74
Commentaires

Sur TF1, avec la brigade du Firmament

Commentaires préférés des abonnés

- Beaucoup de monde pour honorer un chanteur ( ? ) mort !

- Beaucoup de monde pour regarder le mariage d'une princesse de mes deux !

- Beaucoup de monde pour partager ( ? ) la joie de sportifs chanceux ( et fortunés )

- Peu de monde pour les luttes soci(...)

Excellent texte, notre amie Chloé serait-elle passée par là ?

Mais juste une réflexion sur cette coupe du monde.

Je ne connais pas grand-chose au foot et veuillez m'excuser si je fais un ou des contresens.

Mais il me semble que la victoire de l'équipe d(...)

j'espère qu'il n'est rien arrivé au malheureux technicien qui s'est mélangé les pinceaux entre le bleu et le rouge. c'est une belle bourde certes mais bienvenue, ca permet un peu de casser tout ce protocole lourdingue millimétré. D'ailleurs une année(...)

Derniers commentaires

Vous avez dit "je vous ai emmené"???? J'aurais dit "amené" qui me semble un peu plus respectueux...et exact ! Encore une expression qui traduit la pensée profonde (?) de qui vous savez. "Emmenez l'accusé" n'a pas le même sens que "amenez l'accusé" que je sache. Le soldat traité comme un animal ou un objet qu'on exhibe ! Honteux !

Daniel Schneidermann  ne peut pas tout voir...

Bon je sais, Daniel, vous faites votre boulot : décrypter les media, mais enfin, ça commence à me peser, votre obsession de voir le mal partout ! "On est toujours manipulé ; Macron ne fait que de la com ! tout est calculé pour tromper le brave quidam "

. Pourquoi ne pas croire un peu à la sincérité des gens, du public ? des organisateurs et même des présentateurs ?  

S'il n'y avait que des sceptiques comme vous sur terre, on n'avancerait pas ! 

Vous croyez en quoi pour pouvoir vivre ? vous ne vous enthousiasmez jamais pour rien ? 

A mon tour d'exprimer ma joie. Mes amis et moi-même allons défiler avec nos drapeaux. Eh, oui, c'est enfin fini !

La compétition est terminée.  Les supporters insupportables ( belle allitération ) sont enfin calmés. La paix !

Les  récupérations politiques et télévisuelles vont légèrement disparaître.

 

Merde ! J'ai oublié le Tour de France.

 Et, c'est reparti ! Les spectateurs envahissent les routes , avec les drapeaux et les vociférations. Belle fête populaire me dira-t-on  ( j'ai des doutes, doit-on se réjouir de glorifier la compétition qui départagera  le meilleur dopé, les médicaments les plus efficaces, l'équipe la plus riche ?)

Avec , de nouveau les récupérations politiques et télévisuelles. Espérons que Notre Président ( que Dieu L'installe au coeur de la caravane, comme un chameau) recevra le meilleur pharmacien , à l'Elysée , à l'issue de cette belle fête.

Nous nous acheminerons, alors vers le mois d'Août , les aoûtiens . Brégançon .

La  compétition, la vraie commencera, peut-être en Septembre. Souhaitons que la liesse des Français  soit encore visible ( avec d'autres drapeaux )

Les 4 Pussy Riot qui ont perturbé le déroulement de la finale ont écopé de 15 jours de prison. 

Quelques minutes après leur intrusion, le groupe Pussy Riot avait affirmé, sur ses pages Twitter et Facebook, que ses membres en étaient à l’origine, diffusant également une liste de six requêtes.  "Libérez tous les prisonniers politiques", était leur première demande. Les autres évoquaient la fin des arrestations lors des manifestations pacifiques et "l’autorisation de la concurrence politique dans le pays" ( extrait du Monde.fr).

La dramatique déchéance de Frédéric Taddei : l'animateur quitte France 2 pour RT France où il animera une émission de débats. De la manière dont il "évolue", on devrait le retrouver sous peu chez Collon ou Meyssan ou sur Panamza.

"sous le sourire de Denis Brogniart" sponsorisé in extremis et sûrement pas gratuitement par Nike.  TF1 au courant ?

L'emploi du mot totalitaire n'est pas approprié à mon sens.


On pourrait parler de patriotisme ou de nationalisme à la limite, totalitaire certainement pas, les mots ont un sens quand même. Il est vrai que nous vivons l'époque de l'exagération sémantique permanente, la moindre chose ou propos se retrouve vite taxée de tous les anathèmes, le moindre phénomène météo est taxée de "froid sibérien" de "canicule" de "tempête du siècle" etc ... Si bien que lorsqu'on est face réellement à ces choses on ne dispose plus de mots à mettre dessus et surtout on fait perdre leurs sens aux mots.


