53
Commentaires

Pujadas et son étranger

C'est une séquence incontournable. A la fin de Des paroles et des Actes, arrive toujours "le regard de l'étranger".

Derniers commentaires

Où on reparle de Frau Ingeborg Grässle.
Au vu de sa conclusion, l'auteur de l'article n'a pas trop l'air d'apprécier.
C'est pas souvent que je réfléchis à la situation économique de la France. L'économie ça a jamais trop été mon truc.
Au bahut, j'étais plutôt intéressé par la philosophie. Kant, Spinoza, Nietzsche, Bachelard... je kiffais. Et par la suite, j'ai encore appris en lisant BHL, Glucksman, Sollers, Ferry... etc. Mais bon, c'est pas le sujet.

Hier je me disais : quand même, on est en plein processus de réformes, alors si les experts de la commission européenne nous demandent de présenter des mesures supplémentaires, c'est qu'il doivent avoir de bonnes raisons.
C'est comme les Italiens. Eux aussi, la commission leur réclame des efforts, et c'est surement pas pour rien.
Toujours cette propension des latins à bâcler, à en faire le moins possible. Tellement loin de la rigueur germanique.

Et aujourd'hui, bingo ! Je tombe sur un article du Monde dans lequel Madame Merkel dit exactement la même chose que moi !
Eh bien, notre analyse à tous les deux, c'est juste du bon sens.
Le dispositif télévisuel qui oblige les "Francais" à lever les yeux pour répondre à leur maîtresse "allemande", la régie qui décide des plans, - et ceux sur un Pujad satisfait et goguenard ne sont pas les moins scandaleux - cela devrait peut-être amener à mettre en cause ce type de programme sur une chaîne publique, non?
Je n'ai pas vu l'émission mais si il a été choisi une contradictrice c'était pour qu'il y est débat contradictoire ! c'est aussi con que cela ! Si c'est pour entendre "l'étranger" dire je suis d'accord avec tout ce que vous avez dit, je ne vois pa l'intérét.
Je ne chasse pas les fautes , ( j'en fais mon taux régulièrement) ,

mais j'aurais mis une "e" a vendu dans "que l’on nous a vendue" .

J'adhère à votre commentaire.
Je mords à fond à ce message.http://commons.wikimedia.org/wiki/File:La_Dent_de_Crolles_enneig%C3%A9e.jpg
Ma rage initiale s’est un peu calmée après un (ou une) après-midi sous la pluie froide.
Jamais je ne vais m’imposer le visionnage de la totalité des Pujadasseries de ce jeudi. Ni d’aucun autre d’ailleurs.
Ma rage est montée comme un raz de marée en regardant le bref extrait que monsieur notre lider maximo a mis en ligne.

Je sais, c’est mal de juger les gens sur leur mine. Mais comme tout bon schweinfranzösich, je ne peux m’en empêcher. Teignez la en blond, c’est Morano.
Et puis cette superbe de la bonne européenne-méritante-qui-se-sacrifie-pour-les-pauvres-ploucs-minables, cette inaptitude à accepter que les autres parlent pour dire autre chose que Ja ! natürlich !
Cette brave dame est l’illustration de ce qu’est l’europe, enfin celle que l’on nous a vendu à coups de force antidémocratiques. L’europe qu’ils nous ont vendue, c’est le remplacement de la loi républicaine par la loi des capitalistes. Cette brave dame n’est que la réplication des « europhiles » libéraux qui occupent les plateaux. Elle a plein de clones dans notre beau pays.

C’est pourquoi cette passe d’armes n’est pas « de nature à déclencher une nouvelle guerre avec notre grand voisin et ami ».
Cette passe d’arme, c’est un fois encore un écho de la lutte de la démocratie contre le libéralisme.
Pas regardé l'émission. Entendu sur France-culture ce matinà 6h44 dans Regards sur la presse deThomas Cluzel:

Le président sortant du Conseil européen, Herman Von Rompuy, qui a prêché et imposé l'austérité, les sacrifices aux pays du sud de l'Europe, part avec un parachute doré de 700 000 euros pour services rendus au vieux continent.

