35
Commentaires

"Pour en finir avec Eddy Bellegueule" : polémique entre l'auteur et L'Obs

Faut-il enquêter sur "Eddy Bellegueule"? C'est ce que fait cette semaine un article du Nouvel Obs (non mis en ligne) consacré au succès littéraire de ce début d'année, "En finir avec Eddy Bellegueule". Récit autobiographique d’un jeune de 21 ans qui raconte son enfance dans une famille très pauvre de Picardie, victime de brimades à cause de son aspect efféminé. Un récit de "transfuge de classe", raconté par Edouard Louis devenu étudiant à Normale sup à Paris. Le Nouvel Obs part à la rencontre de la famille et du village d'origine d'Edouard Louis. L'auteur critique la démarche sur son blog et pointe même plusieurs erreurs.

Derniers commentaires

Edouard Louis a composé un vrai conte social dont il est le Héros : «Un Petit Chose né chez les Gueux, les Affreux, les Laids, les Sales et les Méchants, parti de la fange des marais pour se hisser à NormalSup».
Sauf qu'il ne s'agit que d'une belle, histoire, dont les ficelles n'apparaissent pas en première lecture.

Premier indice : Edouard Louis se fait passer pour un «normalien» alors qu'il n'est qu'un étudiant à l'ENS. Il n'a pas passé le douloureux et si sélectif concours d'entrée en khâgne. Il a été admis sur dossier (après une Licence 2), notamment grâce à l'appui des lettres de recommandation délivrées par ses nombreux Mentors à Amiens..., pour y suivre une formation diplômante en sociologie.
Son statut à NormalSup s'apparente à celui d'un «auditeur libre», comme celui des «auditeurs libres» qui sont admis à assister aux cours de préparation à l'agrégation.
En aucun cas, son parcours ne peut être confondu avec le cursus des élèves-fonctionnaires de l'ENS, des « normaliens », fils de Prolo ou fils de Bourg', REBELLES OU SOUMIS, qui ont réussi un concours très difficile d’entrée, préparent celui aussi dur de l’agrégation externe, et préfèrent, eux, se consacrer à l’étude plutôt que de courir les salons mondains, les séances de dédicaces et les PETS-titions dans l’eau !

Mais tous les journalistes sont tombés dans le panneau misérabiliste tendu et Edouard Louis ne les a jamais contredits. Je vous invite à lire l'article de Télérama qui s'est entretenu longuement avec lui en juillet dernier. L'Intelligentsia l'a érigé en parangon de la méritocratie et de l'excellence républicaines à la Française.
Un autre mensonge par omission qui nourrit la légende...
Et Malheur! à ces sales fouineurs de journalistes du Courrier Picard qui ont voulu crever le décor carton-pâte en enquêtant sur le terrain !
Réponse de l'écrivain et du militant en sociologie bourdieusienne:  « Je suis un Martyr de la «lutte des classes». Imaginez ce et ceux qu'il m'a fallu défier pour arriver où j'en suis. J'ai travaillé mille fois plus qu'un-e autre.
Si vous osez me renvoyer à la face toute l'étendue de mes contradictions, c'est parce que je suis condamné à subir le sort de tous les «transfuges de classe». J'affronte chaque jour, cette «violence symbolique» d'une classe oppressante qui s'octroie et se transmet entre-soi les codes de domination sociale et qui m'accuse de trahir ma «classe d'origine»
. ».

Le Petit Chose.
À propos de ce vite dit concernant François Caviglioli - père de David Caviglioli - rappellons aussi qu’il est l’auteur de l'article tout beurk concernant
l’enseignante d'un collège de Lille qui entretenait une relation amoureuse avec une élève de 12 ans.
Suite : http://www.courrier-picard.fr/region/que-devient-edouard-louis-ia0b0n330437
Je voudrais voir l'OBS enquêter sur Christine Angot ou Annie Ernaux ou john Fante, ou Kerouac, pourquoi pas Cendrars.

Vérifier si un dénommé Marcel s'est vraiment couché de bonne heure pendant si longtemps que ça.
journaliste littéraire
J'en connais des oxymores, mais là on atteint des summums !
Après avoir lu ce livre, j'ai pensé que pour l'auteur, les pires crachats étaient à venir; c'est bien le cas avec cet article du Nouvelobs, avec les commentaires fielleux de Brice Couturier sur France-Culture quand Edouard Louis a été l'invité des Matins, avec le message d'une auditrice de La Dispute toujours sur France-Culture, le 21 février:"Rien à voir avec Madame Ernaux, Madame Ernaux c'est autre chose, et puis Madame Ernaux est allée dans une école privée dès la sixième"...

Ces braves gens vont peut-être nous expliquer un jour qu'Edouard Louis s'est fait enlever une dentition parfaitement saine pour la remplacer par des dents délabrées, afin de donner le maximum de crédibilité à son livre.

