72
Commentaires

TF1 : tout va bien

Un seul bouton vous manque...Ah, il a bonne mine, le matinaute

Derniers commentaires

J'en avais marre de Pujadas, je regarde donc TF1, le soir où il y avait Ségolene Royale... Laurence Ferrari lui a posé trois fois la question : vous appelez les jeunes à manifester, chaque fois Ségolene Royale a répondu qu'ils étaient assez grand pour savoir eux-mêmes ce qu'ils avaient à faire, et à la 3e fois elle ajoute s'ils le font qu'ils le fassent pacifiquement...
C'est l'UMP qui instrumentalise les jeunes, pas l'inverse... Et le comble ce matin sur France Inter la petite phrase assassine, "Chaque fois qe Martine Aubry n'est pas Ségolène Royale en profite pour créer l'événement ! Trop c'est trop ! Je n'arrive plus à suivre les informations en dehors du journal de ARTE... Cette déformation constante des propos des uns et des autres, cette reprise simpliste en boucle de propose hors contexte... Allons nous devoir subir tout ce ramdam jusqu'en 2012 ?
Voici Jean-Michel Aphatie prompt à défendre la veuve-interviewer et l'orphelin-éditorialiste par ici
Et Bruno Roger-Petit de publier sur Le Post ceci
A suivre...
A propos de la télé, un article intéressant :

France télévisions en monochrome

Extraits :

Mais la « pernauïsation » de l’info guette l’ensemble des JT, et notamment ceux du « service public ». Il suffit de voir le nombre d’images d’archives en noir et blanc utilisées par le journal de 20 heures sur France 2 pour s’en rendre compte. Ça se veut « pédago » (« Mais coco, c’est normal, les Français sont cons, et puis, il faut bien éduquer les jeunes »), mais de plus en plus, ça ressemble aux actualités d’avant guerre façon Pathé, qu’on regardait sur La Sept Arte dans l’émission culte « Histoire Parallèle » du grand historien Marc Ferro.

Sauf que là, on est en 2010, et que ce n’est pas une émission historique. Mais, « coco », il est toujours plus facile de rechercher des images d’archives plutôt que d’apporter une vraie analyse aux téléspectateurs, sans parler d’info tout court, en dehors des sacro-saintes dépêches AFP. Il ne faudrait surtout pas prendre de risques ou se fatiguer…


Et sur les "témoins" de la réalité de la France, comment les journaleux font l'info, notamment sur les banlieues :

Depuis des années, le traitement médiatique de nos chères « banlieues » est juste affligeant. Anecdote: pour rechercher des « témoins » issus des quartiers « sensibles », Arlette Chabot, ancienne directrice de l’information de France 2, puis de France Télévisions, avait convoqué un jour Dominique Le Glou, rédacteur en chef au service des sports de la chaîne, juste parce que ce dernier est originaire de Seine-Saint Denis, et y a habité jusqu’à encore très récemment !

Preuve manifeste de la distance sociale écrasante qui existe entre une élite politico-médiatique enfermée dans le triangle – Neuilly (M6), Boulogne (TF1, Canal+), 15e arrondissement (France Télévisions) –, véritable ghetto télévisuel, et la grande majorité de la population de la capitale. Il est vrai que les stagiaires de la rédaction viennent rarement du 93… mais plutôt d’écoles de journalisme socialement endogames (filles et fils de profs, de cadres, de hauts fonctionnaires…). Les enfants de diplomates ou de ministres profitent également des passe droits de papa maman pour pouvoir faire mumuse devant les caméras.. Vous n’avez pas remarqué le nombre de jeunes journalistes à la télé qui jouissent aujourd’hui d’un nom à particule ? Sans parler des « filles et fils de ».


