30
Commentaires

Quelques décentrements au centre de Paris

Commentaires préférés des abonnés

La plupart d'entre nous, sommes , comme vous, remplis de doute , d'inquiétude, et d'incertitude..


Cependant, quand ce doute survient,  je me fie à l'opinion de S. Royal.


En tant qu'ambassadrice, elle est pour moi un " pôle " de certitude.; si elle(...)

Approuvé 12 fois

Je précise ma pensée: conclure de suite à une collusion parce que les flics ne leur sont pas tombés dessus d'emblée est très "léger". Il y a plein d'autres explications. 


Une d'elle, en effet, c'est que sociologiquement ce sont plutôt des CSP+ mê(...)

.

URL de cet article 35305

 

Cher Daniel... quand je "vois" (dans le contexte actuel) la police "ne rien faire" ... je m'interroge : pourquoi ? ensui(...)

Derniers commentaires

Inattendu éclairage belge - en passant par Londres - : la plus jeune fille de Léopold III (Esmeralda, 63 ans) arrêtée pour sa participation à une activité de blocage menée par le mouvement de désobéissance civile non-violent Extinction Rebellion...


https://www.lesoir.be/253065/article/2019-10-11/la-princesse-esmeralda-arretee-lors-dune-action-dextinction-rebellion-il-faut

N'est ce pas normal, voir une bonne chose, que les intellectuels prennent du recul, et réfléchissent, avant de s'engager ? Chaque mouvement est complexe, et si on veut que l'engagement soit entier, en son âme et conscience, il faut prendre le temps d'appréhendre ce qu'il se passe.

Je suis toujours atterré quand Daniel se lance dans une analyse politique et qu'il ne parvient à produire que l'équivalent rhétorique d'une vague disserte de sciences po option journalisme.

"Ah bah Royal leur tape dessus, les GJ aussi, c'est bien que quelque part XR a raison". Ca s'appelle un sophisme du juste milieu, procédé rhétorique classique et classiquement médiocre.

Et puis... c'est tout, la chronique du jour se résume et ça ainsi qu'à une pénétrante introspection sur le caractère problématique de ses trajets en scooter sur la place du Châtelet... Puissant.

Ce, alors que des dizaines d'articles critiques conséquents sur XR sont à portée de clic.


Contrairement à ce qu'on peut lire sur ce forum, critiquer n'est pas nécessairement diviser, et si comme à chaque fois qu'un "nouveau" mouvement naît, les militants chevronnés ont tendance à se moquer de la naïveté qui s'y exprime (attitude ni constructive ni intelligente, nous sommes d'accord), le travail critique, dont Daniel rend bien mal compte dans cette chronique, est toujours indispensable.


Les mobilisations XR sont pourtant problématiques à plusieurs titres. 1/ l'aspect conservateur de ses revendications, centrées autour de l'interpellation des gouvernants et l'exigence d'une reconnaissance de leur part de l'urgence climatique, la "neutralité carbone" à un horizon proche qui est censée en résulter, la mise en place d'assemblées citoyennes pour surveiller le processus. En somme, du citoyennisme dans ce qu'il a de plus inoffensif et conservateur : chacun à sa place, l'Etat légifère et dirige, les braves citoyens interpellent, on leur donne un nonoss pseudo-participatif à ronger, et pendant ce temps là le capitalisme, son fonctionnement, ses contraintes, l'exploitation, la domination restent non seulement intacts mais même carréement impensés.

Il s'agit d'une perspective dépolitisée, dépolitisante et inadéquate à l'ampleur des enjeux climatiques ; au mieux c'est un coup d'épée dans l'eau ou, si on est charitable, une amorce "sympathique" de politisation pour rejetons de CSP+, au pire ça concourt à légitimer la possible orientation autoritaire des politiques écologiques à venir. Si c'est à l'Etat de "respecter ses obligations" et pas à une société organisée en communes fédérées de délibérer sur les besoins et les moyens à mettre en oeuvre pour y répondre, eh bien c'est ce même Etat (et sa police) qui se proposera de gérer une bienveillante pénurie de façon autoritaire, avec des politiques autoritaires et inégalitaires de rationnement, et/ou actionnera le levier démographique, avec une option mépris de classe et racisme (qui vont souvent avec dans ce cadre discursif).


2/ la coloration mystico-managériale de sa rhétorique, avec promesses de développement personnel, d'épiphanies sensorielles et de partouzes esthétiques. C'est de ce point que les copain.es d'extrême gauche se moquent le plus, et quelque part je les comprends. Le milieu collapso est aussi très touché par ce genre de propositions esthético-existentielles irrationnelles, spiritualistes et dépolitisantes.


3/ un fonctionnement prétendument horizontal où l'absence de procédures de délégation claires contribue à cimenter des hiérarchies implicites au bénéfice de quelques figures charismatiques (pas forcément médiatiques) et plus généralement des mieux dotés en capital culturel/symbolique. Classique, pas sympathique.


4/ ses tactiques vis à vis des forces de répression, qui traduisent une mauvaise compréhension de leur rôle dans la reproduction de l'ordre social contemporain.


