51
Commentaires

Terrorisme à la préfecture ? Chaînes d'info entre emballement et "constipation"

Le parquet antiterroriste de Paris a finalement été saisi, vendredi 4 octobre en fin de journée, de l'enquête sur les meurtres commis la veille au sein de la Préfecture de police de Paris, par un fonctionnaire, Mickaël Harpon. Mais sur les chaînes d'info en continu, les soupçons de terrorisme et d'islamisme radical étaient évoqués, au conditionnel, depuis les premières heures. Sont-elles allées trop vite, ou au contraire ont-elles été "constipées", selon les termes accusateurs de l'avocat Gilles-William Goldnadel sur CNews ? Tentative de chronologie croisée des infos, et des débats télé.

Commentaires préférés des abonnés

Deux remarques:


1) Cette affaire illustre encore le naufrage des médias : on a un journalisme de préfecture, quand ce n'est pas une revue des ragots et autres raclures de caniveaux.


2) Dans un pays qui se glorifie d'avoir aboli la peine de mort, person(...)

Contrairement à l'habitude, où les infos ont plutôt tendance à s'emballer sur le thème "terrorisme", je les ai trouvés étrangement réticents à traiter l'info de cette façon. Il semblait plutôt que les journalistes et les policiers interrogés répétaie(...)

Approuvé 7 fois

Personne ne dit que la situation a été facile à gérer mais il demeure qu'il est plus facile de mettre une balle dans une jambe que dans une tête. Et l'élucidation s'en trouve grandement facilité.


Si on est dans la logique de l'émotion et de la vengean(...)

Derniers commentaires

L'actualité ne traite, une fois encore, que de la conséquence d'une " radicalisation ". Mais qu'elles sont les causes, les raisons que des gens se radicalisent ? Peut-on m'indiquer des références sur cette question ? Merci d'avance.

Une manif de soutien à Harpon devait avoir lieu demain devant la mairie de Gonesse, à l'initiative d'un certain Hamada Traoré. Cet islamiste enragé propage sur Youtube son discours de haine antirépublicaine, assorti de menaces, pour le moment en toute quiétude. 

Après d'interminables et incompréhensibles tergiversations , le préfet du Val-d'Oise déclarant, dans un premier temps, qu'il ne pouvait s'opposer à ce rassemblement - interdire ceux des gilets jaunes a posé moins de problèmes - c'est finalement Castaner qui est intervenu ce matin pour mettre fin à cette sinistre mascarade.

Les éléments essentiels avaient vite filtrés. Pas la peine de faire partie d’une brigade antiterroriste pour comprendre.

Contrairement à l'habitude, où les infos ont plutôt tendance à s'emballer sur le thème "terrorisme", je les ai trouvés étrangement réticents à traiter l'info de cette façon. Il semblait plutôt que les journalistes et les policiers interrogés répétaient beaucoup l'hypothèse d'un  conflit hiérarchique, alors que quelques indices (la garde à vue prolongée de sa compagne par exemple) pointaient dans l'autre direction. 


J'ai fini par comprendre que, vu du côté de la police, l'hypothèse d'un conflit interne était moins grave que de reconnaître la présence d'un "terroriste" parmi eux, dans le saint des saints si on peut dire. 

"Des cris "Allah Akhbar" prétendûment entendus la nuit précédente au domicile du meurtrier" Heueueueu....il n'était pas sourd-muet?


Deux remarques:


1) Cette affaire illustre encore le naufrage des médias : on a un journalisme de préfecture, quand ce n'est pas une revue des ragots et autres raclures de caniveaux.


2) Dans un pays qui se glorifie d'avoir aboli la peine de mort, personne ne relève l'exécution d'une balle en pleine tête d'un meurtrier armé d'un couteau. On ne sait plus tirer dans les jambes dans la police ? 


Il est vrai que c'est pratique. Une fois mort, un dément ressemble à tout le monde et on peut le faire passer pour ce que l'on veut.


Franchement parler de la balle dans la tête dans ce cas précis c'est vraiment le dernier des soucis de tout le monde. C'est toujours mieux de garder les gens en vie mais je doute que la situation a été facile à gérer.

Personne ne dit que la situation a été facile à gérer mais il demeure qu'il est plus facile de mettre une balle dans une jambe que dans une tête. Et l'élucidation s'en trouve grandement facilité.


Si on est dans la logique de l'émotion et de la vengeance la mort de ce meurtrier est effectivement "le dernier des soucis ", mais si on veut vraiment mener une enquête efficace afin de comprendre s'il s'agit de l'acte d'un dément, d'un dément instrumentalisé, d'une taupe, etc., il eut été préférable de le capturer...


Je ne jette pas à la pierre à ce policier qui n'a peut-être que réagi en fonction de ce qu'on lui a appris, mais je m'interroge sur l'évolution des méthodes de la police qui s'écartent du modèle anglais pour s'aligner de plus en plus sur le modèle américain.

Il ne s'agit pas de l'acte d'un dément Mr Tony A. Le policier a fait deux sommations, l'autre continue, il est tué. Je ne pleure pas une seconde !

