95
Commentaires

"Sarkozy ? Un autocrate, mais il ne nous déteste pas"

Comment suit-on le président de la République lorsqu'on est journaliste pour la chaîne la plus "rebelle" du service public ? France 3 est sans doute aujourd'hui la chaîne de télévision qui entretient les rapports les plus électriques avec Sarkozy, entre les grèves et la crainte de voir la rédaction nationale fusionnée avec celle France 2. C'est dans ce contexte que Patrice Machuret, journaliste politique de France 3 chargé de suivre Sarkozy, publie son témoignage, L'enfant terrible : la vie à l'Elysée sous Sarkozy (Seuil).

Derniers commentaires

Bien

Quelques dessous dévoilés, l'histoire des pool de voyages officiel on comprends un peu mieux pourquoi on voit toujours les mêmes infos, elle est peut-être plus "maleable" pour les directions qu'un sujet complet d'un seul journaliste.

Interessant de voir comment les rapports entre le chef de l'état et les journalistes ont évolué, chacun en tirera ses conclusions, mais bien peu prennent du recul sur leur gestion stricte lors des déplacements.

merci.
Deux liens décrivant deux déplacements de Sarkozy (moyens déployés, police, repas gastronomiques, police, cochon de payant, police ...):

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=53229
http://emmausneuillyplais.unblog.fr/2009/03/09/mascarade-presidentielle/
mutations de prefet, de chef de police

juste le lien


( un peu tard pour approfondir ici )
Cette émission donne envie de lire le livre du journaliste. Car pour mieux critiquer une personne, mieux vaut la connaitre, comprendre son fonctionnement. Cela nous aide à analyser les paroles et anticiper les actes.
Oui sarkozy est un autocrate, et cela nous le savons tous depuis qu'il a intégré le gouvernement de Chirac. Ce qui est dommage, c'est que plus de la moitié des Français est votée pour lui. Cela veut il signifier que la majorité d'entre nous souhaite une dictarure?
Ou seulement, que nous sommes "lobotomisés" par la télé et ne réuissont plus à faire une critique?

(bon pour être sincére, les adversaires de Sarkozy à l'élection présidentiel, l'ont aidé à devenir président par leur médiocrité)
J’ai reçu sur ma messagerie le texte suivant :

" Que peut-il? Tout. Qu'a-t-il fait ? Rien.
Avec cette pleine puissance, en huit mois un homme de génie eût changé la face de la France, de l'Europe peut-être. Seulement voilà, il a pris la France et n'en sait rien faire.
Dieu sait pourtant que le président se démène.
Il fait rage, il touche à tout, il court après les projets, ne pouvant créer, il décrète.
Il cherche à donner le change sur sa nullité, c'est le mouvement perpétuel
mais, hélas ! Cette roue tourne à vide.
L'homme qui,
après sa prise du pouvoir, a épousé une princesse étrangère est un carriériste avantageux.
Il aime la gloriole, les paillettes, les grands mots, ce qui sonne, ce qui brille,
toutes les verroteries du pouvoir. Il a pour lui l'argent, l'agio, la banque, la Bourse, le coffre-fort.
Il a des caprices, il faut qu'il les satisfasse.
Quand on mesure l'homme et qu'on le trouve si petit, et qu'ensuite on mesure le succès
et qu'on le trouve énorme, il est impossible que l'esprit n'éprouve pas quelque surprise.
On y ajoutera le cynisme car, la France, il la foule aux pieds,
lui rit au nez, la brave, la nie, l'insulte et la bafoue.
Triste spectacle que celui du galop, à travers l'absurde, d'un homme médiocre échappé ".


Vous pensez peut-être que pareils propos impertinents, audacieux, téméraires sont l’œuvre d’un inconscient promis à la sanction du bras ferme de la Justice.

