143
Commentaires

Questions à Sarkozy: cherchez les thèmes oubliés

Derniers commentaires

Mise à jour le 4 avril 2008 : [large]LES 166 MESURES[/large]
Madeleine
M'enfin tout ça est très freudien
le grand champion des promesses non tenues est Chirac, le "père" politique de Sarko
Et sarko le "tue" pour ensuite baiser la République
J'avais déjà remarqué toute cette manipulation, mais en voyant cet extrait, je commence vraiment à avoir peur.. Que pouvons nous faire?
Heureusement que vous etes là @si mais si seulement vous pouviez passer au 20h pour que, enfin les français s'en rendent compte...
qu'on a bien de la chance de ne pas vivre au XIXème siècle, car on ne serait pas à l'abri d'un coup d'état boulangiste, d'une prise de pouvoir violente.

Aujourd'hui, l'équivalent est médiatique, c'est moins violent physiquement, mais tout autant symboliquement. Est-ce aussi efficace ? J'espère que non.

Mes repas en ville changent en ce moment. Les gens, ceux-là même qui votaient Sarko, commencent à en dire du mal. Et on a l'impression qu'ils n'ont jamais choisi ce leader, qu'ils ne l'ont pas défendu becs et ongles il y a quelques mois. Bizarre sentiment schizophrénique. Il ne fait jamais bon avoir raison avant l'heure.
Le président est un très bon organisateur de sa propre propagande. j'ai été surpris lorsque, au moment des questions, il a fait mine de ne rien organiser concernant les questions. je n'y crois pas : les questions, vides de sens, de substance, faussement "militantes", téléphonées, tapaient dans le ventre mou du dispositif Sarkozy : aucun risque.
Plutôt que de m'en agacer, j'aimerais savoir comment, selon quelles procédures, les journalistes qui prenaient la parole pouvaient le faire : qui passait le micro, qui ne le passait pas. est ce qu'avant d'entrer, les journalistes écrivaient leurs éventuelles questions etc...
@si pourrait se renseigner là dessus ?
merci
Une petit décryptage suisse de la conférence de presse: http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=500000&bcid=555184#bcid=555184;vid=8620057
C'est bon ..sur Dailymotion bien sur. Il y a en prime une intervention de Joffrin à Clermont ferrand...pas drôle.
J'étais au travail au moment de la conférence de presse et j''ai vu très peu d'images de la conférence, comme si tout le monde était abasourdi par le show. Le moment avec Joffrin semble en être un moment d'anthologie. Savez-vous si je peux trouver ces images quelque part?
Surtout,ne pas se tromper.
Sarkozy n'est rien. Si vous voulez savoir qui tirent les ficelles et a qui profite le crime,regardez la liste des gens qui étaient au Fouquet's le soir du 2eme tour.
Regardez ou sont leurs intérets a tous ces gens là et vous saurez les questions à poser et auxquelles il ne répondra surtout pas.
Sarkozy c'est l'écran de fumée. La preuve,pendant qu'on parlent de lui on ne se posent pas les bonnes questions
Personnellement, je suis impressionné par l'audace de la "crème des journalistes francais". Certes, aucune question sur ce qui touche directement les gens, le Président, celui-ci en tout cas, n'est pas un gens comme un autre, cela a été souligné. Je pensais que l'assemblée serait complaisante, conforme au cliché que j'en ai toujours eu, et avec votre petit montage, on découvre que non, il y a quand des vrais journalistes en France, qui posent de vrais questions, sans se laisser impressionner par la bebette médiatique en face. Le montage est d'autant plus intelligent qu'on devine aux plans sur le visage le type de réponses qui doivent être donner. Ca m'étonnerait qu'elles aient été à la hauteur des questions en tout cas...
Non, je ne vois pas, il n'a rien oublié, tout était parfait, dans le fond comme dans la forme. Tout en nuances, d'une modestie et d'une politesse exquises.
Moi ce que j'ai le plus apprécié, c'est quand il a ouvert sa braguette, posé ses parties génitales sur le pupitre, et a déclaré: "Moi je ne pratique pas cette scandaleuse hypocrisie de mes prédécesseurs, je ne cache rien, je mets tout sur la table!".
Par contre - seule légère critique de ma part - je pense qu'il aurait pu en rester à cette attitude digne, mais le naturel a repris le dessus, et il n'a pas pu s'empêcher de taquiner avec humour les journalistes, en s'écriant "M'sieu Joffrin, des comme çà, vous n'en avez jamais vus, hein, des comme çà ... ?". A vrai dire, cette répartie n'était pas de lui, il n'a fait que reprendre le gag de son ami Bigard créé l'autre jour devant Benoit 16, mais reconnaissons qu'il a su le replacer dans un contexte adéquat! Décidément, on ne le changera pas, notre président espiègle!
Vivement la prochaine conférence de presse!
il aura fallu à peine plus d'un semestre pour que l'illusion Sarkozy se dissipe complètement (malgré les médias qui ,il faut le dire, l'on soutenu dans leur grande majorité;) et que le chantre de la "rupture" et du "parler-vrai" devienne pour les françaiis le symbole de "n'importe quoi" et du "mensonge"..!

Lors de sa récente conférence de presse, ces mêmes médias se sont apperçu de ce coktail de "n'importe quoi" et de "mensonges" qui est en train de devenir la marque de fabrique du sarkozysme..! (mais ils ne savent plus comment s'en sortir, aucun n'ayant d'ailleurs le courage de se lever et quitter les lieux)

Le Président a en effet passé une heure à discourir sur son nouveau concept de "politique de civilisation" comme un cancre planchant sur un devoir de philosophie, en alignant des mots creux. On attendait des réponses claires à ses promesses de "rupture" et d'amélioration de la situation économique, nous avons eu droit à l'annonce fondamentale qu'il fallait remettre l'Homme au coeur de la politique. Le Président allait s'atteler à ce grand chantier philosophique dès 2008 en commençant par envisager de supprimer le publicité des chaînes publique...no comment !
http://millesime.over-blog.com
Vingt-cinq sujets sur Sarkozy + une douzaine de chroniques se rapportant à sa toute petite personne. Ras la casquette des figures imposées !
Si on parlait plutôt d'un autre président, plus digne d'intérêt, Hugo Chavez ?
C'est bien à lui que Clara Rojas et Consuelo Gonzales doivent leur libération, non ? Et pas aux gesticulations du mini-Sauveur planétaire.

Extrait du blog de Sébastien Fontenelle, "Vive le Feu" (10-01-2008) :

J'ai une (simple) question - maintenant que Clara Rojas et Consuelo Gonzalez sont en route pour le Venezuela.

Je voudrais juste savoir où sont planqués, ce soir, les sinistres bouffons péteux qui la semaine dernière ont annoncé, avec beaucoup de leur coutumière et cauteleuse componction, on-vous-l'avait-bien-dit-qu'il-fallait-se-méfier-de-ce-menteur-communiste, que l'échec de la libération de ces deux otages des FARC était, dans le meilleur des cas, un gravissime revers pour le président Hugo Chavez?

Et s'ils vont, ces tristes connards, avoir la décence de s'exiler aux Kerguelen pour les dix prochaines années - ou s'ils vont, as usual, continuer, comme si de rien n'était, après s'être en beauté vautré pour la millionième fois la gueule, à délivrer au monde."

Nico et Carla:
Ils sont déjà mariés depuis jeudi 10
A Neuilly
Source sure


Mariés ou pacsés ?
A vous lire, les journalistes ne font pas leur Boulot !
Comme le président avec les industriels, les journalistes sont trop proches des politiques, se sont les petites phrases dites en "OFF" qui font les Unes.