Sur wiki le totalitarisme:


"Le totalitarisme est l'un des principaux types de systèmes politiques avec la démocratie et l'autoritarisme. C'est un régime à parti unique, n'admettant aucune opposition organisée et dans lequel l'État tend à confisquer la totalité des activités de la société "


En quoi ce qu'on a vu dimanche se rapproche de cela ?


Les commentaires ici et l'article de DS revêtent une détestation de la France et une assimilation pleine et entière du moindre sentiment national "aux heures les plus sombres". Pourtant, chacun se sent bien "quelque chose" non ? Tous le monde a un sentiment d'appartenance quel qu'il soit, certains se sentent Français, d'autre se sentent catholique/musulman/juif, voir encore de minorités qu'elles soient LGBT, racisée ou autre. D'autres encore se sentent d'abord Européen. Est-ce qu'un juif déteste forcément tous les autres ? Est-ce qu'un musulman considère l'humanité hors de la oumma comme mécréante ? Est-ce qu'un Européen est forcément raciste ? Est-ce qu'un homosexuel est forcément hétérophobe ? etc 


On peut se sentir Français, Brésilien, Turc, Malien etc sans détester tous les autres.

Mais il est vrai que ce sentiment d'appartenance et d'identification à un groupe se fait forcément par rapport aux autres groupes et que oui cela peut aboutir à un sentiment de supériorité voir de haine de l'autre mais cela ne touche pas que le sentiment national loin de là !


L'homme est un animal social, ce besoin d'identification à un groupe est dans sa nature et le sentiment d'appartenance à une communauté politique quelqu'en soit la forme est logique et même inévitable. Le sentiment national existera tant que les nations existeront. Ne pas vouloir de sentiment national c'est ne pas avoir de nation, par quoi la remplacez-vous ? L'europe ? Les régions ? Qu-est ce que la construction Européenne si ce n'est une autre forme de communauté politique plus vaste ? D'ailleurs cette dernière ne parvient pas à voir la jour réellement justement parce qu'il n'y a pas de sentiment national Européen réellement encré dans les populations. Et si vous remplacez Les nations actuelles par l'Europe ou par les régions ce sentiment nationaliste potentiellement pourvoyeur de haine disparaîtra-il ?


Votre défense du nationalisme ne me semble pas répondre au sens dans lequel l’allusion au totalitarisme est évoquée dans l’article.

Je crois qu’il est beaucoup plus question de la présentation « officielle » des événements, du glissement du langage et de sa capacité à déformer le réel (voir Orwell).   

Le totalitarisme est indissociable de la question de la propagande.

De ce point de vue,  le titre de l’article est épatant.

Non ?

Ce n'est d'ailleurs pas une défense du nationalisme.

Ben si : Presque dix fois  "nation/national",  pour argumenter à partir de votre  " Les commentaires ici et l'article de DS revêtent une détestation de la France et une assimilation pleine et entière du moindre sentiment national "aux heures les plus sombres"  ".
Selon moi, vous interprétez de travers le sens de la chronique et en particulier de l'allusion au totalitarisme.

Là encore les mots ont un sens national et nationalisme n'ont pas la même signification, le nationalisme c'est l'exaltation à outrance du sentiment national en opposition aux autres nations, heureusement que tous les gens qui ont un sentiment d'appartenance nationale ne sont pas nationalistes !


Défendre la nationalisme ce serait défendre le droit des nations à s'auto-complaire de manière permanente et à vouloir dominer le reste du monde, bref défendre une guerre mondiale perpétuelle.


Tous sentiment d'appartenance à un groupe ne se fait pas nécessairement en opposition haineuse aux autres groupes et heureusement.


Ce que je critique c'est justement le fait qu'ici vous tous pensez que tout sentiment d'appartenance nationale est forcément synonyme de nationalisme, vous êtes dans l'outrance, dans un manichéisme presque religieux assez caractéristique d'une certaine gauche, tout est blanc ou noir, rien est gris, il y a le bien et le mal, les gens bons et les gens mauvais, il y a la détestation de son pays d'un côté ou le nationalisme de l'autre rien n'est possible entre ces extrêmes. Une vision dichotomique du monde qui ne peut envisager les choses qu'en les classant en deux catégories, une méthode qui aboutis d'ailleurs obligatoirement à la division, la polémique l'affrontement en classant toujours et systématiquement des groupes comme étant des gens biens et d'autre comme étant des gens mauvais, (sous-entendu à abattre)


Cette gauche, elle est destructrice, elle nourrit des sentiments de haine, elle cherche en permanence le méchant, le fautif, le coupable à abattre, elle divise les gens et au final elle ne propose aucun projet politique. Si elle n'en propose pas de projet politique, n'en sert-elle pas un ? "diviser pour mieux régner" "divide to conquer"




"Tous sentiment d'appartenance à un groupe ne se fait pas nécessairement en opposition haineuse aux autres groupes et heureusement". 


