72
Commentaires

Sans journalistes sur place, d'où viennent les infos sur Alep

Pour des questions de sécurité, il n’y a plus de journalistes étrangers à Alep depuis plusieurs mois. Comment font les médias français ou internationaux pour couvrir un tel conflit, qui semblerait toucher à sa fin avec la prise de quartiers rebelles par l’armée syrienne de Bachar al-Assad, appuyée par l’armée russe ? Tour d’horizon des sources, plus ou moins bien présentées par les médias français, à Alep.

Derniers commentaires

Informations récentes: http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/12/29/97001-20171229FILWWW00273-syrie-deux-fosses-communes-decouvertes-pres-de-raqa.php
Les loups solitaires impossibles à repérer: http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/12/28/01016-20171228ARTFIG00156-thomas-barnouin-arrete-en-syrie-est-un-veteran-du-djihad.php

Extrait:Thomas Barnouin est condamné en 2009 par le tribunal de grande instance de Paris à cinq ans de prison dans le cadre du procès de la «filière d'Artigat». Sabri Essid est également condamné à cinq ans. Tout comme Fabien Clain. En revanche, leur mentor Olivier Corel, dont le rôle de recruteur est largement reconnu, bénéficie d'un non-lieu après avoir été mis en examen pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste. Ces condamnations ne vont pas stopper les projets de ceux d'Artigat.
Un journaliste a dit : " la Russie a aidé le gouvernement de Damas à délivrer la ville d'Alep "...

Il y a encore une ville à Alep ?

Il y a un gouvernement à Damas ?
"israel suspend les permis de construire à Jérusalem-est " , me dit le poste (de radio) .
^^ Ah ! il y a des permis de construire sur des terrains qui ne vous appartiennent pas ou bien c'est juste "israel" ?

Expert expliquant comme c'est bien la 3D pour reconstruire Palmyre ...
Une question me vient : va-t'on utiliser le même principe génial pour reconstruire Alep encore plus millénaire que Palmyre ?...

Et à propos de construction ( béton ou grammaire ) : une journaliste explique que ce maire veut ... bétonniser sa ville ...

Voilà en moins de 20 minutes d'informations ... La vie est belle
D'où viennent les informations sur Alep?
Assez souvent de l'archevêque d'Alep.
https://www.les-crises.fr/la-france-naurait-jamais-du-soutenir-la-rebellion-syrienne-par-larcheveque-dalep/
Merci pour ces informations.

Je suis très étonné du peu d'infos que nous avons de Mossoul. il y a une grande offensive, qui visiblement s'enlise et on a très peu d'infos sur les victimes civiles et militaires, l'avancement des combats.
Où en est-on ? Pourquoi si peu d'infos???
il n’y a plus de journalistes étrangers à Alep depuis plusieurs mois : Vous n'auriez pas oublié Valérie Crova, des fois ? il faut écouter France Culture, de temps en temps, ça change des "touche pas à mon poste" et autres "actuality". De façon générale, lorsqu'un journaliste (d'@SI ou d'ailleurs) dit ou écrit "...la première fois depuis..." ou "...le seul pays où..." ou "...la plus forte augmentation jamais constatée...", vous pouvez être sûr qu'il n'en a, en fait, aucune idée et que si on lui demandais pourquoi il affirme ça, ce serait désolant.

Donc, en bref, pour affirmer qu'il n'y a plus de journalistes étrangers à Alep depuis plusieurs mois il faut être sacrément gonflé, vu le b... qui règne là-bas, le nombre de journalistes dans le monde et l'impossibilité pratique de savoir où ils sont tous, ce qu'ils font, le tout "depuis plusieurs mois".

Dans ce cas précis c'est même gênant car la journaliste qui nous informe presque au quotidien sur la situation à Alep est française et qu'elle travaille pour le service public. Il n'est donc pas très difficile d'être au courant.

