29
Commentaires

"Reporters" (Canal+) et l'attentat de Karachi : une série prémonitoire

Canal+ compte manifestement des scénaristes très inspirés...ou informés.

Derniers commentaires

Le rapport de la DCN sur l'attentat de Karachi préparée par Claude Thevenet, c'est la note Nautilus.

Dans la série, le nom de code pour les services secrets de l'intermédiaire d'Airsup qui meurt dans l'attentat de Ryad, c'est Némo.

Et la franchise des (excellents par ailleurs) scénaristes de Reporters, on la trouve visiblement 20 000 lieues sous les mers...
Avez-vous demandé aux scénaristes qui, dans l'équipe à l'origine de l'écriture du scénario, a eu l'idée du schéma général de l'histoire, et comment l'idée lui est venue ?
Les analogies sont en effet troublantes, et on n'a pas vraiment affaire avec cette histoire à un mythe universel et fondateur archi-connu qui puisse expliquer la genèse du scénario !!
L'un des scénaristes a peut-être un oncle ou un cousin dans la DST. Avez-vous vérifié leurs généalogies ?
Alors, je suis naïf et probalement un peu simplet. Mais quel est l'intérêt de payer des commissions pour encourager un acheteur à s'offrir ce qu'on fabrique ?
Autant lui faire direct une grosse ristourne sur la marchandise, non ?
ben non car la rétro commission est évidemment occulte ! et les commissions sont versées aux intermédiaires, pas à l'acheteur
le vendeur V vend 100 000 euros il verse 10 000 euros de commission à un intermédiaire I, qui donne 5000 euros de rétrocommission au candidat X

l'acheteur A a payé 100 000 euros
V prend 90 000 euros
I prend 5000 euros
X prend 5000 euros

alors que dans l'autre cas A paye 90 000 euros
V prend 90 000 euros
I et X n'ont rien du tout.
parce-qu'il y a des instances de contrôles économiques... et qu'il ne s'agit pas de faire une simple bonne affaire se résumant à une forte ristourne, mais d'utiliser le système pour s'enrichir personnellement, voire de détourner les fonds vers d'autres activités ou d'autres objectifs.

ces instances, il y en a des nationales et des supra-nationales.

un fromager et un restaurateur font un deal: le but c'est que l'un comme l'autre en tirent de substentiels bénéfices. ils passent un contrat tout ce qu'il y a de correct, mais pour "motiver" la signature du contrat, le fromager paye le restaurateur personnellement, via du cash ou autre, mais de manière invisible par la cour des comptes, la sécrétaire, les députés, etc...
plus les 2 entreprises sont énormes (à fortiori à l'échelle d'un pays ça marche très bien), plus il est facile d'opérer à la magouille: en effet, toute personne juridique a des comptes à rendre, littéralement, preuve à l'appui, ne serait-ce qu'avec un prévisionnel et un bilan pour les plus petites structures.

il faut comprendre qu'il y a deux circuits économiques disctints correspondant à deux contrats distincts eux-aussi.

l'officiel: on passe un contrat, tout ce qu'il y a de plus banal, de plus transparent, de plus honnête: déclarations, impôts, visée sur le journal officiel, cour des comptes, tva, omc, etc...
l'illégal: l'entente contractuelle illicite consiste à rémunérer la prise de décision en faveur du contrat officiel. en effet, on va rétribuer le décideur pour qu'il décide que son entreprise/ organisation/ structure/ pays achète ce qu'on lui propose.

il n'est pas question que sur un bilan comptable, apparaisse que le fromager a payé une porche au restaurateur. il faut payer la bagnole avec de l'argent qui n'appartient plus à la fromagerie, sinon, on a affaire à un abus de biens sociaux.

or les comptes, sont potentiellement épluchables par des instances de contrôles, ou même par la secrétaire de l'entreprise, ou les députés du pays... il faut donc se démerder pour sortir du pognon du circuit, (et être capable d'en injecter éventuellement pour le blanchiment), sans que ça se sache, ou disons que ça se voit de trop, ou attire les soupçons.