Il s'agit d'un regard sur la rubrique" Ils n'ont pas honte" du journal L'Humanité.
Quel émission ! J'étais mort de rire , on aurait dit un général de la wermardt qui tirait les oreilles de "zes bedits goguin " dé "françouzen" ! ! !

quel comédie ! quel grossièreté !

ne vous leurrer pas quand même , merkel n'est pas du tout loin dans le discours , la forme plus souple.....

Les allemands se plantent a suivre les banques dans ce concept de la "dette" et sont prets a bousillés leur proletariat ( qui n'en peut mais ) , tres cons , tres décider ,

et le pire , c'est que ce comique troupier , cette "frida houmpapa" était absolument honnête et convaincue ....." fou deffez rembourzez la dette"

Un tres grand moment de rire et de comédie , probablement du au duo magique lenglet ( pardon Mr Lenglet ) et je sais plus qui ( la grosse vache de france 2 ....)

Avec des journaleux comme ça , on peut se passer d'attali , minc , etc.....
Comment France 2 a-t-il choisi Grässle, auprès de qui Merkel passe pour une laxiste ?

C'est marrant cette phrase me fait penser que, je n'ai jamais entendu Merkel, sur la longueur, à part 10 secondes d'extrait repris dans une séquence quelconque. Ce serait bien, d'inviter des politiques ou dirigeants étrangers dans des émissions politiques, à la place de l'invité de chez nous. Alors qu'un Gaino ou un Hortefeux ont un siège permanent de bon client sur n'importe quel plateau de télé/radio.
[quote=DS]Pourquoi -ô hardiesse- ne pas inviter un jour les prix Nobel Joseph Stiglitz ou Paul Krugman [...] Pourquoi ne pas chercher des journalistes ou des intellos proches de Podemos en Espagne, de Tsipras en Grèce ? Si vous cherchez leurs coordonnées...

Non mais vous n'y pensez pas, ce sont de dangereux idéologues ! Alors que Frau Grässle ne fait que dire parfaitement objectivement ce qui est: la France ne respecte pas ses engagements (ah, cet "illégal", qui tombe comme un couperet).

Plus généralement, ça faisait des années que je ne m'étais pas assise devant cette émission ou toute autre du même type et, allez savoir pourquoi, j'ai regardé hier, jusqu'à cette fameuse séquence qui fut la goutte d'eau. Tout dans ce dispositif d'émission est insupportable. Les questions des "journalistes" Lenglet et St-Cricq, qui en plus parlent en continu pendant qu'on essaie de leur répondre. On râle, ici, parce que DS interrompt ses invités, mais là c'est quasiment pire: on ne les interrompt pas, on parle par-dessus. Les "vérificateurs" dans leur petit réduit façon TSPV, avec une sorte de pancarte mal collée sur le bureau pour les identifier: c'est une opération pour décrédibiliser à jamais le fact checking ou quoi ? Bref, pardon de ma naïveté, mais ça faisait tellement longtemps que je n'avais vu cette émission en continu (seulement par petits bouts, en différé sur le net) que ça a été un choc ! Mais quelle horreur ! Tout en le sachant, j'avais perdu de vue la responsabilité des médias dans la perte de confiance dans le politique: certes, les (certains) hommes-femmes politiques et le système institutionnel sont les principaux responsables. Mais vraiment, ce type d'émission a sa part de responsabilité: si on s'intéresse à la politique, on a envie de casser sa télé à coup de masse au bout de 2 minutes, si on ne s'y intéresse pas, on ne peut en ressortir qu'avec l'idée que les gens politiques ne répondent pas aux questions qu'on leur pose, sont déconnectés du réel, sont agressifs et/ou pas clairs... Merci M. Pujadas !
AAaaaaaaaaargh.
"Pourquoi -ô hardiesse- ne pas inviter un jour les prix Nobel Joseph Stiglitz ou Paul Krugman, qui répètent que les politiques de rigueur entraînent l'Europe dans le mur, avec autant de constance que les perroquets de The Economist serinent l'inverse ?"

