31
Commentaires

Retraites et rapport du COR : "Le déficit n'est pas une menace"

Alors que le gouvernement va annoncer les détails de son projet de réforme des retraites, défenseurs et opposants n'hésitent pas à mobiliser, pour soutenir leur argumentaire, le rapport du Conseil d'orientation des retraites, publié en septembre 2022. En lui faisant dire tout et son contraire. Ce rapport laisse-t-il tant de place à la libre interprétation ? Entretien avec Michaël Zemmour, enseignant -chercheur, spécialiste des politiques socio-fiscales.

Commentaires préférés des abonnés

Cet article mérite largement d'être en accès libre. En votant pour, cela contribuerait notamment à renforcer les motifs de la mobilisation contre la "réforme" des retraites par sa large diffusion.

Si on allait au bout du raisonnement des riches, Ils supprimeraient la retraite par répartition. C'est leur véritable objectif. Ils ont déjà cassé les services publics, l'école, l'hôpital, rogné sur les remboursements de la sécu, empêché des milliers(...)

Contrairement à des idées répandues ces "réformes" ultra-libérales barbares n'ont pas pour cause l'imbécilité, la paresse ou l'ignorance des femmes et des hommes politiques qui les portent. Elles et ils savent en général parfaitement ce qu'elles et i(...)

Derniers commentaires

Voir débouler l'argument des libéraux prétendant vouloir "assurer une retraite au générations futures" de la part de celles et ceux qui font tout pour que cette planète devienne invivable pour les humains en quelques décennies (en étant optimiste) c'est quand même très fort.

Entre dans l'Europe les peuples les plus démunis et le choix a été fait par les ploutocrates de niveler par le bas .Ne cherchez pas plus loin .Il nous faut reprendre le pouvoir sur ces salopards , pouvoir que nous avons commencé a perdre au néolithique . Et ça va etre dur parce que les plus vils de notre espèce ont trouvé moyen de s'accommoder et trahir la liberté de tous pour une laisse un peu plus lâche que celles des autres au prix de courbettes et d'humiliations serviles . Fuck la retraite , nous ne battrons jamais en retraite ! L'espérance de vie est de 7 ans de plus pour les cadres , augmentons l'heure de  départ en retraite des cadres et  baissons le départ en retraite des ouvriers pour plus d'égalité ! 

« soit on veut maintenir le niveau des pensions à leur niveau actuel et il faut donc trouver de nouveaux financements ; soit on veut enrayer la baisse du niveau des pensions et encore trouver des financements supplémentaires »

Je ne comprends pas bien la différence entre ces deux options… pourriez-vous clarifier svp ?

Entre ce que les journalistes ne lisent pas, ce qu'ils ne sont pas capables de comprendre et leurs interprétations à base de préjugés, ça devient compliqué...

Le bloc bourgeois veut réduire la retraite à  un tableau excel.

La retraite est un choix de société  comme la plupart des sujets .

Je reviens sur cet article pour noter les petits retournements de dernière minute, histoire de faire croire que ceux qui les expriment sont des gens posés qui examinent toutes les solutions.. une fois avoir exposer pendant des mois l'inéluctabilité de cette "réforme" par le simple fait de la raison et des chiffres

retournements qui arrivent au dernier moment, juste la veille de la présentation du projet


Voici deux exemples de ces retournements ou temporisations :

article du Monde "Réforme des retraites : le report de l’âge légal, seule option pour « sauver » le système par répartition ?"

le journal de 7 heure de ce matin 9 janvier sur France Inter où la position des syndicats est exprimée


..sauf que l'invité de Léa Salamé ce même jour est Aurore Berger, faudrait pas que des idées s'installent dans les têtes des veaux

Formation

Jean-Marc Daniel est un ingénieur de l'École polytechnique (promotion 1974) et de l'ENSAE.

Carrière professionnelle

À l’issue de ses études, il rejoint l’administration comme administrateur de l’INSEE. Il a alterné des fonctions dans l’administration active (direction régionale de l’INSEE à Lyon, direction du Budget, régime de Sécurité sociale des mineurs, ministère des Affaires étrangères), dans les cabinets ministériels (au ministère de la Culture et au ministère des Affaires étrangères) et dans des fonctions et d’enseignant (chargé d’étude à l’OFCE, cours donnés à ESCP Business School, à l’École des mines de Paris, à Paris-X et à l’ENSAE ParisTech)1.

