131
Commentaires

Plantu, et le basculement du Monde

Que Plantu n'aime pas les islamistes, on l'avait remarqué depuis longtemps.

Derniers commentaires

Je suis assez surpris par cette chronique. En regardant le dessin j'ai plutôt l'impression que son auteur s'en prend au machiste de tout bord. Il me montre aussi que c'est la femme qui est prise pour cible, qu'on lui empêche de s'élever dans une situation et qu'on ne lui laisse pas encore le droit de savoir ce qui est bon pour elle ou son foyer dans l'autre (une femme a souvent plus de responsabilité familiale qu'un homme). Le rapport entre les deux situations croquées c'est l'évolution de l'âge entre les deux femmes (le dessin se lit de la gauche vers la droite), en effet qu' elle soit une fillette ou qu'elle ait l'âge de travailler, elle tomberont sur des idiots et des interdictions. Mais malheureusement certains les préfèrent sans éducation et sans ressources.
Que ce soit sur le site d'@si, sur twitter, sur tous les journaux qu'ils soit dedroite ou de gauche, Le seul mot d'ordre : l'ignoble dessin de Plantu qui ferait l'amalgame entre la CGT et et un islamiste

Depuis l'apparition de ce dessin, tout le monde en parle, tout le monde en fait sa une : Méprit, colère, outrage, tous les journalistes rivalisent de mot pour définir ce que leurs inspire ce dessin, voir relèguent le sentiments des gens de la CGT, du Front de gauche, et du partie de gauche (entre autre)

Mais voila, Parle-t-on en générale des dessins d'un dessinateurs, parlons nous des dessinateurs en général non !! Donc soit Plantu est ce que les gens le décrivent en voyant son dessin (attitude assez basique) ou est-ce que Plantu le faisait EXPRÈS pour attirer les gens vers lui, vers ces dessins, y compris les journaleux avides de pourritures et de baves de crapauds...

Car c'est bien là la question. Sans ces dessins provocants, personne ne parlerait de lui, personne ne se demanderait "qu'est-ce que Plantu nous a concocté aujourd'hui...) et c'est lorsqu'il y a provocation que tout de suite les médiats se déchaines, les personnes se sentent sait, diffammé... Jean-Luc Mélanchon le traitant de Salopard sur twitter... Bref, son Nom sort de l'ombre, de l'anonymat

Autre question, est-ce que Plantu, qui vie de ses déssins, ne vie que lorsqu'il fait ce genre de provocation !!! Non biensure, la plupart de ces dessins sont plutôt drôle et sobre

Donc que ce passe-t-il ? N'est-ce pas nous (anonymes, Média, politique...) qui agissons trop vite à ses dessins, faisons nous le jeu de Plantu en parlant de ces dessins plus qu'on ne le devrait, en luis donnant une signification qu'il n'a pas, en jouant sur la "ligne jaune"

Voila la question que je me pose en regardant ce dessin, les reprises et la déferlantes de haine sue sa personne