Petite remarque, mais The Economist a récemment dénoncé les effets désastreux des politiques austéritaires. Ce qui est une position logique de leur part, puisque l'austérité tue l'investissement...
[quote=DS]déclencher une nouvelle guerre avec notre grand voisin et ami.
Personnellement, je trouve les propos de madame xxx bien plus agressifs que ceux de Mélenchon, insultants parfois, condescendants toujours, et si on imaginait que cette dame est la voix de toute l'Allemagne, beaucoup plus de nature à "déclencher une nouvelle guerre avec notre grand voisin et ami" que ceux de Mélenchon.
Daniel, vous avez l'oreille sélective.

Mais sur un point, elle a raison, se couper les cheveux en famille devient de plus en plus fréquent, et tort, c'est une très bonne solution, je vous la recommande, on économise non seulement son argent mais aussi son temps, et on expose moins aux pollutions chimiques un cuir chevelu très "absorbant" .
j'ai vu et entendu et conclu que cette teutonne voulait nous convaincre que l'Allemand est notre ennemi, son mépris était insupportable.
Ce n'est pas demain qu'on va pouvoir enlever sa laisse d'or à Pujadas.
Cette dame a systématiquement interrompu Mélenchon lorsqu'il a pris la parole. C'est tout à fait inhabituel, ça ne se fait (généralement) pas dans les nombreux talk-shows à la télé allemande.
Sinon son préchi-prêcha neo-liberal nous est bien connu, ainsi e l'espèce de condescendance qu'ont nos amis germains pour nous autres "latins" . Aux yeux des Allemands les Français sont tout de même un peu mieux considérés que les pays du sud de l'Europe qui eux passent vraiment pour des fainéants.

Plus important: aujourd'hui-même a lieu en Thuringe l'election du nouveau ministre-président et il se pourrait bien, malgré les réticences exprimées par la mère Merke et pépère Gauck, que le candidat de Die Linke, Bodo Ramelow soit élu à ce poste avec le soutien des Verts et de la SPD locaux.
Ce serait la première fois qu'un membre de Die Linke serait à la tête d'un Land....
Attendons de voir.

Merci à DS de se taper Pujam..., Calvi et cons-sorts à notre place.
Le Kapital allemand ET européen impose ses intérêts. Point.

Le reste est littérature, excepté un point : La majorité nourrie, abreuvée et élevée par une propagande diablement habile, ne soupçonne pas le degré incroyablement élevé de l'escroquerie planétaire qui nous fait vivre ainsi.

Par exemple, j'ai "compris" récemment en cherchant et en lisant, à quel point, ce que nous appelons l'Europe a été construite par des hommes politiques qui avaient TOUS des liens de consanguinité élevés avec le monde des affaires, de la banque et de l'industrie.

Tous les responsables politiques qui ont apporté une pierre importante à l'édifice européen du début ont travaillé dans le monde des affaires et des entreprises multinationales. La commission européenne n'est qu'une chambre d'écho aveuglément acquise aux thèses, rapports et vision du monde de l'ERT (Européean Round Table) et ce depuis les années 80.

L'acronyme innocent ERT dissimule la nature féroce de l'être qui se cache en desssous. Le nom complet est "ERT ... of industrialists..." En tout petit et en chuchotant svp...Pas le dire aux électeurs qui croient encore décider... mais qui ne savent pas que les décisions sont validées et entérinées bien des semaines avant qu'ils en aient même entendu parler par... Nestlé, Nokia, Suez, Ericsson, Philips, Renault, Volvo, etc...

En 1985, Delors, ancien membre des Chrétiens de gauche va suivre avec zêle toutes les recommandation de l'ERT : "En janvier 1985, alors qu'il entre en fonction à Bruxelles, il reprend nombre de thématiques que le président de l'European Round Table (et de Philips) - Wisse Dekker - avait publié dans : Europe 1990 : un agenda pour l'action. Parmi elles : faire tomber les barrières commerciales et les frontières fiscales. Objectifs parfaitement atteints selon l'économiste anéricain Rawi Abdelal qui avance que Jacques Delors a joué un rôle déterminant dans la dérégulation des marchés financiers en décidant « de pousser la libéralisation bien plus loin que ne le prévoyait à l’origine le programme de marché unique »" Wikipédia. Art. J Delors.

le même Delors qui nous promettait de travailler à l'Europe Sociale mais seulement APRÈS avoir dit oui à Maastricht... Les baisés comptez-vous... J'en suis...

