168
Commentaires

"Oui, le Canard a enterré mon scoop sur les honoraires de Sarkozy"

Semaine après semaine, Le Canard Enchaîné semble poser un regard sans concession sur le monde politique. Nourrirait-il, malgré tout, certaines sympathies pour l'actuel chef de l'Etat? A-t-il, dans les années 1980-90, retenu ses coups face à François Mitterrand? Ces affirmations sont deux des thèses du livre Le vrai Canard, paru le 26 novembre aux éditions Stock.

Derniers commentaires

Je ne suis pas un lecteur du Canard (ni d'aucun quotidien d'ailleurs, honte à moi !) mais je tombe des nues. Je suis sidéré d'apprendre qu'une institution telle que le Canard refuse d'envoyer un représentant s'expliquer sur le plateau d'Asi avec deux journalistes qui remettent en cause ses méthodes. Je m'attends à ce que Beau, qui tient le rôle de l'avocat, réponde du tac au tac et défende bec et ongles ses anciens collègues. Mais loin de contre-attaquer, ce dernier donne du grain à moudre à ses contradicteurs et j'apprends qu'au Canard, comme dans tous les journaux, il y a des thèmes interdits, tabous, inattaquables, que c'est normal et qu'il ne faut pas se formaliser pour si peu. On le savait déjà ? Oui, mais jusqu’à présent les journalistes avaient la décence de le nier !
Quelle crédibilité donner aux journalistes après cet aveu ? Reporter Sans Frontières attaque les Etats qui emprisonnent et torturent les journalistes. Va-t-il falloir inventer une ONG qui attaque les Etats qui n’emprisonnent pas les journalistes qui s'autocensurent ?
Un journaliste est un historien du présent. Un historien qui trahit délibérément les faits du passé à des fins idéologiques est un révisionniste. Un journaliste qui trahit délibérément les faits du présent c’est quoi ?
Egalement, je suis sidéré de savoir que tant de gens s’offusquent qu’Asi ose se pencher sur cette polémique, comme si le Canard avait était déclaré intouchable par le politburo. J’ai la naïveté de croire que personne n’est intouchable, que tout et tout le monde peut faire un sujet d’enquête, à condition que ladite enquête respecte les règles déontologiques. Si demain un journaliste découvrait que Sœur Emmanuelle dealait du Crack pour financer Al Quaeda et que son principal client était l’Abbé Pierre, j’espère que l’affaire ne serait pas enterrée.
Info, vérité, preuves, transparence. Je n’en demande pas plus.
Si un journaliste décidait d’enquêter sur les coulisses d’Asi, j’ose espérer que Daniel Schneidermann lui ouvrirait grand les portes.
Le Canard Enchaîné et Arrêt sur Images font partie des derniers ilots de résistance de la presse libre. Ce n'est pas le cas de Paris Match et j'ai des doutes en ce qui concerne Libération. Cette émission m'a permis de découvrir http://www.bakchich.info/ qui me semble intéressant.
la cuisine du canard, et des rédactions, les manipulations, la problématique des sources, émission qui ouvre sujet à discussion.
Ces journalistes anti-Canard ne m'ont absolument pas convaincu, je dirais même plus: ils font parti de la nouvelle génération de" journalistes couchés" pour avoir leur "pâtée" et un peu ,de fric grâce au Canard, dommage pour vous Daniel de leur servir la patée, mais ce fut intéressant. C'est pas beau de faire" le Beau".
Super ils sont francs comme des ânes qui reculent.

Mêmes si l'affaire est vrai on ne peu pas écarter une commande ou un appuis à la réalisation du livre.
la seul chose qu'ils ont réussis, c'est mettre le doute sur un des seul journal papier qui casse du bois sur la politique bling bling.
http://www.bakchich.info:8080/article6130.html
Il manque juste un lien vers la page de l'émission sur ce site.
l'émission m'a convaincu de ne pas acheter le livre (suffisamment de commentaires ici très bien développés, je vous épargne la redondance)

ceci dit un truc me reste en travers de la gorge : peut être qu'ils se sont trouvés de très bonnes raisons sur l'instant pour ne pas publier les révélations du double salaire de sarkozy, en attendant ils ont illustré parfaitement la formule 'les combats pour la liberté se perdent toujours faute de combattants" (approximativement)

et venant d'eux, c'est une grosse déception...
Daniel S. a vraiment un probleme avec les journalistes investigateurs (souvenons-nous de sa hargne envers Denis Robert dont il n'a jamais supporté les travaux sur la Grande Finance - avant même l'Heure de la Crise). Faut qu'il essaye de les déplumer... Ce n'est pas grave, Daniel : Walpole t'aime bien... quand-même.
Reprocher au Canard ses articles et ses approches, dire que le Canard est pro-sarkozyste, il y a juste de quoi en rire. Walpole est lecteur au numero près du Canard depuis quarante ans et les arguments de Valdiguié ( de Paris-Match donneur de leçons !!!!) et de Laske ( recalés tous deux à l'examen d'entrée au Canard... chuuttttt!) n'ont ni le poids des mots ni le choc des arguments.
Walpole, lui,aime le Canard et l'ecrit haut et fort sur son site. Il avait déjà aligné ce même Valdingué dans un autre article de mai 08 ("Non Denis Robert n'est pas un personnage")
A la prochaine, Laurent !