De même, pour écrire "...la première fois depuis...", il faut en général de sacrées bonnes connaissances historiques sur le sujet traité, pré-requis rarement rempli chez les journalistes. Quant à "...le seul pays où...", il faudrait au moins être capable - allez, soyons sympa - de citer 150 pays sur les 197 que reconnaissent les Nations Unies. Autant dire que ces phrases devraient être plutôt rares dans les journaux sous toutes leurs formes.
Des jeunes partent faire le djihad en Syrie, reviennent commettre des attentats en France, repartent en Syrie...Ils auraient donc tous décidé d'éviter Alep puisqu'à Alep c'est bien connu il n'y a que des rebelles modérés.
Si on veut réellement comprendre la situation en Syrie et les véritables enjeux (au-delà de la caricature "chi'ites contre sunnites"), pour moi le meilleur site francophone est Chroniques du Grand Jeu, suivi de Les Crises.
De l'infaux officielle, Cazeneuve dans son discours de politique générale : "Jamais nous n’accepterons, au nom d’un prétendu réalisme, de nous allier aujourd’hui avec les responsables du martyre d’Alep. Ce sont les mêmes qui ont laissé Daech reprendre Palmyre."

Est-il sérieux ? Les forces d'Assad auraient laissé Daech reprendre Palmyre, comme ça, exprès ?
Et si il nous disait plutôt comment a pu se faire cette offensive, quels moyens ont manqué pour l'empêcher, si il y a des zones où la coalition occidentale se refuse à agir avec les Russes et Damas contre Daech ?
Mes parents se sont mariés en 43, et mon père a de la famille à Modane, à laquelle ils sont allés rendre visite juste après les bombardements qui visaient (soi disant) la gare, ont détruit et incendié (pourquoi incendié?) toute la ville, et ont... manqué la gare. J'ai beaucoup entendu parler de ça dans mon enfance. Ce fut une de mes premières réflexions "politiques". Pourquoi massacrer et jeter hors de leurs maisons détruites des gens qui n'y étaient pour rien et qui n'y pouvaient rien? Et les responsables de ça, ne disait-on pas qu'ils étaient nos "alliés"?

C'est ainsi que s'est profondément inscrite en moi une sage réflexion sur la guerre: la frontière ne passe pas entre les gentils et les méchants. Mais entre (les chefs de) ceux qui sont dans les avions et ceux qui sont en dessous.

Donc, je restais prudente sur un éventuel parti pris dans ce conflit. Et depuis quelques temps, le matraquage concernant les gentils et les méchants dans ce qui se passe à Alep et devenu tellement insistant... qu"on peut franchement se demander: pourquoi, dans un conflit où "nous", citoyens ordinaires, ne pouvons rien faire, nous somme-t-on à ce point de prendre parti et de "faire" quelque chose, en nous culpabilisant lourdement? C'est bête, mais mon esprit de contradiction se réveille dès qu'on fait trop fortement pression sur moi.

Merci de cette revue de presse, qui me permet de me dégager un peu des pressions subies. En effet, j'ai vu et entendu une partie de ceux qui sont cités ici dans "28 minutes" hier soir, et je ne suis pas mécontente de savoir qui ils sont. Et, aussi, d'où viennent les vidéos de liesse populaire, que bien entendu les intervenants on balayé dédaigneusement en parlant d'un quadrillage policier (qui obligerait les gens à avoir l'air joyeux?), mais votre explication est plus convaincante.
Je regarde la dernière photo de l'article; je vois que chez les rebelles modérés les femmes sont modérément vêtues de modérées bâches modérément noires.
Une chose est sûre:

Pour avoir autre chose que le discours dominant sur Alep, mieux vaut ne pas chercher sur Médiapart !...
Certains jours c'est de la pure propagande, avec tous les clichés TF1 et autres BFM TV...(genre: " le dictateur sanguinaire qui passe son temps à massacrer son peuple..."
(et cela en dépit d'un concert de protestations indignées des lecteurs, pas dupes.)

Qui tient vraiment la ligne éditoriale, chez Mediapart?
Quelques remarques.