Et nous, qui d'habitude ne sous intéressons pas ou peu aux dessins (que ce soit de Plantu ou des autres) en faisons nous trop, Plantu utilise-t-il nos passions, notre dégout pour ce qui est écoeurant pour justement nous incitez à répondre à ces messages et faire ainsi, du Buzz
Bien vu D.S. Plantu iras rejoindre Konk son prédécesseur du dessin en une du Monde...A l'extrême droite. Constat triste mais hélas réaliste!
le Monde a toujours été un journal faussement objectif, objectivement faux. Si on évoque les dessins de Konk, comme ceux de Chaval, ou de Bosc (qui publiaient dans Paris match), cette génération faisait parti d'un courant d'après-guerre profondément désespéré et mysanthrope, emprunts de noirceur qui les ont conduit au suicide. Plantu à côté c'est un autre style, une autre génération, celle des petits merdeux lèche-cul des salles de rédaction, sans talent, mais très ambitieux, ces nouveaux dessinateurs qui se sont installés près de la cuisine de ce journal devenu de plus en plus indigeste. Ce pâle dessinateur fit partie rapidement de cette assemblée de médiocres arrivistes, ses petits coups de griffe de chatons nourris au lait des média parisiennes surent séduire cette caste très mondaine et fermée. Peu à peu on l'invita à des interview impromptus tout en creux, et en petit donneur de leçons à la semaine, il déroula comme un gentil garçon moqueur ses avis sur tout et sur rien, disposant d'un temps de parole pour exprimer une pensée ordinaire et sans intérêt. Or Plantu à l'instar d'un Sempé, n'est pas un visionnaire, aucune poétique ou métaphysique viennent transcender ses dessins ou ses propos, il parasite avec une fausse modestie tous les espaces de liberté d'expression et interprète par un trait sans génie les sujets en vrac que le Monde lui sert tous les jours dans son écuelle. Contrairement à Siné, à Reiser, sa lâcheté est son fonds de commerce. Il est le pur produit de notre époque, arrogant et détestable, et non recyclable.
Le problème avec Plantu c'est que c'est fin comme du gros sel.
Il me donne l'impression de bénéficier d'une rente de situation et de ne pas faire rire grand monde.
Cabu et Pétillon, par exemple, font le même métier, mais il y a un monde d'écart.
si un certain nombre de salariés , mis en scène par les médias et instrumentalisés par leurs directions , affichent qu’ils veulent travailler le dimanche au-delà de la manipulation cela traduit surtout l’insuffisance de leurs salaires.

le code du travail doit protéger l’ensemble des salariés , et pas seulement quelques uns.
l’interdiction du travail le dimanche date de 1906 et a été la réponse à la nécessité d’une journée où les salariés pourraient avoir une vie familiale et sociale.
la remise en cause de cet acquis pousse à un éclatement encore plus grave de notre société.
c’est pourquoi les dérogations doivent se limiter à certains secteurs d’activité (transports, hôpitaux, restauration…)

sortons de la fable où les salariés choisissent , surtout dans ce secteur là : renouvellement du CDD ? ou des horaires impossibles ? promotion ?
choisir pour un salaire un peu moins de misère, est ce choisir ?
ce choix là « libéral’ du pot de terre contre le pot de fer c’est du chantage.
et on ne peut évacuer les conséquences : la grande distribution qui mange un peu plus le petit commerce, la masse des salariés réduite à des salaires de misère.

Tout çà pour maximiser les profits des possesseurs de ces magasins comme Monsieur Mulliez , troisième fortune de France pour Leroy Merlin.

A quand un dessin de Plantu montrant au sieur Mulliez , costumé en Emir du Qatar , sa petite employée et lui disant tu peux payer
mais le faire signifierait pour lui la fin de la gamelle.
et un bon chien de garde doit se nourrir
.
[large]Bonjour,

J'aime beaucoup votre chronique.
C'est une vision juste.

SEMIR[/large]
Peut-on me dire pourquoi il est indécent, inconvenant ou politiquement incorrect de qualifier un syndicaliste de "hargneux" tel qu'il est caricaturé par Plantu?
Y-a-t-il des adjectifs incompatibles avec certains substantifs ?
Personne ne trouve que ce dessin est surtout d'une nullité crasse ? Honnêtement là on n'est plus dans la caricature mais bel et bien dans la connerie.

Déjà le mot utilisé à gauche est "Islamorama" : donc j'en déduis que les musulmans (c'est bien l'Islam en général qui est mentionné) refusent que leurs filles aillent à l'école ? Première nouvelle... Ok, le personnage ressemble à un islamiste, mais dans ce cas, pourquoi ne pas avoir écrit "Islamistorama" ?

Ensuite à droite, passons sur l'allure d'abruti qui a été infligée au syndicaliste, Plantu ignore-t-il que les syndicats sont élus par le personnel et ne sont pas des ayatollahs autoproclamés, donc que leur négociation pour l'interdiction du travail le dimanche se fait avec tout de même une certaine légitimité ? De plus, pourquoi dessiner une femme en tailleur et pas un homme ou même une femme en tablier de travail ? Je pense que peu de cadres seront concernés par cette interdiction de travailler le dimanche...

