825
Commentaires

"Race blanche" et "race noire" : Zemmour déchaine le Net

"Bientôt tous métis ?" C'était le titre d'un débat d'Arte, jeudi 13 novembre. Parmi les invités, le journaliste et chroniqueur multicartes Eric Zemmour affirme dans le cours du débat qu'il existe des races, reconnaissables "à la couleur de la peau". Sa sortie n'est pas passée inaperçue sur le web : elle est dénoncée par les antiracistes... et applaudie par la fachosphère.

Derniers commentaires

J'ai lu l'article, connais comme tout le monde le slyle Zemmour, ai suivi quelques-uns des liens cités, vu presque tous les commentaires, à priori sur le net, l'ethnie des Zemmour (Groupe d'êtres humains qui possède, en plus ou moins grande part, un héritage socio-culturel commun, en particulier la langue (de vipère)), va boire à la "souche" une eau pas toujours très pure ! C'est le terme "race", naturellement associé à celui de "racisme" qui choque. Une racine dérangeante !

Race : terme d'anthropologue à bannir des plateaux d'une télévision de moins en moins divertissante ! (un gros mot)
Racisme : terme qu'il faudrait ajouter à la liste des péchés capitaux de toutes les religions ! (un gros péché mortel)

Juste pour rappel et là c'est le dico : RACISME, subst. masc. : Ensemble de théories et de croyances qui établissent une hiérarchie entre les races, entre les ethnies. ? En partic. Doctrine politique fondée sur le droit pour une race (dite pure et supérieure) d'en dominer d'autres, et sur le devoir de soumettre les intérêts des individus à ceux de la race.

Pour finir : je ne peux m'empêcher de citer ma mystique préférée (tant qu'à se fâcher avec tout le monde et pour de bon, toutes races, espèces ou ethnies confondues) Le socialisme consiste à mettre le bien dans les vaincus, et le racisme dans les vainqueurs (S. Weil, Pesanteur, 1943, p. 176)
Entendu ces jours-ci sur Radio France un "spécialiste" de la politique américaine parler des latinos qui seraient bientôt "plus nombreux que les blancs" !!!!
A ma connaissance les latinos descendants d'espagnols sont blancs, comme les juifs ou les arabes, qui ne constituent une race que pour les racistes.
Car la "race" n'est qu'un outil langagier pour justifier l'oppression, la domination d'un groupe sur un autre.

N'en déplaise à Eric Zemmour qui a décidément beaucoup de mal avec les différences, les femmes, les noirs, ...
à moins qu'il ne fasse exprès, pour occuper un créneau, celui des idées ringardes, où il a de plus en plus de place car les gens évoluent.

Qui sait ?
Suite à la mobilisation (manifs à Bamako et réactions en France) qu'a suscitée le projet d'accord dit "de gestion concertée des flux migratoires" que voulait lui imposer Hortefeux, le gouvernement Malien a finalement refusé de signer.

Citation RESF : "C'est une gifle pour le ministre qui comptait visiblement faire de cette signature le point d'orgue de sa carrière de ministre de la rafle et du drapeau.
Raté ! Bravo et merci à nos amis maliens et à tous ceux qui, ici, se sont associés à eux."

Communiqué Cimade : http://www.cimade.org/nouvelles/1372-Le-Mali-refuse-de-signer-l-accord-de-gestion-des-flux-migratoires
Citation de Alain B :
1- « Nous préfèrerions et de loin ! que les sommes allouées à la traque des sans papiers et à leur expulsion (20 000 € à chaque fois !) soient investies réellement dans des actions utiles au développement. »
2- « Nous sommes de même consternés d’apprendre qu’une partie des crédits rangés dans l'aide au développement sont en réalité consacrés à préparer les services de police des pays d’origine des immigrés… à collaborer à la lutte contre l’immigration. »

« Honni soit qui mal y pense »
[« porte-flingue de Sarkozy »]


Stan 1000g
En 2009 ne lâchons rien,
communiqué RESF :

Une délégation française doit se rendre à Bamako le 7 janvier pour tenter d'imposer au gouvernement malien la signature de l'accord franco-malien dit de "gestion des flux migratoires". Il s'agit en réalité de permettre à la police française d'expulser les Maliens (et d'autres !) de façon plus expéditive encore.
Cela fait plusieurs fois que la France tente d'imposer cet accord... impopulaire au Mali et encore plus dans la diaspora malienne. La mobilisation de l'opinion malienne, au Mali mais aussi en France avait convaincu les autorités maliennes de refuser cet accord. Il est encore temps d'aider le Mali qui avait vaillamment résisté jusqu'alors à ne pas céder aux pressions très appuyées d'Hortefeux.
Il faut que toutes les associations maliennes en France soient alertées ainsi que les journaux et les sites. Chaque malien peut, s'il le souhaite, interpeller son consulat et faire connaître son opinion.
Il est enfin possible à la population française de manifester sa solidarité avec le Mali pour le cas où il refuserait de plier devant le gouvernement français. Cela doit être fait avec courtoisie et dans le respect de l'indépendance du Mali. Ci-joint un modèle de lettre dont on peut s'inspirer.

1) Plus d'informations dans Libération :
http://www.liberation.fr/societe/0101308948-hortefeux-veut-un-accord-avec-le-mali-pour-expulser-a-l-aise

2) Lettre a envoyer au consul du Mali ci-dessous et sur le site RESF http://www.educationsansfrontieres.org/spip.php?article17207
3) Ci-dessous communiqué commun Cimade-AME


2 janvier 2009
Monsieur le Consul du Mali,
Selon des informations confirmées par le quotidien Libération du 2 janvier, il semble qu'une importante délégation française doive se rendre à Bamako le 7 janvier prochain afin de tenter une nouvelle fois d'arracher aux autorités maliennes la signature de l'accord dit « de gestion concertée des flux migratoires ».
Sans prétendre le moins du monde peser sur la décision du gouvernement malien, nous tenons par votre intermédiaire à faire savoir aux autorités et au peuple maliens qu'une partie importante de la population française, celle qui est aux côtés des familles et des jeunes maliens présents en France et dans nos écoles, aux côtés des travailleurs en lutte pour la reconnaissance de leur travail et de leur dignité, ne se reconnaît pas dans la politique de lutte contre l'immigration du gouvernement français que reflète ce projet d'accord.
Même baptisé « gestion concertée des flux migratoires », le texte proposé à la signature de votre gouvernement est de même nature que celui déjà imposé à plusieurs gouvernements africains : son objectif unique est de rendre plus difficile le séjour des ressortissants maliens en France et de rendre leur expulsion plus expéditive. Le reste n'est qu'habillage.
Les contreparties offertes au Mali sont dérisoires : 1500 régularisations quand on estime que des dizaines de milliers de travailleurs maliens sont établis en France, apportant à leur pays une aide autrement efficace que celle, officielle, des pays riches.
Au-delà des grands mots dont le texte regorge, l'aide au développement promise à votre pays est illusoire : le budget 2009 du ministère de l'immigration a été amputé de 11,6% et le ministre a d'ores et déjà rendu ses arbitrages : les crédits consacrés à l'aide au développement seront sacrifiés, ceux affectés aux expulsions seront augmentés. Nous préfèrerions et de loin ! que les sommes allouées à la traque des sans papiers et à leur expulsion (20 000 € à chaque fois !) soient investies réellement dans des actions utiles au développement. Nous sommes de même consternés d'apprendre qu'une partie des crédits rangés dans l'aide au développement sont en réalité consacrés à préparer les services de police des pays d'origine des immigrés… à collaborer à la lutte contre l'immigration ! Ce n'est pas notre conception de l'amitié entre les peuples !

Quelle que soit la décision que prendra en définitive votre gouvernement, nous tenons à faire savoir au peuple malien que des pans entiers de la société française désapprouvent la politique migratoire du gouvernement français, ses discriminations envers les « immigrés extra-européens », sa pratique des test ADN, les attentes humiliantes aux portes des consulats de France pour obtenir des visas et à celles des préfectures pour solliciter des titres de séjour, son arrogance et sa brutalité, ses objectifs chiffrés, à l'unité près, en matière d'expulsion. Tout cela nous fait horreur et honte.
Sachez, Monsieur le Consul, que si le Mali continuait à refuser de plier et de se soumettre aux pressions du gouvernement français, il trouverait la solidarité et l'estime d'une grande partie de la population de ce pays.
Nous vous prions, Monsieur le Consul, d'agréer l'expression de nos salutations respectueuses et celle de notre amitié pour le peuple malien.


CONSULAT GENERAL DU MALI 64, rue Pelleport F - 75020 PARIS
Téléphone: 01 48 07 85 85 Télécopie: 01 48 07 07 39 E-mail: contact @consulat-mali.fr
Bordeaux Consulat Honoraire Adr. : 29, allées des Chartes 33000 Bordeaux
Tél : 05.56.00.82.82 Fax : 05.56.81.51.76

Lyon Consulat honoraire Adr. : 8, rue du Professeur Grignard 69007 Lyon
Tél : 04.78.72.96.99 Fax : 04.72.72.96.99

Marseille Consulat Honoraire Adr. : 47, rue de la Paix - 13001 Marseille
Tél : 04.91.33.76.30 Fax : 04.91.54.19.91


COMMUNIQUE CIMADE-AME
RISQUE DE SIGNATURE IMMINENTE DE L'ACCORD DE GESTION CONCERTEE DES FLUX MIGRATOIRES ENTRE LA FRANCE ET LE MALI
Des informations concordantes à Paris indiquent qu'une délégation du ministère de l'Immigration se rendrait à Bamako le 7 janvier afin de finaliser l'accord de gestion concertée des flux migratoires entre la France et le Mali. La signature de cet accord, initialement prévue le 25 novembre à Paris, n'avait pu se concrétiser en raison d'une importante mobilisation de la société civile malienne.
Cet accord, tout comme les autres accords de ce type signés par la France, a pour objectif d'inciter les autorités maliennes à coopérer en matière de lutte contre l'immigration illégale, en facilitant la délivrance des laissez-passer qui permettent l'expulsion effective des maliens en situation irrégulière en France.
En échange, le gouvernement français promettrait des possibilités très limitées de migration légale et d'aide au développement qui figurent déjà, pour l'essentiel, dans les dispositifs de droit commun.
Le Mali étant un important pays de transit, il est à craindre que les clauses de réadmission contenues dans cet accord permettent également le renvoi au Mali de ressortissants de pays tiers.
L'Association Malienne des Expulsés (AME) et La Cimade estiment négative la signature de tels accords et espèrent que le gouvernement malien saura, une fois de plus, résister à ces pressions.
Les deux associations appellent la société civile en France et au Mali à se mobiliser pour faire respecter les droits fondamentaux des migrants et rejeter un tel accord auquel ni le Mali, ni les maliens n'ont intérêt. Les travailleurs migrants, qu'ils aient ou non des papiers, contribuent en effet à l'enrichissement du Mali comme de la France.
Tout le monde connaît la musique

« La noire vaut le tiers de la valeur de la blanche »

Stan 1000g
Petit Edit semble-t-il important :


[ L'état actuel des connaissances en génétique et en anthropologie physique a permis d'invalider le concept consistant à avancer le fait qu'il existe des sous-groupes dans l'espèce humaine ]
Bonjour,

Qu'il est difficile de porter les affres de certaines personnes... Monsieur Zemmour !!!
Je vous pensais un panier garni de culture... Il en manque Monsieur Zemmour, il en manque !!!

En attendant... pour l'être humain, seule race sur la grande bleue Blowing in the wind
Un personnage imbu de sa personne. Il s'écoute parler et forcément il dit des bêtises.
Un gars de télé à ne pas fréquenter.
DC
Par curiosité, j'ai voulu voir ce qui pouvait déchaîner ce forum. Notamment sur un sujet qui a priori ne fait pas débat.
et bah si ! y a débat ! sur le terme.
Super... je pense qu'ici personne ne voit des sous-hommes ou des surhommes. Le mot race est vraiment connoté négativement, autant ne pas l'utiliser, surtout quand il ne recouvre rien de précis.
Bon, amusez-vous bien !
Franchement, vivement que les extra-terrestres debarquent afin que nous puissions finalement cristaliser toutes nos peur sur autre chose que ce qui nous differencie les uns des autres ...


En plus ca donnera de bons sujets a traiter pour les medias
Sacré forum, avec des contributeurs de tous horizons..
Ça fait plus d'une heure que je le parcours, liens compris; il y a au moins une chose de sûre avec les forums d'@si: c'est qu'on ne s'ennuie pas dessus !
Mention spéciale au Farfadet.
J'espère que tu seras inscrit l'année prochaine (j'ai bien lu tes r"serves), pour le simple plaisir égoïste de pouvoir t'y relire.
Sinon, je viendrai te rendre visite sur ton site sur lequel je me suis inscrit, et pour lequel je redonne le lien ci-dessous.
La maison du Farfadet .
Bonne nuitée à tous.
Je suis persuadée qu'il connait l'histoire de l'esclavage, mais il n'en garde que ce qui l'intéresse, dans le but d'occulter le passé honteux de la France, surtout en ce qui concerne les noirs et les arabes.

Merci David F.
"C'était récemment dans une émission de Thierry Ardisson, avec en invité Elizabeth Lévy, Eric Zemmour, Diziz La Peste, Aude Lancelin...

Voir l'émission [Télécharger]

Extrait du script de l'émission (lesogres.org):

Eric Zemmour : "le discours du Vel d'Hiv a brisé le mythe du "résistantialisme" mais il a créé un autre mythe, celui de la France éternellement coupable ! Mais oui ! Aujourd'hui la France est coupable de la colonisation, Napoléon est coupable d'avoir rétabli l'esclavage."

A la question de Diziz La Peste : "mais c'est vrai ou c'est pas vrai qu'il a rétabli l'esclavage ?", Zemmour répond : Bien sûr qu'il a rétabli l'esclavage mais c'est pas Hitler !


Après tout c'est pas si grave que ça!!

Eric Zemmour : "En plus si on veut parler de l'esclavage des noirs, il faut tout dire : que l'esclavage a toujours été dans toutes les civilisations, que l'esclavage des noirs a été inventé par les noirs en Afrique ... Il faut dire qu'il a été porté par les arabes (protestations timides)...Il faut dire la vérité historique. Je vous offirai le livre de Pétré-Grenouilleau."

(protestations de Diziz La Peste et d'Aude Lancelin, approbation d'Elizabeth Lévy).

Zemmour encore et là il tombe dans le racisme pur et dur : "Il faut dire la vérité : l'esclavage a été inventé par les noirs en Afrique. C'est eux qui vendent les esclaves parce qu'ils n'ont aucune conscience de la fraternité noire, ça n'existe pas ça, premièrement ! Deuxièmement, c'est les arabes qui répandent les esclaves noirs dans..tout le monde entier !

Les protestations se font plus insistantes et Eric Zemmour dit avec arrogance et mépris : "si vous comprenez mal c'est pas de ma faute !"

Diziz commence à se facher, reprise en main de la discussion par Ardisson : "Diziz, même si c'est pas agréable à entendre, je ne pense pas qu'il dise des choses fausses !"

Mais F.O. Giesbert arrête tout : "La France passe son temps à occulter son passé !" (protestations de Zemmour..)


Sans commentaire

Diziz : Dans la société dans laquelle on vit, plus on monte, plus c'est tout blanc !

Zemmour l'interrompant : Mais c'est normal, c?est un pays blanc depuis 2000 ans !

Aude Lancelin vient au secours de Diziz qui bafouille tellement il est écoeuré.

Aude Lancelin : "Mais comment vous pouvez dire ça, quand des gens qui ont fait des années d'études se voient refuser à Paris un appartement en fonction de leur patronyme, ça existe ça !"

Devant un Diziz La Peste éberlué, Eric Zemmour balaye tout cela d'un revers de main et nous livre ses souffrances de pied-noir régulièrement insulté en confiant qu'il s'en est sorti grâce à des efforts considérables qu'il recommande à ceux qui se sentent victimes de discriminations.."

Je n'apprécie pas particulièrement le site "les ogres" mais cette conversation a réellement eu lieu avec ces mêmes propos !

Si après ça, Moon, vous n'êtes pas convaincue de la nullité de ce personnage, ce n'est même plus la peine d'en discuter avec vous, cela signifie que vous êtes de la même trempe que lui !
http://www.france5.fr/magazinesante/video.cfm?file=http://www.france5.fr/images/emissions/009588/74/magsante_20081211.asx

Pour ceux qui n'ont pas eu l'occasion de voir "Le Magazine de la Santé" hier : David ZAVAGLIA, docteur en biologie cellulaire, qui veut répondre aux "arguments" (???) de ZEMMOUR suite à son émission sur ARTE ; instructif !

passage video de 26'43 à 30'50

.(.............. mais pour ceux qui aime PENNAC ils peuvent voir le début de l'émission, un délice... j'adore PENNAC, un des premiers à avoir proposé que le "bouc émissaire" soit rémunéré : c'est Mr MALAUSSENE qui lui dit merci !!!! et tous les boucs émissaires de la planète devraient en faire autant !!!)

CCL : pauvre petit cerveau d'un Zemmour pour qui la meilleure place pour les femmes est à la maison pour élever les gamins !!! tragique !!
le voilà maintenant qui tente de théoriser sur les races !!! tragique bis !!
L'espèce homo sapiens à laquelle nous appartenons tous (asiatiques, blancs, noirs..) est née il y a 200 000 ans :
- 2000 vies de centenaires l'une au bout de l'autre. Un enfant naît, il vit 100 ans, à 100 ans il prend un nouveau né dans ses bras et ceci 2000 fois .
- 4000 vies de quinquagénaires

Arrivée de l'homme en Europe : 40000 ans
- 400 vies de centenaires l'une au bout de l'autre
- 800 vies de quinquagénaires

Début de notre ère :2000 ans
- 20 vies de centenaires l'une au bout de l'autre
- 40 vies de quinquagénaires

On est vraiment peu de choses.
Parce que je suis MDR
Page d'accueil d'orange actuellement:
http://www.orange.fr/


Eclaircie

Préfet issu de l'immigration dans le 93...