Une info "nationaliste" :

Dans le même temps – à part peut-être lors de l’époque Sérillon – les infos sur les chaînes publiques ont depuis longtemps abandonné le terrain de l’international ou de l’Europe. Les correspondants sont sous-utilisés. Ces dernières années, les heureux nommés ne connaissent souvent que très superficiellement les pays qu’ils sont chargés de couvrir, à de rares exceptions près – Charles Enderlin en Israël, Phlippe Rochot en Chine, ou Dominique Derda en Afrique, mais que dire de Jacques Cardoze à Londres, de Maryse Burgot à Washington ou d’Arnaud Boutet à Berlin… – et les envoyés spéciaux n’ont que rarement les moyens pour partir longtemps en reportage.

Exemple: les manifestations en Iran au printemps dernier n’ont pu être couvertes sur place, car l’envoyé spécial présent là-bas est revenu à peine quelques jours avant le début des événements. Autre symbole: à peine 1 minute 30 a été consacrée par Pujadas au discours du Caire du Président Obama, mais toutes les équipes de reportage ont été réquisitionnées durant une journée entère pour couvrir sa courte visite en France, tout ça pour faire mousser « super Sarko ». Ou alors en période de championnats du monde ou de JO, on passe de longues minutes sur les médailles tricolores… ou la « grève » de joueurs de foot.


Etc...

Le pire, c'est que cet article ne parle pas des chaînes privées, mais du service public ...
Bon, on va commencer à être nombreux... Moi, j'ai été obligé de zapper entre TMC, RTL et Europe 1 le midi : je ne me rappelle pas un tel assaut de propagande antigrève, avec la présidente de la PEEP sur Europe 1, après Morandini qui agressait les grévistes irresponsables et RL qui mettait sur le gril un jeune syndicaliste lycéen. C'était exemplaire et grandiose : la pravda n'est pas que dans la presse écrite !
Quelle que soit la vérité ultime à propos de TF1, personne n'est obligé de la regarder, et pourtant la majorité des gens la regardent.

Alors on peut leur reprocher ce qu'on veut, corruption, accointances avec tous les politiques qui ont besoin de soutiens divers et variés, surtout de droite, démagogie, manipulation en faveur de ceux dont ils sont certains que la concession leur sera maintenue....
Il reste que c'est la chaîne la plus regardée d'Europe.
On peut toujours hurler sur TF1, ça ne changera rien à la réalité.

Le problème est ailleurs. Je ne sais pas où, mais il est ailleurs...
de vrais laquais n'est ce pas ?

Comme je le disais l'autre jour, je vous recommande RMC. Au moins la bas, lorsqu'on évoque Trotsky, on fait en fait référence au joueur de tennis. Du coup c'est peinard pour l'activité neuronale comme radio et on vous fiche la paix avec la réalité.
>>Vous m'auriez vu, lisant le journal. Quelques jurons, je l'avoue, m'échappèrent. "S..." "L..." "L..." C'est bien simple, je n'ose même pas les répéter ici.

Si vous êtes autant choqué par la désinformation touchant un sujet que vous connaissez assez, dîtes-vous que c'est exactement la même manipulation sur les sujets qui concernent l'économie ou le social.
Les journalistes du Monde et de Libération sont encore pires que ceux du Figaro car ils avancent masqués (enfin, à peine, on les reconnait bien vite quand on a pris l'habitude de s'informer sur le net).

Ca me fait penser qu'il y avait Michel Noblecourt hier chez le gros Cavli (Mots Croisés). Je ne connaissais pas cet éditorialiste du Monde, "hé bé je me disais en le voyant éclairer les masses de son lumineux savoir, je ne vois vraiment pas ce qui fait baliser Sarko dans cette affaire de reprise du Monde", ce gars aurait pu passer pour un membre de l'UMP sans aucun problème.
France inter en grève assure grave de la playlist, et tous ça sans pub !

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

J'ai essayé de faire comme notre chroniqueur matutinal, je me suis branché pour quelques infos sur RTL.

Aie aie aie... Noyées dans la pub, les désinfos. Avec quelques pépites d'auditeurs en colère contre ces salauds de pauvres qui manifestent et ne représentent rien qu'eux même (c'est à dire moins que rien, bien sûr).

