65
Commentaires

situation room

Derniers commentaires

Dernier montage en date par le Di Tzeitung, un journal destiné à la communauté juive ultra-orthodoxe publié à Brooklyn, aux Etats-Unis: cherchez la (ou les) femmes.
Men only !

"Conformément à nos croyances religieuses, nous ne publions pas de photos de femmes, ce qui en aucune façon ne les relègue à un statut inférieur... Du fait des règles de pudeur, nous ne sommes pas autorisés à publier des photos de femmes et nous regrettons si cela donne l'impression de déprécier les femmes, ce qui n'est jamais notre intention. Nous présentons nos excuses si c'est apparu comme offensant".

Rien d'offensant ni de dépréciatif, dans ce refus des hassidim de publier des photos de femmes. Quelle drôle d'idée.
Et d'ailleurs, toute misogynie mise à part, il faut reconnaître que la scène de la Room a beaucoup plus d'impact sans les meufs.
La question que je me pose, c'est comment tous ces mâles ont pu rester concentrés sur les images, malgré la présence perturbante de ces deux tentatrices. Mais il est vrai qu'on ne devient pas stratège militaire ou conseiller du Président sans posséder un minimum de self control.
Ne vous étonnez pas si ce message n'a aucun rapport avec ce forum, je me livre à test lié à une actualité sur un autre forum.

Si j'écris ICI qu'il y a des journalistes qui sont vraiment des courges, voire des cruches et qui se font parfois inviter dans des émissions du site, où elles se rendent insupportables avec leur sourire qui donne envie de leur claquer la face ou de leur boxer le nez tellement ce sont des prototypes de la vraie conne ( presque tout dans un seul message !)

.... est-ce que ICI je me fais censurer ?
Ce soir à la téloche, il y a une émission sur Susan Sontag à 22h20minutes10poussières.
Petites remarques sur cette photo avec le recul d’une semaine que nous avons :

- Analyse il y a une semaine : Hillary Clinton est choquée par ce qu’elle voit que les soldats américains ont fort à faire vis à vis d’une résistance farouche qui les a contraints à tuer OBL sans tenter de le faire prisonnier ?

- Analyse aujourd’hui : Hillary Clinton est choquée de voir les soldats américains tuer (massacrer) des gens dont on sait aujourd’hui qu’ils n’ont opposé qu’une faible résistance ?

- Peut-elle est-elle choquée de voir un hélicoptère détruit volontairement, et l'argent du contribuable partir en fumée ...

Pourquoi alors avoir choisi cette photo montrant Hillary Clinton choquée ?
- Parce que l’on constate que celle qui prétendait être la première femme présidente du pays ne maîtrise pas ses émotions lors d'un moment important.
- Parce qu’on veut qu'il soit dit qu'une femme ne peut « visiblement pas » gouverner les USA ?
c'est impressionnant comme le photographe est un hors champ que l'on oublie souvent...
je m'étais amusé il y a quelques années à monter une exposition là-dessus, avec un jeu de deux série des photos, toujours prises au même moment, pour montrer ce que l'autre ne montre pas
http://www.presences.online.fr/inde.htm
avec une quarantaine de photos qui vont faire apparaître le photographe
... pas aussi subtilement l'une de ces neuf photographies, avec l'apparition du phototographe, ou plutôt son reflet dans un des carreaux du bureau de la maison blanche où on s'imagine un président tout concentré, capable d'oublier l'homme à la chemise bleue qui a pourtant un réflex qui doit faire du bruit...
la légende officielle (1) ne dit pas qu'ils assistent en direct à la mission, ce sont les journaux qui l'ont inventé
car c'est une plus belle histoire

cela rejoint vos posts sur les légendes faussement dramatisantes


(1)"President Barack Obama and Vice President Joe Biden, along with members of the national security team, receive an update on the mission against Osama bin Laden in the Situation Room of the White House, May 1, 2011. "
Vous semblez oublier la photo d'un des plus beaux hors champ de photojournalisme primé lors de la 2ème intifada je crois où, l'on voit un palestinien, le visage enroulé dans un keffieh qui s'apprête à jeter une pierre & dont les yeux trahissent une peur de l'opposant...
sur mon blog
Les explications à propos du hors-champ un sont peu confuses.