Je ressens cette liberté d'expression sur le net, les Bloggeurs "Apprentis journaleux" les sans cartes" qui ne peuvent entrer dans aucune conférence officielle et donner le point de vue de la rue ! Car on nous l'a déjà dit... "Ce n'est pas la rue qui gouverne"

Cher @SI, vous êtes sans doutes l'une des expressions libre de cette "éco-politique" de plus en plus présent aujourd'hui avec les rachats successifs des copains du pdt.
L'éthique du journaliste est déjà bien rongée par ces mouvements économiques et politiques, on arrive aujourd'hui à voir l'os !

Je pense aussi que les personnes qui vous regarde, sont sensibles à l'éthique du vrai journaliste et exprime une opinion proche de ce métier, non ?, un grand nombre de Blog exprime aussi des analyses concrètes intéressantes.

Pouvez vous en être le chef de file, le porte carte (de presse) ?
Pouvons-nous créer un nouveau média d'expression libre ? Ou toutes ces réflexions resteront noyées dans la masse des Forums ? Elles ressortiront un jour peut être dans un cache de Google (le tout puissant)

Un apprenti journaleux avec une carte de presse....Papier !
Pour ce qui est de la phrase "s'il y a une erreur, je paye, et cash" de Sarko et identifiée par Mouloud sur Canal+ comme une réplique de Scarface j'ai cherché sur Internet mais rien trouvé. Il n'y a personne qui a 2h30 pour regarder ce film pour confirmer, ou pas, cette info?

En parlant de canal+, je trouve qu'ils maintiennent un assez bon sens critique face au sarkozysme. Je n'ai pas une vue d'ensemble car je vis en Espagne et je n'ai uniquement accès au contenu disponible sur le leur site internet. Mais on y entend quand même des remarques/blagues intéressantes, que se soit d'Apathie, de Mouloud, lors du Petit Journal de Yann Barthès, des extraits de l'émission matinale que je vois dans le zapping ou dans "le meilleur du hier"....même la (magnifique) miss météo se permet de petites imitations assez convaincante de Sarko...

Sans oublier les guignols bien sur.

Marc
UN APPEL A DANIEL SCHEIDERMAN : vous pourriez rajouter des pages aux sujets des forums avant qu'ils ne deviennent des montagnes de réponses.
Un simple bravo pour ce sujet et pour la mise en forme. Je trouve que l'idée de montrer la liste des questions complètes est très bonne. Je retiendrai ce que j'ai pu lire ici et ailleurs que beaucoup de journalistes jouent le jeu du "sarkoshow" et ne sont pas solidaires entre eux. Cela a été relevé par des journalistes étrangers, dans libération, il me semble. De plus, ils proposaient que le journaliste suivant aurait pu poser la même question au président quand celui-ci n'y avait pas répondu la première fois.
Au chapitre des choses qui ne choquent plus personne, il a dit quelque chose en début d'intervention (mais si, vous savez, ce si long monologue, avec trente fois "La politique de civilisation, c'est...") qui m'a interpellé. Sauf erreur, je ne l'ai pas vu relever.

Cela concerne la modification du préambule de la Constitution, notamment pour y intégrer des références à la bioéthique... Alors, là, ça fait peur...

Déjà que le gars voulait faire passer un test ADN à ma fille de 4 ans en maternelle, histoire de vérifier qu'elle n'était pas pré-délinquante. Déjà que le gars déclare sans rire que la pédophilie est sans doute d'origine génétique. Déjà que le gars a renforcé comme un dingue l'étendue du fichier des empreintes génétiques : à la base réservé aux délinquants sexuels, il n'y a plus guère que les délits de boisson et... financiers qui en soient exclus je crois (à lire, sur le site de la CNIL http://www.cnil.fr/index.php?1809, et d'autres informations ici http://lexinter.net/PROCPEN/fichier_national_automatise_des_empreintes_genetiques.htm).

Après recherche, La Croix se pose aussi la question http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2325427&rubId=788

Donc, que nous réserve-t-il dans son petit cerveau ? Il ne reste plus qu'à compter sur l'intelligence de Simone Veil...

@+
Bonjour
Pour faire écho a cette discussion, je souhaiterais dire évidemment, comme beaucoup je suis très surpris que l'on ait pas parlé de certains sujets mais en revanche abordé d'autres, comme les relations amoureuses de M Sarkozy.
Que pensez vous de l'idée d'envoyer une LETTRE COMMUNE DE PROTESTATION/et ou de DEMANDE D'EXPLICATION a cette journaliste du JDD, qui j'imagine possède une carte de presse. Elle, qui a eu la chance d'être invitée a cette conférence. Qui exerce le 4eme pouvoir dans ce pays ? Si les journalistes ne le font pas, alors faisons le en tant que citoyen. Demandons aussi des comptes aux journalistes, même s'ils ne sont pas élus par le peuple. Ce spectacle est désolant, consternant, triste pour ne pas dire dangereux pour la démocratie !!

Qu'en pensez vous ?

Merci et bonne journée

Christophe
Effectivement, c'est à étudier. Il ne nous reste plus que cela pour être entendu. Mais cela marche. REgardez en Belgique comme ils se sont bougés et ont manifestés pour l'union de la Belgique.
Pour Serge Mercier. Tout à fait d'accord. Malheureusement j'ai déjà voté.
Juste pour le fun. LE FLAMBEUR
J'me présente je m'appelle Sarko
J'voudrais bien reussir mon coup
Être aimé
Être grand gagner de l'argent
Pis surtout être intelligent
Mais pour tout ça
Il faudrait q'vous votiez pour moi.
J'suis avoc,j'défend que mes copains
J'veux faire du fric et que ça m'coûte rien
Coûte rien
J'veux écrire la 5 république
Une élite chique et contraignante
Pour faire danser dans les soirées
De monsieur Rotschild
Et partout dans la rue
J'veux qu'on parle de moi
Que bruni soit nue
Quelle se jette sur moi
Qu'elle m'admire
Qu'elle me s...
Qu'elle s'arrache sa conscience
Pour les anciens du PS
Devenu des larbins
J'veux que toutes les nuits
Epuisé dans leurs lits
Qu'ils trompent leurs partis
Dans leurs rèves maudits
Pis après j'frais des débats
Les médias se prosterneront
Devant moi
Des meeting de cent mille personnes
Ou même le monde entier s'étonne
Et se lève pour prolonger mes ébats
Et partout dans la rue
J'veux qu'on parle de moi
Que Bruni soit nue
Qu'elle se jette sur moi
Qu'elle m'admire qu'elle me s...
Qu'elle m'arrache mes verrus.
Pis quand j'en aurai assez
De rester président
Je remonterais sur l'estrade
Comme dans les années crades
J'ferais pleurer les holding
Je ferais mes adieux
Et pis l'année d'après
Je recommencerais
Je me prostiturais pour notre république
Les nouvelles aux 20H
Diront que j'suis schyzo
Que j'me prends pour Cézar
Que j'fait bien d'arreter
Brûleront mon auréole
Saliront ma réput
Alors j'srais fini
J'pourrait crever
Je recherchrais Satan
Pour qu'il m'signe un contrat
J'vais pourrir en enfer
Pour tous les retrouver
J'vais pourrir en enfer
Jusqu'au bout de la rupture

