52
Commentaires

Quand un salarié de Radiall a dit son inquiétude à François Hollande

Lundi 17 décembre. Le président de la République est de sortie. En province. Dans une usine. Non, pas en campagne électorale, Monsieur. En président, près des gens. Pour rencontrer des patrons méritants. Et aussi des salariés. Qui lui ont parlé. Tout doucement, sans crier. Ce que lui ont dit ces salariés, les angoisses qu'ils ont exprimées dans un souffle, vous ne le lirez dans aucun journal. Moi, j'y étais.

Derniers commentaires

JL Mélenchon nous parle depuis quelques temps des aventures d'EADS et de Sanofi. Il remet ça en ce moment en racontant les aventures d'Alcatel. Au menu : hypothèque du portefeuille de brevets, engagement d'Alcatel à se dessaisir des actifs de l'activité de câbles optiques sous-marins. J'ai l'impression de méconnaitre complètement ces informations là. Rien entendu ou presque à la radio. Pas plus sur les sites d'infos en ligne.
Qui a des informations là-dessus ?
Merci Anne-Sophie très bon article!
Au delà du clivage employé / patron et du sketche des deux peurs, il est frappant de voir à quel point le politique de droite comme de gauche est déconnecté des réalités industrielles. Les journalistes ont aussi leur responsabilité en suivant aveuglement les stratégies de com gouvernementales.... Un sujet comme Florange fait la une des médias alors que le futur des HFX est acte depuis longtemps, mais tout le monde et les medias surtout se fichent des entreprises qui marchent et qui représentent l avenir !
Il aurait été intéressant de discuter du futur : que signifiera la délocalisation dans 10 ou 20 ans ? Qu est ce que le Lean et surtout le vrai Lean pas l habillage médiatique ? Quelles sont les gouvernances d avenir, avec des relations constructives patrons / représentants salariés ?
La délocalisation à bon dos mais est aussi une stratégie de développement de pays vers lesquels des usines sont délocalisées, sur des produits techniques ou à forte valeur ajoutée la délocalisation n'a aucun sens et ne présente pas de risque pour la France. À un horizon de 10 ans le rattrapage salarial de la Chine en fait un pays non attractif au détriment de l Inde ou de l'Asie du sud est pour les commodites nécessitant beaucoup de main d œuvre et le coût logistique, du design ou qualitatif de ces pays est bien souvent prohibitif. Le mouvement de délocalisation est inéluctable en revanche les stratégies de délocalisation évoluent très vite, l enjeu pour les gouvernements occidentaux porte donc sur la gestion et le controle des critères éthiques des produits délocalisés (ex :refus du travail des enfants) et la compétitivité du coût du travail en France par rapport aux autres pays occidentaux. Le coût élevé du travail en France freine le développement d usines en France au détriment d autres pays européens comme l Allemagne en revanche les pénalités en cas de licenciement en France ne sont pas les plus élevées en Europe et pourraient être plus dissuasives au départ alors qu'elles sont très rarement un frein !
Le Lean : je ne suis pas sur que le président sache réellement ce que sait malgré sa fausse question naïve, je ne suis pas sur non plus que l on puisse se satisfaire de la réponse du représentant du CE. Et au delà de la récompense salariale qu en est-il? Est ce une strategie permettant d eviter ou de repousser la delocalisation dans bon hombre de cas? Cette question n a pas ete posee ..... Est ce une strategie de developpement ? Comment en faire un outil de developpement de l enterprise et de ses salaries et non un simple outil de maitrise des couts? Toyota, createur historique du Lean est probablement alle trop loin recemment et l a paye sur la qualite de ses produits. Combien d entreprises se developpent grace au Lean?
Aucun debat ni positionnement de nos dirigeants sur les gouvernances des entreprises.... Cette table ronde n est probablement pas un modele d avenir ;-))))
Bonjour
Bravo et merci pour le sujet et le style
Oui, ce compte-rendu d'ASJ fait plaisir à lire : c'est du bon travail ça cocotte ! mais non, ça ne me fait pas rire ce cirque médiatico-politique, ça aurait même tendance à me faire déprimer.

La peur des salariés d'un côté, la peur des patrons de l'autre, la couardise des politiques, le cynisme désabusé des médias... drôle de recette pour une drôle de "guerre" annoncée.

:-(
Je rebondis sur le "Lean". Cette méthode n'est pas toujours synonyme d'épanouissement... http://www.rue89.com/2011/07/21/la-methode-lean-le-retour-du-pire-du-travail-a-la-chaine-214971
Un article passionnant . C'est en effet là que se joue le présent et l'avenir de notre pays.
Encore un superbe article Anne-Sophie !
(je venais prendre ma dose matinale de 9h15 un poil trop tot, alors j'en ai profité pour savourer votre papier !)

Noyeux Joel !
Merci.
Superbe article. Très effrayant article. Tout n'est qu'opération de com. Les décisions se passent en coulisses, quand les patrons vont en privé voir les politiques.

Radiall n'est qu'un prétexte à l'opération de com. Et ce silence aux questions courageuses des employés, il faut oser le faire à cette occasion, il faut avoir peur pour de bonnes raisons.