Le hors-champ est l'espace proche des limites extérieures du cadre de la photographie.

Pas tellement d'accord avec cette définition, surtout que les premiers exemples proposés viennent la contredire tout de suite.

La chose que regarde la jeune femme dans le premier exemple n'est pas forcément proche des "limites extérieures de la photo", elle peut-être de l'autre coté de la rue, on n'en sait rien. Le hors-champ ne nait pas du cadrage, mais de l'attitude de la femme : c'est parce qu'on la voit regarder quelque chose à l'extérieur du cadre que l'on prend conscience que quelque-chose d'invisible, en hors-champ donc, participe de l'image que l'on regarde actuellement.

La photo de Capa fonctionne sur le même principe : on voit un homme se prendre une balle, donc on prend conscience qu'en dehors du cadre existe un tireur. Mais ici, en plus de l'attitude du sujet photographié, le cadrage participe de la mise en scène : l'espace vide nous suggère la direction où se trouve le tireur. Mais on l'imagine plutôt positionné à distance, et pas tellement autour des limites de la photo.

Les pubs Kodak, elles, jouent effectivement avec le cadrage, avec les limites du cadre et ce qui se trouve directement autour. Dans la deuxième photo de la deuxième pub, c'est le petit morceau de tente qui pointe le bout de son nez à gauche qui crée le hors-champ : même une personne à qui on n'aurait pas montré la première photo peut deviner, grâce à cet élément, qu'il y a une tente à coté de Robert, même si on ne la voit pas en entier. Ici, c'est un élément "coupé au cadrage" qui suggère l'existence d'éléments cruciaux dans les limites proches du cadre.

Du coup, j'ai du mal à comprendre cette phrase, à propos du cliché tiré de La Dame de Shanghai :

Ici le hors-champ est aboli, nié, puisque tous les miroirs nous renvoient vers le couple qui ne peut s'échapper de cette espèce de ronde de reflets que nous, spectateurs, recréons inconsciemment.

Comment le hors-champ peut-il être aboli, alors qu'on voit un mur de miroirs coupé par le bord du cadre, et donc qu'on nous suggère son existence en dehors de l'image? On va me dire, c'est ce qu'Alain Korkos explique dans la phrase suivante, mais alors pourquoi commencer par suggérer que le hors-champ est "aboli"?

Autre chose : je ne comprends pas du tout la démonstration du "hors-champ vraiment inexistant".

Cette autre femme est dans ses pensées, il n'y a rien d'autre que son regard tourné vers elle-même qui nous happe, on en oublie presque qu'autour d'elle le monde continue d'exister.

Quelle est l'idée exposée ici? Que cette image n'utilise pas le hors-champ pour "fonctionner"? Ben oui. Comme plein d'autres. La photographe a décidé de ne pas suggérer qu'il existe, en dehors de notre champ de vision, un élément crucial à la scène. Et alors? Si y a pas de hors-champ suggéré, y a pas de hors-champ suggéré. Pourquoi faire croire qu'il s'agit d'une catégorie particulière d'utilisation du hors-champ? C'est tout simplement que quand on cadre, on décide de ce qu'on met dans la photo ou pas. Et là, en comparant avec la deuxième photo, on voit ce que la photographe voulait montrer dans l'une et dans l'autre. Mais aucune volonté d'utiliser le hors-champ comme élément crucial de la première photo. Si on "oublie" aussi facilement qu'autour de cette mère il y a un monde, c'est peut-être simplement parce qu'il a été coupé au cadrage.