Est-ce possible ?
Finalement, pourquoi tout ce show pour arriver à cette scène ringarde entre toutes avec la bagouse à 100 bâtons et le mariage ? Et si elle disait "Non" (non, non non non non non - comme celle de Polnareff) Si elle choisissait de vivre son désir en dehors des conventions et l'obligeait à se plier à ses règles. Mmmmmmmmmh, vas-y maîtresse, fais-lui mal !
Tiens pourquoi va-t-il à Petra comme son ex, il y a peu ? Est-il venu pour laver un affront ? Allez Judith ! au travail, tant qu'à faire...
en fait je n'ai pas vu la conference de presse mais au vu de tous ces commentaires je me dis que N S n'est pas forcement un mec intelligent c'est plutot les journaleux qui sont betes!!!!
ce mec fait peur en tout cas moi il me fait peur et y'a pas qu'lui tous ces bonshommes et bonnefemmes ne pense qu'a une seule chose le fric le pouvoir et basta si on croit au bon dieu ou au diable au bien ou au mal on ne peut pas ignorer que pour le moment c'est le diable qui regit la planete
pourquoi tous ces gens qui ont LE pouvoir font-ils le mal? savent -ils des choses que l'on ne sait pas? j'en ai marre de me poser des questions. Vous savez quoi? j'accorde plus d'importance a un chien de S D F qu'a tous ces clowns tristes qui me font pleurer a chaudes larmes des qu'ils ouvrent le bec!!!!!( eh oui desolee je ne peux plus en rire!!!)
Penser que telle ou telle question particulière pouvait gêner Nicolas Sarkozy me paraît bien naïf... Il a le sens de la réplique qui tue et le parterre en riait d'avance... Nous savons désormais que notre Président ignore que la monarchie puisse être élective (exemple: Hugues Capet!) et que de toute façon il s'agit d'une formule imaginée de rhétorique permet pour exprimer justement une situation contradictoire... Cependant, ne faudrait-il pas aller à l'essentiel, et notamment à cette soudaine "politique de civilisation" (étrange tout de même qu'un thème aussi important n'ait pas scandé la campagne du candidat!), qui me fait souvenir de Mai 68 et de la "crise de civilisation" que diagnostiquait alors André Malraux, à propos de ces événements dont le spectre hante toujours "l'Europe aux vieux parapets"... Comme quoi nul n'est au bout de ses surprises!
Je n'ai pas vu toute la conférence de press...ion, mais les journalistes ont-ils abordé la grave remise en cause, par Sarkozy à Rome, de la laïcité française.

Sarkozy à dit:
« jamais l’instituteur ne pourra remplacer le pasteur ou le curé » dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal, parce qu’il lui « manquera toujours la radicalité du sacrifice de sa vie et le charisme d’un engagement porté par l’espérance »

La République, Notre République est une République Laïque. La laïcité c’est le vivre ensemble, malgré nos différences.
Le fait religieux doit rester à tous prix dans la sphère privée, sans quoi on en viendra aux communautarismes avec ses affrontements inévitables.
En France nous sommes d'abord citoyens français avant d'être catholiques, juifs ou musulmans ou autres.

Le président veut abandonner le pays aux communautarismes plutôt que de se battre contre la pression constante de ceux qui veulent la destruction de notre modèle républicain.
J'ai l'impression que c'est un pas de plus dans le processus de division de la population. Il ne faut pas céder.

Plus que jamais il s'agit de rester vigilant devant de telles attaques à la laïcité, seul rempart contre l'obscurantisme.
Un des thèmes essentiels oubliés est celui des plus démunis,des sans abris,du quart monde et des mal logés.Des moyens non mis en oeuvre et à mettre en oeuvre pour que la loi sur le logement opposable soit appliquée.
Sarko a dit à un moment , dans la conférence: "quand il a un erreur je paye et je paye cash "

Mouloud a identifié la phrase comme étant une citation de scarface.

Quelqu'un sait dire si c'est vrai?

Si c'est vrai et que vous vous souvenez de la fin du film... Bon ben... Rien à ajouter
Pour moi, Sarkozy et les journalistes c'est ça :
http://blogonautes.blogomaniac.fr/data/blogs/b/l/blogonautes/img/prix-europeen-photo.jpg
La mise en Cène
Spectacle, première en exclusivité mardi 8 janvier, ouverture du rideau à 10h (plus quelques minutes de retard, ça fait classe)

C'est clair, NS est un acteur, pas toujours très bon certes, ou plutôt pas convaincant, mais un acteur, de théatre, de vaudeville, habitué aux effets, aux simagrées, aux mouvements pour capter l'attention. Un acteur, qui n'écrit pas ses textes d'ailleurs, comme la plupart des acteurs. Un acteur qui, à cause de ça, parfois surjoue son rôle de façon tellement visible que c'en est dérangeant. Un acteur qui oublie son texte d'une intervention à l'autre, et qui du coup dit le contraire de ce qu'il disait. Un acteur, cabotin, qui joue de sa popularité et de son coté proche du peuple pour se permettre des familiarités inacceptables.

En face, les journalistes. Ah, ils ont beau dos les journalistes : ramassis de fainéants, de pleutres, de carpettes. Mais qu'attendre d'eux, dans cet exerice imposé ? Une question, une seule, et pas de droit de réponse. Les collègues qui poussent derrière pour placer leur question, forcément plus intelligente que la précédente. Face à un Président fidèle à ses techniques grossières. On me pose une question, j'en pose une autre, de préférence en prenant à témoin, dont la réponse est tellement évidente qu'on ne peut quasiment qu'être d'accord avec moi. J'interpelle. Hop, l'affaire est dans le sac, c'était quoi la question déjà ? Désamorçage de Joffrin, avant même qu'il ne pose sa question, très habile. Déstabilisant. Tout le monde attend la question, et s'attend déjà à voir le colègue se faire allumer. Bravo pour la question, à contre-courant, franche, l'autre en face met du temps à répondre. Il est affaibli, du coup, il attaque, sur la corde sensible, les lecteurs du journal, qui se sont fait rares pendant un moment, hein, M'sieur Joffrin ? Vous connaissez, hein, les dures réalités de la vie d'entreprise. On baisse les yeux, c'est difficile devant les collègues.

Ambiance de salle de classe, le camarade qui se lève sait qu'il va se faire chambrer par ses potes-collègues, voire par le prof lui-même. C'est la honte si ça arrive. Comment garder une contenance ? Sébastien, au secours, il doit y avoir des ressorts ici, des choses à expliquer.

On rêve d'un journaliste, qui aura l'aplomb pour dire "Non, Monsieur le Président, ce n'est pas la question qui vous est posée", "Non, Monsieur le Président, je ne souhaite pas tant de familiarité, familiarité que je ne me permets pas avec vous", "Non, Monsieur le Président, ce que vous prétendez est inexact". Mais qui se le permettra ? Difficile de critiquer un acteur en plein succès, le public n'appréciera pas. Effet inverse de celui escompté. Le savent-ils ? Ont-ils peur ? Mais de quoi, de perdre leur job ? La pression est-elle aussi importante ?

Question intéressante, sur le manque d'enthousiasme qui entoure les pourtant si grands projets du Président. Pourquoi ? Tous les Présidents ont été élus au détriment d'une presque moitié de la population, c'est le jeu de la démocratie. Mais pourquoi une telle cristallisation, une telle opposition viscérale à celui-ci pour ceux qui n'ont pas voté pour lui ? Bien sûr, esquive de la question, on parle de Blum, on louvoie, on ne sait pas. Ca obligerait à trop se poser de questions, sur soi, un peu d'introspection, écouter l'avis des autres : pas pour lui. IL détient la vérité.

Plein de notes sur la conférence, recopiées au propre, mais quel intérêt ? Comment espèrer changer quelque chose alors que le quatrième pouvoir peine à se faire entendre ? Comment organiser une résistance viable, efficace ? Faudra-t-il attendre, comme le dit Alain Duhamel dans un article de Libé mercredi, attendre qu'une voix s'élève à gauche, desempétrée des conflits internes, une voix forte, qui s'opposera ? Ca risque d'être long.