Walpole
J'ai lu une (petite) partie des messages et je pense que plusieurs personnes ont fait les commentaires que moi-même j'aurais faits : à savoir , j'ai trouvé les 2 co-auteurs pas très à l'aise ; je suis confortée dans mon désir de lire le Canard enchaîné et je ne fais pas grief aux journalistes du Canard de rencontrer des hommes politiques !
Merci à Aloysius d'avoir pris la peine d'exprimer et d'argumenter une déception que je ressens, moi aussi, cruellement...

La presse libre ne constitue plus qu'un minuscule îlot dans un océan de béni-oui-oui, dans un consensus mou incroyablement répugnant et très comparable au silence des Français pendant le régime de Vichy.

Seul Internet impose encore (avec pas mal de retard) aumédias d'évoquer les innombrables scandales et dérapages (très contrôlés au demeurant) qui sont la réalité de la France Sarkozienne. Europe 1 vient (enfin) d'évoquer les agressions fliquesques et canines suivies de fouille au corps dans le Gers, en s'empressant de préciser que Marie-Chantal Alliot allait prendre des mesures. Autoriser l'exécution séance tenante des éventuels suspects ?

Mais il faut se dépêcher de profiter de (l'illusoire) liberté d'Internet : d'une part tout individu critique est largement fiché, d'autre part les possibilités de s'exprimer vont être restreintes drastiquement, soit par la Loi, soit en faisant des "exemples"

Dans ce contexte tirer sur le canard c'est vraiment se tirer une balle dans la palme !

Et ne pas même tenter de défendre le palmipède, de la part d'@si c'est une sorte de trahison !

***
Daniel,
je crois comme vous qu'@si doit critiquer le Canard s'il y a matière à le faire : en aucun cas, quand on fait profession de critiquer les médias, l'hebdomadaire satirique ne doit être considéré comme un sujet tabou. Mais il y a la manière. Comme bien d'autres j'ai été choqué par l'article de Dan à cause du ton qu'il emploie : même s'il faut le critiquer, le Canard mérite sans doute mieux qu'un procès expéditif et déjà plié avant tout examen critique sérieux, et je crois qu'il n'est ni utile ni convenable d'être à son égard aussi arrogant. Il me semble, Daniel, que votre situation personnelle, vous qui avez fait l'objet du film de Pierre Carles et d'un dossier de critiques sur internet, devrait vous engager à davantage de réserves.

J'apprécie, Daniel, que vous relanciez vos interlocuteurs pour obtenir des réponses à vos questions. Malheureusement, je dois constater que ce souci de rigueur souffre dans cette émission de quelques lacunes, en particulier pour ce qui concerne le principal argument à charge contre le Canard. Quand vous demandez à Nicolas Beau pourquoi son article sur les honoraires de Sarkozy a été "enterré" par le Canard, il vous répond tout d'abord qu'il serait inconvenant de sa part de se prononcer à la place du Canard et laisse entendre qu'il n'en sait trop rien. Plus tard, il parle de la nécessité de ménager les sources pour la presse en général. Toute la question est de savoir si c'est vraiment ce qui s'est passé pour l'article refusé : s'agit-il d'une interprétation personnelle de Nicolas Beau, d'une hypothèse de sa part, ou bien a-t-il des raisons sérieuses d'affirmer que le Canard a refusé son article pour ce motif ? Cette question, Daniel, est fondamentale : elle fait la distinction entre une simple opinion personnelle et un témoignage. Et pourtant, vous ne l'avez pas posée. Pourtant, vous affirmez : "un ancien journaliste du Canard, Nicolas Beau, reconnait sur notre plateau qu'un scoop sur les honoraires d'avocat perçus par Sarkozy alors qu'il était ministre de l'Intérieur a été enterré par l'hebdomadaire, entre les deux tours de la présidentielle, parce que Sarkozy...était une source du Canard." Pour du raccourci, c'est du raccourci (en plus Nicolas Beau n'a pas dit que Sarkozy était une source du Canard, il n'a parlé que de son entourage).

J'aurais aimé, aussi, puisque cet élément est la seule "preuve" sérieuse des prétendues tendances pro-sarkozistes du Canard, qu'on m'explique en quoi cet article sur les honoraires de Sarkozy était un scoop aussi important, un "scud" comme le dit Nicolas Beau. Je n'ai pas compris en quoi la prise illégale d'intérêt dans une affaire d'immobilier, sur laquelle le Canard est revenu trois semaines de suite, serait bien moins importante que cette affaire, alors que cette perception d'honoraires était légale. Nicolas Beau affirme que le scoop reposait sur le fait que c'était immoral ; le Canard de son côté a jugé que l'article méritait seulement une place dans son dossier. Alors la question : "cet article était-il vraiment un scoop ?" est une question capitale : mais elle a été négligée. Et pourtant, vous avez encore tranché, Daniel, vous montrant même un peu choqué, sans rien démontrer et sans nous donner les éléments pour comprendre si la portée de ce scoop devait ou non être relativisée. L'idée que ce "scoop" aurait pu être mineur et que le Canard aurait pu juger mesquin de s'acharner sur Sarko une quatrième semaine et a fortiori entre les deux tours n'a même pas été effleurée.

