156
Commentaires

"Sous les retraites, un vaste débat sur le travail..."

Dans la bataille en cours sur la réforme des retraites, les syndicats français s'étaient-ils résignés dès le début à l'abandon de l'âge légal de départ à la retraite à 60 ans ? Et si c'est le cas, pourquoi ne l'ont-ils pas dit ouvertement dès le départ ? Cette semaine, nous tentons de décoder l'étrange duel de communication entre les syndicats et le gouvernement. Pour nous y aider, Jean-Louis Malys, le secrétaire national de la CFDT en charge des retraites, Jean-Marie Pernot, chercheur à l'Institut de recherches économiques et sociale et auteur d'un livre consacré au retour sur le devant de la scène des syndicats, et Gilles Bridier, journaliste économique, notamment pour Slate.fr.

Derniers commentaires

Le vaste débat sur le travail il tourne en eau de boudin, car la pénibilité et les dégâts de certains travaux sur l'organisme est très net, or les décrets d'application de la réforme Woerth rajoute qu'il faudra que le salarié compte 17 ans de travaux pénibles pour que soit examiné son taux d'incapacité de 10% qui l'autoriserait à partir en retraite à 60 ans.
Le vaste débat sur le travail pour beaucoup de salarié c'est qu'il faut être bien amoché, en avoir bavé un maximum pour gagner deux petites années pour une retraite-réparation impossible.
Je voudrais voir Monsieur Woerth se payer 17ans à garnir les rayons d'un grand magasin, être à la caisse dans de bons courants d'air, mieux encore dans les travaux cools du bâtiment, ça le changerait du champ de courses de Chantilly ou de Compiègne.
Vous allez dire c'est populiste, peut-être mais pour ma part je trouve ça révoltant et je pense que les syndicats, tous, comme dans les manifs devraient se dresser contre une telle imposture.
si vous ne devez expliquer que 2 choses pour mobiliser sur les retraites:
http://www.dailymotion.com/video/xeeo9h_vive-les-retraites_fun
et aussi
http://www.dailymotion.com/video/xeerd4_vive-les-retraites-la-brouette_fun

et une fois que les gens sont mobilisés : voilà de quoi s'équiper pour les manifs: http://pythacli.chez-alice.fr/recent34/autocollants.htm
En tous cas, ce que je vois , c'est que si le reste des salariés avaient suivi les cheminots en 95 , on n'en serait pas là.

Cette grève avait commencé en toute illégalité par des coordinations de cheminots, appuyées ensuite par les syndicats qui ont trahi les cheminots en arrêtant la grève sans appeler à la grève générale (Blondel l'a reconnu).

En novembre 2008 , 11jours de grèves des cheminots puis le CGT décide d'arrêter, soi disant pour négocier.
On a appris ensuite par le nouvel obs , que Thibaut était allé voir Sarkozy et lui a dit "donnez moi quatre jours et j'arrête tout".
cf front syndical de gauche

Des couleuvres, les militants à la base en avalent tous les jours.

Le dilemme c'est que l'on te dit "si tu veux changer les choses, syndicalise toi" . Et quand tu es syndiqué , tu n'es qu'un pion et on dit "si ils se syndicalisent, c'est qu'il est d'accord avec la politique du syndicat".
toujours une grande confusion de la part des médias sur le syndicalisme dans son ensemble. C'est vrai qu'il y'a de quoi se perdre. Plusieurs confédérations, des fonctionnements différents, mais il faut rappeler le principe de base qui régit la plupart des organisations syndicales représentatives. (CGT, FO, CFDT, CFTC, CFE-CGC) il y'en a 5 en tout.

Un débat avec cette question étrange de la (peut être) acceptation du recul de l'age légal de départ à la retraite par "les syndicats". Parle t'on d'organisation syndicale ? de syndicat d'entreprise ?

Confusions, explications :

Un syndicat d'entreprise peut se créer sous certaines conditions (statuts du code du travail) et adhérer à l'une des organisations syndicales. Pour les petites entreprises, le salarié peut se syndiquer directement auprès d'une confédération, d'une union locale ou regionale.

C'est le syndiqué l'élément central de toute organisation syndicale. On ne décide pas pour lui. C'est la plus grande confusion apportée par les médias, on a l'impression que c'est Chérèque ou Thibaut qui donne les ordres, et les syndiqués ont ordre de suivre les mouvements.

Un syndicat possède des instances de décisions (Commission Exécutive, Bureau syndical) il donne la parole à ses militants, ses adhérents pour débattre et prendre des décisions sur tout ce qui touche les salariés. (En ce moment c'est bien évidemment les mesures gouvernementales qui sont en débat).

Ensuite l'ensemble des syndicats font part de leurs décisions, de leurs actions à leur fédération et ensuite toutes les fédérations "remontent" ces décisions et ces actions à la confédération.

Donc les décisions, les actions à entreprendre sont toujours décidées par "la base", par les salariés. Bernard Thibault ou Francois Chéreque ne sont que les représentants, les porte voix des salariés.

Quand on a compris ça, on comprend que le débat n'a aucun sens. Quel salarié a envie de travailler plus longtemps avec un niveau de retraite inchangé ? Aucun.

Les salariés ont compris que le problème était un problème de classe. Le patronat ne veut tout simplement plus payer les retraites, la redistribution juste des richesses à fait son temps. On vise la fin de la retraite par répartition et on veut mettre en place la retraite par capitalisation dont on voit les ravages qu'elle peut causer (Fonds de pensions, etc...)

On veut détruire un modèle social qui fonctionne, qui est juste pour l'ensemble des salariés.
Bonjour,
il me semblerait opportun de pouvoir visionner gratuitement cette émission en ces jours où l'esprit est à la contestation, afin d'éclairer le débat entre citoyens, ce en quoi ladite émission a un intérêt. Puisque "l'aristocratie" des médias oriente la vision collective et publique de cette réforme, il nous appartient à nous citoyens français d' en décrypter les tenants et aboutissants. La question des retraites ne se résoudra pas dans le timing actuel décrété par notre gouvernement, il est l'heure de la réflexion. A mon sens votre émission y contribue et pourrait servir, à mon humble niveau, mais je le souhaite, pas seulement, de support à un débat objectif sur le sens de cette réforme. Quand des esprits bien intentionnés nagent dans le brouillard de la désinformation, il est l'heure d'entendre le son d'une corne de brume ! Ainsi un accès à ladite vidéo me semble devoir être soumis à un plus large panel de regards citoyens, et si ce devait être le cas, j'en diffuserais très largement l'annonce.

Cordialement :

Gaël EYRAUD
un @sinaute souscripteur
Cela fait des dizaines d'années que l'on parle de la pénibilité notamment dans les CHSCT sous le vocable "travaux pénibles" ou "travaux insalubres", "travaux sous béton", etc..
Je suis représentant au CHSCT (donc quelqu'un du terrain) depuis maintenant bien longtemps dans une établissement industriel de 2000 salariés et je suis donc surpris de la vision de Mr MALYS qui semble dire que cette notion n'est apparue qu'il y a une dizaine d'années!! Ce n'est pas vrai.
Dans notre établissement, les personnels ayant été exposés 15 ans à des travaux pénibles bénéficient encore à ce jour, d'un départ anticipé de 5 ans à taux plein (1/3 du temps d'exposition).
Cette avancée sociale décrite succinctement ci-dessus a été acquise par des luttes.
Concernant les carrières longues, c'est un scandale d'être obligé de cotiser 43 ans pour avoir droit de liquider sa retraite quand on a commencé à travailler à 15 ans. C'est mon cas. Ce qui aurait pu être un progrès, ne l'a pas été.
J'en profite pour passer un message: Concernant les 2 points soi-disant non négociables (60 ans / 62 ans et 65ans / 67 ans), les dirigeants syndicaux encore frileux doivent écouter la (leur) base et le mécontentement populaire: on ne faiblit pas la-dessus!!
Ce recul social proposé par le gouvernement, c'est n'importe quoi.
RETRAITES : POUR GAGNER, REPRENONS IMMEDIATEMENT LE CONTROLE DE L’INFORMATION !