Comment contre-attaquer ? Seule possibilité : les médias. Prendre le bonhomme à son propre piège. Accéder aux prime-time, parce que les citoyens ont aussi des choses à dire. Autant dire impossible. Désespérant. Aussi déprimant qu'au soir du 6 mai, les larmes ne sont pas loin. Pourquoi tant d'incompréhension, tant d'aveuglement ? C'est ça qui pousse au pessimisme.

P'tain, encore 52 longs mois...

@+
tout à fait d'accord avec votre analyse
je n'ai pas suivi la conférence de presse.(honte à moi, je travaillais !!) je trouve la question de Géraldine Woess (BFM TV) tout à fait bien formulée. Cela me touche mais j'aimerais bien savoir comment il lui a été répondu. Comme d'habitude avec une belle moquerie, et une galipette pour montrer que chaque français n'a qu'à avoir de bons copains ?
Amitiés
Chantal
ce matin sur france-inter, le très talentueux et néanmoins modéré journaliste Bernard Getta a qualifié la conférence de presse du Président de:" numéro de cabaret'
Il a tout dit , rien à rajouter!!
Je rêve d'un monde capable de réaliser une journée mondiale sans achat. Hélas j'ai dit "je rêve"... Faudra encore attendre longtemps pour ça.

Je rêve d'un monde capable de ne plus parler de Sarko pendant 5 ans. C'est possible ça !

Et si l'@SI lançait la mode ?
Je rêve ?

Focalisons-nous sur la reconstruction plutôt que la dénonciation du tout que représente le monde sans cette petite crotte qu'est notre président.
On lui donne beaucoup trop d'importance... Parlez de lui à tout va c'est tout le mal qu'il nous souhaite.
Tout le monde sait que c'est le président des riches qui aimeraient une France à la sauce BigMac.

"Avant de changer les autres commence par changer toi-même" ou un truc dans le genre... alors :

Moi-même, déclare solennellement ne plus jamais lire/regarder/écouter tous sujets en rapport avec N. Sarkozy, éviter tous sujets se rapprochant de près ou de loin à sa personne et ce pour une durée de 5 ans.
Je viens à peine de me relever de ma première overdose multimédiatique de Sarkozy, jamais je rechuterai, JE LE JURE.

Voilà.
Si comme moi, toi aussi, tu as vécu de plein fouet une overdose multimédiatique de Sarkozy, alors profite de ce fil pour jurer que plus jamais tu rechuteras.
(Réponse au fil : oublions-le:)
Le plus grave à mes yeux est sans aucun doute l'absence totale de cohésion, d'entraide et de solidarité entre les journalistes eux mêmes qui n'ont rien trouvé de mieux que de pouffer lorsque l'un des leurs (Joffrin en l'occurence) à eu l'outrecuidance de s'exprimer et de parler contre les vents dominants. Honte à toute la profession. Ils sont beaux les journalistes du Monde ou des Echos qui essayent de nous faire pleurer et cautionner leur gueguerre contre les méchants capitalistes Lagardere ou Arnault qu'on accuse de vouloir leur museler le bec. Si ce n'est que pour poser ce genre de questions, relayer la pensée dominante et ridiculiser leurs confrères qui posent d'autres questions moins consensuelles et bien : qu'ils crêvent !
Je sais pas quoi dire... Tant de soumission me dégoûte... DEBOUT LES JOURNALISTES!!!!!!!!!!!!!

Vraiment, j'ai envie de pleurer très fort toutes les larmes de mon corps...

Je vous aime @si, et je vous aime les @sinautes, vous me faites chaud au coeur..
Les franchises médicales. Les retraites. La croissance. Les modalités pratiques de rachat des RTT. La défiscalisation des heures supplémentaires...
ces questions ont été certes oubliées mais les Français, eux, vont y répondre dans deux mois
Justement je n'ai pas envie de rire... Parce qu'un homme d'état qui se permet de moquer, de mépriser et d'exécuter des pirouettes et des allusions douteuses sur la liberté de la presse, comme si celle-ci allait peut-être disparaître, me fait penser au pire. Et je ne veux pas ici, me répandre en criant au loup, je veux ici, alarmer mes concitoyens (en un ou en deux mots, à vous de choisir ; on est d'ailleurs les deux forcément) pour que nous ouvrions nos oreilles et nos yeux et CONTRER cette homme qui dit tout et son contraire, adapte son discours et ses réponses selon l'opinion des gens. Pour la première fois, hier, il m'a glacé le sang cette homme qui pratique le POUVOIR PERSONNEL et soutiens le contraire en utilisant une sémantique qui se mord la queue ! Alors oui, pour moi Laurent Joffrin à eu raison de poser cette question, dans le respect et la dignité, et oui, je trouve que les rires ont été fortement déplacés et me semblent représenter le niveau d'endormissement de la troupe de journaliste qui décidément finissent par avoir le Sarkozy qu'ils méritent (comme la si bien dit Hélène Jouan ce matin sur France Inter) et si nous aussi nous avions le Sarkozy qu'on mérite ? Si vous avez sourit hier, c'est le cas.
Intéressant, ce petit montage.

Il me vient une idée à vous suggérer. Vous serait-il possible, de temps à autre, de nous expliquer le fonctionnement de certains mécanismes médiatiques. Je pense notamment à ce genre de grand show où plus de 500 journalistes sont invités. Comment fait-on pour poser une question, sachant que tout le monde ne pourra pas le faire? Les questions sont-elles présentées à l'avance et triées par le service de presse de l'élysée? etc.
Non que je suspecte quoi que ce soit de malhônnete, mais cela pourrait être intéressant pour une meilleure compréhension.

Bonne continuation.

Antoine Humeau
S'il y avait réellement 600 journalistes dans la salle, il est étonnant qu'aucun d'entre eux n'ait été éborgné par le tarin de Pinocchio :
http://vivelefeu.blog.20minutes.fr/archive/2008/01/09/quarante-neuf-kilometres.html
Et pourtant il y avait soi-disant 600 journalistes dans la salle.Même pris à la maternelle du journalisme, le nain aurit été submergé de questions.Nous parleront donc de 600 personnes.
Jacques Marazano.
Si vous me permettez une petite question populiste, qui paie pour le buffet ? Je comprends très bien qu'on accueille bien les représentants de pays amis, y compris des ex-dictateurs repentis, et qu'on sorte les gros moyens pour célébrer l'amitié, mais quid de la rencontre entre un président et des journalistes, qui est censée être purement professionnelle ? Si le buffet servait à des rencontres plus intimes entre professionnels et le président et à délier les langues pour permettre de recueillir des informations que le public attend, cela pourrait à la limite se justifier. Les caisses de l'état étant vides, il n'y a pas de petites économies.
une seule info reprise comme un seul homme âr tous lesmedias le nombre de journalistes comme si le nombre aavait un sens profond comme si on avait affaire a une vedette du show bizz et que seul le nombre fasse sens en plus qui a verifier cette information puisque cela en est une d habitude pour une manif on a deux chiffres ou est le deuxieme ? qui a verifie les cartes de presse ? et si il y en avait eu 300 cette mise en scene aurait elle ete avec moins de sens ?
Autre question oubliée et, pourtant elle est de taille : celle(s) de la laïcité. J'aurais aimé que le président s'exprime après les vives réactions ( Pascal Quiniou, H. Pena-Ruiz, l'Eglise de France) qu'a suscitées, à juste titre, le discours sur la "laïcité positive" . Qu'il réduise sa spiritualité et ses transcendences personnelles à la seule religion, libre à lui. mais qu'il engage le pays sur cette voie me paraît extrêmement dangereux. On risque fort de s'apercevoir trop tard, qu'à force de vouloir ouvrir, positiver, nuancer ( aux goûts du jour) notre Laïcité à la française, on l'aura remise en cause et dénaturée. Et, positive, elle nous paraîtra très amère...
R.B.
Autre question oubliée et, pourtant elle est de taille : celle(s) de la laïcité. J'aurais aimé que le président s'exprime après les vives réactions ( Pascal Quiniou, H. Pena-Ruiz, l'Eglise de France) qu'a suscitées, à juste titre, le discours sur la "laïcité positive" .
A relire, sur le site de France Inter, l'édito d'Hélène Jouan qui, ce mercredi 9 janvier, dans le 7_10, vers 7h50, a fait son propre méa culpa sur les questions qu'elle n'avait pas osé poser, en se promettant qu'elle serait meilleure la prochaine fois. Je me permets de le reproduire ici, car il ne sera bientôt plus accessible.

