253
Commentaires

Théo : "La matraque télescopique, beaucoup de collègues l'ont demandée"

Une accusation de viol d’un jeune homme par un policier, avec une matraque télescopique, et se multiplient dans les médias les témoignages d’humiliations à caractère sexuel, notamment lors des contrôles d’identité. S’agit-il d’un emballement médiatique classique ou d'un vrai tabou qui se trouve brutalement levé par la seule force d’un témoignage ? Question que nous posons à nos trois invités : Camille Polloni, journaliste du site Les jours et auteure d’une série de reportages réalisés à Aulnay-sous-Bois, ville où réside Théo, le jeune homme agressé, Gaétan Alibert, secrétaire national du syndicat Sud Intérieur et Rachida Brahim, sociologue rattachée au Laboratoire Méditerranéen de Sociologie à Aix-Marseille Université et auteure d’une thèse consacrée aux crimes racistes. En fin d'émission, Mathilde Larrère revient sur l'histoire du mot "bamboula" qui, n'en déplaise au policier Luc Poignant, n'est pas une expression "convenable".

Derniers commentaires

Depuis cette affaire, on dirait que tout le monde découvre la violence policière quotidienne.
Pas seulement l'extrême violence de ce cas précis, mais la violence banale appliquée par la police, notamment dans les banlieues.

Ce qui semble étonner Daniel Schneidermann est monnaie courante pour d'autres.
Il n'y a pas forcément besoin d'appartenir à une minorité ethnique.
Je suis blanc mais ayant grandi à Meaux, à l'Est de Paris, j'ai quand même vécu ces violences ordinaires : insultes, surnoms féminins, palpations génitales, "déshabillage" (avant garde à vue), provocations telles que "t'es qu'un sale gauchiste, moi je suis d'extrême-droite et j'assume"...
Et tout ça à partir d'un contrôle en bas de chez moi, pas dans le cadre d'un rapport de force avec la police. Pas de quoi en faire un drame, mais ça amène à se poser des questions.

L'argument du racisme ne tient pas à lui-seul. Il masque le rôle plus globale de contrôle sociale qu'exerce le contrôle d'identité.
Bonjour, l'historique sur les insultes raciales me renvoie à un jeu qui cartonne chez les jeunes : "Blanc Manger Coco" (Nom d'une pâtisserie) : https://www.amazon.fr/Blanc-Manger-Coco-Jeu-dAmbiance/dp/B01LZ7SOG0

Partie proposée par de jeunes adultes lors de la soirée du nouvel an, mon amie et moi-même (40 ans) avons été choquées par ce jeu, et sommes plutôt passées pour des personnes étroites d'esprit et ringardes... Impossible de trouver des informations sur les auteurs de ce jeu, mais nous ne sommes peut-être pas très douées. Peut-être ASI pourrait-il nous apporter un éclairage sur la question ....

Merci beaucoup

H.Hervé
"La matraque télescopique, beaucoup de collègues l'ont demandée"

Ah ? et où ?
1 viol est 1 viol : c'est criminel !
ne pas tergiverser avec ça !
bamboula: je connaissais l'expression "on va faire la bamboula"
c.a.d. faire la fête ...
mais je ne suis pas d'accord sur la culture CORRECTE qui n'appelle plus 1 chat 1 chat;
le personnage sur la boîte de banania est hypersympa non ? en plus la pub c'était
"y-a-bon banania" et la plupart des gamins aimaient le banania;
s'il y en a qui voit derrière ça un personnage demeuré c'est leur problème; certainement pas
le problème de celui qui est sur la boîte de banania que je ne connais pas
et qui peut être un génie !
mouais j'ai beaucoup parlé aux flics lors des manifs contre la loi travail;
en fait les flics sont pareils que nous: il y a des violents et d'autres non; franchement, la majorité
n'est pas violente comme la majorité des français ( heureusement ) mais
il suffit qu'un leader soit violent, voilà les conséquences !
en tous les cas, il y a + de provocations: est-ce que ce sont les ordres ?
car je suis désolée lors des manifs contre la loi travail quand il y a 1 cordon de CRS qui bloque la manif
sans prétexte, n'est-ce pas 1 provocation ? est-ce 1 ordre qui vient d'en haut ?
[quote=Danielle Elisseeff]Le confucianisme met aussi en cause une certaine perception du sens de la vie pour toute créature, et considère comme une « erreur » le fait de donner une définition d'un « propre de l'homme » pour l'humanité :

Dans les faits, la position confucéenne encourage l'établissement d'une sorte de correspondance entre la manière dont une civilisation considère les animaux, et celle dont ses élites traitent les hommes réputés ordinaires, ceux qui n'ont ni la primauté du savoir, ni la primauté du pouvoir. C'est pourquoi, et quoi qu'en disent certains observateurs de la société qui tendent à considérer les rapports homme-animal comme un “non-sujet”, rien n'est, en fait, plus révélateur de ce qui peut arriver à l'homme simple dont l'État aura besoin demain, comme un prince en appétit réclame un ragoût. Si l'animal est un “non-sujet”, c'est peut-être que le même danger menace le citoyen ordinaire.