Effrayant article.
Très bon reportage, même si entre les lignes ce qu'il dessine est dramatique. Hollande a décidé de reprendre à son compte les mesures réclamées par le patronat depuis 30 ans, et en grande partie déjà appliquées : baisse du coût du travail, baisse de la fiscalité, et bientôt ncore plus de flexibilité, la remise en question du CDI voire du SMIC...sauf que dans le meilleur des cas si ça marche, on aboutit à une société ultra inégalitaire à l'anglosaxonne et dans le pire des cas, qui s'annonce, ces mesures vont aggraver la dépression en Europe et conduire à la catastrophe car la consommation va chuter et le chômage exploser. Si on ne s'attaque pas aux questions de fond comme le libre échange évoqué dans ce reportage à travers les délocalisations, on ne fait que retarder l'échéance d'une désindustrialisation complète du pays.Bref, c'est quand même la déprime ce gouvernement, malgré les efforts de Montebourg je trouve, mais il est trop muselé pour avoir le moindre impact. Je signale cette vidéo qui résume ces six premiers mois déprimants de Hollande : "Le Hollandisme, ou la valse des renoncements".
Un certain recul par rapport à vos "collègues" présents sur les lieux. Ce qui semble vous sauter aux yeux, c'est que la forme de cette rencontre éclipse complètement le fond du débat qui s'y joue...
On voit bien comment vous en venez à vous poser cette question :
Mais fallait-il vraiment un déplacement de toute la meute pour nous révéler que "Hollande garde le cap" ?
Attention Anne-Sophie, quand commence à voir l'espace médiatique comme un cirque, on file un mauvais coton.
Votre reportage est limpide. Le Patron s'inquiète de ne pas être en mesure de continuer à gagner de l'argent. Les ouvriers s'inquiètent de ne plus être en mesure de gagner de l'argent. Les Politiques se foutent d'être ou de ne pas être en mesure, ils s'inquiètent de leur réélection....
La démocratie est un long fleuve tranquille pour certains, et agité pour d'autres...
Je comprends surtout que vous n'appartenez pas aux gens qui vous ont accompagnés sur cet "évènement".
Surtout ne cherchez jamais à leur ressembler!
Merci pour ces quelques visites d'usines ! C'est à chaque fois passionnant, drôle et effrayant !
Parfois j'ai comme l'impression que l'ensemble de la mission d'@si (critique médiatico-politique) pourrait être concentrée là, dans ces visites officielles d'usine. Presque tout y est dit.
Bravo, Anne-Sophie,très bon article ,qui démontre cette hypocrisie politicarde qui ne pense au peuple que pour se faire élire. On voit bien le mépris pour les ouvriers. Que de trahisons. Hollande devrait faire attention au retour du balancier , qu'il va prendre en pleine poire aux prochaines élections.
super cet article !! merci
après avoir léché les bottes du Médef avec 10 ministres, Hollande chez le fils de l'ex du CNPF fallait le faire : il l'a fait ! tout un symbôle...
j'espère que l'héritier l'a remercié pour le chèque de 20 milliards d'€ aux "entreprises" ?
Salaud de pauvres : ils attendront encore....
@Anne-Sophie : dommage que ces visites vous ennuient ! Moi, ça fait deux fois que je m'amuse énormément à vous lire. Ça donne des articles @si rigolo et très intéressants.

Vivement la prochaine visite officielle !
8 millions de pauvres en France et les mecs en sont encore à hurler contre les charges et prier pour encore plus de flexibilité, vivant dans la peur de ne pouvoir licencier et s'embourber assez de pognon... Il le juge aussi trop haut, son salaire, le patron ?
Et le Pierrot, quel a été son mérite à part naître fils de, une boîte en héritage ?
Si j'étais ministre du Redressement [s]Productif[/s] Patronal, après le petit discours libéral de ce monsieur, en guise de SAV et pour faire passer le message à ses amis du MEDEF, je lui collerais mon pied au cul et mon poing dans la gueule.
"Voila chers amis, la réponse d'un gouvernement de gauche à l'arrogance et au cynisme. Avis aux amateurs. Et si vous trouvez ça raide, imaginez ce que ce serait si on vous abandonnait à la foule des chômeurs, précaires et autres pouilleux sur qui vous crachez sans discontinuer".
il faut, dit-il, réduire les deux peurs, celle du salarié qui a peur pour son emploi et celle du patron qui a peur de ne pouvoir licencier

Alors là mon Pierrot - tu permets, on a presque le même prénom - chapeau. Réussir à mettre dans le même balancement une idée dont tu te fous royalement (la peur des salariés) et une à laquelle tu tiens princièrement (ta peur à toi), c'est un coup de pute que n'aurait réussi aucun prodige de la com' genre Fouks (recyclé chez Fromage de Luxe, si j'ai ben suivi, le rémora a su changer de requin)
Encore un très beau reportage-témoignage en immersion.
Très intéressant médiatiquement, politiquement, économiquement, et surtout socialement. Le lean, cette guigne...
Bonjour, et merci Anne Sophie pour ce billet, Ce regard lucide sur les médias, les politiques..Un ange passe...
Ça c'est du compte-rendu.
Ou plutôt, du compte-renvoi, tellement ce cirque médias-politiques ultra-convenu, est à gerber.
"mais on ne parle pas de Depardieu "
Normal, en bon comédien, Hollande ne tire pas sur un confrère en difficulté financière à la fortune-light 15%.
Merci Anne-Sophie pour ce billet. Pour ce combat.
Du grand @si.
..si c'était nécessaire,rien ne changera sous F Hollande..

très complet votre reportage Anne-Sophie,bravo.
Ce serait pas le 17 décembre?
Quand on connaît la sensibilité confessionnelle d'Yvon Gattaz, le fondateur du mouvement " ethic" matronné par l'incontournable Sophie de Menthon, le cortège des anges au dessus d'Anne-Sophie n'étonne nulle part.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.