Et les deux présentateurs mettant à la question un représentant de syndicat lycéen. Celui ci attaque, bille en tête, "nous sommes concernés, ce sont nos emplois et nos retraites de demain qui se décident aujourd'hui". Un vrai discours politique, mais nos deux journalistes voulaient faire sortir le lait de sa mère du nez du jeunot : "Mais ça vous fait quoi de défiler avec les grands, les politiques les syndicalistes, Thibaut, Chérèque etc... vous êtes ému ?"

Au milieu de tout ça une chroniquette d'Agnès Bonfillon, transfuge d'Inter... La pauvre, à sa place j'aurais honte d'en être réduite à ça... - un papier sur un sujet que n'auraient pas renié Morandini ou Courbet ! Elle n'a pas trouvé le bon filon. (surfacturation EDF d'une Mamie charentaise)
Et les Elkabbie et autres Aphatach , quand est-ce qu'ils vont gicler ? Ah pas tout de suite ? Ah oui , parce que le gouvernement ne cèdera pas non plus les concernant ?
Allons allons... ça fait des années que les politiques et les tyranneaux de département (à l'instar des "annonceurs") prennent la presse écrite, la radio et la télé pour des instruments de propagande à contrôler sévèrement. Les cocos, De Gaulle, Françoué Mitterrand, le Nain Jaune et Mélenchon aujourd'hui n'ont jamais considéré (et ne considèrent pas) les journalistes autrement que comme des brosses à reluire. ça ne va pas s'arranger avec le formatage désormais dévolu à Sciences Po. Soyez raisonnables, Daniel, et vous aussi amis d'@SI... votre tâche est immense. Bon courage. Les cris d'orfraie poussés par les professionnels de la profession (style Pujada ou El Kabach ou la Chabot - si elle crie encore) me font drôlement rigoler.
On parlait des périphériques ici-même pas plus tard qu'hier, la grève donne l'occasion de vérifier. Cascades de pubs braillardes, sondages express à la noix, débits hachés, rafales de micro-trottoirs. A ce propos sur RMC ce matin, révélateur : on tend le micro à deux étudiantes anti-grève, commentaire de Bourdin en suivant, "en effet, ça ne prend pas." La vérité en deux prises de son, trop fort. Après ça, plus de la moitié des sondés (volontaires par téléphone) se prononçait pour la limitation du droit de grève. Qui manipule qui ?
De toutes façons on est foutus. Le pouvoir à la mainmise sur les médias (presse télé radio) en vue des prochaines élections (cf prochain rachat du Parisien par Dassault...) Les journalistes sont à la botte. Internet sera muselé, en tout cas décrédibilisé par le pouvoir en place. Et les veaux iront voter...
Vous allez voir les chiffres des manifestants ce soir...
J'entendais une collègue hier parler de la dette publique : mais si, c'est la faute à Mitterrand, ils l'ont dit dans une émission sur M6... voilà le niveau de conscience politique de la plupart de nos concitoyens.
Bien sûr on vient se réconforter sur Mediapart et @si, entre contestataires, mais combien sommes nous ? Si peu...
Grosse colère et gros découragement !
Pour rire jaune (c'est le cas de le dire) une vidéo détournée : La France vue par les Chinois... Tellement vrai !
http://www.youtube.com/watch?v=mSSuaz3imXg
C'est drôle de lire un article du 08/10, mis à jour le 10/10, sur le spéléologue avec le déroulé des recherches depuis le début, où il y a un blanc à la place de l'épisode où on avait signalé des signes de vie (le post).
J'ai lu un livre de SF où les articles de journaux imprimés fluctuaient ainsi..
France inter, c'est Val, france télé. Pfimlin, on attend le remplacement de Clément sur Arte.
Donc méfiance grandissante lorsque je suis sur ces ondes.
Bien à vous
Je suis tombé sur Elkabach et j'ai coupé aux premiers mots du meilleur intervieweur de france.

