83
Commentaires

Tableaux de bord et âme humaine

Une sorte de grand remplacement télévisé : en un instant, les spécialistes de l'âme humaine

Derniers commentaires

Jusqu'à la nausée, faudra-t-il qu'ils nous donnent les détails les plus sordides, les plus morbides.

Bien que je zappe dès que j'entends parler du sujet, je suis tombé sur un mec sur une radio qui expliquait que les corps en charpie blabla, qu'on ramassait les morceaux , des cheveux , des bouts d'os....

Jusqu'à la nausée, sans se préoccuper des parents et les connaissances des victimes à qui j'espère on a conseillé de couper toute relation média.

Jusqu'à la nausée on raconte par le détail, le dernier moment enregistré, les cris des passagers.

Jusqu'à la nausée , vont-ils aller jusqu'à diffuser la bande son ?

Oui je les crois capables.

Jusqu'à la nausée.
Scoop ! L'avis d'un pilote sur l'avion a défaut d'être dans l'avion au moment fatidique vous intéresse-t''elle ? Si oui voici l'avis d'un homme du métier :

Crash, omissions et maladies ?

[quote=extraits]


Merci aux USA pour une vérité qu’on voulait nous dissimuler

Vous savez tout ou presque sur ce crash du vol 9535 de Gemanwings qui s’est planté le mardi 24 mars à 10h47 pas loin de Barcelonette.
Vous ne devez pas cette information au Directeur du BEA, Rémi Jouty, qui déclarait mercredi 25 en fin d’après-midi, lors d’une conférence de presse au Bourget, que son équipe avait réussi à écouter le fichier audio de la « boîte noire », en l’occurrence le CVR (Cockpit Voice Recorder), qui enregistre tous les sons au cockpit, les communications entre les pilotes ainsi que celles du contrôle aérien.

Il a ajouté que « l’avion s’était engagé dans une descente au pilote automatique », ce qui n’était pas un scoop pour tous les pilotes de ligne, qui pouvaient déjà déduire ce fait de l’étude de la trajectoire radar. Il affirmait également « qu’il était beaucoup trop tôt pour tirer la moindre conclusion sur ce qui s’est passé », alors qu’il disposait du contenu du CVR et connaissait parfaitement les raisons essentielles de ce crash.

Il est vraisemblable que le Gouvernement, qui a autorité sur le BEA, a du s’effrayer d’apprendre qu’il s’agissait d’un crash suicidaire a pensé aussitôt aux conséquences qui pourraient en résulter sur les élections de Dimanche 29, s’il s’avérait que ce drame avait une origine de terrorisme islamique. Il était donc jugé bon de décaler au moins à la semaine suivante les raisons de ce crash.

La vérité, vous la devez à « l’indiscrétion d’une personne liée à l’enquête dans le milieu militaire », qui s’est confiée au New York Times le mercredi 25. Ce journal a publié à 23h05 (heure de Paris) l’information capitale « que l’un des pilotes a quitté le cockpit et n’a pu y retourner avant la chute de l’avion ». Vous remarquerez le laconisme et l’imprécision de cette information, parfaitement voulu, alors que la réalité leur était connue !


En fait, on peut se demander si l’indiscrétion n’a pas pour origine une écoute des « grandes oreilles » de la NSA (National Security Agency). Devant le silence du BEA-Gouvernement, sachant que c’était un crash suicidaire qui pouvait être provoqué par un objectif terroriste, les USA ont estimé nécessaire de diffuser cette information, pour que le monde aéronautique mondial prenne des éventuelles précautions que le Gouvernement Français s’apprêtait à masquer pour une durée indéterminée.

Au passage, je souligne le jacobinisme bien franchouillard, qui fait que le BEA est à la botte du Gouvernement, sur le plan budgétaire, organisation et fonctionnement. Quel contraste avec le NTSB américain, (National Transport Safety Board), qui est rigoureusement indépendant et qui en a apporté la preuve, notamment dans une féroce bagarre avec Boeing pendant dix ans, jusqu’à ce que le constructeur national finisse par admettre ses fautes dans la conception de la queue du B 737, qui avait provoquée plusieurs crashs. Le NTSB ne rend compte qu’au Congrès américain. Imaginez-vous une chose semblable en France entre Airbus et le BEA ? Moi pas !
Un marathonien, germanophone, meurtrier, à l'âme tourmenté et qui finit mal: l'occasion de voir ou revoir le film « Le Braqueur - la dernière course » (Der Räuber; 2010) de Benjamin Heisenberg. Bon film. Le "héros" garde sa part de mystère.
Bernard Debré, qui n'est jamais à court d'un connerie, accuse les médicaments qu'était sensé prendre le pilote. Est-il possible qu'un anti dépresseur rende suicidaire et criminel ?
Dans certaines situations, la dépression est une réaction NORMALE.
Alors, ce sont les SITUATIONS qu'il faut changer
C'était le sujet de ce très bon doc "Dépression, une épidélie mondiale ?" diffusé sur Arte le mardi 24 mars donc encore visible jusqu'à lundi.
Comment ne pas déprimer et même s'effondrer quand on ne peut plus nourrir sa famille, quand on perd son boulot, quand on est vieux et que la retraite ne permet pas de se procurer le minimum vital, quand le stress engendré par les nouvelles méthodes managériales est insupportable ? Et, parfois entrainer sa famille avec soi .
Bien sûr, apparemment , ce n'est pas l'explication pour le pilote du crash, mais pour d'autres cas de suicide, oui. France Telecom ...
Et là, on aurait les moyens, en agissant sur les situations, de diminuer fortement les suicides. Mais le changement de modèle économique n'est pas à l'ordre du jour, alors on continue. C'est un peu comme les américains avec le port d'armes. Il est hors de question de modifier la constitution, donc ils continuent à verser des torrents de larmes à chaque tuerie.
N'empêche. Dans cette catastrophe, beaucoup de musulmans n'ont pu s'empêcher d'éprouver un petit soulagement (bien compréhensible) en apprenant l'identité du copilote : si le copilote avait porté la barbe et s'en était remis à Dieu dans ses derniers instants par un petit "allahu akbar", il est douteux que la dépression d'il y a 6 ans aurait pesé lourd dans les explications.
Intéressant. Mais n'oublions pas que l'absence d'angoisse est pire que l'angoisse. Un minimum de déprime nous vaccine contre le bonheur béat.
Mon idée a toujours ete que a un moment donné la societe aura deux choix , vu le pouvoir de nuisance sans cesse croissant d'un individu seul.