Et en ce qui concerne la fameuse photo de Pete Souza, j'aimerais savoir ce qu'on est censé déduire du fait qu'il y ait trois-quatre personnes "amassées" au fond de la salle. (c'est une vraie question, vu que c'est le leitmotiv de cet article)
"TV happiness shared by all the family".
All the family ? Et Daisy qui sert les drinks tout en préparant le meal, et qui s'apprête à passer le hoover sur la carpet que lazy Bill salope avec ses shoes qu'il n'a même pas quittés, et à vaporiser Air-Wick pour masquer l'horrible odeur de sa pipe, qu'est-ce qu'elle voit du happy programme ?
Ça se passait comme ça en 1951, dans les foyers amerlocains ? La wife soumise, au service du husband et des children ?
Ça a bien changé en 60 ans. Heureusement.
J'ai un vieux souvenir d'histoire de hors-champ de la minute blonde de Woody Allen, où mort et hors champs tout se mélange dans la tête de Frédérique Bel. Woody Allen que personne n'a vu mort :-) il a raison Dumas.

je vous mets pas le lien, chez moi ça me renvoie à "blabla obsolète" au lieu d'aller sur le site adéquate, mais la vidéo existe sur le net. Vous comprendrez mieux le hors-champ au cinéma surtout.
J'ai bien aimé, mais j'espérais que vous alliez parler de la plastique de Peepa et de son popotin, alors qu'elle tient la traîne de l'horrible robe de Kate Windsor. avec cette voilette qui gâche la joliesse de son visage.
Quelle classe, cette Pippa, une vraie oeuvre d'art....

Mais juste une chose à propos de la photo de la situation room. A chaque fois que je la regarde, je suis frappée par la proportion d'Obama par rapport aux autres, il est comme rapetissé. Il me semblait qu'il était quelqu'un de grand et costaud, mais là, il est tout petit. Et plus je regarde la photo, plus je trouve que son image se détache bizzarement sur le fond, et que ce n'est pas logique, le degré de netteté par rapport aux autres.

Et là, je fais une grosse crise de parano. Ce n'est peut-être pas Ben Laden, c'est Obama qui est mort.
Je rigole, bien sûr.
Très bien comme d'habitude ... peut-être pourrait-on ajouter la "Lella" de Boubat dans cette démonstration des hors-champ, celui de la séduction ("prends mon corps ...")
Il y a une chose que je ne comprends pas.
Si toute l'équipe d'Obama suivait en direct l'opération, celle-ci étant filmée par les rambos sur place, ils ont une vidéo où l'on voit Ben Laden se faire tuer, et les autres (si l'on en juge par la réaction d'Hilary Clinton, elle doit bien voir une chose de ce genre). Or il n'y a pas grand chose à faire pour obtenir un cliché de Ben Laden, voire même la vidéo de l'opération en la coupant bien sur juste avant que cela devienne gore.
Mais on ne nous parle que des photos post mortem, qui ne serons de toute façon pas diffusées. Quid de cet enregistrement?
peut être que ce genre de "cliché" est prémonitoire d'une image sans fin, le rêve me pousserait à décrypter dans le reflet les lunettes des regardeurs pour enfin y voir derrière...du Jan Van Eyck version numérique...!

Quand l'histoire se répète..
T'chÔ.
Sur la fameuse photo avec Obama dans le coin de la situation room, si ça se trouve, là ils sont tous captivés parce que c'est les pubs. Et à voir la tête d'Hillary, ce serait bien une pub pour des cigares, avec son corollaire de mauvais souvenirs qui lui remontent au ciboulot. La nature est cruelle.