Bonjour,

A Lyon, Paris, Marseille, Montpellier, Pau, Albi, Chambéry, dans les Hauts de Seine, la Creuse, le Cantal...
Dans plusieurs raffineries, des dizaines de classes (du primaire et du secondaire), presque toutes les cantines de Marseille...
La grève du 23 septembre a été reconduite !
Il y a eu des centaines de grévistes le 24 septembre... Le 25... D’autres les rejoindront lundi...
Des AG se sont prononcées pour la poursuite du mouvement avec d’autres rendez-vous à partir du 27 septembre...
POUR RECONDUIRE LE MOUVEMENT JUSQU’AU RETRAIT DU PROJET GOUVERNEMENTAL
Mais peu d’informations filtrent ou sont diffusées dans les médias.
Pourtant il est essentiel pour la poursuite et l’extension du conflit que le maximum d’informations soient RAPIDEMENT communiquées et échangées.
Ceci afin que celles et ceux passent, localement, à la vitesse supérieure dans l’affrontement avec ce gouvernement borné sachent TOUT DE SUITE qu’ils ne sont pas seuls.
Et que le mouvement s’étend partout dans le pays.
Dans ce domaine de la lutte pour sauver nos retraites, toute et tous peuvent aider en diffusant SYSTEMATIQUEMENT les informations qu’ils possèdent.

Le site http://www.7septembre2010.fr/ en centralise un certain nombre, mais tout n’est pas connu.

Vous pouvez aller chercher ces informations pour les répercuter autour de vous.
Et surtout, faîre remonter celles qui ne sont pas connues en contactant le site (contact@7septembre2010.fr), ou mieux encore en laissant des commentaires sur les billets publiés (ils pourront être repris sous forme d’articles).
Nous savons toutes et tous que le moral est très important pour les grévistes qui ont reconduit le mouvement.
Vous pouvez amener UNE AIDE CRUCIALE en diffusant ces informations rapidement...
LES PROCHAINS JOURS SERONT DETERMINANTS
Informez le site et diffusez ses billets dans tous vos réseaux.

http://www.7septembre2010.fr/
Bonjour
Je vous invite à regarder le débat X. Bertrand-B. Thibaud sur le site Libération (ce n'est plus ma tasse de thé mais enfin).
Le Bertrand, il est toujours droit dans ses bottes.
Le dernier truc de l'UMP: "Ce n'est pas grave de travailler 2 ans de plus même si on est au chômage car celles-ci ne comptent pas dans les 25 meilleures années pour le calcul de sa retraite !!!"
Il n'a jamais observé qu'auparavant, c'était souvent les dernières années qui étaient prises en compte car les meilleures. On aboutit donc à un montant versé inférieur à ce qui se passait normalement.
Il applique bien la devise du machin : travailler plus pour gagner moins !!! Ah il n'a pas dit ça ? Il faudra que je révise.
Un peu à retardement:
Le titre de l'émission me fait penser que c'est sans-doute par ce biais-là (le débat sur le travail lui-même) qu'on arrivera à mobiliser les jeunes sur la retraite, qui, elle, leur paraît si lointaine et abstraite.
Qu'on arrivera? Qu'on arriverait? Qu'on aurait pu?...
ça y est j'ai vu l'émission. Et la CFDT a révélé son vrai visage celui d'un non syndicat. Faudrait qu'il relise un peu la charte d'Amiens le gars. Daniel S. a bien souligné la contradiction des soixante ans dont Malys a eu du mal à se dépêtrer si ce n'est en signalant que ce n'est pas le vrai problème... La CFDT attend l'ouverture pour saborder le mouvement. D'ailleurs, on voit bien que la question centrale d'aller à l'affrontement avec le gouvernement n'est pas son problème son soucis c'est comment on négocie. Or, quand le gouvernement sort un projet qui offre un recul de plus comme en 2003, on ne négocie pas, on combat. Quant à savoir si la situation actuelle est bonne ou non. Bien sûr qu'elle ne l'est pas, mais surtout par rapport aux différents reculs des années auparavant. Et qu'il faut revenir aux situation antérieures avec des financements autres.
Après je suis d'accord avec le sociologue c'est aussi la question du travail qui au centre du débat, la place des femmes dans le travail et la société, les conditions de travail, le nouveau prolétariat (grande distribution, centre d'appel) bref un vaste chantier. Cette espèce d'auto satisfaction de la CFDT (nous on a fait cela et on a été les premiers...) est puante. Mon problème ce n'est pas cela c'est qu'est ce qu'on fait lorsque un gouvernement propose une nouvelle réforme régressive de plus.
C'est assez bizarre quant il s'agit des roms ou des sans papiers on peut avoir un consensus, mais quand il s'agit de questions économiques, nous devons être réaliste, parce ma pauvre dame, comme chacun sait (dédicace à Lefevbre) la mondialisation c'est quand même là et qu'on y peut rien,
Pour répondre à Michel Bert le problème n'est pas la retraite des fonctionnaires qui ont d'ailleurs un statut à part (on passe un concours, on prête serment...) c'est de dire que l'on doit s'aligner l'ensemble des retraites sur celle des fonctionnaires pour le calcul de ses retraites. Ce genre d'argument poujadiste est assez pénible.
Je suis donc rester sur ma faim avec ce débat...
Moi je pense que le problème des retraites, et beaucoup d'autres, ne seront pas solubles dans le système économique de type capitaliste.
Dans l'émission, le calcul des retaites, celles des fontionnaires et des politiques, n'a pas été abordé, c'est pourtant cocagne.
Reçu aujourd'hui dans ma boite mail :
"RETRAITES: POUR GAGNER, REPRENONS IMMEDIATEMENT LE CONTROLE DE L'INFORMATION! (...)
La grève du 23 septembre a été reconduite!
Il y a eu des centaines de grévistes le 24 septembre... Le 25... D'autres les rejoindront lundi...
Des AG se sont prononcées pour la poursuite du mouvement avec d'autres rendez-vous à partir du 27 septembre...
POUR RECONDUIRE LE MOUVEMENT JUSQU'AU RETRAIT DU PROJET GOUVERNEMENTAL
Mais peu d'informations filtrent ou sont diffusées dans les médias."

Je suis jeune, et deux trois question me taraudent, peut-être qu'il y a des gens ici qui peuvent m'apporter des éclairages...
J'ai le sentiment que le discours syndical s'axe de plus en plus autour de la lutte pour le droit à l'information.
J'aimerais savoir si la critique politique des médias journalistique (et notamment de la télévision) prend ses racines plus profondément que chez Chomsky et Bourdieu. Et à quel point cet critique est-elle partagée, et par qui. Parce que je comprend bien Chomsky quand il dit que les plus endoctrinés sont les endoctrinant (journalistes, intellectuels, "experts") ils ont tous l'air tellement sincère. Mais est-ce que ça veut dire que le salarié qui s'inquiète pour sa retraite, il regarde TF1 en sachant que c'est des âneries, quelle proportion de la population est-elle imperméable à la désinformation et au mensonge par omission ? Est-ce que cette tranche de population grandi, stagne, rapetisse ?