Faute d'éléments sérieux pour comprendre et soutenir les accusations contre le Canard, il me reste l'impression désagréable d'un procès superficiel, pour ne pas dire expéditif. L'impression d'un mêli-mêlo, aussi, car la question des sources dans ce débat portait essentiellement sur la page 2 et sur le journal de Carla, alors qu'à entendre vos invités, j'ai eu l'impression qu'elle s'étendait au journal tout entier. Le journal de Carla n'est qu'un divertissement et la page 2 n'est qu'un recueil de ragots et de bruits de couloir dont il est évident qu'ils émanent des hommes politiques eux-mêmes et de leurs collaborateurs : personnellement, que le Canard ménage ses sources dans ce cadre-là, je m'en moque complètement. Ce serait autre chose si cette question des sources compromettait le vrai travail journalistique des enquêtes, mais aucun élément sérieux dans cette émission n'a permis de l'établir à mes yeux. Reste donc des généralités : les journalistes en général doivent composer avec la susceptibilité de leurs sources, le Canard doit donc faire pareil et l'affaire est pliée : tout cela n'est pas très sérieux.

Quant à savoir si le Canard, dans un passé assez lointain, ait pu être plus discret sur les dossiers de la gauche, c'est un autre sujet. Qu'il faille le pointer, j'en conviens évidemment. Mais cette question mériterait peut-être plus qu'un simple survol. Si le Canard s'est montré sans doute un peu trop discret, il n'a pas pour autant étouffé les affaires en question, déjà largement médiatisées. Peut-être dans l'affaire du Rainbow Warrior ont-ils été trompés par une de leurs sources ? Peut-être n'ont-ils pas eu totalement tort de rester en retrait sur la question de l'affaire Elf, dont la presse faisait massivement "l'affaire Dumas", alors que la suite de l'enquête a apparemment été à décharge de leur ancien avocat ? Certes relativiser ne veut pas dire excuser et le Canard mérite certainement un pan sur le bec : mais dans ce cas encore, je regrette que les voies qui auraient pu inscrire les critiques dans leur juste cadre aient été si peu explorées.

Et même à supposer que le Canard ait délibérément joué la carte de l'omerta sur des affaires impliquant la gauche par le passé, ces révélations des deux journalistes sentent pas mal le réchauffé ; pour le reste, cela donnerait d'autant plus de raisons de douter qu'ils soient maintenant pro-sarkozistes, si la lecture de l'hebdomadaire n'y suffisait pas. Bien que cette sarkophilie du Canard semble aberrante à bien des égards, vous semblez un peu trop facilement la prendre pour argent comptant dans ce procès par contumace, sans que l'accusé ne bénéficie d'un "avocat" et sans qu'@si y joue sérieusement un rôle d'arbitre. C'est très, très décevant.
A propos du scoop selon lequel Sarko aurait touché des ressources de son cabinet d'avocat tout en étant ministre, je viens de tomber sur un article de Marianne, daté de 2005, qui indique que Sarko avait déjà touché 35000€ par ce biais en 2002.
"Grâce à ce système, l'ex-ministre de l'Intérieur a perçu près de 35 000?de dividendes au titre de l'année 2002. Aucun problème de légalité là encore : si un ministre ne peut toucher ni salaire, ni honoraires, les dividendes sont autorisés. Et, en l'occurrence, ils ne sont guère importants. En 2003 ? On ne le sait pas, car la société n'a toujours pas déposé les comptes pour cette année-là."

Reste que Marianne parle de "dividendes" et non "d'honoraires", qui seraient selon eux illégaux ; mais si tel est le cas, pourquoi Nicolas Beau dit-il que cela n'est pas illégal ? En réécoutant le passage concerné, j'ai entendu N. Beau parler, non pas "d'honoraires", mais de "ressources" et de "revenus" : c'est vous, Daniel, qui parlez à un moment "d'honoraires" et qui reprenez le mot dans votre titraille : j'ai comme l'impression qu'il s'agit là d'une autre boulette...

