73
Commentaires

"Sur la grippe, j'espère qu'on aura surréagi !"

Avec la grippe A, les télés joueraient-elles à se faire peur ? Depuis quelques semaines, les jités vivent au rythme de l'épidémie. Des conseils sanitaires au décompte du nombre de victimes en temps réel, qu'est-ce qui semble justifié, et qu'est-ce qui relève de l'emballement médiatique ? L'organisation mondiale de la santé (OMS), dont les niveaux d'alerte sont suivis à la loupe, en fait-elle trop ?

Derniers commentaires

Je suis né à Lyon en 1946, en 68 j'avais 22 ans et je travaillais en usine, à Lyon également... je n'ai pas entendu parler d'une épidémie de grippe particulièrement grave ni des 35% de personnes en arrêt maladie, la grippe, il y en avait tous les hivers. De nos jours on vaccine... commentaire de mon médecin en signant le papier de la sécu (pour avoir le vaccin gratos) : "la vaccination je suis pour, il y a bien eu plusieurs mort en Israël, mais bon..." J'ai mis le papier à la poubelle, évidemment !
Bonjour,

ceci etant mon premier message, je ne sais pas trop ou il doit etre place, et comme j' ecris de Chine sur un clavier sans accent, merci d' etre indulgent :-) .

J' ai quelques amis qui m' ont deja parle de l' inneficacite des vaccins, qui ne servent qu' a renflouer les industries pharmaceutiques, et qui se revelent meme dangereux en "filant" le virus qui peut un jour se "reveiller" et mettre le boxon...

J' aimerais que vous me donniez votre avis sur cette article qui m' a ete envoye, et qui concerne la fievre porcine, avec un zeste de Sarko, et une reference au danger des vaccins:

