103
Commentaires

Proposons victime missile Hamas, parlant français, avec n° de portable

Souhaitez-vous interviewer des victimes israéliennes de missiles du Hamas parlant français ? Voici leur numéro de portable !

Derniers commentaires

Charles Enderlin invité sur France culture hier : http://www.franceculture.com/emission-l-invite-du-jour-charles-enderlin-2010-10-11.html

L'impression rassurante que de Belles Personnes continuent à agir .
Un passage que j'ai trouvé très important , significatif : Charles Enderlin s'était aperçu à la réunion de Camp David , que les compte-rendus étaient complètement réécrits par le représentant d'Israël dans la salle de presse même . Faux compte-rendus "officiels" qui rejoignent les archives officielles pour l'Histoire , après avoir fait les dégâts dans l'esprit des israëliens .

Depuis , Charles Enderlin réunit avec courage et obstination les témoignages directs des évènements , en temps réel , magnifique travail de vérité à offrir aux générations suivantes . Afin que cesse la haine apprise aux enfants :
- aux petits israéliens le méchant arabe qui squatte sa terre d'israel et juive uniquement ,
- aux petits palestiniens que la misère et la violence ne sont pas le seul choix .

J'ai voulais réagir à partir d' article de Gilles Klein .
Le plus souvent , sur le sujet , il s'agit de vite-dit : la compilation en est suffocante à plus d'un titre .
Une photo illustrant l'article montre Michael Bloomberg avec un enfant palestinien dans les bras.

Je le connais personnellement pour avoir travailler pour ses chaînes TV. Je ne suis pas son ami, j'étais son employé. Je ne suis ni Juif ni Musulman. Mon travail m'a amené à représenter ses intérêts en Israël.

Ce que j'ai vu, dans le cadre de ses affaires, c'est que Bloomberg ne s'est jamais impliqué clairement pour ou contre Israël. La personne qu'il a choisi pour s'occuper spécifiquement de ce territoire, et que j'ai emmené à Tel Aviv pour lui mettre le pied à l'étrier était Palestinienne, ce qui peut dénoter un état d'esprit critique à légard de l'état Juif. Je ne sais pas si il supporte financièrement des organisations sionistes mais, moi, je n'en n'ai jamais entendu parler. Je ne suis pas d'accord avec beaucoup de chose qu'il fait, mais, pour l'avoir côtoyé un peu, je pense que c'est un homme honnête et assez généreux. Si son image a été utilisée il ne faut pas en conclure quoi que ce soit sur ses opinions à l'égard d'Israël, et encore moins y voire un quelconque support.
[hors sujet, mais on peut pas créer de fil]
http://www.lepost.fr/article/2009/01/18/1390679_france-inter-en-flagrant-delit-de-discrimination.html
le ministère de la vérité a encore frappé.
[hors sujet]
bonjour
Je suis plutôt en accord avec mr Klein concernant le fait qu'une image ne risque pas de changer l'évolution d'une guerre ( désolé par avance si mes termes ne sont pas ceux de Gilles...).
Mais imaginez seulement un instant que le fait d'appuyer sur un bouton (d'un appareil photo...cela va s'en dire...car concernant l'arme nucléaire; je ne serais pas aussi affirmatif!) permet de changer ce qui nous entourent au quotidien. J'espère simplement que "le pouvoir des médias n'est pas trop important" et que chacun peut se faire sa propre opinion sur ce que nous ramène les médias.A savoir qu'en France on reste plutôt libre de nos opinions , et cela n'est pas forcément le cas partout. Imaginez vous seulement qu'une image puisse changer le cours de l'histoire...dans le cas contraire ...ou va-t-on?Et puis qui influence qui? Les peuples influencent les politiques...oubien les politiques influencent les peuples....Et puis, comment "dicerner les choses"?
Régis
Vous avez sans doute remarqué que l'envoyé spécial du Monde parle lui aussi du travail de relations publiques de l'association que j'évoquais ici quelques jours avant
c'est en substance ce que disent 3 intellectuels juifs depuis 30 ans.
http://rimbusblog.blogspot.com/2009/01/chronique-du-chat-pour-en-finir-avec-la.html
Voici, en exclusivité, ces règles que tout le monde doit avoir à
l'esprit lorsqu'il regarde le JT (journal télévisé) le soir, ou quand
il lit son journal le matin. Tout deviendra simple.

