69
Commentaires

Quand Guaino réinvente les émeutes de Los Angeles

Décidément, ils ont la Tunisie en travers de la gorge, et pour longtemps.

Derniers commentaires

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Guaino qui faisait dire à Sarkozy dans le discours de Dakar que les africains n'avaient pas d'histoire
Guaino qui faisait dire à Sarkozy dans le discours de Latran que le prêtre sera toujours supérieur à l'instituteur pour éduquer.
Guaino qui dérape de nouveau ... Faut-il encore l'écouter ?
Mon BLOG
Je n'ai pas entendu toute la discussion de ce matin, mais une chose était sûre, c'est que Guaino était sonné. Toute sa belle assurance avait disparu. Cohen a attaqué comme il fallait.

Cette révolte en Tunisie est dévastatrice pour le pouvoir français, à tous les niveaux.

Au niveau affaires étrangères, Sarko a eu tout faux. Il a défendu les progrès de la démocratie du peuple tunisien, alors que ce même peuple a viré son champion aussitôt qu'il l'a pu. Quand le dictateur déchu fuyait, il l'a laissé tomber. "Malheur aux vaincus". Maintenant, tous les amis de la France vont se méfier. Il n'a été bon pour personne, ni pour les peuples ni pour les dictateurs.

En ayant prétendu que la démocratie s'améliorait en Tunisie, et que le côté autoritaire du régime tunisien était un rempart contre l'intégrisme, alors que les intégristes sont visiblement minoritaires, il a prouvé qu'il n'avait aucun sens des réalités. Ou qu'il mentait sciemment.

Au niveau intérieur, les idées que défendait le pouvoir était un pack bien intégré : les ennemis intérieurs étaient les jeunes, spécialement les jeunes de banlieue, de préférence d'origine africaine ou nord-africaine, qu'on ne pouvait pas rendre solubles dans le grand bain démocratique français, d'une manière essentialiste : de la même façon que l'homme africain n'était pas assez entré dans l'histoire, l'homme arabe n'était pas entré dans l'histoire démocratique. Il n'y avait pas matière à repentance au sujet de la colonisation parce qu'ils "nous" avaient chassés pour trouver à la place des dictateurs qu'ils ne chassaient pas, eux. Ils méritaient leurs pouvoirs autoritaires et ils réclamaient des rois, comme dans la fable.
La preuve était qu'aucun pays arabe n'était non dictatorial. Pire, dans ces pays, la seule véritable opposition était islamiste, donc ces gens ne pouvaient se libérer sans désirer une autre oppression.

Ce "choc des civilisations", cette rivalité nord/sud était une fabrication pour remplacer la rivalité est-ouest qui maintenait les populations occidentales, et les opposants intérieurs, en respect, parce que ça leur faisait peur, et que la peur de l'extérieur sert aux dominants en démocratie pour maintenir les dominés sous leur coupe.

Sarko, après la déroute de Bush et de Blair, restait un des seuls tenants de ce choc des civilisations, même s'il était très soft. Or, tout vient de tomber à l'eau.
Imaginez que la Tunisie, dans quelques années, demande à faire partie de l'Union européenne.... Warf warf warf...

Tout le système est à revoir. Avant 2012.
Pourtant, ça fonctionnait tellement bien.

Même leurs certitudes sont déstabilisées. Mauvais, ça .....

Alors les émeutes de LA, les USA, Obama qui nous a lâchés. Quelle cata !
J'ai surtout noté, dans le débat de ce matin, qu'après avoir soutenu une nouvelle fois MAM, M Guaino a affirmé que la France ne devait pas intervenir dans le débat des autres pays. Que voulait dire MAM, alors...? pas très clair tout ça!!!
Je vous renvoie à mes petits tweets à la manière décalée de Fénéon ----> http://twitter.com/#!/Faits_____Neant
Ce qui me frappe plus dans l'argumentation (si on peut appeler "cela" comme ça...) de Guaino, c'est :

"la France n'intervient pas dans les affaires intérieures des pays".

[large]Aahhh bon !?!???![/large]

Et ce que la France à fait à la Chine lors des JO de Pékin, c'était quoi ?

Et le soutien de ce prix Nobel Liu Xiaobo, que même en France on ne voudrait pas ses solutions (il veut par exemple privatiser tout les secteurs publics chinois, et instaurer une fédération de pays constituée des provinces chinoises actuelles) ? Vive la concurrence libre et non faussée et la confédération des états gascons, bretons, alsaciens, etc...

