34
Commentaires

Sous les pavés la page...

Derniers commentaires

Le 7 juin 2011

Cher Alain K., comment fait-on pour vous envoyer un mail ?

Salutations cordiales,

K.
http://fr.youtube.com/watch?v=0hhm0NHhCBg
http://i.ytimg.com/vi/VXa9tXcMhXQ/default.jpg
http://i.ytimg.com/vi/qDde1es7aoU/default.jpg
et quelques autres…
Désolé pour mon habituel lenteur de réactivité
Christian
Bonjour Alain,
Je voudrais vous informer que les 3 images de la "Marianne de mai 68" que vous publier dans votre article sont de Jean-Pierre REY.
Sur la photo où l'on voit la foule en haut du boul'mich et de la rue Mr Leprince, en plus de Jean-Jacques Lebel, ce trouve au centre
Pascal Aubier, cinéaste éberlué, (expo sur son travail: galerie Anne Lettré, 46 rue de Seine jusqu'au 14 juillet), un autre artiste est présent sur la photo
Olivier Mosset.
A ma connaissance toutes les photos de la "Marianne" en haut du boul'mich sont de Jean-Pierre Rey, il existe un petit film, quelques secondes ou la Marianne est présente.
La photo de "la Marianne de mai 68" a été publié par Life-Magazine le 24 mai 1968, reprise dans Paris match du 12 juin 68, elle fera la couverture du 1er livre de PPDA pour le dixième anniversaire de 68.
Liens pour les images de Jean-Pierre Rey: Mai 68. fr
l'oeil du photographe

Cordialement
Philippe
J'ai passé un long moment à regarder ce site hier... J'ai adoré : des affiches de mai 2008, dans l'esprit de celles de mai 68. C'est éclectique et créatif, naïf, maladroit ou magistral. A voir absolument !
(maître KA, si tu me lis...)

http://imaginaction.over-blog.org/
Dans sa dernière chronique du Monde (édition de mardi soir), Laurent Greilsamer raconte son mai 68. Il dit notamment ceci : "Avant mai 68, c'était noir et blanc." Voilà ! C'est ça ! C'était tellement désespérément noir et blanc (avec du gris aussi...) qu'[large]ON A VU ROUGE ![/large]

C'est aussi simple que ça.

;-))
et une belle liberté guidant le peuple, une !
quand on pense que Delacroix l'a reprise d'un tableau où elle était l'allégorie de la grèce libérée...
bleu et blanc le drapeau de la grèce, bleues et blanches les célèbres maisons des cartes postales des Cyclades, bleu et blanc...
Rien à voir (encore que) mais il paraît que Bakchich Info a besoin de sous http://www.bakchich.info/article3626.html
Merci Alain pour cette chronique des couleurs: compliquée, l'histoire du noir/rouge/blanc. Nous avons, je crois, l'esprit marqué par les images des drapeaux hitlériens vus dans nombre de films et photos depuis la guerre et la fin de la guerre. Du coup nous avons une répulsion (bien exprimée par Mona) qui n'est pas "juste" mais que nous ne pouvons pas bien contrôler. C'est drôle, nous avions cette discussion, samedi midi, à la terrasse d'un petit caboulot lyonnais, à la Croix Rousse: de gentils et sympathiques anars avaient monté des stands où flottaient ces trois couleurs et une jeune fille de notre compagnie a exprimé son malaise devant ses couleurs: "je sais que cela ne correspond pas à la réalité, mais pour moi ces couleurs me font un effet de violence et de brutalité..." Comment se laver la tête??

Mais je n'avais commencé ce message que pour vous remercier, et vous faire deux bises bien claquantes, pour le générique de Dim Dam Dom: réjouissant, hilarant, je dirais même encourageant! Car si c'est cette bouillie rigolote et niaiseuse que l'on diffusait aux téléspectateurs le 10 mai 68, alors tous les espoirs nous sont permis!
Elle est bien vraie, cette légende de la fille au drapeau?
Je ne l'avais jamais vue cette photo, je ne la connaissais pas du tout cette Caroline.
La preuve est faite : à force de ne pas lire Elle et les autres magasines féminins, je vis dans ma bulle et je ne suis au courant de rien (83% de rides, j'en reviens pas...).
Flamboyante chronique.

Le feu, la cendre, puis l'absence de couleur. Ou, dit-on, toutes les couleurs en même temps.
Hihi, vous êtes un vrai conteur Alain, et comme dans les fables de La Fontaine la moralité n'est pas là où vous le dites...

Je m'étonne juste d'une phrase :
"Dénigrement d'un événement historique, contestation de cette apologie un tantinet marchande, mais à la une et en noir-rouge-blanc, histoire de surfer sur la vague. Que ne ferait-on pour vendre du papier…"
N'êtes-vous pas en train de faire le reproche que beaucoup font à @SI qui multiplie les articles sur Sarkozy pour dénoncer son omniprésence médiatique ?
Marianne n'est-il pas justement en train de faire votre travail, en critiquant la commémoration et non mai 68 lui-même ?
Ce sont de vrais questions, je ne me base que sur la couverture de Marianne, donc je ne sais pas si ils font un travail constructif des média ou si, effectivement, ils ne font que surfer à rebours sur la vague.