Non, ce ne sont que les propos de Victor Hugo à l’encontre de Napoléon le petit c'est-à-dire Louis Napoléon Bonaparte devenu après un coup d’état Napoléon III.
Et pourtant, combien ce texte paraît d’actualité !
[quote=RB]Je vous met au défi de me citer des exemples vérifiés d’intervention du président de la République susceptibles de déstabiliser la liberté de la presse ou l’équilibre démocratique

copy / paste d'une depeche de l'AP :

""J'écoute, mais je tiens pas compte", a lancé mardi Nicolas Sarkozy en dénonçant les "conservatismes" qui s'opposent à ses réformes [...]"
Je me dois de souligner l’honnêteté intellectuelle de Patrice Machuret qui se refuse à tomber dans la caricature (ce qui a dû décevoir Daniel Schneidermann). Ainsi, reconnaît-il le franc-parler de Nicolas Sarkozy et le fait qu’il n’entretienne pas de haine envers le service public. Surtout, Patrice Machuret souligne qu’il a constaté plus de censure antisarkozyste que prosarkozyste à la rédaction de France 3.

Cependant, il ne peut s’empêcher de soutenir que le président de la République est un autocrate. Affirmer que le président est un hyper-consul-monarque-empereur-dictateur est désormais un lieu commun. L’opposition et une partie de la presse ne cessent de peindre Nicolas Sarkozy en fossoyeur de la démocratie. Ces accusations qui relèvent pour beaucoup du fantasme me rappellent celles adressées continûment à Charles de Gaulle (Le coup d’Etat permanent signé François Mitterrand). Ce que tout le monde semble oublier – à l’heure où l’on parle de « rafles » et de « déportations » à propos des immigrés illégaux, de « racisme antichti » à propos d’une banderole provocatrice lors d’un match de football ou de « génocide » à propos des bombardements israéliens à Gaza ou de l’esclavage – c’est que les mots ont un sens. En travestissant lourdement la signification de certains mots, on banalise les terribles réalités qu’ils désignent. Allez dire aux Zimbabwéens, aux Nord-Coréens ou aux Cubains que notre président est un autocrate ! Ce que je défend c’est qu’il y a une infinité de critiques du président tout à fait recevables (incompétence, vulgarité, excès, impulsivité, populisme, démagogie, narcissisme, mensonge, imprudence…), mais l’accuser d’être un autocrate est infondé.

Je vous met au défi de me citer des exemples vérifiés d’intervention du président de la République susceptibles de déstabiliser la liberté de la presse ou l’équilibre démocratique. Il va sans dire que la paranoïa absolue de certains journalistes qui s’imaginent probablement dans un James Bond ne constitue pas une preuve suffisante. Par ailleurs, le contrôle de la communication présidentielle (notamment l’interdiction pour les conseillers de s’exprimer) est tout à fait normal sous la Ve République comme dans la totalité des démocraties contemporaines.
Revenons sur l’épisode Sarkozy/Carolis, érigé en symbole de l’autocratie présidentielle. Le président de la République a affirmé sur France 3 que la télévision publique ressemblait encore trop à la télévision privée. Le président de France télévisions lui a objecté qu’il n’avait pas le droit de soutenir cette opinion (que vous partagez probablement tous). Cela ne me choque pas que Nicolas Sarkozy lui ait rappelé qu’il représente l’autorité de l’Etat. Remodeler le cahier des charges de la télévision publique pour qu’elle opère un vrai virage culturel relève des prérogatives du pouvoir politique. L’interview de Patrick de Carolis sur RTL (le lendemain de celle de Nicolas Sarkozy) dans laquelle il affirma explicitement que l’opinion de Sarkozy était « stupide » est bien la preuve que la télévision publique n’est pas inféodée au pouvoir politique.