Règle numéro 1: Au Proche Orient, ce sont toujours les arabes qui
attaquent les premiers et c'est toujours Israël qui se défend. Cela
s'appelle des représailles.

Règle numéro 2: Les arabes, Palestiniens ou Libanais n'ont pas le
droit de tuer des civils de l'autre camp. Cela s'appelle du
terrorisme.

Règle numéro 3: Israël a le droit de tuer les civils arabes. Cela
s'appelle de la légitime défense.

Règle numéro 4: Quand Israël tue trop de civils, les puissances
occidentales l'appellent à la retenue. Cela s'appelle la réaction de
la communauté internationale.

Règle numéro 5: Les Palestiniens et les Libanais n'ont pas le droit de
capturer des militaires israéliens, même si leur nombre est très
limité et ne dépasse pas un soldat.

Règle numéro 6: Les israéliens ont le droit d'enlever autant de
Palestiniens qu'ils le souhaitent (environ 12,000 prisonniers à ce
jour). Il n'y a aucune limite et n'ont besoin d'apporter aucune preuve
de la culpabilité des personnes enlevées. Il suffit juste de dire le
mot magique "terroriste".

Règle numéro 7: Quand vous dites "Résistance", il faut toujours
rajouter l'expression « soutenu par la Syrie et l'Iran ».

Règle numéro 8: Quand vous dites "Israël", Il ne faut surtout pas
rajouter après: « soutenu par les États-Unis, la France et l'Europe »,
car on pourrait croire qu'il s'agit d'un conflit déséquilibré.

Règle numéro 9: Ne jamais parler de "Territoires occupés ", ni de
résolutions de l'ONU, ni de violations du droit international, ni des
conventions de Genève. Cela risque de perturber le téléspectateur et
l'auditeur de France Info.

Règle numéro 10: Les israéliens parlent mieux le français que les
arabes. C'est ce qui explique qu'on leur donne, ainsi qu'à leurs
partisans, aussi souvent que possible la parole. Ainsi, ils peuvent
nous expliquer les règles précédentes (de 1 à 9). Cela s'appelle de la
neutralité journalistique.

Règle numéro 11: Si vous n'êtes pas d'accord avec ses règles ou si
vous trouvez qu'elles favorisent une partie dans le conflit contre une
autre, c'est que vous êtes un dangereux antisémite.
Euh, la logique, là, d'un évènement d'il y a 65 ans qui découlerait de ce qui se passe aujourd'hui?...
Iln'y avait même pas d'Israël, alors où est le lien?...
Que voulez-vous dire, dans cette dernière phrase ??
J'espère qu'il s'agit d'une tournure de phrase malheureuse, pas du fond de votre pensée.
[quote=Jean Bernard]je comprends que la shoah est eue lieu

J'espère ne pas avoir compris vos propos...
Ce article ainsi que ces reactions sont intéressante mais cela ne doit pasfaire oublier à @si de programmer la prochaine émission sur le traitement médiatique du conflit Isarélo palestinien. Si DS ne le faisait pas il prendrait le risque de décevoir et porterait par la même occasion atteinte à la crédibilité de ce site payant.
Un texte à l'ironie amère traduit de Haaretz du 30 décembre.
Gilles Klein sauve l'honneur. Aucun doute. Un article salutaire dont les informations (éclairantes) demeureront sans doute confidentielles (après tout, il suffit de s'abonner à @si).