Lévi-Strauss en arrive plus ou moins aux mêmes conclusions.
[quote=Lévi-Strauss]C'est maintenant […] qu'exposant les tares d'un humanisme décidément incapable de fonder chez l'homme l'exercice de la vertu, la pensée de Rousseau peut nous aider à rejeter l'illusion dont nous sommes, hélas ! en mesure d'observer en nous-mêmes et sur nous-mêmes les funestes effets. Car n'est-ce-pas le mythe de la dignité exclusive de la nature humaine qui a fait essuyer à la nature elle-même une première mutilation, dont devrait inévitablement s'ensuivre d'autres mutilations ? On a commencé par couper l'homme de la nature, et par le constituer en règne souverain ; on a cru ainsi effacer son caractère le plus irrécusable, à savoir qu'il est d'abord un être vivant. Et en restant aveugle à cette propriété commune, on a donné champ libre à tous les abus. Jamais mieux qu'au terme des quatre derniers siècles de son histoire l'homme occidental ne put-il comprendre qu'en s'arrogeant le droit de séparer radicalement l'humanité de l'animalité, en accordant à l'une tout ce qu'il refusait à l'autre, il ouvrait un cercle maudit, et que la même frontière, constamment reculée, servirait à écarter des hommes d'autres hommes, et à revendiquer au profit de minorités toujours plus restreintes le privilège d'un humanisme corrompu aussitôt né pour avoir emprunté à l'amour-propre son principe et sa notion.

Je vous invite à visiter ces 2 liens Wikipédia.
Déshumanisation
Antispécisme

En gros il suffirait juste d'une bonne éducation et de méditation. Alors l'humanité s'élèverait au rang qu'elle mérite.
Malheureusement nôtre société néo-libéral et capitaliste est à des années lumière de ces simples concepts.
Nôtre éducation n'est là que pour faire de nous des personnes employable et nôtre vie est réduite à l'économie de marché, dominé par un marketing de plus en plus agressif.
pourquoi aucun article sur ASI sur cette news?
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/aulnay-la-famille-de-theo-a-t-elle-detourne-678-000-euros-de-subventions_1882707.html
Franchement quand on pénètre un anus ou un vagin avec n'importe quel objet c'est un viol point final. Ceux qui osent débattre de l'intention mérite un week-end forcé à la fistinière.
"Une arrestation virile" le gars à l'art de trouver les bons mots.
Famille de Théo Luhaka : une famille de "moins que rien" (selon la maman) dont 8 membres se seraient partagé 170 000 euros d'argent public.

Famille Fillon : une famille de bons bourgeois cathos qui aurait touché près de 1 000 000 d'euros d'argent public.

Famille Le Pen : une famille qui se prétend "aux mains propres" et qui aurait distribué à des proches des centaines de milliers d'euros d'argent public.

On dirait vraiment qu'en France, il suffit de soulever une pierre pour tomber sur des affaires de népotisme où des familles ont trouvé le moyen de bénéficier de l'argent public.

Corruption et favoritisme à tous les étages.

Pendant que des millions de français tirent le diable par la queue, il y a visiblement des gens qui savent y faire...
"Victime d'un viol présumé" ?
Etrange expression.
Soit le viol a eu lieu, soit il n'a pas eu lieu.
Dans le deuxième cas, de quoi "la victime" serait-elle victime ?
Ne voudrait-il pas mieux dire "victime présumée d'un viol" ?
Quand j'ai entendu parler pour la première fois de ces histoire de policier et de matraque dans le cul, j'ai d'abord cru qu'il s'agissait de la sortie d'un porno gay façon Tom Of Finland.
Ben nan, il s'agit d'un [s]censuré[/s] qui voulait prouver que les flics "c'est pas des pédales" (mais des vélos?)...
Lien nsfw
(Ah, et pis surtout ne cherchez pas sur g. image avec des mots clés comme "gay truncheon police naked" hein. Vous pourriez avoir de drôles d'usage d'une matraque (truncheon) dans le cadre des activités policières...)
Ça suffit ! Qui se fera l'avocat de ces centaines de flics enculés par des rastaquouères, et qui, par simple pudeur ou par sens du Devoir, ont caché le sang qui n'est autre que celui de l'Occident chrétien menacé par la barbarie judéo-islamique ?
Il me semble que la dimension sexuelle est évidemment présente dans une pénétration anale d'un homme sur un autre homme, quand on sait avec quelle fréquence l'insulte de "pédé" est utilisées dans le cadre des contrôles d'identité. Idem, quand dans une manif un flic menace une femme de matraque dans la chatte, s'il ne s'agit pas de "désir sexuel", il s'agit très évidemment d'humiliation à caractère sexuel. Et de torture à caractère sexuel quand la pénétration est effectivement réalisée

Je ne comprends pas ces débats entre s'agit-il d'un viol, ou d'une humiliation, ou d'un acte de torture. Les trois aspects sont présents, et certainement pas par hasard. La dimension humiliation est présente dans toute torture, la dimension sexuelle l'est souvent, elle a d'ailleurs une fonction c'est de rendre difficile pour la victime d'en parler compte tenu de la "honte" qui s'y attache. Et une autre fonction qui est d'atteindre la personne dans ce qu'elle a de plus intime et de plus précieux. Et une troisième fonction, lorsque le viol est utilisé comme arme de guerre, d'atteindre une population dans sa descendance même.

