45
Commentaires

Pollution : Thalassa fait enrager les Bretons

Dans une émission de Thalassa (France 3), vendredi 10 avril, des reportages évoquent la pollution du rivage dans les Côtes d'Armor. Le reportage n'a pas plu au Conseil général, à la presse bretonne et à certains téléspectateurs.

Derniers commentaires

commentaire publié sur le site de libélabo :

Drôle de publicité
Je m'étonne quelque peu de la façon dont Libélabo publie cette vidéo.
Enregistré en mai, elle est publié sur dailymotion le 8 juillet puis sur libélabo le 23 juillet.
Cela se passe en pleine période touristique. Et mes dernières baignades (il y a 10 jours) en baie de Saint-Brieuc ne m'ont pas permis de vérifier la présence de l'algue verte.
Qu'il y ait un problème immense et malheureusement récurrent de pollution par l'algue verte ne devrait pas permettre au libélabo une telle méprise et un tel délai dans la parution de cette vidéo, entre l'apparition de champs d'algues au printemps et son reflux en cette période.
breton, ta bretagne ne t'appartient pas.
Ca me fait marrer, parce que j'ai regardé Thalassa pour la première fois de ma vie ce jour-là, juste parce que, la Bretagne, c'est beau.
Et comme je regarde surtout pour les images (Thalassa, c'est quand même pas passionnant, même si je suis consciente de la qualité des reportages, au-delà des images, ça ne m'intéresse pas trop) ; du coup, je n'ai pas entendu parler de ça.
Je me suis juste dit qu'il fallait absolument que je retourne à Paimpol très bientôt, c'est vraiment trop joli.
A mon avis, la Bretagne a peu de souci à se faire : tout le monde rêve de passer quelques jours en Bretagne !
Merci à Thalassa de parler enfin à heure de grande écoute du fruit pourri de l'agriculture productiviste, elle pollue l'eau l'air et la terre depuis l'après guerre et maintenant elle tue les abeilles... notre avenir quoi !

Ceux qui s'offusquent de cette pollution n'oubliez pas que vous financez deux fois cette agriculture sale, une fois par vos impôts (via la PAC européenne) et une autre fois par vos achat tout aussi douteux de produits de cette même agriculture.

Personnellement je ne peux rien arrêter sur mes impôts qui malheureusement finance la PAC des pollueurs mais cela fait longtemps que je n'achète plus de produits sales... je consomme bio et le plus possible local en direct.

Lorsque je passe près d'un tracteur qui vaporise ses pesticides à l'air libre près des routes et de mes poumons... je klaxonne un bon coût c'est ma façon de dire "NON !!!" Nous avons le droit de vivre en paix sans se faire intoxiquer par cette agriculture qui méprise la nature et fait les bénéfices des producteurs de pétrole et de chimie qui sont souvent les mêmes (Total par exemple).

Nous sommes aussi responsable de la pollution lorsque nous la finançons.
Mathias
Thalassa et Arrêt sur Images m'ont appris quelque chose.
Je vais rarement en Bretagne (goût personnel pour les Tropiques plutôt), mais là du coup j'irai encore moins.
Avis à l'office du tourisme breton: tenez-moi au courant pour les mesures écologiques que vous aurez prises. Mon avis est évolutif.

D'accord avec ceux qui parlent de l'indifférence des Français pour l'écologie. On a parlé des pesticides dans le vin français. Qui a commencé à acheter du vin bio ? Il n'y a que le boycott des pollueurs qui fonctionne (et qui permet de rester en vie).
Pour ceux qui sont intéressés, vous trouverez des infos sur le vin bio et des liens vers diverses boutiques de vin bio en ligne : http://www.leblogdelamirabelle.net/article-28468945.html
Je n'ai pas encore commandé, mais je vais le faire.