Concernant le "qui a commencé" ? ne débat ne cessera jamais, puisque certains remonteront jusqu'à l'arrivée des hébreux en palestine après la fuite d'Egypte ! Alors autant dire que l'irrationnel prédomine. Car à ce compte, je propose de vider la Turquie actuelle de ses habitants pour les renvoyer dans les steppes d'asie centrale afin de redonner aux grecs et aux autres population cette terre dont ils furent chassés.

On notera aussi que le livre de Shlomo Sand sur "l'invention du peuple juif" n'a eu quasiment aucun écho dans la presse nationale. De même que le dernier ouvrage d'Avram Burg "vaincre Hitler" n'a suscité aucun débat. En Israel, au moins, des discutions ont eu lieux, et il existe un camp de la paix. Ne l'oublions pas.

Rappelons tout de même que le Hamas est un mouvement démocratiquement élu (quoiqu'on en dise, ça compte) et que s'il est l'ennemi déclaré d'Israel, ses positions semblent avoir évolué ces derniers temps, ce que rappelait récemment Marek Halter dans une chronique du Figaro.

Il convient surtout de dire que, n'en déplaise à tous les géostratèges de salon, en politique, on en fait la paix qu'avec des ennemis !!! Et qu'il faut commencer par reconnaitre son adversaire. On ne négocie qu'avec des gens avec qui on n'est pas d'accord. Le minimum étant de reconnaitre son adversaire. Or si le Hamas ne peut nier (de part la différence abyssale de puissance entre les deux pays) qu'Israel existe et qu'il faudra bien négocier avec les israeliens, ces derniers peuvent se permettre de nier la légitimité des mouvements palestiniens et clamer leur bonne foi en disant : nous n'avons pas d'interlocuteur valable. Le monde serait fabuleux si on pouvait choisir ses interlocuteurs, mais malheureusement, on doit sans cesse faire avec ce qui nous entoure. Ce que les adultes nomment "le principe de réalité".

De plus, Israel nie depuis toujours le droit à l'existence d'un Etat Palestinien, en témoigne les faits : la colonisation qui n'a jamais cessée, et en dépit des discours. Le double langage est une pratique intrinsèque à tous les régimes politiques. Ici comme là-bas.

Israel n'est plus un petit Etat fragile et menacé (ce qu'il fut au début de son histoire récente) mais une puissance nucléaire, avec une armée formée, bien équipée, et qui plus est, soutenue par la première puissance mondiale. Dans ces conditions, parler d'asymétrie relève de l'euphémisme. Parle t-on d'asymétrie quand un renard dévore une poule ?

Enfin, la guerre que mène Israel depuis des décennies ne fait qu'engendrer des générations nouvelles de kamikazes. Car quoi que fassent les palestiniens, ils sont toujours floués en définitive (trève ou pas). J'ajoute que l'Etat sanitaire et économique de la palestine ne peut pousser qu'au désespoir. Compte-tenu de l'avenir qui leur est offert, que peuvent faire les palestinien si ce n'est se battre jusqu'à la mort.


En définitive, lire (si ce n'est déjà fait) "la discorde", dialogue entre Rony Brauman et Alain Finkielkraut sur la question israelo-palestinienne et ses conséquences en France. On peut ne pas être opposé à l'Etat d'Israel et condamné sa politique. De même que les français qui luttèrent pour l'indépendance de l'Algérie ne furent pas des traitres à la patrie.


cordialement.
Un autre son de cloche concernant les messages téléphoniques...

GAZA • La guerre psychologique bat son plein
Parallèlement aux bombardements intensifs, les Israéliens mèneraient une campagne d'intimidation par téléphone afin de provoquer un mouvement de panique au sein de la population.

