34
Commentaires

Petit à petit, les NuitDeboutistes inventent leur relation aux médias

Comment parle-t-on d'un mouvement en cours d'éclosion, mais déjà scruté de toutes parts ? Qui répond (ou non) au micro qui se tend, lorsqu'on souhaite construire un mouvement social sans chefs ? Faut-il répondre aux médias grand public pour faire connaître son projet politique, ou s'en abstenir pour ne pas risquer de le voir déformé ou tourné en dérision ? Ces redoutables questions, ce sont celles qu'affrontent les initiateurs de la Nuit Debout, qui investit la place de la République chaque soir depuis le 31 mars. @si a interrogé deux de ses initiatrices, Johanna (du journal Fakir) et Camille (référente de la commission communication de la Nuit debout).

Derniers commentaires

Et maintenant, des journalistes debout !
Intéressant, seulement quand le régime voudra les évacuer de la vie "politique" il suffira hélas de quelques centaines de CRS et de bombes lacrymos.

Par contre cela prouvera bien aux citoyens qu'ils vivent sous un régime policier oligarchique et plantera ainsi les graines d'une vrai rébellion populaire !
Un journaliste diffuse régulièrement les AG sur Périscope (en ce moment par exemple), c'ets Michel Mompontet.
Ce matin sur France-Culture, caca nerveux de Brice Couturier; rien dans ce qui précède ne justifie son attitude. C'est vers 10min 53s
http://www.franceculture.fr/emissions/l-invite-des-matins-2eme-partie/coleres-sociales-de-la-resignation-la-mobilisation

Refus de débattre avec:
Michaël Foessel : philosophe, professeur à l’école Polytechnique.
Clémentine Autain : conseillère régionale d'île-de-France, porte-parole de Ensemble ! (Front de gauche)
Manuel Cervera-Marzal : chercheur en philosophie politique et en sociologie, ATER à l'EHESS

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

J'ai retrouvé cette nouvelle de Colette, dont je ne savais que le début, et la phrase magique "tant que la vigne pousse, pousse, pousse, je ne dormirai plus".
Je me suis aperçue aussi, ce que j'ignorais totalement, que le conte d'origine était kabyle. À moins que ce conte kabyle ne soit qu'un des relais d'un conte populaire plus ancien venu encore d'ailleurs?
Je suis content que ce penser "ailleurs et autrement" ait un nouveau champ d'expérimentations concrètes.

Les utopies se matérialisent en vagues mouvantes et émouvantes.

Le poétique comble les interstices des solitudes.

Le corps se forme et marche le chemin.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.