50
Commentaires

T là ?

Et soudain... mon téléphone portable ne répond plus. Les boutons fonctionnent, je peux l'allumer, l'éteindre, monter ou baisser le volume... mais l'écran tactile ne répond plus. Et sans pavé tactile, impossible de s'identifier, d'entrer son code PIN, de déverouiller le mobile : rien, nada, peau d'zeubi.

Derniers commentaires

Petit hors-sujet, désolé m'sieur Manach, un lien à recommander aux forumeurs:

Comment bien flooder ?
@MATL
+1 pour les raisons de ne pas avoir de comptes FB ou tweeter. Excellent et bien trouvé, le syndrome Morano :D
J'ajouterai: ça me permet de faire le tri entre mes potes. Ceux qui font l'effort de me contacter par téléphone ou email, courrier, et toute autre méthode personnalisée valent plus la peine que ceux qui se contentent de regarder les nouvelles photos de mes furoncles sur FB. :D
@Renaud Pacalet
Dans le temps, pour effacer un disque dur sous unix, la bonne vieille commande dd suffisait.
dd
C'est toujours possible en utilisant un live-cd, d'ailleurs, sauf que...
Les disques ssd ont changé la donne. Pour éviter une usure prématurée et pour d'autre raisons, ils ne fonctionne plus comme les vieux disques durs.
D'ailleurs les disques durs modernes ont aussi des méthodes d'optimisation, bref.
La seule solution pour vraiment effacer vos données... c'est de détruire physiquement le support des données!
Mes vieux disques durs sont démontés et les plateaux me servent de sous-verre. Pour les supports électroniques type carte à puce ou mémoire Flash, je les passe au chalumeau jusqu'à ce qu'il n'en reste que des cendres (et en plein air, fumées toxiques oblige!). Je soupçonne que l'eau bouillante salée donne de bons résultats mais je n'ai jamais essayé :D. A défaut: écrasé au marteau, coupé en petits morceaux au coupe-boulon, et le tout envoyé dans les WC. Si la NSA est prête à se faire les égouts pour savoir quels sms j'ai envoyé à mon aimée, là, je déclare forfait! :D
Pas de compte Twitter vu que, comme bon nombre d'utilisateurs, je risquerais de poster avant de penser (le syndrome Morano).

Plus de compte FB (utilisé juste pour visiter d 'autres comptes), fermé quand Mister Zuckerberg s'est permis, sans ménagement, de me dire que j'avais oublié l'anniversaire de ma sœur.
HS (un peu) : itw d'Adjani dans Libé :

Vous n’avez pas de profil Twitter ou Facebook ?

Non, ça me terrifie totalement quand je vois mon jeune fils là-dessus. C’est se livrer délibérément en pâture à un système qui va, à coup sûr un jour ou l’autre, vous victimiser, abuser d’un égarement dans le règlement tel qu’il a été instauré. Je crois que les gens vont le payer très cher. C’est Big Brother - et consenti qui plus est -, un œil qui vous observe, ne serait-ce qu’à travers la puissance du hacking policier qui permet de savoir qui vous êtes, ce que vous faites ou achetez à chaque seconde. Il n’y a pas de sécurité virtuelle dans le virtuel : c’est une traque permanente.
Si un garage vous prête une voiture, est-ce au garagiste de vider votre coffre, votre boite à gants et de vous rendre la clef usb sur l'autoradio?
D'accord un indélicat peut bidouiller pour retrouver sur un ordi des données mises à la poubelle, mais dans l'histoire décrite par JP Manach on est dans le cas d'un utilisateur qui n'a pas pris la peine de fermer ses sessions et d'effacer ses sms, ou j'ai rien compris.
J'ai laissé mon vieil ordi irréparable au vendeur d'occase, de toutes façons mes données il les a vu et il vend des ordis nettoyés, il est pas fou. Je ne suis pas certaine que le problème vienne des SAV qui devraient effacer. Ce sont les clients à qui l'on prête les portables qui sont responsables.
La pire question est pour les téléphones volés ou perdus et revendus ou réutilisé et qui contiennent des choses personnelles. Mais comment peut-on faire et quel intérêt, sauf cas particulier, pour le nouvel utilisateur?
C'est systématique, sur les téléphones de remplacement. J'en ai eu au moins 3, et toujours les messages des utilisateurs précédents. D'où l'importance de garder un vieux smartphone chez soi...
A force de traîner avec des doxeurs, on publie innocemment la vie privée d'autrui.