Quelle grossièreté d'esprit que de comparer n'importe quoi comme ça. Demain on aura une comparaison entre les Raëliens et le Parti de Gauche ? A 62 ans, a-t-il l'âge de prendre sa retraite ?
"Le refus de l’évidence concrète a une conséquence. Il ouvre la porte à l’inquiétude." Denis Guedj
Ce que je trouve insupportable sur ce dessin c'est qu'en plus il est mensonger.C'est Bricorama qui a porté plainte contre Castorama et Leroy Merlin pour le travail du Dimanche. Parce que Bricorama avait perdu devant le tribunal sur plainte de Fo et il lui etait interdit d'ouvrir le Dimanche..Une histoire de jalousie en sorte .Alors quand j'entends, ah !ces syndicalistes staliniens qui empêchent les gentils bidochons d'aller trainer dans les allés des magasins ,parce qu'ils s'emmerdent chez eux ,je me dis que si les cons volaient ils seraient chefs d'escadrille..
Oui à l'ouverture des hypermarchés le dimanche, sous condition de bénédiction obligatoire des caddies. Faut être cohérent.
Excellent papier de D.S. sur plantu.Cependant , il me semble que "le glissement" de Plantu est un mirage.En effet , pas de glissement chez lui , il a tjrs etait ce qu'il est.Assez veule,lache,inconsistant , suiviste , terriblement "correct" , sans fond , sans pensée , etc.....le fait qu'il officie dans le monde en dit long sur le peu de reflexion politique que propose la presse.Non , cher D.S. , pas de "glissement " chez Plantu , au contraire un chemin tout droit , c'est a dire tout tortueux , le chemin des lâches , des suivistes , des arrivistes , des opportunistes , etc.....Disons que son ambition est tres ordinaire , il n'est pas vraiment dévo a un ideale esthetique (pardon pour l'orthographe) ni politique.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Je n'ai rien compris à cette chronique. On ne peut pas dénoncer les patrons et les syndicalistes? Il faut choisir son camp? Il y a les bons et les mauvais? Aucune nuance?
D'accord pour dire que le dessin de Plantu est nul, moi en tout cas je ne vois pas qu'on puisse mettre sur un même plan la conception que je trouve archi-inégalitaire et rétrograde de la femme prônée par l'islam, et la question du travail le dimanche.

Pour autant, de là à voir le reflet d'un glissement idéologique du caricaturiste...
Comme si caricaturer des syndicalistes ça signifiait irrémédiablement qu'on était passé du côté des capitalistes et/ou acheté par le Qatar. Je ne vois pas ce qui empêche de brocarder les deux . À la fois les capitalistes à cigares et les syndicalistes excessifs.
Moi par exemple, j'arrive très bien à détester tout autant les propos de l'un ou l'autre des deux clans lorsque je les trouve médiocres, au gré de l'actualité.
Daniel Schneidermann prend la défense des syndicats... mais les syndicats de salariés ne représentent plus qu'eux-mêmes et se font concurrence. C'est un fait que tout le monde connait !!

Ce dessin de Plantu peut paraît odieux en faisant passer un CGTiste pour un sexiste rétrograde, pourtant je suis d'accord avec Plantu sur le fait que les confédérations syndicales sont des mastodontes rétrogrades - vestiges du passé dénués de perspectives, de vision d'avenir.