pour ça, les fausses factures restent relativement incontournables: même avec des sociétés écrans et un circuit très élaboré, de toute façon, il faudra à un moment ou à un autre justifier d'une valeur ajoutée...
c'est pour ça que plus les circuits sont longs et les entités énormes, plus il est facile de tricher.

une entreprise peut déclarer 243 maçons alors qu'elle n'en embauche que 239. elle fait comme si elle en payait 243, mais ça permet de sortir 4 salaires qui iront direct dans la poche du patron... afin par exemple qu'il paie un promoteur immobilier pour décrocher un contrat juteux.

dans le même ordre d'idée on peut truquer les comptes grâces à des astuces:
très grossièrement, dans mes comptes, en n'utilisant que des nombres entiers, je peux opérer à des montages financiers simples qui me permettent de sortir du pognon discrètement.
je vends mon produit 4 euros pièces. il s'agit d'un cigare qui sera partagé entre 3 amis de 3 sociétés différentes (il font tourner le cigare, c'est vraiment des bons amis). Je facture donc le tiers du prix aux trois personnes en faisant 4/3
facturation: messieurs (suite à un une merdouille de mon ordi -mais ça je ne le dis à personne), j'ai le plaisir de vous annoncer que vous me devez (non pas1,3333333333333333333....€) 1€ tout rond.
J'encaisse donc 3€ au lieu 4, et je peux réinjecter 1€ que me rapporte mes commissions dans mes lignes comptables pour réiquilibrer mes écritures.

il ne s'agit toujours que de petites magouilles fort simples, mais qui avec un peu d'ingénuosité seront noyées dans un océan de chiffres et de calculs tumultueux. Et plus c'est petit, itératif, voire récursif, dans un ensemble aussi vaste et compliqué que possible et plus c'est discret et indétectable par les instances de contrôle.

un montage financier long permet de multiplier les occurences de "pertes sèches par arrondi" ou toute autre magouille; comme ça permet de perdre le détective qui n'est finalement qu'un comptable. un cadre, peut-être, concours A, c'est probable, un magistrat au pire, et dans bien des cas, je lui souhaite bonne chance...

une seule fausse facture d'alstom, il faudra se lever tôt pour la découvrir. un emploi fictif, ça se voit déjà beaucoup plus sur une mairie employant 12 personnes...
quant aux pertes d'arrondis élevées par des factorielles ou des exposants, je lui souhaite bien du courage pour mettre les mains dans le cambouis de mes algos
les fausses factures restent relativement incontournables:

en parlant de fausses factures, l'illustration de médiapart est erronée: il y a à côté du père sarkozy, la photo de jean, à la place de celle de pierre...
l'acheteur A a payé 100 000 euros
V prend 90 000 euros
I prend 5000 euros
X prend 5000 euros
V se fera gauler tout de suite: il facture 100k et ne palpe que 90k

il faut que l'échange 100k entre A et V soit effectif et indiscutable, sinon l'entourloupe est devinée.
A paye 100k et V encaisse 100k

par contre c'est à V de se démerder pour trouver 10k en dehors du circuit de la transaction à refiler à I

après y'a des variantes, hein, (I peut prendre le risque d'empapaouter A en ne livrant un produit/service ne correspondant pas au budget qu'il dépense: fausses factures, emplois fictifs, etc...) mais si dépenses et recettes respectivement de A et V ne sont pas égales, y'aura pas besoin d'être sorti de saint-cyr pour traîner tout ça au tribunal.
Wow... merci de l'étendue de la réponse ! Moi qui croyais que tout le monde trouverait ma question trop bête pour y répondre...
je gage que ce genre d'affaire se produit épisodiquement dans tel ou tel pays avec telle ou telle puissance occidentale, un genre de scénario type:
rétrocommissions ---> arrêt des rétrocommissions ---> représailles

les rétrocommissions sont assez classiques voici par exemple sur wiki
"Une rétrocommission est une commission (somme d'argent) qui retourne à l'acheteur ou l'importateur - public ou privé, après la transaction initiale. Lors d'un marché à l'exportation, la commission et la rétrocommission permettent la rémunération des intermédiaires ou courtiers internationaux en liquidité transférable à une banque, généralement dans un paradis fiscal.
Ce type de mécanisme a été évoqué sans pouvoir être prouvé dans l'Affaire des frégates de Taïwan."