Madeleine
Ces débats à la con, sont le résultats de 25 ans de "droitdel'hommisme" qui n'ont fait que semer la confusion dans les esprits et totalement oublier les vrais droits des vrais gens.

Coluche ou Desproges ne pourraient plus s'exprimer librement aujourd'hui sans avoir des procès chaques fois qu'ils ouvriraient la bouche.

Les flics de la pensé veillent, persuadé du bien fondé de leur mission.
Oh là là..tous ces posts hargneux ,vengeurs ,méprisants pour contrer "Moon " , où est le rspect de l'autre et de ses opinions?
Que cette personne exprime son avis concernant les diversités physiologiques evidentes entre groupes humains , les races en raccourci , c'est bien son droit il me semble.
Et si " moon " exprimait ce que pense la majorité des Français , vous savez cette masse informe, dont je suis, qui n'a pas besoin de cette fange de plumitifs et braillards personnages qui s'arrogent le droit de savoir.
Merci à "Moon" de donner voix à notre silence.
Les histoires de race franchement c'est écoeurant!
Quand est ce que l'on marchera dans la rue main dans la main ( noir, blanc, arabe, chinois, indien, ou tout ce que vous voulez!)
faisons un peu preuve d'humanité! à ce propos ça me rappelle un court métrage assez bien reussit qui circule sur le web l'humaine vengeance
Je suis surpris de voir ce forum continuer à flamber en tournant toujours les deux ou trois mêmes questions, avec toujours la même personne qui s'obstine à rester sourd aux objectionfs qui lui sont faites.
Je suis heureux de voir que le farfadet a repris avec plus de talent que moi la méthode que j'avais tenté laborieusement de mettre en oeuvre. Le talent, toutefois, n'y fit rien ; puisque l'issue en fut la même (le renvoi au mépris personnel).
Mais ce qui m'étonne plus que tout est tout à la fois la persévérance de Moon et sa fixation absolue sur ces sujets. Moon n'a posté sur @si que sur les topics en rapport avec les questions de race, d'identité, de fachosphère et de 11 septembre. De ce qu'il songe (ou ne songe pas) d'une chaîne de TV d'opposition en ThaIlande, on ne saura rien. Par exemple.

Cette persévérance (qui demande du temps) et cette fixation (qui signale une idéologie) me font soupçonner que vous êtes là un peu pour ça. Savoir : porter votre bonne parole politique sur les fora du Net. Je ne dis pas que vous êtes en service commandé ; mais que cela, presque littéralement, vous ronge. Du point de vue du forum, on appelle ça un troll. Du point de vue psycho, on appelle ça comme ça.

Ouvrez la fenêtre, Moon.
je vais éviter de vous écrire une longue diatribe insipide et fade comme j'ai pu lire dans ce forum je me permets donc de mettre cet article sur les races,qui est a mon humble avis le plus pertinent sur la question


Des biologistes et des races


Les déclarations de J.-M. Le Pen sur l'inégalité des races et The Bell Curve de R.J. Herrnstein et C. Murray nous ont valu, de la part de grands biologistes et autres intellectuels, quelques considérations que l'on peut classer en deux groupes : I'un caractérisé par la réunion d'octobre 1996 au musée de l'Homme où F. Jacob et al. ont déclaré que la race était un « faux concept »(1), l'autre par l'article de N. Block dans La Recherche (2) , qui s'efforce de déficeler les arguments attribuant aux Noirs une intelligence héréditairement inférieure.

Tout d'abord, combattre le racisme en laissant entendre que les races n'existent pas est une ineptie. Tout un chacun sait d'expérience courante qu'il existe des Blancs, des Noirs, des Jaunes, et que l'on peut même faire quelques distinctions à l'intérieur de ces groupes ; et tout un chacun sait que ces groupes sont appelés « races ». L'existence même des métis, souvent utilisée pour conforter l'unicité de l'espèce humaine, implique la diversité de races. Sans races, pas de métis ; et sans possibilité de métissage, pas de races, mais des espèces différentes.

Les titres prestigieux des généticiens rassemblés au musée de l'Homme peuvent impressionner, et l'on trouvera bien présomptueux le modeste historien des sciences qui prétend que cet aréopage raconle des bêtises. L'historien a cependant le grand avantage d'avoir lu ce qu'ont écrit les illustres prédécesseurs de nos gloires actuelles. C'est une lecture souvent affligeante, mais un excellent remède contre le scientisme, et cela permet de décrypter les discours des scientifiques contemporains.

Si, sous l'influence de la génétique moléculaire, on laisse entendre que les races n'existent pas, c'est simplement parce que cette notion, taxonomique, n'a ni sens ni utilité dans cette discipline ; on ne risque donc pas de l'y trouver. Inversement, au début du siècle, biométriciens et généticiens des populations ont exalté les races et proclamé leur inégalité, simplement parce que c'était une notion-clé dans leurs théories. La génétique des populations était alors dominante et imposait ses vues ; aujourd'hui la génétique moléculaire l'a éclipsée, et c'est son discours qui prévaut (y compris en génétique des populations).

L'acceptation sociale de ces théories est un problème différent. En son temps, la thèse des généticiens des populations avait plus de chances d'être acceptée que n'en a aujourd'hui celle des généticiens moléculaires, pourtant mieux intentionnés, mais, hélas, pleins de contradictions. Qu'au musée de l'Homme nos scientifiques se soient faits les contempteurs du pangénétisme et que, dans le même élan, ils aient argué des gènes pour nier la diversité des races, voilà qui ne manque pas de piquant. Nous ne vivons pas dans un monde de gènes, mais dans un monde d'hommes, et celui-ci est irréductible à celui-là. Que la notion de race (ou d'espèce, de genre, etc.) ne se laisse pas saisir par la génétique moléculaire, c'est une chose ; qu'il y ait des races en taxonomie, en anthropologie, ou dans le monde humain où nous vivons, c'en est une autre ; et en ce domaine la vérité n'appartient pas au réductionnisme moléculaire.

Ce qui est en question dans le racisme, ce n'est pas la diversité des races humaines, c'est l'égalité des droits des individus, quelle que soit leur race. Il ne s'agit donc pas de nier les différences individuelles ou raciales par une quelconque pantalonnade génétique, mais de montrer que l'égalité des droits les transcende.

Prétendre combattre le racisme en affirmant, au nom de la génétique et contre le sens commun, que les races n'existent pas, c'est implicitement fonder l'égalité des droits sur la relative unicité génétique de l'espèce humaine. C'est-à-dire retourner la thèse raciste qui prétend fonder l'inégalité sur des différences anatomiques, et justifier ce retournement par un préjugé réductionniste voulant que les gènes aient une dignité supérieure à celles-ci (ce qui n'est vrai qu'en génétique, pas en anatomie ni dans les rapports sociaux, où la couleur de la peau importe plus que le gène de la mélanine). La fragilité du procédé est d'autant plus flagrante que les mêmes biologistes ont maintes fois fait l'éloge de la diversité génétique pour justifier le droit à la différence.

Dans les deux cas, unicité ou diversité génétique, c'est une absurdité. L'égalité des droits ne doit rien à la biologie, et l'opinion des généticiens sur la question n'a aucune importance ; elle a d'ailleurs été éminemment changeante, et il serait cruel de rappeler ce qu'ont écrit à ce sujet les grands maîtres de la discipline (notons simplement que Weismann, l'inventeur des principaux concepts de la génétique, était membre du Comité d'honneur de la Société allemande d'hygiène raciale).

Les biologistes parlent un peu plus juste quand ils affirment qu'il n'a jamais été possible (et ce n'est pas faute d'avoir cherché) de relier races et capacités intellectuelles, ni même d'attribuer une origine génétique à ces capacités. C'est effectivement ce dont il s'agit, de manière explicite, dans The Bell Curve et, de manière implicite, dans l'affirmation LePenesque de l'inégalité des races (les Noirs courent plus vite que les Blancs, donc ils ont un plus petit cerveau). Et, si une supposée inégalité intellectuelle est ainsi avancée, c'est pour promouvoir une inégalité de droits.

On peut cependant trouver quelque peu contournée la méthode employée par l'article de N. Block pour invalider ce racisme pseudo-biologique. Il est infiniment plus simple de souligner que la notion de quotient intellectuel n'a qu'un intérêt relatif. Certains tests permettent, à la rigueur, d'apprécier l'aptitude d'un individu à remplir une tâche déterminée, mais certainement pas de « mesurer son intelligence » (à supposer que cela ait un sens). Dans les tests généraux, questions et réponses représentent d'ailleurs deux choses différentes : les questions traduisent l'intelligence des concepteurs du test (ou l'idée qu'ils se font de l'intelligence), et les réponses quantifient la capacité qu'a le questionné à se plier aux fantasmes desdits concepteurs.

Une fois cela posé, on peut, si l'on a du temps à perdre, s'intéresser aux méthodes utilisées par la soi-disant « génétique des comportements ». Mais, il est, à mon avis, plus rapide et plus juste de voir les choses de la manière suivante. Premièrement, les approches statistiques ne valent pas tripette lorsqu'elles ne s'appuient pas sur un modèle physiologique Ñ ne serait-ce qu'esquissé . Dans la première moitié du siècle, elles démontraient, dur comme fer, I'inéluctable dégénérescence physique et intellectuelle de l'humanité, faute de sélection naturelle ; aujourd'hui, on note une réelle amélioration de la santé et de la durée de vie dans les pays où il n'y a plus de « sélection naturelle », et même Ñ selon N. Block et quoi que cela signifie Ñ une élévation générale du quotient intellectuel. Deuxièmement, l'hérédité scientifique ne dépasse guère la séquence primaire des protéines ; tout ce qui vient après, en physiologie et a fortiori en psychologie, est pratiquement une terra incognita où, malgré ses prétentions impérialistes, la génétique n'est qu'une demi-science (en étant généreux). La conclusion s'impose d'elle-même sur la valeur des démonstrations statistiques de l'hérédité de l'intelligence.

Ces démonstrations (et leur réfutation) sont d'ailleurs inutiles pour ce qui nous intéresse ici, car l'égalité des droits ne se fonde pas plus sur les capacités intellectuelles que sur la couleur de la peau ou le génome. En démocratie, les innombrables imbéciles ont les mêmes droits que les génies (au moins aussi nombreux), et peu importe que l'imbécillité et le génie soient dus à l'hérédité, à l'éducation ou à l'alcool.

Ceux qui s'en désolent pourront toujours méditer sur la nocivité respective des imbéciles et des demi-savants : dans la première moitié du siècle, et dans la louable intention d'améliorer l'humanité et son précieux patrimoine génétique Ñ dont les imbéciles se souciaient comme d'une guigne Ñ, c'est la fine fleur de la biologie qui crut bon de justifier « scientifiquement » la ségrégation des races « inférieures », et poussa de nombreux gouvernements à adopter les lois eugénistes grâce auxquelles furent stérilisés quelques centaines de milliers de malades, de délinquants, d'inconvenants et de pas rentables ; ce qui n'a évidemment eu aucun effet sur la santé et la moralité publiques, mais a inspiré à Hitler son programme politique (lequel, contrairement à une légende bien commode, doit beaucoup plus au panthéon de la biologie qu'au pauvre Gobineau, l'habituelle tête de Turc en la matière)(3).

Tout cela avait été enterré sous une bonne couche de molécularisme tartiné de grandes déclarations humanistes et bien pensantes, mais aujourd'hui les cadavres ressortent du placard, et le weismanno-darwinisme idéologique ressuscite : leurs vieux schémas prenant l'eau de toutes parts, généticiens et évolutionnistes sombrent dans la génétomanie et, comme par hasard, le biologisme refait surface à l'extrême droite où le racisme et l'eugénisme « scientifiques » retrouvent une nouvelle jeunesse.

Dans cette affaire, le dernier mot revient aux philosophes du droit. Comme ils gardent le silence et abandonnent le terrain aux biologistes (ce qu'il ne faut surtout pas faire), je tenterai, tant bien que mal, de me substituer à eux, en avançant que, si les qualités objectives (physiques et intellectuelles) des hommes peuvent être différentes, de manière héréditaire ou de manière acquise, cela n'atteint pas ces hommes dans leur être même, parce que lesdits hommes ne se réduisent pas à un ensemble de qualités objectives ; ce ne sont pas des objets, des « ressources humaines » dont on évalue la rentabilité ou la contribution au progrès. En cela, ils ne sont ni inégaux ni différents, ils sont incomparables. Et c'est parce qu'ils sont incomparables, qu'ils sont égaux, mais d'une égalité qui ne se fonde ni sur la mesure ni sur la comparaison : l'égalité en dignité, et en droits. Les critères biologiques n'ont ici aucun intérêt, les généticiens non plus (sauf à servir de faire valoir à des politiciens douteux, dans un ping-pong idéologique dont il ne peut rien sortir de bon).

André Pichot
je vais éviter de vous écrire une longue diatribe insipide et fade comme j'ai pu lire dans ce forum je me permets donc de mettre cet article sur les races,qui est a mon humble avis le plus pertinent sur la question


Des biologistes et des races


Les déclarations de J.-M. Le Pen sur l'inégalité des races et The Bell Curve de R.J. Herrnstein et C. Murray nous ont valu, de la part de grands biologistes et autres intellectuels, quelques considérations que l'on peut classer en deux groupes : I'un caractérisé par la réunion d'octobre 1996 au musée de l'Homme où F. Jacob et al. ont déclaré que la race était un « faux concept »(1), l'autre par l'article de N. Block dans La Recherche (2) , qui s'efforce de déficeler les arguments attribuant aux Noirs une intelligence héréditairement inférieure.

Tout d'abord, combattre le racisme en laissant entendre que les races n'existent pas est une ineptie. Tout un chacun sait d'expérience courante qu'il existe des Blancs, des Noirs, des Jaunes, et que l'on peut même faire quelques distinctions à l'intérieur de ces groupes ; et tout un chacun sait que ces groupes sont appelés « races ». L'existence même des métis, souvent utilisée pour conforter l'unicité de l'espèce humaine, implique la diversité de races. Sans races, pas de métis ; et sans possibilité de métissage, pas de races, mais des espèces différentes.

Les titres prestigieux des généticiens rassemblés au musée de l'Homme peuvent impressionner, et l'on trouvera bien présomptueux le modeste historien des sciences qui prétend que cet aréopage raconle des bêtises. L'historien a cependant le grand avantage d'avoir lu ce qu'ont écrit les illustres prédécesseurs de nos gloires actuelles. C'est une lecture souvent affligeante, mais un excellent remède contre le scientisme, et cela permet de décrypter les discours des scientifiques contemporains.

Si, sous l'influence de la génétique moléculaire, on laisse entendre que les races n'existent pas, c'est simplement parce que cette notion, taxonomique, n'a ni sens ni utilité dans cette discipline ; on ne risque donc pas de l'y trouver. Inversement, au début du siècle, biométriciens et généticiens des populations ont exalté les races et proclamé leur inégalité, simplement parce que c'était une notion-clé dans leurs théories. La génétique des populations était alors dominante et imposait ses vues ; aujourd'hui la génétique moléculaire l'a éclipsée, et c'est son discours qui prévaut (y compris en génétique des populations).

L'acceptation sociale de ces théories est un problème différent. En son temps, la thèse des généticiens des populations avait plus de chances d'être acceptée que n'en a aujourd'hui celle des généticiens moléculaires, pourtant mieux intentionnés, mais, hélas, pleins de contradictions. Qu'au musée de l'Homme nos scientifiques se soient faits les contempteurs du pangénétisme et que, dans le même élan, ils aient argué des gènes pour nier la diversité des races, voilà qui ne manque pas de piquant. Nous ne vivons pas dans un monde de gènes, mais dans un monde d'hommes, et celui-ci est irréductible à celui-là. Que la notion de race (ou d'espèce, de genre, etc.) ne se laisse pas saisir par la génétique moléculaire, c'est une chose ; qu'il y ait des races en taxonomie, en anthropologie, ou dans le monde humain où nous vivons, c'en est une autre ; et en ce domaine la vérité n'appartient pas au réductionnisme moléculaire.

Ce qui est en question dans le racisme, ce n'est pas la diversité des races humaines, c'est l'égalité des droits des individus, quelle que soit leur race. Il ne s'agit donc pas de nier les différences individuelles ou raciales par une quelconque pantalonnade génétique, mais de montrer que l'égalité des droits les transcende.

Prétendre combattre le racisme en affirmant, au nom de la génétique et contre le sens commun, que les races n'existent pas, c'est implicitement fonder l'égalité des droits sur la relative unicité génétique de l'espèce humaine. C'est-à-dire retourner la thèse raciste qui prétend fonder l'inégalité sur des différences anatomiques, et justifier ce retournement par un préjugé réductionniste voulant que les gènes aient une dignité supérieure à celles-ci (ce qui n'est vrai qu'en génétique, pas en anatomie ni dans les rapports sociaux, où la couleur de la peau importe plus que le gène de la mélanine). La fragilité du procédé est d'autant plus flagrante que les mêmes biologistes ont maintes fois fait l'éloge de la diversité génétique pour justifier le droit à la différence.