Le plan secret de vaccination contre la grippe porcine de Sarkozy


par F. William Engdahl

> Selon un article sur des fuites dans un journal français, le gouvernement français est en train de mettre au point des plans secrets, pour imposer à l'ensemble de la population française une campagne de vaccination obligatoire, prétendument contre l’éventuelle maladie de grippe porcine. Ce plan, sans précédent, va même à l’encontre des recommandations des avis de la santé publique. Les géants pharmaceutiques bénéficient de cette mesure, tandis que la grippe porcine pousse la tendance à la militarisation de la santé publique et au recours inutile à la panique dans la population pour faire avancer l'ordre du jour.
>
> Selon un article de l'édition du 30 mai du quotidien français Le Journal du Dimanche, le régime Sarkozy a autorisé une dépense d'environ 1 milliard d’euros pour acheter des vaccins, destinés prétendument à lutter ou à protéger contre le virus H1N1 de la grippe porcine. Le seul problème, c’est que, à ce jour, ni l'OMS, ni le Center for Diseases Control (CDC) des États-Unis n’ont réussi à isoler, photographier au microscope électronique, ni à classer chimiquement le virus Influenza A H1N1. Rien de scientifique n’indique non plus que des virologistes français l'aient fait. Rendre obligatoire des médicaments contre une maladie supposée, qui n'est même pas caractérisée, est pour le moins douteux.
>
> Encore plus étrange, il y a l'aveu de la Food & Drug Administration du régime étasunien, l’organisme chargé de la santé et la sécurité de ses citoyens, selon lequel, le « test » autorisé à sortie prématurée pour contrôler le H1N1 n'est même pas éprouvé. Plus précisément, dans tous les décès présentés à ce jour comme preuve scientifique de mort attribuable au virus H1N1 de la grippe porcine, il n'existe aucune preuve médico-légale qu’ils soient dus effectivement à ce genre de virus. Les épidémiologistes européens pensent que les décès rapportés à ce jour sont « le fruit du hasard » ou de ce qu’on dénomme infections opportunistes.
>
> Ce que nous savons avec certitude, c'est que les gens qui sont morts ont souvent eu avant des complications respiratoires de nature non divulguée. Des gens meurent chaque jour de maladies respiratoires. Aux États-Unis seuls, quelques 36.000 décès liés à la grippe sont enregistrés chaque année, sans panique ni frayeur excessive. La plupart sont des personnes âgées ou des patients atteints de maladies pulmonaires. À ce jour, dans toute la France, 24 personnes ont été identifiées par les autorités de santé comme ayant les « symptômes » du H1N1. Il est intéressant de noter ce que citent l'OMS et le CDC comme symptômes du H1N1 : température, toux, maux de tête, écoulement nasal. Hmmmmm. Connaissez-vous quelqu'un avec les symptômes de la grippe porcine ? On notera aussi que, dans le dépouillement de plus de 15.000 cas de grippe porcine du H1N1 « confirmés » dans le monde, la grande majorité a guéri miraculeusement en trois à sept jours, tout comme dans le cas d'un mauvais rhume.
>
>
> Objectif : Militariser la santé publique
>
> Il devient de plus en plus évident qu’une arrière-pensée est derrière les vagues successives de panique de masse créées ces dernières années par la CDC, l'OMS et des organismes gouvernementaux. Nous avons été affolés de manger du bœuf quand le bétail, au Royaume-Uni et ailleurs, a développé une maladie mortelle appelée ESB ou « maladie de la vache folle. » Plus tard émergea la preuve du fait que l'ESB était la conséquence de la vaccination des vaches pour tuer des insectes inoffensifs qu’elles ont sous la peau. Plus récemment, après des rapports de cas de ce qu'on appelle la « fièvre catarrhale» chez la vache, le mouton et la chèvre en Belgique et en Hollande en 2006, les autorités vétérinaires d’Allemagne, de Suisse et d’Autriche ont imposé une vaccination obligatoire ou un traitement avec des médicaments pour soi-disant protéger les animaux des morsures d'insectes prétendument porteurs de maladie habituellement inoffensives.
>
> La vaccination des animaux des cheptels a été rendue obligatoire contre une maladie qui est en général si anodine qu’elle passe inaperçue, et qui dans de rares cas extrêmes pourrait être liée à la mort. Tous les animaux de plus de trois mois devaient être vaccinés. Les vaccins, selon un rapport de la publication suisse Aegis-Impuls de 2008, ont provoqué la mort en masse, une baisse de la natalité, une diminution de la production laitière, des crises cardiaques et d'autres graves effets. Les vaccins ont été utilisés en dépit du fait que personne apparemment n’avait certifié leur sûreté avant. Ils contenaient typiquement de l'hydroxyde d'aluminium et du Thiomersol ou mercure, en tant qu’adjuvants et/ou conservateurs, tous deux hautement toxiques et tous deux également utilisés dans la plupart des vaccins humains.
>
> En dépit de la masse de protestations et de rapports auprès des autorités vétérinaires en Allemagne, en Suisse et en Autriche, il n’a pas été tenu compte des alertes et la vaccination de masse obligatoire a continué. Il n'est guère étonnant que les agriculteurs prennent leurs tracteurs pour protester dans la rue.
>
> Le rapport d'un plan secret du gouvernement français, visant à vacciner tous les citoyens français de plus de trois mois, plus de 100 millions de doses, est plus que préoccupant. Selon Le Journal du Dimanche, anticipant un probable retour du virus en automne, le gouvernement français va dépenser près d'un milliard d'euros pour acheter des vaccins. Les autorités annonceront en automne si elles décident de rendre le vaccin obligatoire. « Nous serons prêts à attaquer dans un délai très court, » explique la ministre de la Santé. Selon les sources, l'État veut commander 100 millions de doses vaccinales contre la grippe auprès de trois laboratoires, GlaxoSmithKline, Novartis et Sanofi. Les deux derniers sont des compagnies françaises.
>
> Le rapport français vient juste après l’adoption par le Sénat de l'État du Massachusetts d’un projet de loi de vaccination obligatoire contre la prétendue grippe porcine du H1N1. Dans l'hôpital d'État de l'État de New York, le planning des autorités est de débattre de rendre obligatoire la vaccination annuelle contre la grippe pour tout employé de la santé publique, bien qu’il n’existe aucun vaccin approuvé contre le H1N1. De plus en plus, il commence à apparaître que la peur des pandémies d’oiseaux ou de porcs est un prétexte pour justifier les vaccins obligatoires avec des substances dont les effets secondaires néfastes sont manifestement plus grave que la grippe dont ils devraient nous prémunir.
>
> Novavax, une compagnie pharmaceutique étasunienne de Rockville dans le Maryland, vient juste d’annoncer assez opportunément qu’elle développe un vaccin contre le H1N1, basé sur des « particules apparentées aux virus, » contenant trois protéines du virus de la grippe sans les gènes nécessaires à la réplication. Le vaccin est produit grâce à des techniques de modification génétique des organismes ou des OGM. L'annonce a été faite dans les jours où la compagnie a annoncé une perte d'exercice financier de 36 millions de dollars.
>
> Le médicament Tamiflu, qui est officiellement recommandé par l'OMS comme traitement pour « atténuer » les symptômes d’une éventuelle grippe porcine ou Influenza A H1N1, telle qu'elle a été rebaptisée, est lui-même hautement toxique. Santé Canada a informé les Canadiens de rapports internationaux sur des hallucinations et des comportements anormaux, dont l’automutilation, chez des patients prenant le médicament antiviral Tamiflu. Dans certains cas, la mort a été le résultat, et de graves complications pulmonaires sont largement associées au Tamiflu, le médicament dont le principal bienfaiteur financier est considéré comme son plus grand actionnaire, l'ancien secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld.
>
> En 1976, aux États-Unis, le Président Gerald Ford, soucieux de remporter une élection serrée, face à une éventuelle pandémie, ordonna une vaccination de masse de la population, pour montrer aux électeurs qu'il était un Président « pratique. » La pandémie de 1976 n’arriva jamais, mais un grand nombre de gens souffrirent des graves effets neurologiques secondaires du vaccin, dont la production avait été précipitée, parmi lesquels furent signalés 25 décès du syndrome de Guillain-Barré.
>
> La vaccination obligatoire avec des médicaments dont les effets secondaires sont inconnus, parce qu'ils n'ont pas été rigoureusement testés de façon indépendante, commença à frapper le genre humain aux États-Unis ou en Allemagne durant les années 30, lors d’expériences humaines de masse, effectuées avec des prisonniers handicapés mentaux et d’autres personnes défavorisées.
>
> Article original en anglais, Sarkozy’s Secret Plan for Mandatory Swine Flu Vaccination, publié le 3 juin 2009.



Voila, c' est tout, merci de vos reactions!
Il ne me semble pas que quiconque ait évoqué les véritables origines du rhume du goret…

Ce qui est curieux !