Il est souvent présenté comme économiste, bien qu'il ne dispose pas de Doctorat en économie.

Outre ses cours à ESCP Business School, il a été responsable de l’enseignement d’économie aux élèves–ingénieurs du Corps des mines et continue d'intervenir devant eux.

Il est chroniqueur au journal Le Monde (sur l’histoire des idées économiques), sur BFM Business et directeur de la revue Sociétal1. Il est membre du conseil d’administration de la Société d'économie politique et du comité de rédaction de l'Année des professions financières, ouvrage de référence dans le secteur de l'économie et de la finance, édité chaque année par le Centre des professions financières2


Il appelle à supprimer le statut de la fonction publique5.

Il appelle également à « supprimer certains jours fériés afin de remettre les gens au travail »6.

Selon lui, pour booster l'économie francaise, une bonne idée serait de « réduire l'impôt sur les sociétés, quitte à demander un effort fiscal aux ménages » 7.  Le polytechnicien dénonce les attaques contre l'économie de marché mondialisée et la volonté d'encourager la production locale7.  Les problèmes environnementaux, selon lui, seront réglés par la concurrence entre les entreprises 7.

Jean-Marc Daniel est favorable à la privatisation de la sécurité sociale8.

Selon lui, un système d'assurance privé apportera moins de dépenses médicales inutiles :  

La concurrence entre compagnies d'assurances pousse l'assureur de chaque malade à réduire ses coûts et donc à établir un choix parmi les médecins en écartant ceux qui ont tendance à prescrire des actes inutiles8. Dans un système privé, les abus conduisent forcément à une sanction de ceux qui les pratiquent, alors qu'aujourd'hui ils conduisent au déficit des caisses d'assurance-maladie8

On ne rappelle jamais quelque chose d'important, c'est que, dans la retraite par répartition, ce sont les cotisations d'aujourd'hui qui paient les retraites d'aujourd'hui. Ce qui rend le système très réactif. Quand on l'a mis en place, les retraites ont été payées immédiatement à des gens qui n'avaient pas du tout cotisé


Donc... pourquoi vouloir se projeter à dix, vingt, trente ans, sur des bases mouvantes? Pour un gouvernement qui découvre la crise climatique avec 50 ans de retard, c'est limite comique.

Les retraites, le chômage, c'était des assurances à la base. Pas des impôts. Pas des impôts sur le revenu. Et on en est à dire que c'est un coût pour l'état.


Quand je pense qu'il y a à peine plus d'un siècle, depuis la première guerre mondiale, qu'on paye des impôts sur le revenu, qu'il y a 150 ans et des poussières qu'on s'occupe de pensionner les "vieux", et qu'il y a 70/80 ans qu'on a électrifié les campagnes, et qu'il y a 60/70 ans qu'on roule en masse à l'essence, je trouve qu'on s'est drôlement bien débrouillé.

On est rigolo quand même, on croit quoi? 

Et je m'interroge, le mot "politique socio-fiscal" ça date de quand?  



Cet article mérite largement d'être en accès libre. En votant pour, cela contribuerait notamment à renforcer les motifs de la mobilisation contre la "réforme" des retraites par sa large diffusion.

Je sais que certaines statistiques sont difficiles à obtenir.


Mais sur 577 députés, combien ont lu le rapport du COR ?  Combien l'ont compris ?


Sur les 23  ministres , combien seraient capables de  le commenter comme M. Zemmour ?


La réforme est une chose trop grave pour la confier aux 23 membres du Gouvernement , et a fortiori aux députés.


Et, comme d'habitude, c'est Not Président, ce Génie au regard si doux , qui,  grâce au 49.3 ou à un petit débauchage , imposera sa décision à des millions de malheureux.


On peut être  fier d'être  Français


 ( et cocu )



Si on allait au bout du raisonnement des riches, Ils supprimeraient la retraite par répartition. C'est leur véritable objectif. Ils ont déjà cassé les services publics, l'école, l'hôpital, rogné sur les remboursements de la sécu, empêché des milliers de chômeurs de toucher des allocations. Ils ne veulent plus donner un euro pour ces salauds de pauvres.

Proposons une "autre alternative économique" , comme le propose Oxfam, taxons enfin les riches. Ou mieux supprimons les .

*aurait participé > avait participé

*Pur atteindre > Pour atteindre

Merci pour cet entretien.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.