Ah éthique !
Je trouve que vous avez une vie bien intéressante. Je vais cependant demander à Pierre Rabhi s'il a pensé à une solution pour ces menus problèmes d'aujourd'hui.

Un peu de peine à me passionner pour les considérations annexes et autres descriptions de l'article : une vie stupide qu'on a, c'est vite résumé, et s'il faut être un vieux crétin pour décrypter le temporain, je suis à votre entière disposition. Mais ne comptez quand même pas sur des discussions de très haut vol. Je pense que vous vous êtes fait à cet idée depuis longtemps, je retire donc ce que je viens d'écrire... Ah, l’ébriété sotte mais heureuse.

Au fait, entre le câble à 4 euros posté de Hong Kong et celui à 8,99 euros, voilà qu'on vient de découvrir le sens du commerce de proximité. C'est balèze.
Je me souviens, un jour je faisais les courses dans un magasin de produits italiens où je devais acheter des pâtes.

Arrivé devant le rayon pâtes, l'embarras du choix ! Des conchiglie, des farfalle, des fusilli, des orecchiette, des pipe rigate, des trofie, des cannelloni, des maccheroni, des rigatoni, des tortiglioni, des spaghetti, des spaghettini, des capelli d'angelo, des fusilli, des fettucine, des lasagne, des pizzocheri, des tagliatelle, des tortellini, des ravioli, des... bon, je vais pas non plus les citer toutes, ça deviendrait vite fastidieux... et comme un fait exprès, plus de linguine, celles qu'on prenait d'habitude !
J'aurais eu mon portable, j'aurais téléphoné à ma femme pour lui demander : "on prend quoi à la place des linguine, poussin ?"
Elle m'aurait sans doute répondu : "je sais pas chéri, prends des fusilli. Tu aimes bien les fusilli."
"OK, mais toi lapin, tu préfères les tortellini", j'aurais dit. Et finalement j'aurais surement acheté les deux.
Mais là, je sais pas pourquoi, j'étais distrait, peut-être à cause de Sandra en mini-jupe à la caisse, j'ai pris des rigatoni qui sont loin d'être nos préférées.

Ça se passait en 1982, environ un an avant la commercialisation des premiers téléphones mobiles. Et cette anecdote, c'était juste pour montrer à quel point ça nous manquait, à l'époque.
Cher Jean-Marc,

Tout d'abord, sachez qu'on peut parfaitement vivre sans téléphone mobile.

Ensuite, sachez que votre ré-initialisation aux paramètres d'usine ne supprime aucune des précieuses données confidentielles de votre téléphone. Pas plus que le formatage de votre disque dur n'en effacera le contenu. Si vous tombez sur le mauvais cheval réparateur, vous êtes cuit.

J'en profite pour mettre en garde vos lecteurs : si vous ne savez pas effacer vraiment un disque dur ne donnez jamais votre vieux PC (portable ou pas) à une association caritative ou à un réparateur. Retirez le disque d'abord et gardez-le à la maison jusqu'à la fin du monde. Ou jusqu'au passage du geek qui connaît hdparm, la commande magique qui efface pour de vrai. Des organisations criminelles sont spécialisées dans l'exploitation des disques durs abandonnés.

Pareil pour votre téléphone : effacer une mémoire de téléphone (flash) ou un SSD de PC n'est pas aussi simple qu'il y paraît. Pour faire simple, dans le langage courant, effacer un truc signifie qu'on ne le voit plus dans la liste et que la place qu'il occupait peut être ré-utilisée pour ranger autre chose. Alors que dans le langage de la sécurité informatique ça signifie rendre impossible à récupérer. Et ça n'a rien à voir, hélas.