Personne ne s’avise (Daniel Schneidermann y compris) que le drame des médias en général - et de ceux qui prétendent traiter l’actualité en particulier – est de devoir remplir, à intervalle fixe, un espace vide à l’origine – qu’il consiste en papier ou en temps d’antenne (c’est une variété du syndrome de la page blanche)…

La conséquence est effrayante : tous ces gens (qui font mine de nous informer) se gardent bien pour des raisons trop claires d’évoquer les sujets qui fâchent, mais rêvent à l’année pleine de la gigantesque catastrophe qui leur évitera d’avoir à faire le tri entre un vague accident de la route (mais avec pour responsable un mineur non titulaire du permis, chargé en alcool et en cannabis), une paire de baffes libéralement distribuée par une vedette du show-bizz à un quidam ahuri et la confection des Bêtises de Cambrai avec retour sur l’origine du succulent bonbon nordiste…

Peu importe la catastrophe d’ailleurs, qu’elle soit avérée (11 septembre 2001, Tsunami, etc.) ou simplement potentielle (c’est moins fort mais on peut jouer sur le suspense, surtout avec la musique qui va bien… C’est l’excellent coup de la pandémie annoncée)

Et puis il y a aussi les différentes catégories d’inutiles qui tournent autour de ces questions comme des mouches à m…. : Politiques, fonctionnaires, OMS…

Ces gens-là doivent justifier leur existence parasitaire, et c’est un besoin vital surtout au moment où des mesures d’économie vont s’imposer pour tenter de traverser la crise financière (largement dépendante du fait que des millions d’inutiles et d’incapables plombent les comptes des nations, sans parler de la corruption et du pillage organisé de l’argent public, y compris pour des fins privées, Gordon Brown, si vous me lisez…)

Mais, sincèrement, c’est un peu honteux cette manière de tenter d’affoler les populations, non ?

Et oser prétendre que cette excitation médiatique peut limiter les dégâts, c’est un vrai gag !

Qui a mis un masque (d’ailleurs inefficace) à la suite des appels aux armes de nos journaux papier ou télévisés ? Personne, heureusement : nous ne sommes pas des marionnettes !

Les médicaments ne sont pas des outils magiques ?

Ah ! Bon !

Et l’intelligence, la mesure, voire un minimum de raison et de courage, c’est magique ?

Depuis le Syndrome Ridicule de l’Andouille Supinant que j’ai traversé à Singapour, à moitié mort de rive devant ces milliers de clowns tremblants et masqués, jusqu’à l’échec patent du goret grippé, que de râteaux pour lémédias !

Qu’ils se rassurent le grand soir viendra bien un jour : l’écroulement de la moitié de la planète à la suite d’un tremblement de terre gigantesque ou une pandémie monstrueuse tuant tant et plus…

Comme des fusées de feu d’artifice les journalistes brilleront quelques heures avant de mourir à leur tour…

En conclusion je suggère de relire ce texte exceptionnel, à de nombreux titres (Didier Porte dit qu’un SMS humoristique consacré au déraillement des trains a valu 23 heures de garde à vue à celui qui l’a reçu. VOIR ICI... Pendant ce temps combien d'escrocs d'état gambadent-ils en toute tranquillité ?)

Les Animaux Malades de la Peste

Un mal qui répand la terreur,
Mal que le ciel en sa fureur
Inventa pour punir les crimes de la terre,
La peste (puisqu'il faut l'appeler par son nom),
Capable d'enrichir en un jour l'Achéron,
Faisait aux animaux la guerre.
Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés:
On n'en voyait point d'occupés
A chercher le soutien d'une mourante vie;
Nul mets n'excitait leur envie,
Ni loups ni renards n'épiaient
La douce et l'innocente proie;
Les tourterelles se fuyaient:
Plus d'amour, partant plus de joie.
Le lion tint conseil, et dit: «Mes chers amis,
Je crois que le Ciel a permis
Pour nos péchés cette infortune;
Que le plus coupable de nous
Se sacrifie aux traits du céleste courroux;
Peut-être il obtiendra la guérison commune.
L'histoire nous apprend qu'en de tels accidents
On fait de pareils dévouements: (1)
Ne nous flattons donc point, voyons sans indulgence
L'état de notre conscience
Pour moi, satisfaisant mes appétits gloutons,
J'ai dévoré force moutons.
Que m'avaient-ils fait? Nulle offense;
Même il m'est arrivé quelquefois de manger
Le berger.
Je me dévouerai donc, s'il le faut: mais je pense
Qu'il est bon que chacun s'accuse ainsi que moi:
Car on doit souhaiter, selon toute justice,
Que le plus coupable périsse.
- Sire, dit le renard, vous êtes trop bon roi;
Vos scrupules font voir trop de délicatesse.
Eh bien! manger moutons, canaille, sotte espèce.
Est-ce un pêché? Non, non. Vous leur fîtes, Seigneur,
En les croquant, beaucoup d'honneur;
Et quant au berger, l'on peut dire
Qu'il était digne de tous maux,
Etant de ces gens-là qui sur les animaux
Se font un chimérique empire.»
Ainsi dit le renard; et flatteurs d'applaudir.
On n'osa trop approfondir
Du tigre, ni de l'ours, ni des autres puissances
Les moins pardonnables offenses:
Tous les gens querelleurs, jusqu'aux simples mâtins,
Au dire de chacun, étaient de petits saints.
L'âne vint à son tour, et dit: «J'ai souvenance
Qu'en un pré de moines passant,
La faim, l'occasion, l'herbe tendre, et, je pense,
Quelque diable aussi me poussant,
Je tondis de ce pré la largeur de ma langue.
Je n'en avais nul droit, puisqu'il faut parler net.»
A ces mots on cria haro sur le baudet.
Un loup, quelque peu clerc, prouva par sa harangue
Qu'il fallait dévouer ce maudit animal,
Ce pelé, ce galeux, d'où venait tout le mal.
Sa peccadille fut jugée un cas pendable.
Manger l'herbe d'autrui! quel crime abominable!
Rien que la mort n'était capable
D'expier son forfait: on le lui fit bien voir.
Selon que vous serez puissant ou misérable,
Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.

