14
Commentaires

Relaxe DSK : "noirci par la presse, blanchi par la justice" ?

"Tout ça pour ça ?" Après trois ans de feuilleton médiatique, durant lesquels l'enquête et le procès ont donné l'occasion d'un grand déballage sur sa vie sexuelle, Dominique Strauss-Kahn a été relaxé le 12 juin par le tribunal de Lille. La justice a notamment considéré que l'ancien patron du FMI, ne connaissant pas la qualité de prostituées de ses partenaires, et n'en ayant pas tiré profit, avait eu "un comportement de client, non répréhensible par la loi pénale", et non de proxénète. L'occasion pour la presse de s'interroger sur le décalage entre les éléments à charge publiés dans ses colonnes, et le blanchiment par la justice de DSK.

Derniers commentaires

Elle est trop forte notre justice. C'est une machine à blanchir l'umps. Dingue ,aprés woerth ,cet honnête homme qui a fait embaucher sa femme chez Betancourt ,pour gérer son patrimoine alors qu'il etait trésorier de l'Ump , plus la legion d'honneur donnée à Demaistre.Blanchi.. Eric ...DSK partouseur , obsedé sexuel ,qui d'aprés les temoignages de femmes qui ont subi ses violences,est un sadique , blanchi..si si ,même dodolasaumure n'en revenait pas .C'est pas les juges d'instruction qu'il faut blâmer,ils ont fait leur travail, mais les juges bananiers.
On sait, on re-sait depuis longtemps :

"Selon que vous serez puissant ou misérable,
Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir"
Je ne comprends pas pourquoi on dit souvent qu'un tel ou un tel est blanchi par la justice. Je croyais que la justice regardait si les faits peuvent être juridiquement établis et si c'est juridiquement condamnable. Il ne me semble pas qu'un procès permette d'établir l'innocence d'une personne. Seulement éventuellement le fait qu'on n'a pas pu établir juridiquement sa culpabilité.
Pourtant les politiques adorent se dire "blanchis" par la justice et sont rarement repris par les journalistes.
C'est certain qu'il ya eu emballement médiatique, y compris ici sur @si, après "l'affaire" niouyorkaise, notons comme ce mot recouvre (sic) des infos très différentes. Mais ce n'est pas la presse qui a fait de DSK un gros "dégueulasse". La justice est souvent, trop souvent très très gentille avec les puissants : au hasard : Chirac, Sarkozy jusqu'à preuve du contraire, j'ai la flemme de continuer ..... Seul Juppé a trinqué et sévèrement. Juppé Président !!! :)) Et Michel Noir je ne me souviens plus .... a-t-il été blanchi ? C'était juste pour le jeu de mot à la c*** :))
Les tournantes dans de beaux locaux ça a une toute autre gueule, même que ça s'appelle autrement...
Un truc que je ne comprends pas: pourquoi ceci est publié dans la catégorie "articles" (couleur bleu) et pas dans la catégorie "chroniques" (couleur rose)?

Parce que sous couvert de nous aider à comprendre le décalage entre ce qu'on a vu dans la presse et le verdict, l'auteur nous donne une opinion très personnelle et manifestement biaisée: en gros il nous explique que si DSK n'a pas été condamné malgré son status avéré de gros dégueulasse, c'est parce que les juges d'instruction qui ont préparé le dossier étaient incompétents (et non pas parce que DSK était innocent).

La réalité est que DSK n'était pas poursuivi pour être ou avoir été un gros dégueulasse mais pour proxénétisme aggravé. Il y a bien une faute de la presse qui, au lieu de se concentrer sur cette accusation de proxénétisme aggravé et d'évaluer sa pertinence, s'est livré au grand déballage sur les pratiques sexuelles de DSK (avec les meilleures intentions moralisatrices biensur et sans aucun racolage).

Et donc quand je lis "Alors comment expliquer cette relaxe alors que les éléments publiés dans la presse paraissaient aussi accablants ?" j'aurais bien aimé que l'auteur nous explique plus précisément de quels éléments il parle. Est-ce que "pénétration anale" c'est accablant?

Concernant les SMS je cite Pascale Robert-Diard:

"L’examen du contenu des SMS échangés entre Dominique Strauss-Kahn et Fabrice Pazskowski pour l’organisation des soirées libertines remplissait à lui seul dix-huit pages d’interrogatoire.

Deux phrases exécutent cette accusation dans le jugement : « On ne saurait lui imputer un rôle d’instigateur au vu des trente-cinq SMS échangés sur une période de vingt-deux mois. Sauf à donner une interprétation subjective, ils ne mettent pas en exergue une fourniture d’instruction mais des commentaires sur des sorties et des questions-réponses sur la disponibilité du prévenu et son emploi du temps. »"
Merci beaucoup pour toutes ces explications.
Les média finissent de me gaver.
A ce sujet, je ne remercierai jamais assez DS pour m'avoir ouvert les yeux ( et a tant d'autres!) en commençant par son émission pour la Cinq.

Du temps merdiatique et des juges qui ne connaissent par leur boulot. Fatigant!
Quant aux bien- pensants de la fin de votre article: oui, la guerre c'est mal, non c'est pas bien de baiser des prostituées, c'est dégueulasse de vendre des armes, que des gens aient faim... Et on fait quoi?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.