Les procès d’intention permanents à l’encontre de Nicolas Sarkozy ont été notamment exacerbés par le pompeux « Appel pour une vigilance républicaine » signé par Royal, Villepin et Bayrou dans Marianne. A-t-on le droit à un semblant de raison face à un tel emballement républicano-stupide ? Nicolas Sarkozy a-t-il une seule fois enfreint la Constitution ? Les rédactions de TF1, France 3, Le Figaro, Libération, BFMTV, Rue89 ou @si sont-elles soumises au bon vouloir du président ? Le pouvoir législatif a-t-il déjà été aussi indépendant et puissant depuis la IVe République ? Nicolas Sarkozy est-il un autocrate ? La réponse à ces questions est claire : non.

Les médias ne sont pas les victimes du pouvoir politique. Les médias constituent un nouveau pouvoir, sans véritables contre-pouvoirs. Dans le même temps, jamais le pouvoir politique n’a été aussi contraint (Union européenne, mondialisation, démocratie d’opinion). Il est temps de regarder la réalité telle qu’elle est et de cesser de s’agiter éternellement dans le vide.
"Sarkozy ? Un autocrate, mais il ne nous déteste pas"
Il est curieux, ce titre. Le "mais il ne nous déteste pas" enlève toute sa force à "un autocrate". C'est volontaire ?
Je lis deux fois "falcone".
Vous allez faire de la peine à la maison Dassault : même pas fichus d'orthographier le nom du jet présidentiel !
Courageux mais pas téméraire, Machuret. Une prudence de Sioux. On peut comprendre qu'il n'ait pas envie de perdre son boulot,C'était prévisible mais pourquoi le faire venir pour qu'il enfile des banalités connues urbi et orbi. Une vidéo inutile.
Je remarque depuis quelques émissions que la verve est absente. La verve de DS, pourtant excellent journaliste, et même l'esprit critique de Dan Israel, pourtant remarquable. Je ne comprends pas. Je ne comprends pas que l'invité puisse citer Sarkozy sans que personne ne réagisse :

"de toute façon, je représente l'Etat. Ce sera comme ça."

"L'Etat, c'est moi." ça ne vous rappelle rien ? La phrase fétiche de Louis XIV, presque mot pour mot dans la bouche d'un soi-disant démocrate !

Et vous avez l'audace de titrer : "Sarkozy ? Un autocrate, mais il ne nous déteste pas" !

Mais on s'en fout qu'il déteste certains médias ! ça ne fait tiquer personne, le terme "autocrate ?!"

Définition: Souverain dont le pouvoir est indépendant et absolu.

Et quelques mots de Clémenceau : "L'autocrate ancien n'avait qu'à dire : « Je veux ». Il fallait obéir sans demander ses raisons."

Et ça ne provoque pas de débat sur le pouvoir dictatorial de Sarkozy ? Le titre, pourtant, nous laissait présager de ce type d'émission. Je ne pensais pas l'écrire un jour: je regrette presque de m'être réabonnée.
Peut-etre qu'on s'en débarassera avant.J'ai lu sur le"Canard Enchainé"qu'il avait comparé son couple à celui de LouisXVI et Marie-Antoinette!Enfin,c'est dans"Le journal de Carla B."
Bien que le sujet soit toujours le même, ce que je regrette, j'apprécie qu'ASI s'interroge sur la difficulté pour un journaliste d'actualité de rester à la bonne distance de son sujet d'observation, et cherche à concilier les diverses contraintes qui sont les siennes. Réflexion saine et intelligente.
Merci Justine pour avoir à nouveau évoqué le passage de Chatel et sa manif, je me suis rendu compte ainsi que j'avais compris le passage vidéo de travers. J'avais focalisé mon attention sur le bla-bla de Ferrari qui n'a pas repris sa respiration durant tout le passage, sans faire gaffe aux images.
Je remarque aussi que vous avez bien travaillé votre regard en direction des autres attablés, bien qu'il soit encore cyclique :-)

