53
Commentaires

Présidentielle US : sur Fox, CNN et Wikileaks

Si l'on ne connait pas encore le vainqueur, on connait déjà le vaincu de la présidentielle américaine :

Derniers commentaires

Monsieur Harry Belafonte a été de tous les combats.
Il est un vieil homme aujourd'hui et parle ici avec l'expérience qu'il a accumulée tout en se mettant sous l'égide d'un grand poète Langston Hughes, il pointe avec sagesse ce qui fait la tragédie de cette élection : Qu'avons nous à perdre ? Tout !
On ne connait pas le "vainqueur" mais l'on connait déjà les perdants, les 99% de citoyens américains non représentés par les candidats de l'oligarchie financière !

Le seul intérêt désormais des élections représentatives dans les pays occidentaux c'est le taux de votant sur la population adulte, plus ce taux diminuera plus vite le système politique actuel s'effondrera !
Cher Daniel, apparemment vous n'avez jamais regardé la télé américaine pendant cette présidentielle. Sinon, vous auriez vu comment les commentateurs et journalistes sur TOUTES les chaînes – CNN, CBS, NBC, MSNBC, ABC, HBO – avaient eu du mal à traiter Trump, ce monstre ridicule qui leur avait été servi par une droite en dérive. Même Fox News, à priori une chaîne propagandiste pour les Republicans, n'était pas aussi « pro-Trump » que vous insinuez, sûrement parce que ni les caciques du parti, ni Rupert Murdoch lui-même étaient enthousiaste de ce malade mental. Chez Fox, il n'y avait pratiquement qu'un seul animateur, Sean Hannity – d'ailleurs un idiot patenté ! – qui a milité sans cesse pour Trump. Même l’extrémiste Republican Bill O'Reilly – malheureusement le no. 1 des commentateurs politiques aux États-unis. – se montrait étonnement prudent sur Trump. La plus grande violence sur la télé est venu par les « surrogates », les militant(e)s invité(e)s, spécialement ces du camp Trump (mais il fallait aussi voir les trois débats entre Hillary Clinton et Trump pour s'en apercevoir d'où venait toute cette boue). Les chaînes que vous qualifiez « pro-Clinton » sont des médias dont beaucoup de dirigeants, journalistes, commentateurs et animateurs ont gardé un reste de décence et d'honneur ce qui les empêche d'avoir la moindre sympathie pour Trump.
On sait qui est le vaincu de la campagne, Bernie Sanders qui n'aura pas eu droit à un traitement équitable de son parti, ni des médias de l'establishment.
Pour ce qui est de Trump, cry me a river, pour s'assurer de battre un fasciste raciste sexiste violeur menteur pathologique appelant régulièrement à la violence et probablement fou, je dirais que tous les moyens sont bons, et qu'il suffisait à la presse de souhaiter le bien de l'Amérique et du monde pour être naturellement du coté de Clinton, qui si discutables que soient certains aspects de sa carrière ou de son projet politique reste une démocrate au sens premier du terme.

related link
[quote=Daniel Schneidermann]la démocratie, cette vieille lune du suffrage universel, éclairé par un débat public loyal dans les medias, pour désigner les dirigeants d'un pays.

Claude Lefort le rappela, mais sans philologique référence, et sans souci de le prouver, alors que Péguy, lui l'établit*: le terme de démocratie est assez, sinon fort mal forgé. Il voudrait désigner un régime politique dans lequel la violence est bannie et contradictoirement il confie au terme de cratie le soin de le signifier. Cratie veut dire en effet l'emporter sur, dominer (fût-ce temporairement) dans un conflit alors que la justice exige au contraire la loi d'égalité: l' isonomie comme les Grecs l'appelaient. D'où la double proposition par Péguy du terme de démarchie innocentant le peuple en intégrant l'élément d'acratie: absence de domination qui constitue l'essence libertaire de ce qui justifie ce qu'on appelle, assez mal aussi, "anarchie".