Aidez-moi !
Si l'on suivait la logique du gouvernement, les femmes ayant une durée de vie supérieure à celle des hommes, elles devraient travailler plus longtemps!! Tout cela est effectivement un faux débat. Le seul sujet, c'est l'emploi. Si les gens travaillent, les cotisations sociales font qu'il n'y a plus de problème de retraites ni de sécurité sociale. Et indirectement aussi, moins de problèmes socoaux, de violence, etc, qui ont un coût. Et qui licencie à tour de bras? Les patrons du Medef, bien sûr, mais aussi...les administrations! Cherchez l'erreur!
Emission passionnante. Merci. Pour ce qui est du ton de Pujadas-Apathie- Ferrari etc en face des syndicats ou de tout ce qui n'est pas UMP,il y a longtemps qu'on a pu remarquer à quel point il pose le problème de l'indépendance de certains journalistes!C'est pour ça qu'on aime se retrouver ici d'ailleurs........
Un petit lien pour découvrir un nouvel éclairage sur cette question des retraites et plus généralement sur le monde du travail. L'entretien de Daniel Mermet avec Bernard Friot :

http://laurentbavella.com/podcast/player/songs/radio/Bernard_Friot_daniel_mermet_france_inter_23062010.mp3

C'est une voix discordante dans le joli petit concert médiatique sur ces questions.

Le lien suivant l'illustre plus rapidement de manière comique pour animer les diners de famille :

http://www.dailymotion.com/video/xeefhg_incultures-5-travailler-moins-pour_news
La femme est l'avenir de l'Homme ! chantait Jean Ferrat ! Un visionnaire sans doute ? ..............................
Encore merci à @si pour cette émission éclairante .... Pourquoi ne pas mettre l'entièreté des émissions en podcast ? Ce serait quand même plus sympa à écouter dans le train ou le métro que des émissions radoteuses d'Inter ou autres ...
Merci pour cette pour émission, calme et sereine où l'on apprend des choses. Remarquez, ça se comprend, il y avait consnsus autour de la table. vous n'avez pas trouvé de contradicteurs à inviter ? je sais pas moi, quelqu'un du MEDEF, ça aurait était plus musclé.
Pourquoi la retraite à 60 ans et pas un jour, pas une heure et pas une seconde de plus?
Parce que nous en avons assez d’être absorbés par l’appât du gain et nos abominables faims…
Parce que nous sommes des affairés, pauvres ou appauvris qui ne seront jamais tirés d’affaire…
Nos corps vivent peut-être un peu plus longtemps mais nos âmes meurent souvent prématurément …
Que de temps perdu pour gagner du temps ! Le nôtre pour le vôtre…
Que de bonheur en moins pour quelques euros de plus !
La retraite, pour nous, ça ne veut pas dire se retirer sur la pointe des pieds pour ne pas effrayer les nouveaux patients qui vont passer sur la table d’opération… non et non !
Nous ne sommes pas des mendiants qui réclamons un peu plus de signes d’affection… non et non !
Nous ne demandons pas plus de temps, pour se reposer après un effort insensé ou pour déposer les armes après une bataille remportée… non et non !
Mais… pour lire… lire… et lire.
Il y a tellement de beaux livres à lire, d’auteurs à découvrir et de leçons à retenir… pour apprendre à mourir.
La retraite à 60 ans pour lire tout Molière, tout Flaubert, tout Baudelaire.
Et mourir en se disant : non, et non… je n’ai pas fini …
Je vous entends ricaner : Et qui va financer ce manque à gagner ?
C’est ça la question ?

http://www.tueursnet.com/index.php?journal=Balle%20de%2060%20ans
Effectivement la pénibilité n est pas une préoccupation si récente: lu ce matin dans le monde.fr:

"le programme commun de gouvernement, signé le 27 juin 1972 par le Parti socialiste et le Parti communiste, qui proclamait : "L'âge d'ouverture des droits à la retraite sera ramené à 60 ans pour les hommes et à 55 ans pour les femmes, le droit au travail restant garanti au-delà. Cette mesure est particulièrement urgente pour les travailleurs effectuant des tâches pénibles ou insalubres.""
Enfin des débats qui nous éclairent, un parlé vrai qui rafraîchit ! Finis les médias à grand spectacle: l'avenir de la démocratie est sur le Web avec sa liberté d'expression, ses pétitions en ligne (avec un million de signatures, on peut faire étudier une loi au Parlement Européen) et ses forums!

La question des femmes mérite développement: il est grand temps que nous les femmes reprenions confiance dans un avenir meilleur au lieu de subir en vrac: les familles mono-parentales et la galère de gérer seules les enfants + boulot + tâches ménagères (si, si, les WC, c'est toujours nous!), les temps partiels payés au quart avec deux fois plus de boulot pour rattraper "le temps perdu", les réunions après 18h qui demandent de payer une baby sitter en plus, et les retraites de misère en toute fin de parcours.

Même les filles qui réussissent leur vie pro n'osent pas dire un mot: j'ai même plusieurs amies qui sont bien calées dans des postes de cadres sup... mais elles ne demandent pas de 4/5ème, sont tétanisées à l'idée de perdre leur poste... et de ne plus avoir de retraite!

MOI, TOUT VA BIEN: A 35 ANS, J'AI COTISE... 3 ANS A LA RETRAITE!!!! Après avoir fait une école de commerce bien côtée, j'ai connu plusieurs années de chômage. Dans ce pays, impossible de travailler chez Danone si on n'a pas fait une TRES grande école et si on n'a pas une expérience préalable dans le yaourt: on en est là des spécialités ridicules demandées aux candidats! Oui, je dis dans ce pays, parce que, pour les mêmes postes, en Angleterre, où j'ai travaillé, mes chefs avaient curieusement étudié... les maths et les religions! Là, oui, la formation existe dans l'entreprise, et on croit au potentiel des jeunes.

J'ai même créé une entreprise mais avec toutes les charges (c'était avant l'auto-entrepreneur... qui ne donne pas de congés maternité la première année, d'ailleurs!), je n'ai pas pu me verser un seul salaire donc pas de retraite! Par contre, plein de stages sans feuille de paye en début de parcours. Résultat, à la trentaine, avec un enfant de un an et un projet de 2ème, je ne suis pas très "bankable" sur le marché du travail... Attendons donc 2 ans (!), que mon autre enfant soit gardé... et j'aurai 40 ans pour pouvoir commencer à cotiser pendant... 62 (???) - 3 = 59 ans!

Je serai donc à la RETRAITE A 84 ANS, youpiiii!

Pourtant, je fais partie des privilégiés: issue d'une famille de droite qui n'a jamais manifesté sauf pour l'école libre, j'ai épousé un prof, donc "un flemmard de fonctionnaire", comme on me les avait présenté pendant 30 ans! En fait, je peux témoigner qu'un prof bosse 2 fois plus que quelqu'un du privé: pause café et chat sur Internet sont impossibles quand on donne un cours, sans compter les week-ends et les soirées passés à corriger des copies... et plein de vacances pour tomber malade d'épuisement, après de heures de cours aux ados. Tout ça dans la plus grande discrétion et humilité d'une vocation payée au rabais.

Je fais partie de ces gens qui sont censés encenser Sarkozy. J'ai d'ailleurs voté pour lui au 2ème tour (Bayrou donnait un compromis entre mon histoire et mes idées mais Royal, j'avais du mal avec son côté maternisant, sorry). C'est après le coup du Fouquet's et celui du yatch Bolloré que j'ai compris! Y'en a marre de cette France représentée par l'argent, la com' et la frime! Le couple Sarko fait la une d'au moins un journal people chaque semaine, et on trouve ça normal! Où sont les grandes idées de la France et de son histoire que viennent voir nos 70 millions de touristes chaque année?

Non, notre génération ne rêve plus de grandes utopies, à part l'écologie, mais bien simplement d'avoir un toit, un boulot et une vie.

C'est sûr, le 2 octobre, je serai là ! Et pourtant, je n'ai jamais manifesté avant.

Joie et harmonie à vous.

