24
Commentaires

Rugy démissionne, les députés regardent ailleurs

Mardi après-midi, alors que les chaînes d'info ne bruissaient que de la démission de Rugy, les députés parlaient 5G, politique spatiale, et coupe d'Afrique des nations. Un décalage surprenant (montage), que des députés ont commenté pour ASI (récit).

Commentaires préférés des abonnés

J'aime  cette organisation politique et constitutionnelle  qui va permettre  à Monsieur Goullet de Rugy de  siéger de nouveau à l'Assemblée Nationale pour y exercer, avec sa  probité reconnue et exemplaire , sa fonction de pa(...)

Est-ce un mal ? N'est-il pas plus intéressant de parler du CETA ou même de la 5G que d'une démission qui ne changera rien ?


Au passage, pour parler 5G et reconversion-pantouflage : Jean-Louis Borloo renonce à la présidence de Huawei France.

"Administra(...)

Le ministre De Rugy est contraint de démissionner pour les turpitudes que l'on sait, commises alors qu'il était député...


Et résultat des courses ?... Il redevient député !


Il va pouvoir s'offrir 141 kg de homard tous les mois avec son IRFM !



(...)

Derniers commentaires

Conclusion de l'inspection gouvernementale (ça existe ?) : le coût des travaux de rénovation de l'appartement de Rugy est justifié. 

Bon, ça me rassure un peu.

Il y a en effet des sujets plus graves :

Clémentine Aitain CETA

Pour le coup je trouve que c'est justement très bien.


On en a marre de se faire dicter des sujets de débats pourris qui ne touchent pas au fond des choses et uniquement à la forme.


Ce qui nous inquiète, ce n'est pas la démission de de Rugy, ce sont les conneries que l'on est en train de faire qui détruisent notre planète. Le CETA dans les starting blocks.


Gaspiller ses questions au gouvernement sur la démission de De Rugy à la place des vrais sujets de politique, ce serait se perdre dans des discours politiciens inutiles. Pour une fois qu'ils ne sont pas tombés dans ce genre d'ineptient qui dégoûtent de la politique, c'est limite à saluer je trouve !

J'aime  cette organisation politique et constitutionnelle  qui va permettre  à Monsieur Goullet de Rugy de  siéger de nouveau à l'Assemblée Nationale pour y exercer, avec sa  probité reconnue et exemplaire , sa fonction de parlementaire.


Chacun d'entre nous peut ainsi  admirer , avec  la plus grande confiance en nos éminents hommes politiques , ce régime miraculeux..


(  " il faut ainsi que le crime d'improbité envers l'Etat, chez les hommes publics, soit effectivement puni plus sévèrement que le vol à main armée ".  Simone Weil )

"J'ai été harcelée dès le matin pour savoir si on allait poser une question sur François de Rugy." 

La presse savait, dès le matin, que de Rugy allait démissionné dans la journée ?

ce mec ne sert a rien , c'est un fait. Et ils sont pléthore ...

Pour varier les plaisirs, une relation de couple où c'est madame la ministre qui donne quelques avantages à monsieur son époux : il y a quelques mois, Conseil d'Etat, pourquoi la nomination d'Yves Lévy fait polémique, Yves Lévy médecin chercheur, ex-directeur de l'Inserm nommé dans des conditions déjà troubles, qui n'est autre que l'époux d'Agnès Buzyn, la ministre de la santé.

Un sujet que Mediapart pourrait creuser et médiatiser avec son style offensif ? De quoi provoquer une démission de ministre alors que s'annonce une réforme délicate de l'hôpital pour septembre ?


Extrait  : "Et ce n'est pas la première fois qu'Yves Levy est soupçonné de conflits d'intérêts. Cela a commencé dès sa nomination à l'Inserm. (...) A partir de 2014, la ministre de la Recherche, Geneviève Fioraso, décide de mettre en place un appel à candidatures avec des auditions par des parlementaires. Il s'agit alors d'une idée d'Yves Levy qui est son conseiller spécial au ministère. Mais la transparence s'arrête là puisqu'elle nommera... Yves Levy en personne. On parle alors de conflits d'intérêts, certains députés sont scandalisés et la colère gronde chez les chercheurs. 


L'histoire se complique encore plus pour le couple lorsqu'Agnès Buzyn est nommée ministre de la Santé en 2017. Elle devient alors la ministre de tutelle de l'Inserm. Comme elle est l'épouse d'Yves Levy et pour éviter toute suspicion de conflits d'intérêts, Agnès Buzyn décide avec le Premier ministre, Édouard Philippe, via un décret, que Matignon s'occupera de l'Inserm. Une situation inédite et quasi-intenable pour un ministre de la Santé. Agnès Buzyn a d'ailleurs pris certaines décisions qui ont profité à son mari, notamment sur les instituts hospitalo-universitaires (IHU).

(...)

La nomination d'Yves Lévy au conseil d'Etat a eu pour effet de relancer l'appel à candidatures pour la direction de l'Inserm. Pour les candidats de juin, il faut tout recommencer. L'Inserm est le fleuron de la recherche française. Cette situation est scrutée par tous les chercheurs internationaux. Et les atermoiements d'Yves Levy ne donnent pas une bonne image. L'impression qui domine est que ce temps perdu a servi à "recaser" le mari de la ministre de la Santé au conseil d'Etat. (...)"

Le ministre De Rugy est contraint de démissionner pour les turpitudes que l'on sait, commises alors qu'il était député...


Et résultat des courses ?... Il redevient député !


Il va pouvoir s'offrir 141 kg de homard tous les mois avec son IRFM !



Est-ce un mal ? N'est-il pas plus intéressant de parler du CETA ou même de la 5G que d'une démission qui ne changera rien ?


Au passage, pour parler 5G et reconversion-pantouflage : Jean-Louis Borloo renonce à la présidence de Huawei France.

"Administrateur de l'équipementier chinois pendant deux ans" il aurait refusé le poste parce qu'il a "d'autres engagements économiques".

Ces engagements pourraient être liés à sa fondation Energies pour l'Afrique aux multiples partenaires  mais sur leur site je n'ai trouvé qu'un rapport d'activité datant de 2016 (ça cause de lever des milliards pour électrifier le continent et ils avaient 1 million de budget pour la fondation). Faudrait peut-être lui demander ce qu'il fait en ce moment.


Bon, De Rugy n'a pas le CV de Borloo (ministre de l'écologie (2007-2010), de l'économie et des finances (2007), de l'emploi (2004-2007), de la ville (2002-2004)) mais il devrait trouver un endroit où atterrir.

Et ça me fait penser, question vie privée, Borloo est aussi en couple avec une journaliste, Béatrice Schönberg.

A partir de combien de cas peut-on dire que c'est structurel, sociologique, profil type des milieux politico-médiatiques (et vice-versa) ?

Auraient-ils tous un peu peur qu'on ailler regarder ce qu'ils font, eux aussi ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.