Et ce que la France fait dans nombre de pays dictatoriaux, comme le Soudan, en soutenant un pouvoir ignoble juste pour satisfaire à la cupidité de Areva ?

Et quand la France se mêle des conflits suite aux résultats électoraux en Cote d'Ivoire, en désignant son candidat, c'est quoi ?

Il fallait sans doute entendre : "la France n'intervient pas dans les affaires intérieures des pays [qui font ce que Sarko Ier attend d'eux]".

Espèce de trou d'balle.
Et que dire des démocraties ( ? ) qui acceptent que des dictateurs achètent des biens sur leur territoire avec l'argent volé au peuple ?
Désolée, je suis nouvellement inscrite et n'ai pas mis mon message au bon endroit - le voilà donc :
Ce qui m'alerte également, dans le propos de Guaino, comme dans la bouche de plusieurs journalistes depuis quelques jours, c'est l'utilisation du mot "émeutes" pour désigner ce qui s'est passé avant que Ben Ali ne fasse tirer sur la foule - à savoir des manifestations dont, il y a encore quinze jours, la presse saluait le caractère pacifique et la dignité. "Emeutes", outre le caractère spontané (réel en l'occurrence), cela sous-entend aussi débordements et brutalités de la part des manifestants (était-ce le cas ? je ne l'ai pas entendu dire).
Les mêmes propos ont été tenus par François Baroin lors de l'émission de Thierry Ardisson "Salut les Terriens"......
Mais qui c'est ce Guaino?...Qui sont tous ces pseudos experts, éditorialistes, stars de telle ou telle activité artistique ou sportive, squatteurs de notre espace public? Ils sont tous là, conviés à la grand messe du divertissement, libres de s'exprimer au plus grand nombre, alors que ce plus grand nombre ne trouve aucun espace où s'exprimer, si ce n'est par l'intermédiaire de forums, qui agissent ainsi comme une sorte de soupape de sécurité...Et des élections, donnant l'espace d'un instant, l'illusion que ceux qui l'organisent ont le souci de l'intérêt général...
Ce n'est pas parce que l'on a rien à dire, qu'il faut fermer sa gueule, pourrait être la devise du monde médiatique...Pourtant des gens qui ont quelque chose à dire, ça ne manque pas...Car enfin, que commentons-nous au fil du temps? Ce que l'on nous donne à commenter, à savoir l'actualité...Quelle sont nos sources? la télé, internet, la radios, les journeaux, et dans une moindre mesure ( car restreinte par le nombre) notre propre perception de notre quotidien et de notre entourage proche...Pas besoin de journalistes, par exemple, pour constater qu'il y a des gens dans la rue qui mendient, fouillent les poubelles, dorment dehors. Pas besoin de journalistes pour constater la difficulté qu'il y a pour trouver un travail, un logement, pour se soigner...Pas besoin de journalistes pour voir qu'il y a des personnes pour qui ces problèmes n'existent pas...
La chose que je constate, c'est que le système médiatique fonctionne en circuit fermé, sorte de petite caste, qui enjoint à celui qui s'y produit de se plier à ses règles. Alors que ce système devrait être une vitrine de la société, elle n'est que la vitrine de ce que le système pense qu'est la société...
Que je sache, la société n'est pas constituée que d'artistes, experts plus ou moins auto-proclamés, d'hommes d'affaires ou de politiciens...
Or, qui voit/lit/ecoute-t-on? par quel prisme passe l'info? Une révolution en Tunisie? Hop, on va chercher "les experts", les mêmes qui des semaines, des mois auparavent disaient "la Tunisie"est un modèle blablablabla, sont conviés par les mêmes journalistes à s'exprimer sur le sujet...Les journalistes se muants en sorte d'experts, prompts ou non à souligner l'incohérence d'une position, sans jamais se remettre en question eux-mêmes ni le système dans lequel ils évoluent...Car ce sont bien eux les journalistes qui "servent la soupe", mais eux se situent au dessus de la mélée, comme ne faisant pas partie de la société, et pourtant...Ils font partie intégrante de notre société, en sont même un des piliers essentiel...
Le système médiatique est une oligarchie, soumise ou au service d'une autre oligarchie, donc peu enclin à remettre en cause l'ordre établi. Il faut que tout rentre dans le moule...Comment alors avoir l'ambition d'être un vecteur d'ouverture sur le monde et sur les autres?
Un flux continu d'information, de toute nature, sorte de ronron, maintenant la masse dans l'illusion d'être informé...Informé sur quoi?
Le système médiatique fait partie de la société, qui changera en premier? les deux ensemble? Aucun des deux?
Je ne peux présager de l'avenir, même si j'essaies à mon niveau, par mon engagement politique, de changer les choses, mais j'ai le sentiment que ça va bouger...Quand? Demain? Après demain? je n'en sais rien, même si je souhaites que cela soit maintenant et que j'y met toute l'énergie disponible, je n'ai aucune idée de quand et sous quelle forme le changement se fera...Ca c'est de l'info!!!!
Je me laisserai la liberté de me réinviter, pour commenter...rien du tout...
Et mettre le feu à Paris... Néron l'a bien fait à Rome !
Ce qui me trouble, c'est la position du gouvernement, qui n'a pas compris qu'entre "être diplomate", "prendre parti" et "saisir le sens de l'histoire", il y de grosses différences.

