31
Commentaires

Suzanne Citron, déconstructrice

Au fond, le plus bel hommage à Suzanne Citron est celui du compte-phare de la fachosphère, FDesouche : "une ardente francophobe a quitté notre horrible pays et son passé immonde". La jubilation mauvaise de l'adversaire naturel : quelle plus belle épitaphe ?

Commentaires préférés des abonnés

J'adore les citations auto-référentes qui s'appliquent si bien au site et à son fonctionnement:
déconstruisons jour après jour ces micro-mythologies quotidiennes, qu'on appelle la com
....
ne faut-il pas dans un premier temps s'être soi-même laissé envo(...)

Merci de m'avoir fait connaître Suzanne Citron (quel nom bien de chez nous! ça me fait penser à la 2CV!)


Puisqu'il est cité, juste un mot sur Antoine Perraud qui s'est déshonoré en co-signant avec Fabrice Arfi l'ignoble billet "Mélenchon joue à saute-(...)

Je pensais que rien ne serait dit du départ de Suzanne Citron. Me voilà réconforté qu'ici où je viens quotidiennement, elle soit honorée.

Derniers commentaires

Merci Daniel.
Voilà qui nous change de certains insoumis comme Mélenchon qui parlait dans sa profession de foi de l'an dernier de "l'histoire de France" comme d'un récit sacré, et Corbière qui se vante d'avoir fait venir Stéphane Bern dans sa circonscription, comme si c'était une référence.

c'est bizarre ce besoin permanent de vouloir croire au père noel , aux mythes, pour les mecs. Les femmes, non bourgeoise,  elles sont trop occupées a bosser pour se prendre pour des héros ..En plus les héros des mythes sont tellement souvent mâles, que les femmes s'en fiche, ou on la réalité déjà a accepter ... elles. 

Tapez quelque chose       Bon, ben, d'accord, je tape: cher D.S, au-delà d'un article tout à faite intéressant, le lien dans votre chronique,  vers le site de Médiapart renvoie à un article... réservé aux abonnés....de Médiapart (auquel je doute de souscrire de toute façon!)


"            La lecture des articles est réservée aux abonnés.        "   C'est ballot.   Rendue discrète jusqu'au bout, Mme Citron!

Un conseil de lecture au cœur du sujet.

Je me suis fais offrir à Noël " Histoire mondiale de la France". Un travail collectif de 122 auteurs sous la direction de Patrick Boucheron.  146 dates, de 34000 avant JC à 2015. Jamais plus de 4 pages par date.

J'en suis à 1143 et je peux déjà dire que c'est le livre que j'espérais sans savoir qu'il arriverait un jour.

800 et 1515 y sont bien sûr, mais combien de dates inconnues qui tout compte fait sont également importantes dans notre histoire.

Naturellement le déconstruction des mythes ( crées effectivement souvent au 19 ème siècle) est effective chaque fois que nécessaire.

Oui, oui... De loin il y a un lien.


Quand la mission est de déconstruire l'actualité et les médias  ,et que c'est de cela qu'on vit,  il y a aussi, toujours, un paradoxe...c'est qu'on est dépendant de ce qu'on déconstruit, et que pour le déconstruire on en parle, et en en parlant on le maintient et diffuse.

Exemple : je ne vais jamais sur les réseaux sociaux, mais finalement j'en entends beaucoup parler...ici ! 

Alors que quand on déconstruit un truc installé et institutionnalisé depuis des décennies, on le déconstruit sans le propager.




L'hommage de Laurence de Cock fait parfaitement écho à celui de FDesouche: on voit tout de suite qu'ils parlent de la même personne, et que l'une admire ce qui fait horreur à l'autre. Sauf que "francophobe", sûrement pas, au contraire. 

Par contre, je regrette tant de commentaires qui parlent d'autre chose. Suzanne Citron n'était sans doute pas connue autant qu'elle le méritait. Ni Invalide, ni Panthéon, c'est dans nos mémoires la meilleure place.

Ce commentaire n'a rien à voir avec le contenu de l'article proprement dit, que je n'ai pas encore lu, mais j'ai reçu dans ma boîte Courriels un avis de lecture/information (?)que je n'ai pas demandé de recevoir, ni RSS ni rien d'autre tant que je n'en ai pas décidé autrement...

Alors, les téléchargements (ou autres appellations) automatiques, c'est "niet". @SI devrait pouvoir gérer la chose.

Comme "avant". Autant formaliser et préciser maintenant les profils de vos abonné(e)s.

Maintenant, si le fait de ne pas vouloir recevoir dans ma boîte courriels une info (quel que soit son nom)  est un handicap pour moi, merci de m'informer de la totalité du "malus" correspondant.


Ceci est un courriel "d"'humeur", mais... "souvent femme varie"... ou pas !

Bonne journée

pour échapper à la "mythologie" historique de nos ancêtres les Gaulois... , il faut aussi signaler l'excellent livre de  

Désolé de mettre ça ici...

Mais ce site c'est vraiment de mieux en mieux... près de 20 secondes pour afficher la page d’accueil... Qui dit mieux...

Eh oui ici à Kourou, on lance des fusées mais on connait pas la fibre...

La modestie ostentatoire est un art délicat, que DS pratique à merveille.

