134
Commentaires

Séguin, une mort à l'ancienne

C'est une mort à l'ancienne, celle de Philippe Séguin.

Derniers commentaires

Pas le PSG ils en ont deja plein!!
Qui va garder la chèvre!!hein ...qui ??
Décryptage de la Ve République par H. Guaino. A écouter, à ré-écouter , et ré-ré-écouter...
Interrogé sur la disparition de P.Seguin, après une éloge funèbre il enchaîne (3min 20 de la vidéo) "au fond la classe politique n'est pas organisée pour, aujourd'hui en tout cas, porter des convictions, pour porter des valeurs. Elle est organisée pour conquérir et pour gérer le pouvoir. Voilà.".
Pour ceux qui en doutaient, Sarko ne porte aucune conviction mais juste une irrésistible envie de conquête et de pouvoir !!! Guaino aurait-il été frappé par un éclair de lucidité ??
Ce florilège d'appreciations que nous servent depuis deux jours lémédia côtoie l'écoeurement et une certaine incompréhension tant du point de vue de ceux qui relaye l'information que de ceux qui y réagissent...

Pas un seul interviewé qui n'ai répondu qu'il n'avait rien à dire à une caméra de télévision ou à un micro de radio sur la mort de l'homme en question. Car le problème n'est pas tant d'en parler, certains préfèrent se taire pour faire un deuil, d'autres éprouvent le besoin de parler c'est selon, mais quelle absurdité peut pousser quelqu'un à vouloir parler de la mort d'une connaissance ou d'un proche à un organe médiatique???
Pas un qui n'ai répondu un truc du genre : "Si j'en pense quelque chose ou si cela m'émeut ce n'est certainement pas à vous que j'irais en parler!" Pas une radio ou chaine de télévision qui n'ai pas ressentit le besoin de relayer ou de provoquer de telles appréciations, l'idée qui veut que lémédias étant en concurrence si une chaine en parle l'autre doit nécessairement en parler de peur d'être hasbeen ne justifie rien : le métier est bien de choisir une ligne éditoriale, ne pas choisir de traiter un sujet, ou bien de le traiter simplement de manière factuel, style rubrique nécrologique serait un choix éditorial sensé à mon sens.

Chaque personnalité politique y va de son sentiment le communiquant comme un exercice obligé à la face de tous, faisant passé du coup même les réactions semble-t-il les plus sincère (Fillon) pour quelque chose de légèrement faux, de déplacé... Hommage on dira, mais qu'est-ce qui empêche ceux qui veulent en faire un de s'adresser aux personnes proches, familles, amis...
Du coup puisque tout cela est obligatoirement rendu publique jusqu'à l'excès (encore un fois la rubrique nécrologique suffirait) on est obligé de se dire que chaque mort n'a pas le même traitement médiatique, et la même réception politique : l'homme politique reçoit l'hommage de sa caste, le SDF ne reçoit pas d'hommage de la part de ses bourreaux (si l'on remonte le fil des causes politiques).
Quel évènement est le plus politique, et qui donc devrait recevoir un échos plus important que l'autre de la part de ceux qu'on appel "les politiques" ? La mort individuel d'une personnalité publique, ou la mort anonyme d'un individu que le politique à laissé crever dans la rue?...

Ces questions sont provoquées par la manière dont on nous présente cette mort aujourd'hui, sinon de tels rapprochement n'auraient pas à être faits. Que la mort soit une donnée politique qui intéresse à ce titre les médias, cela pourrait être intéressant, mais il ne semble pas que ce soit la mort comme "l'objet fondamental de l'activité commune des hommes, la mort et non la nourriture et la production des moyens de production" comme dirait l'autre (G. Bataille). Non ici la mort n'a plus rien de politique, elle est la succession de discours par quoi les uns et les autres la rattrape, communiquer la mort cela même n'est même plus interrogé, il faut parler en face de l'objectif, il faut communiqué son état devenu si peu intime et faussement publique...