Plus sérieusement maintenant, émission que j'ai trouvé intéressante dans son ensemble.
Pour faire court, je dirais que malgré son langage politiquement correct à de nombreux points de vue, Patrice Machuret m'a l'air d'être lucide sur Sarkozy.
Mais ça se voit vraiment qu'il n'a pas la liberté de s'exprimer franchement sur certains sujets, bien qu'on sa chaine ait dû lui donner suffisamment de mou pour lui permettre de dire ouvertement que Sarkozy est un autocrate est souhaite contrôler la presse (faut dire que le plus gros du boulot est fait).
Je lui aurais bien demandé en insistant jusqu'à réponse pourquoi il ne risquait pas de parler de la sorte sur sa chaine de prédilection, cela dit...
France 3, pour être plus précis, est peut-être l'une des chaines les moins soumises au vendeur de centrales nucléaires, mais ne fait pas spécialement montre de fronde envers le pouvoir non plus.
Cependant, certain(e)s des journalistes qui y travaillent résistent encore à la brosse à reluire envers Carla boy, dont notamment Audrey Pulvar (vivement qu'@si l'invite), et ne déforment pas l'actualité comme TF1 et France 2.
Ça fait peu pour justifier une redevance, malheureusement.
Qu'ils l'augmentent à fond, ça me fera de plus grandes économies !
"Pourquoi encore une émission sur Sarkozy ?" demandent pas mal de réactions.

Si la part d'antenne qu'il occupe depuis son élection, ou depuis 2002 (dans des proportions moindre évidemment mais tout de même), ne suffisait pas à le justifier dans une émission traitant des médias, l'un des angles d'attaque principaux de l'émission : "doit-on toujours traité de l'actualité de NS ?", qui est l'objet de développements dans le bouquin, de débat de rédaction (au moins à France 3 et Libé pour les exemples donnés ici) permettait de renouveler le genre.

On ne découvre surement pas la question avec cette émission, mais c'était pas mal de privilégier ce thème par ici. Et ce serait chouette de le voir creusé encore.
Changez la musique du générique,
Depuis le début de France5, je ne la supporte pas, elle est immonde, elle me fait peur!!!!!!!!!!!!!!!!! Cela donne vraiment un coté austère, un coté grave à l'émission, qui ne colle pas du tout à l'émission que vous faites.
Je sais que cela n'a aucun rapport avec le sujet du forum mais étant un nouvel abonné, je voulais le dire!!!!
voila , longue vie a ce site.

P.S: Suis je le seul à détester cette musique?
C'est quoi l'embrouille avec Justine ?
DS :" Merci Justine , et à la semaine prochaine....peut-être...! "
Justine (rire interloqué) :" Heu heu heu"
Moi je l'aime bien , Justine , elle porte le sourire interieur et la jubilation sur son visage.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Merci Gavroche de cette excellente nouvelle ! l'air sarkosyste conserve aux vues de ses supporters, les images d'archives semblant dater d'aujourd'hui ? ! ils n'ont pas pris une ride !

Seule carla semble consolée ? ! cécilia également ? ! Le grand homme a disparu, il laisse un grand vide, le Peuple habitué à suivre son étoile est perdu, sa lumière n'éclaire plus le chemin de la droite la plus bête du Monde.

le nain sur son testament légua le pouvoir à son fils, le Peuple ulcéré, humilié, fatigué, trompé se rassembla dans de nombreuses villes de France pour manifester sa désapprobation, après des nuits d'émeute, le dernier mot lui fut rendu au Peuple, des élections eurent lieues, la démocratie retrouva tous ses droits, la paix civile revint dans le Pays, la prospérité également, l'usage démocratique malgré cet intermède reprit tout son sens. Le cauchemar venait de se terminer ................
Très fascinante émission !

Vu de Saïgon Nic the Sarko - qui est déjà de très modeste dimension au naturel - frôle l’inexistence… Je vais faire un sondage pour savoir si son nom honni est connu par 0,5% de la population ici, ou moins (ce qui est probable davantage !)