On est loin de l'histoire de Théo, mais on est bien sur la même route. Celle de la barbarie.
Gaetan Alibert est sympathique, mais il eut été plus intéressant d'avoir dans ce débat un policier de terrain ou un syndicaliste vaguement représentatif de ces policiers.
Je suis surpris que dans l'intervention de Mathilde Larrère par ailleurs intéressante personne sur ce forum n'ait réagi quand elle dit: "En fait ça commence à l’Europe moderne...l’Europe se lance dans la colonisation"
Quoi ? Il n'y aurait donc pas eu d'esclavage avant l'époque moderne ?
Pas d'esclavages des Slaves en Europe ?
Pas d'esclavage des noirs en Afrique ?
Pas d'esclavage chez les Mayas ?
Pas d'esclavage en Chine ?
Mathilde Larrère comment pouvez-vous déformer la réalité à ce point là ?
Quoi ? Il n'y aurait donc pas eu d'esclavage avant l'époque moderne ?
Mais Mathilde Larrère ne propose pas une mise en perspective de l'esclavage dans cette chronique.
Dire "En fait ça commence à l’Europe moderne..."
Ce n'est pas une mise en perspective ?
Ça n'a pas de conséquence idéologique de présenter les choses de cette manière ?
Ça n'a pas d'importance de ne rattacher l'esclavage qu’au colonialisme occidental alors qu'il a existé ailleurs et à d'autres époques ?
Ça ne modifie pas l'analyse que l'on peut en faire ?
Il me semble que le propos ici était de considérer que pour qu'il y ait racisme, il faut au préalable penser le concept de "race" ... et il est probable, mais je n'en sais rien, que ce concept n'est aps très utile ni utilisé dans une société qui n'a pas d'échange avec d'autres sociétés très différentes d'elle.

Mais Mme Larrère est présente sur le forum, le mieux serait peut-être que vous vous adressiez à elle.
Si Mme Larrère veut me répondre, c'est très bien.
L'ennui c'est que les esclaves en Europe (et ailleurs aussi) étaient souvent de la même "race" que leurs "maitres".
D'ailleurs même aux Antilles et en Amérique il y a eu beaucoup d'esclaves blancs (par exemple des Irlandais vendus aux colons des Amériques).
Je ne vais pas m'étendre plus , l'assertion "En fait ça commence à l’Europe moderne..." est une erreur et un mensonge simplificateur parce que je suis sûr que Mme Larrère en sait beaucoup plus que moi, mais elle n'utilise pas ce qu'elle sait , sans doute parce que cela aurait "très inutilement" compliqué son intervention ?
Le mieux pour communiquer avec elle est peut-être d'aller sur le forum spécifiquement consacré à sa chronique.
Le racisme commence avec la colonisation car il a fallu légitimer cette entreprise (Aimé Césaire)

https://www.franceculture.fr/emissions/les-nuits-de-france-culture/aime-cesaire-le-racisme-commence-avec-la-colonisation-car-il
Dès l'antiquité Aristote est convaincu de "l'indubitable supériorité hellénique" et que les barbares sont des peuples « naturellement voués au despotisme », c'est-à-dire à l'esclavage, de par leur infériorité intellectuelle et éthique.
À certaines périodes les mariages mixtes ont été interdits en Grèce...
Je ne parle pas des razzias arabes en Afrique noire elles aussi fondées sur le racisme.
Bref, c'est loin de l'époque moderne, non ?
Bien sûr le racisme antique était différent du racisme "moderne" mais c'était quand même du racisme.
Ne confondez pas pas un racisme basé sur un sentiment de supériorité culturelle soutenue par une concrète supériorité économique et militaire, avec un racisme basé uniquement sur les différences physiques visibles.
L'Histoire a montré que le renversement de ses supériorités concrètes renversait aussi le sens de l'esclavage.
"L'Histoire a montré que le renversement de ses supériorités concrètes renversait aussi le sens de l'esclavage."
Pouvez-vous m'expliquer cette phrase quand vous aurez le temps.
Vous pensez que le racisme, par exemple, anti noir ou anti arabe est justifié par les racistes par la couleur de la personne ?
Je pense que c'est pire, pour eux ce qui justifie le racisme ce sont les caractères associés, pour eux, à cette couleur: infériorité intellectuelle et "morale" par exemple.Pour eux l'aspect physique est le marqueur, pas la cause.
Si il n'y a pas de signes distinctifs, difficile d'associer des caracteres... c'est un peu le probleme qu'ont posé les juifs pour certains, d'une distinction trop discrete... d'ou l'etoile jaune ?