Dans les deux cas, unicité ou diversité génétique, c'est une absurdité. L'égalité des droits ne doit rien à la biologie, et l'opinion des généticiens sur la question n'a aucune importance ; elle a d'ailleurs été éminemment changeante, et il serait cruel de rappeler ce qu'ont écrit à ce sujet les grands maîtres de la discipline (notons simplement que Weismann, l'inventeur des principaux concepts de la génétique, était membre du Comité d'honneur de la Société allemande d'hygiène raciale).

Les biologistes parlent un peu plus juste quand ils affirment qu'il n'a jamais été possible (et ce n'est pas faute d'avoir cherché) de relier races et capacités intellectuelles, ni même d'attribuer une origine génétique à ces capacités. C'est effectivement ce dont il s'agit, de manière explicite, dans The Bell Curve et, de manière implicite, dans l'affirmation LePenesque de l'inégalité des races (les Noirs courent plus vite que les Blancs, donc ils ont un plus petit cerveau). Et, si une supposée inégalité intellectuelle est ainsi avancée, c'est pour promouvoir une inégalité de droits.

On peut cependant trouver quelque peu contournée la méthode employée par l'article de N. Block pour invalider ce racisme pseudo-biologique. Il est infiniment plus simple de souligner que la notion de quotient intellectuel n'a qu'un intérêt relatif. Certains tests permettent, à la rigueur, d'apprécier l'aptitude d'un individu à remplir une tâche déterminée, mais certainement pas de « mesurer son intelligence » (à supposer que cela ait un sens). Dans les tests généraux, questions et réponses représentent d'ailleurs deux choses différentes : les questions traduisent l'intelligence des concepteurs du test (ou l'idée qu'ils se font de l'intelligence), et les réponses quantifient la capacité qu'a le questionné à se plier aux fantasmes desdits concepteurs.

Une fois cela posé, on peut, si l'on a du temps à perdre, s'intéresser aux méthodes utilisées par la soi-disant « génétique des comportements ». Mais, il est, à mon avis, plus rapide et plus juste de voir les choses de la manière suivante. Premièrement, les approches statistiques ne valent pas tripette lorsqu'elles ne s'appuient pas sur un modèle physiologique Ñ ne serait-ce qu'esquissé . Dans la première moitié du siècle, elles démontraient, dur comme fer, I'inéluctable dégénérescence physique et intellectuelle de l'humanité, faute de sélection naturelle ; aujourd'hui, on note une réelle amélioration de la santé et de la durée de vie dans les pays où il n'y a plus de « sélection naturelle », et même Ñ selon N. Block et quoi que cela signifie Ñ une élévation générale du quotient intellectuel. Deuxièmement, l'hérédité scientifique ne dépasse guère la séquence primaire des protéines ; tout ce qui vient après, en physiologie et a fortiori en psychologie, est pratiquement une terra incognita où, malgré ses prétentions impérialistes, la génétique n'est qu'une demi-science (en étant généreux). La conclusion s'impose d'elle-même sur la valeur des démonstrations statistiques de l'hérédité de l'intelligence.

Ces démonstrations (et leur réfutation) sont d'ailleurs inutiles pour ce qui nous intéresse ici, car l'égalité des droits ne se fonde pas plus sur les capacités intellectuelles que sur la couleur de la peau ou le génome. En démocratie, les innombrables imbéciles ont les mêmes droits que les génies (au moins aussi nombreux), et peu importe que l'imbécillité et le génie soient dus à l'hérédité, à l'éducation ou à l'alcool.

Ceux qui s'en désolent pourront toujours méditer sur la nocivité respective des imbéciles et des demi-savants : dans la première moitié du siècle, et dans la louable intention d'améliorer l'humanité et son précieux patrimoine génétique Ñ dont les imbéciles se souciaient comme d'une guigne Ñ, c'est la fine fleur de la biologie qui crut bon de justifier « scientifiquement » la ségrégation des races « inférieures », et poussa de nombreux gouvernements à adopter les lois eugénistes grâce auxquelles furent stérilisés quelques centaines de milliers de malades, de délinquants, d'inconvenants et de pas rentables ; ce qui n'a évidemment eu aucun effet sur la santé et la moralité publiques, mais a inspiré à Hitler son programme politique (lequel, contrairement à une légende bien commode, doit beaucoup plus au panthéon de la biologie qu'au pauvre Gobineau, l'habituelle tête de Turc en la matière)(3).

Tout cela avait été enterré sous une bonne couche de molécularisme tartiné de grandes déclarations humanistes et bien pensantes, mais aujourd'hui les cadavres ressortent du placard, et le weismanno-darwinisme idéologique ressuscite : leurs vieux schémas prenant l'eau de toutes parts, généticiens et évolutionnistes sombrent dans la génétomanie et, comme par hasard, le biologisme refait surface à l'extrême droite où le racisme et l'eugénisme « scientifiques » retrouvent une nouvelle jeunesse.

Dans cette affaire, le dernier mot revient aux philosophes du droit. Comme ils gardent le silence et abandonnent le terrain aux biologistes (ce qu'il ne faut surtout pas faire), je tenterai, tant bien que mal, de me substituer à eux, en avançant que, si les qualités objectives (physiques et intellectuelles) des hommes peuvent être différentes, de manière héréditaire ou de manière acquise, cela n'atteint pas ces hommes dans leur être même, parce que lesdits hommes ne se réduisent pas à un ensemble de qualités objectives ; ce ne sont pas des objets, des « ressources humaines » dont on évalue la rentabilité ou la contribution au progrès. En cela, ils ne sont ni inégaux ni différents, ils sont incomparables. Et c'est parce qu'ils sont incomparables, qu'ils sont égaux, mais d'une égalité qui ne se fonde ni sur la mesure ni sur la comparaison : l'égalité en dignité, et en droits. Les critères biologiques n'ont ici aucun intérêt, les généticiens non plus (sauf à servir de faire valoir à des politiciens douteux, dans un ping-pong idéologique dont il ne peut rien sortir de bon).

André Pichot
"La critique d'un succès: «Petit Frère»
Zemmour dérape
Par Jacques Nerson

Alors que les fanatiques s'efforcent d'importer en France le conflit israélo-palestinien, Eric Zemmour leur apporte son aide avec un libelle plein de haine

Deux récits s'entrecroisent. D'une part, l'assassinat crapuleux de Simon Sitruk par son ami d'enfance et voisin de HLM Yazid Chadli. D'autre part, l'enquête menée par le narrateur, un juif de gauche chargé en haut lieu de dissimuler au public l'aspect antisémite de l'affaire.

Eric Zemmour1©Arnaud Février drsp.jpg
©Arnaud Février drsp
Eric Zemmour

L'histoire s'inspire de l'enlèvement en 2006 du malheureux Ilan Halimi, torturé trois semaines durant dans une cave de Bagneux, puis exécuté par le «gang des barbares» dirigé par le jeune black Youssouf Fofana. Quel but Zemmour poursuit-il en faisant de ce fait divers terrifiant le symbole du conflit judéo-arabe? Le but de ceux qui jettent de l'huile sur le feu: propager l'incendie. Il entend en effet démontrer que le pullulement des musulmans - islam et islamisme jetés dans le même sac - a eu raison de la France éternelle, et que les juifs français seraient bien avisés d'émigrer. La France? «Un pays d'Arabes et de Noirs. Des millions et des millions. Ils tirent la France vers le bas. Avec eux on devient un pays du tiers-monde. Les Français ont peur d'eux. Ils n'osent plus rien leur dire. Les Arabes nous égorgeront, nous les juifs, et les Français ne lèveront pas le petit doigt. Les Français, ils font avec les musulmans comme ils ont fait avec les Allemands. Tous des collabos. Tous des lâches.»



Il ne réserve pas ses flèches qu'aux Arabes: essayez d'inventorier les occurrences du mot «nègre» dans son roman... Il faut voir aussi comme il parle des femmes. Si cette pétasse de Clotilde «vaut mieux que ses cuisses courtes et ses gros nichons», c'est qu'elle raille les garçons trop attentifs à son plaisir pour être virils: «Mais putain, on veut de la bite, nous, de la bonne, de la bien grosse. Je ne suis pas une lesbienne, moi, je voudrais qu'il me baise comme une brute, qu'il me fasse mal, merde, qu'il me déchire.» A la fois poète et sexologue, le garçon! «Victimes et coupables» du sida, les homosexuels recoivent à leur tour leur paquet: «Dans toute société traditionnelle, fondée sur la pudeur et le secret, le respect de la vie et la peur de la mort, les "homos" auraient été stigmatisés et isolés, à l'instar des pestiférés de jadis.» Mais ceux qui excitent le plus son courroux sont les militants antiracistes, qui, pour avoir prôné le métissage culturel, ont du sang sur les mains.

L'auteur ne manquera pas de dire qu'il s'agit d'un roman, qu'il ne partage pas toutes les idées des héros. A d'autres! S'il les désapprouvait, il leur opposerait des arguments qui tiennent la route. Il ne faut pas être bien malin pour deviner de quel côté penche son cœur. Grand habitué des talk-shows, on peut compter sur lui pour vendre son livre. Un livre d'autant plus déplaisant qu'il est de style approximatif et n'a pas l'excuse du talent. Tremper sa plume dans la haine ne suffit pas à écrire comme Céline."
Des Races ? tiens quezaco ? on parle d'animaux ou d'être humain la ? si on parle d'être d'animaux pas de probleme ca ne me gène pas, mais parler de race pour les Etres humains ... on est ou la ? en quelle année ? 1939 ?

Voila ce que j'en pense et celui qui me dit le contraire il peut penser ce qu'il veut mais pour moi il ne doit pas penser au million de mort qui se sont battu pour qu'on soit dans un état de droit ( un minimum appliqué ) :

La Constitution - Déclaration des Droits de l'Homme et du citoyen de 1789

Les Représentants du Peuple Français, constitués en Assemblée Nationale, considérant que l'ignorance, l'oubli ou le mépris des droits de l'Homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des Gouvernements, ont résolu d'exposer, dans une Déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de l'Homme, afin que cette Déclaration, constamment présente à tous les Membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs ; afin que leurs actes du pouvoir législatif, et ceux du pouvoir exécutif, pouvant être à chaque instant comparés avec le but de toute institution politique, en soient plus respectés ; afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution et au bonheur de tous.

En conséquence, l'Assemblée Nationale reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l'Etre suprême, les droits suivants de l'Homme et du Citoyen.

Art. 1er.

Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune.


Point barre
Entre ici Éric Zemmour!
icone des tags Eric Zemmour, tv mag, (avoir le) melon, cigare, explosion de foufoune, Grosse tête
Avatar
Posteur invité par la rédaction du Post Par birenbaum
le 07/12/2008, vu 10774 fois, 360 nombre de réactions
Post vu en Une

Hier, Éric Zemmour, donnait une interview à TV-Mag. Les pervers - j'en connais par ici - se taperont l'intégralité de sa prose en suivant le lien.

Pour les autres, je me suis contenté d'en tirer le meilleur. À savoir un petit bout (pas de mauvais esprit merci...) de la toute dernière réponse de Zemmour.

C'est qu'il s'agit probablement du "truc" qui m'aura fait le plus rire ces vingt-cinq dernières années.

C'est bien simple, depuis que j'ai découvert cette réponse de Zemmour, je ne peux plus m'arrêter de me marrer. J'en pleure même !

Vous allez voir, c'est quelque chose de plus puissant encore que du Alain Delon faisant du Alain Delon, dans ses meilleurs jours. Et encore, Delon quand il fait du Delon, c'est quand même Delon. Tandis que Zemmour. C'est juste Zemmour... Et même pas Van Damme.

Voilà, le journaliste qui l'interviewe, Patrice Gascoin - que l'on le félicitera au passage d'avoir soigneusement pris soin de ne poser aucune question à Zemmour concernant ses propos débiles sur les races... - se lance :

Qui réussira à vous faire taire ?

FORMIDABLE question non ?

Et là tenez-vous bien.

Ça va être énorme.

Mais attention...

Ça va aller très vite...

Vous n'allez pas le voir venir...

Il n'y aura pas de ralenti...

On n'a pas les moyens sur Le Post...

Mais ça va vous scotcher...

Pour le reste de votre week-end...

À vos marques...

Prêts...

Partez...

Pan...



"Je me tairais volontiers devant Flaubert, Hugo ou Bonaparte... "



Ça va ? Personne n'a collapsé ?

Ah si... Quand même, j'en vois deux ou trois là au fond, qui ont craché leurs tartines dans les draps. Désolé...

Oh pardon mademoiselle. Je vous avais pourtant prévenue que c'était du lourd.

Il va falloir me changer cette liquette là... Parce que le café renversé ça ne pardonne pas.

Voilà.

C'était Éric Zemmour.

Maintenant vous pouvez tous vous recoucher jusqu'à lundi matin.
Voici une vidéo comparant les propos d'Eric Zemmour et d'Alain Soral (conseiller de Le Pen, ancien militant communiste, il est celui qui a œuvré au rapprochement Dieudonné/Le Pen) :

http://www.dailymotion.com/video/x6kaaj_zemmour-soral-mme-combat_news
[large]
Viendrait-il à l'idée de Ruquier, Naulleau, Dommenach, de débattre avec Soral ? Le Figaro, France 2, I Télé et France O engageraient-ils Soral comme chroniqueur ?
[/large]
PS : Pour pousser la comparaison plus loin, il convient de jeter un œil sur les ouvrages des 2 lascars : "Vers la féminisation" de Soral et "Premier Sexe" de Zemmour. C'est quasiment du "copié-collé" !
Selon Arte, certains Européen de race blance seraient immunisés contre le sida :

vite les biologistes et généticiens asinautes, une explication !

http://www.dailymotion.com/video/x7m9p6_les-europens-de-race-blanche-moins_news
[large]Cespedes a reconnu l'existence des races !!![/large]


http://www.dailymotion.com/video/k4TAq5Xbpe11pwR7Fj
Aux ONG
Aux signataires de la pétition contre la directive de la Honte
Aux ONG du sommet citoyen «des ponts pas des murs»
Aux syndicats, Eglises ou personnes refusant la «directive de la Honte»

Paris, le 4 décembre 2008

Message et action urgente :
Il est encore temps de bloquer l'adoption de la directive de la honte !

CherEs amiEs,

Nous venons d'apprendre incidemment que la directive retour - la directive de la honte sur la rétention et l'expulsion des sans-papiers en Europe - est proposée à l'adoption formelle du Conseil des ministres de l'Union européenne lors d'une prochaine réunion le 8 ou le 9 décembre.

Cette procédure, en catimini, ne serait plus qu'une simple «formalité».

L'adoption serait prévue :
- soit lors du Conseil des ministres «environnement» présidé par M. Borloo. Etrange conception de l'écologie que d'y inclure l'expulsion des sans-papiers !
- soit lors du Conseil des ministres «transports» présidé par M. Bussereau. Démonstration de la volonté de développer les expulsions collectives par charters ?
- soit lors du Conseil des ministres «affaires générales» présidé par M. Kouchner. Les Etats partenaires de l'Union européenne, en Afrique comme en Amérique latine apprécieront.

Nous vous demandons à tous de vous mobiliser en urgence pour interpeller vos élus et gouvernements respectifs afin que la Présidence française de l'Union européenne renonce à ce projet d'adoption (report de l'ordre du jour et abandon du projet de directive).

MERCI de diffuser en urgence ce message et le communiqué ci-dessous à tous vos réseaux !

> Communiqué de presse
> Press release

Les initiateurs de la campagne contre la directive de la honte :

Anafé, APDHA, Arci, ATFM, La Cimade, Gisti, IPAM, LDH-Belgique, Migreurop, Statewatch
@ mon nombril ! (même si je vous choque... je ne sais pas)

Chaque race correspond à un élément :

Noir : eau
jaune : terre
Blanc : air
Rouge feu

Comprendront certains...

Le tout est l'unité... comprennent qui veulent !

VIVE la vie sur la planète TERRE !

A quand les vrais débats ?

Madeleine
Et une pièce accablante de plus pour le nain pensant

Par un témoin oculaire des dessous de l'émission, ce qui explique le montage final par Arte dénoncé par Cespedes sur son blog

Monsieur Zemmour était "en famille" !
Bellaciao, mercredi 3 décembre 2008

"Ce qui me scandalise, ce sont deux bises significatives : celles échangées entre la production et Éric Zemmour. Deux bises et un tutoiement. Oui, M. Zemmour était "en famille" ! Il est l’ami personnel de MM. Pécheux et Lancellotti (qui a maintes fois travaillé avec lui, et qui a commis le montage).
On nous avait d’abord dit que l’émission devait duré 1h, donc quasiment "dans les contions du direct". Cela dura 1h40. Pourquoi ce changement soudain en cours de route ?"

(lire la suite)

Ou comment le "De la télévision" de Bourdieu est d'une terrible actualité...

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

même si telle ou telle association de couleur de cheveux avec tel type de couleur de peau est plus répandue qu'une autre, j'ai du mal à voir l'intérêt de décrire des personnes en parlant de races alors qu'il existe une chance non négligeable que cela nous renseigne plutôt mal ?

car évidemment il y a des personnes qui ont la peau noire et les yeux bleus ou des personnes qui ont la peau noire et des cheveux blonds, je vous apprends quelque chose en disant ca ?
Ce philosophe de pacotille que l'on a pu voir à cette émission ne connaît rien au sujet du racisme, ce qui n'est pas le cas de Zemmour qui a parfois des idées un peu misogyne, mais qui est au point sur l'immigration, le racisme, les préjugés. Je vous conseille à tous de lire : "La force du préjugé" de Taguieff, livre que Zemmour a certainement lu et qui vous éclairera un peu plus sur le message de Zemmour qui est trop complexe pour être expliqué sur un plateau de télévision.