Je hasarde une hypothèse : et si le Canard avait laissé de côté ce scoop parce qu'il était bidon ?
En tapant "sarkozy dividendes cabinet d'avocat" dans Google, on trouve un paquet de liens qui montrent que les dividendes perçus par Sarkozy sont connus depuis des années (et même par Infoplus Gabon).
@si l'ignorait-il ? Cette simple vérification a-t-elle seulement été faite ? Parce que ça aurait permis de dire en quoi l'info de N. Beau était vraiment un scoop. Ou bien d'établir clairement que c'était un secret de Polichinelle.
@Aloysius

Aloysius, j'admire vraiment la patience et la rigueur dont vous faites preuve dans vos argumentaires. On peut prendre assez souvent notre excellent animateur d'@si en flagrant délit d'approximation, mais j'avoue avoir toujours eu la flemme de reprendre, comme vous le faites si bien, la démonstration en détail. Car il ne suffit pas d'être pugnace et de reposer dix fois la même question, encore faut-il qu'elle soit pertinente et fasse avancer le débat. Pour ce cas-ci, en l'occurence, je reste moi aussi sur ma faim et il me semble que le dossier canard a peut-être été un peu trop légèrement préparé.
L'avantage du forum, c'est qu'il y a toujours des contributeurs éclairés pour nourrir le débat et faire avancer la réflexion. Vous en êtes, merci !
oui, et je me souviens avoir lu quelque part que Nicolas Sarkozy avait mis ses parts détenues dans ce cabinet en location pour justement être en conformité avec la loi.
Je ne suis pas spécialiste, mais l'article disait que bien que c'était un tour de passe passe,c'était légal.
Dans l'émission il est dit que les révélations immobilières concernant le futur président avaient été complaisamment contrebalancées par une enquête sur le patrimoine de Ségolène Royal; c'est vrai, mais les 3 candidats avaient été auscultés par le Canard, puisque Bayrou y avait aussi eu droit.

Je redis que les hésitations des 3 "attaquants" les décrédibilisent complètement.

Il faut quand même reconnaître que les affaires sorties par le Canard ne font plus autant de mousse que par le passé.
Le Duplex de Neuilly en est la preuve, l'équipe de campagne d Sarko avait, à l'époque, éteint le feu d'habile manière.
Le journal qui enquête sur le journal qui enquête sur le journal qui enquête sur le journal.
Le journal de droite qui accuse le journal de gauche de défendre les intérêts de la gauche.
Le journal de gauche qui accuse le journal de droite qui accuse le journal de gauche de défendre les intérêts de la gauche de faire le jeu de la droite.

Bon, vivement la semaine prochaine, parce que là, qu'est-ce qu'on tourne en rond...

L'émission à mon avis se résume en une phrase: un journaliste doit ménager ses sources pour ne pas les perdre.
(merci à ASI de m'avoir fait comprendre ça)

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Sans me prononcer sur le fond du débat sur l'ouvrage et/ou sur l'émission, je souhaite réagir à une information -certes mineure- qui est contenue dans le livre et qui est souvent rapportée par les auteurs. Selon les auteurs, donc, une thèse de science politique aurait été écrite sur le Canard Enchainé à Paris I. Le Canard aurait si peur du contenu de cette "petite thèse" menée par une "petite étudiante"... (je crois même avoir entendu "de rien du tout") qu'il aurait fait censuré ladite thèse par l'Université. Je passe sur le côté pauvre étudiante de rien du tout - moi même thésard je ne m'engagerai pas dans un débat corporatiste mais je vous prie de croire que c'est du boulot - mais de quoi s'agit-il ?
Il existe une thèse intitulé "Le Canard enchaîné ou les fortunes de la vertu. Histoire du plus célèbre des hebdomadaires satiriques, 1915-1981". Le problème c'est qu'il ne s'agit pas d'une thèse de science politique mais d'histoire, qui traite d'une période ancienne et non de la vie de la rédaction actuelle. Surtout elle est écrite par un homme Laurent Martin, aujourd'hui chargé de recherches au Centre d'histoire de Sciences Po. La thèse est d'ailleurs publiée- donc réécrite- et disponible chez Flammarion depuis 2001 avec comme titre "Le Canard enchaîné ou les fortunes de la vertu, histoire d'un journal satirique 1915-2000," (franchement, je ne l'ai pas lue). La période est donc étendue de 1981 à 2000. Il ne s'agit plus d'un travail de thèse mais d'une recherche d'histoirien post-doctorale qui n'engage ni la fac, ni son laboratoire. En tous cas, il me semble impossible que l'Université censure un travail de recherche, y compris pour des domaines qui touchent la diplomatie, le renseignement, la sécurité nationale... Au plus, le jury en restreint l'accès.
Les hésitations gênées et les atermoiements des uns et des autres face aux questions de DS, me mettent très mal à l'aise.

Soit on a des trucs a dire et on y va franco, soit on la ferme.
la clarté dans la confusion,

les bagnoles c'est foutu
le capital c'est foutu
la société de consommation c'est foutu
la cinquième républiques c'est foutu