C'est ce que je dis, vous défendez une vision du nationalisme.



Ceci : "Là encore les mots ont un sens national et nationalisme n'ont pas la même signification, le nationalisme c'est l'exaltation à outrance du sentiment national en opposition aux autres nations" , c'est trop court.
Le terme  "nationalisme" est polysémique, vous pouvez y caser par exemple le panslavisme, le pangermanisme, le patriotisme, les  états-nations ou à l’inverse les nations coincées dans des empires, l’impérialisme, …
Ou alors le rôle de Chopin dans la conception romantique du sentiment national polonais face à la situation géo-politique du XIXe (domination russe).


Je voulais juste vous faire remarquer que, selon moi,  votre réponse à l'article est hors sujet.

Quant à l'accusation suivante : "Une vision dichotomique du monde qui ne peut envisager les choses qu'en les classant en deux catégories ", euh.. ha ha, quoi.

Peut être que vous vous savez que le terme de nationalisme est polysémique mais en général aujourd'hui ce terme est reçu dans son acception la plus péjorative, c'est pourquoi je ne peux vous laisser dire que je défends le nationalisme. Ma réponse est pour l'article et les commentaires et pour moi ce n'est pas du tout hors-sujet bien au contraire; vous devriez relire entièrement l'article de DS ainsi que les commentaires.


Mais je crois que vous n'avez pas compris ce que j'ai expliqué de toute façon, il faut croire que je n'ai pas été clair. 



Relisez votre première intervention (ci-dessus) : pour contester l'emploi du terme "totalitarisme", vous développez la question  de l'appartenance à une nation (si vous préférez).
Comme je trouvais personnellement  l'expression " flash totalitaire" opportune, surtout assortie du titre de l'article, très inspiré selon moi, je trouvais que votre critique passait à côté du sens de la chronique (qui s'intéresse à la mise en spectacle de l'information, disons propagande puisque absence totale de journalisme).
 

A propos, une nouvelle traduction de 1984 est disponible. Plus incisive et tranchante, donc plus fidèle à l'original...

https://www.francetvinfo.fr/culture/livres/le-chef-d-oeuvre-de-george-orwell-1984-parait-dans-une-nouvelle-traduction_2756431.html

A propos de la presse :

Ha ha, les décoderus du Monde qui s'intéressent au cas de NordPresse (

Le football est une dramaturgie incertaine qui s'écrit en temps réel sous les yeux des spectateurs. C'est ce caractère incertain, ainsi que la rareté du but et l'accessibilité de la pratique qui font du foot un sport si particulier et si intense.

Ceux qui s'enthousiasment devant le spectacle footballistique sont conscients que le foot est une bagatelle, mais aussi qu'il est, pour reprendre une formule de l'anthropologue Ch. Bromberger, "la bagatelle la plus sérieuse du monde", de  celles qui garantissent les investissements émotionnels les plus puissants.

Le football est aussi une passion partisane : on choisit son camp, et on le défend avec toute la mauvaise foi imaginable. S'exaspérer bruyamment de la faute pourtant légère d'un joueur croate n'a absolument rien à voir avec une expression agressive de nationalisme. Il faut savoir déceler la part d'outrance, de second degré et de mauvaise foi teintée d'autodérision que cela implique.


Savoir s'enthousiasmer pour une cause qu'on sait dérisoire requiert une certaine sagesse et un certain humour qui ne peuvent s'acquérir que par des dizaines et des dizaines de visionnages de matchs, d'échanges et éventuellement de lectures, toutes ces pratiques étant au principe de la "culture foot", qui existe au même titre qu'existent une "culture rock", une culture culinaire ou une culture cinéphile.


A mon avis, les grandes proclamations sur le caractère supposément aliénant du spectacle footballistique et sur la bêtise des foules rassemblées ne sont qu'une vaine tentative de rationalisation de la haine qu'éprouvent ceux qui se sentent exclus de la culture foot et des émotions indescriptibles auxquelles elle ouvre la voie pour ceux qui les vivent.