frégates, sous marins, missiles, avions qu'importe, représailles de type assassinat ou attentat qu'importe aussi, un barbouze se fait assassiner, ou un ressortissant, ou un touriste ou bien encore des employés d'une multinationale implantée dans le pays
le pays peut se trouver en Afrique, au moyen orient, en Asie, en Amérique du sud, peu importe aussi.

en fait entre la série et l'attentat de karashi, le marché est différent (avion dans la série, sous marin dans la réalité) le lieu est différent (arabie saoudite dans la série, Pakistan dans la réalité, seules les représailles sont identiques...et bien sur le principe des rétrocommissions, à mon avis il s'agit d'une pure coincidence.
Tout aussi prémonitoire, les scénaristes de Reporters ont imaginé dans leur scénario un jeune homme accusé, condamné puis acquitté dans une affaire de meurtre sur une jeune femme, un scénario similaire au cas de Marc Machin accusé puis acquitté d'un meurtre sur une jeune femme sur le pont de Neuilly. Et alors que dans la série, le jeune homme acquitté par la justice commet une agression sexuelle et un meurtre, Marc Machin est accusé d'agression sur une jeune canadienne. Coïncidence, très sûrement, mais ajouté à l'histoire de l'attentat, c'est troublant. On ne pourra pas reprocher aux scénaristes et en particulier à Sorj Chalendon d'être déconnecté des réalités !
Dès fois, quand on écoute Sarko, on a plutôt envie de rire. Décidément, ce gars là, il ose tout.

Les commissions occultes
Mon premier post n'est pas un taclage en règle de ce papier, la série me semble très inspirée de la réalité.
il eût été maladroit de négliger la filiation.
Justine a eu le bon reflexe d'en parler. Je me disais juste que la mise en ligne de cet article avec celui d'Adrey Pulvar était une coïncidence étrange, connaissant la série.
y a t il un lien de parenté entre le Chalendon journaliste, et celui, Albin, ancien garde des sceaux du septennat de Chirac, ce qui pourrait expliquer quelques faits ici?
Enfin, comment peut-on croire à des histoires pareilles aujourd'hui où tout se sait...
C'est une fable, créée par des journalistes/scénaristes.
Vraiment tout cela manque de sérieux
Et la fille du personnage qu'interprete Patrick Bouchitey dans la série, c'est censé être Audrey Pulvar ?
Je me demandais où été passé Sorj Chalandon. Parti de Libé, comme les meilleurs journalistes de ce canard, pour laisser la place à des nullités crasses comme Joffrin.
Si avec tout ça on a pas droit à une superproduction dans les mois qui viennent, avec de telles intrigues... ou alors à une série-choc genre " Sleeper cell "...
Un article béton, Justine. Faudra que je le relise, j'ai pas tout digéré d'un coup ^^
Bonne idée cet article. La ressemblance m'a aussi beaucoup marqué en lisant les articles sur cette affaire franco-pakistanaise.
Ils sont trop forts les scénaristes de Capa!
Il me semble qu'Al-Qaïda était effectivement une arme des services secrets pakistanais contre l'occupation soviétique en Afghanistan.
"La France aurait versé d'importantes sommes d'argent au Pakistan ..."
Si je peux me permettre, je préfèrerais une autre rédaction : " des individus (haut placés) en France auraient versé d'importantes sommes d'argent public à des individus (haut placés) au Pakistan".
S'il était démontré qu'une "rumeur" était à l'origine de la série, cela poserait encore le problème du off, de ce qui circule parfois pendant des années dans les milieux autorisés avant d'être mis à jour, ou pas.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.