75
Commentaires

Soignants : live contre live

Commentaires préférés des abonnés

Des jets de projectiles...la belle affaire....C'est une manifestation

Si on ne veut pas recevoir de projectiles, on passe le concours des impôts ou de la Poste.

Et bien moi, je justifie ces jets par cette infirmière.

- Trois mois sous pression

- La peur (...)

Mais le contre-récit a les limites du récit : c'est un point de vue. 


Par contre , là, ce qui n'est pas un point de vue, mais un point de départ, c'est le gazage des soignants venus manifester, après avoir été applaudis, après avoir entendu beauc(...)

Effectivement, cette personne s'est peut-être faite nasser, gazer, ou insulter et pousser si elle a tenté de discuter avec les fdo avant les tensons à cet endroit. 


J'ajouterai qu'il y a aussi la frustration et l'incompréhension en tant que manif(...)

Derniers commentaires

Rien n’excuse cette femme qui aurait pu exprimer sa colère autrement, comme ceci par exemple :


https://www.wikiart.org/en/banksy/flower-thrower


(disclaimer : c’est du second degré)

le problème c'est que l'infraction est caractérisée dans la video, j'espère que la justice saura se montrer moins vindicative que ces policiers et qu'elle ne sera pas poursuivie.... 


on se souvient que durant les gilets jaunes il y a eu la doctrine "lallement" visant a casser du manifestant pour semer la terreur mais également celle de son prédécesseur qui préféra encadrer a bonne distance et voir casser du matériel (certes symbolique lorsqu'il s'agit de l'arc de triomphe) plutôt que de l'humain. Peut être serait il temps de revenir a cette doctrine initiale quitte a laisser quelques casseurs occasionnels (qui ne doivent pas être franchement nombreux dans une manif de soignants)  s'en prendre au mobilier urbain.





ai je rêvé? à un moment un policier dit bien "pas de violences, on est filmé"....?si tel est le cas, ça en dit long quand il n'y a pas de caméra.  Et dire qu'il est des députés pour demander le non filmage des forces dites "de l'ordre" (mais lequel?). Personne d'humain qui aurait été à sa place, entre ce qu'elle a donné en terme de travail et de don de soi dans son activité professionnelle, et les nassages et les gazages sans discernement qu'elle a peut être subi dans la manif, ne peut dire qu'il n'aurait pas craquer pour réagir en face de ces forces de maintien de ...l'injustice sociale manifestement. La police tu la trouves violente et équipée pour te massacrer quand tu veux occuper des places ou des usines pour dénoncer la violence sociale et l'exploitation. Par contre si tu as besoin d'elle dans un quartier populaire à minuit pour tapage nocturne, là tu pourras attendre deux heures si elle a du temps. Et tout ça n'est pas la faute principale des policiers, mais de ceux qui batissent leurs missions et leurs moyens. La police au service de la veuve et de l'orphelin est une légende. La police est devenue le bras armée de l'oligarchie. Elle ne peut pas ne pas s'en apercevoir. Il faudrait une cecession des policiers de base honnêtes et qui doivent bien ressentir qu'on leur fait jouer un rôle de plus en plus "politique" à leur insu. 

"..Comment une infirmière de 52 ans (1 m 55 ) en arrive-t-elle à caillasser la police ?) " s'interroge  D.S?


 On répond:  


1. "on dit" elle a simplement renvoyé des restes de grenades lacrymo..à l'envoyeur, pour le fun, joueuse la dame."


2. si vous souhaitez chers amis(es) une autre version, j'ai : fan de la récupération des déchets, écolo dans l'âme, elle regroupe et les projectiles des policiers. (là, ok je méchante un peu)


3. ou encore, plus simple, plus humain, donc la bonne version,  le coeur sur la main, elle leur rend ce qu'ils ont envoyé. Sympa. Même pas un merci des policiers!!


Les hypothèses sont nombreuses, suffit de creuser. Non, ni haine, ni mépris, ni peur, simplement l'obscur besoin d'être utile. Ouf!! 

Dans son communiqué, la CGT Paul Brousse indique que « Farida a immédiatement reconnu avoir été envahie par la colère à la fin de la manifestation du fait des charges policières, des gaz lacrymogènes à profusion et des provocations multiples des forces de l'ordre »

« Après trois mois de lutte acharnée contre le Covid-19, où les nuits ont été très courtes et la tension extrême », l'infirmière, « qui ne s'est pas arrêtée lorsqu'elle a été atteinte elle-même par le virus, est harassée ».

