44
Commentaires

Téléréalité : orage sur "les Anges"

Plusieurs anciennes candidates du programme de NRJ12 accusent la production de couvrir, voire d'encourager, des violences sexistes. Les révélations et les dénégations s'enchaînent sur le plateau de Cyril Hanouna (C8).

Commentaires préférés des abonnés

Violences patriarcales systémiques...


Non osef pas. 


Certain·e·s de ses candidat·e·s restent salarié·e·s des maisons de production en dehors du temps d'émission, et font un travail ''d'influence'', avec des millions de vues et des centaines de mil(...)

La question est la suivante :

est il acceptable de harceler moralement quelqu'un, de le (la) violenter, de la mettre à rude épreuve psychologiquement ?

La réponse est non me semble t-il, quand bien même si cette personne est une cruche décérébrée qui r(...)

En soi la médiatisation de ce genre d'affaire est une bonne chose... 


Ce que je crains c'est que l'on considère qu'il ne s'agit que d'une "dérive", qu'en soi la télé réalité est bonne si on l'exorcise de ce genre de pratiques douteuses, alors que(...)

Derniers commentaires

@si,  's auriez pas dû proposer l'abonnement à 1€ ....

Franchement arrêt sur images on s'en fout je ne me suis pas abonné pour des articles de ce genre

Je suis un peu las certains jours de lire un résumé d'une enquête de mediapart. Ça me fait doublon avec l'original.

Pour parler de téléréalité de manière plus générale, j'ai toujours été sidéré par la vacuité de tous ces participants, tendant à un public subjugué, le miroir de sa propre insignifiance.

Sur Twitter et Facebook, je retrouve souvent le même style de bêtise satisfaite, d'exhibitionnisme gênant, de choquante impudeur.

Certains de ces accros aux réseaux sociaux y étalent leur vie privée, jusque dans ses détails les plus intimes et les plus scabreux.

A la recherche du fameux "quart d'heure de gloire", s'est substitué l'étalage permanent des joies et des peines anecdotiques de la "génération selfie".


En soi la médiatisation de ce genre d'affaire est une bonne chose... 


Ce que je crains c'est que l'on considère qu'il ne s'agit que d'une "dérive", qu'en soi la télé réalité est bonne si on l'exorcise de ce genre de pratiques douteuses, alors que tout le système est au fond une immense dérive... C'est absolument certain que rien au fond ne changera, beaucoup de jeunes filles continueront à désirer finir influenceuses sur Instagram et de vendre des produits amincissants à des gamines de 12 ans.

Le sexe des anges intéresse-t-il tant de monde? Les victimes n'ont-elles aucune responsabilité dans ce qui leur arrive? On peut en causer des heures sans déboucher sur des réponses autres que voyeurisme, narcissisme, avidité d'argent et de gloire... à compléter par ceux qui sont motivés!!!

La question est la suivante :

est il acceptable de harceler moralement quelqu'un, de le (la) violenter, de la mettre à rude épreuve psychologiquement ?

La réponse est non me semble t-il, quand bien même si cette personne est une cruche décérébrée qui rêve de gloire, de paillette et de pognon.

Il ne fallait pas être aussi neu neu ou imbécile et croire aux alouettes. 

Du balai. 


Consacrer un article, et en plus sous le magister de "la rédaction" est une erreur. 

Où sont les éléments, excepté ces témoignages de perdantes volontaires, qui pensaient devenir vedette? vedette de quoi? les pauvres..


La télé réalité n'est que la conséquence de la privatisation par  Chirac de la première chaîne, pour son copain Bouygues. Le mal a commencé là.

 Après l'énorme plus value dans le BTP grâce au gaullisme au début, , Bouygues a pu se diversifier par ce canal (puis Bouygues télécom puis des bouquets de TV ..) 

 

La télé réalité ne sert à rien, si n'est à entretenir les illusions des participants (es) et des téléspectateurs. Du gogoïsme plein pot. 

Alors les victimes affichées ici, ce jour font pitié.

Violences patriarcales systémiques...


Non osef pas. 


Certain·e·s de ses candidat·e·s restent salarié·e·s des maisons de production en dehors du temps d'émission, et font un travail ''d'influence'', avec des millions de vues et des centaines de millier d'abonné·e·s parfois.

Bref, on se retrouve avec une promotion de ce sexisme, et on pourrait pousser à dire qu'il est vendu comme grassement rémunérateur (voir article ASI sur les vidéos faites à Dubaï)

Si les accusations de  "prime" pour coucher ne sont pas reprises, cela veut-il dire que c’est faux ?

Un peu de réel, ça devrait faire remonter les audiences.

Dans son dernier papier sur la question, Mediapart cite plusieurs anciennes salariées de la production, qui confirment globalement les accusations des candidates, contrairement à celui interrogé par Asi. 


https://www.mediapart.fr/journal/france/260421/les-anges-de-la-tele-realite-un-enfer-de-sexisme-0?page_article=2

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.