La rédaction d'@si ferait bien de le lire aussi.
@ Moon ,
Votre argumentaire me satisfait .
Vos détracteurs et contradicteurs sont d'une hargne remarquable, ancrés qu'ils sont dans leurs certtitudes à défendre l'indéfendable.
Comme tout a déjà été dit ici :

"Rions un peu avec Eric Zemmour"
Bellaciao, vendredi 28 novembre 2008

Ne voit pas la nécessité de fatiguer ses petits doigts, plus avant. Ah si, une chose : ne ratez surtout pas l'intégralité de l'émission publiée par Arte (en lien dans l'article) à la demande de Cespedes, car des énormités ce fut loin d'être la pire qui fut proférée sur ce plateau.
Pitoyable néanmoins qu'une émission qui démarre sous le signe de l'intelligence avec des distinctions entre mélange/métissage, vie et logique marchande, se résume à un débat sur les propos les plus niais proférés dans cette émission, enfin bref, on en est là...
Zemmour se trompe parce qu'il ne ne comprend pas la différence entre une espèce et une race

Je rappelle aussi qu'un dictionnaire ou une encyclopédie n'a absolument pas pour but de dire "telle définition est la vraie définition", au contraire leur but est de permettre à tout un chacun de comprendre le sens des propos des autres et pour cela les dictionnaires et encyclopédies recensent les différents sens qui sont donnés à tels ou tels mots sans porter le moindre jugement

C'est le cas ici pour le mot "race", les dictionnaires et encyclopédies recensent l'utilisation de ce mot tel que l'utilise Zemmour parceque plein de gens utilisent ce mot en lui donnant ce sens

Cela n'empêche absolument en rien que le sens que ces gens lui donnent est totalement inaproprié dès lors qu'ils parlent des êtres humains.

La raison à cela est que la science, je parle ici des théories de l'évolution et de la génétique, a établit sans la moindre contestation possible qu'il n'existe qu'une seule race d'êtres humains.

D'abord la théorie de l'évolution démontre que tous les êtres vivants possèdent forcément un ancêtre commun qui les relie. Mais les êtres vivants se déclinent en différentes espèces et en différentes races.

Qu'est ce qu'une espèce d'un point de vue scientifique ?

Une espèce est un groupe d'individus qui ont pour particularité de pouvoir se reproduire entre eux.

Ainsi tous les êtres humains pouvant se reproduire entre eux, ils font tous parti de la même espèce.
Par contre, un chimpanzé, malgré le fait qu'il partage 99% de notre code génétique, ne pouvant pas se reproduire avec un être humain, il fait partie d'une espèce différente.
Les chiens aussi forment tous une seule et même espèce. Le loup pouvant se reproduire avec les chiens il fait partie de la même espèce.

Voilà pour les exemples.

Une race par contre est un sous-groupe d'individus à l'intérieur d'une même espèce qui ne se reproduisent qu'entre eux et pas avec les autres individus de la même espèce.
En clair une race est une lignée.

Ainsi l'existence de deux races à l'intérieur de l'ensemble que constitue une même espèce est souvent due principalement à leur isolement territorial, les deux sous-groupe étant isolés l'un de l'autre, ils ne peuvent pas se rencontrer, ils ne se reproduisent qu'entre eux et évoluent indépendamment les uns des autres, chacun dans leur coin du globe, ils forment des lignées différentes et indépendantes.
Il peut y avoir d'autres raisons, comme par exemple la chaine alimentaire pour les animaux carnivores, qui peuvent très bien se nourrir d'individus de la même espèce qu'eux mais qui forment une autre race, résultat ils se combattent mais ne se reproduisent jamais entre eux alors qu'ils le pourraient.
Et il y a évidemment l'intervention humaine par exemple quand on parle des animaux domestiques. Certaines races d'animaux n'existent que parce qu'elles sont la création de l'homme qui pour des raisons esthétiques ou autres interdit aux individus qui la compose de se reproduire avec tels ou tels animaux d'une autre race, ils créent / préservent ainsi artificiellement des lignées d'animaux.
C'est le cas par exemple des chiens, des chats ou des chevaux. L'homme voulant conserver leur aspect extérieur ( comme par exemple pour les chats siamois ) ou certaines de leurs propriétés / talents ( par exemple pour les chevaux de course ) il fait bien attention à ne les faire se reproduire qu'entre individus choisis et ayant les mêmes propriétés ou les propriétés qui les intéresse.

Concernant les êtres humains, les noirs se reproduisant avec les blancs, ou d'une manière générale tous les êtres humains se reproduisant avec tous les êtres humains peu importe leur couleur de peau leurs origines ou les différents caractères extérieurs qui les différencient, et ce, depuis que le monde est monde, il n'existe actuellement qu'une seule lignée humaine, il n'existe qu'une seule race.

Et par exemple si on prend un noir et deux blancs, il se peut très bien que génétiquement parlant ou par rapport au nombre de générations qui les sépare de leur ancêtre commun, un noir et un blanc soient plus proches, qu'un blanc avec un autre blanc.
On peut remarquer la même chose concernant des individus de nationalités différentes ou de même nationalités.
Il n'existe absolument aucun caractère extérieur, aucune propriété génétique, qui permette d'identifier des lignées différentes, on ne compose qu'une seule et même lignée imbriquée dans tous les sens présentant des individus différents dans tous les sens.
Et cela évoluera encore plus dans ce sens du fait de la mondialisation et de la facilité beaucoup plus importante des êtres humains pour se déplacer et se mélanger.

Donc il n'existe qu'une seule et unique race d'êtres humains, et tous les êtres humains forment une seule et même espèce.

Il a existé pendant un moment une race différente d'être humains qui a coexisté indépendamment avec la nôtre, qui avait pour propriété d'être végétarienne, mais elle s'est éteinte, seule notre race, dont la particularité est d'être omnivore, a survécu.

Par conséquent la définition du mot "race" au sens que l'utilise Zemmour est totalement inapropriée et contribue malheureusement à véhiculer une certaine ignorance de toutes ces découvertes scientifiques. Et il est dangereux de véhiculer cette ignorance quand on sait que c'est de cette ignorance que se nourrit le racisme.
Chers amis internautes, si charmants, si délicats, si mesurés, je vous propose une large pétition pour que l’Académie Française supprime avec éclat de son dictionnaire le mot « race », puisque c’est en son nom que Hitler a fait assassiner des millions de gens. Je propose aussi que soient rayés du dictionnaire les mots « religion » - coupable de la Saint-Barthélemy -, « nation » - responsable des guerres de la Révolution et de l’Empire -, « égalité » et « communisme », pas modestes en massacres. On ne dira plus « personne de race noire », mais « personne riche en mélanine », « homme de race blanche » sera remplacé par « personne pauvre en mélanine ». La seule utilisation de ce mot honni sera autorisée pour « race humaine », qu’on appelait autrefois « espèce humaine ». On savait que l’espèce humaine était unique depuis Adam et sa côte, tandis que les Évangiles avaient remis le couvert universaliste : « Il n’y aura plus de Juifs, il n’y aura plus de Romains. »
Cela ne suffit pas. On inversera donc le sens des mots espèce et race. Ceux qui persisteront a défendre la hiérarchie des races seront des « espécistes ». Par exception, l’usage du mot race sera autorisé pour glorifier le président Obama, que son nom soit sanctifié.
Patrick Lozès, président du CRAN (Conseil représentatif des associations noires), a déclaré : « Obama est notre Président », ce qui prouve que la solidarité raciale - pardon, espéciale - est supérieure, à ses yeux énamourés, a la solidarité nationale. Imaginons un odieux président du CRAB (Conseil représentatif des associations blanches) qui déclarerait « Poutine est notre Président ». SOS Racisme deviendra SOS Espécisme. Jean Baudrillard avait relevé qu’il existait SOS Baleines et SOS Racisme : les premiers voulaient sauver les baleines ; et les seconds, les racistes.
Hitler fondait sa politique criminelle de hiérarchie des races sur des travaux scientifiques qui avaient classé, distingué, hiérarchisé les formes de crânes, de nez… Aujourd’hui, on nie l’existence des races en se fondant sur des travaux scientifiques qui attestent que les êtres humains ont en commun 99 % de leur ADN, mais qui redécouvrent des « types biologiques » ressemblant furieusement aux races d’antan. A chaque fois, on fonde un projet politique sur une science qui évolue sans cesse. Laissons les scientifiques dans leurs laboratoires. La race pure était le projet délirant de Hitler : la religion du métissage est le Graal de notre époque. Mais métisser quoi… des races? Quelle horreur! Des espèces, voyons! Amis internautes, précipitez-vous pour voir Les Précieuses Ridicules de Molière. Vous adorerez.
Zemmour est le roi du "brisage de tabou" sélectif (ce n'est d'ailleurs pas le seul) ! Il y a peu, je l'ai entendu énoncer une vérité sur les théoriciens et idéologues du néo-conservatisme américain. Pour Zemmour, ce serait pour la plupart d'anciens militants gauchistes des années 60, des "soixante-huitards" made in USA en somme. Et sur ce point, c'est plutôt avéré, Zemmour a raison. Sauf que lorsqu'on parle, avec l'air de jeter un pavé dans la mare des "gauchistes" d'aujourd'hui (et ça fait du monde dans l'esprit de Zemmour !), de la jeunesse gauchiste des néo-cons américains, il faut aller jusqu'au bout ! Et ça, Zemmour s'est bien gardé de le faire sur ce sujet réellement casse-gueule ! A mon avis, il y a un pas qu'il n'avait pas envie de franchir !
Bien sûr, on chante les louanges d'Eric Zemmour sur le site d'Elisabeth Lévy, dont les forums sont devenus les lieux de rencontres favoris des nationalistes puants et des sionistes haineux, qui pensent s'unir dans une grande croisade contre les islamo-bamboulas qui mettent en péril notre douce France et Eretz Israël, sous la bienveillance des bobos gauchistes droitdlhommistes islamophiles, antisémites et ethno-masochistes.

http://www.causeur.fr/la-race-des-zemmour,1371
la preuve que le consensus scientifique sur la race est un mythe :

http://cozop.com/olivier_dubois_agoravox/au_dela_de_la_couleur_de_peau
Moon,

pourriez-vous, s'il vous plaît,

1° lire ceci : se débonder avec Zemmour
2° me dire ce que vous en pensez

Merci par avance.

PS : je vous aide :
1° tout est-il cohérent dans cet article ?
2° qu'est-ce qui importe dans Zemmour : son propos ou ce qu'on en fait ?
C'est désespérant de voir qu'on peut écrire autant de sottises sur du vent; et quand je vois avec quelle ardeur la police de la bien-pensance et ses laquais s'attachent à vouloir faire de Zemmour un disciple du comte de Gobineau, la seule conclusion à laquelle j'arrive c'est que la névrose qu'entraine le mot "race" (ou tout mot qui serait plus politiquement correct...pour finalement dire la même chose) chez eux montre qu'ils prêtent apparemment beaucoup plus d'intérêt à cela que la cible de leurs courroux...

Histoire d'en finir avec ce fil ridicule je vous conseille de visionner l'hebdo de France Ô daté du 22 novembre 2008, que vous pouvez trouver sur dailymotion -> http://www.dailymotion.com/video/x7hk7s_ihebdo1sur3-du-22-novembre-2008_news

Si après cela vous pensez qu'Eric Zemmour est un néo-nazi porteur d'idées racialistes: soit vous ne comprenez pas le français, soit vous faites une projection à partir de votre névrose et dans ce cas au lieu de satisfaire votre bonne conscience à coup de logorrhées anti-racistes, il faudrait peut-être penser à faire une petite introspection...
Juste un petit message pour dire que le sujet m'intéresse et que je n'aime pas le personnage.
Un commentaire, un vote contre ce clown réac'.
nous ne sommes finalement qu´une subdivision de la grande race des singes ))
En gros, il y a deux polémiques qui ne sont pas complètement disjointes :
1) le mot race indépendamment de la personne qui l'utilise
2) le mot race utilisé par Zemmour.

Concernant, le mot "race", il y a des polémiques mais parfois au fond les polémiqueurs ne sont pas si en opposition que ça, sauf que leurs sujets de préoccupation sont différents.
Je cite deux exemples EXTRÊMES suivants pour tenter d'illustrer cela :

A) Dans la famille A, les parents bien diplômés (chercheurs ?) disent à leurs enfants : il n'y a pas de races, il n'y a que des gens de couleur de peau différente; évidemment ceux de notre couleur de peau sont meilleurs, les "cons" se trouvent parmi les autres.

B) Dans la famille B, les parents probablement peu diplômés disent à leurs enfants : il y a la race des Blancs, race des Noirs, race des Jaunes ; évidemment toutes ces races ont des "cons", il n'y a pas une race qui est supérieure aux autres.

(De grâce, ne nous entraînons pas dans une polémique sur qu'est ce qu'un "con", peut-il y avoir des "cons" ... etc ... en gros, chacun de nous comprend un peu cette description de situations extrêmes de ces 2 familles)

1) On ne peut dire pas que la famille A est raciste : ils disent même explicitement qu'il n'y a pas de races !!
2) Peut-on dire que la famille B est raciste ? Peut-être ? En tout cas je suis du côté de la famille B.

C'est là qu'on peut voir qu'il y a deux types de préoccuppation différents (mais pas forcément exclusifs) : ceux dont l'objectif principal est de donner du non-sens à un mot utilisé par beaucoup de gens (majorité ou pas, je n'en sais rien) et ceux qui prennent acte de l'utilisation effective de ce mot par les gens mais cherchent surtout à combattre la hiérarchisation entre les êtres humains.

(Remarque : c'est un peu marrant, j'ai cru comprendre que certains disent en gros que les races c'est pour les animaux, les hommes, eux, n'ont pas de races. On peut donc en déduire que seuls les animaux peuvent être racistes pas les hommes. Je n'ai jamais entendu parler d'animaux racistes mais j'ai déjà entendu parler d'hommes (ou de femmes) racistes : probablement ceux qui parlent ainsi ne sont-ils pas suffisamment diplômés ?)
"Je suis différent de vous parceque je suis noir"

http://www.youtube.com/watch?v=C7d8Ji_WG3Q

a noter que cette personne veut reformer la constitution francaise pour que l'Etat reconnaisse les communautés, bref c'est le contraire de Zemmour
L'émission d'arte sur le métissage a été diffusée dans sa totalité suite a la polémique, avec les morceaux coupés au montage

http://www.arte.tv/fr/accueil/Comprendre-le-monde/paris-berlin/paris-berlin/-Demain-tous-metis-/2324634.html

Contrairement a ce qu'a répété ici l'ami "Nonosse", Zemmour s'est catégoriquement refusé, et ce malgré l'insistance pesante de la présentatrice, a associer la race et la citoyenneté française.

Son discours assimilationiste est l'inverse du racisme.
...pas le jean
en l'écoutant sur France inter je me disais que les mythes sont de grands navires qui ont emmenés toutes sortes d'Hommes à travers les siècles et les continents, et me confirmaient que nous ne sommes "que" des porteurs dhistoire(s) et de culture(s).
Et que ceux qui réduisent l'humanité à des sub divisions sont de bien piètres hériters qui gaspillent de façon éhontée ce que nous ont légués nos ancêtres
que je fais en sorte qu'aucun fonctionnaire ne puisse me mettre dans son petit fichier en cochant là et puis là. Définitivement, je ne fais partie d'aucune race, sinon l'espèce humaine.
quelle perte de temps et d'énergie passe-t-on à en douter.
D'après Wiki, la race est une sous-espèce définit par des critères subjectifs. Je pense que tous bons sociologues essayant de comprendre le racisme, utilise le catégorie "race blanche", "race noire", etc... Cependant, il est évident que les sociologues n'y verront pas de référence à des qualités propres aux blancs et noirs, mais uniquement un moyen de rendre compte des différences relationnelles entre les individus. Bref, juste un code pour mieux y voir dans les possibles différences de comportements selon que se rencontrent des "races" différentes et semblables, dans les milieu où celles-ci ont une importance, même subjectives et irrationnelles.

Je ne pense pas que Zemmour soit à l'ouest au point de ne pas savoir ce qu'est une réflexion portant sur la chose qui est entre nous tous, et une réflexion qui porterait la marque de sa relation à la chose. Bref, je doute qu'il y est un contenu raciste dans ces déclarations. Je doute aussi que les bloggeurs cités dans l'article soit de grands philosophes, capable d'analyser les paroles d'autrui pour en saisir l'altérité et la philosophie qui va avec. On oublie trop souvent que penser est un travail !

Par contre, il me semble évident que Zemmour ne supporte pas les associations qui veulent imposer leurs idées par le droit et supprimer le débat d'idées. N'oublions pas que le fascisme est une pensée qui se présente comme rationnelle, et qui s'impose en réalité par des moyens politiques, policiers, etc... Les associations anti-raciste commencent par la fin et veulent imposer leurs pensées par le droit et l'absence de dialogue au sujet d'un éventuel phénomène lié au race.

Parler de races blanches ou noires, c'est ouvrir la porte à un débat sur la possibilité d'un racisme naturel, dont ne veulent pas entendre parler les anti-racistes. Or, par expérience personnelle, je peux dire que la première fois que j'ai vu un homme adulte noir, lorsque j'étais enfant, fut une surprise et que cela me paraissait bizarre ! Évidemment, mes parents m'avaient éduqué en conséquence et cela n'entraina aucune conséquence sur ma manière de penser. Cependant, j'imagine parfaitement que ce bizarre, chez des personnes culturellement mois bien préparées, puissent faire l'objet d'une récupération par leur psychisme, ou par la politique : "oui, tu as raison, ils sont vraiment bizarres. Je vais t'expliquer pourquoi..."