citation "l'aventure c'est l'aventure" 1972
Cela me faisait penser à l'équipe des Tontons flingueurs ......
Aucune question de Daniel sur les circonstances du départ de Laske des dossiers du canard qu'évoque "Le Canard" de cette semaine ? ça frise la faute professionnelle non ?
Pénible, Valdiguié.Langue de bois totale lorsqu'il est question de sa direction.Beaucoup plus à l' aise lorqu'il est question de N.Beau!!!
Le type même de personne que je ne supporte pas, pas mieux qu'un politique!
Quant à l' affaire du Canard , bof , est-ce si important. Une fois à droite , une fois à gauche , çà compense.Je crains cependant qu'avec le pouvoir actuel les choses se compliquent pour la presse. J' en tiens pour exemple les problèmes de D.Robert, de de Filippis..
Attention donc à votre éthique , messieurs les journalistes sinon vous risquez de sombrer corps et âme..
Bravo à arretsurimages.net, çà réconforte!
Ce mercredi 3 décembre, j'achète 10 exemplaires du Canard enchaîné, j'en garde un et je distribue les 9 autres aux gens que je rencontrerai dans le train. Quant au livre sur Le Canard, je ne l'achète pas. Quelle légitimité, quelle crédibilité accorder à ce livre écrit par deux journalistes qui viennent de deux canards (Paris-Match et Libération) aux plumes caressant le pouvoir en place ?
Encore une émission passionnante, bravo à l'équipe, je me suis éclaté.
bonsoir,
c'est quoi cette embrouye avec FREE??
Bon, je n'aime pas free, d'accord, des souvenirs douloureux...
Mais vu le nombre de fois que la free box est citée , on dirait comme de la pub ..
De là à dire rémunérée..
N'empeche qu'avec les abonnemnts que l'on paye pour etre sûr de cette indépendance..
et pis là boum l'affaire du journaliste de libé avec free , çà tombe mal... même si l'edito de daniel nous rassure sur sa totale indépendance.
mais bon, je suis chagriné.
Je crois que ce forum est le plus approprié pour soulever ce problème technique: apparemment, le podcast d'@si déconne. Du moins, je n'arrive pas à le télécharger... Est-ce que son absence est liée d'une certaine façon à l'embouteillage de dailymotion? Toujours est-il que je n'arrive pas à le télécharger.

Je ne sais si ce problème est particulier à mon cas ou général, mais dans le doute, je préfère le signaler. À vrai dire, je m'en f... du podcast puisque je regarde @si via son format flv sur dailymotion. Mais ce léger problème technique pourrait décevoir des internautes non abonnés à @si mais connectés au podcast. Alors je préfère vous avertir. Voili voilou.
Sont-ce les journalistes (politiques) qui finissent par répondre à la manière de leurs interviewés, ou est-ce l'inverse ? A regarder l'émission, on se dit que c'est sans doute un peu le paradoxe de l'œuf et de la poule !
Quoi qu'il en soit, cette façon de ne pas répondre clairement et précisément aux questions posées en dit long sur la profession...
Plus que le doute, elle permet d'entretenir une certaine méfiance, pour ne pas dire une méfiance certaine...
Merci à @si.
Un président italien,un démocrate(dont j'ai oublié le nom,c'était il y a longtemps,du temps de Giscard,je crois) disait:"Le journal qui manque en Italie c'est une sorte de "Canard enchainé".Et,je pense que malgré les"révélations"du livre,il avait raison.Quand Mitterrand est arrivé au pouvoir,je me suis dit on va voir le volatile à l'oeuvre!Et je l'ai trouvé aussi sévère avec les uns qu'avec les autres.Je me disais meme:il a oublié que Dumas a été son avocat!Naiveté de ma part!Les révélations de ce dernier dans l'émission de DS m''ont biensur déçues!Mais,qu'on accuse "Le Canard" d'accointance avec Sarko,il faut etre fou!Que Sarko aie renseigné le journal ce n'est pas étonnant:les hommes politiques se haissent tellement entre eux! Comment pourrait-il avoir les renseignements qu'il a non par complicité mais par trahison de certains?On s'est toujours demandé comment faisait ce journal!Rappelez-vous l'affaire des plombiers!Après cette émission un peu de déception mais pas trop!Personne n'est parfait!Biensur que "Le Canard"ne révèle pas tout,qu'il garde des informations sous le coude:ça peut toujours servir!J'ai meme lu cette affirmation dans un articulet de journal.Qu'on l'accuse d'etre ringard c'est débile!C'est très bien la confrontation des générations,c'est plutot un enrichissement!Et ça voit dans les lecteurs.Je l'ai toujours vu à la maison et je continnue à le lire.Je connais des jeunes de 17 ans qui le lisent assidument.C'est presque comme Tintin,on le lit de 17 à 97 ans!Alors Ms. le censeurs regardez la poutre dans votre oeil avant la paille dans celui des autres!
N'empêche que certains dans ce forum sont d'accord avec moi pour exiger les excuses publiques de Dan coupable d'appel du pied à Paris Match.
Avec une cérémonie filmée où Daniel le fouette. Et châtie Sophie pour avoir mis du fond de teint aussi.
:°D
Tout cela ressemble effectivement à un bouquin enfonçant qlqs portes ouvertes depuis longtemps (le canard ; journal gauchisant) et comptant sur qlqs "scoops" qui n'en sont pas pour faire vendre le livre : le canard sarkozyste.
Finalement ce "scoop" est enfoncé pendant l'émission en deux secondes et plus personne n'en parle... On s'attarde beaucoup à essayer de comprendre pourquoi une enquête a été enterrée et j'ai trouvé deux ou trois hypothèses sur ce forum plus intéressantes que ce qui fut dit sur le plateau, tout en sachant fort bien qu'on ne sera jamais pourquoi exactement.

