73
Commentaires

Refus de naturalisation : la faute à la burqa ?

Derniers commentaires

Une étude éclairante du salafisme en Europe :
"La mouvance polymorphe d'une radicalisation".

http://www.ifri.org/files/PE_1_2006_amghar.pdf

D'où il ressort que les adeptes des trois tendances de ce retour aux sources de l'Islam (djihadiste, prédicatif ou politique) prônent, chacun à leur manière, une stratégie devant aboutir à l'instauration d'un état islamique.
On peut dès lors se demander ce qui peut motiver, chez ces intégristes caricaturaux, des demandes de naturalisation impliquant une volonté d'intégration à une société occidentale dont, par idéologie religieuse, ils rejettent et combattent les valeurs.
j'aimerais bien connaître le nombre d'articles d'@si qui abordent le thème de la religion
en ce moment, entre Bétancourt, Siné, et ça, c'est le comble. Heureusement que Tapie est là pour nous sauver de cette dictature médiatique de la religion

et si on abolissait la religion ?

mais là, le problème est autre ; et s'il résulte du procès que la femme est trop soumise, trop contrainte pour pouvoir acquérir la nationalité française (je ne savais pas que cela faisait partie des critères), peut-être qu'il faut aussi communiquer son cas aux services sociaux, comme toute femme qui n'a pas toutes les libertés.
Intéressant comme lecture, Oblivion. Pourquoi pas après tout ? ( eud' façon, je suis athée )

Par contre, je ne crois pas du tout à votre théorie fumeuse selon laquelle les enfants viendraient d'une partie du corps de la femme, faut pas pousser... ( elle est nulle celle-là, mais j'assume. ) :-)
Je me demande pourquoi on ne refuse pas la nationalité française à tous ces machos qui se font servir par leur femme : ménage, courses, repas, lessive, repassage...
C'est tout à fait contraire aux valeurs de la république, notamment à l'égalité des sexes !
Ou aux femmes battues qui refusent de se séparer de leur conjoint violent?
Ne parlons pas des bonnes soeurs (surtout celles qui sont cloitrées), des curés en soutane (il me semble qu'on en voit de plus en plus)....
Ne sous-estimons pas la menace que la religion catholique fait peser sur la démocratie : partout l'église a tenté d'empêcher les décisions politiques concernant la libération des femmes (refus d'autoriser le divorce, la contraception, l'avortement,...) et elle y est souvent parvenue, comme en Espagne, en Italie, en Irlande, en Pologne...) et lorsqu'elle a perdu, elle n'a pas renoncé à se battre pour un retour en arrière. Les dernières déclarations de Benoit XVI ne sont pas rassurantes de ce point de vue.
Pourquoi croyez vous qu'aucun prêtre, aucun évêque, aucun cardinal n'est une femme ?

Bref, refuser la nationalité française au motif que la religion de l'intéréssé est contraire à l'égalité des sexes est une tartuferie, ridicule.

Soutenons les combats pour l'émancipation des femmes, toutes les femmes, appartenant à toutes les religions, ou sans religion.
Aidons-les à se défendre devant les tribunaux, lorsqu'elles sont maltraitées.
Et aidons-les surtout à acquérir une formation, car le voile économique est une prison dont il est beaucoup plus difficile de se défaire qu'un morceau de tissu.
Meme scepticisme sur votre opposition nouveaux vs anciens...

Est-ce que seuls les "anciens" médias se livrent aux raccourcis ?

Expl : où lisais-je un commentaire de sondage sobrement intitulé "Les Francais contre le retour de l'ORTF" alors que le sondage posait en substance la question : "Pour ou contre la nomination du PDG de France TV par le Président avec accord du Parlement plutot que par le CSA lui-meme nommé par le gouvernement ?" ; ce qui n'est pas la meme chose, on en convient.

C'est bien entendu sur le site d'ASI que l'on pouvait lire ce magnifique raccourci digne d'un Parisien ou d'un Figaro.
Juste un détail. Vous écrivez: "Un point que ne manque pas de relever un des commentateurs d'Eolas, qui parle des journalistes comme de "confrères"". Sauf erreur de ma part c'est "une commentatrice", journaliste, habituée du blog d'Eolas...
Symbol religieux et/ou style de vie
A la lecture de quelques articles (Le monde et l'express ou le point, Il semble apparaitre que tant la tenue (représentative d'un mode de vie) que la manière de vivre de la dame apparemment particulièrement coupée de la vie sociale et de la société nationale du pays où elle vit aient emportés la conviction des juges administratifs sur la non adéquation avec la nationalité française. Ce qui serait intéressant c'est de connaître le nombre et le motif des refus de naturalisation basés sur d'autres motifs que la non maîtrise de la langue française.
Autre question ce fait peut-il remettre en cause la nationalité du mari ?
Une petite précision, avant de passer pour un gougnafier : Aliocha, la lectrice à qui je réponds, et qui est bien journaliste, est quelqu'un que j'aime bien taquiner. Ma réponse qui peut paraître sèche comme ça ne l'a nullement vexée, elle est de taille à se défendre toute seule et me l'a déjà montré.

Enfin, pour mon billet, je n'ai pas eu accès aux conclusions de la commissaire du gouvernement, mais avais lu ce que Le Monde en citait. Il demeure : que la commissaire ait cité cet atours dans ses conclusions ne retire rien au fait que la façon de s'habiller de la requérante n'est pas cité dans l'arrêt. Ce n'est pas innocent : ça veut dire que le Conseil d'État refuse de se fonder sur un critère matériel comme celui-là, écartant implicitement les conclusions en ce sens du commissaire du gouvernement pour se concentrer sur le seul critère de la pratique religieuse. Une salafiste en bikini serait pareillement déboutée. Les journalistes obnubilés par la burqa titrent sur un critère écarté par le Conseil d'État.