Je ne sais s'il aurait eu une opposition semblable avec Woerth, mais son ton m'a semblé pour le moins orienté, et surtout très méprisant.

Finalement, c'est pas si mal Cohen (sauf quand il invite Tapie).

C'est le mérite de la grève de finalement valoriser par comparaison le service public.
Agression sexuelle contre mort du spéléo : rien à dire, on a le choix. De la même manière qu'on a le choix d'entendre Elkabbach expliquer à Guigou que les manifs ne servent à rien, puisque le gouvernement ne reculera pas, ou Aphatie interpeller Ayrault sur l'utilité des manifs, puisque le gouvernement tiendra bon.


y avait Mélenchon sur Rmc
Agression sexuelle contre mort du spéléo : rien à dire, on a le choix. De la même manière qu'on a le choix d'entendre Elkabbach expliquer à Guigou que les manifs ne servent à rien, puisque le gouvernement ne reculera pas, ou Aphatie interpeller Ayrault sur l'utilité des manifs, puisque le gouvernement tiendra bon.

Joliment dit.
Comme vous je rapproche aussi cette affaire de "l'affaire Peillon" (dont Acrimed parlait très bien : même sur Canal, voire surtout sur Canal, on protège les puissants maintenant) ou encore de la façon dont la télévision se plaint de la "violence" des interruptions en direct, alors qu'elle ne parle pas de sa propre violence dans l'ordre symbolique et politique du discours, une violence à mon avis beaucoup plus grave, et aux dégâts bien plus considérables.

"De l'avis général (CSA, journalistes, experts consultés) tout va bien."
C'est sérieux ? Ils sont allés demander à Michel Boyon son avis ? Ont-ils souligné qu'il était directeur de cabinet de Léotard en 1986, chargé de mission par Raffarin pour la TNT en 2001-2003, et directeur de cabinet du même en 2003-2005 ? Le Monde, un temps de centre-gauche, est vraiment de centre-droit...

Un problème avec cette : je ne regarde pas la télévision, que je n'ai pas, sauf sur internet quand on me signale une excellente émission (comme celle de France 2 je crois sur Woerth-Bettencourt avec Monique Pinçon-Charlot interviewée longuement - un écho de votre part aurait été bien) ou au contraire une si scandaleuse qu'elle devient intéressante ; je n'écoute pas la radio, sauf sur internet, Mermet et quelques émissions de France Culture ou France Inter ; je ne lis que Le Monde Diplomatique, le Courrier International, le Canard... bref, ma critique devient essentiellement de seconde main ! Mais mon cerveau est sauf.
D'ailleurs jetant un oeil hier sur le Figaro de mon voisin, je vois ce beau titre en deuxième page : "Le fantôme de Mitterrand hante toujours le PS". Il y aurait tant à dire, d'abord sur le respect de la droite envers les morts de la gauche ; ensuite sur l'utilité d'un tel article la veille d'une mobilisation sociale ; enfin sur le fond...
Idem pour le silence autour de Maurice Allais, sans doute par peur de se voir qualifier de pro-FN qui dit être le seul à avoir compris et repris sa pensée. Il n'y a que L'Humanité qui a osé, sur son site, laisser un article intéressant en Une. Devoir faire confiance aux communistes pour l'information, mon général ! Un comble !


ps : Daniel, en passant, vous avez oublié les espaces typographiques avant les points d'exclamation dans votre premier paragraphe, et l'accent circonflexe à "Ô affres".
pps : bonne manifestation à tous =).
Très bonne musique sur France Culture :-)
Tiens! il y a encore du monde qui écoute France Inter ! Je pensais qu'on avait tous migré vers France Culture (à quand les premiers verdicts média-métrique ?)
Des jurons en "L..."? Daniel, vous me posez une colle, là.
Lépidoptère? Logarithme? Loup-garou à la graisse de renoncule?
Le lien vers l'émission d'I-tele est intéressant. On voit la force du corporatisme chez les journalistes (de tous bords). Même celui qui se comporte comme un salaud, on le défend, on a pas le droit d'émettre une critique (ça ne date pas d'hier, ni de Mélenchon d'ailleurs)

Au nom de la liberté de la presse, le journaliste est une sorte d'intouchable (pas au sens indien, bien sûr) mais qu'en est il quand le journaliste sort du cadre de sa profession, ne respecte pas la déontologie (qui est censée le rendre intouchable, justement). Là il perd sa protection et devient critiquable.