« Comme nombre de ses collègues », ajoute l'organisation syndicale, « elle ne supporte plus les violences policières des manifestations, les intimidations et le mépris total de ce gouvernement envers les personnels de la santé et de l'action sociale ».

De son côté, le syndicat Sud-santé APHP explique que Farida avait « de quoi être en colère ». « Dans cette crise [sanitaire] Farida a donné. Elle accepte un poste faisant fonction de cadre en gériatrie dans un hôpital qu'elle ne connait pas, la direction lui laisse miroiter l'officialisation d'un poste qu'elle n'aura pas », est-il écrit dans un communiqué.

"la séquence de la même personne, lançant à bonne distance deux projectiles (éclats de grenade ?) sur les forces de l'ordre, quelques minutes avant son interpellation." (DS)


"le contexte c'est qu'elle a lancé un bout de palet de lacrymo (dont ils se sont fait copieusement arrosé; voir plus encore); c'est à dire un bout de caoutchouc;  sur des robocops casqués et surprotégés." (commentaire Grrrz, un peu plus bas). 


Si c'est vérifié, ça mérite une "mise en contexte" complémentaire!

Je vien de voir la séquence sur F2 avec les commentaires : "elle lançait des pavés" !!! Non mais ho, F2, vous avez bien regardé la taille de la dame ? Et sa façon d'envoyer "des pavés" !!! Avant de reprendre la  version des keufs, regardez au moins les séquences que vous recevez... 

Une honte ! Honte pour les flics en effet de tabasser des gens qui pourront être à leur chevet plus tard, le jour où ils le choperont grave, le COVID 19, ou le 20 ou le 21 ! Honte pour les gouvernants de laisser ces salopards de keufs gouverner par la force à leur place... faire le sale boulot !

Bande d'incapables au pouvoir ! Bande de salopards obéissant à cette vacuité qui règne dans les têtes du pouvoir... avec un Ministre qui leur obéit... On dirait un papa

j'aime bien les fafs qui disent "regardez le contexte "et le contexte c'est qu'elle a lancé un bout de palet de lacrymo (dont ils se sont fait copieusement arrosé; voir plus encore); c'est à dire un bout de caoutchouc;  sur des robocops casqués et surprotégés. mon dieu ça aurait pu faire une rayure sur leur casque.

"Ceci ne sont pas des images" Jacobus Vander Magritte.


Ce sont des points de vue sujets à des prises de positions politiques. 

Casquées ou non.



Pourquoi les policiers s'habillent-ils de la sorte pour encadrer une manifestation à caractère pacifique ?

Quand on voit un "Robocop" tout de noir vêtu et armé, une certaine pulsion de violence est induite.


Par expérience, et par malheur, je puis dire qu'un soldat en arme patrouillant en zone hyper chaude fout la trouille.

Et cette trouille se transforme vite en révolte. Avec raison !


Vous avez peut-être vu la vidéo de la femme que la police ferroviaire à plaqué au sol à Aulnay, hier.

Un des policiers lui marche sur la tête.

(La vidéo est difficile, je préviens).

Vous savez quoi ? Je suis sûre que des gens vont trouver que c’est mérité.

La vue de ces policiers bibendum Michelin carapacés et bardés d'armes et de radios et de tout un attirail qui pend à droite à gauche comme s'il s'agissait de tzitziyot, cette vue m'insupporte

Les voir amassés à ne rien faire en attendant le moment de l'assaut, parlant de salaire et de points retraite comme si c'était un métier ordinaire

Les voir prêts à riposter, agresser des soignants ou autres manifestants, prêts à envoyer aux hôpitaux leurs victimes


et je traverse la ville et passe au large des mitraillettes des militaires de la force

Mettez-y tout le contexte que vous voulez... Sur cette vidéo on a tous les éléments nécessaire pour qualifié une violence policière systémique.

- à 30s la femme (pas bien grande) est deja a genoux les mains dans le dos avec a minima trois homme autour d'elle pour la maitrisé. On voit clairement son visage sans marque. 

- Dans les seconde qui suivent de nombreux policier s'interpose clairement entre cette femme et les cameras (et ce sont bien les cameras qui sont visé (entre 1:18 et 1:24 voir le policier qui regarde tout autour et et cherche a bloqué la vision des cameras)

-Entre 1:18 et 1:20 - Finalement lorsqu’elle est emmené et qu'un des policier la force a avancer en lui tirant les cheveux, le collègue qui lui glisse : "pas de violence on est filmé".  Et le visage de la femme est en sang...