Pour l'instant je n'ai trouvé qu'un vin éco-citoyen (contient moins de pesticides) au Leclerc, mais aucun vin bio dans la grande distri.
J'aurai sûrement plus de chance en Allemagne (et les prix y sont effectivement plus doux pour beaucoup d'articles; juste un exemple: coloration pour les cheveux d'une marque connue : 8€ en grande surface en France, 3€ en Allemagne pour le produit identique évidemment).
Bref la grande distri, en dehors de se moquer du consommateur, est en grande partie responsable de l'indifférence face au bio (quand vous ne trouvez pas de vin bio, vous achetez quoi?).

Les Bretons sont juste surpris qu'une émission française sorte un peu le pays de sa torpeur.

Mirabelle

http://www.leblogdelamirabelle.net
A lire : une description assez complète de la controverse autour des marées vertes, avec une cartographie des différents acteurs
(agriculteurs, associations, scientifiques, collectivités locales, populations, etc.) :
Controverse sur les marées vertes
"Thalassa fait enrager les Bretons".
Thalassa fait surtout enrager quelques "ENRAGéS" bretons (épandeurs de lisiers; hôteliers à l'affût de touristes ...).
Il y a tous les autres, victimes au quotidien des précédents, obligés de ne boire que de l'eau en bouteille.
Même TF1 avait parlé du problème de la pollution en Bretagne. C'est dire !!.... En désignant même nettement les origines et les auteurs de cette infâme pollution des nappes phréatiques, sujet sur lequel Pernoud est resté finalement très discret. Il est vrai qu'il ne s'occupe que des côtes, pas de l'intérieur des terres ....!

http://tf1.lci.fr/infos/media/jt/0,,3523299,00-pollution-nitrate-nappes-phreatiques-bretonnes-.html

S'il faut attendre la grippe aviaire ou la grippe porcine pour résoudre le problème, ça risque d'être dur pour tout le monde.
Eh les bousins ! Comment vous expliquez que, dans votre région, une nuit vers le 14 juillet, des petites fusées familiales, lancées par mes enfants, ont mis le feu à la plage ?
Bon, il y avait de l'eau pas loin, forcément, et du sable aussi ; donc ça n'a pas duré deux minutes, mais ça a nous a pas mal surpris, un truc pareil.

Alors, petite question : vous appelez ça comment, les algues vertes inflammables ? Un trait culturel ? Un truc sacré, genre corrida ?
Et les superbes plages du Dossen à Roscoff ? Vous pensez que les riverains sont donc bien heureux de toutes ces algues qui leur charment les narines ? Et les gens du camping, son t-ils enchantés de ne pouvoir nager sans chausser des bottes d'égoutier pour accéder à l'eau, les jours fastes, et de ne respirer que par la bouche quand le vent vient de la plage ?

Eh mais, braves gens, continuez à vous offusquer, vivez dans la merde, et refusez surtout qu'on s'en indigne, qu'est-ce que vous voulez que je vous dise ? Que mes pieds, mes narines, mes yeux ont rêvé ces dépôts effarants ?
Moi rennais je n'irai plus dans votre coin, une fois suffit, et l'ojn peut dépenser son fric de manière moins frustrante ; il y a suffisamment de beautés à l'intérieur des terres pour contenter un honnête homme, et il n'est absolument pas difficile de n'y bouffer que du cochon de plein air, bananes ! tout en allant pisser contre les hangars d'élevage, puisque ça y sent si parfaitement la pissotière.
Ah les bousins qui voudraient que le touriste ne sache rien ; coupez-leur les naseaux, aux touristes, c'est la seule solution !

Alors, chères @siennes et chers @siens, puis-je vous suggérer d'imaginer que la Bretagne éternelle ce n'est pas ça ?
Que ça, c'est juste la terrine éternelle ? L'éternelle terrine de campagne, que j'ai subie à Cassis, petit village de la Provence (éternelle), où l'on haïssait ces salauds d'alsaciens encore plus que des juifs (c'est vous dire), et les parisiens encore plus que les alsaciens ? Pour ne rien dire des voisins de Carnoux, presque aussi infâme que des arabes.