Bref, durant une expérience, un physicien ne dirait pas à un particule : "Ce n'est pas ça qui est est normal, veux tu tourner à droite et non à gauche !" Un anti-raciste le ferait.
Voici une autre manière intéressante de traiter cette information dans cet article qui pose de jolies questions :

Zemmour et les races, un dérapage et pas mal de questions

My opinion (pour ceux que ça intéresse évidemment ;-) !) :

Généralités sur le personnage :

J'aime beaucoup Zemmour. Non parce que j'adhèrerais à tous ses propos (ça reste un type de droite, quand même ! ;-)), mais parce qu'il a tendance à briser les tabous de notre société muselée. Et ce, bien souvent avec "intelligence" ("intelligence" ici, n'est pas synonyme de "justesse") !

En revanche, ses conclusions (exemples : "retour aux valeurs d'antan", "Gaullisme", "Race blanche, race noire, race juive", etc.) sont trés souvent peu logiques à mon goût... pour ne pas dire totalement stupides ;-) ... dommage !

Sur ce cas présisément :

Il est un fait scientifique qu'on nous a toujours appris à l'école : Le terme de "race" chez l'être humain n'est pas prononçable ! On parle alors plus justement d'ethnies, d'origines, etc.. Point ! Sur cette conclusion encore, Zemmour se trompe donc ("tromper" au sens où il souffle contre le vent de la majorité des experts sur la question) !

En revanche lorsqu'il dit ceci : "A la sacralisation des races de la période nazie précédente a succédé la négation des races !", j'adore !! Des propos, certes ultra-provocateurs, mais tellement vrais ! Traduction plus judicieuse : Si hier on hiérarchisait les différences (hommes>femmes, blancs>noirs, blonds>juifs, etc.), aujourd'hui on veut nous les faire renier totalement ! N'est-ce pas là une autre forme de fascisme ?

Mais merde à la fin ! Quoi de plus beau que nos différences !? Quoi de plus beau qu'une femme à mes yeux d'homme ?! Quoi de plus magnifique que des chants corses, une zik trad bretonne, du Chopin, du yiddish, des chants sacrés d'orient, du Brassens, du Brel, du Wong Kar Waï, du Clint, du Bonga, etc. ?! Quoi de plus sublime qu'un homme transformé en femme et "inversement proportionnel" comme qui dirait ?!

Bref, vive la diversité ! Les différences inexorablement existent, et elles sont belles ! C'est tout et c'est tout ce qu'on devrait nous apprendre à l'école ! Si nous sommes évidemment tous égaux en droit et en devoir, nous sommes (scientifiquement) inégaux en chromosomes, en pensée, en histoire, en couleur de peau, en goût, etc. !

Anne Jacqueline dans son article (trés intéressant) nous pond ceci :
[quote=Anne Jacqueline] Il [Zemmour] maintient ses propos, tout en affirmant par ailleurs qu'il ne fait pas de hiérarchisation. Hypocrisie ou illusion? Lorsque l'on introduit une différence, on introduit toujours de l'inégalité.

Oui ! Mais "inégalité" n'implique pas en soi "hierarchisation" ! S'il est donc question de fustiger (justement) Zemmour parce que ses mots (clairement choisis) vont à l'encontre de leurs significations véritables, il ne faudrait pas que ses détracteurs fassent de même !

Ainsi, le véritable débat est encore détourné ! On s'arrête sur la forme sans en gratter le fond. Et si c'est clairement aussi de la faute de Zemmour, dont le choix des mots est aussi peu judicieux qu'il est douteux, ses détracteurs n'en sont pas moins complices !
Et pendant ce temps là les deux incarnations du fascisme contemporain de notre société opère :
- le FN et le clan Soral avec leur nationnalisme stupide, et
- les BHL/Val accompagnés d'associations type SOS Racisme qui attaquent à tout va nos bons provocateurs humoristes (Guillon, Siné, etc.) ainsi que de belles associations comme Kourtrajmé (boite de prod' de court-métrages proches des banlieues ayant aussi produit le trés mal compris court-métrage/Clip de Justice réalisé pas Romain Gavras) !

Sniiif !
Une "riveraine" de Rue 89, soulève en ces termes, une question intéressante sur la personne de Zemmour :

"Pourquoi n'y-a-t-il pas d'interrogation sur celui qui parle? N'aurait-il pas, lui-même, quelque problème identitaire pour décréter ainsi qu'il est de "race blanche"? N'y-a-t-il pas une époque où cette identité lui aurait été déniée, compte-tenu de ses origines (Eric Zemmour est issu d'une famille de juifs berbères) ?

En s'affirmant de "race blanche", Zemmour semble bien s'être pris à son propre piège, car parmi tous ceux qui adhérent, comme lui, au concept de race, se trouvent un certain nombre de "puristes" suprématistes, pour lesquels il restera toujours un "métèque".
Ce qui est fascinant, chez Eric Zemmour, c'est qu'il arrive à se convaincre qu'il est "politiquement incorrect" d'être de Droite en France en 2008. A une époque où la Droite gouverne depuis 6 ans, alors qu'elle a tous les pouvoirs industriels, médiatiques, après des mois de sarkozysme triomphant, alors qu'il devient compliqué de faire la différence entre un édito du Figaro et un article de Charlie-Hebdo, une époque où il n'y a pas l'épaisseur d'une feuille de cigarette entre une déclaration de Manuel Valls et une autre de Jean-François Copé, à cette époque là donc, pour Zemmour, s'afficher "de Droite" serait un acte héroïque ! Et quand il éructe des énormités au nom de la résistance au "politiquement-correct-de-gauche", jamais personne ne vient lui fermer son caquet et lui mettre le nez dans sa m...
" j'ai honte qu'un type comme ce barenboim a pu trahir notre eretz israel pour prendre la defense des ..pauvres palestiniens , c'est un traitre et il doit le payer pour avoir trahi sa race , vous m'excusez , ces gauchistes commençant par lui en passant par yossi beilin-shimon pérés-chalom achav etc.. sont à bannir d'eretz israel pour prendre la defense de leurs ennemis qui sont un peuple inventé et méritent le jugement de dieu"élohim" comme arik sharon , pour avoir trahi les desseins d'eretz israel pour les faire cadeau au peuple inventé palestinien qui n'a jamais éxisté que grace à ces gauchistes juifs cités plus haut qui me dégoutent pour la haine qu'ils ont pour les mitnahalims des implantations juives de yesha par rapport aux palestiniens du fatah qu'ils adorent ..
ils méritent tous d'étre liquidés j'espére bientot quand il y aura un "nouveau gouvernement d'israel "dur "qui dira au monde qu'israel est la palestine et qui n'est pas partageable avec un autre peuple..palestinien inventé qu'ils veulent s'accaparer d'israel grace à la complicité de ces gauchistes juifs et tiers mondistes gauchistes !! "
Envoyé par Marco - le Vendredi 12 Septembre 2008 à 10:30

Ce commentaire dépourvu de tolérance et absolument ignoble fait suite à la nouvelle de l'agression de Daniel Barenboîm à Jérusalem

Vous remarquerez l'utilisation du mot "race". Daniel a "trahi sa race" et les palestiniens sont "un peuple inventé" ! !

Je n'ai pas eu le courage de lire les autres commentaires...
"Le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi a une nouvelle fois évoqué le "bronzage" de Barack Obama, en dépit des polémiques qu'une remarque sur ce même sujet avait provoqué il y a 15 jours. "Mon compliment à Barack est un peu envieux. Nous aimerions tous être bronzés comme Naomi Campbell et Obama", a-t-il dit, au cours d'une conférence de presse à Pescara, sur la côte adriatique dans le centre de l'Italie, rapporte l'agence Ansa" (Le Monde.fr).

Et il insiste, le con !
Petit blanc complexé par sa calvitie et shooté aux UV, il se pourrait qu'il envie réellement le physique et la pigmentation de Barack Obama.
Mais en remettre une couche sur le sujet, ne fait que révéler l'épaisseur de la sienne.
"Le célèbre pianiste israélien qui a toujours appelé a la fin de l’occupation de la Palestine et fondateur avec Edward Saïd du West Eastern Divan Orchestra composé de jeunes musiciens arabes, palestiniens et israéliens, prend la nationalité palestinienne.

Daniel Barenboïm, pianiste et chef d’orchestre israélien de renommée mondiale, a pris la nationalité palestinienne et déclaré qu’il pensait que sa rare et nouvelle qualité pourrait être une manière d’exemple pour la paix entre les deux peuples.

« C’est un grand honneur de se voir offrir un passeport » a-t-il dit dimanche dernier après un récital de piano à Ramallah, la ville de Cisjordanie où il a pendant quelques années favorisé les contacts entre jeunes musiciens arabes et israéliens.

« J’ai aussi accepté parce que je crois que les destins du peuple israélien et du peuple palestinien sont inextricablement liés » a dit Barenboïm. « Nous devons, bénis ou maudits, vivre les uns avec les autres. Et je préfère la première (proposition)."

Voilà un bel exemple d'appel à la tolérance !
je reviens vous livrer quelques réflexions que m'inspire le forum qui m'a fait rire (jaune) ; parce que Zemmour, bof, plus ce qu'il dit est énorme plus ça fait de bruit. C'est un fat qui n'aspire qu'à une chose, c'est qu'on s'intéresse à sa petite personne (un narcissique comme un autre), en racontant n'importe quoi. Peut-être en plus veut-il faire passer des idées nauséabondes. Le problème c'est qu'il est assez ambigü, (je le connais peu) il peut faire rire (chez Ruquier) ou pleurer (dans Ripostes il y a un bout de temps) émission dans laquelle je l'ai entendu tenir des propos révoltants d'extrême-droite (aucune ambiguité ce jour-là.) Depuis je le zappe.

Dans le forumn en fait on se divise sur le mot race, c'est clair qu'il est inexact, puisque tous les humains partagent le même patrimoine génétique, quelle que soit la couleur de leur peau. Je ne suis ni biologiste, ni linguiste. Le mot existe et revêt une connotation péjorative, discriminante, supprimer le mot ne supprimerait pas ce qu'il y a derrière.

Au pays de l'Egalité de la Fraternité, en plus dans la communauté @sinautique, se "traiter" de noms d'oiseaux, se chipoter sur un mot, c'est moyen, et extrapoler sur plein d'autres discriminations, ben c'est logique sur un forum où ça part dans tous les sens. C'eüt été trop cruel de ne s'en tenir qu'aux propos de Zemmour et de la fachosphère. Au Pays également de la liberté, on peut dire aussi des conneries. C'est bien comme ça, on peut en discuter.

Je pense à un truc, pour les plantes, les mots famille et variétés sont plus sympas.

Voyons voir ce qui se cache derrière tout ce fatra. Je vais avoir encore le sentiment d'enfoncer des portes ouvertes, tant pis. Des fois, il est bon de rappeler des évidences mon cher Watson.

La peur de l'autre, est bien connue, mon idée également, me semble-t-il, il y a de la paresse , un manque de curiosité. C'est tellement plus confortable de vivre dans nos charentaises, avec nos petites habitudes, notre vie plan-plan, ploum-ploum, vautré en regardant tf1 (grosse caricature). C'est beaucoup plus fatiguant de regarder l'autre, notre possible "alter-ego", avec ses différences, de comparer avec cet "étanger", ce qui nous rapproche dans nos façons de vivre, nos coutumes, nos traditions, nos religions, de rigoler de ces différences : "Ah, l'autre il mange avec ses doigts !". Si, si ....c'est possible de s'amuser des différences, de les apprécier , de les aimer par leur originalité, de se réjouir de ce qu'elles peuvent apporter aux uns et aux autres dans le partage. Sans se sentir obligé de les adopter, mais de les respecter.

Au fond nous avons tous les mêmes problèmes : notre survie, le sens à donner à notre vie, notre finitude ...

Trop facile de discriminer, quelques exemples : racisme anti-blancs (très prisé par l'extême droite (à l'endroit des non-racistes),

" " anti-gros, anti-maigres, anti-cons (vaste programme ...) anti-homos, on peut tout faire,

Encore quelques autres discriminations (toujours basées sur la peur, l'ignorance) par rapport aux maladies (la peste, la lêpre .....) plus récemment, le cancer, le sida, essayez de vous faire embaucher si vous dites votre maladie, votre handicap, ou de contracter une assurance, etc .... etc ....

Les chiens ne font pas des chats, pour les animaux, il s'agit bien d'espèces différentes et pour une même espèce, on retrouve des races, mais là c'est plutôt flatteur, et même vendeur,
Nécessaire pour les animaux destinés à l'alimentation. Ce qui serait de l'eugénisme pour les humains, produire des races animales est une qualité.

Sens positif également l'adjectif "racé".

Les chats , les chiens ne peuvent avoir des BB ensemble, c'est clair pour tout le monde.

Les humains de toutes les couleurs peuvent faire des BB ensemble. C'est génial, dame Nature dans son infinie générosité permet à Homo Sapiens de se reproduire partout sur la terre. Il n'existe que deux interdits, celui de l'inceste et du cannibalisme (qui devraient être expliqués à chaque enfant selon Françoise Dolto).

Nous savons que les mélanges de nos gènes enrichissent l'espèce humaine, et nous connaissons les désastres de la consanguinité.

L'homme préhistorique s'est déplacé d'abord dans un brut très précis, celui de sa survie quant il ne trouvait plus rien à se mettre sous la dent, et ainsi, a parcouru toute la planète (la mondialisation est vieille comme les hommes) en se reproduisant en dehors de sa tribu. La mixité n'est pas nouvelle.

Ce qui n'a pas été dit dans le forum, la première cause très naturelle d'incompréhension, ce sont les différences de langage (je pense aux Wallons et aux Flamands de couleur identique).

Là où ça se gâte c'est quand l'homme exploite l'homme (esclavage, pillage des richesses naturelles, extermination). Quand les hommes se disputent des territoires, veulent iimposer leurs religions, il se font la guerre, sans forécement avec un quelconque rapport avec la couleur de peau.

Je laisse de côté la différence entre homme et femme du domaine de papy Freud.

Autre chose qui me fait marrer (toujours jaune) ; souvent les xénophobes n'ont de cesse de se promener à l'étranger pour manger du poisson cru au Japon, tenir des baguettes en Chine ... D'accord c'est plus par goût de l'exostime que pour faire des rencontres intéressantes.

Vocabulaire des insultes à partir de mots d'apparence correcte : "ta race", "ta mère", "bâtard"..... Un bâtard est un humain tout à fait normal et respectable, c'est simplement le résultat de l'adultère, la belle affaire ... (Je ne fais pas l'apologie d'une telle chose) mais pourquoi stigmatiser le fruit qui en découle, quand ça arrive ?

Chaque être humain est unqiue et difficile à faire rentrer dans des cases. Souvent une personne qui veut se définir, est obligée d'écrire un pavé en faisant sa biographie. Les biographes qui écrivent sur leurs semblables se font souvent hués parce que leur texte semble ne pas correspondre à la personne décrite.

De cette quasi impossibilité de nous catégoriser, nait je crois, ce qui nous fait tellement détester le fichage (en plus du fait que nous n'avons pas envie d'être repéré).

A un moment de notre histoire où tout pourrait basculer une fois de plus vers la haine de l'autre, il est urgent de nous unir, plus que de nous diviser, mais nous unir avec nos différences pour résister à cette droite indigne qui voudrait qualifier nos enfants sur quelques critères dès la maternelle (le gène de la délinquance).

Je pense aussi à la stigmatisation des malades mentaux qui envahissent nos prisons. On nous dit sans beaucoup de nuances, qu'ils sont des tueurs potentiels. Tous ces gens qui s'échappent de ces prisons infectes, pour nous violer et nous tuer.

Plus simple, plus facile la stigmatistion que la prévention, la réparation, le regard bienveillant porté sur l'Autre.

Faisons gaffe.

Paroles de bison chassé à mort, et privé de son habitat.
Zemmour s'explique dans l'émission "hebdo" sur la chaine de la diversité "France O"

c'est a voir!

http://franceo.rfo.fr/article1873.html
Zemmour est un des seuls journalistes du PAF (avec Mermet) a partager l'opinion de 55.5% des Francais sur l'Europe, et a ce titre sa présence sur les plateaux TV est d'utilité publique.
La notion même de race est une ineptie, alors les mots de Zemmour qui provoque toujours à la limite de l'acceptable, vient de franchir un Rubicon qui devrait le faire sortir des médias tels un Dieudonné... Espérons...
Vive l'argumentation avec Zemmour. Le gars a été identifié comme ... en particulier sur ce fil.

Est-ce que des gars en apparence plus compétents, risqueraient de se faire incendier aussi lorsqu'ils évoquent la notion de race, même en étant prudent, sans allusion à supériorité et infériorité... Il vaudra mieux avoir un bouclier anti-cocktail-Molotov parce que ça va pleuvoir à tous les coups.

Je me souvenais d'un très joli graphique ( manipulé ??? ) à propos de l'arbre des Snips dans les gènes humains, ce qui permettrait de retracer la route des Sapiens sortant d'Afrique, pour aller peupler d'un côté l'Europe, de l'autre l'Asie, ces deux dernières branches devant se séparer autour de la Mésopotamie.

http://www.canalu.tv/producteurs/universite_de_tous_les_savoirs/dossier_programmes/les_conferences_de_l_annee_2008/qu_est_ce_que_la_vie_ou_en_est_on_de_la_connaissance_du_genome/les_nouvelles_donnees_sur_la_diversite_genetique_humaine_reintroduisent_elles_la_notion_de_race

Cliquez sur diaporama en haut à droite, et rendez-vous à la page 28.