Le chômage augmente, le travail précaire augmente : qui mobilise les chômeurs ?
Les chiffres du chômage sont faux en août ? Qu'en disent les représentants de l'UNEDIC ?
http://www.unedic.org/article/le-conseil-d-administration-de-l-unedic

Que les syndicats continuent à gérer l'UNEDIC et les CE des grandes entreprises. Mais leurs actions de révoltes médiatisées en faveur des salariés sont très divertissantes pour ne pas dire inutiles pour les populations.
Plantu ?
Mais qui est-ce ?
Le dessin de Plantu est juste mauvais, à côté de la plaque et pas drôle (ce qui est le plus grave). Après oui tout cela est bien binaire et le parallèle entre islam(isme ?) et travail le dimanche semble pour le moins improbable... Travail du dimanche qui mérite aussi débat car dans cette histoire bon nombre d'anti "travail du dimanche" décident un peu vite pour ceux que ça ne dérange pas... Mais bon débat complexe et quand j'entends hier sur i-télé un défenseur du "travail du dimanche" affirmer que si le dimanche "les gens sont plus heureux en allant acheter du rouge à lèvre que d'aller se promener en forêt il faut s'adapter" hé bien je me dis qu'on tombe bien bas et que finalement je vais attendre que ce "débat" retombe comme un soufflet...
C'est vrai que Plantu est un excellent baromètre du basculement.

Un dessin récent (Juillet 2013) de lui m'avait marqué et me semble montrer des choses similaires, à la suite d'un sondage à Marseille :
http://www.ampus-casanova.com/article-1470-image-du-jour-marseille-vu-par-plantu-dans-le-monde-119046710.html
Regardez bien le petit candidat FN tout souriant et heureux de son bon sondage : n'est-il pas sympathique, et diamétralement opposé aux nervis crânes rasés que Plantu croquait dans les années 1980-1990 dès qu'il représentait des militants FN ? Nous y sommes : Plantu avale tout, la banalisation du FN (à mon sens un bel exemple de prophétie autoréalisatrice), et ses sondages flatteurs qui visiblement modèrent l'ardeur du caricaturiste. On pourra toujours me rétorquer que représenter les militants et candidants FN comme une armée de skins était réducteur, il n'empêche que ca n'explique pas pour autant le choix radicalement opposé d'en faire un petit personnage rigolo.

Concernant son étrange rapport à l'Islam, il y a eu aussi son dessin binaire sur l'égypte cet été
http://blog.thermopyles.info/post/2013/08/15/Une-arm%C3%A9e-qui-tire-sur-son-peuple-ne-peut-pas-%C3%AAtre-d%C3%A9mocratique
qui sous entendait que tout ce qui était anti-"obscurantiste" (i.e. anti-frères musulmans) était "démocrate". Les militaires égyptiens qui, à la même époque, tiraient à l'hélicoptère sur la foule ont du bien rigoler.

(petite précision : je ne connais pas bien les sites dont je donne les liens, c'est juste que c'est là que j'ai retrouvé les 2 dessins, je ne sais pas s'il existe un endroit ou les dessins de Plantu sont archivés)
Bonjour
Il faut rappeler ici que l'infâme et infréquentable Mélenchon avait déjà situé l'individu il y a quelque temps.
merci de le dire ainsi, une longue suite de dessins pour en arriver là où JLM l'a décrit dans l'ignorance totale des uns et des autres quand Plantu l'a dessiné avec Marine Le Pen ... mais là c'était personnel n'est ce pas , donc on ne défend pas les personnes seulement des idées.
Plantu est le (digne) successeur de Konk au Monde. Et ailleurs?
Dans le basculement du monde (et d'une partie de la gauche bien pensante), ce qui ne choque pas c'est de mettre sur le même plan la déclaration récente de Valls et le discours de Grenoble de Sarkozy (et tout ce qui s'en est suivi). Voir le dessin. Pour moi, c'est du même bois que la caricature du même Plantu Marine Le Pen-Jean-Luc Mélenchon qui continue à être largement employée par la stigmatisation "des extrêmes". Le dessinateur a cessé d'être drôle depuis longtemps. Le caricaturiste a cessé d'être pertinent depuis longtemps.
Plantu est le plus surfait de nos caricaturistes. Il n'a ni la finesse d'un Pétillon; ni le délire graphique d'un Luz, ni la précision politique d'un Cabu ou d'un Charb. Il a la mièvrerie de l'humour- clin d'œil qui le rend immédiatement accessible au public peu exigeant.
C'est assez remarquable, cette haine farouche de certains (y compris certains d'entre vous, asinautes) pour les syndicats, et singulièrement la CGT.
Mouais. Je ne vois aucun problème dans le dessin de Plantu. Ni quoi que ce soit à commenter.
Depuis combien de temps n'en a-t-on pas vu, sous le pinceau de Plantu, des capitalistes à cigare ?
Justement oui, depuis combien de temps ? Pourquoi ne pas faire de cette question réthorique un vrai article de fond au lieu de la condamner à rester dans une chronique ?
Il faut savoir s'adapter au monde moderne et promouvoir dès à présent le travail des enfants le dimanche. Ceci leur donnera le goût du travail et les rapprochera du monde de l'entreprise ignoré du monde de l'éducation nationale si loin des vraies réalités de la vie du terrain. L'argent rapporté viendra renflouerle porte monnaie des ménages en panne de pouvoir d'achat, ce qui renforcera la consommation et la croissance. Il faut également défiscaliser le travail des enfants le dimanche pour aider les entreprises à mettre ne place cette modernisation d'une économie à boût de souffle.
Je constate sur @si, comme absolument partout, une unanimité, un consensus, une normalité totale de la stigmatisation des musulmans.