Quelque soit les tord de cette femme avant son interpellation, rien ne justifie la violence dont elle victime durant son arrestation par la police "républicaine".

Ben... je tombe du placard, là !


De ce que j'avais ouï par mégarde* chez le Grand Ara de la matinale de France Cul, y'avait des "black blocks" et autres "antifas" enragés dans la manif.. D'ailleurs, je me suis toujours demandé qui se cachait derrière et pourquoi nos "glorieuses" forces de répression n'étaient pas foutues de les choper - mais bref !


Et là, je découvre une dangereuse "black block" en blouse blanche... tellement dangereuse qu'il faut bien une dizaine au moins de robocops mastoc pour la "maîtriser" (cependant que les "black blocks" en noir continuent à oeuvrer tranquilles ?)


Et je me pose la question : pourquoi est-il devenu impossible de manifester dans certaines villes sans se faire gazer/nasser/mettre en GAV/mutiler/éborgner... voire pire - cependant qu'on ne trouve rien à redire aux "manifs" illégales de flics factieux (car en uniforme : en tant que citoyens lambda, ils ont le même droit que nous tous !) ?


Faut-il rappeler encore et encore que manifester est un droit constitutionnel ?


Apparemment, oui !


* me suis réveillée trop tôt ce matin, d'habitude je m'évite d'entendre cette tranche de propagande ;)



J'ai remarqué  :


- que les manifestations de policiers  étaient très peu réprimées,


- que les policiers obtenaient très rapidement gain de cause.


J'en conclus que les policiers sont plus utiles que les infirmiers.


Live contre Live :


mais nous ne verrons pas  l'infirmier qui soigne le CRS  blessé lors de la manifestation....( c'est son devoir , devoir  qui  est  parfois , j'imagine, un peu difficile )


Est-ce que le devoir du CRS  cognant sur les infirmiers qui l' ont soigné  est aussi difficile ?

Merci pour la chronique. A propos d'images : les policiers qui se solidarisent avec le mouvement social me semblent beaucoup plus malins, dans l'avertissement qu'ils envoient au pouvoir, que ceux qui tentent vainement de l'intimider en faisant tourner quelques gyrophares au crépuscule à proximité de l'Élysée. On sait que ce pouvoir a désespérément besoin de la police. Symbole pour symbole, la menace implicite putschiste des gyrophares (= on peut venir te chercher Manu, tu sais) me semble beaucoup plus grotesque, alors que celle de la jonction avec les manifestants, quoiqu'à ce stade peu probable, m'apparaît néanmoins plus concrète, plus simple, plus rentable pour eux (=on tord le bras du pouvoir sans se couper du peuple).


Bon, on est bien d'accord, si tout ça est au service d'une revendication au droit à étrangler ou à être raciste, c'est à vomir. Si c'est une bascule vers des revendications de justice sociale, ça pourrait devenir intéressant.

Il en fallait une. Les medias mainstream et la police l´ont trouvée. C´est bien dommage pour la revendication portées par les hospitaliers. L´opposition marche à plein dans la tête des gens  et la communication du gouvernement du coup est réussie :

- Segur de la santé, ordre, dialogue, concorde 

contre

- Manifestation des blouses blanches, désordre, confrontation, violence, récupération politique   


beaucoup de commentaires sont à "côté de la plaque". La chronique de Schneidermann ne vise pas à relativiser la violence des uns par celle des autres, ou de trouver un impossible équilibre objectif. Elle vise la façon dont les médias du pouvoir ou les manifestants utilisent les vidéos pour défendre un point de vue politique. Ce qui départage la "mauvaise" violence de la "bonne" c'est un point de vue politique. Lequel des deux camps défend la "bonne" politique est le point essentiel qui fait la différence.

"Pour quelques heures : le temps que des soutiens de la police postent la séquence de la même personne, lançant à bonne distance deux projectiles (éclats de grenade ?)"


Vu l'état du bitume ça pourrait plus probablement être des bouts de bitume. 


La surprotection des policiers semblent avoir un effet facilitateur sur les jets de pierres, car on pourrait se dire "un caillou sur une armure, aucune conséquence". Je ne sais pas si le suréquipement était justifié au début, mais manifestement ça a un effet pervers (et arrangeant pour le pouvoir d'une certaine manière).