Habituellement, c'est parce qu'on se distingue qu'on commence a y accoler des caracteres (positif ou non).
D'abord, le racisme est beaucoup moins répandu qu'on le dit et qu'on le croit.
La confusion est faite entre xénophobie et racisme.
Beaucoup de comportements et de sentiments qualifiés de |racistes| ont pour origine la peur de l'étranger/l'autre; donc de la xénophobie.
Cette peur est celle de sa propre disparition. On cherche à rationaliser cette peur en cherchant des motifs.
Le premier est "ils ne sont pas comme nous". Pour le confirmer on cherche de ce qui nous différencie. Et comme pour survivre il faut être meilleurs, il faut que les différences de l'autre soient signes d'infériorité.
La couleur de la peau est à la base un signe distinctif facile. Quand la couleur n'est pas suffisante, on trouve autre chose.
Cette rationalisation peut mener à un racisme de circonstance qui se nourrit des contentieux (vrai ou faux) accumulés. Il disparait aussi quand les circonstances (retour à la prospérité) font disparaitre ses causes (peur de disparaitre)

Le vrai racisme - fort de sa supériorité intrinsèque - ignore l'autre, n'entretient pas de relation avec lui et l'élimine sans émotion, quand il l'estime nuisible pour lui.
L'époque moderne pour les historiens commence à la fin du moyen-âge. Et en Europe, le statut d'esclave au moyen-âge n'existe pas tellement, pas comme au temps des romains en tout cas.
je vous conseille cette lecture interessante
Hérodote
Merci. Là j'avoue que je perds pied. On dérive de l'escavagisme institutionnel, acté, géré, légalisé, (je cherche le bon mot avec difficulté) dont certains n'ont eu qu'à profiter, vers une condition d'esclave de fait, par une domination directe, un usage sans foi ni loi.
Les deux sont critiquables, mais je crois que pour bien les affronter, il est mieux de les distinguer, pas de les amalgamer. Car ils ne diffèrent que par cela: la manière de lutter contre.
Il y a actuellement des personnes qui sont esclaves en France et c'est différent des personnes qui étaient esclaves au 19ème siècle.
je vous cite une partie de l'article que vous n'avez pas lu:
"Les prisonniers slaves alimentent en grand nombre un commerce actif entre Venise et l'empire arabe du sud de la Méditerranée. Ils rejoignent en premier lieu la place de Verdun, en Champagne, où ils sont systématiquement émasculés (!). Un quart environ d'entre eux ne survivent pas à cette brutale mutilation. Les autres gagnent Venise puis, de là, sont embarqués vers les ports orientaux."
Dans laquelle de vos catégories mettez-vous ce "commerce" ?
les Blancs n'était pas vendu comme esclave, on les appelait des Engagés.
Ils devaient des années de travail (brutal) en échange de leur passage aux Amériques (c'était comme ça aussi pour les iles de l'Océan Indien, mais dans une moindre mesure) au bout desquelles (s'ils n'étaient pas mort - mauvais traitements, maladie) ils pouvaient avoir un lopin de terre pour devenir propriétaire terrien à leur tour.
Inutile de dire que ceux qui y arrivaient faisaient payer à leur propre engagés et surtout esclaves, toute la souffrance qu'ils avaient eux même enduré.
Mais le truc des engagés marchait moins bien que le commerce triangulaire, vu que les engagés (des blancs) avaient les moyens de se rebiffer contre leur maitres - ça restait une affaire entre blancs - et que c'était temporaire.
Je pense que votre version des "Indentured servants" est "un peu" édulcorée.
En particulier des enfants et des "nécessiteux" étaient envoyés de force et il y avait de nombreux moyens de prolonger les délais de "service".
Il y a des livres ("white cargo" par exemple) et des vidéos qui expliquent ce système.
La question de l'esclavage, la traite atlantique et autres formes ont été discuté dans ce forum pour une autre chronique, et le sujet est celui de notre héritage historique, ce qui reste actif de notre histoire dans la société, d'où vient "bamboula".
Savoir comment on dit "esclave" en Chinois ou en Maya ne va pas tellement aider à comprendre ce qui est dans nos représentations et nos langages.
D'ailleurs, ça me fait penser : un bon vieux Tarzan pourrait rappeler comment fonctionne ces mentalités dont on hérite. Même livré à la nature, un fils de Lord ne peut que devenir seigneur de la jungle et des sauvages, il a ça dans le sang...
Il n'était pas le seigneur des sauvages, mais de singes.
Il fait la loi dans le secteur, bêtes et villageois, et on peut remarquer que quand il se trouve une copine, Jane, elle ne vient pas du village d'à côté, mais de Baltimore.
Et Tarzan et Jane auraient eu un fils Jack/Korak qui aurait épousé une Meriem : née Jacot, fille d'un général français enlevée par des Arabes...
On ne mélange pas les "races", un lord Greystoke un rien basané ne serait pas le bienvenu et d'ailleurs, "Tarzan" signifie "peau blanche" en langue fictive des singes.
L'esclavage a été une chose commune. Sénèque était un esclave.
Il résultait de conflit et ou de besoin de main d’œuvre ou de principes juridiques. L'aspect commercial de la chose était secondaire.
Un prince pouvait se retrouver esclave suite à une défaite et redevenir prince sans perdre son humanité, ainsi que tous ses sujets fait prisonnier.
La particularité de l'esclavage aux Amériques est l'aspect strictement commercial et industriel ET la nécessité de la justification "scientifique" de la non-humanité ou de la sous-humanité des esclaves, devant justement le sentiment d'abjection qui se généralisait. Globalement ramener des humains au rang de bétail pour pouvoir se justifier intellectuellement d'en faire commerce.
Ça c'était nouveau!
Tout comme la théorisation "scientifique" et l'industrialisation de l'extermination de peuples par les Nazi.
Il me semble que Mathilde Larrère fait justement le chemin inverse: elle raconte comment l'exploitation coloniale était première, comment différents prétextes ont été utilisés pour la justifier, la dernière en date étant le racisme.
Les esclavages plus anciens ne s'embarrassaient pas de ce besoin de se justifier, les esclaves étaient les vaincus, et dans ce contexte guerrier, l'esclavage était (considéré comme) légitime. L'esclavage économique (je deviens esclave ou je donne mon enfant comme esclave pour payer ma dette) était, lui aussi, considéré comme légitime. La prison pour dettes, version édulcorée de cet esclavage économique, a d'ailleurs subsisté un certain temps. Comme l'usage des "prisonniers de guerre". Qui persiste.
sud police? et pourquoi pas CNT police:
https://fr-fr.facebook.com/CNTPN/
(c'est une fiction bien sur)
"La matraque télescopique peut entrer en érection"
Cher Daniel, you made my day :-D
très intéressante émission.
En tant que femme, blanche, proche de la cinquantaine, je n'ai jamais été confrontée au moindre contrôle d'identité de rue. Je n'ai jamais eu à me plaindre d'un quelconque comportement inapproprié des policiers.
Ce n'est qu'en juillet 2006, donc très récemment, que j'ai découvert la violence (physique et/ou symbolique) subit lors des contrôles au faciès, grâce à cette émission https://youtu.be/E830PpcGChQ;
J'espère que la médiatisation du viol de ce jeune homme, va permettre de modifier les comportements au sein des forces de l'ordre.Il n'est pas acceptable qu'un ministre de l'intérieur ou un premier ministre, soutiennent aveuglément des comportements hors-la-loi à des fins purement électoralistes.
Liste de joyeusetés dans la loi de sécurité publique adoptée hier :
- alignement des règles de légitime défense des policiers sur celles des gendarmes,
- doublement des peines prévues pour outrage aux forces de l’ordre, aggravation des peines pour refus d’obtempérer
- comme en matière antiterroriste, le texte rendra possible l’anonymat des enquêteurs dans certains actes de procédure
- rétablissement du délit de « consultation » de sites djihadistes

