Sur TF1, avec la brigade du Firmament
chronique

Sur TF1, avec la brigade du Firmament

"L'adjudant chef qui est là avec nous, il était donné pour mort au Mali. On l'a sauvé. Il a perdu une jambe, un bras." Cadré par Paul Pogba, qui filme, le caporal-chef Manuel sourit aux côtés d'Emmanuel Macron (et pas seulement parce que Macron vient de lui accorder un avancement express). On est dans les vestiaires, quelques minutes après la fin du match, entre habitants du toit du monde. "J'ai fait sa connaissance au mois de juin. On ne voit qu'une chose, c'est son sourire, comme vous voyez ce soir. Je l'ai revu le 13 juillet. Il était sur un fauteuil roulant. Il m'a dit que la personne qu'il admirait le plus c'était Didier Deschamps". Souque ferme, amiral Manu : c'est qu'il s'agit (entre autres) d'effacer la crise déclenchée, le même 13 juillet de l'an dernier, avec l'Etat-major des Armées, pour de mesquines raisons budgétaires.

"Il m'a dit, j'ai une faveur à vous demander. Après-demain quand vous verrez les joueurs, dîtes-leur qu'ils ont fait rêver un petit Français comme moi. C'est pour ça que je voulais vous l'emmener. Pour que vous vous rendiez compte de ce que vous faîtes".

Partager cet article

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.