PS : Je ne suis pas anonyme. Je m'appelle Eolas.
Sal'affaire !
Un jour on vivra dans un grand complexe intergalactique au milieu d'extraterrestres avec des trompes sur la tête et on rigolera en pensant à toutes ces histoires passées.
Désolé je jouais à Mass Effect ces temps-ci.
Maître Eolas est un sodomiseur de dyptères psycho-rigide. Que fait la SPA ?
le problème de la burka est le même que celui du voile ; nos réactions sont dues à l'intensité avec laquelle on vit ces femmes voilées : pour ma part j'éprouve beaucoup de tristesse pour elles :de les voir marcher 3 mètres derrière leur mari (le mâle), ne sortir que pour mener ou chercher les gamins à l'école, n'avoir quasiment rien à dire à la maison, etc............
c'est vrai que pour notre génération qui avons eu la chance de bénéficier des luttes de nos mères pour avoir le droit d'aller nager en maillot de bain, de choisir notre job etc.... c'est plutôt triste à voir et rageant de les voir ne pas se rebeller........
mais en même temps je ne pense pas qu'il faille mélanger nationalité française et pratique religieuse : la laïcité et la république n'ont rien à voir avec la religion pratiquée (sinon il faut retirer leur nationalité française à toutes les bonnes soeurs qui se baladent en chasuble grise et voile dans nos villes!!!!!!!!!!!!!!)
par contre il faut que la république soit attentive à ce qu'aucune de leur fille ne soit OBLIGéE de prendre le même chemin, il faut que la république soit attentive à ce que les filles puissent garder y compris dans ces familles leur liberté, même si c'est difficile !!!!!!!
bien vérifier qu'elles ne soient contraintes en rien : si cette femme fait le choix de la soumission c'est son droit, et pour moi, elle a le droit d'être française malgré tout ; et à la société française de lui donner éventuellement le goût de l'émancipation, sinon tant pis..
mais surtout à la société française de protéger ses filles si celles-ci font un jour le choix de ne pas être soumise à un mâle, d'aller nager en maillot de bain, et de ne pas porter le voile.................
Je vais faire mon post corporatiste.

Opposer blogueurs et journalistes est à côté de la plaque.

Journaliste est un métier au même titre qu'avocat ou proctologue. ça demande des études, une expérience pour faire une tâche : recueillir, analyser, hiérarchiser et diffuser l'information. Malheureusement, comme tous les métiers, ce n'est pas donné à tout le monde. Le "tous journalistes" me semble relever de la démagogie. Ce n'est pas parce que je suis fan de "Dr house" que je suis apte à faire un greffe de coeur ou parce j'ai changé une ampoule que je peux devenir ingénieur chez EDF.

Bloguer, tout le monde peut le faire, ce n'est qu'un support technique. ensuite, on peut utliser ce support technique comme journaliste, avocat.... Mais les avocats-blogueurs sont avant tout avocats.

On peut pas les comparer aux journalistes ni les inclure dans ce vaste fourre-tout des "nouveaux médias". Comme si ils représentaient une nouvelle génération, une innovation, comme si le journaliste professionnel, expérimenté était une image révolue. Mais on ne compare pas les carottes et les navets.

On peut sans doute critiquer les médias en tant que simple utilisateur mais on ne peut mettre sur le même plan l'avocat-blogueur anonyme et le journaliste (blogueur ou pas) professionnel.



http://lecourant.info
Refuser la nationalité au motif "d'une pratique radicale de sa religion, (d') un comportement en société incompatible avec les valeurs essentielles de la communauté française, et notamment le principe d'égalité des sexe", même si cela est conforme à la loi et quoi qu'en disent les éminents juristes, me parait mériter quelques menues questions sur notre conception de la nationalité (citoyenneté?).
Dans cet "affrontement" anciens contre nouveaux, blogs contre journaux, l'Europe aura peut-être bientôt son mot à dire, notamment quand les blogs auraient des dérives mercantiles. Ca régule, ça régule...
Excellente revue de presse. Et, accessoirement, c'est celle que j'ai réalisée, après lecture de l'article du Monde. Mais la distinction que vous faites entre "nouveaux" et "anciens" médias n'est pas tout à fait juste : les blogs que vous citez sont des blogs spécialisés, ou de spécialistes, si on préfère. La distinction qui me paraît la plus évidente est donc celle qui s'opère entre presse généraliste et "publications" spécialisées, rendues plus accessibles par les blogs. D'autant qu'il me semble que les blogueurs-juristes vont souvent dans le sens de leurs confrères (grosso modo), mais nous expliquent pourquoi.

D'ailleurs, je me souviens avoir lu dans les commentaires d'Eolas qu'il était fait mention d'un titre résumant cette affaire, jugé "parfait", et il s'agissait justement de celui trouvé par l'éditeur juridique Dalloz...
Ma première réaction, viscérale, fut l'indignation. Quoi ? On mêle religion et droit à la citoyenneté ? Peut-on justifier un refus de nationalisation en raison des croyances religieuses ?
Puis quelques minutes plus tard, et quelques articles lus sur le sujet... je me rends compte que la situation n'est pas si simple. Il y a eu enquêtes et entretiens... la femme en question semble vivre terrée dans son appartement.

Et de me poser la question : qu'est-ce qu’une république ? Un ensemble de valeurs qui lient les citoyens d'une même nation... un terreau commun dans lequel nous souhaiterions pouvoir nous épanouir et construire un « bien commun ».

Il me semble que la dame en question ne voit pas les choses d'un même oeil, ce qui peut justifier, à mon humble avis, un tel refus.

Anthony [ un autre blog est possible ]
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.