Je n'ai pas regardé qui avait voté ça, sans aucun doute les vallsistes, faudrait voir ce qu'il en est du côté de Hamon et ses amis.
Je suis surpris de la surprise de Daniel Schneidermann quant à la pratique régulière de l'humiliation sexuelle lors des contrôles d'identité. Je suis surpris car j'ai l'impression qu'on évolue dans des milieux socioculturels relativement semblables, bien que je vive en province et que j'aie grandi dans une ville de 20 000 habitants.

Pour être clair, cette jeunesse dont on parle et qui se fait abusivement contrôler, qui a comme dit Mme Jacques entre 16 et 22 ans, elle est devenue adolescente sous ou après les années Sarkozy. Après les dégâts de son passage au Ministère de l'Intérieur. Après les "racailles" et le "Kärcher".

Si on veut aller plus loin, nos sociétés occidentales ont vécu une bascule, dont on peut placer l'émergence symbolique -la visibilité- au septembre 2001. Le changement de rapport des sociétés aux individus et aux groupes identifiés comme musulmans ("religion d'apparence"), immigrés, maghrébins, arabes, etc. s'est partout exacerbé depuis ce moment, avec en France ce catalyseur terriblement efficace qu'a été Nicolas Sarkozy. Rappelez-vous : suppression de la police de proximité, interdiction de squatter les halls, les déplacements en groupe de 3 qualifiés de suspects justifiant les contrôles inopinés et systématiquement dispersés, etc, mais aussi soutien systématique aux forces de l'ordre lors des litiges avec la population. De la même manière que certains patrons se sont relâchés sur la moralité de leurs pratiques entre 2007 et 2012 (voir et creuser ici et ), certains policiers ont interprété ces nouvelles dispositions dans leurs pratiques quotidiennes.

Je me souviens des effets de cette bascule dans les rapports entre jeunes et policiers. J'ai eu 13 ans en 2002, année laquelle le futur Président de la République devient "premier flic de France". Dans ma petite ville vieillissante de l'est rural, la BAC n'a pas renforcé sa présence dans la ZUP et les patrouilles continuaient de la traverser sans trop ralentir. En revanche, la nuit a progressivement vu le centre ville se transformer en western, avec des cow-boys de la BAC au sentiment de puissance évident. Le plus ancien de la brigade a vu les parties génitales de plusieurs de mes potes et je suppose qu'ils ne sont pas les seuls. Et si les policiers "ne s'en vantent pas", les jeunes non plus, M. Schneidermann. Aucun d'entre nous n'est allé raconter ça à ses parents, ni à ses profs, ni à son médecin, ni à l'IGPN, pour des raisons multiples aussi évidentes que la dualité fierté/humiliation, le sentiment d'impuissance ("nos paroles de minos contre les leurs") et j'en passe. Ce qui peut certes expliquer cette non conscience de la chose.

On aurait pu en rester là mais Nicolas Sarkozy est devenu Président de la République. Et la nouvelle génération d'adolescents qui succède à la génération Y n'a connu que ce type de police. Et de plus en plus de jeunes policiers n'ont connu que cette police. Et de plus en plus de formateurs de police n'ont connu que cette police. Pas besoin de faire un dessin, les relations police-jeunes de quartier sont désormais ainsi définies qu'elles doivent nécessairement générer des violences.