Lorsque vous effacez une photo compromettante de la mémoire de votre téléphone, sachez que votre téléphone va, en fait, la conserver soigneusement le plus longtemps possible. Pas pour vous nuire, rassurez-vous, mais pour éviter le plus longtemps possible de ré-utiliser les éléments de mémorisation qui ont servi à la stocker. Pour que ceux-ci ne s'usent pas trop vite. En effet, plus on s'en sert, plus ils s'usent. Jusqu'au jour où ils ne marchent plus du tout. D'où ce système de gestion du vieillissement (wear leveling en anglais).

Bref, oublions les détails : effacer ne veut pas dire la même chose selon qu'on parle sécurité ou utilisation courante. Méfiance. Le plus sûr est de considérer que, malgré les apparences trompeuses des commandes de suppression, un support (disque dur, SSD, SDCard, mémoire flash quelconque dont mémoire de téléphone...) n'oublie rien de ce qu'on lui a un jour confié et qu'un spécialiste saura le faire parler.
...à quoi ressembler le Vide;
aprés cette lecture,j'ai peut être une réponse...
Pauvre JMM ! Dépendre ainsi de la technologie, c'est dur.

Je compatis
Et ceux qui n'ont pas de portable, comment font ils ?
Il me revient un truc :

Il se marre, c’t’aphone !

La convenance impose de contribuer de façon « positive ». Et chacun sait ou devrait savoir que tout ce qui est positif nous vient de Jacques Attali, penseur devant, loin devant, l’éternel. Je demande Pardon à l’Eternel.
Le Jacques nous a donc accordé un jour le concept d’objet nomade. Pour n’en posséder aucun, je suis bien placé pour savoir qu’un smartphone vous permet de faire à peu près tout, à peu près n’importe où dès l’instant qu’il y a les bâtons, comme ils disent. Sauf peut-être griller des mergues ou repasser une chemise. Y a pas d’appli pour ça.

On pourrait donc pencher pour bureau nomade.

Mais bureau, c’est tellement loin de ce que peut faire un smartphone ! Sauf peut-être griller des mergues ou repasser une chemise. Y a pas d’appli pour ça. Mais ça je l’ai déjà dit.

Smart, ça veut dire, entre autres, intelligent. On a donc là un téléphone intelligent. C’est commode quand soi même on ne l’est pas. En fait, c’est commode tant qu’il y a les bâtons. Plus de bâtons, plus de neurones. Le smartphone devient alors aphone. Le matin ou l’après-midi*.
Bon, résumons : si il y a les bâtons ou le réseau, le smartphone est smart et phone. Si il n’y pas de réseau ou de bâtons, le smartphone vous dégonfle la batterie comme n’importe quel baladeur ou radiateur sauf que ça chauffe pas beaucoup et que vous avez payé un forfait.

*Si c’est l’après-midi, il vous dit : « Je suis cet après-midi aphone, comme dirait Debussy ». Celle là je vais l’envoyer aux Papous dans la tête.
:-)... le prélude ici.
Et le mode d'emploi.

En anglais, sorry, mais très bien articulé. Je recommande vivement.
Et dire que pendant ce temps-là, il y en a qui ont peur d'être espionnés par la NSA...

L'article est sympa et instructif mais quand même, cette phrase fait un peu tache. C'est équivalent à dire "tiens la caissière du Carrouf a fait une erreur en ma faveur... et dire qu'il y en a qui ont peur des fraudes à la TVA tournante". Une faille de sécurité sans personne pour l'exploiter, c'est très différent d'une brèche de sécurité réalisée en vue de l'exploiter.
Je pense que téléphoner dans le métro avec sa souris branchée sur un petit téléphone, ça peut faire classe. Et si en plus on a un gilet et une casquette...
<3

G trouve k le pbl ossi C pk on se débarasse 2 son phone avant kil soit mort, ki fonctione plus ?
Et, maniak, d'ou tu publi mes msg avec ma meuf ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.