L'être humain est, par défaut, diaboliquement con. Pernoud a répondu de façon assez laconique, et c'est tout ce que ça mérite.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Breton de coeur et d'estomac - j'aime Paimpol et sa falaise, son église et son grand pardon, et je ne crache pas non plus sur une bonne galette à l'andouille de Guéméné, ni sur une crèpe à la confiture au beurre salé et à la fraise de Plougastel, le tout arrosé d'une Coreff blonde de Carhaix ou d'un cidre bio de Saint-Cast-le-Guildo, un café, un lambig (bio aussi, si possible) pour la route, et l'addition - je m'élève contre cette fausse info d'une prétendue pollution qui aurait frappé les côtes des Côtes d'Armor. Foutaises.
Il se trouve que je me suis baigné à Saint-Quay-Portrieux en juillet dernier, et que si j'avais revêtu une combinaison de plongée par dessus mon caleçon polartec et mon T-shirt Damart triple épaisseur, c'était uniquement en raison de la température de l'eau qui, en cette saison, excède rarement les 10°.
Personne autour de moi ne portait de masque à gaz. D'ailleurs, personne ne nageait autour de moi. Et je dois dire qu'avoir tout l'Océan à soi, pour crawler tout un après-midi entre les paquets d'algues odorantes, d'un joli marron chatoyant, fut un vrai plaisir.
Un peu gâché, il est vrai, par l'apparition le soir même, de disgracieux bubons violacés sur tout le visage, mais vraiment pas de quoi s'affoler. Il ne m'aura fallu que deux petites semaines de traitement aux antibiotiques pour m'en débarrasser.
J'ose donc écrire bien fort : halte aux rumeurs alarmistes !
Je redonne ici un post fait sur mon blog à propos d'un précédent numéro de Thalassa :

"Un cri, une chute dans l'océan.

Un homme a été jeté par-dessus bord !

Au début des années 90,

l'équipage d'un cargo ukrainien s'est débarrassé

de huit jeunes passagers clandestins,

en les précipitant à la mer.

C'est le témoignage de Kingsley Ofusu,

le seul survivant du drame,

qui va confondre les marins du MC Ruby

et les envoyer en prison.

Découvrir des passagers clandestins à bord

est un casse-tête monumental pour un capitaine.


Il peut être inculpé par la police,

accusé d'aide à l'immigration illégale

et voir son bateau immobilisé sans possibilité de débarquement.

Dans ce cas, le capitaine est souvent menacé

de licenciement par son armateur.

L'équipage du MC Ruby a choisi la méthode la plus expéditive,

la plus violente, pour échapper à cette menace :

supprimer les huit migrants qui s'étaient cachés dans les cales.


Cette affaire appartient-elle au passé,

ou le silence de l'océan cache-t-il d'autres crimes aussi odieux ?

L'enquête débute au Ghana,

à la rencontre de Kingsley Ofusu,

le seul rescapé du MC Ruby et se poursuit en Europe,

une terre promise de plus en plus inabordable."



Voici la présentation faite sur le site de France 3.

Petit problème, il y a eu une contre-enquête sur cette affaire,

sous l'égide d'Antoine Garapon, et personne de France 3

n'a eu le simple réflexe de consulter le livre qui en est sorti,

Affaire MC Ruby, anatomie d'un procès,

ni de venir voir les anthropologues,

juristes, psy qui se sont concentrés sur cette étrange affaire.

il y a un risque pour un homme actuellement en prison,qui crie son innocence

un risque que ce reportage le mette en péril,

comme le procès l'a déjà fait lors de sa tentative de suicide.



" L'humanité
Tentative de suicide au procès du « MC-Ruby »
Le procès des marins du cargo « MC-Ruby » accusés du massacre de huit passagers clandestins africains, a repris lundi après-midi après une interruption due à la tentative de suicide du commandant en second Valery Artemenko à son réveil dans sa cellule. Valery Artemenko a été examiné dans la matinée par un médecin qui a a estimé que sont état était « compatible avec la poursuite de sa comparution » et lui a prescrit des médicaments."