Avoir une police "de droite" (façonnée par un gouvernement autoritaire et conservateur), a aussi transformé le rapport des individus policiers au corps police. Comme ça a été très justement relevé notamment par M. Alibert, l'individualisme sévit aussi dans la police. L'esprit de corps s'est donc transformé de "on représente et défend une institution" en "on défend nos semblables, c'est nous contre eux".

Pour en revenir à ma surprise initiale, je veux dire qu'il n'y a juste rien d'illogique à cet état de fait actuel et je m'étonne encore qu'il n'ait pas été visible à quelqu'un à qui je peux m'identifier autant que Daniel Schneidermann. Il s'inscrit pleinement dans le mouvement général des sociétés occidentales depuis les années 1990. Plus d'exclusions, plus de stigmatisations, plus de violences... La question spécifique de la sexualisation de la violence s'inscrit probablement dans celle de la société en général (à quand une émission de recul sur les conséquences de l'hypermodernité dans les médias ?), les statistiques des viols et agressions sexuelles étant malheureusement là pour nous le rappeler.

Mais la conclusion factuelle reste la même : les flics abusent (dans un sens général) des jeunes et tous les jeunes le savent. C'est tellement entré dans les mœurs que peu de jeunes n'ont pas d'a priori négatifs sur la police et les policiers. Maintenant, soit on arrive à avoir des gouvernants (les patrons des policiers) qui ont la volonté et mettent les moyens de corriger le tir, soit cela participera de plus en plus à la détérioration des rapports sociaux et à la mise en danger du pacte républicain.
Chronique de fin d'émission ratée cette fois-ci désolé. Beaucoup de banalités, lieux communs, des redites. Bref, une cata!

Concernant l'affaire Théo, je me demande si le fait qu'un seul des policiers mis en cause soit poursuivi pour viol
ne vas pas poser un problème de qualification juridique des faits. En effet, l'agression (présumée)
semble avoir été commise en réunion, un peu comme si les coups (présumés) des collègues
auraient pu servir à faire diversion pendant que le violeur présumé préparait son acte
d'intromission forcée de son objet contondant, susceptible de terrasser Théo,
sorte d'équivalent macabre d'une décharge de paralyseur (taser).
Resterait à savoir si les collègues avaient connaissance de cette technique de neutralisation pour le moins brutale.
Concernant l'argument avancé selon lequel sous prétexte qu'une arme est demandée,
elle aurait toute légitimité pour être fournie, je le trouve assez pitoyable et choquant.
Je ne vois pas ce que cela peut faire (pour être poli) que le tonfa relève d'un pan des arts martiaux.
Le combat rapproché emprunte également certaines techniques aux arts martiaux donc bon.
De mon point de vue, cette arme de catégorie D pose problème en raison de sa discrétion à l'état replié,
et de son inadéquation en tant qu'instrument de défense contres des coups de poing ou autres (contrairement au tonfa).
A ma connaissance, dans sa version nylon elle est répandue au sein de bandes rivales, hooligans etc.
et auprès de personnes cherchant à assurer leur défense personnelle lors de déplacements (ou à leur domicile)
dans des quartiers difficiles par un moyen censé être plus dissuasif que le gaz au poivre des lacrymos.
Ces matraques, à la base des bâtons d’entraînement (je résume), dans leur version acier ou aluminium
pour les connaisseurs sont extrêmement dangereuses, un peu comme vous vous saisissiez
d'un pied de biche ou d'un tube de fer pour éviter de vous faire dépouiller de vos affaires,
alors même que votre vie n'est pas menacée.
Dés les premières minutes de l’émission, une question " pourquoi cette "affaire" a prit tout de suite de l'importance dans les médias, chez les politiques" Nous sommes en campagne électorale, avant toute campagne il y a toujours un fait sur l’insécurité, sur la violence qui vient se greffer.....bizarre non....à qui profite cette ambiance ....devinez.....!!!!!
Là je vous avoue que je suis tombé du camion. J’apprends donc qu’en matière jurisprudentielle une pénétration anale pourrait revêtir selon nos amis juges de la Cour de Cassation criminelle une seule intention d’humiliation. Donc la justice admet donc que l’on peut pénétrer analement un homme simplement pour l’humilier et ne pas vouloir le violer.
Or mais peut être me trompe-je, il me semble que l'humiliation et donc la domination fait intrinsèquement partie du viol. Cette question révèle beaucoup plus que le viol de Théo, la question du désir de soumission par un corps d'État d'une partie de la population, de, comme le pointait une tribune dans Libération, le désire d'enlever toute virilité aux jeunes des quartiers et donc bien sûr d'être dans une intention sexuelle et enfin l'homophobie latente de la société.
Bref le viol de Théo montre encore une fois que La France vit dans un système globalement raciste, homophobe et patriarcal.
Alors pour nombre d'entre vous, si un objet est enfoncé dans l'anus ya pas viol présumé, tant que l'agresseur présumé n'a pas de volonté sexuelle???

Et le point de vue de la victime présumée dans tout ça, quid lorsqu'elle se déclare violée? Pas un mot?

