36
Commentaires

Relaxé en appel, Ibrahim Maalouf critique les médias

Depuis mars 2017, le trompettiste était visé par des accusations d'agression sexuelle sur une mineure de 14 ans. Condamné en première instance, puis relaxé en appel, il s'en est pris à la couverture médiatique déséquilibrée de son parcours judiciaire, et pointe l'absence de journaliste à l'audience d'appel.

Commentaires préférés des abonnés

La servante d'Ali Baba, quand elle remarque la croix dessinée par les voleurs sur la porte de son maître, va aussitôt faire des croix sur les maisons voisines. Le même procédé, taxer inconsidérément tout le monde de pédophilie, aboutit à protéger les(...)

Après que P. BALKANY soit sorti de prison pour des raisons médicales, après que I. BALKANY ait été exemptée de peine de prison pour raisons médicales, après que les 2 aient été condamnés en appel, les radios et TV leur ont ouvert leurs ondes pour qu'(...)

J'en déduis qu'il vaut mieux s’appeler Gérald que Ibrahim. 


Il y a des jours où je ne suis pas très fier de la "république"  qui est supposée me  rendre fier d'y appartenir.

Derniers commentaires

à lire les commentaires je vois que même lorsque la justice suite à une enquête de police et un dossier minutieusement décortiqué ne condamne pas un homme accusé d'abus par une femme il est quand même coupable ... Laissez moi vous dire que vous êtes dans le délire les fausses accusations sont courantes en justice et de toutes sortes pas uniquement sexuelles. 


Comme l'ont fait remarquer certains effectivement la presse adore mettre au bûcher un coupable désigné dès le départ d'une affaire et le lyncher ... Puis si il s'avère innocent on en parle pas, regardez l'affaire Troadec par exemple.


La jeune fille était une groopie du musicien et lui courait après c'est ça la réalité, les TS ne veulent rien dire elle peut très bien avoir fait cela parce qu'il n'a pas voulu d'elle. 


A ceux qui ne voient que des coupables et jamais de fausses accusations je vous souhaite de ne jamais connaître le tourment d'être diffamé et attaqués en justice à tord. Le nombre de fois que des femmes en instance de divorce m'ont demandé des certificats médicaux avec insistance en me demandant de certifier des agissements (agression sexuelle sur elle et/ou sur les enfants, agression physique sur elle et/ou les enfants) de leur futur ex-mari dont je ne pouvais en aucun cas et si peu que ce soit valider je ne le compte plus ! 


Sachez que lors des divorces en France aujourd'hui les Femmes accusent dans près de 75% des cas le futur ex-mari de tels agissements et souvent sur les conseils de leurs avocats ! Le but étant de faire planer le doute et d'obtenir la garde exclusive des enfants entre autre. 


Ibrahim Maalouf a été relaxé en appel pour des accusations d'agressions sexuelle, quoique ... SMS


Mais a-t-il été relaxé pour ses agressions musicales notamment vis-à-vis du Jazz ?


Conclusion : faut vite lui confisquer sa trompette (à 4 pistons) !  


Signé:

Un amateur de Jazz agressé.

"L'adolescente a menti, ses parents l'ont crue ?" nous annonce triomphalement le communiqué d'Ibrahim Maalouf. 


Ce que la cour d'appel ne dit pourtant absolument pas, comme le rapporte Le Monde notamment. (non repris dans l'article d'ASI) 


« Le baiser posé le 11 décembre 2013 est bien réel, mais l’intention coupable fait défaut, faute d’éléments permettant d’affirmer avec certitude qu’il en aurait été l’initiateur », poursuit la cour. « La preuve matérielle des faits qui seraient survenus le 12 ou le 13 décembre dans le sous-sol du studio d’enregistrement n’est pas rapportée, ce qui ne signifie pas que [la jeune fille] a menti mais que sa vérité n’est pas partagée par la cour, en l’absence d’éléments suffisamment pertinents, précis et concordants. »


Si Ibrahim Maalouf souhaite remettre "le point sur le i de [son] prénom", il ommet, (rappelé dans l'article d'ASI), dans son communiqué les «messages totalement inadaptés, attitude qu’il a lui-même qualifiée de “nauséabonde”».


"Dans son arrêt, la cour d’appel écrit qu’« Ibrahim Maalouf n’a pas adopté un positionnement adéquat à l’égard [de la] jeune fille de 14 ans, nécessairement suggestible, en échangeant avec elle des messages totalement inadaptés, attitude qu’il a lui-même qualifiée de “nauséabonde” ». Mais la cour souligne qu’elle n’était pas saisie de ces faits."


Ces interprétations, ainsi que le ton péremptoire du communiqué, semble indiquer qu'Ibrahim Maalouf doit désormais tordre la réalité, pour se présenter comme blanc comme neige. Il est simplement relaxé, ne lui en déplaise. 