Apprendre que les fabuleuses pérégrinations de ce petit homme sont accompagnées d’une horde de journalistes répartis entre l’avion présidentiel et celui réservé à la presse (selon le bon vouloir du monarque) est quelque chose de purement surréaliste compte tenu de l’état de faillite de feu notre démocratie.

D’autant que tout le monde se fout de ce que fait (rien) ou dit (jamais suivi d’effet) ce petit homme agité et agressif…

Quelle étrangeté, cet intérêt pour le moins passionnant des hommes, lorsqu’on l’observe à grande distance !

Je vais voir le reste de l’émission et je reviens…

***
Sarkosy connait pas ! ;-) Peut être un personnage d'Alice au pays des merveilles ?
Le passage sur "les écoutes" (conseillers, ministres, journalistes,...) rappelle l'univers des romans de Soljenitsyne.
Du coup, on a l'impression que même pour cette émission, on a besoin de décryptage.
A quand un sujet sur les off de @SI ?
A la Libération ?
Juste une petite video de ce qui nous arrivera, dans cinq ou dix ans, peut-être :

http://www.dailymotion.com/relevance/search/sarko%2Best%2Bmort/video/x1o07i_sarko-est-mort_politics
La seule question est comment réussir à limiter quelqu'un qui veut tout contrôler.
C'est comme si toute la France n'y parvenait pas.


http://anthropia.blogg.org
Merci d'avoir invité le "gaucho", on apprend beaucoup de choses!
Nicolas Sarkozy, avait raison… il n’est pas un monarque.
Une autocrate est un leader politique qui détient un pouvoir personnel et absolu.
(ex. : exécutif et législatif)
Contrairement à un monarque de droit divin (cas de la France de Louis XIV par exemple), dont la légitimité dépend d'une entité supérieure (Dieu).
Dans une autocratie, l’Autocrate est sur Terre, ce que Dieu est au Ciel…

Notons que « un Autocrate qui ne nous déteste pas » n’est pas antinomique.

Dans la Russie impérial (qui est une autocratie de référence), le Tsar était « le père du peuple ».
Et que dire de Adolf Hitler plébiscité par son peuple.

Il est vrai qu’aujourd’hui on ne parle plus de peuple mais de masse et même de mass média (médias de masse).

Parler d’auto crate pour le Petit Nicolas®, est lui faire injure compte tenu de son niveau supérieur... (est-il un Dieu, est une utre question)
Pour lui pas de Volkswagen (auto du peuple) mais plutôt une Ferrari (auto des Lites).
Bien que dans ses interventions télévisées il ressemble plus à Louis de Funès dans « Le Petit Baigneur [qui conduit maladroitement un tracteur]», que Tony Curtis dans « The Persuaders [qui pilote avec brio une Ferrari] ».
The Persuaders est le titre original de « Amicalement Votre » .

Stan 1000g
Remarquez ! moi aussi j'en avais marre d'avoir de la fièvre ! j'ai donc cassé mon thermomètre ! suis je guéri pour autant ? ! Sarko est un danger pour la démocratie Française, son plus grand ennemi est lui même, bien sur nous devons rester vigilant. J' ai confiance dans le Peuple Français, les journalistes, les hommes politiques intègres, en tous ceux voyant ce que le nain veut faire de la France.

Son rêve fou ne se réalisera pas, la France ne s'est jamais laissé dicter le chemin quelle devait suivre. nicolas va nous embêter quelque temps, mais au final il y perdra tout, et la droite la plus bête de Monde regrettera ce qu'elle nomme sa meilleure idée !