Elle témoigne ainsi de ce qu’elle décrit comme "un génocide dans la ville assiégée d'Alep" avec "plus de 50 000 civils qui se sont révoltés contre le dictateur Al-Assad menacés d'exécution ou [qui] risquent de mourir sous les bombes"

Alep n'a jamais soutenu la révolte de 2011/2012. Elle ne s'est pas "révoltée" contre Assad, elle a été envahie par les rebelles en 2012 (d'ou le terme libéré utilisé par le gouvernement et les russes qui n'est pas tout à fait sans fondement et qui peut bien se passer de guillemets à mon avis). La majorité de la population était favorable au gouvernement et cela les rebelles eux-même l'ont admit à l'époque :

More than a month into the battle for Aleppo, the rebels who seized control of much of the city sense that its residents do not yet fully support them. Opposition fighters – around 3,000 of them – are almost the only people moving around the eastern half that the Free Syrian Army now controls. The small numbers of non-fighters who remain seem to pay them little heed. Few seem openly welcoming.
"Yes it's true," said Sheikh Tawfik Abu Sleiman, a rebel commander sitting on the ground floor of his fourth new headquarters – the other three were bombed. "Around 70% of Aleppo city is with the regime. It has always been that way. The countryside is with us and the city is with them. We are saying that we will only be here as long as it takes to get the job done, to get rid of the Assads. After that, we will leave and they can build the city that they want."


C'est un fait qu'il est bon de rappeler. Il est aussi bon de rappeler qu'Alep Ouest a été assiégée pendant plusieurs mois par les rebelles, quand ils ont tentés de conquérir toute la ville en 2013, dans l'indifférence générale. La situation à Alep en 2013, rebelles en vert, gouvernement en rouge.
Il est bon de rappeler ces choses qui se sont produites à une époque où tout le monde se moquait bien de cette guerre.

Ensuite :

Une version qui tranche avec la situation humanitaire catastrophique décrite par les ONG et les témoins. Les couloirs humanitaires, comme ceux récemment proposés par la Russie, sont par ailleurs l'objet de controverses puisqu'ils sont régulièrement qualifiés de "couloirs de la mort" par les opposants.

Déjà je ne vois pas en quoi ce témoignage contredit l'idée que la situation humanitaire est catastrophique mais passons. Ensuite il n'y a pas de controverse vis à vis de ces couloirs humanitaires. Ils ont existés et les civils n'ont pas pu les emprunter parce que les forces rebelles les en ont empêché par la force. L'article de France Inter vers lequel vous renvoyez date de plusieurs mois et on sait aujourd'hui qu'il est factuellement faux. Les gens n'ont pas put fuir parce que les rebelles les en ont empêché point final.

C'est confirmé par l'ONU :


Some of the civilians who have been trying to flee are reportedly being blocked by armed opposition groups. During the last two weeks, Fatah al-Sham Front (formerly al-Nusra Front) and the Abu Amara Battalion are alleged to have abducted and killed an unknown number of civilians who requested the armed groups to leave their neighbourhoods, to spare the lives of civilians. The groups have reportedly demanded that activists inform them of civilians attempting to leave, along with the names of those who participated in protests against the presence of Fatah al-Sham Front and groups affiliated with them in al-Ferdous and Bustan al-Qasr neighbourhoods a few weeks earlier. We have also received reports that between 30 November and 1 December, armed opposition groups fired on civilians attempting to leave in the Bustan al-Qasr area towards Government-controlled Msharqa.


Et même admit par John Kerry :

Well, let me deal with the second part first. It is true that there have been some occasions where certain elements of opposition have – excuse me – where certain elements of the opposition have threatened people who were going to leave and in some cases prevented humanitarian assistance from being delivered.

Si controverse il y a elle doit être sur la qualité des sources sur le terrain de France Inter.

Ensuite sur les casques blancs :

Leur manque de ''neutralité'' va un peu plus loin que leur soutien pour une "no fly zone". Des membres des casques blancs paradant sur les corps de soldats syriens (attention image choquante), brandissant un drapeau d'Al Qaeda avec des hommes armés, ou encore participant à l'arrestation d'un homme avec des forces rebelles. Mais aussi filmant la torture et l'execution de deux soldats gouvernementaux (pas de vidéo mais un article rassurez vous vous pouvez cliquer sans voir d'horreurs) :

In May 2015, a White Helmet member named Muawiya Hassan Agha provided an extensive eyewitness account to the Violations Documentation Center in Syria on the alleged deployment of chemical weapons by Syrian government warplanes in Idlib. (The report described him as a “media activist.”) A year later, Agha was exposed by pro-government social media activists for filming a grotesque video depicting extremist Syrian rebels torturing two captured soldiers they later executed.