L'EDITO D'HELENE JOUAN
FRANCE INTER - mercredi 9 janvier 2008
Au lendemain de la conférence de presse du président



Conférence de presse hier de Nicolas Sarkozy. La première du président.

Le lendemain, que retient-on ?

"D'abord bravo...

Oui, bravo pour la conférence de presse..

Hier, Nicolas Sarkozy a affirmé à juste titre que ce n'était pas la rareté de la parole présidentielle qui en faisait sa valeur, mais son absence qui est une dérobade démocratique. Jacques Chirac a-t-il jamais répondu sur ses éventuels comptes à l'étranger, son état de santé réel, ou son attitude pendant la canicule, par exemple ? Non, pas d'occasion.

Nicolas Sarkozy a prouvé une nouvelle fois hier qu'il était à l'aise dans cette épreuve, même si parfois, il nous a plus fait penser à un boxeur sur un ring, esquivant les coups et rêvant de nous envoyer un uppercut, qu'à un président totalement et sereinement investi de sa fonction.

Pourtant, ce matin, flotte dans l'air comme un sentiment diffus de gêne. Sur lui, et peut-être plus encore, sur nous, les journalistes. Et si on avait le Sarkozy qu'on mérite ? Si le président avait fait la preuve hier, que dans cet exercice là, il était plus fort que nous ?

Pourquoi ?

D'abord dans la mise en scène : depuis 2 jours, on nous fait miroiter l'affluence journalistique à cette conférence comme un signe de grandeur de Nicolas Sarkozy. Franchement, c'est inepte ! Il y avait plus de monde aux voeux de Jacques Chirac l'an dernier ! Mais la com' élyséenne est juste plus efficace aujourd'hui qu'hier !

Pourquoi plus fort que nous ? Parce que le président adore nous renvoyer à nos propres contradictions.

Exemple : son mariage. Sincèrement, sommes nous grandis collectivement, à poser la question de son mariage ? Ce fut la deuxième question comme s'il n'en n'était pas de plus importantes !

Alors évidemment le boxeur s'en est donné à coeur joie, nous reprochant notre mutisme passé sur l'hypocrisie de ses prédécesseurs et les photographes et reporters envoyés à ses "trousses" depuis le début de ses Carla'jôleries. Facile, et vrai, et faux à la fois.

Vrai, la presse n'a rien dit de la famille morganatique de François Mitterrand, ni des vies extra conjugales des autres.

Vrai, "Nicolas et Carla" ça fait vendre. Alors ce qui était réservé à Gala a débarqué directement dans les services politiques ! Et le fait que ça n'ait aucun rapport avec la politique n'est pas grave. On vend de la belle histoire ! Evidemment, Nicolas Sarkozy s'exonère un peu vite de toute responsabilité, lui qui a joué de la mise en scène de sa vie privée depuis des années, lui qui mesure avec attention toutes les répercussions qu'elle peut avoir sur l'opinion publique.

Plus fort que nous ? Oui, car ce type d'exercice donne lieu à une bataille d'ego un peu pathétique, où les journalistes ne veulent pas perdre. Question sur les 35H. Nicolas Sarkozy en annonce la mort, annonce historique. Mais une journaliste pressée lui coupe vite la parole pour placer sa question.

Pas de droit de suite, pas de réflexe de relance.

Question de comportement enfin. Quand un de nos confrères devient la cible de l'ironie cinglante et acharnée du président-boxeur, on pouffe, mais c'est la presse qu'il attaque. Est-ce bien raisonnable ?

Alors, on ressort de là un peu groggy. Oui, le brio présidentiel est impressionnant, et il nous faut quelques minutes pour reprendre nos esprits, et nous dire, "tiens sur le pouvoir d'achat, il avoue son impuissance" "incroyable non pour ce matamore du volontarisme politique".

On retient notre réticence à poser des questions devant 600 confrères, craignant la boite à baffes sarkozyenne. On retient qu'on n'est décidément pas une corporation, et aucune conscience de classe journalistique.

Alors bien sûr au final, les questions ont été posées, mais on se dit que pour la prochaine conférence de presse, on essaiera d'être meilleurs. Nous, les journalistes... Enfin moi quoi !"


http://www.radiofrance.fr/franceinter/chro/edito/
L'art de l'esquive

image détournée : http://citizenlambda.canalblog.com/

L'oral de rattrapage a été à l'image du bilan du premier semestre. Beaucoup d'agitation, de roublardise, de pugnacité voire d'agressivité pour un projet toujours aussi flou bricolé d'évidences et de lapalissades.

Grande nouvelle en effet que de savoir que "la politique doit être au service de l'humain". Le Nain a bien senti qu'il fallait présenter un fil conducteur à sa frénésie réformatrice et s'essaie donc à manier les concepts en évoquant la "politique de civilisation". Mais on s'aperçoit que la théorie n'est décidément pas son fort. S'il se sert de sa gouaille popu avec habileté, on sent bien au fil des explications que l'orateur n'est pas l'auteur des mots qu'il prononce d'ailleurs sans conviction. Il faut dire que le copier/coller du nègre Guaino des thèses d'E. Morin est plus qu'approximatif.

Sur le concret, le bilan n'est guère plus satisfaisant. On attendait Notre Matamore sur le pouvoir d'achat, car si beaucoup d'entre nous ont pu constater le "travailler plus", tout le monde attend avec impatience le "gagner plus". Mais sur ce sujet, Notre Matamore s'est montré plutôt laconique et ne prévoit guère que la création d'une commission d'experts (encore une !) pour revoir les indices. Ce sera sans doute comme pour le chomage, le changement du calcul d'indices permettra de résoudre le problème.

Par contre, la casse des acquis continue de plus belle : fin annoncée des 35 h (sans doute aussi de la durée légale du temps de travail) et la fin de la pub sur l'audio-visuel public (montée immédiate des actions de TF1 et de M6). Ah si ! Une bonne nouvelle dans tout ce galimatias, la suspension du projet de loi sur les OGM ... jusqu'aux municipales (seuls les mal-intentionnés y verront un calcul électoral).

A écouter la péroraison du Nain, on a eu l'impression très nette d'être encore en pleine campagne électorale. Il est sans doute plus à l'aise dans le rôle de l'éternel candidat ne semble pas avoir réalisé qu'il était désormais Président de la République, qu'il avait des responsabilités à exercer et une cohérence à donner à ses actes.

