20
Commentaires

Porte : "Sarkozy, Dati Hortefeux, mes chers confrères !"

Des humoristes en politique ? Nous en avons un en France. Il s'appelle Nicolas Sarkozy (très influencé par Fernand Raynaud et Louis de Funès). Mais Rachida Dati ou Brice Hortefeux ne sont pas mauvais non plus, juge leur éminent confrère Didier Porte.

Derniers commentaires

Cher Didier, je viens de terminer votre livre sur votre "virage" de France Inter et je l'ai malheureusement trouvé intéressant et drôle. Je voulais vous signifier ma solidarité en espérant que, et votre petite mine pourrait nous inquiéter à moins que tout le monde soit malade sur le plateau, vous allez bien et surmontez cette période pénible où l'ardeur et le feu de l'été ont dû retomber. Bon courage ;-)
Bon, un coup de barre Didier, vous avez recyclé, je n'ai vu que Dan sourire, et les autres, ma foi, pas tellement, moi non plus. :-(( Ce sera mieux la semaine prochaine.
Vous auriez dû nous dire, DS, que vous aviez engagé un animateur pour présenter un bêtisier. Mais pour être plus efficace, il devrait accompagner les images de rires enregistrés.
Question à Didier Porte : peut-on caricaturer la caricature vivante qu'est Frédéric Lefebvre ?
D'accord avec vos choix Didier.Moi,il y en a un qui me ravit dans le genre,c'est Estrosi.Je n'ai pas trouvé d'exemple,mais en cherchant bien...Malheureusement leur ridicule ne peut nous consoler de leurs actions malfaisantes et votre chronique percutante dénonce Ubu et sa cour. Je ne comprends pas les rires des journalistes quand Sarkozy s"attaque à Joffrin....Je suppose qu'aujourd'hui,certains n'en sont pas fiers.
Du vitriol comme on l'aime. Merci Didier Porte, comme d'habitude.

Bémol: l'accès payant à cette chronique, à l'instar de Mediapart et comme j'ai pu le constater en essayant de la voir hors connexion; est, je pense, une très mauvaise idée, à terme. Peut-être qu'à brève échéance, cela va amener de nouveaux abonnés, mais penser que la majorité des gens, qui n'en ont pas grand chose à battre de la critique médiatique (ou du moins, pas au point d'ouvrir le porte-monnaie), vont affluer en masse afin de bénéficier de quelques minutes hebdomadaires de Didier Porte, est je pense, une vue de l'esprit.

Si j'ai tort, tant mieux, remarquez, et n'hésitez pas à me le signaler, monsieur Schneidermann. Mais j'en doute.

Un ré-afflux des émissions - et de leur ancienne périodicité - dans les mois à venir sera une réponse consistante, par défaut...




[d'ailleurs, j'attends toujours une réponse envoyée hier au webmaster, au sujet des vite-dits, de leurs présence en page principale du site alors qu'elles n'ont pas de forum attenant - et de la possibilité de forum, d'ailleurs, sur les vite dit, avec un onglet accessible aux connectés notamment - vu les sujets explosifs parfois, et qui mériteraient que les @sinautes en discutent]
Je m’appelle… puisque plus personne ne m’appelle : TIDA. C’est tout un programme déjà !
Ça ne signifie rien pour vous, mais pour les chinois, ça signifie que je suis allergique à l’huile d’arachides… mais bon, on n’est pas en chine…
Je n’ai pas besoin de cours de langue vivante, non merci.
Pas besoin de licence pour me faire avaler cette évidence, que notre langue est encore vivante…même si on ne la parle plus à Nantes !
Oui je suis nantaise… et un peu niaise… je le sais !
Je sais que j’ai raté mon bac parce que j’ai confondu dans le dialecte des espingouins : complicacion et simplificacion !
Et mon bac français, je suis passée à côté, parce que j’ai osé écrire qu’il n’y a pas pire que les rimes riches… leur arrogance, leur autosuffisance… j’ai versé quelques larmes sur les plus pauvres…comme une utopiste engagée… et pour finir dégagée des circuits de la morale établie.
En seconde, j’ai été foutue plus d’une fois à la porte parce que j’avalais les mots sans les mâcher, puis les recracher comme gribouille :
Je disais fellation pour inflation… en début de journée et gonflation en fin de journée… je l’avais mauvaise…j’étais gonflée comme une poupée pour confondre do ré mi avec so do mi…j’étais nulle en musicologie !
Vous vous rendez compte de toutes ces multiples éjaculations, pardon je voulais dire éjection… pour une petite gamine à qui on a inculqué l’échec d’une manière précoce parce qu’à cause de son anorexie, de son manque d’appétit pour les choses de la vie textuelle… quel drôle de lapsus… je voulais dire sexuelle… je n’intéressais plus personne, parce que figurez-vous que moi la chose ne m’a jamais habité… c’est pour ça d’ailleurs que j’ai raté mon BEPC parce que j’ai toujours refusée les colis piégés de mes petits camarades…. Qui me disaient et sans se concerter… laisse tomber les gants et mets ta main dans ma poche… tu auras au moins la conviction tactile… que ça n’a rien de moche…
Casse-toi tête de pioche !
En sixième déjà, j’avais raté, loupé tous les noms d’oiseaux, je veux dire que je faisais exprès de ne pas les mémoriser parce que le sexe commençait déjà sérieusement à m’indisposer.
En juin, à l’oral de mon examen de sixième, je ne sais pas ce qui m’a pris mais j’ai foutu une paire de claque à mon examinateur parce qu’il n’arrêtait pas de me répéter, alors tu coches ou tu ne coches pas ?
Et il en rajoutait le visqueux... en me disant : tu ne veux quand même pas que je te prenne la main pour te la mettre là où je pense… concentre-toi, tu finiras par mettre le doigt dessus.
Rien que de m’en souvenir… ça m’offense.
A un moment j’ai dit : pouce ! Et je l’ai giflé… parce que je ne voulais pas faire saliver un cochon dingue… ma mère ne se remit jamais de mon refus systématique de collaborer avec le sexe opposé… elle s’arrachait les cheveux, quant à mon père, qui était chauve, il se tapait la tête contre le mur pour cesser d’avoir mal
Attention je ne suis pas atteinte mentalement, j’ai autant d’aversion pour un petit pénis que pour un énorme clitoris… je suis comme ça…je suis ce qu’on appelle pudiquement, une asexuelle… un être qui ne mouille pas sans raison… qui ne se mouille pas politiquement pour faire semblant…
Quand je me réjouis c’est pour de bon ! Pour de vrai ! Pour l’idée !
Je suis et reste ouverte à toutes les propositions… si vos intentions sont vraiment platoniques.
Je savais déjà qu’avec ou sans diplôme je finirai un jour, par faire bander tous les esprits !
Ce n’est pas très royal ce que je dis mais ma première institutrice s’appelait madame Brio, ce qui n’a rien à voir avec madame Aubry. Probablement plus réceptive et plus compréhensive pour des jeunes comme moi qui crient sur tous les toits : ras le cul du cul…
Je vais fonder bientôt mon propre parti, et je serais la première secrétaire au monde à ne pas se laisser faire, puisque je représenterai tous les asexuels qui se foutent comme de l’an 40 de la parité homme – femme et qui descendent sur le terrain avec leur museau en l’air puisqu’elles ou ils ont laissé leur organes génitaux dans les vestiaires…
Game over pour tous les excités de la terre !

http://www.tueursnet.com/index.php?journal=Balle%20de%20lapsus
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.