En tout cas, tout ce rouge m'a crevé les yeux, un lendemain de cuite.
Bonjoir,

Un poil (guère plus) hors sujet, un superbe documentaire sur arte que l'on peut voir encore (vite, ça ne reste pas!!!)
" 68 année zero
Six vies qui témoignent de l'incandescence des "années 68", mais aussi de leur devenir et de leur héritage
."
http://plus7.arte.tv/fr/detailPage/1697660,CmC=2001106,scheduleId=1992580.html

Cela devrait plaire (entre autres) aux féministes, moi c'est le militant syndicaliste qui me bouleverse..
(je rembourse 1h49 si vous êtes déçu(e) ;o)
Le problème c'est encore tout le papier que l'on vend avec mai 68 !!
Il faut toujours qu'ils y en aient qui fassent de la récup..
Je vois qu'il n'y a pas que le président qui en fait mais serais ce un mal Français ??
Très bon article très éclairant !!
J'avais oublié Dim Dam Dom dis-donc ! et ses accessoires de l'industrie cubaine du meuble. On a quand même fait des progrès pour ce qui est de danser, à part la séquence avec les portés où l'on sent la dame fort capable de grand écart, n'importe quel cours de danse débutant atteint vite ce niveau.

Intéressante explication durouge blanc noir sur-employé pour cette commémoration et qui me paraissait particulièrement inadapté : dans mon souvenir lointain 1968 c'est quand la France est passé du gris + noir + blanc à la couleur, plein de couleurs et pas seulement le rouge. J'aime bien la belle histoire du mannequin qui a trop bien fait son travail mais mal choisi les circonstances. Peut-être qu'un procès de nos jours lui donnerait raison, ça s'est bien vu pour une anonyme (je crois qu'elle l'était) lors d'un match de foot en 1998.

J'adore ton pseudo conseil conclusif :-) !
Je ne comprends pas.
L'article montre que les couleurs rouge et noire sont utilisées de partout, pour leur impact visuel percutant et pour d'autres raisons pratiques.
Et la discussion s'en va dans le sens que c'est des couleurs marquées, extrême droite, violence et tout ça.
Je m'étonne donc.
Aller de Aristide Bruant peint par Toulouse-Lautrec, en passant par Darty jusqu'au drapeau nazi, c'est justement une preuve qu'on ne peut pas franchement diaboliser ces couleurs et les soupçonner de transmettre un message subliminal suspect.
Le noir a résisté à se laisser contaminer : Yves Montand en chemise noire n'est jamais soupçonné d'avoir céder à la mode des fascistes italiens, je crois...
Le rouge aussi, non plus.
Les deux ensemble non plus, aussi.

D'ailleurs elles ont fait une réponse à l'AFP, je ne sais pas si la dépèche est parue... : "on est deux couleurs, à première vue on croit qu'on n'existe pas dans la nature, mais sang et putréfaction, chaperon et loup... C'est la couleur des gens avertis, qui savent ce qu'il en est du dessous des choses? En tout cas, on ne peut pas nous sectoriser, nous discréminer, nous mettre une étiquette. On n'est pas d'accord. Il ne faut pas nous embêter parce que coller nous un violet ou un vert, accollé à nous deux, et on les pervertit comme on veut, adieu le violet-soutane et le vert-écologie... Nous avons les moyens de nous défendre, (bien que le rouge soit un peu fragile et ne résiste pas au temps et à la lumière, ce qui fait doucement rigoler le noir encre de chine)."

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

anarco-syndicalistes ? Ne serait-ce pas plutôt des anarcho-syndicalistes ?
Ne pas oublier le H, sinon on les prend pour des narco-traficants (cette phrase contient une astuce à deux balles)
Cher Alain,
le rouge, le noir et le blanc cela m'évoque les white stripes... du noir, du blanc et du rouge sur les visuels de leur albums, mais aussi pour les vêtement leur vêtements et leur instruments...un de leurs albums porte d'ailleurs le doux nom de .... De stijl ! (comme de par hasard).
Bien à vous
Caroline
Bonjour Maître Ka
belle page encore qui nait sous vos doigts toujours inspirés...
Ya un an moi aussi j'ai rêvé... Comme cela semble loin aujourd'hui et comme j'étais naïf... Enfin...
Moi j'avais trouvé une autre marianne qui m'avait inspiré un pastiche militant. Depuis mon vieux pécé a explosé et l'original de cette image avec. Il ne reste que cette retouche maladroite (et je comprends que mon écran de l'époque était bien mal qualibré).
Mon pastiche in situ

Triste jeunesse d'aujourd'hui sans utopie et sans revendication, engendrée par les lanceurs de pavés d'hier. Merde ! moi j'ai envie de leur balancer des pavés sur la gueule à ces sarko-guaino-dati et autres rouquins xénophobes, à ces Soral et ces Zemmour, ces Rioufol shootés à l'eau bénite qui distillent le poison réactionnaire... pouah !

Tiens camarade, j'en ai les larmes aux yeux.
Bonjour,

Il me semble qu'il manque à votre article une référence, c'est la "source" de la Une de Télérama (pas le Hors-Série). J'ai pensé un temps à "L'affiche Rouge", mais vérification faite non. Pourtant ce graphisme me rapelle bien quelque chose...
AlterEgo.
Caroline de Bendern, 40 ans plus tard, en petit tailleur strict sur son vélo vert, ça le fait plus (photo dans Elle).
La contestation a vieilli avec son (faux) symbole.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.