Le but des auteurs me parait clair maintenant : faire vendre un livre sur un sujet accrochant (la face cachée du Canard, quelle idée audacieuse!!!) tout en rajoutant un effet d'appel marketing tout aussi audacieux : le Canard du côté des puissants et de la Sarkozie!!!!

Ceux qui l'achèteront seront soit déçus finalement, soit.... certains y croiront obligatoirement, d'autres s'en serviront inévitablement....

Et ces deux journalistes, médiocres représentants français du journalisme médiocre voire mauvais, auront réussi leur coup : faire vendre du papier, salir un peu la réputation d'un journal qui dérange beaucoup de monde...

Enfin je conclus sur ce qui m'a étranglé au début de l'émission, le fait qu'un journaliste de paris-match vienne nous parler du Canard et de ses accointances avec la Sarkozye... C'est tellement énorme que ça passe. Et personne ne lui demande pourquoi il ne sent pas l'urgence de faire une enquête sur le léchage de bottes permanent de Paris-match envers Sarkozy (je viens de voir la couverture de PM de cette semaine, elle vaut comme d'hab son pesant de cacahouètes) et surtout s'il ne se sent pas trop gêné de chercher la paille sarko chez les autres quand il a une grosse poutre au dessus de la tête...
On aurait pu lui demander tout simplement ce qu'il pensait de l'indépendance de la ligne politique de Paris Match et si quand il lisait le journal de m* pour lequel il travaille on n'y sentait pas comme disait Daniel une sorte de fumet sarkosyste????

Enfin, les cons osent tout, ça passe et pis ça peut même porter ses fruits hélas.
Mercredi j'achèterai deux Canards pour la peine ;-)))
Je ne pense pas que vous fassiez la pub du bouquin de MMrs Valdiguïé et Laske.
Je trouve cette émission remarquablement intéressante, elle illustre parfaitement les difficultés du journalisme d'investigation, et les difficultés de choix qui peuvent se présenter à un rédac chef. La différence entre Canard et Paris Match ou libé, c'est que d'un côté on affronte ces difficultés, de l'autre on ne les affronte pas. L'enquête de Pierre Beau a quand même fini par sortir, et pas dans Libé ou Paris Match. Voilà une tentative de remake de "la face cachée du Monde", mais avec le Canard, ça ne le fait vraiment pas. C'est raté pour Arnaud.
Votre émission permet parfaitement de faire le tri entre la presse libre , et l'autre,
Elle permet d'accéder et recadrer une vraie réflexion, à partir du travail de deux auteurs, sans rémunérer leurs possibles arrières pensées mesquines, et sans envoyer de pèze aux édition stock Lagardère,
Le scoop sur "l'affection" soit disant "étrange" de la rédaction du canard pour la classe politique n'en est pas un. Il suffit de réfléchir à ce qui est nécessaire de contacts et d'échange entre journalistes et classe politique pour alimenter chaque semaine la Mare aux canards, ça n'empêche pas le canard de remettre en perspective les rapports de pouvoir et d'argent au sein de la société.
Alors, les non-dits...
Le côté fratrie de la rédac du canard...
(tout ça évoqué avec beaucoup d'humanité par Pierre Beau),
je crois que je vais encore vous envoyer des abonnés.
Je continuerai à lire le Canard et à ne pas lire Paris Match...

Peut-être une émission à mettre en accès libre, c'est du top intérêt général.

Encore merci.
Bonjour
Je suis abonné FREE et je n'ai aucun canal 94 sur la FREEBOX, alors quid de ton annonce sur la nouvelle télé "arrêts sur image", Daniel?
Amicalement
Robert PEDEVILLA
Pour éviter le doublon et de répéter ce qu'a dit Laurent Matheo sur le forum précédent, celui de l'article de Dan Israel, je me permets de copier/coller son commentaire sur l'émission, auquel je n'apporterai en dessous que mes précisions personnelles. Je trouve son analyse remarquable, et en complément de celles que d'autres ont faites sur ce forum.
Le voici donc.
________________

Par laurent matheo
Re: Le livre qui canarde "Le Canard enchaîné"
17:06 le 29/11/2008
Le lecteur moyen, le retour :)
J'ai regardé attentivement l'émission et voici mes réactions:

1°) jolies chemises assorties (enfin, pour la partie "news"),

2°) le débat:
La première chose, amusante, c'est que le plateau aurait pu ressembler à une scène des tontons flingueurs ou des barbouzes, avec un prêtre et une tête d'ananas entre autres :)
Très honnêtement je n'ai pas trouvé "le chanoine" (Valdiguié) sympathique, c'est lui qui m'a immédiatement fait penser au film "les barbouzes" avec son rire peu franc et son col blanc.

En revanche je dois bien dire que je suis assez frustré et que cette émission laisse un goût d'inachevé.
Le débat s'est copieusement, et à raison, étalé sur la période pré-élection de Sarkozy, mais très peu sur le post.

