32
Commentaires

Rivotril et "euthanasie": itinéraire d'une polémique bidon

Depuis le 2 avril, les réseaux sociaux, par l'intermédiaire de figures d'extrême droite et du nationalisme corse, s'indignent contre le "permis d'euthanasier" qu'ils perçoivent dans l'autorisation de délivrance du Rivotril, facilitée par un décret du 28 mars. Ce médicament, utilisé d'abord contre l'épilepsie, est pourtant de longue date une option possible afin de réduire la souffrance des mourants.

Commentaires préférés des abonnés

Le Rivotril permet de soulager les souffrances de personnes en fin de vie . Oser dire que c'est un  permis pour euthanasier les malades c'est dégeullasse. Mon épouse ayant travaillé en cancéro pendant plus  12 ans ,devant tant de souffrance(...)

L'Obs:

"Avec le décret 20-20-360, le Rivotril, médicament très efficace pour ce qu’on appelle désormais « sédation profonde » ou « sédation longue », sort provisoirement de l’hôpital, où il est d’ordinaire strictement cantonné et e(...)

La polémique est bidon , nous sommes d’accord !


Et pourtant nous ne devons pas nous contenter de laisser  le débat sur la mort et l’euthanasie entre les mains des fachos, complotistes et autres religieux extrémistes !


Aborder ce sujet hautement d’(...)

Derniers commentaires

Ah ben zut, vous n'êtes pas d'accord avec Denis Robert : https://www.youtube.com/watch?v=CTA7kY-aWEE

(vers 14 min à peu près). 

Du coup, ce qui me paraissait clair ne l'est plus.

Si un scandale est révélé après coup, le ministre Véran ne pourra pas dire qu’il a été mal conseillé. Il est neurologue, c’est à dire exerçant la seule spécialité autorisant la prescription du Rivotril en ville à un adulte. Donc, il est bien placé pour connaître la molécule. Et toc !

Autrement, me disais-je, peut-on faire des tests ? Par exemple, Loris, au hasard, hein ! si vous chopez le Covid 19, on vous fera des injections de Rivotril. C’est juste pour voir ce que ça donne. ;)

De ce que j'ai cru comprendre, la formulation est malvenue, car le Ritrovil ne permet que de rendre supportable la sensation d’asphyxie produite par le Covid-19...Mais indirectement, c'est bien un pis-aller pour reculer le plus longtemps possible l'envoi à l’hôpital et l'intubation. Que se passe-t-il entre temps? La maladie cesse-t-elle de se développer chez le patient? Ou s'aggrave-t-elle silencieusement? Ça ne change rien au fait que les vieux malade dans les Ephad sont prié d'y rester, et de na pas venir engorger un système de santé à bout de souffle. On maltraite nos personnes âgées. Encore.

Je suis vraiment déçue par les articles de Loris Guémart, et par Arrêt sur Images. Je vous réécris donc pour la 2ème et dernière fois avant désabonnement. C'est bien le méta-journalisme, mais cela a finalement ses limites. 


Très bien d'éclairer les Fake-news sur le Rivotril et tant mieux si les personnages âgées, à défaut d'être testées et traitées dans les EHPAD ou chez eux en amont, souffrent moins dans leurs dernières heures d'asphyxie, quitte à prendre une sédation hors AMM, dont une contre-indication est justement les problèmes respiratoires aigus. Mais l'essentiel de l'information est la pénurie en soins palliatifs, en raison du nombre de morts, du manque de lits et des difficultés de distribution ou d'approvisionnement de médicaments plus adaptés. Bref la catastrophique gestion du gouvernement.


Nous aimerions avoir un article documenté (puisque nous sommes nous-mêmes confinés) sur les résultats concrets de l'IHU de Marseille : 2179 personnes traitées avec le protocole H+A, 9 morts. Combien de cas dégradés, profils des victimes, méthodes employées dans cet IHU? Quelle contre-enquête sur le fond ? 


Pourquoi le gouvernement ne met-il pas en place un plan pour les EHPAD et les institutions abritant des populations vulnérables ? 


Quand avez-vous l'intention de faire des articles sur des questions centrales ? 