L'art de l'esquive, même habilement manié, ne pourra servir indéfiniment de stratégie. Il faudra bien un jour rendre des comptes.
Ce matin figurait sur le site une photo de Sarkosy à la conférence de presse d'où émergeait à peine sa tête (un clin d'oeil au guignols de l'info après leur jolie référence à ASI avant hier ou encore à la fausse annonce meetic Nico-Cécilia?). Plus important peut-être, le lustre d'apparat en haut à droite du président en devenait le principal objet. Ce double message (Nabosarko et Sarkoblingbling) était donc appuyé. S'il m'a personnellement fait sourire, l'objectivité d'ASI en prenait un coup. Alors si ASI nous faisait un petit exercice de réflexivité, un arrêt sur images sur arrêt sur images? Alors qui s'y colle ???
Chère rédaction,
Chrs @sinautes,

Vous-Savez-Qui n'a pas répondu aux questions qu'on ne lui a pas posées. Logique ! Merci qui ? Merci léjournaleux de lémédia. Mais Vous-Savez-Qui n'a pas répondu aux questions qu'on lui a posées.
La réponse à la question de Laurent Joffrin est commentée par lui-même sur :
http://www.libelabo.fr
@ Talasrum
Bien d'accord avec cette façon de voir !
Le "liberalisme à tout va" (quelque soit la casse...) est bel et bien rentré dans la tête de beaucoup de "gens"...
Le "sarkozysme" plait beaucoup à nos journalistes : en tout cas ceux qui étaient à la conférence de presse.
Peut-être qu'il y en avait de l'autre bord , mais qu' ils n'ont pas osé "la ramener" de peur de se faire laminer par Sarko le Pro...
(Il est très fort , le bougre...)
Ceci ne concerne pas seulement la conférence de Presse de Sarkozy mais l'ensemble de ses "interventions" depuis son élection... Avez-vous remarqué qu'il ne mentionne plus l'insécurité, les zones de non-droit, la "karsherisation" des délinquants...?? Pas une question à ce sujet non plus de la part de nos journalistes, laisserait-on sur le carreau les citoyens de "seconde zone"?
Très bon reportage . Il y a une autre question (il me semble ) qui n'a pas été posée. La France va tenir prochainement la Présidence de l'union Européene.´M. Sarkozy va t-il faire inclure dans le nouveau traité signé à Lisbonne la mention "racines chrétiennes". Il a été nommé Chanoine d'honneur de St Jean de Latran- indirectemment soumis a l'autorité papale- Ce n'ai pas pour rien que son discours a été médiatisé LIRE .http://www.lepost.fr/article/2007/12/21/1071689_la-france-de-monseigneur-sarkozy.html
@Christine grezes 12:36.. Merci pour ce morceau de bravoure et cette colère salutaire. Dommage j'ai déjà voté ce matin de bonne heure
Comme pourrait dire sarko himself "Mince, c'est pourtant pas compliqué ! c'est incroyable!... pourtant ! ... On fait la liste des questions et on voit les thèmes qui n'ont pas été abordés!?.. C'est pas ca le travail d'un bon journaliste dans une démocratie moderne !.. Non?? Vous êtes pas d'accord?? "...

BravoASI
Elle a bien commencé la politique de civilisation de notre monarque de papier : suppression de la police de proximité, ministère de l'identité nationale, test adn, expulsions musclées d'étrangers et d'enfants scolarisés, délations rémunérées, nettoyage urbain des sdf et des mal-logés, pénalisation renforcée des mineurs, enfermement à vie de condamnés ayant purgé leur peine, coupure de subventions des associations de solidarité, réduction progressive du droit de grève, taillage en pièce du droit du travail, allégeance au pire des président des Etats-Unis qui a orchestré le massacre, sur un mensonge, tout un peuple et ses propres compatriotes, mépris de l'homme africain, récupération en tous genres de l'Histoire, etc etc.... Jamais les valeurs, comme il ose le dire, n'ont en France été aussi piétinées et galvaudés. Quand les journalistes vont-ils enfin redevenir une force de contestation et cesser d'être une cour servile subjuguée par un pantin gesticulant qui les utilise mais les traite comme de vrais abrutis, quand la gauche en effet va-t-elle enfin l'ouvrir ? C'est ça notre président de la civilisation ! Inoui !! Cet homme dangereux a un ego surdimensionné qui ne tolère aucune critique, aucune analyse d'autrui, qui s'exprime avec une vulgarité sans pareil, qui fait preuve d'une agressivité dénuée de toute dignité. Essayez de regarder cette conférence de presse sans le son : hystérie ! Regardez la brochette servile du gouvernement attentif jusqu'à la dévotion, coincé, fasciné : consternant ! Comment peut-on être dupe plus longtemps, comment peut-on louer un exercice de communication soit disant réussi ou "il 'excelle" : inimaginable. Alors sa civilisation, il se la garde et il se la bouffe. Pauvres Lumières
C'est sans aucune surprise, mais quand c'est dit explicitement, c'est encore mieux !

Ou le fonctionnement interne de TF1 et ses rapports avec Sarko : http://www.liberation.fr/actualite/ecrans/302537.FR.php
Il est vrai qu'il est plus que surprenant que la question des franchises médicales n'est pas été soulevée.

Depuis quelques jours, la presse se fait pourtant le relai (timide mais relai quand même) d'une personne séropositive de l'Essonne effectuant une grève de traitement depuis 3 mois afin de condamner les franchises médicales.

Les personnes touchées par le VIH, dont certains n'ont pour revenu que l'AAHandicapés (un peu plus de 700€), doivent payer cette TAXE sur la maladie plafonnée à 50 euros par an pour l'instant mais dont le montant peut être modifié à tout moment (souvenez vous du forfait hospitalier, si symbolique à sa naissance et devenu si élevé de nos jours.... c'est la même mécanique... de même, la franchise médicale allemande, peu élevée au départ fut très rapidement "réévaluée...") !

Parce que de nombreux malades sans ressource doivent ou devront se priver de soin à cause de la franchise médicale, cette personne prend le risque de faire la grève de traitement, au péril de sa santé et de sa vie... et AUCUN JOURNALISTE PARMI LES 500 DE LA CONFERENCE DE PRESSE POUR S'EN FAIRE LE RELAIS.... ?
oublie peu etre mais les points les plus importants ont ete aborde dans l'ordre :

1)
le probleme des journalistes et de leurs sources

2)
la vie prive de notre chair (pardon cher) president

3) a peine voilé, j'interprete
comptez vous representer a la prochaine election présidentielle


c'est a ce genre de chose que l'on voit le vrai professionnalisme des journalistes, (a comparer au petites questions mesquines et personnelles que peux poser le francais moyen)

quand on parle du malaise des politiques, on devrait commencer par ce poser des questions sur le malaise des journalistes
C'est peu dire qu'il s'est régalé, le Président, devant la « meute » de journalistes conviés à sa première conférence de presse... pour une séance de dressage.

Il avait préparé une belle pâtée, au goût médiocre : du Edgar Morin réduit à 100 mots de vocabulaire, la politique de Civilisation en fast-food prédigéré.
Il n'est pas le seul capable de concocter des messages directement assimilables par la ménagère de TF1. Mais, chez Fabius par exemple, on sent toujours le reformatage précis de l'énarque pédagogue. Chez Sarkozy, non : sa gouaille de petit caïd et les imperfections de la syntaxe lui permettent de simuler le « brut de décoffrage ». Un artiste du trompe-l'oeil !

La pâtée était donc étalée devant la meute...
On s'organise ? Non, on ne s'organise pas. Allez-y, je vous attend : je vais vous montrer qui est le maître.

Et tous les malheureux journalistes qui espéraient pouvoir plonger la gueule dans la gamelle (et faire leur métier) ont eu droit à une séance de dressage. Devant tout le monde. Devant le monde entier. Jouissif, non ?
Allons Médor, tu sais bien que ce n'est pas comme ça qu'il faut manger... Hein Médor ? C'est comme ça qu'on t 'a appris ? On prend doucement dans la main, on ne jappe pas ... Tape sur le museau (manquerait plus qu'il s'avise de mordre, ce corniaud). Regarde-moi bien, Médor, je reste souriant mais tu sais ce qui t'attend si tu ne fais pas comme je veux ? Hein Médor ?...
Là... Gentil, Médor.