Il serait intéressant de faire une émission qui regarderait un peu comment lémédias montre la mort dans son actualité? Une idée comme ça...
Je trouve cette chronique excellente. C'est tout. Bravo Daniel.
Ce matin dans l'émission de Pascale Clarke ("Comme on nous parle", France Inter), Thomas Legrand a repris l'expression "mort à l'ancienne" à propos de Séguin.
Par la faute du décès de Seguin on a encore droit à Gaino et son raclement de gorge insupportable sur Inter. Il doit bien y être invité une fois par mois ou pas loin.
M'enfin, Séguin c'était surtout un matamore sans danger. Du genre à répéter : "Retenez-moi ou je fais un malheur !" Il labourait le sol des quatre fers... et ne faisait surtout rien. Alors ses copains ont désormais beau jeux de le couvrir de fleurs puisqu'il s'est toujours effacé pour les laisser passer. Lui c'était lorgner vers le pouvoir sans jamais le vouloir vraiment.
Quant à son "débat" avec Mitterrand, c'était pitoyable. L'autre la lui a joué "Je vais clamser, c'est ma dernière valse" et Séguin de secouer l'encensoir. Le journaleux de service ce jour-là dit n'avoir pas été au courant de la maladie de "socialiste" Mitterrand, alors que la presse savait depuis longtemps. Idem pour Mazarine.
Alors, les sourcils, la clope, la grande gueule, le mec de droite avec le cœur à gauche (qui l'a définitivement trahi), le bougon de la politique, cela empeste les bons sentiments et le politiquement correct.
L'émotion c'est bien mais les trémolos ça fige le cerveau.
Le dernier grand homme politique vient de disparaître. Il nous reste les lilliputiens pour tout potage, avec l’habituel cortège d’escrocs, d’imbéciles et de putes qui prospèrent dans leur sillage… Une horde qui grouille et pullule comme la vermine sur une charogne. Uniquement occupée à s’en mettre le maximum dans les poches dans le minimum de temps, ignorant totalement ce qu’est la France et à plus forte raison qu’ils sont censés travailler pour elle…

Serge Moati qui était son ami vient d’évoquer la mémoire de Philippe Seguin dur le journal de France 3 d’une manière magnifique.

N’oublions pas, à cet égard que lorsque talonnettes se prétend son ami il oublie un peu vite comme il s’est fait envoyer sur les roses à propos d’Hadopi ou de la taxe carbone, pour ne citer que deux cas…

Et puis Seguin avait compris que l’Europe était non seulement une daube mais un piège mortel dans lequel nous laisserions notre âme, notre liberté, notre souveraineté et quelques autres “détails” de cet acabit, autant dire rien pour les ectoplasmes équipés de cerveaux de bivalves qui sont aux commandes du pays qu'ils ont mis en faillite par incurie !

***
Un peu HS par rapport à Séguin.

[quote=Daniel Schneidermann]Les vieux médias, ce matin, tiennent leur revanche.

Cette petite remarque me fait penser à un article en une du Canard enchaîné hier, qui rapporte une boulette commise par Jacques Seguela sur Canal+. Mots-clés : Obama, la classe, Mimie Mathy, talonnettes. http://www.lecanardenchaine.fr/une4654.html

La vidéo est apparu seulement après cet article sur le net. http://tv.lepost.fr/2010/01/07/1874964_seguela-sarkozy-danserait-si-ca-avait-ete-mimie-mathy-qui-l-invitait.html
heu,pour moi,pas terrible le gars...
réac,"le déficit,le déficit...",pro réforme des retraites etc.
et bien proche de Ben Ali...qui viens de lui rendre hommage!
quand pense Ben Brik ,lui aussi presque "enterré"?

(merci Ulysse,me sens un peu moins seul)
Hier encore il était détesté par toute la nouvelle droite qui, aujourd'hui, prétend l'estimer et l'acclame chaleureusement. Triste destin que celui des politiques, jamais aussi populaires que le jour de leur mort.
Bon en même temps faut avancer, c'est une occasion de continuer l'ouverture à gauche, en proposant par exemple la Présidence de la Cour des Comptes à Bernard Tapie...à moins que Jean Sarkozy soit libre?
Le dernier mec de roite qui mettait des arguments intelligents dans ses interviews.
Il va vraiment manquer, le niveau intellectuel va chuter.
En tous cas, on l'a vu aujourd'hui la clope au bec, entouré de volutes à la télé, et rien que pour avoir emmerdé les petits dictateurs ordinaires anti-tabac malgré lui, je dis merci Philippe, et bon vent.
Puisqu'à l'occasion du décès de Philippe Séguin tout le monde salue sa prestation face à François Mitterrand lors du référendum de 1992, pourquoi ne pas faire un "@rrêt sur images" revenant sur ce fameux débat. Avec plus de 17 années de recul on pourrait voir point par point ce qu'il en est aujourd'hui des promesses et des inquiétudes d'alors.
Il n'est peut-être pas inintéressant de rappeler qu'une semaine avant ce référendum François Mitterrand avait annoncé qu'il souffrait d'un cancer, et l'on a appris bien après qu'il était alors au courant de sa maladie depuis déjà 10 ans. Ce qui en dit long sur la manipulation d'opinion lors des consultations populaires.
L'autre est tellement en-dessous de tout qu'on va regretter toute la vieille droite Gaullienne et Chiraquienne, c'est quand même le signe de quelque chose. Dire qu'un jour on risque même de regretter Le Pen comme c'est parti.