C'est exactement ce que reproche Mélenchon à Pujadas (et on pourrait en citer tant d'autres....) Mais alors, haro des confrères sur le critique qui ose toucher à la profession sacrée, aux vestales de l'information.

Que les vestales respectent leur rôle sacré et alors elles seront respectées. Elle perdent leur virginité, elle sont précipitées du haut de la roche Tarpéienne.

On peut se demander pourquoi Arrêt sur Images a été évacuée de la télé ??? Elle osait porter un regard critique sur la profession... (On ne se le demande pas, c'est juste un petit rappel...)
À propos de publicité, je trouve qu'il y en trop aussi sur France Inter et surtout qu'elles ressemblent de plus en plus, par le ton, les fonds musicaux, la diction ...etc ..., aux pubs des autres radios. Ça m'énerve.
Choc de culture. France Culture en grève, moi, ce matin, j'ai osé BFM.

Chez BFM, on rigole beaucoup à propos de la grève. C'est une tradition, on entend très fort le sous-entendu "archaïque" et on se sent tout à coup appartenir à une tribu d'indigènes retardés, on nous ressort que ça fait 60 ans que ça dure la grève contre les lois sur les retraites, peu importe lesquelles, la pénibilité oubliée, on parle de ces drôles de Français qui sont les seuls, LES SEULS, à faire grève comme ça pour s'opposer à des lois.

On cite Rocard qui prévenait que les lois sur la retraite sont un coup à faire sauter trois gouvernements. On parle de la loi sans anicroche de Balladur, dont le ministre du budget était Sarkozy (sous-texte : ah le bon temps de Balladur au pouvoir avec Sarkozy au budget). Puis on parle de 1995 pour donner raison à Rocard.

Pas un mot sur notre absence totale de sens de la négociation en France que ce soit au niveau politique ou de gouvernance d'entreprise, ou de la façon dont ce gouvernement nous prend pour des gogos.

BFM est une radio moderne, offre des formations gratuites de traders, nous explique les mutations du secteur pharmaceutique, on a viré le patron d'IPSEN, c'est le seul licenciement dont ils acceptent de parler. Un choc, il était aux manettes depuis 9 ans, vous vous rendez compte. Et l'action avait perdu 30% depuis le début de l'année.

Et on a droit en guise de pause à une méga-pub pour l'achat de vin, parce que le vin, c'est culturel chez les jeunes pdg dynamiques, ils pratiquent tous l'oenologie (dire énologie, ça fait branché).

Y a pas à dire, BFM, c'est la seule radio qu'a jamais entendu parler de la crise.

http://anthropia.blogg.org
Là où vous vous trompez Daniel c'est que l'inconditionnel de France Inter ne cherche même pas autre chose (et surtout pas RTL ou Europe ) il se résigne à écouter la musique de remplacement (bien ou mal choisie) qu'importe ! il se console en se disant que la grève est suivie...

Sur l'affaire Mélenchon on m'a transmis hier un papier de Revel de L'express qui allait dans le même sens que celui du Monde : "cet homme ne représente que lui, il faut lui couper les micros" ou quelque chose du genre... Affligeant !
Daniel, des fois je ne vous trouve pas raisonnable, comment allez vous faire pour retrouver du boulot en cas de coup dur si vous vous fâchez avec tout le monde ? ;-)
matinaute sur france musique, tout va bien!
A force va bien falloir en parler de ce documentaire de Carles avec toute les polémiques qu'il lève sans même avoir encore été diffusé..
Allez courage Daniel!
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.