Soit on ira vers une société de l'hyper contrôle et de l’autorité, qui ne fait plus confiance dans l'etre humain, qui aura d'abord pour modèle le robot : suivre les règles a la lettre dans un zèle carré (tolérance zero ) .

Puis la seconde etape (on y est) , c'est l'homme controller et rectifier par la machine.

Puis la troisieme etape , c'est le transhumanisme . C'est de se dire la nature c'est de la merde, l'ame n'existe pas, et l'homme a atteint le pouvoir de controlle de la nature, la est le futur . Nous sommes fusionnés a des robots.



L'autre solution c'est la sagesse , le bien etre , et la psychanalyse. C'est de croire dans l’être humain , sans naïveté , mais en etant conscient que la société actuelle rend en fait l'esprit de l'homme malade , et qu'il n'y a pas de salut si on ne remet pas l'homme a la tête de tout ca .


Que ce soit en Angleterre ou aux USA, ou même en France, de plus en plus d'intellectuel et de politique reflechissent a la manière dont les maladie mental, la déprime et la dépression sont traité . En belgique le burn out vient seulement d'etre reconnu maladie professionel. Ce simple fait, ouvre de toute nouvelle porte a la societe belge , si elle exploite cette nouvelle breche

Sur arte cette semaine , un beau documentaire sur la depression . Comme quoi les inconscient et l'actualité raisonne de plus en plus a l'unisson
On nous dit : "désormais il y aura toujours deux personnes dans le cockpit."
N'était-ce pas le cas quand il y avait un pilote et deux co-pilotes? C'était en des temps anciens, avant que les progrès technologiques permettent d'économiser du personnel.
Les passages à l'acte devraient être plus sévèrement réprimés.
"La dépression n'est pas compatible avec la République, contrevient au principe de laïcité et menace le vivre-ensemble"
Eh oui, Daniel. Et demain, les spécialistes de l'âme humaine auront aussi fait leurs bagages, avec leur maquillage encore frais. Les paris sont ouverts pour les spécialistes suivants. Pour ma part, je pense qu'on devrait passer aux spécialistes de la déontologie. Avait-on le droit de tout déballer comme ça sur ce copilote et les circonstances du drame ? Où commence l'odieux déballage ? Où s'arrête le légitime droit à l'information ? L'intérêt de ce 3ème volet serait qu'il nous ramènerait, en douceur, vers la question de la protection de la vie privée, et donc d'envisager de quitter le sujet du crash pour revenir, en fondu/enchaîné, à la question de la surveillance de masse, autre casserole qui mijote au bain-marie. Une sortie par le haut, tout en finesse.
Au fait, ils en sont ou Syriza ?
"grand remplacement". Bof...
Et on repart aussi sur la maladie mentale: ils sont nombreux à vouloir absolument une médecine prédictive, capable de détecter à l'avance tout dérèglement du comportement humain afin de le contrôler. Et à s'indigner que ce ne soit pas le cas.
Vu la quantité d'antidépresseurs qui se vend dans ce pays, vu que le "mot "dépression" est souvent un euphémisme pour des troubles autres, vu que même pour des gens n'ayant jamais (jamais?) eu d'épisode dépressif il faut bien une première fois...
Bien sûr, un pilote d'avion, me direz-vous... mais un conducteur de camion, d'automobile, un chirurgien... ou même un(e) crémier(e) un boulanger... ou encore un enseignant...

Et si on s'apercevait finalement que le mec venait d'apprendre qu'il était viré pour "fragilité psychique"?
.....et s'il s'agissait d'un allemand islamiste ayant crasher l'appareil comme renvois d'ascenceur a daesh pour attaquer de l'interieur la redaction d'asi afin de creer un precedent plus tard denocer par mediapart , le tout en vue de contester par le bas la reelection de nethaniaou ( oui , je sais , c'est dur a ecrire ) .......hein...?
Allons-nous avoir sur les plateaux après les spécialistes précisés par Daniel...

1- Son coach de l'équipe de marathon de Triffouilli qui nous parlera du stress du manque du marathonien se trouvant enfermé alors qu'il survole des contrées sauvages où les foulées majestueuses des athlètes se trouvent sublimées...et ainsi le délire mythomaniaque de l'homme-dieu écrasant de sa puissance les espaces. Une irrepressible tentation de se confronter à la nature que l'on veut dominer.

2- Puis le sujet étant dépassé nous aurons les experts en sexologie qui démontreront, statistiques à l'appui, des excés hormonaux dus à l'altitude, nécessitant une pénétration déviante d'un objet (avion) dans une nature hostile...

3- Puis l' Ecologiste du coin...

4- Puis les pasteurs des Temples Luthériens...

C'est bon les gars, préparons les dossiers au cas où.
Tu appelles les agences de pub. Ca va donner grave, à donf!
"Une sorte de grand remplacement télévisé : en un instant, les spécialistes de l'âme humaine "
Quand est-ce qu'on décidera de faire son deuil de toutes ces cérémonies télévisées obscènes.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.