Là, j'ai bien aimé J'ai toujours senti dans le travail que nous faisions ici une véritable filiation avec l'oeuvre discrète de Suzanne Citron. Bon, moi, je ne l'ai pas vraiment senti

et il me semble que recherché aurait été plus approprié. Mais bon ...

J'ai aimé aussi le pluriel de majesté : Nous aimons penser que nous descendons en droite ligne d'un empereur ... Parce que, en ce qui me concerne, personnellement (comme disait Pierre Dac), je ne me sens vraiment pas partie de ce Nous. Et je ne connais pas beaucoup de gens qui pensent descendre en droite ligne de

J'adore les citations auto-référentes qui s'appliquent si bien au site et à son fonctionnement:
déconstruisons jour après jour ces micro-mythologies quotidiennes, qu'on appelle la com
....
ne faut-il pas dans un premier temps s'être soi-même laissé envoûter, séduire, captiver par elles 


Reprenons une micro-mythologie quotidienne évoquée là:
"normal que ça mette plus longtemps, on utilise des techniques plus modernes"

Au début on se dit "là le développeur prend en direct le chef pour une bille", on va le voir se révolter, souligner qu'il n'a jamais demandé du moderne pour le moderne, qu'on aurait dû l'avertir de ce genre de choix technique, mais non, rien, juste "jai fait gloups".
Or à travers le chef, c'est le lecteur, l'utilisateur, l'asinaute, la victime qu'on prend pour une bille dans cette histoire (et le chef laisse faire?), en direct et bille en tête, sans même l'excuse de la belle histoire de la barbe fleurie ou de Roland qui sonne du cor.

JE fais moderne, donc VOUS aurez un site lent, c'est la dictature technique de "celui-qui-sait". Le garagiste vous dit "c'est un déphasage de l'arbre à cames", vous n'avez plus qu'à consulter Wikipedia ou chercher le prix d'un arbre à cames chez Oscaro, vous reprendrez bien un peu d'API en responsive design?

C'est un système plus évolutif, "qui permet de rendre les données accessibles", et tant pis si les données en question n'existent plus: "Mon compte" est "bientôt disponible", la lecture de vidéo nous raconte un problème de "playback", l'enregistrement du son est aux abonnés absents, mais puisqu'on vus dit qu'on fait moderne... (manque plus qu'à ajouter "en même temps"!)

Un éclair de lucidité peut-être?
A quoi cela servira-t-il ? On ne le sait pas encore. Mais au train où vont les innovations, on pré-suppose que ça servira. 
Du lard ou du cochon, de la micro-mythologies quotidienne ou de la com?
On supprime des trucs qui fonctionnaient mais que certains ont déclaré démodés pour "on ne sait pas encore". On vous retire votre ouvre-boîte pour la promesse d'un robot qui le fera à votre place, peut-être un jour.
Vous aviez une petite voiture qui rendait des services, on vous vend un vélo tout de suite en promettant une limousine rutilante "au train où vont les innovations, on pré-suppose...", il y a trente ans on appelait ça du vaporware, de la promesse de logiciel.

Aujourd'hui on est abonnés à une promesse de site, le point commun avec les mythes c'est que ça n'engage que ceux qui y croient; la différence c'est que les mythes on peut les déconstruire, ici le désabonnement est "bientôt disponible", tout est dit.

Coquille: Laurence De Cock

Merci de m'avoir fait connaître Suzanne Citron (quel nom bien de chez nous! ça me fait penser à la 2CV!)


Puisqu'il est cité, juste un mot sur Antoine Perraud qui s'est déshonoré en co-signant avec Fabrice Arfi l'ignoble billet "Mélenchon joue à saute-cadavre" publié sur Médiapart. 

Je me remémore alors la phrase de César dans "Marius" de Marcel Pagnol: "l'honneur, c'est comme les allumettes. ça ne sert qu'une fois".

Tiens, puisqu'on y est: Plantu dans le même sac pour son fumeux dessin Mélenchon/Le Pen dans le point. En plus je suis sur que ça va faire plaisir à Schtroumpf.

"Pour déconstruire les mythologies, médiatiques comme historiques, et pour tenter d'attirer dans cette déconstruction une partie du public captif, ne faut-il pas dans un premier temps s'être soi-même laissé envoûter, séduire, captiver par elles ? Ne faut-il pas que cette déconstruction représente un arrachement, une quasi-trahison intime ?"


Euh... ça, c'est la base de la déontologie historienne, hein. Enfin, je parle des historiens de formation.
Quant à Suzanne Citron, heureusement qu'elle n'a pas les honneurs de la République : c'eût été la faire sombrer dans une autre forme de mythologie mémorielle. En véritable historienne, elle aura travaillé dans l'ombre, elle aura fait avancer le savoir et la compréhension du présent par l'étude du passé.

J'avoue mon ignorance de cette remarquable historienne, je me repends, et j'y cours... Merci a Matinaute

Je pensais que rien ne serait dit du départ de Suzanne Citron. Me voilà réconforté qu'ici où je viens quotidiennement, elle soit honorée.

ni Invalides : tant mieux, car suzanne ne l'était pas! ni panthéon : je plains les femmes condamnées à côtoyer quelques vieux con!... alors : vive suzanne, et vivement le retour de marianne!

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.