Pourriez-vous préciser :

- la source de votre information ?

- l'article du code pénal qui rétablit la peine capitale pour le refus d'obéir à une sommation ?

Rétablir la peine capitale ? 

Vous délirez un peu là?

Au delà de l'esprit de vengeance que je ne partage pas , mais pas du tout, je comprends qu’il ai été mis hors d’état de nuire  de la manière la plus directe .

Imaginez juste que le policier l’ai blessé à la jambe mais que cela ne l’empêche pas de tuer une 5em personne ?

Imaginez qu’il ai une ceinture d’explosif ?


Votre type capable de tuer avec un couteau alors qu'il est blessé à la jambe et entouré de policiers... c'est Rambo, non ?

Si on peut rentrer avec une ceinture d'explosif à la préfecture de police, alors autant dire qu'on dépense un pognon de dingue en policiers, caméras de surveillance, portiques de sécurité, etc.


Plus sérieusement, ce qui est troublant dans cette histoire c'est qu'alors que les premières informations qui venaient de la police penchaient plutôt pour l'acte d'un individu victime d'une crise de démence, le procureur - qui est tout sauf indépendant dans ce genre d'affaires - réoriente l'enquête vers la piste terroriste...


Or, si cette thèse prévalait, elle mettrait fortement à mal l'institution policière en laissant supposer de graves dysfonctionnements... Pensez un peu, un terroriste habilité secret défense ! Qui plus est, un informaticien, ayant accès aux bases de données ! Etc.

« Votre type capable de tuer avec un couteau alors qu'il est blessé à la jambe et entouré de policiers... c'est Rambo, non ? »

Ben c’est un type capable de tuer 4 personnes en moins de 7 mn

Je suis sûre que si vous aviez été présent , vous auriez régler l’affaire par la communication non violente mais ...


Pour le reste vous pensez que ce qui est dit sur lui est un mensonge ( proche des milieux salafistes etc) ?

Quand ? 

Quand on écrit "L'homme n'avait « jamais présenté de difficultés comportementales » ni « le moindre signe d'alerte » ? 

Ou quand on fait état de «son souhait de ne plus avoir certains contacts avec des femmes» ou qu'"Il avait cependant fait l’objet d’une procédure pour des faits de violences conjugales en octobre 2009 et avait ainsi reçu un blâme administratif en 2012" ?


Des mensonges je ne sais pas, des déclarations contradictoires sûrement.

Une des deux versions au moins est inexacte.

Tant mieux pour vous si vous avez réussi à vous forger une conviction :- )

il y a deux jours d' enquête depuis les premières énonciations des faits.


Ça change beaucoup de chose...

Ils travaillent encore avec des fichiers en papier à la préfecture ? Ils leur a fallu 2 jours pour lire la fiche du gars ?

Ce que vous dites n'est pas rassurant...

pour analyser ses 33 SMS à forte teneur religieuse ( selon Jean-François Ricard, le procureur antiterroriste), postée juste avant les faits,  qui finissent par  Allahou akbar, il vous aurait fallut combien de temps?

Attention, des SMS à forte teneur religieuse et l’expression Allahou akbar ne sont pas en soi des signes automatiques de terrorisme.

L’expression signifie « Dieu est grand » et non pas « Je vais assassiner ».

là, ça m'a plutôt l'air d’être « Je vais assassiner, Dieu est grand  ».

Selon ce qui est décrit de ces SMS.

Je ne connais pas la teneur des SMS.

Au moment où j’ai écrit mon message ce matin, rien ne permettait d’établir qu’il s’agit d’un attentat islamiste. Il faut des preuves. Peut-être existent-elles et peut-être sont-elles tues car c’est très grave d’avoir eu un gars susceptible d’attentat dans ces services.


Je t’ai fait la remarque car on peut-être malgré soi contaminé par l’esprit de notre temps.

Hier, quand j’ai lu que le tueur était proche des milieux islamistes, j’en ai conclu qu’il s’agissait d’un attentat islamiste. Le procureur n’a pourtant pas déclaré cela. C’est un raccourci qui s’est opéré automatiquement dans ma tête. Or, les enquêteurs doivent connaître le mobile.

je ne dis pas que c'est un attentat islamique.


le procureur écrit que la femme du malfaiteur  ne l'a pas encouragé mais ne l'a pas dissuadée non plus.

j'en ai déduit que si il savent qu'elle ne l'a pas dissuadé, c'est qu'il y avait matière à dissuader.

non?

J'ai aussi entendu que le meurtrier était connu des services de police pour violence conjugale. Peut-être n'osait-elle pas "dissuader".

"connu des services de police pour violence conjugale" mais ... les violences conjugales, ce n'est pas un "problème" ds la police!

J’avoue que je ne comprends pas, alors.


Si tu entends par là que le tueur a prémédité, oui, c’est évident depuis le début.

Mais ce qu’écrit Tony A : il y a deux hypothèses et donc l’une des deux est un mensonge. C’est vrai.