Le même mépris que celui exprimé par les curés peine-à-jouir à l'encontre des drag queens qui faisaient la fête dans les clubs gays dans les années 70. Un mépris fièrement ignorant et vaguement envieux.


J'aime beaucoup Philippe Poutou mais s'il était un matérialiste conséquent, il saurait qu'il est vain de s'indigner du fait que les gens préfèrent envahir les rues après un match de foot que pour faire la révolution ou défendre les droits des travailleurs : c'est moins risqué, plus fédérateur, et moins incertain (le cours de la vie ordinaire reprend le lendemain). Surtout, il est absurde de mettre en concurrence l'action militante et une action récréative (même collective). Je suis de tous les cortèges anticapitalistes, et j'ai fait la fête dans les rues de Paris hier. Il y a, paraît-il, eu des débordements hier soir, mais personnellement je n'en ai vu aucun, si ce n'est un peu de pisse dans la rue (en même temps, vu le nombre de toilettes publiques...), des gens sur les abribus et d'autres qui faisaient la chenille (atteinte inadmissible à la pudeur et au bon goût). L'écrasante majorité des personnes présentes communiaient entre amis ou famille dans un esprit de partage totalement inoffensif, et pas du tout avec une posture agressivement nationaliste.


Maintenant effectivement, il y a un gros problème avec le discours médiatique sur le football, vraiment exaspérant. Les plateaux TV comptent une proportion de gros beaufs autosatisfaits (journalistes pour la plupart) sans commune mesure avec le public ordinaire des sincères amateurs de foot. Pascal Praud étant le parangon du gros beauf de journaliste qu'auparavant seuls les amateurs de foot détestaient, et qu'aujourd'hui tout le monde déteste depuis qu'il a été promu pour faire une émission politique. Eteindre sa télé et partager ces beaux moments de football entre amis et en famille : retourné acrobatique, lucarne, c'est le bonheur.

Existe-t-il une sociologie du supporter ?

Quand l'étoile sera, si ce n'est au maillot accroché en guise de faux nez, illusion des instants...

Profitons de ces bruyants silences.


"La cruauté se noue  et la douceur agile se dénoue. L'amant des ailes prend des visages bien clos, les flammes de la terre s'évadent par les seins et le jasmin des mains  s'ouvre sur une étoile."  ( P Eluard) 



à gerber ! ! !

En direct hier.


C'est terrible, les cris, les trompes et les hurlements klaxonnaires présagent d'un concassage de roubignoles pour quelques mois !  


Courage & Abnégation camarades ou non !

Toutes les pires décisions ès-gouvernementales passeront avec un "On les champions, non ?"


Et là j'entends par la fenêtre le rouleau compresseur de la "bêtise" : 

"Qui ne saute pas n'est pas français, hop ! qui ne saute pas n'est pas français, hop !" ad nauseam

Drôle de match. Une sorte d'illustration de la loi des avantages comparatifs de Ricardo : la Croatie joue très bien au foot, la France se contente de marquer des buts.


Et puis, un changement d'époque. La fin des défaites romantiques du genre Séville 82 ou Berlin 2006. Voici le temps des victoires pragmatiques.

Dans un univers parllèle proche : https://www.facebook.com/photo.php?fbid=579484949115485&set=a.149283405468977.1073741828.100011619540791&type=3

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

1998: Blacks Blancs Beurs.

2018: où sont les Beurs  ?

Excellent texte, notre amie Chloé serait-elle passée par là ?

Mais juste une réflexion sur cette coupe du monde.

Je ne connais pas grand-chose au foot et veuillez m'excuser si je fais un ou des contresens.

Mais il me semble que la victoire de l'équipe de France, c'est justement de l'anti-macron par excellence.


D'abord le fait que les équipes qui étaient considérées comme favorites, le Brésil, le Portugal, parce qu'elles avaient des joueurs d'exception, ont été éliminées assez rapidement, au grand dam de leurs supporters. Les puissantes individualités, premiers de cordée, qui sont achetées pour des sommes ahurissantes, n'ont absolument pas fait la différence pour leurs équipes. 

Par contre, la France, qui comptait sur Griezmann, le mec au rasoir, s'est révélée pleine d'individualités riches qui en jouant collectivement, ont réussi à faire la différence. Même si c'est le mec de 19 ans, Mbappé, qui a éclos au niveau international, il est encore vert. Et même encensé,il a gardé la tête froide et n'a pas joué la vedette... Aucun d'entre eux...

C'est une équipe soudée qui a gagné, avant tout, tout le monde sur le même niveau, pour passer la balle et pour que celui qui peut marquer dans de bonnes conditions soit celui qui met le but.


