38
Commentaires

Tempête (s) sexiste (s) dans le jeu vidéo

En une semaine, deux personnalités du monde du jeu vidéo américain ont été violemment harcelées. Le principal tort de l'universitaire Anita Sarkeesian et de la développeuse Zoe Quinn ? Être des femmes, féministes qui plus est.

Derniers commentaires

J'ai pas de chance, je ne trouve que des boulots où les femmes n'ont aucun intérêt à vouloir coucher avec moi, que des boulots où je n'ai jamais aucune faveur à échanger ...

Je suis au contraire souvent confronté à la situation inverse. Mais là encore pas de chance, cela n'a pas l'air de bien fonctionner dans ce sens là.
Pour revenir sur les propos de la jeune femme aux grandes boucles d'oreille.
Il ne s'agit pas des jeux pour les enfants !

The Witcher 2 : PEGI 18
Bioshock Series : PEGI 18
Watchdog : PEGI 18
Red Dead Redemption : PEGI 18
Shellshock : PEGI 18
GTA Series : PEGI 18
Mafia 2 : PEGI 18
Hitman series : PEGI 18
Metro : PEGI 18
and so on ...

On est typiquement dans des jeux au caractère violent exacerbé, on met en scène des univers ou des situations malsaines, des meurtres (qui constituent souvent une partie non négligeable du gameplay), le côté sexiste c'est vraiment au second plan comme un bonbon pour le gros garçon.

Quitte à s'attaquer à un univers pour adulte, autant commencer par le pron où de véritables victimes, majoritairement des femmes, sont détruites.
Et si on parlait du sexisme sur les sites pornos tant qu'on y est, ou de la misandrie d'une certaine presse féminine ?

La lutte contre le sexisme à d'autres chats à fouetter il me semble... ? À moins de vouloir corriger les comportements et choix artistiques dans leur ensemble ?
Le sexisme dans le monde du jeux vidéo, c'est un fait et un fléau, @si a déjà fait un bon dossier dessus. Mais l'affaire Zoe Quinn est autrement plus complexe qu'un simple défoulement mysogine. Il ne fallait pas se contenter de reprendre la version du Monde, Vincent Coquaz. En VO, ailleurs, c'est beaucoup mieux expliqué ( http://themalesofgames.blogspot.fr/2014/08/the-zoe-quinn-story.html?m=1 ici, entre autres).
Je soutiens à 100% Mar_Lard et Anita Sarkeesian. J'ai par contre des doutes en ce qui concerne l'honnêteté de Zoe Quinn.
Elle a été victime d'attaques dégueulasses, de propos injurieux qui n'avaient pas lieu d'être, on est d'accord la dessus. Mais comment se fait-il qu'un média tel qu'Arrêt sur Images omette de dire qu'on lui reproche d'avoir couché avec une personne de la presse jeux vidéos dans le but d'avoir une critique positive sur le dernier jeu qu'elle a réalisé? Je ne sais pas si ces accusations sont vraies ou fausses, mais il est faux de résumer ses détracteurs à une bande de mâles sexistes qui lui reprochent simplement d'être une femme dans l'industrie du jeu vidéo. Un peu plus d'investigation ne ferait pas de mal avant d'écrire sur ce sujet!
Lu sur un blog américain relatant l'affaire de coucherie entre la développeuse et le journaliste couvrant son jeu (de façon élogieuse) :
"nan mais vous vous rendez compte, ce qu'il se passerait si les journalistes et politiques faisaient pareil ?"

Et là, j'ai repensé à notre beau pays, ou cela ne pose bien sûr aucun problème car les journalistes et politiques savent parfaitement différencier leur vie sentimentale et professionnelle. Il doit en être de même dans le monde des jeux vidéos...
La meuf a toujours été le principal problème du keum.
Je ne pense pas qu'il soit correct de qualifier Anita Sarkeesian d'universitaire vu qu'elle n'a pas de poste dans une fac. Au passage, je suis agréablement surpris de voir qu'@si ne fait pas dans le sensationnel et ne relaie pas les torrents de boue qui ont déferlés ces derniers jours à leur encontre (à l'inverse d'acteurs du domaine comme JV.com qui ont cherché à jouer la carte du scandale sexuel pour faire du click).
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.