Donc la journaliste elle, j'imagine qu'en recherchant ses propres articles sur des affaires de femmes violée, on ne retrouvera jamais au grand jamais ce terme de victime violée, qu'une fois la justice délivrée, c'est à dire dans 2% des cas, si l'on croit l'article sur le viol de Bastamag:
En France Moins de 2% des affaires de viols aboutissent à une condamnation

Et personne, hormis la sociologue, n'attaque cette journaliste fermement sur ce point?
C'est pourtant toute la rhétorique typique des cas de viols que l'on retrouve à cette table. Et puis, vite, on tente d'évacuer la question....Puis non zut, la sociologue tente de remettre ce point capital sur la table. Vite, évacuer encore en digressant sur les autres formes de violences à caractère sexuel que l'on a décrit comme harcèlement sexuel dans son journal . Et donc tout est pardonné..passons à un autre sujet que celui de nommer un viol en tant que viol.

Et Daniel qui interrompt rudement (trop, comme d'hab quoi) Anne Sophie parce que seuls les fait ont d'importance..

Une émission que j'ai trouvé dégueulasse pour ma part et pour la première fois dans l'histoire d'ASI.
DS dit à plusieurs reprises que le terme "viril" a une connotation positive, de même que le terme "musclé".

Malheureusement, vu les contextes de violence (policière ou sportive) dans lesquels ces termes sont très souvent utilisés par les médias, ils connotent de plus en plus la brutalité masculine bas de plafond à laquelle ils renvoient dans ces contextes précis.

À force, "viril" ou "musclé" n'a plus grand chose de positif à mes yeux. Ça veut juste dire "brute épaisse".

Voilà comment les médias dénaturent le sens d'un mot, juste pour le confort (lâche et corporatiste, en l'occurrence) de l'euphémisme.

Le mot à utiliser, ce n'est pas "viril" ni "musclé", c'est "BRUTAL". Arrestation brutale, match brutal, équipe de foot brutale.
En effet, pas de trace de jésuitisme sepùlvedien dans wikipédia mais en revanche souvenons-nous qu'à propos de la controverse de Valladolid nous avons eu l'excellente contribution de Jean-Claude Carrière au travers d'un roman: [https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Controverse_de_Valladolid] et aussi d'un téléfilm de belle tenue (Marielle-Las Casa, Trintignant-Sepùlveda, Carmet-Roncieri, légat du pape): [https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Controverse_de_Valladolid_(t%C3%A9l%C3%A9film)].

Nous avons eu là une bonne émission n'est-ce pas? La présence et les propos de Gaétan Alibert sont vraiment réjouissants et l'on aimerait voir plus souvent sur les plateaux-TV et dans les studios des radios des syndicalistes de cette sensibilité. Saluons aussi la sobriété et la justesse de Camille Polloni. En revanche, Rachida Brahim, effectivement transparente, est bien l'erreur de casting du jour.
37''18
Le syncaliste policier parlant des matraques:
"on peut imaginer que certains collègues ... y collent un imaginaire qui soit différent de l'usage normé de l'arme, mais ça, ça a jamais été exprimé publiquement par des collègues"

Pourtant environ 1 minute avant à 35''53 on a une manifestante qui témoigne du contraire en expliquant qu'un policier provoquait en faisant mine de branler sa matraque...
Sepulveda, jésuite ? Une source quelque part Mathilde s'il vous plaît ?
Emission de haute tenue. Merci aux intervenants et à @si.
Pendant l'évacuation violente de la ZAD de Sivens en mars 2015 on a pu enregistrer aussi de nombreuses insultes à caractère sexuel ou misogyne:
ex : un GM à une jeune militante de 17 ans environ :
"Tu vois ce tonfa, je vais le foutre dans ta chatte", etc
Que ce soit une matraque téléscopique ou un tonfa, ça ne change rien à l'imaginaire viriliste!
D'autre part, le racisme, la misogynie, le machisme se nourrissent les uns les autres et s'alimentent aussi à la haine du "pauvre", du "jeune", du "marginal anti-système".
Bref à la CONNERIE pour appeler à un moment les choses par leur nom ET pour sortir des subtilités sémantiques !!
Minute 53 , c'est le cœur , à mon sens du problème , la disparition de la distanciation ... ne serait elle pas le signe d'une certaine forme d'impuissance à justifier le rôle d'une police utilisée comme outil , essentiellement répressif , d'un état fragilisé par l'impossibilité de résoudre une fois pour toute les inégalités qu'il engendre ?

...pour imager , une police prise entre marteau (exigence d'ordre) et enclume (colère sociale)...
Je ne suis pas un expert juridique (du tout même) mais je tique un peu sur la raison donnée par Camille Polloni pour ne pas utiliser le terme « viol présumé ».
Le système juridique français n’est pas le système américain, et l’importance de la jurisprudence y a une importance considérablement moindre (voire inexistante).