-> les motivations des auteurs:
Ce qui m'a surpris, c'est que deux des co-auteurs du livre n'ait pas eu les corones de signer leur propre ouvrage... Clairement la première partie de l'émission fait passer le Canard pour une organisation limite mafieuse avec des "non dits", des "codes" et qui joue sur l'intimidation pour ne pas faire parler de lui.
Cet aspect là me gêne. Quand on affirme quelque chose, on a le courage de ses opinions et affirmations et, à l'instar des deux personnes présentes sur le plateau, on se découvre.
Les auteurs disent "aimer le Canard"... Certes.
Le canard lancera t'il une fatwa contre eux? :)

-> qui était au courant de l'écriture du livre?:
Premier instant de gêne, le chanoine (Valdiguié) répugne clairement à répondre à la question de DS de savoir si ses patrons de Paris Match étaient au courant de l'écriture du livre ET si la rédaction du livre avait commencé avant d'être rentré chez eux.
Evidemment les duettistes haussent les épaules et réfutent les accusations de Gaillard de "télécommandage" de Lagardère.
Personnellement j'ai une question, pourquoi avoir changé d'éditeur? Ils ont mentionné plusieurs fois que le livre devait paraître aux éditions Denoël, pourquoi avoir changé?
Ce point a été passé étrangement sous silence, et par les auteurs, et par DS qui n'a pas posé la question.
J'aurai été à leur place, j'aurai cherché un éditeur "indépendant" ou en tous cas sans Lagardère comme patron.
Valdiguié a été pour le moins très évasif et peu crédible sur la question et sur sa "théorie du complot".
Etait ce parce qu'il trouvait la question tellement ridicule qu'il n'a pas voulu s'en défendre plus que ça ou pour d'autres raisons?

-> où sont les preuves?:
Ce qui me gêne aux entournures c'est le manque parfois de preuves dans certaines de leurs affirmations.
Il est très clair qu'ils semblent très bien documentés et informés sur une période finissant plus ou moins en 2002. Là Beau confirme certains points évoqués sur le plateau (le beurre dans les épinards de Sarko, l'affaire Dumas).
En revanche, ils ont été d'un flou particulièrement complet sur la partie la plus "pub" que nous avons tous entendus ici.

-> Le journal de Carla B.:
Aucune information ni aucun démenti ni surtout aucune preuve de la part des auteurs n'a été donnée après que Gaillard ait démenti que Charron écrive / inspire le journal de "Carla B". Sur le plateau, le sujet est passé comme une lettre à la poste sans aucun frémissement d'épaule ou de sourcils de leur part.
Bref du vent.

-> La page 2 (la mare aux canards):
Là aussi, Beau désamorce avec une simplicité désarmante la polémique des deux auteurs sur la mare.
Ce sont des petites phrases, relatées par des politiques aux journalistes politiques du canard et qui sont des bruits de basse cour. On y apprends également, stupeur, que les journalistes politiques du Canard ont une tendresse pour la classe politique en général.
Bref, rien de nouveau sur le soleil.
Là aussi, bizarrement, tête d'ananas et chanoine passent sur le sujet sans se défendre et opinent la plupart du temps du chef.
Bref, du vent.

-> le canard est pro sarko:
Là encore, bizarrement, le débat ne s'est pas étendu et est passé comme une lettre à la poste.
Leur principal argument concernait apparemment "Sarko et le beurre dans les épinards" dont je parlerai plus tard et qui a été expliqué.
Là encore, du vent.

-> Sarko et le beurre dans les épinards:
Alors certes il y a l'histoire de Sarko touchant de l'argent de son cabinet d'avocat (légalement) alors qu'il était encore Ministre. Information que Beau a eue entre les deux tours de l'élection présidentielle et qui n'est sortie qu'un an après.
Information à rapprocher avec le "pêché" véniel de la ristourne de l'appartement de Neuilly et son contre poids avec le patrimoine Royal.
Pourquoi le Canard aurait'il fait preuve d'équité dans le castagnage politique de l'élection en, effectivement, faisant une enquête parallèle sur les pêchés Royal / Sarko et donc en se "forçant" (?) à trouver des choses sur la Gauche?
Beau narre que la rédaction du Canard était fortement opposée à Sarko. Dans ce cas, pourquoi cette équité et pourquoi passer sous silence le beurre dans les épinards de Sarko?
Pour ne pas prêter le flanc à la critique? Pour ne pas sortir une bombe "atomique" comme ils l'avaient fait en sortant l'affaire Papon du temps de l'élection Mitterrand / Giscard?
Pour ne pas paraître partisans et ne pas peser sur l'élection?
Une autre explication est que Sarko est lui même une source du Canard (sur autre chose) et qu'une fleur lui a été faite en révélant l'affaire une fois qu'il ne touchait plus cet argent, donc un an après.
Qu'à bien pu dévoiler en échange Sarko au Canard de si intéressant?