Jean de La Fontaine
Recueil II, livre VII

***
"Sur la grippe, j'espère qu'on aura surréagi !"... et tout dit ?

.... Ce débat à propos de la grippe A n'aborde pas la question des enjeux financiers. Faut-il croire aux coïncidences sans tomber dans des théories plus ou moins fantaisistes?
Voici un communiqué du groupe Sanofi en date du 9 MARS 2009 qui ne laisse pas indifférent(45 jours avant l'alerte de l'OMS).

http://www.sanofi-aventis.com/binaries/20090309_mexico_flu_fr_tcm29-24323.pdf

(On se rappelle du voyage présidentiel en mars et de l'invitation par un présumé narco-banquier, à titre privé, quelques jours avant la visite officielle mais pas forcément des accords commerciaux).

On a une industrie pharmaceutique qui a vraiment de la chance: publicité gratos à l' échelle planétaire (coût de quelques centaines de morts quand même), tous les médias en parlent et triplent leur tirage. Du gagnant-gagnant aux petits oignons comme on dit aujourd'hui.

Mais j'ai le sentiment que l'histoire que nous vivons au fil des dépêches va bien se terminer:

http://pandemic.influenza.com/pandemic/front/index.jsp?siteCode=PAND_CORPORATE#french

Bonne semaine et surtout ... lavez-vous les mains.
Je trouve que les forumeurs ont été bien vite rassurés : tant qu'on ne pourra pas lutter contre les industries agro-alimentaires , souvent d'origine états-unis , implantées partout ds le monde , souvent dans les pays pauvres , le métissage des virus aviaire , humain et porcin ne fera qu'augmenter !
Voir les sites "grain.org" et "alterinter.org".
Pourquoi l'actu de la semaine n'ouvre plus l'émission ? J'ai sans doute loupé un épisode, mais je ne la trouve plus. J'ai toujours entendu DS dire "le web, c'est pas comme "alatélé", on a pas de limite de temps" Alors quid de mon intro préférée de l'émission. Pourquoi devoir la podcaster ? C'est une histoire de poids ? Je milite pour le retour de l'actu de la semaine, et le plan acceléré entre les deux dispositifs plateaux... L'actu, le retour ! l'actu, le retour....
Super émission.
bonjour, je vien d'écouter votre émission.

les médias nous ont démontré qu'ils avaient opté pour une "transparence" totale sur le sujet.
Ies journalistes étaient tous au garde-à vous sur le sujet.
J'aurais aimé entendre Daniel dire que ce choix de transparence est tout à fait nouveau et sélectif ( mais j'ai peut-être mal écouté).
La communication est largement moins médiatisée lors qu'i s'agit de risques sanitaires, par exemple, liés aux "incidents" nucléaires.
OK, l'appareil médiatique est prêt, mais nous savons qu'il n'est pas utilisé en toutes circonstances.
merci pour vos émissions
Bonjour,

Un petit exemple, du Japon où j'habite et où la "grippe mexicaine" fait peur, forcément :

Un ami qui s'occupait d'accueillir des touristes français dans une maison de location ici, à Kyoto, voit une des grands-mères-voisines passer (elle avait un masque, ce qui est assez fréquent au Japon, dès qu'on a un petit rhume) :

"Aujourd'hui encore, il y a des étrangers qui viennent ici ? J'ai peur de cette grippe, je suis âgée et je n'ai pas trop envie que des étrangers traînent dans les parages.".

Au Japon aussi, trop, tout simplement ! Mais avec la qualité des JT ici, ce n'est pas surprenant.

Un JT nippon, à voir sur YouTube, avec une dame qui revient de Paris disant, au micro, que personne ne portait de masque là bas. C'est sûr, en France, on n'a donc pas surréagi vu d'ici :
http://www.youtube.com/watch?v=GlDtlTPhdwg&feature=player_embedded
L'impression que ça me laisse c'est que des spécialistes qui ont le nez dans le guidon ne peuvent pas vraiment apporter un éclairage critique.

Imaginez des passionnés de philatélie à qui on demanderai :
"Sérieusement vous trouvez pas que ça fait beaucoup 25minutes de journal sur 30 consacrées au vol du timbre le plus cher du monde? ben non M. Schneidermann, les français doivent être informés!"

Emission ratée...