Un seul questionneur y a échappé : celui-là avait bien fait tourner le su-sucre sur sa truffe avant de s'autoriser à l'avaler quand le maître à simplement répondu : « Oui ».
Un thème non oublié : la fin de la pub sur la télé publique, un cadeau à Martin Bouygues ?
+ 9,74 % hier à la bourse de Paris.
Une télé publique entièrement financé par la redevance et l'état sera-t-elle libre ?
A quand le retour d'un ministre de l'information ou de la télévision ?
Nicolas Sarkoloni n'a plus rien à envier à son copain Sylvio.
Léjournaleux de Lémédia ont continué de servir les plats à Vous-Savez-Qui. Chacun est venu avec sa question, attendez sa réponse (langue de bois ou pas) et est reparti heureux.
Lorsque Laurent Joffrin de Libé se fait moucher, ses "collègues" se gloussent... Sarkozy annonce la fin des 35 heures, et la question suivante porte sur un tout autre sujet. Une conférence de presse se prépare... Non ?
Mais pourquoi ces thèmes sont-ils oubliés?
Tout simplement parce que les journalistes ne font plus partie des "gens". Leurs salaires, modes de vie, relations sociales ne sont plus (l'ont-elles été un jour?) proches des gens? Combien parmi ces institutionnels du journalisme peuvent se targuer d'avoir rencontré ailleurs que devant leur petit écran ou pour les besoins d'une commande une personne qui touche moins de 1500 euros par mois?
Combien se demandent comment on peut vivre aujourd'hui dans une grande ville avec un SMIC?
Combien se demandent quel est le véritable impact sur les "gens" du niveau de vie, du prix de l'essence...?
La réponse va malheureusement de soi.
Il ne s'agit pas ici de faire du populisme: les journalistes des grands journaux nationaux ont toujours été plus proches des classes dirigeantes (ne dit-on pas le 4ème pouvoir?), que des classes populaires. Cependant, jusqu'à un certain niveau, les journalistes essayaient de rester proches des "gens", de s'intéresser à leurs préoccupations...
& puis, récemment, ils ont pris un virage à 180°! Ils ont décidé qu'il y en avait marre, que les "gens" n'avaient qu'à devenir riches... & ils ont commencé à faire presque exclusivement des reportages sur les riches (il serait intéressant de voir l'évolution sur plusieurs années des thèmes de reportage de l'émission Capital par exemple), en se disant qu'eux-mêmes bavaient sur les plus riches qu'eux, alors ça devrait aussi fonctionner sur les pauvres...
Le pire, c'est que ça marche!
Pourquoi les journalistes ricanent-ils avec le président? Parce que quelque part, ils l'envient. Ils trouvent que comme le Tapie des années 90, il a réussi et eux non...!
Peut-être qu'un jour ils se réveilleront? Ou pas! Il faudra alors que d'autres journalistes fassent le boulot à leur place pendant qu'ils pleureront devant l'érosion progressive de leurs ventes...
Talasrum
http://thalasrum.over-blog.com
http://www.lepost.fr/article/2008/01/09/1079848_ce-que-vous-ne-verrez-jamais-a-la-tele.html
j'ai une question et si ce n'est pas ici que je la pose j'aurai épuisé toutes les ressources :

pourquoi aucun media n'ose ce rapprochement d'image. C'est pourtant simple à faire et tellement édifiant. Si çà n'est pas du flagrant délit de mensonge ou si vous préferez de foutage de gueule il faut m'expliquer.

http://www.dailymotion.com/video/x3zsi7_jai-change_politics
Bonjour,

Bravo, bravo et bravo !

Très bon montage. On retrouve là, enfin, l'émission que nous aimions.

C'est un peu dommage que le net n'en profite pas pour le coup.

Car, on a tous étaient sanctionnés pour Dailymotion pour l'échange entre Joffrin et le Président !

Le passage vient d'être retiré. Cela d'ailleurs pose problème car l'Elysée est un lieu qui quelque part appartient bien au peuple de France non ?

D'ailleurs, l'intégralité de la conférence est disponible sur elysee.fr.

Je trouve, que l'on devrait tous se mobiliser pour que les images de l'Elysée puissent être libres de droit !

En fait, si j'ai bien vu, ce serait LCI qui aurait une fois de plus fait pression...

Encore bravo, je viens déjà de rentabiliser mon abonnement chez vous avec votre vidéo très bien faite.

A plus

JD
www.gueulante.fr
Parfait ! Mais la bonne idée qui a frappé de stupeur les journalistes du service public, prêt à cirer les pompes pour n'importe quel prix, c'est de supprimer totalement les ressources publicitaires !
Personnellement je défends cette idée depuis longtemps, les enquêtes de ASI ayant montré par exemple que l'envahissement du journaux de 13 h par les vacances de neige étaient la conséquence de la volonté de frapper un coeur de cible de cadres aisés entre 20 et x ans ...
Toutes vos enquêtes ont montré que les missions du service public étaient incompatibles avec la pub (par exemple, la bouffe des enfants).
Maintenant la BBC a développé une culture du service public depuis 100 ans (ou presque) avec les moyens appropriés -
La culture "service public" française est plus imprégnée ORTF. Et sans moyens adéquats, c'est un assassinat pur et simple.
Mais au moins ça a le mérite de poser la bonne question !
C'est aussi interessant de voir la façon dont lémédia ont parlé de cette conférence de presse:
Ouverture avec la question/réponse concernant Carla Bruni en intégrale, suivi de quelques instant choisi sur la "politique de civilisation" et 2-3 autres moments, et en très rapide les différents thème abordés (mais rien sur ceux oubliés, contrairement à @si).
Cette petite remarque est à l'attention du site arrêt sur Images :" Ça serait bien que vous laissiez aux blogeurs le soin de pouvoir bloguer vos vidéos sur nos sites comme cela se pratique partout ailleurs. (DailyMotion, YouTube, Web2Zéro etc. ) Allez-zou, on ne vous en veut pas, personne n'est parfait et puis il y a encore tant de choses à faires... On vous aime :-)
PS - N'oubliez pas le participatif, c'est ce qui fait le succès du Web 2.0 !!!


Amitiés ;-)
Vous pensez que y'a que le pouvoir d'achat qui concerne les francais ?
Y'a pas que la situation financiere des gens qui les concerne, enfin j'espere !
comme le dis l'hedomadaire "marianne" questions non posées
Monsieur le Président,
1) pourquoi vous qui avez la culture du résultat, augmentez-vous votre salaire de 170% avant même d'avoir des résultats???
2) vous aviez dit, Monsieur le Président, que vous n'exposeiriez plus votre vie privée, pourquoi avoir changé d'avis ???
3) ne convient-il pas de légiférer pour mettre fin à cette proximité malsaine, entre vous, et les patrons de grands médias français???
http://millesime.over-blog.com
Médias et audiovisuel public

Déclaration de Anne HIDALGO, Secrétaire nationale à la Culture et aux Médias
et Stéphane PELLET, Délégué national chargé des Médias,
suite à la Conférence de presse de Nicolas SARKOZY.