Et on est là après le traité de Lisbonne que le Kapital nous a imposé alors que le Peuple a dit NON... Notre inertie et notre passivité sont lourdes et pesantes...

Salut à tous.
La réponse de Cécile Duflot était bien moins confuse, bien plus claire, et d'ailleurs bien plus enthousiasmante que celle de JL Mélenchon. Réponse qui a finit par clouer le bec à cette eurodéputée de la droite bon teint qu'on trouve des deux cotés du Rhin. Une vraie différence de style, au delà des différences et convergences sur le fond qu'on a pu voir hier soir, malgré le dispositif des interview parrallèles, fort stupide quand on a plusieurs invités...
A lire votre chronique, Matinaute ô combien efficace, je me suis dit que j'avais drôlement bien fait d'éviter Pujadas et sa harpie. Alors merci pour la mise en perspective et bravo pour les suggestions faites à France 2.
Ils n'en tiendront pas compte probablement puisque nos gouvernants dits "de gauche" ont dû trouver la dame très utile.
Qu'apprends-je ? Cette dame allemande s'est opposée aux investigations de l'office européen chargé de lutter contre les fraudes, l'OLAF, sur les fraudes aux subventions européennes ?
Eh bien je pense qu'elle dû se faire sévèrement sermonner par Monsieur Juncker !
Un moment de télévision hallucinant, j'étais convaincu que ce serait l'objet de votre chronique matinale.

A vue de nez, je dirais que cette séquence vaut 2 points en moins dans la confiance qu'ont les Français envers l'UE. En tout cas, ça donne pas envie de faire des économies...
J'ai bien rigolé, hélas, en voyant (rouge) l'inénarrable intervention de Ingeborg Grässle.
Tout ça pour ça (perchée)
Si je comprends bien la pénibilité viendrait du fait que l'Etranger (e) dise tout haut à la place de Pujadas (ceint de sa déontologie journalistique) ce que Pujadas et ses accolytes pensent tellement bas qu'on les entend.

Sorte de porte voix, de mégaphone, d'interprète.

Et ce jeu est pénible.

Tu m'étonnes qu'il n'invite pas à prendre la parole un étranger de Podemos, Tsipras, du parti Pirate, venu du Vénézuela, de Cuba ou autre Latino...

Il serait exclu du Dîner du Siècle...Mon scooter en or, mon scooter en or...!!!
[quote=DS]Grässle semble reprocher à Mélenchon de voir une piste de sortie de crise dans le fait de se couper les cheveux en famille
Il me semble que Mme Grässle faisait référence aux propos de JLM un peu plus tôt dans l'émission, quand il proposait de favoriser les emplois non délocalisables. Et si ma mémoire est bonne, en guise d'exemple, il a dit qu'on n'allait pas jusqu'au Japon pour aller chez le coiffeur et qu'on ne faisait pas construire sa maison par une entreprise de Hong-Kong.
Amusante photo.

La dame donne dans le genre Super Instit, prise au moment où elle fait "rhôôô" avec sa bouche, et le monsieur élève pas vraiment convaincu.

Mais il va quand même avoir sa fessée !
Sûr qu'à ce rythme là, Daniel va partir à la retraite, Ô combien méritée, autour de ses 12 ans.

Et si on intitulait cette série: "Daniel a regardé pour nous..."
L'intervention de cette dame est en effet un morceau d'anthologie. Sophie de Menthon ou Agnès Verdier-Molinié sont ringardisées. Le plus important, chez cette parlementaire qui maîtrise fort bien le français, c'est son point de vue 100% moralisateur: en allemand, faute ( à expier) et dette ( à rembourser) sont le même mot Schuld.
Je ne comprends pas du tout l’histoire de se couper les cheveux en famille.
Quel est le rapport avec les détournements de fonds européens ?

À noter, la belle réponse de Cécile Duflot (qui n’est pas dans la vidéo en lien).

L’intervention de l’étrangère n’était pas à la fin de l’émission, il y avait ensuite la droite.
Et la super analyse d’Attali : le FdG et le FN, ce sera la Corée du Nord.
Encore des points-pénibilité de gagnés.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.