Vous auriez pu faire une émission sur "ce qu'il se passait quand on ne vous parlait que de la grippe A". Ou une émission sur "les pb de santé qu'on évoque jamais"

Bref vous devineraient que cette histoire de Grippe m'a plus qu'exaspéré !
De la vache folle en passant par la grippe aviaire jusqu’à la grippe porcine, et j’en oublie certainement dans la série des immanquables, il y a là une occasion (et ce ne sera par la dernière) de citer un passage du Journal d’un journaliste par un certain Jean-Louis Roux :

« Ce n’est plus de l’information ; c’est de la redondance. De tautologies en tautologies, les médias s’abîment dans la « mono-tonie », une univocité qui mêle certitudes sulpiciennes, paroles tièdes, rituel mièvre dépourvu de désordre et d’excès, pléthore de réponses sans question (mais absence de questions sans réponse). Les regards « informés » tous tournés dans la même direction, les langues toutes alignées au moyen du même cordeau : tous s’imaginant contraints par l’actualité de traiter des mêmes « nouvelles » obligées. C’est un effet d’entraînement, où les énergies s’usent, les attentions s’épuisent, les conventions s’installent. Le consensus est un concept contendant. Ce qui lui déroge se trouve voué aux oubliettes. Hors la truelle à truismes, point de salut ! »

Tous les jours je lave mon cerveau avec la télé.
http://www.teleregard.net/images/dep_tv_cerveau.jpg
Et pendant que les médias se répandent sur cette grippe, comme ils ne l'ont jamais fait pour la grippe annuelle, on ne parle pas de la loi HPST.
Mme la ministre est tranquille !!
Et pendant qu'on parle de cette grippe, on ne parle pas de la loi HPST !!
Mme la ministre est tranquille.
Pour info :Curieusement un mois avant la crise .
Sanofi-aventis investissait 100 millions € pour construire une usine de vaccin grippal
saisonnier et pandémique... au Mexique

inversons les données du problème un instant : imaginons qu'au lieu d'une grippe certes un peu nouvelle dans la catalogue viral, nous nous soyons trouvés en face d'une grippe bien chiadée croisement entre peste et ebola, vous voyez le genre ?
du costaud style " variété andromede" ,
que l'OMS soit occupée à enfiler des perles,
que les médias pour une raison qui leur serait propre aient un autre os à ronger, ( sais pas, disons la nouvelle garde robe de Carlita par exemple...)

vous n'auriez pas manquer de relever l'ignominie de ces medias qui ne couvrent pas l'actualité importante
à la condition que vous ne soyez vous meme au fond de votre lit en train combattre ze mechant virus

le thème de l'emission était bon et le debat rondement mené, mais je n'ai pas pu m'empecher de ressentir de votre part, comme une pointe de deception à l'ecoute de vos intervenants qui trouvaient que l'usage des medias dans cette affaire avait été plutot adapté en definitive...
que doit on en deduire ?
que le public n'est pas receptif voire inculte et que non, il continuera a eternuer sans mouchoir ni se lavera les mains en depit du generique anxiogene du journal de TF1 ( normal me direz vous c'est le public de TF1 )
ou
que le public a enregistré l'information et qu'il a assimilé sans pour autant ceder à la panique car oui Daniel votre travail paie, le public commence à decrypter l'information

il faut croire que nous ne sommes plus à l'epoque d' Orson et de sa "guerre des mondes", le vent de panique en depit de ce que vous pourriez penser n'a pas eu lieu. A croire même que celui qui a souffert le plus de l'effet anxiogene se soit vous mon cher Daniel ( une petite crise de mediatite aigue c'est pas graveuuuu un suppot et zou au lit !)

Mais d'ailleurs quelle peut en etre la cause reelle ? la peur du virus pas si mechant que ça ( ha les coquins y m'ont fait peur pour une chtite gripounette ) ou tout simplement l'effet devastateur de la voix detestable de leurance Ferrari et de tout ce qui se rattache de pres ou de loin à
la ligne editoriale de TF1

je ne vous en ferai pas le reproche car depuis 6 mois je n'ai plus de Télé et pour tout vous dire, je ne m'en porte pas plus mal. et lorsque 'il m'arrive grace à internet de tomber sur une video de certains programmes télé, je suis consterné par le ton employé et la vulgarité qui en suinte , chose dont je finissais pas ne plus me rendre compte.

en ecoutant laurence ferrari faire l'enoncé de ce fameux journal, plus que l'information en elle même, j'ai écouté sa voix et je lui ai trouvé des accents communs et vulgaires, un peu dans le style nadine Morano l'accent des faubourgs comme l'on disait au siècle dernier

si l'on en croit la rumeur qui voudrait qu'elle doive son poste à une intervention de notre timonier, je ne suis en definitive pas si surpris qu'elle ait trouvé grâce à ses yeux.

vous avez choisi comme base de travail , le journal de TF1 Ok il y a beaucoup à dire sur le sujet, mais moi qui n'ai plus la télé, comment cette info a t elle été traitée par le service public ?
ont ils eux aussi fait preuve d'autant de sensationnalisme, ou sont ils restés au contraire plus détachés

en tout cas puisque vous vous etes focalisés en majorité sur le traitement TF1 de cette information, il faut bien admettre que pour une fois, il semble avoir été à la hauteur !

