48
Commentaires

"Pénurie" de beurre : qui intoxique qui ?

Y a-t-il vraiment une "pénurie" de beurre ? En février déjà, on tremblait face à une possible "pénurie de beurre" annoncée par les industriels du secteur. La raison alors invoquée : un manque de pluie, et une baisse de production. Aujourd'hui, le beurre manque en rayon, mais les agriculteurs pointent plutôt un bras de fer entre la grande distribution et les transformateurs. Qui intoxique qui ?

Derniers commentaires

On pourrait peut-être demander à nos ennemis russes de nous vendre du beurre?
Ils doivent en produire en grande quantité puisqu'ils sont sous embargo.
et pendant ce temps là, des gosses vivent dans la rue en France, le code du travail et bradé, et les allocations familiale, la sécurité sociale , et l'école public privatisés, pour que ceux qui nous bassinent avec des historiettes puissent vivre confortablement entre eux, et nous on pourra les regarder manger du beurre.
Et le Venezuela alors , le fascisme de Maduro ? ça en est ou ? pour mentir sur les processus démocratique qui dérange l'oligarchie tout le monde y va, mais pour annoncer les resultats de ses élections ? rien. Par contre l'Europe a valorisé l'extreme droite Venezuelienne, et ça on en parle ? ou le beurre c'est mieux ?
On est dans la polémique sur les vaccins: une petite pénurie pour nous préparer aux grosses.
À se demander si les journaleux connaissent le sens du mot pénurie ...
Du même niveau que les prétendues pénuries annuelles d iPhones ...
Aujourd'hui, le beurre manque en rayon, mais les agriculteurs pointent plutôt un bras de fer entre la grande distribution et les transformateurs.

C'est en tout cas la preuve qu'une pénurie cela s'organise... demandez à la droite vénézuélienne qui détient la distribution elle est très forte pour cela.
La graisse de canard contient un total d’acides gras mono-insaturés et poly-instaurés très intéressant (diminution des concentrations sanguines de cholestérol total et de triglycérides) et peut tolérer des températures de cuisson élevées tout en ayant une longue durée de vie.
Une enquête de 2015:https://www.humanite.fr/quand-les-cooperatives-laitieres-fragilisent-leurs-producteurs-593476
La Fédération nationale des coopératives laitières veut partir à la conquête des marchés mondiaux à la faveur de la sortie des quotas en Europe. Mais elle fait peser les risques induits par sa stratégie sur les producteurs en raison des fluctuations du prix du lait au gré des incertitudes d’un marché mondial spéculatif

J'achète mon beurre à une cultivatrice; au lieu de vendre son lait à une coopérative laitière elle le transforme elle-même, comme le faisaient mes parents; et elle vend directement au consommateur lait, crème, beurre, yaourts, fromages blancs...Pas de pénurie. Pas de manipulation par les transformateurs et les spéculateurs.
Dans la mesure où les accords d'approvisionnement se font annuellement entre les fournisseurs et la grande distribution, ne serait-ce pas plutôt les fournisseurs qui n'honorent plus les commandes en préférant payer les pénalités plutôt que de livrer du beurre qu'ils peuvent vendre plus cher sur le marche mondial ?
[quote=Article]Mais le prix d'achat au détail étant fixé, une fois par an, en février, entre les fournisseurs de beurre et la grande distribution

Le prix de gros, non ?
Résultat époustouflant de mon enquête de terrain de longue haleine effectuée dans des conditions difficiles, cabas sous le bras : aucune pénurie dans les épiceries et magasins bio (où il est cher).
Et moi qui croyais que seul le marché libéral de concurrence libre et non faussée était capable d'assurer l'allocation optimale des ressources.
Quelle déception !

Heureusement, Dernier Tango à Paris a été tourné il y longtemps...
même pas honte
Quoi ? Les Américains se mettent au beurre ? Manquerait plus qu'ils bouffent du fromage tiens... Du fromage bien dégoulinant avec les asticots dedans. Sont fous ces Américains.

Dans les tranchées, ici en Bretagne, c'est l'apocalypse. Mais rassurez-vous, j'ai fait mon stock pour au moins 1 an. Bizarrement dans 2 petites supérettes, j'ai réussi à trouver en quantité Le beurre, le vrai, le seul, l'unique (celui où on trouve encore du beurre dans le sel) que j'achète. Mon stock était fait. Mais comme la psychose est générale, je me suis dit que par prudence, il valait mieux aller au Leclerc, finir mon stock pour les 5 prochaines années... Et ben là, rayon vide. Que du beurre doux et encore. L'apocalypse je vous dit...
Il n'y a plus de beurre, voyons.

https://www.youtube.com/watch?v=BNWV9LtcV9I
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.