(cf. https://fr.wikipedia.org/wiki/Jurisprudence )
Le "pourquoi" psychologique me fait inévitablement penser à l'Expérience de Standford et autre Milgram!

https://le-cercle-psy.scienceshumaines.com/la-prison-de-stanford-40-ans-apres_sh_27720
Depuis le début de l'émission je n'arrête pas de me dire que Théo est Monsieur Théo-et-un-nom-de-famille.
Et que l'appeler comme ça, c'est condescendant.
C'est le mettre d'office dans une position d'infériorité.
Théo est un gamin ? Pas un homme violenté par d'autres hommes?
Que "lémédias" le fassent ne me surprend pas, je regrette que ça arrive dans une émission d'ASI.
Mais je ne suis qu'à 24 minutes et si ça se trouve, quelqu'un réagira à ce propos.
La question des moyens que pose un des reportages que vous diffusez est mal posée. Les moyens, ce n'est pas seulement le manque d'effectif, cinq poste là où il en faudrait dix. C'est aussi, même dans le cas idyllique où on aurait les dix postes, quels personnels on met dans ces postes.
Désolé de ne parler que de ce que je connais le mieux, mais ce qui se dit sur votre plateau me fait furieusement penser à ce qui se passe dans le milieu que je fréquente professionnellement, l'éducation nationale. Dans les quartiers dits sensibles, police ou éducation nationale, c'est même combat au niveau de la gestion institutionnelle. Qui arrive de manière trop majoritaire dans les collèges de banlieue que personne ne demande? Des jeunes gens, qui connaissent souvent un double déracinement. Déracinement géographique d'abord. En général, les jeunes collègues doivent quitter leur province d'origine pour être mutés dans les académies dites déficitaires (Créteil, Saint-Denis). Une salle des profs dans les zones sensibles de Seine-Saint-Denis ou du Val-de-Marne est un lieu aux accents chantant du sud de la France bien souvent. Déracinement social ensuite. Des jeunes gens à bac plus cinq ne proviennent pas des milieux sociaux dans lesquels on va les envoyer en masse pour leur premier poste.
Ce double décalage, social et géographique, entraine bien souvent une fragilisation psychologique. Et nos établissements difficiles sont des lieux où au contraire il faudrait être très solide psychologiquement pour pouvoir encaisser toute la violence sociale qui nous saute à la gueule quand on y travaille (fort taux de chômage, fort taux de pauvreté, de familles explosées, de pauvreté de vocabulaire etc...). Et bien sûr cette violence sociale et symbolique que crée l'institution par son discours lénifiant tellement déconnecté des réalités et dont les élèves ne sont pas dupes finit par se traduire par de la violence physique ou verbale à l'encontre des enseignants. Et en général, comme pour les policiers dont parlent vos invités sur le plateau, bien souvent cette violence physique ou verbale n'est pas directement adressée en tant que personne au prof, mais à l'institution et à l'Etat que le prof incarne.
Or pour ne pas prendre pour soi cette violence, il faut pouvoir prendre du recul, grâce à un peu de culture et à une situation de sécurité psychologique. Or justement nos jeunes collègues étant doublement déracinés comme je l'ai dit auparavant et ayant une formation outre que disciplinaire totalement déconnectée des réalités du terrain ne sont pas dans les conditions psychologiques leur permettant d'affronter avec le plus de recul ces situations difficiles. Conséquence? Fort taux de dépression, de pétage de plomb et de pleurs ou hurlement en salle des profs. D'où des absences plus abondantes dans ces zones sensibles qu'ailleurs. Et pas de remplacement bien souvent, ou des remplacements par des vacataires qui peuvent être plein de bonne volonté dans le meilleur des cas, mais souvent pas formés. D'où une efficacité du service public de l'éducation pas à la hauteur, et de la rancoeur des usagers (parents et élèves) à l'égard d'une institution dont on a l'impression qu'elle ne répond pas à ses missions quand elle ne vous témoigne pas d'un mépris certain.
Donc au-delà du dysfonctionnement personnel de tel ou tel agent, il y a un dysfonctionnement structurel de l'institution, et donc du politique qui régit l'institution, en créant les situations propices à l'épanouissement du dysfonctionnement personnel. La différence entre les policiers et les profs est que ces derniers ne disposant pas de l'usage légal et légitime de la violence retourne par la dépression cette violence contre eux (= dépression) alors que les policiers, au-delà des éventuels cas de sadismes individuels qui peuvent exister comme dans tout groupe humain constitué et qui doivent être punis en tant que tel, et donc au-delà de l'affaire Théo, peuvent retourner cette violence contre le public, en abusant de leur droit à la violence.
Mais la responsabilité du politique qui crée par sa gestion de l'institution la possibilité de dérapages individuel est structurelle, et donc bien plus importante que la responsabilité individuelle du type mis en situation de fragilisation personnelle pouvant le pousser à la faute.
Ses dérives ne sont-elles pas non plus le fait de l'état d'urgence ?
A lire sur Reporterre :
https://reporterre.net/NnoMan-Cadoret-La-violence-policiere-ne-peut-entrainer-que-de-la-violence

Je crois que les policiers frontistes multiplient les provocations et les violences pour déclencher des émeutes dont ils espèrent qu'elles permettront l'élection de Le Pen.
Mathilde est vraiment top niveau ! Merci. C'est le cadeau de dernière heure à ne pas rater.
Très bonne émission.
Le flic de service sur le plateau est aussi très bon.Assez différent de ses collègueuhhhhh, ouf ! et c'est un euphémisme. Enfin, je ne suis pas partisane non plus d'un racisme anti-flic, style bamboula-flic tambour battant....ah ah ah.
Merci Mathilde de nous rappeler l'histoire.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.