Vous pouvez aussi écoutez toute la conférence avec l'esprit critique alerte, mais si c'est en vous mettant du coton dans les oreilles, ce n'est pas nécessaire. Il s'agit de Bertrand Jordan. Je ne sais pas si par ailleurs il ait été accusé de quoi que ce soit de condamnable, pour un type du CNRS

Il y a d'ailleurs ici tout un ensemble de conférences sur la génétique, très instructif.

A propos de cet arbre des snips ( single nucleotide polymorphism ) intervenant toutes les mille « lettres » ( A C T G ) dans l'ADN, et pouvant donc servir de traceurs quand on va le rechercher dans les descendants occupant un territoire.

On a une bien plus grande diversité génétique en Afrique ( même si tous les gaziers sont plus ou moins noicis ) , puisque l'homme s'y est étalé, déroulé, répandu, pendant beaucoup plus longtemps, vu que l'Afrique est son berceau.

Les arbres asiatique et européen offrent moins de diversité, même si tous les gènes humains se retrouvent dans toutes les branches sans distinction, ce qui ferait dire que nous sommes tous le même ... quoi ????

Et pour énerver les néonazis :
Le chimpanzé a aussi son berceau en Afrique, et malgré des différences physiques beaucoup plus difficiles à dicerner que chez l'homme, pour les non-initiés ( pour les initiés aussi, remarque ) les variations génétiques chez les chimps, sont beaucoup plus importantes que chez les Sapiens, même en considérant un Massaï et un Esquimau. Merde alors, que devient donc la grille de lecture
Bonbonbon...
Tout ceci est très intéressant.
Bien plus intéressant que Zemmour. Les forums Asi sont de très bons mirroirs pour qui voudrait se lancer dans des analyses de notre société actuelle.
Je n'ai pas tout lu, mais cela ressemble à un énorme Kaleidoscope aux milles reflets colorés, dont la plupart se ressemblent mais diffèrent légèrement, suivant le vécu de chacun des intervenants. Une grande richesse de diversité, en somme.
Le problème de l'utilisation du mot "race" réside plus dans l'intention de ceux qui l'utilisent que dans le mot lui-même. La fachosphère l'emploie dans l'intention d'en faire un critère de différenciation pour accréditer des idées xénophobes, d'où le fait que le racisme n'est pas seulement un défaut de "blancs" mais qui se retrouve dans tous les peuples.
Même si la couleur de la peau s'explique par son exposition au soleil, phénomène naturel et incontrôlable, il y aura toujours des gens qui s'en serviront pour étayer des thèses justifiant leur vision d'un monde humain forcément hiérarchisé sur la base de ce critère visuel. Le racisme fondé sur la couleur de la peau pourrait-il exister si l'humain était incapable de distinguer ces nuances ? Probablement non.
Cela suffirait-il à erradiquer la xénophobie ? Je n'y crois pas.
Maintenant, est-ce que Zemmour est xénophobe ? Bof... Il ressemble plus à un de ces intellectuels qui se perd lui-même dans les méandres de sa propre pensée. Disons qu'il n'est pas évident qu'il se sente proche des fachos qui s'affichent en tant que tel. Mais il leur donne un coup de main, un peu comme Nietsche a pu involontairement donner un coup de main aux nazis...
M'enfin, moi, j'aime pas, s'il persévère dans ce genre de déclarations, il se grillera et on l'oubliera...
En France, mes enfants métis passent pour noirs.
En Afrique, on les considère blancs.
En réalité, que sont-ils ? racés et magnifiques.
Pour nos amis, les braves anglais colonisateurs exterminateurs en Australie, le plus fort taux de cancers ( mortels ) est celui de la peau, puisque les ancêtres coincés sur leur ile du nord de l'Europe n'avaient pas génétiquement prévu à l'avance, d'envahir le monde ... surtout pas en se bourrant le derme de mélanine.
Pour ne pas ajouter en xénophobie anti-bloody-brits, y-a pas eu que des blancs comme des cachets pour bouffer les kangourous , y-a un mélange de toute la racaille européenne de l'époque, mais 100% de siciliens bien dopés au sang Maure, aurait eu moins de soucis avec la médecine des dégénérations cellulaires du cuir pas si dure que ça.

L'isolation géographique fait que des caractères génétiques se concentrent.

Nous n'en sommes pas à la mondialisation que pour les produits manufacturés, et pour clore ce genre de discussion, il n'y a qu'à attendre un siècle ou deux, le temps de remixer tout ça par beaucoup de demonstrations d'amour charnel. Bien sûr si vous n'aviez pas cette patience, ou cette énergie, c'est un bien d'exorciser cette peine humaine que sont les discriminations, quels que soient leurs prétextes
"Je me suis fait encore avoir par le logiciel du forum qui plaçait mon post ailleurs" !!!

Désolé de reproduire mon post :


Apparemment pour certains , "race" n'existe pas donc pourquoi conserver un tel mot ?
Si on supprime le mot race alors il n'y a pas de raison de garder les mots dérivés "racisme", "raciaux" .. etc ....

Du même coup, du jour au lendemain, en France il n'y a plus de "racisme" (ce mot n'existant plus), plus aucun raciste (ce mot n'existant plus), plus de problèmes raciaux (ce mot n'existant plus); la société ne sera plus multi-raciale (ce mot n'existant plus) !!
C'est une méthode "radicale" pour "supprimer" le racisme en France.

Qu'attendons-nous pour nous attaquer ainsi au Cancer, SIDA, myopathie, Parkinson, Azheimer ... etc .... ?
un être humain est avant tout un être porteur d'histoire et de culture.
le reste n'est que fioriture
Les forums d'Arrêt sur Images sont pour moi un sujet d'étonnement permanent . Ce site est en principe consacré aux médias ( consacré au "décryptage des médias", je préfère "analyse de traitement médiatique") . Mais dés lors qu'un sujet polémique est abordé, la quasi-totalité des commentaires traitent du sujet en oubliant totalement les dimensions médiatiques. Ces forums se transforment alors inévitablement en forums généralistes ou l'on parle de tout sauf de ce qui devrait retenir notre attention.
N'y aurait-il rien à en dire ?
Il y a certaines choses dont les Moon and Co ne prennent pas conscience - ou font semblant de ne pas prendre conscience.

Ils avancent avec l'argument du bon sens, du 2+2=4.
Ils nous disent : "Il y a des gens à la peau noire, il y en a à la peau blanche." Et qui peut dire le contraire ?
Ils nous disent : "Que l'on appelle ça une *race* noire, une *espèce* noire, un *taxon* noir, ce n'est qu'une affaire de mots." C'est déjà plus discutable, parce que les mots ont une histoire. Mais disons que rien ne les condamne à en être prisonnier, et estimons là encore qu'on ne peut pas dire le contraire.

La question que je leur pose est : et alors ?

Un cadre de classement - et celui par la couleur de peau en est un - est toujours relatif à un horizon. On classe pour quelque chose. Parce que quelque chose.
Dans une bibliothèque, les cadres de classements sont nombreux et complexes (par matières d'abord, puis par format, puis par ordre alphabétique d'auteur), et doivent permettre de satisfaire un objectif : trouver le livre qu'on cherche. On pourrait imaginer d'autres cadres de classement. Imagineons que l'on fasse une histoire des livres écrits sur Van Gogh. Un cadre de classement pertinent pourrait alors être celui des dates de parution des livres. Date de parution dont un autre chercheur-lecteur peut se contrefoutre, parce qui lui importe est d'un autre ordre.

C'est un peu la raison pour laquelle une carte géologique ne ressemble pas à une carte routière ou à une carte militaire. Une carte routière ne donnera aucune importance à la nature des bois qui longent une route ; au contraire, les cartes militaires font la différence entre une haute futaie et du taillis. Une carte est donc construite autour d’intérêts. Elle est liée à un projet. Et comme toute représentation du monde, elle n’est valable que pour certains objectifs. Sa valeur n’est pas absolue, mais relative à des projets et à des contextes.

Je reviens à ce qui nous occupe.

Pourquoi classer les hommes selon leur couleur de peau ? Mmh ?

Personnellement : je ne le fais pas. Mes cadres de classement sont autres, importants ou futiles, et tous critiquables dans la mesure où l'est ce qui les dicte : ils sont d'origine sociale (parce que moi même d'extraction sociale populaire, et ayant eu à souffir de discrimination sociale), ils sont d'ordre politique (les mecs de gauche et ceussent de droite, parce que la politique me passionne), ils sont d'ordre religieux (ceux qui croient et ceux qui ne croient pas, parce que je suis un farouche athée), ils sont de corpulence (parce que je suis bati comme une crevette, et que ça me complexe), et plein d'autres encore (les arrivistes et les autres, les prétentieux et les autres, et avec tout cela, les défauts qui me sortent par les yeux, etc.).

Ca me rappelle Sarko, qui contraste ceux qui se lèvent tôt et ceux qui ne le font pas.
Ce cadre de classement est possible : il y a des gens qui se lèvent tôt, et d'autres, pas.
Mais il n'est pas obligatoire.
Perso, je me lève tôt.
Mais je n'en fais pas un critère essentiel de mon identité.
Qu'est-ce qui pourrait justifier ce cadre de classement ?
Plein de choses.
Par exemple : la RATP qui veut savoir combien de métro affréter le matin.
Ou alors : un président qui cherche des bouc émissaires et veut stigmatiser les fainénants.
Ou bien : un homme qui a le sommeil léger et cherche un appart dont le voisin ne se lève pas à 6 heures du matin.

Je repose donc la question :

Pourquoi classer les hommes en fonction de leur couleur de peau ?
La chose est possible ; elle n'est pas obligatoire.

Alors, pourquoi ?

J'ai beau chercher, franchement : je ne vois pas.

Moon, éclairez-moi.
Je voulais corriger le message précédent. J'ai corrigé trop longtemps. Je n'ai pas pu modifier. Donc, je copie-colle le texte corrigé. Ô, grand Thomas Scotto, si tu veux faire à la main ce que refuse la machine (à savoir substituer ce message au précédent), tu seras béni des Dieux.

Il y a certaines choses dont les Moon and Co ne prennent pas conscience - ou font semblant de ne pas prendre conscience.

Ils avancent avec l'argument du bon sens, du 2+2=4.
Ils nous disent : "Il y a des gens à la peau noire, il y en a à la peau blanche." Et qui peut dire le contraire ?
Ils nous disent : "Que l'on appelle ça une *race* noire, une *espèce* noire, un *taxon* noir, ce n'est qu'une affaire de mots." C'est déjà plus discutable, parce que les mots ont une histoire. Mais disons que rien ne les condamne à en être prisonnier, et estimons là encore qu'on ne peut pas dire le contraire.

La question que je leur pose est : et alors ?

Un cadre de classement - et celui par la couleur de peau en est un - est toujours relatif à un horizon. On classe pour quelque chose. Parce que quelque chose.
Dans une bibliothèque, les cadres de classements sont nombreux et complexes (par matières d'abord, puis par format, puis par ordre alphabétique d'auteur), et doivent permettre de satisfaire un objectif : trouver le livre qu'on cherche. On pourrait imaginer d'autres cadres de classement. Imagineons que l'on fasse une histoire des livres écrits sur Van Gogh. Un cadre de classement pertinent pourrait alors être celui des dates de parution des livres. Date de parution dont un autre chercheur-lecteur peut se contrefoutre, parce ce qui lui importe est d'un autre ordre.

C'est un peu la raison pour laquelle une carte géologique ne ressemble pas à une carte routière ou à une carte militaire. Une carte routière ne donnera aucune importance à la nature des bois qui longent une route ; au contraire, les cartes militaires font la différence entre une haute futaie et du taillis. Une carte est donc construite autour d’intérêts. Elle est liée à un projet. Et comme toute représentation du monde, elle n’est valable que pour certains objectifs. Sa valeur n’est pas absolue, mais relative à des projets et à des contextes.

Je reviens à ce qui nous occupe.

Pourquoi classer les hommes selon leur couleur de peau ? Mmh ?

Personnellement : je ne le fais pas. Mes cadres de classement sont autres, importants ou futiles, et tous critiquables dans la mesure où l'est ce qui les dicte : ils sont d'origine sociale (parce que moi même d'extraction sociale populaire, et ayant eu à souffir de discrimination sociale), ils sont d'ordre politique (les mecs de gauche et ceussent de droite, parce que la politique me passionne), ils sont d'ordre religieux (ceux qui croient et ceux qui ne croient pas, parce que je suis un farouche athée), ils sont de corpulence (parce que je suis bati comme une crevette, et que ça me complexe), et plein d'autres encore (les arrivistes et les autres, les prétentieux et les autres, et avec tout cela, les défauts qui me sortent par les yeux, etc.).

Ca me rappelle Sarko, qui contraste ceux qui se lèvent tôt et ceux qui ne le font pas.
Ce cadre de classement est possible : il y a des gens qui se lèvent tôt, et d'autres, pas.
Mais il n'est pas obligatoire.
Perso, je me lève tôt.
Mais je n'en fais pas un critère essentiel de mon identité.
Qu'est-ce qui pourrait justifier ce cadre de classement ?
Plein de choses.
Par exemple : la RATP qui veut savoir combien de métro affréter le matin.
Ou alors : un président qui cherche des bouc émissaires et veut stigmatiser les fainénants.
Ou bien : un homme qui a le sommeil léger et cherche un appart dont le voisin ne se lève pas à 6 heures du matin.

Je repose donc la question :

Pourquoi classer les hommes en fonction de leur couleur de peau ?
La chose est possible ; elle n'est pas obligatoire.

Alors, pourquoi ?

J'ai beau chercher, franchement : je ne vois pas.

Moon, éclairez-moi.

PS : il va sans dire que me dire : "Mais regardez, ce sont les hommes de peau noire eux-mêmes qui revendiquent ce trait ! Et à eux, on ne leur dit rien !" n'est pas un argument recevable. Car interrogez-vous : "Pourquoi ces hommes de peau noire font-ils ainsi ?" Sont-ils les créateurs de ce cadre de classement ? Qui leur a dit, historiquement, qu'ils étaient d'abord Noirs avant que d'être autre chose ? N'est-ce pas l'inversion positive d'une qualification négative (de "sale Noir" à "je suis Noir, et je ne suis pas sale") ? L'objectif, in fine, est bien d'oublier ces cadres de classement. Mais tous les mouvements de revendication des minorités opprimées sont passées par ce stade - répondre au "tu es différent" par un "oui, je suis différent, et j'en suis fier, et je t'emmerde". Le stade suivant est celui de l'indifférence. Il viendra. Obama y est déjà. Mais y être seul ne sert à rien. Un Noir humaniste cessera de se revendiquer comme Noir lorsqu'on cessera de lui renvoyer cette identité.

PS2 : c'est bien parce qu'on se fout de la couleur de peau qu'on peut se féliciter du métissage. Parce qu'il ne s'agit pas de dire que les différences de couleur de peau n'existent pas, mais qu'on s'en fout.
+1 Nonosse

j´avais tenté d´être plus concis en écrivant ça :

quel mot utiliser ?
pourquoi réduire un individu à un seul mot ? par économie de langage ? par paresse ? c'est au moment où l'on ou chante les vertus de la mondialisation que l'on cherche à différencier les individus. que l'on libère la circulation de l'argent et que l'on dresse des murs pour les humains. que l'on continue à vouloir nous diviser pour nous imposer des mesures qui vont à l'encontre de nos inérêts quoi qu'on en dise, créer des catégories sous tend à terme de créer une hiérarchie. parler de races justifie la politique raciale et migratoire de la France; parler de races c'est laisser dire qu'une trop grande présence de noirs "tire la France vers le bas". c'est aussi accorder des circonstances atténuantes à toutes les horreurs commises au nom de ce précepte;
Je pense comme vous, Balthaz.
Mais peut-être est-ce un procès d'intention.
Peut-être Zemmour ou Moon ont d'autres raisons pour classer les hommes en fonction de leur couleur de peau.
Peut-être sont-ils tous les deux entraîneurs de natation (vu que les Noirs et les Blancs ne flottent pas pareil, nous apprend David F. plus haut).
Ou fabricants de crèmes dermo-protectrices.
Peut-être.
La question que je leur pose est : et alors ? ”

Et bien et alors rien! Tout le monde voit que l’on n’est pas tous pareils, qu’il y a différentes races, et puis c’est tout!

Les mots on une histoire et je ne nie pas que le mot race ait été a l’origine de massacres terribles, mais c’est le cas aussi du mot “religion”, c’est pas pour cela que l’on doit le rayer du vocabulaire!

La lutte contre le racisme ne peut pas passer par la negation des races, comment voulez-vous etre pris au sérieux par les gens quand vous leur expliquez “on est tous pareils”, ils voient bien que l’on n’est pas tous pareils, et alors? Et alors rien!


“Pourquoi classer les hommes selon leur couleur de peau ? Mmh ?”


Mais parceque cela a un sens historique, sociologique, biologique etc… Je m’en moque de ce classement, mais il existe bel et bien!

Je respecte les classements différents que vous appliquez a l’humanité mais vous ne devriez pas vous indigner si d’autres utilisent un classement different!


“Pourquoi classer les hommes en fonction de leur couleur de peau ?
La chose est possible ; elle n'est pas obligatoire.
Alors, pourquoi ?
J'ai beau chercher, franchement : je ne vois pas.”