Etre diplomate, c'est ce que Fillon revendique, soit. Mais alors il aurait dû se taire, se faire discret.

Prendre parti, c'est ce que MAM prétend ne pas avoir fait, pourtant, en proposant ses services en matière de gestion de manif, elle se rangeait de manière officielle, en demandant même l'approbation de l'assemblée nationale française, au point de vue et aux côtés de Ben Ali.

Saisir le sens de l'histoire, c'est ce qu'Obama a fait, en encourageant le peuple du point de vue des principes de liberté et de démocratie, qui sont en principe les nôtres, ceux qui se lisent dans notre préambule, mais que ce gouvernement ignore.

On a là une aporie de la droite à la Sarko, qui se prétend moderne, mais qui sent le moisi des régimes autocrates.

http://anthropia.blogg.org
Le problème n’est pas de savoir si de prétendues démocraties ont tiré sur la foule, cher Daniel Schneidermann. Démocratie est un mot si dévoyé qu’il figure au fronton de tout pays communiste qui se respecte, et Dieu sait si ces régimes ont une conception élastique de la démocratie…

Au Vietnam - d’où j’écris - le gouvernement considère qu’il est totalement inutile d’organiser des élections tant il est évident que la totalité de la population est enchantée des choix du gouvernement !

Le problème est qu’un “conseiller spécial” (quel est le sens de ce mot ?) puisse penser que “puisque ça s’est déjà fait” il n’est pas gênant de poursuivre le feu.

Et c’est même très grave ! Si les Américains avaient tiré sur la foule, cela justifierai-t-il le tir des Rambo tunisiens ? À quel titre ? Une jurisprudence ?

Pour ceux qui veulent donc assister au retour triomphal de l'esprit de Vichy, c'est ici :

http://www.dailymotion.com/swf/video/xgpc2x

Le problème d'un gouvernement sans conviction ni courage comme le nôtre c'est qu'on n'est jamais certain de connaître le nom du vainqueur au début du combat,

Ce qui gêne pour les paris !

Et puis on part du principe que le type au pouvoir est indélogeable (surtout avec autant de flics : le même nombre qu'en France pour 16.000.000 d'habitants seulement !) sans parler du fait qu’on a trempé dans quelques petites combines avec lui, ici et là. Même ailleurs, d’ailleurs…

De toute façon tirer sur les émeutiers et les insurgés (c'est comme ça qu'on appelle les futurs ministres au début des révolutions) est un DROIT écrit dans la constitution européenne infligée par l'indigne traité de Lisbonne signé par Sarkozy, en dérogation de l'interdiction de la peine de mort. Nos dirigeants veulent bien être démocrates... tant qu'on ne les chasse pas ! Autrement ils ouvrent le feu.

Ce que même Louis XVI, malgré les objurgations de ses “conseillers spéciaux”, a refusé de faire. Conservant son honneur et perdant la vie !

P.S. : Les aventures de Tintin au Vietnam c’est ICI
"Wikipedia n'est pas d'un grand secours: les auteurs anonymes de la notice, qui évaluent le bilan de cette semaine d'émeutes à "entre cinquante et soixante morts", sont manifestement plus soucieux de statistiques ethniques sur les auteurs et les victimes des violences, que de précisions sur les techniques de maintien de l'ordre."


Et si vous étiez l'anonyme du jour, qui ajoute apres les avoir cherchées, les informations sur les techniques de maintien de l'ordre?

Ca ferrai:
1) des heureux. Les prochains qui chercheront l'information
2) une bonne action de votre part qui vous rendra aussi heureux (la gloire en moins... on reste anonyme...) :o)

amha....
Ce qui est sidérant dans l'argument servi par Guaino, c'est qu'il implique que le seul fait d'être pratiqué par les USA, ici supposés "tirs à balles réelles" à Los Angeles, donne quitus là-bas, en Tunisie, à l'utilisation d'une pratique identique.
Alors alors , Monsieur Schneidermann , vous n'allez plus adopter le terme de sénile pour ceux qui s'indignent ?