allez je vous aime bien quand meme et je vais vous envoyer mes doses de tamiflu j'ai du stock !!!
Pour ma part la grippe je l'ai déja eue cette année V grippal, courbatures et tout le tremblement.
concernant les médias, comme d'habitude ils en ont trop fait, à vouloir trop informer sur un sujet on pert en pertinence.
On ne sait pas dequoi les personnes malades sont mortes au Mexique. En France les personnes infectées sont ressorties au bout de quelques jours...
En fait l'OMS cherche à se rattrapper car elle n'a pas pu prévenir le SIDA, mais ce qui est fait est fait.
Et puis il y en a assez de cette société hygiéniste : aaah des malades c'est sale aaah ça fait peur, alors on les parque comme des pestiférés. C'est ridicule, science sans conscience n'est que ruine de l'âme.
Si tout le monde se satisfait du fond et de la forme au risque de vous gripper les méninges .
Un conseil lisez cet article .
http://contretemps.eu/interventions/mike-davis-capitalisme-grippe-porcine
Surtout pas de quoi somatiser !Quoi que ? :-)
Je ne sais pas s'ils en ont trop fait ; mais autour de moi en tous cas, je n'ai vu personne hyper inquiet....
Qui a cru 5 minutes qu'il était susceptible d'avoir la grippe porcine ?
Vos réponses m'intéressent.
Parce que, s'ils ont vraiment voulu faire peur aux gens, ça a pas trop marché ; faudra qu'ils s'y prennent autrement pour les prochaines épidémies, histoire qu'on fasse vraiment attention.
A mon avis, mauvaise méthode d'alerte.
Au contraire, ce que j'ai entendu très rapidement, c'est que c'était pas si grave que ça.
Soit j'écoute pas du tout les "bons" médias, soit y a un vrai problème de communication.
En tous cas, merci pour l'émission, très instructive.
ouf, je me demandais où étaient passé "arrêt sur images" et les revoilou!, pas trop tot!
Silence on vaccine, a voir absolument.
http://www.dailymotion.com/relevance/search/silence+on+vaccine/video/x8lr1d_silence-on-vaccine-14_news
Une des meilleures émissions depuis le portage sur Internet. Quand certaines émissions (pas inintéressantes pour autant) déviaient sur le sujet en perdant de vue la cible média, celle-ci reste au cœur du sujet et le traite en profondeur.
Bonne émission, mais j'ai trouvé que l'angle général de l'émission un peu trop fermé et caricatural. Dès l'intro, et tout au long de la discussion, on voit bien où DS veut en venir : "ils ont en trop fait, hein, quel emballement médiatique !". Or, les deux intervenants, très bons, ont quand même bien justifié la mobilisation politico-médiatique face à cette pandémie. Et au passage fourni quelques infos très importantes : les milliers de morts "indirects" dûs à la grippe en temps normal ; l'estimation de 35% de personnes touchées par cette pandémie en France, ce qui aura indubitablement un impact majeur sur l'économie (combien de point de croissance ?) et sur les décès des plus fragiles ; le mystère des malades en provence du Mexique ; etc.

Entre surréaction d'un côté et mobilisation de l'autre, l'équilibre n'est pas facile à trouver. Et le sujet est spectaculaire, donc médiatiquement très porteur, et de ce point de vue l'intro de TF1 est particulièrement caricaturale. Mais après ? On aurait aimé avoir une analyse un peu plus poussée des reportages proposés par les grandes chaînes, des infos produites par la presse, etc.
Il me semble que tout est question d'abord de pédagogie, comment informer, expliquer, sans inquiéter plus que de raison ? Comment s'adresser à l'intelligence des gens, et non à leurs émotions, tellement plus faciles à mobiliser ? Quels formats médiatiques pour celà ?

Autre exemple : la présence médiatique de R. Bachelot. Là encore, je trouve que la démonstration de DS tombe à l'eau : dans les extraits présentés, je l'ai trouvée très bonne (et je promets que je ne suis pas enclin naturellement à soutenir le gouvernement Sarkozy...), posée, didactique, et pas du tout dans la stature de la "sauveuse", ni dans la récupération (un Kouchner, par exemple, aurait été insupportable dans le rôle...). Il me semble aussi normal que dans une telle situation, un Ministre soit en première ligne (remarque pertinente d'un des intervenants sur le fait qu'on n'est pas tous en permanence scotché aux médias...).

Un sujet mériterait un approfondissement : quid des rapports médicaux sur les cas de malades mexicains ? Pourquoi cette information n'est pas diffusée ? Qu'est ce qui fait qu'une info est reprise et diffusée mondialement, ou pas ?
Ne pas provoquer un blocage de la machine économique, comme à Lyon en 68,35% de malades c'est grave pour le système ; jamais je n'avais entendu comme ça la motivation profonde de la santé publique, je pensais bêtement que c'était par souci des hommes et des femmes, de leur santé, mais non, il nous les faut en bonne santé ces chairs à travail, ces producteurs de biens et services, il ne faut pas de grain de sable dans les rouages marchands. Emanant de médecins, l'argument est vraiment choquant.

On a raison de dire que l'économique a pris le pas sur l'humain, ç'en est bien fini de l'humanisme.

http://anthropia.blogg.org
Ce n'est ni super poétique ni très humaniste au premier abord, c'est certain, mais je ne suis pas sûr que ce soit "si" choquant :
35% de la population malade (et non pas en danger de mort, dans leur exemple), c'est des travailleurs en moins, donc un système économique paralysé, mais c'est donc des médecins en moins (il y en aura parmi les 35%) pour soigner les malades, des conducteurs de bus en moins pour les amener à l'hôpital, des journalistes en moins pour informer la population... et donc bien plus de morts au final (de la grippe ou d'autres choses, parce que celui qui est victime d'un accident domestique ne trouvera pas forcément sa place en urgence, dans un service engorgé de malades ET avec des médecins en moins).
Bref, dans ce cas-là (et dans ce cas-là seulement, hein) je ne pense pas que l'économique ait pris le pas sur l'humain et qu'on défende "le profit plus que les hommes". Je pense plutôt qu'en préservant le bon déroulement de la société (et pas seulement de l'économie, il n'est pas question de profit) on empêche d'aggraver les pertes humaines.
Du moins, c'est ainsi que j'ai compris l'argument, qui ne m'a du coup pas choquée. Mais je suis peut-être une grande naïve...
C'est tout à fait exact.
C'est ce qui s'est passé pendant l'épidémie de Chikungunya.
Au pire moment de la crise, on s'est retrouvé en manque de soignants valides, car ça touchait tout le monde.
Nous ça a été à tel point qu'on a du faire appel à des renforts de la Métropole. Fallait le faire, venir jouer au remplaçant en plein merdier.
J'ai loupé un pan de l'émission ?
Un moment DS a parlé de la température qui parce qu'elle monte va reporter les risques d'épidémie à plus tard.
Pas de gros risque de grippe en été.
Moi j'aimerai qu'on m'explique, alors que là où j'habite il fait rarement moins de 20°C, pourquoi on a aussi de jolies épidémies de grippe (je parle de l'ile de La Réunion), tout au long de l'année d'ailleurs.
C'est pas la même ?