Que cette dénomination rectifiée du régime de la justice en politique doive passer par ce que vous appelez "cette vieille lune du suffrage universel, éclairé par un débat loyal dans les médias, pour désigner les dirigeants d'un pays" ne va également pas de soi. Ce calendrier lunaire correspond en effet à cette autre célèbre, mais peu rappelée, définition de la démocratie comme tyrannie de la majorité dont nous devons à Tocqueville la formulation. Les dirigeants "démocratiquement" désignés par le suffrage, fût-il "universel", ne le sont en réalité que pour l'avoir ainsi emporté: en fonction par conséquent de leur domination dans l'opinion. D'où leur chute dès que ladite opinion s'est d'eux détournée, à plus forte raison contre eux retournée.

Associant ainsi la contradiction dans les termes et l'illusion de la neutralité de la direction, le terme de démocratie est à la réflexion cet oxymore fort bien parce que très mal ajusté pour exprimer dans la confusion ce qui est apparemment souhaité et ce qui effectivement se vérifie: la guerre civile larvée plus ou moins tempérée qui constitue la vie des cités.


* Dans les quelques "académiques" leçons qu'il ait jamais données.
Quand il s'agit d'attaquer l'axe du mal ca les embete pas trop de sombrer dans le complotisme de caniveaux.

Si assange etait juif je vous aurais soupconner de sentiments anti-semites.

bobo-baltringues va !
L'idée qu'il n'y ait que Fox News qui soit "ouvertement" pour un candidat est erronée :
La majorité des médias de presse américains ont dit de façon claire pour qui ils étaient à commencer par The New York Times.

L'idée que Fox News défendrait le "peuple" est à se tordre de rire, j'en ai des crampes. Ce serait comme dire que les médias de Bolloré défendent le peuple. Fox News est simplement pareil à un cochon tirelire, peu importe d'où vient l'argent, ce qui est important, c'est le son qu'il fait.

J'aimerais rapporter les propos de Stephen Hawking à propos de Trump : “a demagogue who seems to appeal to the lowest common denominator,”

Réception furieuse de toute la Trumperie qui a mobilisé Google à la recherche de la signification des mots employés au point que Google a vu une montée exceptionnel des trois termes "demagogue" "denominator” et le nom de Hawking.

Le directeur de campagne de Trump s'est fendu d'un risible “If Professor Hawking wants to do some damage, maybe he should try talking in English next time.”

Hawking a dû reformuler ses mots et a alors dit “Trump bad man. Real bad man.”
les US "la démocratie la plus emblématique du monde".
Ah oui?pour qui?
Ce qui est sûr, c'est qu'on aimerait bien voir Trump se casser la gueule... Champagne! Et rechampagne le 27 novembre pour la dégringolade de notre petit Trump. Ce sera Noël un mois trop tôt....Et une ou deux petites coupes, ce n'est pas de l'alcoolisme.
Je ne comprend d'ailleurs pas pourquoi les journalistes ne disent pas leur choix politique, au moins on sais d'ou parle la personne, je préfère fox news comme propagande. La propagande bourgeoise, empreinte de mépris du peuple, de dénie de ses propres erreurs pour les attribuer aux autres (les autres étants toujours les Francais), de mensonge et surtout de moralisation des populations est insupportable, surtout au vu de mensonges et de l'incompétence de ces gens, formé comme en 1800. Les medias en France qui ont soutenus Hollande, et qui en plus ne le reconnaisse pas, nous méprise en fait, je parle là de mediapart en 2012. Et cette fois, ils ont démarré avec le 'aller voter Juppé' mais en catimini, pas comme Daniel qui au moins en discute avec son scooter, c'est claire la. Ensuite ils invitent Macron, qui ne répond a aucune question, n'est pas dérangé dans le déroulement de sa propagande, Mauduit étant très gentils, pourquoi ne pas lui avoir opposé Martine Orange, une femme de gauche, au lieu d'un mec qui ne dérange pas ?
@si vous n'analysez pas du tout les plateaux de mediapart , ni leur positionnement ? serais-ce parce qu'ils sont de votre coté numérique, mais pas vos amis , ça, ça se sent du coté de Plenel, qui est un brin, jaloux.
Si "on" dit à un journaliste: "demande à Juppé si il profite bien de sa retraite", on fait une campagne fourbe?