Vous allez détecter , analyser , décrypter , le silence médiatique sur des événements décisifs portés par des peuples enfin éveillés à la dictature qui vient ?
de quels éléments de langage parle -t-on exactement nan passque des éléments de langage, Guaino, il en a plein ses tiroirs et tous plus racistes ou insultants les uns que les autres !!

un exemple de ses éléments de langage sur l'homme africain :
"Le drame de l'Afrique, c'est que l'homme africain n'est pas assez entré dans l'Histoire. […] Jamais il ne s'élance vers l'avenir. […] Dans cet imaginaire où tout recommence toujours, il n'y a de place ni pour l'aventure humaine, ni pour l'idée de progrès. »

j'aime bien aussi l'élément de langage lorsqu'il répond à BHL sur ce sujet :
"« Ce petit con prétentieux ne m'intéresse pas. Qui est-il donc ? Qu'a-t-il fait dans sa vie de si extraordinaire pour se permettre de juger comme ça ? Je n'ai jamais rencontré BHL. Il ne m'aime pas, moi non plus. Il n'aime pas la France, moi si. Il a la bave aux lèvres, avec la haine qui suinte de partout. »

il y a eu également l'illumination de Latran de sa comparse Mignon comme élément de langage mis dans la bouche élyséenne :
"L'instituteur ne pourra jamais remplacer le pasteur ou le curé parce qu'il lui manquera toujours la radicalité du sacrifice de sa vie et le charisme d'un engagement porté par l'espérance"

et plus récemment la sortie de Guaino aux SSF quand il s'est fait siffler en balançant des éléments de langage qui tentaient de défendre la politique d'exclusion des ROMS de son petit chef
...etc, etc....

en ce moment toute la fine équipe est au garde-à-vous pour défendre la proposition de MAM d'envoyer les compagnies républicaines de sécurité remettre de l'ordre dans la révolution tunisienne !
ah oui ils ont l'air fin avec leurs éléments de langage face au peuple tunisien !!!
rame rame rameurs ramez !!

on ne sait plus quels éléments de langage choisir tellement ils sont fameux, ceux qui se retrouvent directement dans la bouche de notre petit prez puisqu'il est son nègre, ne l'oublions pas....et toussa entre deux tics et trois tocs !!!
une belle et percutante conclusion a été apportée par Sophia Aram à cette émission.
guaino et MAM qui avaient auparavant été bousculés par une saine coalition des éditorialistes de France Inter en ont cette fois pris plein la G.... et avec une ironie, une élégance et pourtant une virulence qui me font penser que la relève des Porte et Guillon est enfin en route sur cette station. Ce n'est pas la première fois que cette chroniqueuse me ravit mais là, elle a fait très fort.
Remarque : je n'en dirais pas autant de son collègue Ben.
Je met en lien l'adresse des billets de Sophia Aram Mais il semble y avoir plusieurs jours de retard (Billet du 19 ce matin) .. Désolé