Maieder, prof de yoga
Bonsoir,
D'abord, Didier Porte en début d'émission, c'est une bonne idée. Il est beaucoup plus à sa place autour d'une table qu'en tribun.
Et puis merci pour l'émission dans son ensemble. En lisant les commentaires, j'ai l'impression qu'un certain nombre d'a@ispectateurs connaissent déjà tous les arguments ou presque, et qu'ils demandent plus particulièrement d'approfondir tel ou tel point. Ce n'est pas mon cas. Je savais avant l'émission que le projet de loi défavorise les femmes, je sais maintenant pourquoi, entre autres.
De plus, je suis une femme, et je ne me suis pas fait la réfléxion qu'il n'y en avait qu'une sur le plateau, il ne faut pas voir le mâle partout.
Bon dimanche.
C'est une chemise en plastique ?
Juste une petite remarque sur la forme, peut-être d'ailleurs que cela a déjà été dit. Ça serait bien de présenter tout les invités avant de lancer la chronique de Porte, histoire que ça soit un peu plus carré, car j'ai trouvé le lancement pas terrible du tout.
petite demande avant toute chose : peut-on mettre, pour les nazes comme moi qui oublient ou n'entendent pas les noms (et comme ils n'ont jamais été répétés, sauf pour malys à cause du "y" grec... : ça n'est pas évident de dire lequel était chercheur à l'ires et l'autre journaliste encore que...) un petit papier avec le nom, et même en tant que quoi ils sont là ???

ben ça c'est un débat, pas contradictoire il est vrai, mais tellement agréable à écouter, des invités qui se respectent et s'expriment avec pondération, daniel qui a toujours un peu tendance à couper la parole pour aller préciser un point, du coup l'interlocuteur perd son fil, et ce fil pouvait être plus intéressant que le point précisé, mais qui a quand même magnifiquement mené ce débat. débat qui aurait pu durer plus longtemps... j'aurais écouté parler malys encore des heures je dois dire. il avait une manière d'expliquer cette question complexe vraiment très claire, ce qui était très appréciable. ce qu'il a dit sur la représentativité des femmes dans les syndicats par exemple était frappé au coin du bon sens, et très juste.

un instant de consternation cependant quand j'ai cru comprendre que les syndicats, la cfdt par la bouche de malys, n'ont pris conscience de la discrimination et au travail et à la retraite des femmes par rapport aux hommes qu'en 2003 ??? j'espère avoir mal entendu. c'est une question que les meuleufeu serinent depuis dès avant leur naissance pourtant. mais bon, il faut peut-être y voir justement un effet pervers de cette représentativité dans les syndicats.

une chose que l'invité en gris (je suppose le journaliste, mais devinette) a dite, et qui est à mon grand regret frappante, c'est l'absence des féminsites sur ce coup-là. je dis pas des femmes, mais des mouvements féministes. car ce combat pour elles est un combat de première catégorie, fondamental autant que le droit de vote, de divorce, d'avortement... leur silence est incompréhensible, sauf à dire qu'il n'y a plus de mouvements féministes.

quelqu'un a dit au tout début que cette fixation sur la retraite à 60 ans, et après, quelque part, commence la VRAIE vie (la "sienne") pose de manière aigüe notre rapport au travail, et à la satisfaction qu'on en retire. je crois que c'est une question de société essentielle.
Petite curiosité linguistique : il me semble que Daniel Schneidermann prononce systématiquement "r'traite", alors que les autres débatteurs articulent "retraite".
Bravo pour l'émission : claire, sereine et instructive. C'est quand même fou que ce genre de débat n'existe plus sur les chaines de télé.
Les chroniques de M.Porte ont elles leur place dans le lancement de cette emission de décryptage?
Pourquoi vouloir reprendre à l'écran ce qui c'est fait 10 ans en radio?
M. Porte a surement sa place dans votre équipe puisque vous l'avez accueilli. Alors pourquoi ne pas utiliser ses talents differemment... dans un contre emploi?
Je me fous de savoir s'il y a la parité homme-femme si les minorités sont visibles en revanche le silence assourdissant des féministes est très révélateur : dans les années 60-début 70 , celles qui ont fait ce mouvement étaient dans les csp ++++ , les filles qui quittaient l'école après le certificat d'études n'étaient pas dans les mouvements (sauf parfois si elles avaient l'info pour une ivg).
Les femmes qui ont interrompu une "carrière" ( job peu valorisant rémunéré a minima ) suite à une naissance ne sont pas dans le casting des féministes et comme l'a dit notre ministre "si les femmes ont gardé leur enfant elles ont fait un choix" : cynisme à tous les étages !
Ouf ca fait du bien une émission pédagogique et pas seulement bêtement polémique comme les derniéres
Effectivement j'ai appris plein de choses , impossible à apprendre dans tous les médias "aristocratiques " ( bien vu Daniel l'expression est ce un résultat de l 'émission avec les Pinson ? )
Un autre éclairage sur "la bien pensance " des aristocrates ( oui j'aime ce terme ) des médias , un moment la séquence obligée était " mais on a pas le choix puisque tous les autres pays ont rallongé l'age de la retraite , comme l ' Allemagne .... " à quel moment cette séquence a disparu ? est ce que parce qu'un jour quelqu'un a pu expliquer que c'était en France que la durée de cotisation était la plus longue ???
Une autre séquence tirée "des éléments de langage gouvernementale était un moment " la durée de vie s'allonge donc la durée de travail doit s'allonger " répéter mordicus par tous les éditoriali !!!stes ..... à quel moment et qui a introduit la notion d'espérance de vie en bonne santé ???
Frappant aussi et vraiment étonnant l'absence des syndicalistes dans les grandes chaines de télévision ..... comment ne pas avoir un doute sur l 'indépendance des médias en constatant que jamais les syndicalistes n'ont été invité en direct sur TF1 et F Chéréque une SEULE fois sur France 2 et encore après 23 h !!!!!
Merci à @si pour ce débat instructif, j’allais dire enfin, car j’ai vraiment la télévision et le gouvernement n’ont pas fait leur travail, un long débat public et didactique ou une série d’émission bien faites et sans langue de bois auraient été nécessaires pour que les citoyens français soient un minimum instruits et se sentent concernés. La question des retraites comme celle de la sécurité sociale, c’est dans quelle société voulons nous vivre ou plutôt allons nous vivre si le gouvernement continue à soigner sa communication (c’est vraiment la seule chose qu’il sache bien faire) au lieu de travailler à une société plus juste dans un monde plus juste. De toute de toute façon dans les faits, on voit bien à travers l’exemple du bouclier fiscal, que ce gouvernement travaille exactement à produire l’inverse : bichonner les puissants de ce monde, les possédants (et les membres du gouvernement en font parti, ils soignent leurs propres intérêts), à n’importe quel prix et au mépris des citoyens de ce pays pour le bien de notre économie dit-il. Selon lui il n’y a qu’une seule façon d'y parvenir, et c’est un préalable mensonger qui stérilise tout débat de société.

Notre gouvernement est en train de nous tailler un monde sur mesure, pour notre bien, avec caméras de surveillance, des banques faites pour les riches qui ne pensent qu’au profit à court termes en spéculant et ne jouent plus leurs rôles de partenaires pour les entreprises, des entreprises dirigées par des comptables sans imagination et sans humanité qui ne pensent qu’à rémunérer leurs actionnaires et n’ont aucun égard vis à vis de leur salariés (être compétitif, c’est le discours ambiant, ça veux souvent dire presser les salariés ou plutôt les intérimaires comme des citrons et les jeter quand il n’ont plus assez de jus).
Retourner sa feuille d’impôts et regarder les budgets alloués à l’éducation, la santé et la défense est aussi très instructif pour faire un choix de société. Les scandales financiers se succèdent à un rythme très régulier : Le scandale du Crédit Lyonnais, la crise économique (quel jolie terme pour dire escroquerie mondiale avec un bouc émissaire pour enterrer le problème), la Société Générale… et bien sûr c’est nous payons les erreurs et remboursons les escroqueries.