Surfer sur le net et aboutir aux conclusions de Loris Guémart, bref enfoncer des portes ouvertes, est à porter de clics. 


Bien cordialement. 

Toujours cet énorme problème de la confiance défunte ! Trois fauteurs de trouble: des médias sans investigateurs , une propagande d'état à géométrie variable , des sandages bidons.


Réapprendre à cerner un réel objectif est un vaste projet...comment y arrivions nous "avant" ?

Merci d'avoir situé Bercoff. Je ne savais pas d'où il parlait. Merci pour ton article


Ce qui choque ici n'est pas que les premières publications viennent de l’extrême droite ou que les patients en fin de vie puisse bénéficier d'un sédatif puissant afin d'atténuer leur souffrance. Tout humain avec un peu de considération ne peut être contre cela.

 Mais que dire d'un gouvernement mettant sa priorité à faciliter l'accès à la sédation profonde pendant qu'il n'est toujours pas capable de fournir les éléments les plus basiques de protection à la population et surtout à ses personnels de santé, et prioritairement aux Ehpad ?

 Que dire d'un gouvernement ayant déjà prévu la réquisition d'un hangar de Rungis pour le transformer en morgue géante pendant que les hôpitaux sont surchargés et que les plans de restrictions de personnels et de lits sont toujours d'actualité dans les ARS ?

 Que dire d'un gouvernement préférant interdire un traitement, effectivement pas testé dans les normes administratives, mais qui apparemment aurait un effet positif sur la santé des patients en début d'infection (en tout cas, sous surveillance médicale, n'est absolument pas négatif) mais préfère attendre des résultats d'études qui donneront leur résultats dans plus d'un mois avec tous les morts que cela va entraîner, préférant donc que l'état des patients les plus fragiles arrivent au stade de l'utilisation du Rivotril ?

 Entre l'Hydroxychloroquine et le Rivotril, les dirigeants de ce pays ont apparemment tranché ....

Le Rivotril permet de soulager les souffrances de personnes en fin de vie . Oser dire que c'est un  permis pour euthanasier les malades c'est dégeullasse. Mon épouse ayant travaillé en cancéro pendant plus  12 ans ,devant tant de souffrance de malades mourants,des jours elle avait le moral a zéro. Elle me disait que la seule chose possible c'etait ces médicaments qui soulageait cette souffrance.Alors Que des fachos parlent d'euthanasie ils sont bien placés car pour ça,dans l'histoire  ils ont de  l'expérience.

"les réseaux sociaux, par l'intermédiaire de figures d'extrême droite et du nationalisme corse .." ici tout est dit sur le parti pris de l'auteur, autrement dit les personnes en désaccord avec le décret font obligatoirement partie des ces 2 mouvances ... je dirais chapeau l'artiste ! cette vision réductrice en dit long sur votre objectivité ...

De bonnes questions, mal posées, et peut-importe par qui, restent de bonnes questions.


Les gesticulations effarouchées autour du mot "euthanasie" sont consternantes.


Rappel de la définition selon le CNRTL :


Usage médical : "Mort douce, de laquelle la souffrance est absente, soit naturellement, soit par l'effet d'une thérapeutique dans un sommeil provoqué". 


Usage usuel : "Fait de donner délibérément la mort à un malade (généralement incurable ou qui souffre atrocement)". 


Par extension : "Fait de supprimer les sujets tarés afin de satisfaire des exigences de nature collective".


Les soins palliatifs sont une technique d'euthanasie qui bénéficie d'un large consensus, même chez ceux qui ont ce mot en horreur. Dans la pratique médicale la différence entre la première et la seconde définition est  souvent très ténue. Comment qualifier l'augmentation régulière des doses de morphine chez une patient en fin de vie ? 


Des lors la bonne question sera



Pour des raisons évidentes, les soins palliatifs comme l'euthanasie (au sens de l'acte délibéré) sont fortement encadrés dans les pays qui les autorisent. La France n'autorisant officiellement que les premiers

Raz le c... de ces paternalistes sadiques qui s'abreuvent de la souffrance des autres. Ils adorent le pouvoir, le pouvoir sur les fin de vie, sur la souffrance, sur le ventre des femmes, je n'en peux plus de ces abrutis.