Et la photo pixellisée sur l'ordi devant Hillary, on dirait une photo porno. Ils seraient pas en train de regarder le film du samedi à minuit sur Canal+ des fois?
La pièce semble être étroite, voire minuscule, photographiée avec un grand angle afin d'y faire tenir au moins seize personnes serrées comme des sardines. Avec une profondeur de champ maximale, nous permettant de distinguer clairement le visage de la jeune femme tout au fond qui aimerait bien assister au spectacle. Et l'on suppose que l'écran de télé est à notre gauche, à quelques centimètres du bord de la photo. Sauf que pas du tout ! Car cette pièce est, comme nous le montre l'un des clichés mis à disposition par la Maison-Blanche, une espèce de long couloir d'environ dix mètres de long dont les murs sont recouverts d'écrans :

Est-on vraiment sûr que ces deux clichés sont pris dans la même pièce ? C'est sans doute un autre effet du duo "grand angle/profondeur de champ", mais la pièce semble aussi beaucoup moins large que la pièce en forme de grand couloir...
- La grande table (vue sur cette photo) paraît soudain beaucoup plus étroite : en voyant les deux ordinateurs portables ouverts dos à dos et l'espace entre les deux, on imagine mal une table de plus d'un mètre de largeur.
- Je ne vois pas non plus de place pour une rangée de fauteuils latérale (derrière Joe Biden).
- Si c'est effectivement la longue salle, pourquoi ces 16 personnes sont-elles "serrées comme des sardines" et au fond de cette si grande pièce ? (j'imagine que le photographe ne leur a pas demandé de se serrer).

Est-ce que ce cliché pourrait avoir été pris dans une autre "situation room", moins large, moins longue, avec une table plus petite et... un écran plus rapproché ?
REGARDER

Avant de regarder
Par la fenêtre ouverte,
Je ne sais pas
Ce que ce sera.

Ce n’est pas
que ce soit la première fois,
Depuis des années
Je recommence
Au même endroit,
Par la même fenêtre.

Pourtant je ne sais pas
Ce que mon regard, ce soir,
Va choisir dans cette masse de choses
Qui est là,
Dehors.

Ce qu’il va retenir
Pour son bien-être.
Il peut aller loin.

Peu de couleurs.
Peu de courbes.
Beaucoup de lignes.
Des formes,
Accumulées
Par des générations.

Je laisse à mon regard
Beaucoup de temps,
Tout le temps qu’il faut.

Je ne le dirige pas.
Pas exprès.
J’espère que ce soir
Il va trouver de quoi :
Par exemple
Un toit, du ciel.

Et que je vais pouvoir
Agréer ce qu’il a choisi,

L’accueillir en moi,
Le garder longtemps.
Pour la gloire
De la journée.

Eugène Guillevic
Les yeux lointains -

Chers yeux si beaux qui cherchez un visage,
Vous si lointains, cachés par d'autres âges,
Apparaissant et puis disparaissant
Dans la brise et le soleil naissant,

Et d'un léger battement de paupières,
Sous le tonnerre et les célestes pierres
Ah ! protégés de vos cils seulement
Chers yeux livrés aux tristes éléments.

Que voulez-vous de moi, de quelle sorte
Puis-je montrer, derrière mille portes,
Que je suis prêt à vous porter secours,
Moi, qui ne vous regarde qu'avec l'amour.

Jules Supervielle
Et le général... pourquoi ne regarde t-il pas la télé ?
il actionne le DVD, il s'est trompé de version ?
Et si le film a duré si longtemps .. plusieurs scènes, plusieurs pièces, ils pourraient nous montrer juste un petit bout ..... avant l'assassinat ?
la bande annonce, ou le best of, ou plutôt le making of ....

à la place des journalistes, il faudrait penser à employer des metteurs en scène .... pour décoder ?
Le lien sur le vite dit "World of sex" amène sur un article de 2008 sur le cambriolage chez Mâme Royal ?
Qui est sans doute plus "sexy" que DSK. Mékanmême...
Posé, pas posé? Comment savoir?
Et quand on rejoue - pour la photo - une scène qui a réellemnt eu lieu, est-ce que c'est posé?
Comme celle-ci:
http://www.guardian.co.uk/media/greenslade/2011/may/06/barack-obama-news-photography
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.