Prendre un peu de hauteur, puisque la plupart des réformes du gouvernement sont dues à un manque d’argent pour le financement de notre société, pour les retraites, la santé etc, et que à ce titre on réduit de plus en plus nos libertés, nos droits et notre qualité de vie, le vrai problème est économique et tout le reste finalement n’est qu'un écran de fumée. Allez visionner un petit film d’animation intitulé L’argent dette de Paul Grignon sur daily motion, vraiment très intéressant malgré l’animation pas très réussie, pour comprendre ce qu’est l’argent virtuel, comment fonctionne le système bancaire mondial et pourquoi nous serons toujours perdant dans ce système inique. On nous fait croire que l'économie c'est extrêmement compliqué pour nous tenir à l’écart, c'est faux c'est très simple, ce qui est compliqué c'est de continuer à faire vivre ce système économique absurde qui nous dévore un peu plus chaque jour et nous engloutira si nous ne faisons rien.

Il est temps de relire Huxley, Le meilleur des mondes, et de se bouger le cul parce qu’on y va tout droit.
Vous ne le saviez pas? Moi non plus on est vraiment bien informé dans notre pays.

http://www.7septembre2010.fr/
Bonjour,

Bien. L'émission se termine par "cette réforme, c'est vraiment n'importe quoi"… ça se confirme vraiment !!!
Les députés godillots UMP sont habillés pour l'hiver et le machin et sa clique nous prennent pour des buses.
Je ne sais pas si leurs électeurs en ont vraiment conscience car ils font partie des buses.
Pas pour les mêmes raisons que l'auteur de ce que je cite, mais je plussoie:
"....je propose qu'on donne à Anne-Sophie une chronique du genre "édito", un peu à la manière de Didier, où elle aura le loisir de s'exprimer et d'exister, dans un moment défini et libre. "


Et bien sûr je soutiens, plussoie et amplifie Mona.
Désolé, je n'ai rien à dire (ou à reprocher) sur le fond et sur le sujet de l'émission.. je suis tout d'abord gêné de voir qu'il n'y a qu'une seule femme sur le plateau, et qu'elle soit membre de l'équipe.. mais je suis encore plus gêné quand il s'agit de l'écouter intervenir avec ses tics de langage et sa mèche qui cache ses yeux (bravo au réalisateur d'avoir réussi à trouver un angle improbable pour capter son regard). Désolé pour Anne-Sophie, mais je ne suis pas intéressé par ses avis sur le sujet. En tant que journaliste intervenante dans l'émission, j'attends d'elle des relances lors du débat, des interventions qui recalent le sujet ou apportent des points de vue différents, qui rythment l'émission.
Mais là, non. Anne-Sophie agit comme si elle était invitée lors d'un dîner chez Daniel : et que je te donne mon avis perso, et que je regarde en coin le maître de maison pour voir si il approuve, et que j'en rajoute avec mes petits effets "drôles".

Pour pas rester dans la critique, je propose qu'on donne à Anne-Sophie une chronique du genre "édito", un peu à la manière de Didier, où elle aura le loisir de s'exprimer et d'exister, dans un moment défini et libre.

A moins que ce ne soit moi qui soit vieux jeu et qui veuille reproduire sur le net, une sorte de rigueur un peu engoncée du journaliste télé..

Amitiés à toute l'équipe.
bravo Daniel pour votre conclusion de l'émission, incontestablement elle s'imposait.
au fait est-ce quelqu'un sait qui a écrit "Tout pour nous-mêmes et rien pour les autres" semble avoir été à toutes les époques du monde la vile maxime des maîtres de l'humanité » ?
cherchez pas sur gougueule sinon c'est trop facile !
Le parfait n'existant pas, je ne l'attends pas d'une émission sur un sujet aussi complexe. J'ai malgré tout beaucoup appris ce soir et je retrouve ce que j'ai toujours aimé avec ASI : je me sens moins con après visionnage. Je ne regrette pas m'être abonné. Et vive Didier Porte !
En tout cas une chose est sure : moi du haut de mes 28 ans le recul de l'age de la retraite je dis non ! Laissez nous bosser quoi merde ! Ça bouchonne derriere ! Et quand on dit 24 ans en moyenne pour décrocher un premier emploi dans l'émission, faut voir le genre des emplois ! Nan mais franchement faudra qu'on m'explique comment vivre avec des emplois jeunes ou des emplois aidés payés 600 euros par mois. Faudra qu'on me dise comment lutter contre un marché de l'emploi saturé de "expérience demandée". J'ai 28 ans et je viens enfin (je crois en tout cas, c'est pas encore signé mais ca en a tout l'air), de décrocher mon premier CDD. Et vous savez quoi ? C'est un temps partiel et je suis payé 600 euros par mois la aussi. J'en ai raz le cul et je suis pas le seul ! On est plein de jeunes comme ca, laissés pour compte, gavés de faux emplois placés la juste pour éviter que ca se voie trop dans les chiffres du chômage et pour nous faire patienter avant un vrai boulot qui ne viendra apparemment jamais, ou bien peut être quand tout le papy boom sera parti en retraite. Alors partez, je vous en prie, faites de la place ! On a besoin de cotiser, nous aussi, pour pouvoir payer les vôtres, de retraites, et pour pouvoir avoir une chance qu'un jour on puisse avoir les nôtres !

Bon en dehors du coup de gueule primaire qui fait juste du bien (parce que j'ai même pas pu aller manifester vu le peu que je gagne)

Déjà moi un truc que j'ai du mal a comprendre c'est pourquoi ne pas avoir une sorte de caisse nationale des retraites, identique pour tous et toutes, plutôt que de s'emmerder avec dix milliards de caisses, particulières a chaque catégorie de métier ? Parce que moi ce qui me parait assez extraordinaire, c'est que d'un côté on a ça, chaque patron verse a sa propre caisse de retraite, chacun cotise de son côté, a la fin ca doit être un bordel monstre pour tout reverser aux retraités, et de l'autre côté on a un système de retraites qui est le même pour tous alors que nos emplois n'ont strictement rien a voir... Ce serait pas un peu moins con de faire l'inverse ? Une même caisse de retraites pour tous et un nombre d'annuités avant de pouvoir en profiter différent pour chaque catégorie de métier ? Déjà ca me paraitrait vachement moins injuste. Ensuite bien sur, les mères, les pères (oui parce qu'il y a des pères célibataires, aussi), ayant a leur charge des enfants sans aide extérieure et qui par là même se retrouvent dans une posture ou la recherche d'emploi est rendue très difficile, voire impossible, ca me parait tout a fait logique que ca soit pris en compte dans le calcul des retraites... Sans oublier les parents divorcés qui se partagent la garde. Un moyen devrait être développé la aussi pour calculer la retraite en fonction du temps effectif ou l'enfant a été pris en charge. Avec possibilité que ces avantages dus au simple fait d'avoir eu des enfants disparaissent s'il y a eu maltraitance avérée, par exemple. Bref.

C'est sans doute un calcul très compliqué a mettre en place, mais est-ce plus difficile que de faire tenir en équilibre quelque chose de tenable pour tous sans que nous ayons tous la même vie ? Je pense a une première piste, comme ca, au hasard de ce que j'écris... En fonction du travail dans lequel on est embauché, on a un pourcentage de retraite par mois, ou heure, ou trimestre, peu importe, associé légalement. Un chiffre au parfait hasard mais a salaire égal un employé de bureau pourrait toucher 0,00001 % de sa retraite par temps t, pendant qu'un ouvrier face a un métier pénible et physiquement usant en toucherait 0,000025%. Quand a avoir un enfant, et l'élever toute sa vie ca correspondrait a 0.0025 % de la retraite, a se partager en cas de divorce, garde partagée, exclusive, peu importe. Soit au final en imaginant une vie entière passée d'un coté comme de l'autre dans le même travail avec le même salaire, une retraite arrivant 2.5 fois plus vite pour l'ouvrier que pour l'employé de bureau. Oui je sais c'est des chiffres absurdes parce que même en tablant sur 30 ans de cotisations avant de pouvoir partir pour l'ouvrier, ca fait déjà 75 ans a bosser pour l'employé de bureau c'est totalement irrationnel. Mais je l'ai dit c'est des chiffres avancés au hasard. C'est là que les calculs sont a faire pour atteindre le pourcentage le plus équitable.