Il y aurait bien davantage à développer, d'autres l'ont d'ailleurs fait, ça se trouve facilement. En tout cas, j'espère avoir un peu démontré que critiquer un mouvement, ce n'est ni "diviser" ni "cracher dans la soupe". Evidemment qu'il faut se poser des questions avant de participer à un tel bidule. Ce qui n'exclut pas que XR puisse évoluer, créer des sociabilités qui se révéleront utiles par la suite, consolider des habitus militants, etc. Pas de mépris : de la critique.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Encore un article de Reporterre pour ceux qui s'interrogent sur le mouvement, ses principes, l'argumentation de sa non-violence, ses relations avec la préfecture.

Cher DS, merci pour ces questions profondément pertinentes sur la nécessité de circuler en mode  motorisé et solitaire sur la place du Châtelet.


 J'ai des réponses possibles, en ce qui concerne l'alternative de circuler en bus RATP à Paris:


 vous ne l'aviez pas choisie, pour une des raisons suivantes:


vous vous rendiez à un RV  où vous ne pouviez pas vous permettre d'être en retard;


l'affichage de l'abri bus vous a semblé déficient ( "prochain passage dans 97 mn")


il n'y avait pas d'affichage dans l'abri, et vous aviez déjà attendu 25 mn; pourtant le délai prévu sur le panneau d'info était bien de 4 à 10 mn dans le créneau horaire concerné;


l'affichage, initialement encourageant (prochain passage dans 1 mn) avait disparu, puis avait été remplacé par celui-ci: "..............." . et vous vous êtes demandé si le bus annoncé avait été téléporté ailleurs, s'était volatilisé ou était tombé dans une crevasse, et ça vous a refroidi.


le bus est arrivé mais il était blindé, et comme vous êtes trop âgé pour rester debout en mode sardine ..... ( si si, ça viendra) ; de toute façon vous n'auriez pas eu la force de pousser pour y monter.


l'arrêt  provisoire n'était pas au bon endroit, et le bus est passé vide sans s'arrêter.


............autres?





On est dans le même bateau selon XR , pourvu  que leur imaginaire du bateau ne se limite pas aux navires négriers , à l'arche de Noé , ou au titanic, entre les cales , le peuple élu et le sauvetage de classe, quelles sont les places réservées aux racisés , pauvres, femmes et dans le contexte aux GJ.

Le discours écologique doit être inséparablement pensé avec  la recherche d'égalité et de justice. 

Un livre "penser l'écologie décoloniale de Malcolm Ferdinand" ou l'écouter sur Afrotopiques, un décentrement qui demande un effort plutôt qu'un décentrement de promenade de confort. 

Je soutiens leurs actions mais il y a des impensés qui me sidèrent.

Oulà ! comme certains y vont !!! Tout d'abord "douter" n'est pas "cracher"

Quant à l'article du Grand Soir,  j'ai trouvé qu'il amenait un éclairage différent de ce que l'on peut lire ailleurs !  Et je pense que la diversité d'opinion (opinion bien tranchée du GS j'en conviens, et il me convient) doit servir à réfléchir, à confronter des idées pour lever les doutes ou les confirmer. 

Et à lire les commentaires, ils les confirment, pour l'instant;

"Cours plus vite camarade, le vieux monde est derrière toi !" (Mai 68)


Ce slogan mis à toutes les sauces -même avariées- pourrait s’appliquer à tous ceux, moi y compris, qui ne pige pas trop l'action de XR.


Souvenir du livre d'un ami écrit en 1984 sous pseudo avec un titre ironiquement cynique:


Dans les liens que vous donnez en direction de Libération, c'est Sophie Wahnich qui se montre "plus positive", je ne retrouve rien venant de Mathilde. Sur Reporterre, même si elle se montre plus perplexe que désapprobatrice, j'ai été moi-même...perplexe devant sa réaction. 


De même que "le chemin se fait en marchant", il me semble que la politisation et l'élaboration d'une ligne se font sur le terrain. Ce qui rend compte des  contradictions, des slogans écrits puis effacés, ou simplement désapprouvés. La vie, quoi... 


Quant au chapeau de l'article du Grand soir cité plus bas, qui semble regretter qu'il n'y ait pas eu carnage policier, et qui en fait une presque preuve de kollaboration... restez entre vous, messieurs (dames?), le peuple, c'est trop impur.

La plupart d'entre nous, sommes , comme vous, remplis de doute , d'inquiétude, et d'incertitude..


Cependant, quand ce doute survient,  je me fie à l'opinion de S. Royal.


En tant qu'ambassadrice, elle est pour moi un " pôle " de certitude.; si elle dit : " c'est blanc ", je sais que c'est noir. Si elle dit que c'est  noir, je sais  que c'est  blanc.


On a presque la certitude de sa connerie  ( presque )....

.

URL de cet article 35305

 

Cher Daniel... quand je "vois" (dans le contexte actuel) la police "ne rien faire" ... je m'interroge : pourquoi ? ensuite je cherche : à qui appartient Italie 2 et d'où vient XR.

J'ai trouvé une réponse sur le site du Grand Soir... article ci-dessus.

Je me "décentre" régulièrement mais avec ceux-là ... tout comme M.Larrère j'ai un sérieux doute!



Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.