Merci pour cet article.
La démarche du journaliste de l'Obs ( trouver le réel correspondant à un imaginaire de roman) semble polémique par nature: objectif atteint car on parle de lui...
Merci pour cet article.
J'ai lu le roman en février, quasiment d'une traite, et il m'a laissé une impression de "mal à l'aise", ne sachant vraiment ce que j'avais sous les yeux :
- un roman
- une autobiographie
- un roman autobiographique
- de la sociologie appliquée
- un documentaire

voire :
- un journal intime subtilisé à son auteur.

Je ne lis jamais le Nouvel Obs, et ce n'est pas ce que j'en vois ici qui va m'inciter à changer cela.

Merci pour cet article.
Sans vouloir défendre l'article de L'Obs, ce livre pose un problème. Je n'arrive pas à le considérer comme une oeuvre littéraire, personnellement. Le fait qu'il soit publié au Seuil, qui nous a plutôt habitué à de la littérature disons plus exigeante, m'a beaucoup surpris. Tout dans le style et le ton du livre est connoté 'témoignage choc' et l'auteur ne peut pas nier qu'il le revendique comme tel. À partir de là, le qualificatif de "roman" est assez hypocrite, ou en tout cas n'a plus aucun sens littéraire. Je ne pense pas qu'on puisse faire de la 'littérature témoignage' car par définition la littérature c'est autre chose. Mais c'est un éternel débat qui divise, on le sait bien.
Je suggère à Caviglioli de relire Zola et de faire un fact-checking "à la Nouvelobsienne" ensuite... Ca devrait lui être facile vu qu'il n'a pas l'air de faire la différence entre un roman et un récit ;o(.
Merci à Laure Daussy pour cette enquête... qui me rend de + en + réfractaire à ce parisianisme intellectuel qui fleure tant le XIXe siècle ;o((
David Caviglioli, journaliste au nouvel obs est-il le fils de François Caviglioli, ex journaliste au nouvel obs?

Cette information est elle hors-sujet?

Je feins de me poser la question.

Après son "enquête" sur la trahison de classe, pourquoi pas une enquête sur la reproduction sociale?
Excellent article, qui aura malheureusement moins de retentissement que l'émission de France Inter. Merci, Laure Daussy
Faudrait enquêter chez les Deschiens aussi, il y a des soupçons d'inexactitude dans cette histoire de coming out. Voilà c'que ça donne le mousseux...
L'émission d@ns le texte me manque... (hint, hint)
Retrouvez D@ns le texte et plein d'autres émissions sur la nouvelle émanation (indépendante) d'@si, Hors-Série, pour 15€ par an pour les abonnés que nous sommes ici.
Toutes les infos, ici.

L'aventure ne prendra forme véritablement qu'avec notre soutien.
Dépêchons-nous.

yG
Faut-il payer plus pour en avoir presque autant ?

Petit calcul :

je garde mon abonnement à @si pour 30€ qui ne comprend plus déjà depuis quelques temps @dans le texte et @aux sources, ni l'émission sur le ciné et les séries...

Mais maintenant, @dans le texte et @aux sources je pourrais, entres autres, les retrouver sur Hors-série pour 15€ avec trois nouvelles émissions. Soit en décortiquant, 3€ l'abonnement annuel par émissions (15/5).

Je résume : abonnement à @si 30€, abonnement à @dans le texte 3€ et abonnement à @aux sources 3€ = 36€

Mon abonnement à @si vient ainsi d'augmenter de 6€, 9€ si j'ajoute le ciné...

C'est un peu comme avec les pots yaourts, le prix n'augmente pas, mais y en a moins dedans.

Et puis que faire si demain, le "Vite-dit" décide de se lancer dans un projet à 15€... ?

Il n'est pas improbable que je m'abonne quant même, j'aimais bien ce que faisait Judith sur @si, mais avec un enthousiasme critique sur la forme.

Plutôt que l'éclatement, n'aurait-il pas mieux valu une extension d'@si avec une augmentation de l'abonnement ?
"Plutôt que l'éclatement, n'aurait-il pas mieux valu une extension d'@si avec une augmentation de l'abonnement ?": Marc

Je ne pense pas, car, nombreux sont ceux qui ne s'intéressent qu'à l'actu média-politique et qui ne souhaitent pas payer plus pour des programmes culturels qu'ils ne regarderaient pas de toute façon.
Ce n'est pas mon cas, c'est même tout l'inverse, c'est pourquoi j'ai déjà sauté le pas.

yG
bein ça alors !

il en a déjà été question ailleurs et j'ai tout loupé, ou c'est tout nouveau ?
Nous en avons été informé par la Gazette @si.
et un ptit coup de fracture numérique suplémentaire..merci les filles!

si vous n'avez pas tweemachin ,fassechose ,la 50G ,etc, vous êtes out,au courant de rien, condamner à relir vos vieux Fantômas !
@ yannick G

Intéressant, merci pour l'info. Par contre le lien - ou l'absence de lien - avec @SI me semble encore peu clair, il ne me semble pas que le projet ait été évoqué sur le site ?
Epurée de la quantité d'erreurs, d'approximations et d'interprétations qu'elle contient, l'enquête de Caviglioli c'est du sérieux.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.