Selon des analystes palestiniens, après le bombardement de la maison de Nizar Rayan, l'un des dirigeants du Hamas qui a été tué avec ses épouses et plusieurs de ses enfants, les avions israéliens vont viser les maisons des dirigeants palestiniens du Hamas et du Djihad islamique. Cela pourrait provoquer des violentes représailles de la part du Hamas, qui ne semble pas prêt pour une accalmie. Ces bombardements seront le fait marquant des jours à venir. D'autres maisons appartenant à des membres du Hamas et du Djihad islamique ont déjà été bombardées, mais la plupart d'entre elles étaient vides. Comme les individus visés sont absents, les bombardements provoquent la mort de beaucoup de femmes et enfants.

Il s'agit aussi d'une guerre psychologique. En effet, dès le premier jour de l'offensive, les services du renseignement israélien ont envoyé des messages à longueur de journée, disant aux Palestiniens qu'ils devaient évacuer leurs foyers et ne pas venir en aide aux militants de la résistance. Une habitante de Gaza, Hanan Al-Sarhi, raconte qu'elle a reçu un coup de fil chez elle venant d'une personne qui parlait un arabe approximatif. Elle lui disait que sa maison faisait partie des cibles de bombardement et risquait d'être détruite à tout instant. Tremblant de peur, elle se demande quoi faire. "Ma vie, mes enfants, ma maison… C'est une catastrophe si nous nous laissons tous chasser. Je ne sais pas quoi faire, comment réagir. L'aviation israélienne a bombardé beaucoup de maisons ces derniers jours et je crains qu'on connaisse le même sort", explique-t-elle.

Dana Safi, une fillette de 10 ans, a elle aussi reçu un message téléphonique similaire. "C'était une voix d'homme qui nous menaçait et nous disait qu'on allait détruire notre maison", se souvient-elle. "Elle avait très peur, rapporte sa mère. J'ai dû la consoler, en lui disant que ces appels étaient faits de manière aléatoire et que des milliers de foyers en avaient reçus." Les appels ont commencé dès le premier jour de l'offensive et ont semé la panique parmi des milliers de femmes et d'enfants. Le sociologue Mohamed Abdeljaber rappelle qu'Israël avait utilisé les mêmes moyens dans les années 2000-2001. Cela n'avait pas brisé l'esprit de combat de la résistance palestinienne, mais cela "a eu un grand impact sur les mères et les enfants".
De son côté, la compagnie des télécommunications palestinienne a informé tous ses abonnés qu'elle essayait d'empêcher l'utilisation des numéros palestiniens par les services israéliens.

Najla Abd Al-Rabboh
Elaph
Il faut être deux pour faire la Guerre ! je déplore les morts des deux côtés, faut se rappeler du Hamas déclarant " ne jamais reconnaître l" Etat D'Israel et en vouloir la destruction " Ceci dit ne pouvant être démenti par personne que reste-il à faire ? ! A mon humble avis par grand chose, à part compter sur la fatigue de ces deux Peuples qui souhaitons le un jour ! harassés, leur jeunesse brisée, détruite, amputée, leur Pays dévasté, leur esprit guerrier repu, décideront peut-être avec l'aide de Dieu bien absent, jamais là où nous aurions besoin de Lui ! fermant les yeux devant toutes les personnes se battant en son Nom, se déclarant des paroles qu' Il aurait tenue pour justifier la haine de l'autre, peut être un jour s'embrasseront ils pour ma plus grande joie et je l' espère celle de l'Eternel !

L'Etat Hébreu dont je porte la honte de leur récent passé, comme une tache éternelle sur toute l' Humanité, auquel je me presse d'ajouter tous les autres génocides, sans les absoudre de leurs responsabilités, ils en ont eux aussi ( sur cette terre où sont les anges ? ) J' avoue une forme de sympathie, pour leur courage dans le massage de Dieu les ayant choisi comme Peuple Elu ? ! Pour tous les autres, désolé ! il n'y a plus de place !