L'avantage d'une telle méthode, a mon avis, c'est qu'au moins on pourrait voir clairement ou on en est. Même si on change dix fois de boulot au cours d'une vie. "Tiens j'ai bossé ici trois mois ca m'a fait gagner 0.0000075% de ma retraite, puis un an ici ca m'a fait gagner 0,003 %, et j'ai eu un enfant, j'en suis a 0.0055075% de mon temps de travail a fournir avant de pouvoir profiter d'une retraite complète. Et deuxième avantage si on veut profiter d'une retraite a 60 ans (ou 62) avec décote on la calcule très facilement. Et puis si vous avez commencé a bosser a 14 ans dans un métier pénible, et que vous avez jamais connu le chômage, vous arrivez a mettons 50 ans et vous avez vos 100% de retraite cotisés, vous avez pas besoin attendre. Ou alors pour pouvoir bénéficier d'une surcote.

Alors je ne pense pas inventer quelque chose de totalement révolutionnaire, je ne me crois pas si intelligent que ca, donc je suppose que d'autres ont du travailler la dessus, peut être même porter ca dans le domaine public, sans que je m'en aperçoive, mais quoi qu'il en soit, j'en viens a me dire que tant qu'a revoir le systeme des retraites, autant y aller jusqu'au bout et réfléchir a un autre moyen de la concevoir, plus équitable parce que proportionnel a la carrière et au mode de vie choisi. Quitte a peut être revoir aussi l'âge clos de 65 (ou 67) ans, a partir duquel on pourrait plus bosser. Si pour la plupart cette barrière est une libération, pour d'autres c'est une déchirure. Et si effectivement comme on nous l'annonce, on tombe dans le coup de la décote même après cette barrière, alors ca risque de devenir également une malédiction pour un grand nombre d'entre nous. Bref plus j'entends de débats sur les retraites et plus j'en apprends sur son modèle de fonctionnement, plus je me dis que la copie est a revoir totalement, que ce système est forcément pervers et inégalitaire, et je cherche comment faire pour que ce soit possible. Ça vous intéresserait pas d'en débattre ici, en dehors de toute considération politique ? Je me sens pas de taille a penser un modèle équitable, cohérent et si possible inédit sans un peu d'aide...
Remarquable moment : de l'info, de l'analyse et du témoignage (de l'actualité politique en train de se faire, de se "jouer"...). C'est un décryptage passionnant qui désamorce les discours convenus démédias et renvoit à la réalité pure et dure de la vie qu'on vit "en vrai". C'est rare.
Bon débat - Pas mal - Tout le monde s'est écouté - On a appris pas mal de choses, et les enjeux sont devenus beaucoup plus clairs
C'est en faisant n'importe quoi qu'on devient n'importe qui !
J'ai voté pour que cette émission sois "diffusable" aux non-abonnés. Je trouve la qualité des échanges excellente, les arguments très clairs, grâce à des invités très pointus sur le sujet.
Je pense que les points soulevés apportent énormément au débat sur le retraite, pour comprendre les enjeux, par la pédagogie et dans le calme. C'est véritablement un contenu à rendre disponible pour que nous puissions la partager et ainsi faire connaitre notre site média préféré !
Continuez et encore bravo à toute l'équipe
Norbert
Excellent ! Enfin un éclairage différent.
Même si "nous les femmes et vous les hommes, pauvres diables"... Zut, voila que je pense à Julio Iglésias !
Voté d'utilité publique !
Ce projet de retraite est inéquitable pour la grande majorité des salariés et ne fait que renforcer l'injustice et la crainte de pension revue à la baisse.
L'injustice la plus frappante est celle faite aux femmes qui vont être les plus pénalisées par cette réforme du fait du temps partiel (majoritairement féminin), de la maternité, des salaires plus bas que ceux des hommes, du plafond de verre qui bloque leur carrière ainsi que de la frilosité des entreprises et du manque d'imagination de celles ci à les embaucher. (les pensions de retraite des femmes sont inférieurs de 40 pour cent à celles des hommes,cela a té dit pendant l'emision).

Tous ces problèmes connus depuis longtemps et n'ayant toujours pas trouvé de réponses adaptées et équitables, doivent être en premier lieu résolus dans l'entreprise. C'est aux entreprises de faire en sorte que cette discrimination(et la HALDE ME FAIT BIEN RIRE) faite aux femmes et qui demeure une honte, cesse dans notre société SOIT-DISANT moderne et progressiste.D'autre part la loi sur l'egalite professionnelle n'est pas contraignante pour les entreprises puisse qu'elles n'imposent aucune sanction à celles-ci, autant dire que les grandes entreprises débatent de se sujet en comité d'etablissement et sans moquent royalement.
Je suis bien placeé pour en parler je siege au CE de mon entreprise.
D'autre part je m'étonne du fait qu'on ne parle pas du devenir de la medecine du travail ou comment faire passer une reforme dans autre reforme.Quel rapport avec les retraite me direz vous? et bien aucun si ce n'est que le gouvernement à fait passer un amendement sur la réforme de la médecine du travail dans le texte sur la retraite.
C’est par un amendement bâclé,et voté en toute hate, sorti au dernier moment lors des premières discussions parlementaires sur ordre de l’Elysée, que va se régler le sort d’un des acquis de la Libération, proposition du Conseil National de la Résistance, la médecine du travail, votée à l’unanimité par le parlement de l’époque.
Les rédacteurs de l’amendement 730 ne font pas dans la nuance. L’article L4622-2 est abrogé , que dit- il ?
« Les services de santé au travail sont assurés par un ou plusieurs médecins qui prennent le nom de « médecins du travail »
Et pourquoi supprime-t-on cet article ? pour transférer les attributions actuelles des médecins du travail, à qui ? aux employeurs !
Quelle idée simple et géniale. Les employeurs décident des risques qu’ils font courir à leurs salariés. Ils doivent les identifier, les prévenir, les signaler, les expliquer aux salariés. Pour leur bien.Quelle société de rêve apaisée, harmonieuse, où les employeurs emploient, les salariés acceptent, les médecins regardent à côté et les éternels râleurs sont muets. Mais il ne s’agit pas «seulement» de la disparition de la seule médecine préventive qui demeure en France, ni la liquidation de la seule spécialité médicale dont l’objet est justement les effets du travail sur la santé. un autre amendement liquidateur est soumis à l’approbation des assemblées. Il remet en cause de façon indirecte mais efficace les principes de base de la réparation des Accidents du Travail et des Maladies Professionnelles.
Beau cadeau au patronat qui, depuis sa création, tente de liquider ou de dévoyer la médecine du travail, et qui n’a jamais admis que les effets du travail sur la santé des salariés soient mis en lumière.
Voila aussi se qui se cache aussi derriere se projet inique. Nous avons bien du souci à nous faire,puisse que personne ne parle.
COURAGE il nous en faudra.
Je suis kiné dans un cabinet libéral, je peux témoigner que les conditions de travail en général sont de plus en plus mauvaises, je vois beaucoup de gens souffrants de troubles musculo-squelettiques, je me rend compte que la phrase de parisot " la liberté s'arrête là où commence le code du travail " se vérifie tous les jours à tel point que je me demande s'il y a encore un code du travail.

Très peu de gens sont satisfaits de leur travail, beaucoup en souffrent moralement et physiquement. J'ai souvent l'impression que mon travail consiste à remettre les gens sur pieds le plus rapidement possible afin qu'ils retournent bosser le plus vite possible, un peu comme pendant la première guerre mondiale, lorsque les soldats blessés étaient rééduqués pour retourner au combat ( c'est d'ailleurs une des origines de la kinésithérapie ), alimenter la machine ultracapitaliste.