Je me demande que fera mardi le petit nicolas ?
Bonjour,
Je n'ai pas regardé l'émission mais j'ai consulté mon Petit Robert :
Autocrate : Souverain dont la puissance n'est soumise à aucun contrôle. synonymes: despote, dictateur, tyran.
C'est donc du parlé "politiquement correct"
Je pense qu'il fallait le préciser, et voilà c'est fait.
Chère rédaction,
Chers @sinautes,

Vous-Savez-Qui s'aime, il s'aime et il s'aime tellement qu'il faut que
cela devient indécent.
Patrice Machuret s'aime aussi et peut-être encore plus son livre. Si, si, il en a écrit un.
Et comme dit Bondurent, il m'a presque persuadé de regarder le Soir 3 (tant qu'il est en est possible).
Mais il a le Grand Journal en même temps et il faut que me connecte sur @si et je n'est pas le temps de tout regarder, moi.
Première réaction (avant de ne sans doute pas regarder l'émission !!)
ENCORE ce thème ?
Je sais bien qu@si a besoin de refaire le plein d'abonnés en ce moment, mais de là à nous refiler ce marronnier…
(J'avais trouvé le plateau sur la critique littéraire excellent : cela pour préciser que je suis pas QUE négatif !)

Bien cordialement quand même,
Votre fidèle (et renouvelé) abonné
Cette émission m’a donné l’impression que Sisyphe s’était invité au beau milieu du plateau :
-Le journaliste est invité en fonction d’une actualité : il vient juste de sortir un livre.
-Il nous explique que le premier filme le début, le second, le milieu, et le troisième la fin, que les images sont échangées, parce que capter la fugacité la plus insignifiante du moindre battement de paupière ou du moindre frémissement de narines du petit Nicolas, c'est de la plus haute importance. Il ne faut absolument rien en rater, tout va tellement vite, dans cette course à l’éphémère aussitôt oubliée. Tantôt on retient, tantôt non. Et puis on s’y fait.
-@si critique cet état de fait, mais on n’y peut rien, ce sera toujours comme ça. La routine médiatique institutionnalisée, c’est la pierre de Sisyphe. On a beau la faire rouler, elle redescend toujours. Et personne n’y peut rien.
-Et puis il y a l’industrie du divertissement qui est là pour récupérer les chutes d’images que le JT n’a pas voulues. Eh oui ! Chacun son boulot. Mais même en inversant les rôles, personne n’y peut rien : le sens critique, l’esprit d’analyse, les bonne questions se trouvent chez @si. Si seulement le bon sens pouvait rayonner chez tant de gens qui fabriquent les images médiatiques. Les images intelligentes, ça existe. On mériterait autre chose que PDDA dans un cube, qui n’a décidément rien d’un homme de Vitruve, de surcroît sur une chaîne culturelle.
Patrice Machuret nous apprend des choses, tout public averti que nous soyons de la tendance hyper du chef d'état.

"Sarkozy ? Un autocrate, mais il ne nous déteste pas" Par exemple, cette phrase, et le moment où il dit que Carolis ne va peut-être pas être content qu'il raconte cette scène, me donnent l'impression de visualiser des grenouilles qui trempent dans l'eau tiède. Encore conscientes, les reflexes éteints sans qu'elles le ressentent, vont-elles réagir? Comment l'histoire de la rédaction de france3 va finir?
Routine sarkozyenne (un @sinaute rapproche astucieusement cela d'un phénomène de mithridatisation).

Au vrai, un moment de l'émission m'a tout de même fait lever une oreille : le coup de la parano des écoutes. Je ne sais pas si c'est "normal" (comme le phénomène de cour), mais je trouve cela assez énorme.

Pour le reste, ben oui c'est un autocrate : nous le savions, pour beaucoup ici, avant son élection.
Et bien il m'a donné envie de regarder France 3!

Des points que j'aurais aimé voir creusés:
-les pools de caméras et les rushs obtenus par le petit journal
-quid du renouvellement des journalistes autour de Sarko (choix personnel, imposé par la situation, un patron de presse ou une rédaction?)
-Il y a quoi au 7eme étage, qu'est ce que ca veut dire?
-Pourquoi l'invité regarde aussi souvent Dan Israel comme s'il cherchait une confirmation ou une approbation
-Sur les concertations entre journalistes pour poser une question, le font-ils tous? Il y a t il des affinités entre certains medias ou journaux...