Et nous avons Didier Deschamps, le mec blanchi longuement sous le harnais du football collectif, qui était capitaine de la coupe du monde 1998, et qui est devenu entraîneur et sélectionneur. Il sait exactement de quoi il parle et ce qu'il fait. Il a l'expérience, le talent. Il n'est pas apparu comme un astre surgi d'un trou noir. Il a fait ses preuves sur tous les terrains d'Europe comme joueur et comme coach. 

Il a montré jour après jour son tempérament et son talent, sa force pour résister aux coups du sort, son opiniâtreté. Et il a toujours fini par gagner, malgré les atermoiements et les rivalités. Il a appris de ses erreurs, et ne s'est jamais pris pour Jupiter, alors qu'il réussit.

Une bonne leçon ?


N'y aurait-il pas dans cette mise en scène forcenée de "la joie du peuple" comme un aveu implicite et malgré soi que par les temps (auto-destructifs) qui courent, on a besoin d'une très grosse mise en scène pour masquer des problèmes de fond de plus en plus criants qu'on n'arrive plus à refouler vraiment par ailleurs?
 Ceci dit, il ne faut pas se leurrer. Même si les puissants, et les politiques en particulier, cherchent à détourner et à récupérer cet amour du peuple pour le foot (lire à ce propos "impérium" de Lordon sur les stratégies de captation par le pouvoir des élans de la "multitude"), beaucoup parmi le peuple ne sont pas dupes. Et ils peuvent très bien participer à une fête par le corps (sauter en frissonnant en clamant "on est les champions", alors qu'objectivement il faudrait mieux dire "ils sont les champions", mais le corps en joie n'a que faire de l'objectivité et des motifs affichés de la fête, il cherche la fête) et le lendemain ou quelques jours après se dire "Macron je sais bien que tu nous violentes malgré l'amour que tu affiches pour le foot essayant de m'embarquer par la sympathie des corps et des sourires".....

Hier la mer était à 25°C. Le soleil de 17h, le sel sur les corps... toutes ces sensations sans équivalent. La seule présence de toutes ces foutaises du monde ce sont les trois maîtres nageurs sauveteurs (?) qui sont les yeux rivés sur le petit écran ... la sécurité des baigneurs n'est plus leur priorité. Mais n'est ce pas un peu le prix de la liberté ?

D’habitude on fait ça avec les enfants pas loin de la mort, de concrétiser leur rêve de rencontrer telle ou telle star. Bon, c’est vrai que Macron avait déjà fait le coup de l’enfant, bien en vie celui-là, pour la demi-finale, ne lui restait effectivement que l’adulte brisé. Quelque chose me dit qu’un épisode de canicule le verra, sous nos applaudissements, se pencher sur une personne âgée, sera-t-elle grabataire ou bon pied bon œil, on verra ça le moment venu...

j'espère qu'il n'est rien arrivé au malheureux technicien qui s'est mélangé les pinceaux entre le bleu et le rouge. c'est une belle bourde certes mais bienvenue, ca permet un peu de casser tout ce protocole lourdingue millimétré. D'ailleurs une année sur 2 ca serait pas mal de changer pour un défilé civil : "voici l'équipe du CHU de Grenobles, defilant à 60 pas a la minute, non pas par tradition mais parce qu'ils sont un peu fatigués , ils étaient de garde cette nuit"


Sinon beau match  et belle euphorie populaire, la gueule de bois va être sévère dans les jours qui viennent mais ça en valait la peine. Pour moi la coupe du monde se termine sur un bilan  en demi teinte : 75% des matchs ratés faute de temps, ou de decalage horaire, 3 contraventions mais de bon moments passe  en famille ou avec les amis  pour voir les matchs,   rendez vous pour la coupe du monde de rugby.


Sinon je vous plains daniel d'avoir du subir l'émission de TF1  pour nous en rendre compte, votre professionnalisme vous honore.

Ce sera très court...... Pertinent ! Bravo

dis, TF1, à quoi ça ressemble, un flash totalitaire de joie ?


En perspective avec le titre de la chronique, très stimulant.

- Beaucoup de monde pour honorer un chanteur ( ? ) mort !

- Beaucoup de monde pour regarder le mariage d'une princesse de mes deux !

- Beaucoup de monde pour partager ( ? ) la joie de sportifs chanceux ( et fortunés )

- Peu de monde pour les luttes sociales et politiques !

Est-il permis de ressentir un léger malaise, d'éprouver un certain dégoût , et pour tout dire d'avoir un peu honte d'appartenir malgré soi, à cette communauté ?


Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.