Le constat de DS contient une dose de "je flatte la bêtise qui ose tout (= franchise), et je condamne l'intelligence (= fourberie et manipulation cachée)" qui me désole.

Et il occulte que des médias étasuniens s'étaient emballés sur Trump, qui faisait vendre du papier et de la pub, et ont fait leur mea culpa de cette promotion. Comment combattre l'adversaire Trump, pur produit médiatique, autrement que par l'arme médiatique, et en évitant d'en jouer aussi grossièrement que lui?

Et wikileaks a peu de chose sur Trump et beaucoup (pas tant que ça) sur Clinton? What a surprise! Il est un people à casseroles financières, et elle a une carrière politique longue et tentaculaire. C'est censé blanchir Trump ou ça montre que Clinton contrarie du monde en obtenant le pouvoir d'élue, apparemment plus puissant que ses autres prérogatives passées, démocratie décriée au passage ou pas? Une seule réponse possible à ce QCM.
Mettant à mal la démocratie de représentation, de délégation, Paul Ricoeur a proposé cette définition du fait démocratique:

«Est démocratique, une société qui se reconnaît divisée, c'est-à-dire traversée par des contradictions d'intérêt et qui se fixe comme modalité, d'associer à parts égales, chaque citoyen dans
--l'expression de ces contradictions,
--l'analyse de ces contradictions et
--la mise en délibération de ces contradictions,
--en vue d'arriver à un arbitrage».

Paul Ricoeur n'est pas ma tasse de thé, mais quand certains cathos mettent le doigt là où ça fait mal, j'aime...

Bonne journée.

* c'est moi qui est mis en gras, certains mots.
Dirigeants russes et chinois, quant à eux, ont compris depuis fort longtemps, que le meilleur moyen d'éviter le spectacle affligeant d'une campagne électorale, était de bannir la démocratie.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Au sujet des mails révélés par Wikileaks, je veux bien qu'ASI se plonge dans la dernière rumeur complotiste qui circule sur la présence d'expressions de l'argot pédophile qui les parsème (expressions à base de pizzas notamment).
De ce que je lis on est clairement dans la veine "on balance dans tous les sens, à défaut d'être irréfutable ça laissera l'impression de crimes de puissants couverts par un système, c'est pas perdu). A mon avis décrédibilise complètement ceux qui se prétendent chevaliers blancs sur le coup, qui feraient mieux si ils avaient des preuves de se concentrer sur peu d'accusations mais parfaitement étayées.

Ce qui m'étonne c'est la confidentialité de ces accusations qui traitent de crimes extrêmement graves.
On va laisser de côté l'explication "oui mais justement c'est tellement grave que la presse s'autocensure, et puis les puissants en questions tiennent tout le monde en respect".

C'est effectivement quelque chose qui circule, ou il circule tellement de choses que c'est un bruit parmi des milliers ?
Bonjour
D'ou le mot roi de la "démocratie" moderne: le moinspirisme !!!
Avec ça on ne va pas loin.
La propagande pro-Trump de Fox News [...] est avouée, revendiquée, à visage découvert.
La propagande pro-Clinton de CNN [...] clandestine, inavouée, sournoise.

On retrouve ce même schéma qui distingue les médias pro-russes avoués que sont Sputniknews et RT, d'une part, et les médias occidentaux, d'autre part, qui sont dans leur grande majorité anti-russes mais ne se présentent pas comme des outils de propagande.
"...cette interminable campagne dans la démocratie la plus emblématique du monde."
Comme ça, quelques mots lachés dans un article on perpétue une fable. Remarquez que eux-mêmes en sont si fortement convaincus que s'en est un des produit phare de leurs exportations. Quant aux autres, ceux de la périphérie, c'est à dire les colonies, ils sont journellement gavés des nouvelles de l'empire et attendent avec fébrilité la couleur de la fumée qui sortira de la cheminée de la Maison Blanche.
"Pourquoi vous acharner sur Clinton avec wikileaks ?"

"Cela fait presque cinq ans que je suis enfermé dans 30 mètres carrés grâce à ses semblables."
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.