Cette polemique est quand meme choquante, il faut replacer cette notion de race dans le contexte du propos de Zemmour! Il ne s’agit pas de classer pour classer, loin de la!

Il s’agissait d’une emission sur le métissage, et il a voulu, pour poser les bases de la discussion, distinguer le métissage racial (c’est de la que la polemique est partie) du métissage culturel.

Je suis désolé le métissage racial existe, si vous voulez lui donner un autre nom allez-y, mais quell est le sens de cette indignation? Quand on dit que les enfants métisses sont en general beaux, il s’agit bien de biologie pure! Et ca n’a rien de choquant (a part la discrimination envers les non-métissés mais passons). Zemmour a expliqué qu’il n’avait rien contre le métissage racial mais qu’il avait des reserves quant au métissage culturel.

Qualifier de raciste le discours de Zemmour ou ses intentions c’est tout de meme fort de café! Ce que dit justement Zemmour c’est que l’assimilation francaise, qu’il juge nécessaire a la stabilité du pays, consiste a dire que quelle que soit la race (bouhh pas bien), les origines ou la religion des immigrés ceux-ci doivent etre amenés a ce sentir le plus possible francais, et ce afin qu’ils puissant intégrer completement la communauté francaise!

Et tout ce que les bien-pensants de ce forum trouvent a y redire c’est “quel raciste il a prononcé le mot race!”… lamentable.


http://www.dailymotion.com/video/x7eo69_eric-zemmour-demain-tous-metis-23_news


“c'est bien parce qu'on se fout de la couleur de peau qu'on peut se féliciter du métissage. Parce qu'il ne s'agit pas de dire que les différences de couleur de peau n'existent pas, mais qu'on s'en fout. “

Mais oui exactement, c’est ce que dit Zemmour, on s’en fout des races, l’important est de se sentir francais et partie intégrante de la communauté nationale. Ce discours est l’inverse du racisme! Sinon moi personnelement, je ne me félicite pas du métissage, je ne m’en désole pas non plus, je m’en fous tout simplement.

“Un Noir humaniste cessera de se revendiquer comme Noir lorsqu'on cessera de lui renvoyer cette identité.”

Que cela soit clair, si je cite Aimé Césaire et les comiques du CRAN, ce n’est pas que je les soutiens, c’est plutot pour exposer le non-sens de cette lutte anti-raciste qui pretend lutter contre le racisme en niant les races, alors qu’elle s’organise en associations communautaires et que son but ultime est le communautarisme.

Je vous suis quand vous dites que le racisme enferme les individus qui en sont victimes dans leurs communautés, mais j’ajoute que le communautarisme ne fait qu’amplifier les sentiments racistes dans notre pays. C’est un cercle vicieux, et il se présente sous la forme d’un désamour de plus en plus grave entre les populations d’origine immigrées (manipulées par les bien-pensants) et leur pays la France ainsi qu’avec ceux qui aiment ce pays. Cette reaction de “je vous aime pas parceque vous m’aimez pas” est une reaction légitime que ce soit au sein des populations d’origine immigrée ou a l’inverse des populations d’origine francaise (ou francaises depuis plusieurs générations).

Ce n’est pas le moment de chercher a savoir qui a commencé, l’heure est a la réconciliation et il y a urgence!

Dans ce contexte le combat de Zemmour pour l’assimilation prend tout son sens, et le pinaillage sur l’expression de “race” est vraiment une immense perte de temps!
Ma question était : pourquoi classer les hommes selon leur couleur de peau, sachant qu'on n'est pas obligé de le faire, et que, curieusement, on ne les classe pas selon la taille de leur gros orteil (critère tout aussi arbitaitre) ?

Cela appelait une réponse qui commence par : "Parce que..."

Je ne note, dans votre message, qu'une seule phrase qui commence par "parce que". C'est la seule qui m'intéresse, car c'est la seule qui répond à ma question.

La voici : "Mais parceque cela a un sens historique, sociologique, biologique etc…"

Je poursuis donc : quel sens historique, sociologique ou biologique voyez-vous à ce cadre de classement ?
Et surtout : êtes-vous donc historien, sociologue ou biologiste pour vous intéresser à ce(s) sens ? En quoi ce(s) sens vous importe(nt)-ils ?
J'ai remis les choses dans leurs contexte, je sais que ca ne vous amuse pas car cela vous donne tord mais cela ne vous autorise pas a user de ce ton condescendant.

Je ne suis ni historien ni sociologue ni biologiste, ce n'est pas moi qui ai inventé le classement de l'humanité en race au cours de l'Histoire et dans l'esprit des gens. De plus un enfant de 8 ans est capable de faire de genre de classement car il est naturel, il repose principalement sur l'apparence physique, ce n'est pas compliqué.

Si vous préférez distinguer les gens par la taille de leurs orteils et dire "quelle que soit la taille de vos orteils vous devez vous sentir des Francais comme les autres" allez-y mais je ne suis pas sur que cela parle aux gens avec la meme efficacité.
Je le dis : ce n'est pas parce que la différence est visible qu'elle est "naturelle".
Un enfant voit qu'un autre enfant peut ne pas avoir la même couleur de peau que lui. Il s'en fout. Il va vers lui EXACTEMENT de la même manière que s'il était de sa couleur de peau. Je vous parle d'expérience(s).

Je le lis : vous mettez dans la même phrase couleur de peau et sentiment d'appartenance à la communauté nationale.
Vous demandez à toutes les couleurs de peau de ressentir cette appartenance. OK.
Demandez aussi à la communauté de ne pas y faire de différence de traitement.

Je m'interroge : vous justifiez votre cadre de classement par l'histoire, la sociologie, la biologie. Vous coréllez ce cadre de classement et identité nationale. Dans quelle mesure corrélez-vous histoire et identité nationale, sociologie et identité nationale, biologie et identité nationale ?

Je m'interroge enfin : pourquoi cette question de l'appartenance nationale vous préoccupe-t-elle tant ? En quoi cette question se pose-t-elle à vous de manière particulière ?

Pour finir : pardonnez la condescendance que vous lisez, mais que je ne veux pas mettre. J'essaye simplement d'être précis, didactique et intellectuellement exigeant. Cela peut donner lieu à des phrases un peu sèches ; je m'en excuse. Mais c'est le plus sur moyen de dépassionner le débat.
Pardon d'avoir lu de la condescendance la il n'y en avait pas!

"Je le dis : ce n'est pas parce que la différence est visible qu'elle est "naturelle".
Un enfant voit qu'un autre enfant peut ne pas avoir la même couleur de peau que lui. Il s'en fout. Il va vers lui EXACTEMENT de la même manière que s'il était de sa couleur de peau. Je vous parle d'expérience(s). "

Oui nous sommes d'accord, mais avouez que le phénomene dont nous souffrons actuellement est le communautarisme, a savoir le regroupement des individus dans des communautés de meme race et/ou de meme religion, les gens ne quittent pas la communauté nationale pour se regrouper par communautés de tailles d'orteils!

"Vous demandez à toutes les couleurs de peau de ressentir cette appartenance. OK.
Demandez aussi à la communauté de ne pas y faire de différence de traitement."

Exactement, comme je vous l'ai expliqué plus haut, cela va dans les deux sens, et c'est exactement ce que disait Zemmour.

"Dans quelle mesure corrélez-vous histoire et identité nationale, sociologie et identité nationale, biologie et identité nationale ? "
je n'ai pas bien saisi la question, pouvez-vous etre plus précis?

"pourquoi cette question de l'appartenance nationale vous préoccupe-t-elle tant ? En quoi cette question se pose-t-elle à vous de manière particulière ? "

on sort du sujet mais pourquoi pas, allons-y. Je suis en effet tres préoccupé par le rejet de leur pays par une partie de Francais. J'ai tres peur pour mon pays et ses habitants, la situation se déteriore de jours en jours et le fossé se fait de plus en plus grand entre les immigrés et les Francais d'origine francaise. Les combats anti-racistes tels que ceux qui ont été menés depuis 20 ans ont enfermé les enfants d'immigrés dans des délires victimaires et les a éloignés de la communauté nationale qu'ils étaient censés rejoindre comme les génération d'immigrés précédentes. Je suis inquiet pour la stabilité de notre pays et la sécurité de ses habitants.
Pardonnez-moi : je parle d'exigeance et de précision, et j'y fais entorse.
Je reformule donc : vous justifiez votre cadre de classement par le sens historique, sociologique et biologique qui peut être le sien. Vous coréllez ce cadre de classement et identité nationale. Dans quelle mesure corrélez-vous donc le sens historique de ce cadre de classement et la question de l"identité nationale, le sens sociologique etc. à la question de l'identité nationale, le sens biologique etc. et la question de l'identité nationale ?

Je complète aussi (question demeurée sans réponse) : en quoi ce(s) sens vous importe(nt)-ils ? Dans quelle mesure font-ils sens pour vous ? Pourquoi sont-ils chers à vos yeux ?
Je ne suis pas sur d'avoir bien compris la premiere question, mais si vous signifiez ce que j'imagine, je vous répondrais que je ne suis pas racialiste. Je pense, comme Zemmour, que l'appartenance a la communauté francaise n'est pas corélée avec la race. Je pense que l'identité nationale (en laquelle je crois) ne contient pas le facteur génétique, et j'en veux pour preuve mon cas particulier, qui ne suis pas de la race caucasienne mais qui me sens profondément francais.

"Je complète aussi (question demeurée sans réponse) : en quoi ce(s) sens vous importe(nt)-ils ? Dans quelle mesure font-ils sens pour vous ? Pourquoi sont-ils chers à vos yeux ?"

Je vous le répete! Ce sens n'est pas cher a mes yeux! Je note qu'il existe et je ne le nie pas, il y a une différence! Les gens se regroupent par races et c'est malheureux, et c'est pour ca que je dis "quelle que soit ta race vient t'intégrer dans la communauté nationale" et je dis aussi a ceux qui se sentent francais "laissez les gens intégrer la communauté nationale quelles que soient leurs races"

Ce qui m'interesse c'est que l'on soit bien tous ensemble dans notre pays, et mon avis est que cela n'arrivera pas en niant que nous ne sommes pas tous les memes physiquement.
Bien.
Je voismieux qui vous êtes et ce que vous pensez. Vous en avez plus dit en deux posts qu'en une kyrielle d'autres au-dessus. Je ne regrette pas de vous avoir passé à la question ;-).
Je pense pouvoir résumer les choses ainsi :
1° Vous estimez constater que "les gens se regroupent par race"
2° Vous appelez cela du commautarisme
3° Vous regrettez ce communautarisme
4° Vous voulez que tout le monde vive ensemble en paix
5° Vous pensez que cet "ensemble" est déterminé par la commune adhésion à un projet identitaire national
6° Vous pensez que cette commune adhésion à un projet identitaire national est garante de stabilité et de sécurité
7° Vous pensez que certains immigrés mettent en péril ce projet, et vous vous sentez vivre en ce moment dans un pays instable et insécure
8° Que tout cela passe d'abord par reconnaître que nous sommes physiquement différents
9° Vous contrastez Français "d'origine française" et Français "d'origine immigrée".

A cela je réponds :
A- Qu'il y a une contradiction dans votre système logique (qui, de fait, n'en est plus un) : on ne peut reprocher aux gens de se regrouper par couleur de peau (1°), et inviter tout le monde à d'abord prendre acte d'une différence de couleur de peau (8°). Même contradiction entre 5° et 9°. Vous pratiquez ce que vous condamnez. Le condamnez donc vous vraiment ?
B- Qu'on peut voir les choses autrement. Je développe.

Je rappelle d'abord cette hypothèse primordiale : on n'est pas obligé de classer les hommes selon leur couleur de peau. Si l'on ne prête plus attention à ce critère exclusif, alors l'on peut subitement voir d'autres choses :
1° Que les hommes ne se regroupent pas exclusivement en fonction de leur couleur de peau, tant s'en faut. Dans mon immeuble, c'est très multicolore. Les critères de regroupement sont bien plus complexes que cela, qui ont beaucoup à voir avec le rapport entre un loyer et un pouvoir d'achat. Avec l'âge aussi (les jeunes dans les villes universitaires). Avec le boulot (vous trouverez peu de tradders à la campagne). Etc.
2° Le tissu social est ainsi constitué d'une myriade de communautés qui se chevauchent et se croisent. Vous, moi, appartenons, consciemment ou non, à plusieurs communautés constituées. Il n'est qu'à voir les groupes constitués sur Facebook : les gens se regroupent en vertu de critères extêmement variés (par hobbies, par centres d'intérêt commun, par sens de l'humour identique, par goût musical), et chaque profil appartient à plusieurs dizaines de groupes.
3° Nous appartenons à des groupes sociaux qui nous constituent autant que nous les constituons : nous ne sommes pas passifs face à des structures qui nous sudéterminent absolument. Difficile en ce cas de regretter quoi que ce soit.
4° Oui, vivons en paix. Mais réfléchissons : qu'est-ce qui, aujourd'hui, empêche cette paix ? Qu'est-ce qui, aujourd'hui, fout la zone à l'échelle mondiale ? En très gros, l'appât du gain. Partagé par les Noirs, les Blancs, les Jaunes et les Verts et les Rouges à pois mauves.
5° L'adhésion à un projet national n'est pas le seul moyen de "vivre ensemble". Le projet commun peut être d'un tout autre ordre. Si déjà il était républicain, ce serait pas mal.
6° La sécurité est-elle vraiment l'affaire d'identité nationale partagé ? Vous ne pensez pas qu'un Français fier de l'être ne peut pas agresser un autre Français tout aussi fier de l'être, sous le seul prétexte qu'ils partagent la même fierté (je réinjecte ici la question large de l'appât du gain) ? Vous pensez que cette fierté-là est garante de stabilité et de paix à l'échelle mondiale ? Un agresseur de Français est-il forcément de l'anti-France ? Plus encore : la sécurité est-elle le problème de la France aujourd'hui ? Votre problème ?
7° Qu'est-ce qui met en péril aujourd'hui le vivre ensemble ? N'est-ce pas ceux qui jouent avec le feu en montant les Français les uns contre les autres, en stigmatisant tour à tour les pauvres, les cheminots, les profs, les pêcheurs, les musulmans ? N'est-ce pas ceux qui nourrisent des rancoeurs sociales énormes en se gobergeant de stock-options ?
7° bis Qu'est-ce qui met en péril aujourd'hui l'adhésion à un projet idenitaire national ? La couleur de la peau, vraiment ? Perso, je suis Blanc, et très moyennement fier d'être Français - c'est-à-dire, d'être ce faisant du pays de Brice Hortefeux, de Nicolas Sarkozy ou de Napoléon III.
8° Je ne vois vraiment pas en quoi le fait de reconnaître nos différences physiques joue un rôle là dedans. Perso, j'ai des grands pieds. Mon voisin, des petits. Voici nos différences reconnues. Constituons-nous une commuanuté plus ou moins soudée qu'avant que nous le constations ?
9° La France est une. il y a des Français, et des gens qui ne le sont pas. Point. I
9° bis. Il y a là dedans des gens d'exception et des salauds, des criminels et des saints, des patrons et des ouvriers, des gens de droite et de gauche, des grands et des petits. Ils n'en sont pas meilleurs ou moins bons Français pour autant.

Une dernière chose, donc :
A- Parce que vous tenez à penser ensemble, d'une manière ou d'une autre (et qu'elle que soit cette manière) couleur de la peau et identité nationale
B- Parce que vous ne regardez le monde qu'à travers la lorgnette de la couleur de la peau
... vous êtes racites, Moon. Pas un méchant, pas un connard qui fout une mandale à tous les Renoi qu'il croise dans la rue. Un qui leur tient même la porte dans le métro. Pas un Hitler. Un raciste ordinaire, à la petite semaine, sans s'en rendre compte. Probablement un mec qui par ailleurs fait état de qualités humaines, de générosité avec ses proches, qui sourit aux bébés, qui aide la dame à traverser la rue. Mais vous êtes raciste parce que vous avez peur. Et que ce qui n'est pas vous est le réceptacle de ces peurs. L'Autre, dans son étrangèreté, dans son altérité, dans son mystère.

Mais rappelez-vous que vous êtes aussi l'Autre des autres.

Et ouvrez les yeux.
L'adversaire n'est pas d'ordre racial.
Il est d'odre social.
Et économique.
Et politique.
Et financier.
Nonosse,

dommage que vous ayez aussi mal lu mes posts, cela vous aurait évité d'en tirer des conclusions erronées et désagréables.

1 a 6: oui

7: ce n'est pas qu'une question d'immigrés, le communautarisme existe aussi chez les Francais d'origine francaise. Ce n'est pas tant "les immigrés" qui mettent en péril le reve d'un futur commun que les théoriciens de l'idéologie anti-francaise qui embrigadent les enfants d'immigrés (qui sont francais) et les enferment dans leurs communauté par exemple en leur conseillant de poursuivre le combat de leurs ancetres pour l'indépendance de l'Algérie. Je suis contre ce genre de stratégie, je considere qu'il faut aller de l'avant et qu'il faut le faire tous ensemble, pourquoi moi petit-fils d'Algériens je devrait reprocher aux Francais de mon age la guerre qu'ont menée nos oncles? C'est le meilleur moyen de rester sur le coté!

8 absolument pas. Mais je ne vois pas en quoi nier qu'il y a des noires, des jaunes, des blancs et des gris pourra améliorer la situation.

9 vous commencez a etre extremement malhonnete. Je dis justement que je regrette le clivage que j'observe et qui m'inquiete entre Francais d'origine francaise et Francais d'origine immigrée, et que je propose de résoudre en assimilant dans la communauté nationale TOUS les Francais, et je pense que cela doit passer par la réconciliation.