Je me rend de plus ne plus compte qu'au fil des emissions que le mimetisme est aussi lié a des contraintes techniques ou de fonctionnement cf les pools ou le fait que les montages se fassent les uns a coté des autres.
Bon, bah il est 23h08, j'ai fini le visionnage, et il y a eu 5 réactions depuis la mise en ligne, dont 2 sur le sujet "oh non pas lui" et un "voté". J'ai tendance à en déduire que la mythridatisation face à la prise de contrôle médiatique est très avancée, y compris ici.

C'est vrai, c'est normal, et même si ça ne l'est pas, on ne peut rien y faire, hein?

Tout le monde joue la partition de Patrice Machuret sur le plateau des Glières: on assène "no pasaran" et le synthé passe un bandeau: "ceci n'est pas une [s]pipe[/s] lutte".

Parce que dans le fond, le contrôle, on y échappe non? Puisqu'on est là. Rien de grave si dans le monde des autres on se fait chier dans la tête, tant que c'est au propre dans la nôtre.

Rien de grave, donc, à laisser mourir tout verbe séditieux, si médiocre, si faible soit-il, à la télévision publique française. On enterre, faisons silence.
Tout d'abord concernant l'extrait de télévision israélienne, l'argument selon lequel les explosifs ne sont pas montrés ne pèse pas bien lourd. Si on va par là alors Le Cauchemard de Darwin est mauvais, ce que je ne pense pas. Par contre ce qui à mon sens, est discutable dans cet extrait, c'est tout simplement que l'information est directement balancée par un des deux belligérants ce qui la relègue de facto en simple message de propagande. L'armée n'a jamais été payée pour dire la vérité ou même travailler à la poursuivre.
Ensuite j'ai regretté de ne pas vous voir vous attarder sur la remarque que fait l'invité concernant les pools de journalistes obliger de se partager leur matière. A peu de choses près ça donne ça:"L'un filme l'arrivée, l'autre le milieu, et ensuite on se retrouve pour s'échanger ce qu'on a pris". J'ai l'impression qu'il y avait là la matière à éclairer les conditions de fabrique de l'information et de l'image. Pour ma part je n'avais jamais envisagé de telles pratiques et je comprends un peu mieux ce qui contribue à cette étonnante uniformité des massmedia.
Mais bon émission agréable dans son ensemble. J'imagine que vous réequilibrerez d'ici peu avec un sujet plus polémique animé par des gens pas d'accord du tout entre eux.
France 3 est sans doute aujourd'hui la chaîne de télévision qui entretient les rapports les plus électriques avec Sarkozy

Pourquoi électrique ?
Parce que France 3 est plus au courant que les autres chaînes ?
Parce que France 3 et Sarko ça fait des étincelles ?
Ou que les ficelles de France 2 sont remplacés par des câbles électriques à france 3 ?
Ou que c’est mortel comme la chaise électrique ?

Ne vouliez-vous pas écrire « plus éclectique ».
Une relation éclectique est plus variée et donc plus enrichissante pour le téléspectateur lambda.
La pluralité de l’information en est la grande gagnante.
L’abondance de l’information du Petit Nicolas® doit avoir pour corollaire un traitement médiatique particulier… un traitement éclectique.

Je suis tout de même d’accord avec vous, il faut du courant électrique pour faire la lumière sur de nombreuses affaires obscurs.

Alors France 3, doit conserver son indépendance éditorial, n’oublions pas que c’est la chaîne avec le plus de sièges éjectables pour couper l’obéissance et encourager les journaliste souhaitant voler en solo de leurs propres ailes.

Stan 1000g
Oh non ! Pas une autre émission sur Sarko...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.