Il nous reste sarkosy et ses gesticulations, ou alors, cela risque de marcher aussi bien ! croiser les doigts et attendre !
Israel ne mène pas seulement la guerre des images, mais aussi celle des mots. Pour moi qui écoute les informations à la radio,je suis stupéfaite du nombre de journalistes qui présentent la situation actuelle sous l'angle de la symetrie : 'Israel riposte", "la viloence de l'armée est une réponse aux envois de missiles", etc... tout cela fait l'impasse sur la logique fondamentale de la situation, qui est une logique coloniale, avec ses colonisations (pardon, des "implantations"!) qui ne se sont jamais arrêtées, avec l'imposition aux palestiniens de conditions d'existence insupportables, l'impossibilité de travailler, de se déplacer, de cultiver leurs terres, leurs arbres arrachés, leurs champs rendus inaccessibles, les humiliations perpétuelles aux points de passages controlés par l'armée...dans ces conditions, comment peut-on dire que l'agresseur est le Hamas ?
Grand titre du site du journal "Le Monde" ce soir:

Sarkozy à Ramallah : "Les violences doivent cesser"

Plus de 500 morts, des centaines de raids aériens et de pilonnages d'artillerie, l'invasion du territoire de Gaza par des milliers de soldats, c'est de la ... "violence" ???

Avec un tel sens aigu de la nature, du sens et de la valeur des mots, il pourrait tout aussi bien ajouter que Hiroshima était un feu d'artifice, et les chambres à gaz, "un détail de l'histoire..."

Jacques, Brest
Le billet de Gilles Klein renvoie aussi au titre du livre du journaliste Edward Behr «Y a-t-il quelqu'un qui a été violé et qui parle anglais?»
Le titre de l'ouvrage faisait référence à une équipe de reporters américains dans le Congo belge de 1962 en plein conflit et recherchant désespérément des victimes susceptibles de s'exprimer dans la langue de Shakespeare.
La professionalisation de la communication – et le cynisme – des parties à un conflit ayant fait depuis des progrès, l'incongruité choquante de cette demande pourrait-elle être encore d'actualité?
Citation
« N’importe quel mobile aujourd’hui peut être tracé de manière très précise, même si le téléphone est éteint, a partir du moment ou on connaît le numéro. »


Remarquons que l’on peut effectivement tracer un téléphone non en activité (c’est à dire non en communication), il est par contre impossible de le faire si celui-ci est éteint
(pas de possibilité de protocole d’échange), puisque les fonctions du portable de sont pas alimentées.

En ce qui concerne le guidage sur un téléphone portable, la méthode existe effectivement, mais est réservé à des cas très précis (atteindre une personnalité précise).
La méthode demande une logistique assez complexe, (notamment un avion de type Awacs) pour se substituer au relais classique et guider le missile.

NB : ne jamais croire tous ce qu’on peut lire sur les sites, même si c’est secretdefense.

Stan 1000g
Enfin ! ASI se réveille et commence à analyser la tempête médiatique (massivement pro-israélienne, il faut bien le dire ) qui essaie de nous faire prendre des vessies pour des lanternes, et qui voudrait nous imposer les images d' une majorité d'innocents et de pauvres gens comme étant en fait des terroristes puissamment aidés par les méchants états-voyous..)...

une petite précision technique:

L'hypothèse des appels téléphoniques précédant un raid aérien, servant en fait d'aide au guidage des missiles israéliens vers leur cible, est très crédible.

Elle est évoquée sur le site "Secret Défense" . Les Israéliens ( les américains et les anglais aussi, en Irak et en Afghanistan) utilisent des avions bourrés d'électronique pour toutes sortes de missions de contre-mesures électroniques, dont surtout la détection et la localisation des émissions de téléphones portables, majoritairement utilisés pour le déclenchement des attentats à la voiture piégée) .
Appeler un numéro suspect et surtout en obtenir une réponse, permet de pouvoir localiser très précisément l'origine de l'émission du signal et de caler un missile sur cette cible. Le même principe général, qui est de faire voler un avion pas trop loin des radars ennemis pour "déclencher" ces radars et ensuite, "caler" des missiles sur le faisceau radio émis par le radar, est très pratiqué depuis des décennies).