C'était savoureux d'entendre $arko honorer l'absence de médiocrité et de bassesses chez Séguin. Où j'étais, ça ricanait sévère autour du poste.
Je trouve simplement odieux le dénigrement systématique dont Philippe Séguin est l'objet sur ce forum.
C'est oublier un peu vite qu'il fut le grand ami de l'humaniste Charles Pasqua qui aujourd'hui pète la forme et ne devrait donc pas tarder, lui aussi, à clamser, et du démocrate Ben Ali qui lui, en revanche, est malade et devrait, en toute logique, pouvoir encore gouverner la Tunisie pendant trois bonnes décennies.
coup sur coup, 2 mauvaises nouvelles : la mort de Séguin, et CBS : deux CD en 2010 ??
funeste matinée !!
perso je l'aimais bien Seguin en particulier quand il s'intéressait aux dépenses de fleurs par ou pour (?) CBS et toutes ces sommes exorbitantes sorties de l'Elysée, en particulier en voyages pour produire des images pour Elysée.fr d'une ville à l'autre et d'un pays à l'autre, avec pour seule justification que "maintenant on dépensait transparent "!!!!

http://www.lesechos.fr/info/france/300363517.htm?xtor=RSS-2010

j'espère que l'on continuera à éplucher les comptes et de l'Etat en toute indépendance ??
Hélas, s’il n’était pas mort,
[s]Il serait encore en vie[/s]
Il ferait encore envie



édit : z'avais pas vu la remarque de eetu
Et wikipédia était en avance sur liberation.fr et lemonde.fr...
Du coup je m'interroge sur ce réflexe (le mien) d'aller voir où et à quelle vitesse se diffuse la nouvelle de cette mort imprévue
le traitre de référence besson vient de déclarer en exclusivité mondiale, entre deux expulsions : " qu'il était en grande forme avant sa mort " ...

Cà confirme bien ce que disait ma grand-mère " Monsieur de la Palice, un quart d'heure avant sa mort il était encore vivant !"

C'est tout juste si le neuneu n'a pas dit "il est mort d'une grippe? alors c'est pas grave ..."
Séguin était un "gaulliste social" a-t-on entendu dire ce matin. N'empêche, Seguin était un mec de droite et il a su le montrer dans les moments où ça s'imposait, pour lui. Bref, ça ne me suffit pas pour en faire ma tasse de thé politique.
Surtout que ce matin, moi à 9h, j'étais privé de p'tit déj pour cause d'écographie abdominale... Apprendre la mort subite d'un homme de 66 ans, quel qu'il soit, quand on en a 60 et qu'on se prépare à apprendre éventuellement une mauvaise nouvelle propos de sa propre santé... je dois dire que "ça fait quelque chose..."

En fait, tout va bien, pour moi. Par contre, comme l'ont déjà souligné certains plus haut, l'horizon se dégage encore un peu plus pour la droite qui gouverne, du côté de ce qui reste de contre-pouvoirs...

Bilan général : ça ne va donc pas si bien que ça, alors autant garder "foie" en l'avenir...
Un des moins pires de la bande de barbares qui se vautre au pouvoir.
Mais une question demeure : Séguin parti, que va devenir la madone du département des Deux-Chèvres ?
Bal tragique à Paris, un mort.
L'improvisation de la nécro de Séguin sur Inter avait quelque chose d'assez iréelle, le journaliste lui attribuant la fonction de président de la cours de cassassions. Je me suis un peu plus rendu compte de la médiocrité journalistique à cet instant précis.
Il avait, sans succès, tenté de marquer la politique par quelques coup d'éclats. Il avait trouvé une juste place à la Présidence de la Cour des Comptes. Respect.
Paix à son âme. Ce type était un vrai républicain et la place que la nouvelle de sa mort a prise ce matin sur ma radio préférée ne m'a ni étonnée ni gênée.Le regret que l'on peut avoir de cet homme est probablement proportionnel au dégoût que nous inspire l' AUTRE.
un des derniers hommes de droite fréquentables vient de disparaître.
Un petit caillou dans la chaussure de shakeqi vient d´être retiré. Voilà une nomination à venir plus que hautement politique.
La mort, ça rime mal avec Twitter ou Facebook.
On va pouvoir en revanche entendre les voix marshmallowisées des pleureuses, et voir les bisounours de la politique aller pleurer sur la dépouille de Seguin.
Dommage qu'il n'y ait pas eu, aujourd'hui, un grand événement de prévu dans l'agenda présidentiel... un mort lui aurait chipé la vedette ;o).
Le dernier espace et homme critique de l'Etat au pouvoir vient de disparaître. La route est ouverte pour tous les dictateurs, petits ou grands! Comme le p'tit va mettre un copain, ça en ait fini du zest de transparence et de critique. Une nouvelle époque commence mine de rien, et pas des plus prometteuses d'avenir.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.