Là, ça ne choque personne...par contre oser toucher la CGT ! Syndicat parfaitement corrompu et inefficace qui ne défend que lui même, ça c'est pas bien !

PS : La gauche qui, au nom de principes de défense des travailleurs, paupérise les plus fragiles en leur interdisant de travailler le dimanche est très représentatif de ce qu'elle est devenu. Vous pouvez me traiter de capitaliste en puissance bassement materialiste mais je comprends ces jeunes et ces femmes qui tentent simplement de subvenir à leur besoin ou d'améliorer l'ordinaire...et même si cela fait effectivement le jeu de leur patron.

M'enfin...
Peut-être que Plantu a pu voir de près la GCT du Livre et qu'il généralise un peu, mais on peut comprendre

Les mêmes qui se bouchent le nez d'horreur seraient sûrement exaspérés s'ils ne trouvaient ni les cinémas, ni des cafés, ni des restaurants, ni la radio, ni la télé, etc. ouverts le dimanche...
"Le capitalisme, c'est l'exploitation de l'homme par l'homme, le syndicalisme, c'est le contraire." ;o)

Coluche.
Je vais donner ici mon impression, mais elle est tenace.
En 2008/2009, la crise spectaculaire et violente avait faite vaciller l'idéologie dominante sur ses bases. Et d'un coup, le cocotier secoué avec une vrai grosse trouille que tout s'effondre pour de vrai, c'est-à-dire que l'édifice dominant s'écroule pour de vrai (oui, parce que des licenciements d'ouvrier, bon, c'est triste, mais c'est la vie), on a entendu alors dans les médias de nouvelles voix, des nouvelles idées, comme quoi peut-être effectivement après tout à la rigueur il se pourrait qu'éventuellement le régime libéral du capitalisme financier ne serait pas aussi génial qu'on nous l'avait vendu et que bon éventuellement à la limite on pourrait peut-être réfléchir à d'autres voies économiques (à la rigueur).

Et puis, la catastrophe a finalement eut lieu ailleurs, dans des pays pauvres, flemmards, irresponsables et un peu métèques (on ne vous dira pas explicitement que ceci explique cela, mais enfin, coïncidence, ce ne sont pas des pays nordiques) : Grèce, Portugal, Espagne, Italie…

Et bon, du coup, pour la classe dominante, en France, bon an mal an, en fait, ça se maintient, tout baigne. Bon, y'a des licenciements chez les pauvres, y'a du chômage, mais au fond ça fait des années que ça dure, c'est pas nouveau, ce sont les petits tracas habituels du quotidien.