Donc oui le moins qu'on puisse dire c'est qu'ils ne sont pas neutres. Je conseil de lire cet article très fouillé sur la question des casques blancs si vous voulez plus d'informations.
http://www.alternet.org/grayzone-project/how-white-helmets-became-international-heroes-while-pushing-us-military

Une dernière chose :

Je ne vois pas en quoi l'image donnée par les russes est fausse ou manipulatrice. Alep Ouest c'est aussi Alep (même si personne n'en parle jamais) et la bas les gens sont plutôt contents en effet. Est ce une manipulation de montrer la partie d'Alep (oui oui Alep Ouest c'est Alep aussi) contrôlée par le gouvernement pour une fois ? La conclusion d'ASI c'est qu'en fait une partie de la ville est bombardée et détruite et les gens font leurs valises, ok d'accord mais je crois que personne ne nie ça, grosse grosse manipulation des russes en effet.

Sur ce sujet il faut savoir que la plupart de ces activistes et de ces médias sont directement financés par l'occident ou de riches expatriés syriens avides de parts de marché en cas de renversement du gouvernement. Le moins qu'on puisse dire c'est qu'il font preuve d'un bien total et que toute information qu'il donne doit être prise avec une bonne dose de scepticisme. Je convie toute personne intéressée à lire cet excellent article (en anglais malheureusement) sur la question. Il peut même constituer une petite leçon de décryptage de propagande pour ASI. C'est plus intéressant que décrypter la légende des photos de Russia Today :)

http://www.alternet.org/world/inside-shadowy-pr-firm-thats-driving-western-opinion-towards-regime-change-syria
Faut tout de même pas déconner.
Il s'agit d'une rébellion sauvage soutenue et armée de l'étranger, contre laquelle le Gouvernement légal et l'armée nationale soutenue et aidé officiellement par la Russie se bat. Le fait que le Gouvernement syrien soit en passe de gagner défrise tous ceux qui on parié, soutenu et aidé cette rébellion.
Que croyez vous que ferait notre propre Gouvernement dans le même cas, s'il s'agissait de Marseille ou de Lyon?
Il y a aussi Pierre Le Corf, humanitaire français à Alep Ouest, dont le discours est à contre courant de celui de nos médias.
Pour lui, les terroristes islamistes d'Alep Est lançaient quotidiennement des mortiers sur Alep Ouest, faisant de nombreuses victimes civiles. De plus, les civils d'Alep Est étaient tenus en otages par les islamistes, les empêchant de fuir vers Alep Ouest.
Cela, je ne l'ai jamais entendu sur nos grands médias.


https://www.facebook.com/pierrelecorf?fref=ts
http://www.france24.com/fr/20160503-syrie-alep-francais-le-corf-parole-gens-ordinaires-rebelles-assad-deplaces-enfants-guerres
http://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/qui-est-pierre-corf-humanitaire-breton-base-alep-1102839.html
http://www.francetvinfo.fr/monde/revolte-en-syrie/video-syrie-dans-alep-un-francais-a-decide-daider-les-populations-bombardees_1857681.html
J'ai remarqué que les journalistes quand ils parlent des autorités syriennes disent " le régime syrien " . Ainsi par exemple ce matin , aux infos de tele matin dont il serait par parenthèses amusant de mesurer à quel point cette émission diffuse gentiment ( info, revues de presse, actualité littéraire ) de la doxa libérale. Ainsi également votre article. Dit-on le régime français, italien, étasunien, etc ? Bien évidemment ce choix n'est pas neutre et oriente à doses homéopathiques et invisibles la pensée sur cette guerre. Le pouvoir syrien serait plus factuel.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.