Alors quand je vois les projets de ce gouvernement, franchement, ça me fait hurler de rage, ces gens-là ne vivent pas dans le même monde, faire travailler jusqu'à 60 ans est déjà beaucoup, heureusement qu'il y a des gens comme filoche, friot ou lordon qui me redonnent envie d'espérer une société plus juste, où la majorité des gens auraient accès au bonheur, je crois qu'un jour il faudra se débarrasser de cette caste qui nuit gravement à la santé, on n'a pas besoin d'elle, qu'ils partent ailleurs puisqu'ils n'arrêtent pas de nous en menacer. On ne les pleurera pas.

Voilà, désolé, ça ne fait pas avancer le débat mais ça me fait du bien...
Bravo pour cette émission
Bonjour,

Je suis en train de regarder l'émission et je souhaite déjà réagir à la 22ème minute quand un des invité dit qu'une partie de la population est sur le marché du travail à 18 ans.

Je fais actuellement un remplacement dans un lycée professionnel et ai découvert la nouvelle réforme de ces lycées. Donc si j'ai bien tout compris, disparition des BEP, de moins en moins de CAP, Bac pro en 3 ans au lieu de 4 et objectif 80% des bacs pros en BTS puisque moins bien formé à cause de l'année de moins.

Donc les jeunes qui se retrouvaient sur le marché de l'emploi après un BEP à 16-17 ans en aurons bientôt 20-21 après un BTS.

De mon coté je suis sorti des études à 24 ans mais n'ai trouvé que mon premier vrai CDD que 3 ans plus tard soit à 27 ans... J'en ai maintenant 10 de plus et accumule les contrats précaires. En 10 ans j'ai du réellement travailler la moitié du temps et encore pas toujours à plein temps... Sans compter la fatigue de toujours "m'adapter". A ce rythme et avec ce qui se passe j'ai déjà fais une croix sur ma retraite tout court... Mais peut-être n'ai je pas tout compris.

Allez je continue l'émission.
L'émission se terminant je réagis à chaud après avoir quand même lu rapidement le forum.

Sur l'ensemble, c'est une bonne émission, même s'il faut souligner qu'après les dernières tentatives avec B. Lancar ou E. Levy, il était temps de redresser la barre. Dont acte.

sur le "fond" du débat, cette émission fut très instructive non pas tant sur les retraites mais sur les cuisines syndicales, on a assez peu l'occasion d'entendre ce genre de débats sur le syndicalisme, c'est tout à votre honneur.

Mais bon, je reste quand même sur la faim concernant les retraites. Sachant que l'on a quitté rapidement (et c'est heureux) l'analyse de la réforme sur le plan médiatique pour parler du fond des choses, j'ai vraiment regretté qu'au delà du débat comptable les personnes présentes n'abordent pas la question de fond du rapport entre retraite et emploi. Je constate que même eux (que des invités hommes ... encore) considèrent que la retraite signifie l'arrêt de l'activité ce qui est faux. Ou qui le deviens si l'on prend la peine de dissocier emploi de travail.
Je ne ferais que citer Friot : "c'est l'emploi qui nous empêche de travailler".

A partir du moment où la retraite est considérée comme faisant partie de la vie active (activités associatives, entraide entre voisin, prise en charge des petits enfants, ...), même sans emploi, il devient normal de bénéficier d'un subside pour cette activité, et ce à taux plein.
Le débat change du coup du tout au tout, mais bon,

Je ne reviendrais pas sur les aspects comptables, 9,3% du PIB passé du travail au capital, fin de la hausse historique des salaires, désinflation compétitive, etc etc .. certains l'ont fait beaucoup mieux que moi et avec grand talent :

Les retraites partie 1
Les retraites partie 2

Au final, mention spéciale pour ce débat court mais passionnant sur la question féministe, comme cela a été relevé par d'autrEs...
Surtout quand ce débat sur les femmes est animé par 5 hommes et une femme.
En dessous des scores de la direction de la CFDT soi dit en passant.
Sans oublier la petite blague du taulier : "ah bon, les féministes y en a encore ?"
mais ne soyons pas trop dur. Vous avez déjà abordé la question, c'est à votre mérite.
Et puis le dernier d@ns le texte que je n'ai pas encore vu apporte certainement un complément sur la question.

Bref, vivement la prochaine, continuez comme ça et même mieux encore !
Quand les invités jouent honnêtement le jeu le débat est intéressant malgré un sujet pourtant passionnel et très technique mais oh combien symbolique.

Et puis... Jean-Louis MALYS est très très bon et je suis sur que les conseils en com du château s'en sont déjà aperçus...!
Je n'ai pas encore regardé l'émission, mais une petite faute qui m'écorche les yeux, toute en étant plus ou moins rigolote.

Dans la dernière phrase de la présentation : "Les femmes sont-ils (...)"
Plutôt drôle.
Les handicapés invalides 80% sont dans l'obligation de partir à 60 ans, ce qui autorise les organismes de prévoyance à cesser de verser une pension quand elle est dûe. La prévoyance vient en complément du versement d'une pension d'invalidité par la sécurité sociale.
A 60 ans, je n'aurai pas les 42 ans de cotisation, et en plus je devrai liquider ma retraite.
Ma pension Secu est de 500€, c'est à dire moins que la retraite minimum qui me sera servie et il faudra ajouter une aide tierce personne. Que j'assume aujourd'hui grâce la prévoyance.
Mais les organismes de prévoyance sont heureux de cette disposition pleine de sollicitude pour les très très rares handicapés travaillant au delà de 60 ans.
Je serai donc très pauvre dès 60 ans. Mais les profits de ces organismes resteront au zénith.
Je n'ai pas encore regardé l'émission, juste la chronique de Didier Porte,
et je prends quelques secondes pour vous faire deux remarques à ce propos.

- Premièrement, je trouve qu'elle a vraiment sa place ici, c'est une très bonne idée !

- Mais dans le même temps, il faut absolument que vous nous concoctiez un petit
jingle vidéo pour la clore, parce que la transition telle qu'elle est franchement déroutante !
Pas grand-chose, un petit truc... mais ça devrait considérablement alléger cette transition.

Merci en tous cas, je m'en vais finir la vidéo !... :-)
Un de vos invités semblent vouloir dire que les journalistes reprennent les arguments du Gouvernement pour provoquer une réaction de la part de leur interlocuteurs syndicaux, ce qui reviendrait à affirmer qu'en fait ils ne sont pas dupes du matraquage gouvernemental. J'avais posté ça il y a deux semaines : http://www.arretsurimages.net/forum/read.php?4,1048558,1102933#msg-1102933 et http://www.arretsurimages.net/forum/read.php?4,1048558,1102940#msg-1102940

Je ne sais pas pour les autres journalistes mais David Pujadas est visiblement et sincèrement estomaqué par la réponse de F. Chérèque.
Très bonne idée le Porte en début.
Il semblait tellement déplacé, seul à son pupitre...
Cher daniel


à propos de la borne de 65 ans

un peu d'arithmétique:

le montant de la retraite se calcule par:

Salaire de référence X taux X ( 1-décote)

le salaire de référence étant pour les salariés du privé la moyenne sur les 25 meilleures années

le taux est de 50% minoré si nombre de trimestre est inférieure à 164 ( 41 années de cotisations) par la formule 50% X nbre trim cotisés/164

la décote est calculée si, à l'âge de prise de la retraite il manque des trimestres : il s'agit bien d'une double peine.

le propos corrigé de la présidence de la république n'est donc pas le même que l'initial.



jj@naute
Une bonne chronique suivie d'une bonne émission !
Y a pas de secret pour continuer un bon @si.
Bravo Mona : je suis sidéré qu'ASI soit aussi ringard et machiste que C Dans l'Air. Où sont les femmes ?
Merci aussi à Anne Sophie d'endurer ce déséquilibre bien relou.
Pardon, mais le coup de 67 sans décote ou 67 ans à taux plein, c'est énorme. C'est pas du tout pareil pour tous ceux qui commence à cotiser tard, ont des trous dans leur parcours et pas de fortune personnelle. ... c'est une sacrée arnaque.
Les salopards !! C'est effectivement le glas qui sonne pour le régime de solidarité par répartition.
Je n'ai pas encore démarré l'émission mais j'ai l'impression qu'il manque quelqu'un.
Vous n'avez tout de même oublié d'inviter Bernard Friot (l'enjeu des retraites) ?
Regardé le 5ème acte quand j'ai lu la réaction d'Anne-Sophie .