Pas au bon endroit, ça devait être tout à la fin, mais bon. Je ne copie-colle pas. Tant pis
Comme il l'a rappelé au début de l'émission, DS n'y connaît rien en médecine... Ce qui ne l'a pas empéché de savoir que les médias avaient surréagi. On remarquera que ASI a suivi le même chemin, il doit y avoir cinq ou six sujets avec forum sur la grippe en deux ou trois semaines. Facile d'aller voir chez les autres pour critiquer, surtout à postériori!
Débat habituel Raoul. Asi est une émission qui parle des média, de comment l'info y est traitée. Donc si un sujet est surexposé, de fait il se retrouve surexposé ici aussi.
OK, ils ne sont pas obligés de calquer exactement, mais comprendrions nous que cet emballement ne soit pas couvert ?
Oui il y en effet un effet de calque. Je pense concernant l'émission et le débat que DS a négligé le fait que ce fut une communication de crise à titre informatif, préventif et pédagogique et non une communication sur une nième crise de je ne sais quoi qui ne nécessite pas ce martellement. DS a comparé le premier type avec le regard classique appliqué aux secondes. Déformation professionelle ou réflexe. Je crois que la majorité des critiques sur le thème du 'trop" n'avait pas lieu d'être. Peut être même du "pas assez", à lire l'incrédulité ambiante, le constat d'un certain échec de cette pédagogie, et l'inquiétude pour le futur par le danger que représente cette mauvaise réception des différents messages, phénomènes que l'èmission contribue à accentuer (on retient plus les questions de DS que les réponses) malheureusement.
Les messages clairs pour la conduite à suivre, j'en ai vu pour la première fois hier (un spot de conseils style tousser dans un mouchoir papier, se laver les mains, etc). A ce titre, la sur-communication si elle est nécessaire en temps de crise, je suis bien d'accord avec vous, n'a pas été à la hauteur des enjeux. C'est vraiment en terme de qualité, qu'elle est hypercritiquable. On en a trop fait sur le soyez vigilant, on est prêt et c'est pas si grave. On a eu une communication on ne peut plus contradictoire, entre les annonces gouvernementales et les actes. Opposant des mesures d'isolement à du "pas grave". Bref, moi d'où je suis j'y ai vu une incohérence totale qui m'a plus inquiétée qu'autre chose.
Et comme vous le dites, moi aussi je pense qu'on n'en a pas assez fait ... sur la conduite à suivre au cas où.

Si la grippe avait eu la virulence que les premiers chiffres (revus à la baisse par la suite) laissaient à penser, ces spots, tout public, sont arrivés bien trop tard.
Ici à la Réunion, lors du chikungunya, les spots sont aussi arrivés un peu tard quand la maladie avait déjà causé quelques dégâts. On avait une excuse : c'était la première fois qu'on voyait ça ici. Mais l'info dès qu'elle a été connue a circulé partout : des encarts simples et clairs dans les journaux, des spots télés, des messages radios. Cela faisait parti de notre quotidien. Personne ne pouvait dire ne pas savoir ce qu'il fallait faire. Ca n'a pas empêché l'épidémie d'avoir été très sévère, mais sans doute sans ces messages, cela aurait été encore bien pire.

Pour la grippe, on n'est pas vraiment dans l'inconnu. Et si la réaction médiatique a été forte, celle à véritable caractère sanitaire, les messages directement destinées à enrayer le phénomène en indiquant les bons comportements à avoir n'ont que trop tardé. Mais diffuser ces messages c'est aussi admettre que le danger est à nos portes, l'inverse du message officiel qui était : "pour le moment pas de danger chez nous".