Et donc, nous voilà avec la pensée officielle sociale-libérale, dite "progressiste", (la gauche complexée, comme dit Lordon) qui maintenant, se rassure de sa grosse trouille, découvre que tout s'est maintenu pour eux, ouf, et se ré-affirme clairement (on pourrait presque dire : se radicalise) : à ce propos la matinale de France Culture de ce matin était juste hallucinante. On y a entendu, entre gens de bonnes mœurs bien éduqués, que la politique européenne et française n'est pas du tout libérale, que la gauche de la gauche qui osait penser le contraire était juste "pavlovienne" (entendez : débile), et que le problème c'est l'État qui veut pas baisser ses dépenses (répétez-le dix fois, vingt fois, trente fois) dépenses qui sont quasi-staliniennes (sic !), et que la société est immobiliste (salauds de pauvre), et là vous embrayez sur la célébration de l'entrepreneur qui fabrique de la richesse (et qui en est empêché).

Oubliés, les 80 milliards de fraude fiscale, oubliés, les méfaits du libéralisme financier, oublié le fait que ce sont les marchés financiers qui provoquent le coût de la dette de l'état, et ne parlons pas de lutte des classes (c'est pavlovien qu'on vous dit), de la part du travail passé dans la part du capital, du management des entreprises à base d'évaluation individuelle et de qualité totale, de la pression actionnariale suer les profits à tout prix, du désastre écologique, etc, etc.

Non, en vérité, c'est Joffrin qui vous le dit (encore ce matin sur France Culture, donc), nous sommes à une sorte de fin de l'histoire : la sociale-démocratie nous a donné des fruits extraordinaires, ça y est, c'est fait. Et il ne s'agit maintenant que de gérer ce patrimoine dans une gestion de "dentelle" (sic). Et dans ce contexte, l'ennemi qui nous menace devient la figure du musulman, qui bien sûr cache des intégristes à chaque coin de rue et dont il faut se méfier - ces infâmes qui menacent les fruits de la social-démocratie qui devraient nous irradier de bonheur de vivre. L'anti-intégrisme devient dans cette idéologie le paravent de "gauche" quand tous les autres combats de gauche ont été évacués.

Ben voilà, c'est tout ça, le dessin de Plantu.
Plantu ringard.
PLANTU : One more time. Same player shoot again!
Quand Daniel fâché.... je plaisante, je partage totalement votre facherie
Et s'il avait attrapé un coup de chaud en allant chercher son joli gros chèque au Qatar ?
Décidément, même sur Plantu, je n'arrive pas à trouver de grosse défaillance dans les écrits mélenchoniens !!!
Pas joyeux, le vieillissement/basculement de la majorité des éditocrates (le dessin est un édito) du XXe siècle.
Qu'ils partent à la retraite !
Peut-être parce que les syndicats font souvent le boulot pour se faire haïr, en préférant défendre des idéologies (et leurs postes !) plutôt que de défendre d'abord, les gens, et si on pouvait dire, les êtres humains d'abord (et je ne parle pas seulement de cette histoire de travail du dimanche).

Je sens que je vais me faire lyncher verbalement d'avoir dit ça.
Ce dessin me laisse sans voix. On dirait quelqu'un qui aurait violemment pastiché Plantu en voulant forcer sa caricature du caricaturiste. Gerbant et indigne.
Parce que pour faire de de la caricature avec l'étiquette représentation mentale de gauche, il faut absolument que le syndicaliste soit le gentil face au méchant capitaliste ? Etre de gauche c'est forcément être contre le travail du dimanche ?

Au moins c'est pratique maintenant j'y vois beaucoup plus clair dans ma représentation mentale, je dois être de droite. Sacrée révélation.
Il y a 10 ans déjà :
https://twitter.com/OlivierCyran/status/384732556286914560/photo/1
Bien vu
Cela me rappelle la phrase de WOLINSKI : " nous nous sommes battus pour ne pas devenir ce que nous sommes devenus "
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.