Ce qui n'aurait pas été le cas si le reportage avait su donner la parole

à ceux qui pensent qu'il y a eu une terrible erreur judiciaire.

PS : On peut se demander si Kingsley Ofusu n'a pas monnayé son reportage sur Thalassa,
parce que depuis quelques temps, ses revenus ont baissé,
le seul à payer des dommages et intérêts à Kingsley, c'est l'innocent dans sa prison,
les autres condamnés sortis plus tôt ont cessé d'entretenir le train de vie de ce témoin,
dont on peut dire que le témoignage lui a rapporté de quoi vivre au pays.


http://anthropia.blogg.org
Je suis Breton et je pense qu'il faut un electro-choc au sujet de la pollution des sols, des cours d'eau... Cette pollution dure depuis des années et rien ne change. On n'a pas d'industries mais on a l'agriculture. Peut-être qu'une baisse significative du tourisme pourrait avoir un effet salutaire sur la mentalité et provoquer une prise de conscience du problème.
Le problème des mentalités n'est pas propre à la Bretagne, je pense que globalement les Français ne sont pas très sensibles aux effets de la pollution, et ne sont pas motivés pour se remettre en question et supprimer les causes de pollution plutôt que de panser les plaies.
On peut prendre une analogie avec la cigarette par exemple, pourquoi les gens fument-ils encore alors qu'ils savent que cela provoquera un cancer de façon certaine ? C'est une forme de pollution et de déni de la réalité qui est propre à notre société.
Je vais vous raconter un truc vécu avec de la famille bretonne en visite à la frontière franco-allemande.

Nous leur avons montré les différences de prix, souvent de 20%, pour les mêmes produits au détriment des Français qui se font plumer année après année par la Grande Distribution. Les parkings des supermarchés allemands à la frontière sont remplis à 70 - 80% de voitures françaises. Certains ont même poussé comme des champignons juste derrière la frontière, du côté allemand.

D'ailleurs, Luc Chatel en visite dans un supermarché allemand l'a lui-même constaté - il en a tiré les mauvaises conclusions, favorables aux amis Edouard Leclerc et Cie. Mais la réalité est bien décrite: http://www.dailymotion.com/video/x5hxae_deplacement-chatel-supermarche-alle_news

Mais ce qui m'a frappée, c'est la réaction des Bretons. Ils se sont mis en colère et ont dit:

"Nous on vit en Bretagne et tout cela on ne le voit pas. On veut vivre tranquille, faire la fête avec nos amis, le foot, etc... " L'une des deux, diplômée de biologie rajoute: "Heureusement qu'il y a les Guignols pour supporter le tout" et ajoutant "le jour où la pression sera trop grande, les gens descendront dans la rue".

J'ai été sciée. Les Guignols jouent le rôle du fou du roi pour faire supporter l'arnaque quotidienne. Sinon, on ne veut RIEN voir des réalités.

Les réactions au reportage m'ont rappelé cette visite bretonne... Lamentable. Manipulés, plumés, empestés, ils refusent de regarder les réalités en face et de réagir...

Triste, triste
un jour , il faudra oser écrire le livre noir de la Bretagne: région au sol le plus pollué de France, sacrifiée à l'agriculture intensive depuis les années 60, inondée de lisier et de fertilisants divers qu'on retrouve bien sur dans les rivières, les bords de mer et la mer elle-même.

Il y a d'un autre côté, les chantres et bardes d'une Bretagne celtique "éternelle", figée dans ses triskell , ses hymnes, ses icônes et ses drapeaux noirs et blancs, communautariste et exclusive, repliée sur ses celtitudes depuis le "réveil" "culturel" des années 1970..et qui ne parlent JAMAIS de ce problème majeur de leur terre si chérie...

