Rivotril et "euthanasie": itinéraire d'une polémique bidon
article

Rivotril et "euthanasie": itinéraire d'une polémique bidon

Réservé à nos abonné.e.s
Depuis le 2 avril, les réseaux sociaux, par l'intermédiaire de figures d'extrême droite et du nationalisme corse, s'indignent contre le "permis d'euthanasier" qu'ils perçoivent dans l'autorisation de délivrance du Rivotril, facilitée par un décret du 28 mars. Ce médicament, utilisé d'abord contre l'épilepsie, est pourtant de longue date une option possible afin de réduire la souffrance des mourants.

Une polémique médicale peut-elle exister actuellement sans inclure une comparaison avec le maintenant célèbre chercheur Didier Raoult, infatigable promoteur de l'hydroxychloroquine ? Depuis trois jours, les réseaux sociaux et le polémiste très à droite André Bercoff, qui officie sur Sud Radio, promeuvent l'idée qu'un décret publié le 28 mars au Journal officiel prépare la mise en œuvre d'euthanasies de masse dans les maisons de retraite, alors même que l'usage de l'hydroxychloroquine pour traiter le Covid-19 (toujours expérimental faute de preuves solides) est, lui, réservé aux hôpitaux. "Je voudrais qu'on parle de cette histoire qu'on a vue, comme ça, dans les réseaux, on n'a pas tellement parlé de tout ça", avance l'éditorialiste au micro...

Il vous reste 92% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.