(L’hypothèse 1 était, en gros : il a eu une bouffée délirante et a tué pour se venger d’être maltraité au travail en tant qu’handicapé.)

moi je dis juste que si les sms sont dans le style "j'vais tout niquer, Allahou akbar" je comprends que le procureure se demande si il y a un lien avec le salafisme même si cela ne fait pas office de preuve.


Écoutez les événements décrits par le procureur le tout s'est passé en 7 minutes et 4 morts et 1 blessée, je pense que le jeune policier stagiaire n'a pas eu beaucoup de temps pour réfléchir et c'est sans doute tant mieux pour lui

https://mobile.francetvinfo.fr/faits-divers/police/attaque-a-la-prefecture-de-police-de-paris/video-tuerie-a-la-prefecture-de-paris-il-a-achete-deux-couteaux-precise-le-procureur-national-antiterroriste_3646033.html#xtref=acc_dir

je pense que le jeune policier stagiaire n'a pas eu beaucoup de temps pour réfléchir et c'est sans doute tant mieux pour lui


Je viens de voir que le tueur courait vers le policier stagiaire quand ce dernier a tiré.

Dans une situation de stress, on vise la zone avec les points vitaux : torse et tête. Apparemment le tueur courait vers lui avec un couteau, j'imagine que les impacts à la tête auraient tout aussi bien pu se retrouver sur le thorax, le tireur n'était pas un sniper ni en situation de faire du tir de précision. Alors viser les jambes d'un type qui court...

(lient : la situation est différente, mais permet de ne pas sous-estimer le potentiel meurtier d'une personne motivée armée d'un couteau)

Vous négligez le fait que, à l'entraînement, les tireurs étaient (sont encore?) formés à tirer "instinctivement" dans les parties vitales. Ce qui expliquent des loupés du genre de ce malheureux chinois qui était en train de découper du poisson quand il est venu leur ouvrir la porte.

C'est en substance ce que je disais, et ça fait complètement sens dans un contexte de légitime défense. Alors parler "d'éxécution" est hors sujet, c'est pas Human Bomb.

"je doute que la situation a été facile à gérer."


Vous parlez comme vous ou moi, citoyenne ou citoyen " de base" qui se contente de marcher dans les clous, de payer ses impôts, et de respecter le code de la route.


Un flic, c'est l'Etat, (avec une majuscule et sans accent) il est assermenté, donc sa parole prévaut sur la vôtre quoi qu'il en soit. 


Un flic est armé, il est formé à l'utilisation des armes. Il sait faire la différence quand il tire entre une zone létale et un genou.


Un flic, c'est un auxiliaire de justice. Il est là aussi pour faciliter le travail des juges, en particulier en essayant par tous les moyens de préserver toutes les sources d'informations qui seront indispensables au juge, donc en n'abattant pas celui qui sera la source principale d'élucidation de ces assassinats.


Facile à dire. Et pas facile à "gérer". Mais.


Votre "gérer" me rappelle la façon dont les pilotes de rafale "traitent" une cible.


Mais. 


Si les flics n'étaient pas au bout du rouleau de leur patience après avoir dû depuis deux ans se comporter comme les derniers des miliciens avec les manifestants de tous bords. 


Si les flics étaient formés de façon sérieuse à se comporter comme des citoyens au milieu de citoyens, comme c'est le cas dans pleins de pays.


Si c'était le cas, les situations "pas faciles à gérer" apparaîtraient sûrement, mais elles seraient "gérées" autrement.


Si...Si tout ce que nous vivons depuis trop de temps n'avait érigé le flic en Goldorak protecteur de l'Occident Chrétien, peut-être serait-il encore temps.






Un flic est armé, il est formé à l'utilisation des armes. Il sait faire la différence quand il tire entre une zone létale et un genou.

un truc, me semble t-il, vous a échappé .


Quand flic avance dans un couloir pointant son flingue en direction d'un ennemi potentiel, pour se repérer et comprendre ce qui se passe, il vise a hauteur de visage, pour savoir qui est qui.

Si soudainement il voit un type lui foncer dessus avec un couteau, il n'a pas d'autre choix que de tirer au plus vite, sur le point d'impact le plus proche de la position de son flingue parce que :

1 réajuster son flingue vers les jambes de l'assaillant, il perd quelques quelques diziemmes de seconde scruciales( pour peu que l'assaillant soit à quelques mètre.

2 l'assaillant, pris dans son élan, avec une balle dans la jambe ne sera peut être pas suffisamment stoppé dans sa course et son couteau pourrait très bien finir a un très mauvais endroit.


Vous êtes flic pour en savoir autant ?

il y a besoin d’être flic pour écrire ce que je viens d’écrire?


Non mais ça aide.

mais vous êtes d'accord avec ce que j'ai écrit ?

Non.

Vous n'allez pas refaire le coup de l'ADN des flics qui n'existe pas mais sur lequel vous argutez pour décider enfin qu'il n'existe pas.

je trouve votre démarche assez malsaine.

Qu'en est-il du profil "sourd-muet" de l'assaillant ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.