A mais c'est pas moi qui ait inventé le communautarisme! Je constate que les gens se regroupent par couleur de peau et moi je dis que l'on serait tous mieux tous ensemble dans la communauté nationale quelles que soient nos couleurs. Je ne demande pas aux gens de prendre acte d'une différence de peau, je raille votre hypocrisie et j'explique que tout le monde sait qu'il y a différentes couleurs de peau, et je rajoute: et alors?

1° a 4° : absolument. Loin de moi l'idée de vouloir substituer les rapports sociaux en rapports raciaux, c'est bien tout le contraire. Combien de fois faudr-t'il le répéter? Je constate les rapports raciaux et je les regrette!

5° : oui, républicain, national, appelez-le comme vous voulez a partir du moment ou il est collectif et ou il transcende les races

6°: merci de rester honnete, ce n'est pas ce que j'ai dit. Je suis inquiet pour la stabilité de notre pays car je vois naitre une fracture et une incompréhension entre deux parties de la population, c'est un cercle vicieux qui s'engage et qui pousse les jeunes d'origine immigrée a rejetter la France, ainsi que beaucoup de Francais d'origine francaise (ou immigrés depuis plusieurs générations) a rejeter ces nouvelles générations d'origine immigrée dont l'intégration a été ratée. Je considere que c'est extremement grave.
NB: si je divise ici la population de la France de cette maniere c'est pour faire un diagnostic qui me désole, pas par volonté maline.

7°: je ne saurai aggréer plus

7° bis:je n'ai jamais dit que la couleur de peau mettais en péril l'adhésion a un projet identitaire national, si vous continuez a faire preuve d'autant de malhonneteté ca va devenir vraiment tres difficile de discuter.

Pour moi la France ce n'est pas seulement "Brice Hortefeux, de Nicolas Sarkozy ou de Napoléon III" , c'est aussi Moliere, la Révolution, Jean Moulin, Pasteur, les lumieres. Je prefere regarder les bons cotés car cela ai nécessaire a la construction d'un mythe commun.

8°: ce n'est pas ca. Je dis que ce n'est pas en expliquant aux gens qu'on est tous pareils, alors qu'ils voient bien que ce n'est pas le cas, que l'ont va résoudre les choses. Il vaut mieux dire que la communauté nationale est ouverte a tous les noirs, blanc, jaunes et gris, c'est mon avis.

9°: ?

9° bis: oui

A: je vous ai expliqué exactement le contraire, savez-vous lire au moins? La communauté francaise et la race ne sont pas corellées! C'est clair?

B: le petit couplet bien pensant, méprisant et condescedant sur la peur de l'autre et sur le racisme, gardez-le. Sans commentaire.


"Et ouvrez les yeux.
L'adversaire n'est pas d'ordre racial.
Il est d'odre social.
Et économique.
Et politique.
Et financier."

Mais évidemment, mais enfin c'est ce que je dis! La communauté nationale doit lutter contre tout ce qui la divise (communautarisme, sentiments anti-francais, racisme dans les deux sens etc...) et rester unie (hommes, femmes, arabes, blanc,Africains, Asiatiques, gays etc...). Car lorsque nous sommes divisés comment pouvons-nous lutter pour protéger nos acquis sociaux et avancer sur le terrain de la justice sociale face a un empire financier international puissant?

J'espere que vous reverrez vos conclusions, et que a defaut vous m'épargnerez votre jugement de petit procureur, ce forum n'est pas un bon endroit pour ca
Je ne réponds que pour dire que je ne répondrai plus.
Je n'ai, évidemment, rien inventé. Je vous ai lu avec attention. Vous avez dit tout ce que je dis que vous dites.
Vous avez tort (avec un "t", vous mettez un "d", ça me fait mal à la France) : je ne suis pas procureur. J'ai toujours pensé que le racisme était plus du ressort du psy que du politique. A ce titre, j'essaye de vous comprendre. A ce titre aussi, je pense qu'une petite analyse ne vous ferait pas de mal (comme elle ne fait de mal à personne).
Vous êtes pris dans quelque chose d'assez vertigineux. Bon courage.
évidemment si vous me faites dire le contraire de ce que j'écris ca peut paraitre choquant, et maintenant vous me conseillez de consulter... de mieux en mieux, c'est un parfait proces stalinien!

vous etes affligeant
Moon,

Je vous ai bien lu aussi.

Vous persistez à utilisez un mot dans un sens qui n'est pas le sien, qui n'a aucune réalité appliqué à l'Homme.
Vous comparez Zemmour à Césaire, ce qui peut laisser dubitatif quant à votre maîtrise des concepts que vous manipulez ici.
Vous faites un parallèle hypocrite entre "race" et "religion" : les religions ont une réalité (je ne parle du sujet de leur dévotion, mais de leur existence physique, les églises, mosquées, synagogues, temples, pape, imams, etc.), les races en tant qu'élément de taxonomie appliqué à l'humanité n'en ont pas.

Et je lis votre discours sur l'identité nationale, la communauté, etc. (le discours de Zemmour, quoi).
Je suis d'accord sur ce point avec Nonosse.
Et je pense que le "nous" que vous utilisez est le même que celui que dénonce Sartre.
Avec les conséquences qui en découlent...
Le mot "race" n'est en rien central dans mon message, si vous voulez le remplacer par un euphémisme allez-y.Tous les noirs que je connais se considerent de "race noire", Aimé Césaire aussi, les clowns du CRAN aussi, je ne vois pas ce qu'il y a de choquant a cela.

"Et je pense que le "nous" que vous utilisez est le même que celui que dénonce Sartre.
Avec les conséquences qui en découlent..."

pouvez-vous développer?
Le mot "race" n'est en rien central dans mon message, si vous voulez le remplacer par un euphémisme allez-y.

Excusez-moi, mais vous vous moquez du monde ?
Je trouve ridicule de vouloir supprimer le mot race pour le remplacer par le mot "taxon" et je l'ai dit.

Je considere que l'on doit dépassioner les questions relatives aux races, nous sommes de races différentes, oui et alors?

ou devrais-je dire nous sommes de taxons différents, oui et alors?
j'ai expliqué clairement suite a une question insitante de votre part "l'appartenance a la communauté francaise n'est pas corélée avec la race."

et

" l'identité nationale (en laquelle je crois) ne contient pas le facteur génétique"

et vous dites juste aprés

"Parce que vous tenez à penser ensemble, d'une manière ou d'une autre (et qu'elle que soit cette manière) couleur de la peau et identité nationale "

vos procédés sont indignes et ne trompent personne.
J'ai peur de me répéter. Mais voici.

Il faudra un jour qu'un prof de philo ou d'histoire voux explique la différence entre vérité et objectivité.

Si je dis : "Cet homme est Noir", cette affirmation est vraie (du moins si sa peau est effectivement sombre), mais ça n'est pas objectif. Car vous sélectionnez, dans ce qui constitue cet homme, un trait particulier de son identité physique. Ce serait exactement la même chose si vous disiez qu'il a les yeux bleus. Arrêtez donc de fonder ce paradigme en nature. La différence est fondée en vérité ; pas en objectivité.

Conséquemment : l'affirmation qui est la vôtre "sentons-nous Français quelle que soit notre couleur de peau" est porteuse de cette même subjectivité.

Par ailleurs : vous ne dites pas : "sentons-nous Français quelle que soit notre couleur des yeux". C'est cela que j'appelle coreller identité nationale et couleur de la peau. Vous mettez les deux dans la même phrase. Et il y a plein d'autres choses que vous n'y mettez pas.

Cette subjectivité, qui fait une fixette sur la couleur de peau, fait de vous un raciste. C'est une définition que je donne là : le racisme n'est ni un vice ni une vertu, mais d'abord une manière subjective particulière de voir le monde. Ma subjectivité, qui fait une fixette sur l'appartenance sociale, fait de moi un socialiste (pas au sens du terme donné par ceux qui s'en réclament). La subjectivité de bidule, qui fera sa fixette sur la couleur des yeux, serait celle d'un... oculiste ?

Ne me dites pas que vous n'êtes pas en ce cas le seul à être raciste, que tous les Noirs qui se réclament de leur couleur de peau le sont aussi, en vertu de cette définition, car :
- c'est vrai, pour certains d'entre eux
- c'est normal, au regard d'une histoire des discriminations subies par le passé (processus normal de revendication avant l'indifférenciation, cf. un de mes posts plus haut)
- si vous le condamnez, pourquoi faites-vous vôtre ce paradigme ? Ce que j'appelais une contradiction. Vous pratiquez ce que vous condamnez. Je le redis : soit vous n'avez pas conscience de vous contredire, soit vous pratiquez en conscience un double langage.

Ce sont mes derniers mots.
Quel magnifique proces d'intention, c'est hillarant.

Je ne me contredis pas, je fais ce que je condamne est le communautarisme, c'est le fait de s'exclure (ou d'etre exclu) de la communauté nationale sous pretexte de race, d'origines ou de religion. Que les personnes noires considerent appartenir a la race noire ne me pose aucun probleme, cela n'est pas contradictoire avec le fait de se sentir francais. Chacun peut estimer appartenir a des races différentes je m'en fous, ce n'est que de la biologie, ce qui m'intéresse est que l'on soit tous unis socialement point.

Vous avez salement manipulé le sens de mes phrases comme je l'ai démontré juste au dessus, j'en déduit que vous etes a court d'arguments, la discussion s'arrete donc ici effectivement.
vous avez oublié de dire qu'écrire "hilarant" avec deux L est la preuve ultime de ma nature raciste, non?
Non.

Rien d'autre que même avec deux "l", on ne vole pas haut.

Chut.
c'est mignon
J'ai bien aimé ce dialogue. Nonosse est venu, a vu, a vaincu...
le coup de l'argument du gamin de 8 ans est elimé aussi... ça prouve quoi, de dire qu'un gamin voit physiquement les différences entre les personnes, sexe, couleur, etc...???
ah, c'est sûr, ce sont les mômes qui ont raison, on est supra intelligent quand on a moins de 10 ans, et ensuite, avec l'âge, les études, les recherches, on devient sacrément plus con...
Merci pour cette excellente intervention plus haut Nonosse.
Avez-vous noté le "et puis c'est tout! dans la réponse de Moon ?
Je crois que la piste de l'entraineur de natation est la bonne.
;-)
Ouais, Moon en fait, c'est Philippe Lucas et pis c'est tout :-)

En plus, il ne veut pas parler avec moi quand je dis que Zemmour fait exprès d'employer ce terme de " race " pour la télé, histoire de faire son buzz... Zemmour n'y croit pas plus que moi, je dirais.

Zemmour ( que je conchie la plupart du temps ), sait ce que veulent dire les mots qu'il emploie, qui conjugués à l'immédiateté de la télé, le propulsent directement au rang de contestataire de haut vol de la pensée unique. Moi, je le trouve plutôt ordinaire le Zemmour ( mais un peu plus retors que la moyenne ). A mon sens, ses indignations, c'est juste de la pub pour ses bouquins.
Je ne suis pas Philippe Lucas mais Éric Zemmour, et je fais exprès de laisser des fautes d'orthographe pour ne pas me faire repérer.

Ce que vous dites sur le fait que Zemmour veuille se faire buzzer pour vendre ses livres ne me dérange pas, il essaie de répandre ses idées et il sait très bien utiliser la télévision pour ça.

C'est quand j'entends que ce qu'il dit est raciste que je suis choqué.
J'en étais sur ! Tu est démasquée, bête immonde et chafouine ! :-)

Ce que je veux dire, c'est qu'en réalité, il ne fait pas passer ses idées, mais des idées qu'il sait pertinemment choquantes pour la plupart des gens afin de fourguer ses livres et son personnage avant tout.
Je ne le crois pas raciste, juste opportuniste et calculateur.

Ce serait le sous-estimer que de penser qu'il ne sait pas ce qu'il dit... Je m'en garderai bien. On voit qu'il prépare son show en direct ( la plupart du temps, sans écouter les autres ), ça n'a rien de spontané et je doute que ça réflète son opinion personnelle.

J'édite : Ca reste une hypothèse, mais je la sens bien.
je serais surpris car je ne l'ai jamais entendu dévier ni retourner sa veste, mais c'est possible!
Merci de ne pas rejeter l'idée... Ca voudrait un peu dire que ce forum est nul et non avenu, désolé. :-)

Je dois dire que j'admire ta pugnacité pour défendre tes idées seul contre tous ( ou presque ). Pour moi, le mot " race " n'évoque pas grand chose et peu m'importe qu'on l'utilise ou pas.

On est assez grands pour faire la différence entre le bas du front qui cite la race dans une optique suprématiste et le pékin moyen qui en fait autant, parcequ'il ne sait pas quel autre mot utiliser ( j'avoue que je ne connaissais pas " taxon " et je ne dois pas être tout seul ) Bref, pour moi, c'est juste du vocabulaire... La réalité ne s'embarrasse pas de ce genre de chose, à ce que j'ai vu.
je ne comprends pas comemnt vous pouvez dire que "c'est juste du vocabulaire".
bien sûr si vous n'y voyez pas de mal, je saisis le sens de la proposition, mais il suffit de lire les formidables articles de Judith Bernard ou ceux d'Anne-Sophie Javques pour se rendre compte de l'importance des mots, du fait qu'ils ne sont ni interchangeables, ni neutres.

Le sens des mots est à cet égard crucial, mais pas seulement : comptent aussi les caractères de celui qui l'emploie.
Zemmour en l'espèce a recours à une conception "biologisante" du mort race tandis que Césaire se servait du mot dans un contexte historique et culturel.

Bref, sens, absence de neutralité, locuteur,tous ces éléments sont à prendre en considération.

Les mots comme les images sont cruciaux, @si est là pour nous le rappeler tous les jours. Il est dommage que cela se perde de vue, dans un forum alimenté part des @sinautes.
Vous faites bien de citer Anne-Sophie qui nous montre par ses brillantes chroniques qu'un mot peut signifier un tas de choses différentes suivant l'époque, ou le contexte dans lequel il est utilisé.

Si le mot " race " employé durant la période de l'esclavage était clairement insultant et hiérarchisant, je crois qu'aujourd'hui, ce n'est plus le cas ( exception faite d'une poignée de déficients mentaux, aussi appelés " suprématistes " )
Autre exemple, un antillais dira " nou nèg' " pour dire " les noirs ", alors que si ce vieux Zemmour disait " les nègres ", il se ferait lyncher en place publique... Comme vous dites, le locuteur, le sens, le contexte.

Ce n'est pas que je me fous du sens des mots, juste que pour le cas qui nous occupe et si le locuteur est de bonne foi ( comme Moon, je crois ), ça n'a que peu d'importance au regard de nos convictions ( qui, il me semble, sont les mêmes )
[quote=On est assez grands pour faire la différence entre le bas du front qui cite la race dans une optique suprématiste et le pékin moyen qui en fait autant, parcequ'il ne sait pas quel autre mot utiliser ( j'avoue que je ne connaissais pas " taxon " et je ne dois pas être tout seul ) Bref, pour moi, c'est juste du vocabulaire... La réalité ne s'embarrasse pas de ce genre de chose, à ce que j'ai vu.]

Que c'est bien dit... je signe!

merci pour ton message
Le fait qu'on ne soit pas tous de la même couleur ne prouve en aucun cas l'existence de races.

C'est d'ailleurs valable également pour les autres animaux, en dehors de l'espèce humaine.
Exemple : j'ai 2 chats, un blanc et un noir. Tous 2 sont de l'espèce felis silvestris catus.

Inversement : j'ai un chien blanc et un chat blanc.
Pourtant, ils sont bien d'espèces différentes...

Vous vous méprenez sur la définition de ce mot.


En résumé, ce que vous dites est de la BOUE.
je ne parle pas que de couleur de peau, ne faites pas semblant de ne pas comprendre, vous savez faire la différence entre un Africain et un Asiatique, que vous appeliez cette différence "race" ou que vous l'affubliez d'un nouvel euphémisme ne change rien a l'affaire.

signé la boue

....vous savez faire la différence entre un Africain et un Asiatique, que vous appeliez cette différence "race" ou que vous l'affubliez d'un nouvel euphémisme ne change rien a l'affaire.

Un enfant saura faire la différence, un diplômé français, je me le demande !!! ( après on s'interroge pourquoi les propos de JMLepen percutaient !!)

.....
Pourquoi classer les hommes selon leur couleur de peau ? Mmh ?
.....


Qu'entendez-vous par "classer" ?
Si "classer" implique "classement" c'est à dire le rang , le premier, le deuxième ... le dernier alors, OK , je suis contre le "classement" des hommes.

Maintenant si "classer" n'implique pas cette hiérarchisation alors je répondrai parce que nos yeux ( sauf les "aveugles bien entendu" ) le constatent !!! Nous constatons le garçon, la fille et les personnes de couleurs différentes.
Et puis on peut constater que pour certains types de maladie, certains groupes de personnes sont plus sensibles que d'autres ( cancer de la peau pour le critère couleur de la peau, Azheimer pour le critère de l'âge, il me semble que pour le cancer du colon le critère du sexe joue aussi (plus fréquent chez l'homme)).

Il est à remarquer que par exemple dans une évacuation organisée par l'armée française, sans que le critère de race rentre en compte, il est en général plus facile d'être évacué , sans être français, d'avoir une couleur de peau différente de celle des autochtones ; en général, c'est une question liée au statut de "ressortissants étrangers" et non pas à la couleur de peau, mais en général, les faits sont ainsi et cela ne veut pas dire que forcément l'armée française (ou belge ou etc ...) est raciste.
supprimé car en double ,!! décidément ce logiciel !!!!