Jamais cette Bretagne-là n'ose balayer devant sa porte ni encore moins dénoncer la profonde dégradation généralisée de toute la région, due aux excès d'une agriculture folle. (par exemple, la Bretagne "produit" des millions de cochons, mais vous n'en verrez jamais un seul dehors; ils sont tous enfermés dans de vastes camps de concentration hideux et nauséabonds, entravés sur des sols plastique, gavés de nourriture chimique, jusqu'au jour de l'abattoir... et ce n'est qu'un exemple... ).

Que d'autres, "non bretons" de sucroit, (quel culot) osent dénoncer même un peu de cette folie, ça déplait à beaucoup de bretons qui se sentent agressés à la moindre parole, et qui se replient encore un peu plus sur eux-mêmes.

Chaque année à Paris est organisé, dans un stade, un grand show de la celtitude musicale, et qui rapporte beaucoup d'argent... pourquoi ne pas y parler haut et fort de ce qui détruit en partie une région qui est , nul ne le conteste, fort belle, et qui mérite évidemment mieux que ce qu'on lui fait subir ?
J'a iété moi aussi très étonné des réactions négatives quasi-unanimes de la part des élus. J'étais très content de lire sur le site du Télégramme la réacton d'André Pochon... Il y a beaucoup de gens qui se battent en Bretagne pour une meilleure qualité des eaux et de trouver une solution aux problèmes de algues vertes qui polluent et asphyxient nos rivages depuis environ 30 ans. J'aurais préféré entendre des élus déclarer qu'ils allaient prendre cette catastrophe enfin au sérieux... d'autant plsu étonnant que de Chaisemartin, le maire de Paimpol, est fortement impliqué dasn des activités qui concerne la culture d'algues etc. Décçus aussi que les médias locaux/nationaux n'en ai pas plus profité pour "remuer" les choses au sujet des "marées vertes" comme on les appelle ici... Bref... les assos écolos ont encore du pain sur la planche.
Je crois en la déontologie de Thalassa. L'émission avait quelque chose à dire, et elle l'a dit. Comme d'hab, l'écologie est la cinquième roue du carrosse. Tout ce qui compte, c'est de remplir les terrasses des cafés, ou autre chose. Mais pas de vivre dans un environnement sain. Et si pour faire une bonne saison, il faut attendre et voir la situation empirer, pourquoi se gêner ? Les plus irresponsables sont encore les élus qui interviennent pour cacher la réalité au monde.
parceque les élévages de porcs en bretagne c'est une légende?
et les agriculteurs-polueurs? ce n'est pas pour rien s'il y a un marché pour des produits bio
Les paimpolais mécontents n'ont pourtant pas besoin d'aller loin pour se rendre compte de ce qui les attend s'ils refusent de voir la réalité de la pollution : Saint Michel en Grève n'est qu'à 40 km! On peut y voir une grève magnifique longue de 1500 mètres, puante comme une décharge, et désertée par les touristes, qui n'ont pas attendu Thalassa pour fuir.
Ecoutez donc, bande de bretons bas de plafond, la chanson de Brassens "les imbéciles heureux qui sont nés quelque part" !
Ils sont heureux de vivre dans la m... ?

Rassurez vous, il y a les mêmes partout, la Bretagne n'a pas l'apanage...
Il est dommage que ce soient toujours les mêmes qui monopolisent la parole.
...et plouf! le chien
OUlala ! Gilles Klein attention à vous. Vous allez être aussi dans le collimateur des Paimpolais !!! A-t-on idée de casser le commerce du tourisme en temps de crise ? C'est pas bô!

L'avantage peut-être de ses algues pourries, c'est que ça sent le caca, on peut donc les éviter ....
Ce qui frappe, l'unanimité des réactions négatives. Pas un pour dire "ha ben, c'est vrai que ça existe", pas une pour s'en féliciter. Le communautarisme, c'est aussi ça.

A vrai dire, ça fait assez peur.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.