Toujours est-il que l'on sait, tout le monde sait aujourd'hui que ça va faire des images permettant de justifier la répression. Je ne dis pas que c'est facile, je pense juste qu'il est souhaitable de s’entraîner à ne pas s'énerver.


Est-ce qu'on met le pied dans le complotisme si on trouve bien arrangeant, pour mettre en arrière plan les critiques de la police et les manifs des soignants, le bordel qui se passe avec les tchétchènes au nez et à la barbe de la DGSI ?

Je (re)mets ça là:


« Il y a trois sortes de violence. La première, mère de toutes les autres, est la violence institutionnelle, celle qui légalise et perpétue les dominations, les oppressions et les exploitations, celle qui écrase et lamine des millions d’hommes dans ses rouages silencieux et bien huilés.
La seconde est la violence révolutionnaire, qui naît de la volonté d’abolir la première.
La troisième est la violence répressive, qui a pour objet d’étouffer la seconde en se faisant l’auxiliaire et la complice de la première violence, celle qui engendre toutes les autres.
Il n’y a pas de pire hypocrisie de n’appeler violence que la seconde, en feignant d’oublier la première, qui la fait naître, et la troisième qui la tue. »


Dom Helder

"nasser, gazer," j'ajoute d'après mes expériences de manifs toulousaines.... insulter ! Je vous assure qu'il faut entendre les commentaires injurieux adressés aux femmes tout particulièrement, et y compris venant de femmes-flics ! 

D'ailleurs, sur cette contre vidéo on remarque qu'il y a un homme avec cette femme en train de lancer ...quelque chose de pas très gros. Mais c'est... sur la femme qu'il se sont jetés !!! Ils avaient sans doute remarqué qu'elle était "arabe" ? 

Insupportable !

 "Un contre-live, c'est aussi un live, pour le meilleur et le pire". Comme cette chronique...

Mais le contre-récit a les limites du récit : c'est un point de vue. 


Par contre , là, ce qui n'est pas un point de vue, mais un point de départ, c'est le gazage des soignants venus manifester, après avoir été applaudis, après avoir entendu beaucoup de promesses sans suite, après avoir été l'objet d'un calamiteux projet de cérémonie hommage pour le 14 juillet. Après avoir été poussés à bout ?


Le gazage comme réponse à une crise sociale, il est sur toutes les vidéos, celles d'un camp et celles de l'autre comme dirait le petit homme à grande casquette.


Gazage dans la rue, et il en reste des corps blessés et des esprits ... j'ai pas de mots...

Blabla des grands débats et assimilés dans les salons et il en reste .... rien, le vide..

circonstances aggravantes ?


L’infirmière, qui se prénomme Farida, vit à Ivry .

j'ajoute cette précision


"Un policier atteint par un de ces projectiles déposera plainte" mercredi, a indiqué la source policière. 


ça fera toujours un petit bonus... comme la sempiternelle "plainte pour outrage" (dans les 300€ je crois )


Effectivement, cette personne s'est peut-être faite nasser, gazer, ou insulter et pousser si elle a tenté de discuter avec les fdo avant les tensons à cet endroit. 


J'ajouterai qu'il y a aussi la frustration et l'incompréhension en tant que manifestant de se voir imposer une fenêtre temporelle et un "parcours" contrôlé par les fdo pour exprimer des revendications politiques. Le droit de gueuler un peu entre 14 et 17h, puis après tu dégages du centre ville et n'espère pas y revenir manifester/grouper pour faire entendre ta voix (mon expérience à Toulouse). Bref, la rue ne nous appartient pas, les choix politiques non plus, et les fdo sont chargés de nous le faire comprendre à coups de "matériel démocratique".

Oula, une chronique qui va attirer moult commentaires à base de  : "dictature " , "Chili", "milice" etc, etc sans oublier la "grande révolution  du peuple" 



Bravo les cons


Des jets de projectiles...la belle affaire....C'est une manifestation

Si on ne veut pas recevoir de projectiles, on passe le concours des impôts ou de la Poste.

Et bien moi, je justifie ces jets par cette infirmière.

- Trois mois sous pression

- La peur de mourrir pour, sans doute, à peine plus de 2.000 euros par mois

- Un gouvernement qui vous méprise depuis toujours, encore après la crise en vous promettant une médaille en chocolat et en organisant un énième 'Grennelle", pardon 'Ségur'


Je mets cher aussi sur le fait qu'avant de lancer ces projectiles, elle a respiré du gaz lacrymo.


Bref, celui qui a depuis si longtemps semé le vent mérite la tempête

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.