adresse du billet de Sophia Aram
Et ce matin sur France inter,il a monopolisé la parole et malgré la pugnacité de Thomas Legrand,n'a réussi que deux choses ;Empêcher les auditeurs de poser des questions.,S'enferrer dans un discours caricatural .
D'ailleurs,pourquoi n'est-ce pas le premier ministre qui vient assumer la politique de la France ? Pourquoi ce personnage de conseiller traditionnellement dans l'ombre a -t-il dans ce régime une place prépondérante ? Que représente-t-il pour nous ?
Le président devrait se contenter de lui demander des conseils...et plutôt de ne pas les suivre.....Pourtant,tout ce qui pourra le faire tomber plus bas me convient. Alors continuez, Mr Gaino,je vous en prie.
...
Donc, selon Guaino, la Tunisie de Benali se situait au même niveau de démocratie que les USA. Les Américains vont adorer.
On assiste au naufrage d'Henri Guaino, qui n'a même pas l'excuse de la vieillesse.
En entendant la passe d'arme entre Gaino et Cohen ce matin concernant les émeutes de Los Angeles, j'étais persuadé que cela allait être le sujet du 9.15 :D Un journaliste qui reprend un interviewé en lui disant qu'il a tord, c'est tellement rare !
Tu parles d'une argumentation ! On dirait un islamophile boutant un islamophobe en lui parlant des Croisés qui massacrèrent des naturels au Moyen Orient au temps de Saladin. Sur la vérité des faits, les morts sont à rechercher par l'effet des coups de triques, des morsures de chiens féroces autant que par les balles des milices civiles. Cohen aurait pu aussi lui parler des morts du métro Charonne massacrés à coups de grilles d'arbre et de "bidules" par les flics à Debré (Frey ministre) qui comptaient parmi eux quelques "harkis"... ki ki. C'était en 1962 (l'année prochaine ça fera quarante ans). Et vive les Tunisiens !
ou "pire", celle d'octobre 1961 où sur ordre de Mr Papon, un gentil garçon celui là, il y eut pas moins de 50 morts (peut être plus) dans les rues parisiennes lors d'une manifestation du FLN à Paris; ce coup là ils n'ont pas du tirer avec des pistolets à bouchons...
Bien sûr... j'aime pas le mot "pire" que vous avez mis entre guilles... Cohen aurait aussi pu penser aux noyés... de la même époque épique. Et vive les Tunisiens !
2012-1962 = 50 ans... ça nous rajeunit pas... et non 40 ans... et la Guerre d'Algérie est toujours taboue... apparemment plus tabou même que la période de la Collaboration !!! en 1995 Chirac faisait déjà le discours du Vel d'Hiv... soit 50 ans après la fin de la 2nde guerre mondiale ...

SEMIR
Ils ne savent plus quoi inventer pour justifier l'injustifiable...

Pour moi c'est comme si une puissance étrangère avait soutenu le gouvernement Pétain jusqu'au bout (le 24 août 1944) alors que pourtant on tirait dans les rues de Paris qui allait être "libéréé" (le 25 août 1944)...

N'en voulont pas à Guéno... qui n'est que le perroquet de Sarko.
N'en voulont pas à Bruno Le Maire... qui n'est que le perroquet de Sarko.
N'en voulont pas à Frédéric Mitterrand... qui n'est que le perroquet de Sarko.
N'en voulont pas à Alliot Marie... qui n'est que le perroquet de Sarko.
N'en voulont pas à Eric Raoult... qui n'est que la "passerelle" de Sarko (selon des sources bien informées du Palais de Carthage). Il téléphonait plusieurs fois par jour pour inciter le gouvernement de la dictature de ne pas "lâcher" sous peine de voir arriver à terme les Islamistes (sic).

J'espère que des journalistes poseront la question à Sarko durant sa conférence de presse aujourd'hui et on verra la réponse du petit Président... surtout si on compare sa politique étrangère avec celle de De Gaulle.

Il faut le répéter encore une fois, les citoyens honnêtes doivent se poser des questions sur leur classe politique... Il s'agit d'un cas de politique intérieur plus qu'extérieur.
J'ai toujours dit que la France était devenu un pays "mal en point" (je suis poli, donc j'utilise un euphémisme) et ce gouvernement en est la résultante...

SEMIR
Guaino, excédé: "ce n'est pas la première fois qu'un gouvernement tire à balles réelles sur des émeutiers !": Daniel S.

Davantage que de le reprendre sur la valeur de vérité des données historiques, il aurait été plus judicieux de lui retourner le point aveugle de son énoncé.

Et alors, Monsieur Guaino, que cela ne soit pas la première fois n'en fait pas une excuse et un argument recevable pour autant. La prochaine fois qu'il y aura un massacre d'une population civile quelque part, allez-vous rétorquer aussi, ce n'est pas la première fois ?

Votre argumentation était déjà inepte à la base, quelque soit la véracité de votre assertion concernant L.A., voilà ce qu'aurait dû souligner le journaliste au lieu de rentrer benoîtement dans votre jeu, car, vrai ou faux, l'argumentation de Guaino ne valait déjà pas un clou et le vouait d'office au pilori. Dommage qu'il soit passé au travers et que dans la lutte du vrai et du faux, dont chacun sera libre de vérifier la teneur, son argumentation fallacieuse elle soit passée néanmoins sans ambages.

yG
Une question que je me pose depuis un moment : c'est quoi des "balles réelles" ?
Ça se définit par rapport à des "balles irréelles" ? On est là dans le domaine du fantastique.
Ou alors par rapport à des balles à blanc ? Mais si on tire avec des balles à blanc, on ne tire pas, on fait juste du bruit.
Ou ne serait-ce pas une de ces expressions idiotes que des journaleux stupides répètent et popularisent, sans jamais s'interroger sur leur sens ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.