21
Commentaires

Réforme des médias : les projets plus ou moins étoffés des candidats

Mais oui, les candidats à la présidentielle ont (aussi) un programme concernant les médias. Quatre d’entre eux – ou leurs représentants – ont annoncé les grandes lignes de leurs projets lors de la journée de l’Udecam le jeudi 2 mars. Si Benoît Hamon a exposé un projet de loi anti-concentration propre à faire grincer les dents du DG de Canal+ Maxime Saada, lui aussi présent, les représentants de Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon et François Fillon ont fait figure de mauvais élèves avec un projet flou voire inexistant. Quant à Macron, aucun membre de son équipe n’a fait le déplacement.

Derniers commentaires

Si c'est Hamon qui gagne, Daniel Schneidermann devra vendre 60 % des parts de la SAS Loubiana qu'il détient.
Ben mince, j'avais cru comprendre que l'Avenir en Commun reprennait les préconisations que Rimbert et Maler avaient présentés lors de leur audition : https://youtu.be/1jlIOT8AChI
En résumé (à confirmer donc) il s'agirait de garantir le pluralisme de l'information en se basant sur 3 point : non lucrativité de la presse d'information, non concentration de cette même presse et interdiction de la publicité (tout celà restant autorisé pour la presse de divertissement) + pôle public mutualisant les moyens d'éditions et de productions. A suivre avec la sortie prochaine du livret https://avenirencommun.fr/le-livret-medias/
Aparté rapport au Vite Dit de 19H31 ce jour :
Vous écrivez : Macron et l’argent : ce sujet intéresse de nombreux médias depuis le début de l’année, dont Le JDD ou encore Le Monde..
Vous ne citez pas Olivier Berruyer. C'est à cause de sa pastille orange chez Déconex?
D'autre part, vous évoquez des sommes énormes pour les collectes d'argent effectuées par Micron à Londres, Uccle et autres banlieues mal fréquentées. Vous citez le chiffre de 8 millions d'euros.
Sauf erreur, un candidat ne peut recevoir de dons que de personnes physiques ou de partis politiques. Les personnes physiques ne peuvent donner plus de 4 600 € au candidat et 7 500 à un parti politique.
Les 8 millions correspondent donc au minimum à (8 000 000 / [4600+7500]) = 660 convives qui auraient donné chacun-e 12 100 €.
Est-ce bien raisonnable?
On peut donner 7500€ par an. Donc 7500€ en 2016 + 7500€ en 2017 + 4600€ = 19600€ par personne.
coucou constant gardener,

le chiffre des 8 millions est de Mediapart et j'avoue ne pas avoir vérifié (ou compté dans la cagnotte de Macron).

Cela dit, si on reste sur des moyennes, 660 convives en un an, ça fait grosso modo deux donateurs par jour, c'est pas fou-fou non ?
L'idéal serait que les gens du territoire français (la foule des adhérents au mouvement/parti de Macron) donnent beaucoup (16 millions d'euros) et que cela explose les plafonds autorisés: les 8 millions d'euros des exilés fiscaux iraient direct dans les caisses de l'état!
Et c'est trop dommage pour les exilés fiscaux, le don était déductible des impôts!
Il y a pourtant bien quelque chose qui se rapproche du "plan Rimbert" pour la FI:
Le "plan Rimbert" dans le Monde diplo: https://www.monde-diplomatique.fr/2014/12/RIMBERT/51030
Programme FI: https://laec.fr/section/8/la-revolution-citoyenne-dans-les-medias (notamment point n°5).
A voir pour le détail en mars du coup.

A propos du programme du Hamon, qui veut faire élire le président du CSA par les membre du conseil. De qui s'agit-il ? (comment est composé le CSA?)
Je ne comprends pas.
Pourquoi faudrait il que le futur Président de la République ait un projet particulier pour les "Media" ?
Arrêter les subventions aux entreprises privées - Qui plus est détenues par des milliardaires - ne nécessite pas une décision présidentielle.
Moi, je reviens d'une réunion de La LIBRE PENSEE. Ils avaient invité un évêque, le grand rabbin de France, le recteur de la Mosquée de Paris.
Ben figurez-vous qu'ils sont pas venus, ils ont envoyé des seconds couteaux pas très affûtés.
NDLR : ceci n'est PAS tiré d'une histoire vraie.
Ah oui il est pas mal le programme d'Hamon là dessus. Oh wait... le programme d'Hollande était bien aussi à l'époque de sa campagne.

Il souhaite également que les sondages soient interdits 60 jours avant la date de l’élection afin "de mettre un terme à la sondocratie" dit-il.
Ca je vote pour.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.