Qu'on les laisse mourir en hurlant de douleur si c'est ça leur rêve, mais qu'il arrêtent de faire c... le monde !

Vivement que ce pays évolue sur la question de l'euthanasie. 

La polémique est bidon , nous sommes d’accord !


Et pourtant nous ne devons pas nous contenter de laisser  le débat sur la mort et l’euthanasie entre les mains des fachos, complotistes et autres religieux extrémistes !


Aborder ce sujet hautement d’actualité par les polémiques bidons  , vous  conduit à citer le discours de l’alliance Vita comme raisonnable  et comme référence en la matière! Si même l’alliance VITA  anti avortement , le dit alors, voilà que c’est évident donc ! 

Comme si contrer un discours facho par un autre discours facho  serait plus convaincant ou compréhensible pour les pecnots que nous sommes  (je ne compte pas le nombre de fachos cités dans cet article ! Ouille , G eu mal aux yeux)


La peur des « populistes » « complotistes » et des réseaux sociaux dans vos articles , Loic , est tellement puissante qu’elle finit par nous faire admettre le moins pire face au pire !


Quelques fois , j’ai l’impression de lire un  article du PS ou de place publique  en période présidentielle   qui essaie de nous convaincre de voter macron , ça n’a rien de déshonorant , mais ça laisse apparaître une  certaine posture et une certaine déconnection avec les « vrais gens », vous voyez les gens comme moi , gilet jaune , pas facho , écolo , de gauche,  ayant des amis pro raoult , qui aimerait que les peurs des bourgeois ne les empêchent pas de voir les inégalités sociales , ni l’intelligence des classes inférieures ! Parce qu’au final , ce sont les inégalités sociales et le mépris  qui vont faire basculer le pays dans le populisme et le fachisme si personne ne les voit ni ne les entend.


Par exemple , dans cet article , vous auriez  pu citer ou interroger  l’ADMD  comme expert plutôt que l’alliance  vita .

Mais comment faire avec une association  ADMD qui défend le droit de mourir dans la dignité et qui a officiellement dit que la loi Leonetti n’allait pas assez loin ! Comment faire pour que cette association paraissent crédible et apparaisse comme éclairante face à cette polémique bidon ?  


En faisant confiance aux lecteurs sur leurs manières d’aborder les situations complexes (la binarité n’est pas une constante chez les lecteurs),  en osant stimuler la réflexion , en combattant  les évidences et en emportant le débat loin des fachos pire et moins pire.


Donc pour reprendre la chronique de DS , ce matin , oui , mille fois oui les plumes vont compter dans le monde d’après, pas en essayant de nous convaincre mais en nous faisant réfléchir ! En ce sens , la votre aussi comptera , cher Loic !

Derrière cette bouffée de complotisme somme toute assez courante en période de crise pendant lesquelles les rumeurs ont TOUJOURS prospéré, il faut comprendre néanmoins que l'ensemble de la stratégie de lutte contre le COVID-19 repose sur des mesures palliatives.

médecin homéopathe et nationaliste corse

Il y en a qui cumulent !

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

L'Obs:

"Avec le décret 20-20-360, le Rivotril, médicament très efficace pour ce qu’on appelle désormais « sédation profonde » ou « sédation longue », sort provisoirement de l’hôpital, où il est d’ordinaire strictement cantonné et encadré, pour être utilisé dans les Ehpad ou chez les particuliers.

Signé par Edouard Philippe et Olivier Véran, publié au « Journal officiel » le 29 mars, ce décret élargit donc temporairement le périmètre d’utilisation du Rivotril sous sa forme injectable. La mesure est valable jusqu’au 15 avril, ce qui correspond à la « vague » attendue de la pandémie.

Cette mesure d’exception devrait aider les soignants qui font face à la « détresse respiratoire » des patients, selon la formule médicalement consacrée, et soustraire ceux qui sont atteints par la forme la plus grave du Covid-19 à une mort par étouffement.(...)"

Voilà qui devrait éclairer au moins autant que l'article d'@si ci-dessus....Comme disait P. Dac: "Tout est dans tout et...réciproquement."

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.