- cherchez l'erreur : Une femme et 5 hommes pour traiter le sujet . Ne répondez surtout pas qu'il n'y a pas de femmes dans les instances syndicales ou autres journalistes . Quelqu'un a pourtant dit à cette table : les femmes sont la moitié de ceux qui manifestent et les plus voyantes d'ailleurs .

- pas de lapsus , le sujet de l'injustice criante faite aux femmes est bien une échappatoire , sera bien l'échappatoire des indignes du gouvernement , et cela , était prévisible dès lors que woerth a osé dire mais on peut pas faire de différence , z'ont qu'à cotiser plus longtemps les feignasses , ou à peu près .

On peut même aller jusqu'à penser que ces chefs syndiqués ont marchandé sur le sujet dans le secret de leurs négociations .

- Ces messieurs s'étonnent en choeur que les féministes soient si peu visibles dans le dilemne de ces retraites injustes , après avoir dit qu'elles étaient nombreuses , bruyantes , voyantes , dans les cortèges !!! Le seul problème est le silence des journalistes qui ne leur tendent pas le micro , qui ne les invitent pas sur le plateau , celui-là et les autres .

Le sujet des femmes , juste une poire pour la soif , pour que gouvernement et syndicats en chefs sortent la tête haute .
[large]
Merci , Anne -Sophie , vous êtes magnifique , au physique et au moral ![/large]
Les cinq hommes et une seule femme, voilà en effet qui est frappant. Et Anne-
Sophie prouve par son énergie et la justesse de ses arguments à quel point les femmes sont au coeur du problème et d'une certaine manière l'espoir d'une société qui va mal. Aragon a dit ça avec force. Anne-Sophie est infiniment plus claire que Daniel qui tergiverse et manque singulièrement de connaissance fine du dossier.
Et si, une supposition, autour de la table, pour discuter dans l'émission, on mettait systématiquement chaque homme flanqué de son épouse? Euh, non.., mais comme les Pinçon, j'voulais dire... (private joke, sorry, never again).

Moi aussi, je dis vive Anne-Sophie.

Mais c'est pas de sa faute, à Sébastien Rochat, si c'est un homme, il n'a pas fait exprès. On lui pardonne.

Une femme syndicaliste a été invitée à asi autrefois. Elle était seule, je crois. Là, deux syndicalistes hommes. Preuve est faite de la supériorité féminine, comme le laisse entendre ci-dessus Jacqueline Beaulieu :-)
[quote=Mona]cherchez l'erreur : Une femme et 5 hommes pour traiter le sujet

Comme rien ne vous échappe, vous avez surement noté que dans dernière émission d'@rret sur images, l'égalité hommes-femmes était strictement respectée.

Cherchez l'erreur, dites-vous ? Etes-vous sûre qu'il faille la chercher ?

Ne cherchez plus, je l'ai trouvée !!!!!
Est-ce que vous suggèrez que toutes les femmes qui prennent la parole sont des harpies , cher julot ?

Celles qui sont entendues sont celles qui , comme Anne-Sophie , s'expriment calmement en maîtrisant le propos .
Et ce , malgré la foule des mâles qui ont déjà tout dit non mais pourquoi elle ouvre son micro la p'tite dame alors que ces messieurs sont prêts à lever la séance .

L'astuce , la bonne méthode , mesdames engagées dans des associations , c'est de prendre la parole , ou de la reprendre , fermement , en fin de réunion , lorsque ces charmants messieurs se sont appliqués à édulcorer le sujet concernant les femmes .
[quote=Mona]Est-ce que vous suggérez que toutes les femmes qui prennent la parole sont des harpies , cher julot ?

Non, bien sûr.
Mon message en forme de gag (running gag, dirait Daniel Schneidermann. Mais après ce que notre malheureuse Élisabeth L. a subi sur d'autres forums, elle ne craint plus rien, on peut y aller joyeusement) voulait simplement rappeler qu'inviter une femme à un débat n'est pas la garantie d'avoir d'un débat de qualité.
Cela dit, j'aimerais que les femmes soient plus nombreuses partout, notamment en politique et à tous les postes de responsabilité. Elles sont supérieures aux hommes sur bien des plans, je vous l'accorde.
Mais je suis pas favorable au principe des quotas, qui accrédite l'idée que les femmes ont besoin d'un artifice pour accéder aux mêmes places que les hommes.
Et, si je n'avais pas peur de vous mettre en colère, je vous demanderais (presque sérieusement) : " Pourquoi revendiquez-vous seulement 50 % de femmes ? ".
Soyez logiques, mesdames (et plus ambitieuses) : Si elles sont supérieures aux hommes, la parité n'est pas suffisante ... :o)
Et je suis certain que dans le futur, lorsqu' elles auront trusté toutes les bonnes places, vous enverrez balader les hommes qui auront l'audace de réclamer la parité.
Et, si je n'avais pas peur de vous mettre en colère, je vous demanderais (presque sérieusement) : " Pourquoi revendiquez-vous seulement 50 % de femmes ? ".

la loi sur la parité est justement pour s'assurer qu'il n'y ait pas plus de 50 % de femmes, pour au cas où, on sait jamais...


toutenbateau
En effet, j'ai cru m'étrangler quand j'ai entendu un des syndicalistes s'étonner des féministes comme quoi elles ne faisaient rien.
Si ils se tenaient un peu au courant de ce qui se fait dans ces mouvements, ils verraient que la question du travail, et de la retraite pas extension est bien une revendication abordée.
Sue ce sujet, un article des "nouvellesnews" datant d'avril, par exemple:
http://www.lesnouvellesnews.fr/index.php/civilisation-articles-section/34-civilisation-categorie/300-le-laboratoire-de-legalite-sinvite-dans-le-debat-sur-les-retraites
ou encore
http://www.collectifdroitsdesfemmes.org/spip.php?article204
et caetera...
Ce qui est en question, c'est plutôt l'écoute que l'on accorde ou pas à ce type de revendication en France.
Daniel, je profite de votre question au syndicaliste de la CFDT pour vous demander s'il ne vous semble pas que les femmes sont sous-représentées sur votre plateau d'@si ? Si les médias progressistes comme le votre ne donnent pas l'exemple, qui le fera ? Avez-vous pensé à Annick Coupé ou Maryse Dumas, ou justement, puisque personne ne tend le micro aux associations féministes, à une membre du Collectif National Droits des Femmes ?

Concernant le mouvement féministe, je vous invite à signer l'appel sur les retraites sur le site d'Osez le féminisme : www.osezlefeminisme.fr
Nous avons tenu un point fixe unitaire des organisations féministes lors des deux dernières manifs.
Premièrement, c'est une bonne chose de mettre la chronique de Didier Porte dans un cadre général et pas seule.
Relativement aux invités, ça manque encore une fois de type de droite intelligent, mais ils ne semblent pas facile à trouver. Chérèque... on verra.
En tout cas vu l'enthousiasme de la présentation, ça a dû être une bonne émission, j'ai hâte d'en dire ce que j'en pense ! =D
Mais après Filoche, Friot sur Là-bas si j'y suis, et d'autres, je me demande ce qu'on peut apprendre de plus sur travail/retraites, il faut juste propager maintenant.
Super émission en perspective ?
Je suis en train de télécharger l'émission que j'ai hâte de regarder, en particulier la partie sur la retraite des femmes (je n'ai pas encore terminé mes études et j'ai comme l'impression que c'est mal parti pour notre pomme, à nous, les filles).
J'aimerais cependant signaler deux petites fautes de frappe :
"discussions bienvenus" et "le débat sur les retraites maque en fait un autre débat".
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.