Avec beaucoup d'humour, on pourrait saluer la pirouette… et même dire "bien joué l'artiste". En effet alors que tous les éléments d'analyse sérieux montrent que jamais un Président de la République n'a eu un rapport de pouvoir personnel aussi puissant avec les industries médiatiques (medias de grande audience tous dirigés pas ses amis, anciens collaborateurs placés aux postes clés, intervention personnelle auprès des dirigeants pour faire modifier les informations…), Nicolas Sarkozy essaye de lancer un pavé dans la mare justement dans le domaine de la presse et des medias, pour dire, comme par forfanterie "vous m'accuser de manipuler les médias, alors je vais laver plus blanc que blanc". Malheureusement pour lui, passé le moment de stupéfaction, force est de constater que tout cela n’est qu’une tactique politicienne sur la forme et un vaste rideau de fumée sur le fond.

Tout d'abord la forme : les critiques sur sa conception du rapport aux medias sont devenues si fortes qu'il en est même jusque dans sa propre majorité pour s'inquiéter de cette dérive. Des parlementaires de l’UMP ont proposé une hausse de la redevance pour l'audiovisuel public, prenant en compte ainsi la dure réalité d'un service public démuni et déconsidéré par le Président lui-même. Les propres responsables des medias privés proches du pouvoir ont commencé à s'inquiéter, l'image de leur entreprise étant désormais atteinte. Nicolas Sarkozy a donc compris qu'il fallait prendre tout le monde à rebours pour espérer inverser la tendance. L'aveu est venu du conseiller même du Président, Georges-Marc Benamou, qui quelques minutes après son patron, a donné la clef de lecture : nous avons puisé directement dans les mesures proposées par la gauche et singulièrement par le Parti Socialiste (diminution du poids de la publicité, taxation des revenus de la communication, moyens à allouer au service public...) pour proposer une "révolution". Au passage, il est bon de noter que les vrais changements, au moins dans leur principe (!) sont inspirés par la gauche. Ce second aveu n'en est pas moins intéressant. Les rédacteurs du programme de l'UMP apprécieront.

Sur la forme donc ces annonces ressemblent fort à d'autres faites concernant "l'ouverture", destinées à troubler l'électorat de gauche à quelques semaines d'élections redoutées par le pouvoir en place.

Sur le fond ensuite les choses s'annoncent bien plus graves : appliquées telles qu'annoncées, les mesures en faveur du service public n'auraient qu'une conséquence immédiate, la diminution drastique des crédits du service public, l'augmentation déraisonnable de la redevance et la chute de l'audience des medias publics. Autre effet tout aussi immédiat pour les medias privés (sans qu’ils soient cités, certains auront reconnu là les amis du Président) : l'afflux d'une manne publicitaire inespérée qui ne demandera qu'à se répartir entre eux. Aux Etats Unis, modèle de référence pour le Président de la République, il existe une chaîne généraliste de service public fonctionnant sans publicité. Son audience est de 3 %, pas de quoi affoler les majors en effet et encore moins de se donner les moyens d'exercer un réel contre pouvoir vis à vis du "marché triomphant". Il n'y a donc rien de sérieux dans cette annonce. Le service public manque bien entendu de moyens mais plus encore de considération, d'une vision et d'un projet qui lui permettent, dans le cadre d'un vaste plan de réforme de réussir "sa" révolution, c'est à dire l'organisation d'un vaste pôle public, basé sur une information et des programmes de référence, sur une translation vers le multimédia et sur une augmentation de ses ressources, en particulier adossée sur une relance de la production.


La mesure annoncée par Nicolas Sarkozy s'apparente donc plus à un démantèlement en règle du service public à la française.
Plutôt qu'une suppression de la publicité dans le service public de l'audiovisuel (ce qui en tant que principe ne peut être rejeté en bloc mais mérite que l'on prenne le temps d’en mesurer les conséquences), nous proposerions volontiers au Président la suppression de la publicité déguisée ....à l'Elysée, « sommet » s'il en est du service public, où il n'est question ces derniers temps que de cadeaux faits par des entreprises, de l'influence, si ce n'est de l'ingérence des milieux d'affaires, de jets et yachts, de séjours gracieux, tous rigoureusement destinés à mettre notre Président de la République…sous l'empire de l'argent.
D'être ainsi rudoyée par Sarko - j'ai entendu ce bout sur France Culture à 18h (la seule vraie source d'info qui vaille) - devant ses confrères médusés, et apparemment figés.
C'est bien d'une nouvelle forme de dictature qu'il s'agit.
Les républicains ont mis 22 ans à venir à bout de Napoléon III, de son culot et de ses entourloupes.
Combien nous en faudra-t-il face à Sarko ?
et la politique internationale ? et les régimes spéciaux ? et la fonction publique hospitalière ? et ? et ?
7 mn de questions pour 2 heures de paroles mais le président se lève le matin et se couche le soir et emmène les enfants accompagnés des adultes à disneypeoplitique land....
Question-piège: quand et où a t'il dit ceci ?
"Mais attends ! Vous vous mettez dans le truc. J'ai cent gugusses que j'ai jamais vu de ma vie. Je suis bombardé de questions. Je viens de me faire alpaguer par l'homosexuel. J'ai rien contre, en tant que tel [silence, pour laisser fuser quelques rires gras]. Je m'en sors, sur la différence entre l'amour, le désir, le contrat d'union civile, etc. Là-dessus, j'ai l'autre, là, la harpie, là... qui me, qui prend. Dix millions de téléspectateurs, deux heures vingt... Et vous me dites -Ah dites donc là, mon vieux, vous auriez pas dû le dire-"
C'était en février 2007, quelques jours après l'émission "J'ai une question à vous poser" de TF1, lors d'une réunion "off" avec des associations.
(www.dailymotion.com/video/x1qrxd_sarkozy-se-lache_news)
Alors... que ce soit devant 100 français ou devant 600 journalistes... la technique est toujours la même.
Ne laisser poser que vingt-et-une questions, se poser à soi-même une quarantaine d'autres, faire des effets de manches, mettre le "public" dans sa poche, mentir effrontément avec le plus grand sérieux, voire avec un air offusqué.
Il faut lui résister.
Plus que jamais.
Personnellement ce que j'ai trouvé odieux, c'est les rires des journalistes. Je les avais vu assis auprès de lui, mais là... MONSTREUX ! Oui, quel est le rôle des journalistes aujourd'hui.
Autrement concernant les tours de passe passe de Sarkosy, je n'apprends rien. C'est le moral quoi... qui en prend encore un coup. Madeleine
Mais pourquoi diable voulez-vous que les journalistes posent des questions sur le rachat des RTT et la défiscalisation des heures supplémentaires alors même que le Président annonce la "fin des 35 heures" tandis que le Premier Ministre, qui est son collaborateur, c'est-à-dire la voix de son maître, annonce la fin de l'existence de la durée légale du travail.

Si il n'y a plus de 35 heures et a fortiori de durée légale du travail, les RTT et les heures sup, ça devient une question lunaire pour l'espace public. Ca n'est plus ni au gouvernement ni au parlement de s'en préoccuper. Ils sont tous parfaitement logiques, ces journalistes.
et oui ...
C'est pourquoi libération publie, mais ne pratique pas les questions qu'ils publient !

C'est du journalisme sans intérêt ; il ferait mieux d'aller voir les conférences de presse à Madrid quand les catalans posent des questions aux espagnols ... Aquò bolega !

Mais ça aussi les représentants de la presse parisienne à Madrid n'en parle jamais.

Mais ou sont formés les journalistes ?

Faut-il des journalistes formés dans des écoles spécialisées ? Ça permet aux grands manipulateurs des rédactions centrales de faire une sélection, en milieu réduit, sélection très efficace en qualité médiocre au niveau de la curiosité et du courage pour poser de vraies questions.

Les Internautes de Libé sont plus forts que les journalistes de Libé !

Jean-François Kahn a bien raison sur la qualité de la profession, même sur leur capacité à défendre leur indépendance rédactionnelle.

Encore une fois, une raison de plus pour l'existence d'@SI
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.