Cette affaire me rappelle un peu dans un autre domaine le procès de Bettencourt ou Eric Woerth avait également bénéficié d'une relaxe faute de preuve ... mais le jugement n’était pas tendre et en y regardant de plus pret il y apparaissait comme quelqu'un de foncièrement malhonnête...... 




donc les sms ont disparu; Maalouf reconnait avoir échangé des sms innapropriés ("nauséabond"; "susceptibles d'être qualifiés de tentative de corruption de mineur"); et pour le reste il est impossible de verifier les faits avec certitude parce qu'il y n'y a eu aucune enquete sérieuse ( "la cour (...) semblant regretter à plusieurs reprises dans son délibéré la faiblesse de l'enquête policière" ); du coup on reste à une parole contre un autre; à aucun moment Ibrahim Maalouf n'as été innocenté; il s'en ai juste bien tiré faute de preuves (comme dans beaucoup d'affaires d'abus sexuels par ailleurs)


Il y a vraiment pas de quoi fanfaronner et crier à l'acharnement (sans présumer de ce qui s'est réellement passé; mais il s'est bien passé quelque chose puisqu'il a reconnu une partie des faits; et que la jeune fille de 14 ans a été hospitalisée pour tentative de suicide quelques semaines après les faits).

C'est en droite ligne dans la continuité du "je te crois" et les "tous violeurs" placardés en lettres géantes (de corbeau) par les néo-féministes sur les murs de Paris, avec la sympathie de médias décérébrés ("la parole se libère!"). Nous vivons une mutation terrifiante car, plus qu'une dictature, elle consacre la soumission des esprits. Parler contre les vociférations revient à risquer de se voir lyncher soi-même et mettre en péril sa carrière. Il reste des Marie-Monique Robin mais qui les entend encore ? Et pour combien de temps ?

Je reconnais et même j'avoue, qu'on peut être entraîné , par a priori, préjugé , ou parti-pris, à accorder davantage de confiance à un musicien de talent qu ' à un ministre médiocre .....


J"ai honte  (... mais pas trop  , la qualité principale d'un ministre étant de mentir ).


Tiens, encore un préjugé ( mais relatif, après 40 ans d'observation de la vie politique , ce serait plutôt un post-jugé )

faut elargir un peu , c;est la qualite de tous les hommes politiques pas que les ministres.

Les hommes politiques intègres, j'en compte au moins trois, arrivent des fois au plus haut niveau de l'Etat. (ex. premier ministre)


Et si ils y arrivent, ils se font dézinguer hypocritement par leur président et leur propre parti.


Trop honnête ... tais-toi, disparais ou suicide-toi !

A part Jean Jaurès, je ne vois pas ;  mais j'étais un peu jeune, pour apprécier ! 

La servante d'Ali Baba, quand elle remarque la croix dessinée par les voleurs sur la porte de son maître, va aussitôt faire des croix sur les maisons voisines. Le même procédé, taxer inconsidérément tout le monde de pédophilie, aboutit à protéger les véritables pédophiles. Nous devrions être, en effet, extrêmement "professionnels" (quelle que soit notre profession) dans ce domaine.


J'ai été confrontée, dans ma vie professionnelle, à plusieurs situations de diverses sortes, allégations mensongères, inquiétudes probablement fondées mais invérifiables, suspicions erronées, déplacement d'un abus familial vers une structure collective, abus possible mais attribué à la mauvaise personne en raison de la couleur de sa peau, autosuggestion d'un groupe de gamines. 


Chaque fois, c'est beaucoup de doutes et beaucoup d'angoisses. Nous n'avons droit ni au "faux négatif", qui laisserait un enfant sans protection, ni au "faux positif" qui peut détruire durablement la vie de quelqu'un. C'est une lourde responsabilité, dont nous ne sommes pas toujours dignes. Et dont nous n'avons pas toujours les moyens. Sans compter qu'il peut arriver, après avoir tout considéré à plusieurs et bien consolidé le dossier, que le juge finisse par un "non lieu" faute de preuve. 


Précisons qu'il ne s'agissait pas, au niveau où j'étais, de punir, mais "simplement" de protéger.


J'en déduis qu'il vaut mieux s’appeler Gérald que Ibrahim. 


Il y a des jours où je ne suis pas très fier de la "république"  qui est supposée me  rendre fier d'y appartenir.

Après que P. BALKANY soit sorti de prison pour des raisons médicales, après que I. BALKANY ait été exemptée de peine de prison pour raisons médicales, après que les 2 aient été condamnés en appel, les radios et TV leur ont ouvert leurs ondes pour qu'ils puissent s'expliquer.

Après que I. MAALOUF ait été relaxé, rien ou si peu (twitt de Maître EOLAS tentant d'expliquer qu'on ne pouvait être à moitié innocent quand on été relaxé)

Je nous invite donc à la plus grande prudence envers C. GIRARD et G.DARMANIN (oui, ça pique) Bon, pour DARMANIN, on sait qu'il sera bien défendu, que les services de police feront une enquête sans préjugés défavorables.

"

Journalisme : la grande désertion"


[lui parle de nudes dans des sms] pour lui signifier "que les femmes avec qui il sortait faisaient des 'trucs d'adulte', comme lui envoyer des photos 'sexy', ce qu'elle ne pouvait faire parce qu'elle était trop jeune" 


Maalouf peut être innocent de l'agression, sa technique pour éconduire une adolescente semble laisser un brin à désirer.

À partir du moment où la presse ( le fameux "lesmédias" cher à Daniel Schneidermann) a autorisation de piétiner la présomption d'icnnocence et non l'obligation de suive de ce piétinement, n'importe quelle rumeur devient information. Surotut sur les réseaux (a)sociaux. De rumeur à forumeur...


Frandol (pour les amateurs de rock en français) a écrit une bien jolie chanson sur ce sujet (sur l'album Oulipop).

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.