, la violence n'évite pas la menace, etc. Ça se structure dans l'enfance non? Instruction ou pas.
TORTURE-T-ON TROP DANS LES SÉRIES TÉLÉ ?

La réponse est dans la question, non ? Franchement, l'idée même que les "gentils" torturent "pour la bonne cause" est un truc un peu dingue.
L'autre truc un peu dingue: faire des articles là dessus plutôt que "est ce que la torture est efficace", puis, quand la réponse habituelle tombe "non, pratiquement jamais, et elle est souvent contre productive", "pourquoi le gouvernement ne condamne-t-il pas la torture (la sienne, de ses alliés". Si on peut faire un article pour s'émouvoir des prisonniers politiques des pays lointains, ne devrait on pouvoir dire à des pays plus proches de nous "votre truc, là, on trouve ça barbare et inefficace" ?
Le plus important pour la morale publique, c'est quand même qu'on ne fume pas et qu'on ne voie pas de seins nus dans ces séries américaines.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.