Je pense que c'est là que le bât a blessé : le grand écart entre une communication se voulant apaisante, et les attentes du public qui voit au quotidien des gens mis à l'isolement.
Comme tous les plans en matière de sécurité dans tous les domaines, on ne s'aperçoit des failles qu'après expérimentation (évacuer un immeuble en flamme est plus simple quand les gens qui y sont ont été informés sur les consignes et au meilleur des cas quand une évacuation a été réalisée). Espérons que des leçons ont été retenues tant sur la réactivité que sur les moyens. Nous en sommes quite pour le moment à une sorte de simulation... même si avec le chick, nos autorités avaient eut à gérer un problème sanitaire assez semblable, et même si l'on nous dit dzpuis quelques temps que la pandémie grippale est inévitable... Nous avions prévu les traitements médicaux mais pas trop le traitement médiatique, les sites web, les spots TV, les prospectus devraient eux aussi être en stock, pour le jour où nous en aurons réellement besoin.
Je ne vous trouve pas tout à fait juste, ou bien un peu naïf. 35% de malades (avec, disons 3 semaines d'immobilisation par malade) représente un impact important sur l'économie, et donc sur la vie des gens. 35% d'infirmières malades, combien de morts, combien de soins moins bien pourvus à ceux qui en ont le plus besoin ? 35% de malades chez les pompiers, combien de services de secours de première urgence en moins ?
L'économie, c'est la vie !
Et tout est lié : quand on invente la sécurité sociale, ce n'est pas par altruisme pur, par volonté de secourir son prochain. Mais d'abord parce que face à la maladie, on est plus fort collectivement (pour lutter contre les épidémies, justement, entre autres exemples).
@ Anthropia
J'avais remarqué la même chose. Vous m'économisez un commentaire. Tout à fait d'accord.
bonne émission, très instructive. Et oui, la France a (toujours) peur, tous les soirs au 20h de TF1 et son beau générique anxyogène..
Quelle pédagogie ! Des invités presque parfaits! Ils ont débouté un DS qui n'avait que le mot "trop" à la bouche, en expliquant bien le côté santé publique important des médias dans les épidémies. Ca me fait penser au message du pape sur le préservatif où les KTOs disent qu'après tout il a le droit de dire ce qu'il pense, sauf qu'ils ne réalisent pas que son message a une portée de santé publique dans le monde entier et que c'est rien que pour cette raison que ses propos sont inacceptables.
Ici Tf1 et ferrari ont été sauvé de justesse d'accusation de "vouzenfaitestrop" grâce au caractère épidémique. La vie tient à peu de chose...
Bonne émission, les deux invités sont précis et pertinents dans leurs interventions, et j'ai noté plutôt au début de l'émission une sorte de "connivence hilare" entre eux deux...mystère.

Sauf erreur de ma part sur la date, la veille ou l'avant-veille du 30 avril et le ton alarmiste des jités -c'était relativement pareil sur France2 ou france3, et en ce qui me concerne je ne regarde pas TF1- au 13H d'Elise Lucet, le doc de la 2, Jean-daniel Fleysakier, outre le fait qu'il donnait des conseils pertinents, déclarait déjà qu'il s'agissait probablement d'une épidémie de grippe bénigne!

Et j'ai aussi noté que lors d'un reportage à Mexico, Alain de Chalvron, l'envoyé spécial de la 2, déplorait le (Tami) flou des autorités mexicaines sur l'épidémie.
Vers 17 min Antoine Flahault dit :
Quelque par un peu comme pour l'Anthrax au Etats-Unis, ou les médias étaient présent avant même les systèmes d'informations médicaux, de sanitaire. Disons de veille sanitaire [ ... ] plan plan .

étonnante référence pour un spécialiste. Même si dans le fond il n'as pas tord.
Dans le premier cas les médias font la promotion involontaire de l'absolue nécessité d'aller rasé la moustache de Saddam ( ou la barbe des talibans ) et dans l'autre, de l'urgence de se fournir en Placébo.

Toujours avec notre ami Antoine Flahault


La pandémie du 3eme millénaire

Rien a dire, c'est du Star Trek
Tant qu'a faire dans le grotesque, autant se lâcher il a bien raison.
Tres bien ^^
Une émission très instructive !
Bonne émission, oui, mais il manquait une question/remarque...
Est-ce qu'à surréagir, on ne risque pas de tomber dans une situation à la Pierre et le loup? On a mis sur le qui-vive la population mondiale pour pas grand chose. Est-ce que lorsque l'engagement de cette même population sera requise, elle sera toujours attentive aux dangers des pandémies? D'autant plus que les médias (et leur public) se lassent des sujets, oui il y a un danger cette année, mais il y en avait un l'année dernière et celle d'avant et finalement rien est arrivé...
je suis au 5 premières minutes et je me rend compte que, ne regardant plus les JT depuis un moment, je me rend compte que je ne supporte plue le fond de musique du JT de TF1 qui reste en fon sonore pendant l'annonce des titres. C'est vraiment désagréable...Je sais que Sébastien n,est plus vriament là, mais il resterait quelque part une de ces anciennes chroniques qui auraient traité cette question (saturer le cerveau du téléspectateur de son énervant, angoisssants pour donner une dimension supplémentaire aux informations données ..) ?
Bon, je regarde le vrai sujet maintenant :)
Je me pose une question : dans la conférence de presse donnée par tous les médecins l'autre jour, que j'ai pu regarder en direct à la télévision, il était dit que lors d'un cas avéré, les médecins allaient uniquement traiter la famille proche, l'entourage "intime" du malade, parce qu'il n'y a aucun risque pour les autres personnes côtoyées, qui n'auraient pas eu de contacts proches.

Pourquoi alors tout le monde porte un masque partout, même les bagagistes dans l'aéroport que vous montrez ?
Le port du masque est-il aussi quelque chose d'alarmiste par rapport à la situation réelle ?
Non, pas de commentaire, j'ai ma dose, merci...
Très bonne émission, les invités sont agréables à écouter, convaincants, et le décryptage démédias a vraiment pu se faire dans le fond.
J'ai particulièrement aimé l'analyse de la présentation du 20h, phrase par phrase, décrypter par des spécialistes.
Bref, une émission courte, mais qui tient la route et aboutit vraiment.
Merci !
La peur omniprésente et entretenue, utilisée comme nouveau moteur de la relance de la société de consommation...

Blog Education aujourd'hui
Atchoum !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.