Jacques, Brest.
PS: donc, oui, oui , l'utilisation d'un téléphone portable peut être TRES dangereuse pour la santé !
[quote=La rédaction]En bonus, des photos libres de droits montrant l'aide humanitaire à Gaza, un graphique avec le nombre de fusées, et d'obus de mortiers tirés depuis Gaza sur les communes israéliennes entre juin et décembre 2008.

S'agit il du graphique évoqué dans cet article : http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2457 ?

Celui présenté sur ce site : Israel Ministry Of Foreign Affairs ?

La base de la manipulation, consiste a utiliser des vrais chiffres avec des graphiques trompeurs, l'image est toujours plus forte que le texte, surtout dans le cas de statistiques. A ce propos, le bouquin de Normand Baillargeon, "Petit cours d'autodéfense intellectuelle" est pas mal, voir la partie 2.2.3 Illustrations et graphiques: ça vaut parfois mille maux...
Guerre pyskologique ?

A propos des appels téléphoniques.
Cf. mon post précédent sur un autre forum « Si vis pacem, parabelum »
GAZA • La guerre psychologique bat son plein
Parallèlement aux bombardements intensifs, les Israéliens mèneraient une campagne d'intimidation par téléphone afin de provoquer un mouvement de panique au sein de la population.

Stan 1000g
Merci @si de nous livrer les dessous cette intox médiatique insupportable qui place l'agresseur en victime et désigne les morts civils en terroristes.

Votre article complète bien celui paru dans l'Observer et traduit par Contre-Info http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2458

"Les raisons de la guerre, par Chris McGreal"

Comment se fait-il que la photo de l'AFP soit reprise par un quotiien espagnol et que nous ne l'ayons pas vue en France ?
On pourrait analyser cet article un peu à la manière de Judith Bernard analysant la fameuse double page de Libération sur l'ultra-gauche saboteuse.
Rien à dire sur le fond, mais tout est dans la présentation : l'image "positive" du bébé palestinien soigné dans dans un hôpital israélien est mise à distance, discrètement remise en cause, par la mise entre guillemets de la légende ; elle s'oppose à l'image des bébés palestiniens "victimes de bombardements israéliens" : il n'y a pas de guillemets dans le texte d'origine...
La guerre de communication d'Israël est pointée du doigt, pas celle des palestiniens : on évoque "les enfants palestiniens lanceurs de pierres". Qui envoie ces enfants lancer des pierres sur des soldats armés ? N'y a-t-il pas là aussi guerre de la communication ? Guerre que des enfants, hélas, paient au prix fort.
On pourrait continuer ainsi, mais je n'ai pas le talent de Judith Bernard. À mon sens on peut remettre en cause bien des "informations" sur ce conflit, et ne pas oublier que le Hamas est un mouvement extrémiste, qui prône la destruction d'Israël, dont l'ennemi absolu est "le juif", et qui est sans contestation possible le seul responsable de cette guerre.
Je suis athée mais putain si Dieu existe, il faudrait qu'il se manifeste. Les photos d'enfants morts c'est certainement de la comm mais elle marche bien sur moi. Comment peut-on arrêter cette boucherie ?
ça parait surréaliste : téléphoner aux gens pour les prévenir qu'on va les massacrer ?? qui peut faire ça ??
j'ai jamais rien [s]entendu[/s] lu de pareil.......
je reste sans voix..
Bonne initiative, Monsieur Klein, mais votre embryon d'enquête est encore trop lapidaire, je trouve. Sans oser prendre parti ici, il me semble que cette triste histoire mérite plus d'éléments contradictoires, et je sais que c'est pas la doc qui manque dans votre salon!
Gilles Klein sauve l'honneur.

Merci !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.