-> L'affaire Dumas:
Les auteurs et l'ex du Canard enfoncent des portes ouvertes et confirment une tendresse que même moi, pauvre béotien, avait senti envers la "Miterrandie" au travers des affaires Elf (donc Dumas), Tonton et le reste.
D'accord. Le Canard est un journal ancré à Gauche et, par amitié avec Dumas qui a été une source importante et leur avocat pendant 10 ans, le palmipède n'a pas mordu trop fort la main qui l'a nourri et soigné.
Mon impression également est que les auteurs, incontestablement, ont l'air nettement plus à l'aise avec les affaires passées du Canard que les récentes.

-> les amis de mes amis...:
Ce qui a été confirmé par Beau est que certaines infos sont "trappées" pour ne pas déplaire / compromettre certaines sources.
Je suppose que c'est le cas dans toutes les rédactions.

-> l'affaire du compte Japonais:
Beau, le journaliste qui a parlé du compte Japonais de Chirac a été critiqué de manière assez virulente par les deux auteurs du livre, dénonçant le manque de preuves dans cette affaire.
Ce qui me gêne, c'est qu'ils n'ont pas eu l'air, eux même, de mener l'enquête, non plus.
Chose étrange, les dirigeants du Canard l'ont soutenu mais a suscité un débat au sein de la rédaction, dû au manque de preuve.

-> la rédaction du canard est le septième cercle de l'enfer:
Selon Beau cela n'est pas le cas. En revanche en effet il apparaît que nous ne sommes pas dans une "armée" mais plutôt dans une "famille" avec des codes, des non dits...
Les termes font bien évidemment peur au premier abord et exploités par les auteurs. "famille", "non dits", "codes", serait ce la mafia? Cela pourrait alors expliquer la peur qu'inspire le volatile à crocs.
Plutôt une famille classique dans laquelle on se serre les coudes et où on sait qu'il ne faut pas parler de tel sujet ou demander telle chose car cela sera trappé / refusé.
Est-ce maintenant souhaitable dans une rédaction? La situation a l'air nettement moins tyrannique que celle décrîte par les deux auteurs et en revanche, évidemment, propice à de grandes engueulades je suppose.
Ceci dit, cet aspect "familial" est peut être la raison que le Canard est ce qu'il est.
Alors, il n'y a pas de CE... Les pauvres, comment font'ils pour l'arbre de Noêl? Les enfants ont des bouteilles de pinard dans leurs souliers?
On est quand même loin du climat de peur généralisé qui est censé y règner.
Ce qui me paraît également étrange, c'est que les auteurs n'ont pas apporté de preuve ou d'éclairage sur cette "peur" qu'inspirerait la canard aux autres journalistes et aux hommes politiques...

-> Le mythe Canard:
Alors c'est vrai, on aimerait à croire que le Canard comme un espèce de gendarme infaillible, un Judge Dredd de l'investigation politique, non soumis aux pressions et indépendant des sources...
Dans ce monde là, tout le monde serait beau, gentil, on roulerait à l'air pur et on ferait caca dans la sciure... Malheureusement mon prof de philo m'a dit que ce monde de "oui oui" n'existait pas.
Alors quoi?
J'ai appris que le Canard n'est pas infaillible (affaire Yann Piat / Rainbow Warrior), qui l'est?
J'ai appris que le Canard a des amitiés (Dumas, Mitterrand) et les préserve, Ma foi... Cela se sentait et est donc vrai.
J'ai appris que le Canard trie les informations et les sous pèse. Faut'il dévoiler telle information, au risque de ne plus accéder à la source qui l'a donnée ou celle qui est visée par l'information? Choix cornélien je suppose il aurait été intéressant d'avoir le point de vue d'Angeli sur ce point.
J'ai appris que la structure du Canard n'est pas celle de n'importe quel journal. Pas de CE, en famille, des règles non écrites. Dramatique... Que fait l'inspection du travail? :) Ce qui est étrange c'est que des journalistes essaient toujours d'y entrer, y compris les deux auteurs. Le masochisme se porte donc toujours haut.

Pour autant, le canard a t'il profité de son statut et de sa réputation pour venir en aide à ses amis en danger, pour faire de la contre information, du dénigrement gratuit?
Apparemment, non. Il y a eu des omissions, un éclairage plus ou moins sympathique, mais de mensonges ou de désinformation? Non.
Est'il clairement à la solde d'un parti ou d'une mouvance politique? Non, pas vraiment, et certainement pas à droite.


3°) ma conclusion:
A mon avis ce livre est un mélange d'enquête et de sensationnalisme non justifié.
De ce que j'ai entendu, les auteurs ont l'air clairement à l'aise dans leurs baskets pour toute la période pré 2002. L'affaire Dumas, la Mitterrandie, tout ça, apparemment personne n'a démenti leurs affirmations selon lesquelles le Canard avait une tendresse pour la Gauche, soignait ses amis et certaines de ses sources.
Dans l'ensemble de ce qui a été discuté, pour cette période, je suis assez d'accord.
En revanche, la partie "pub" et celle qui a fait du "bruit" du livre ne me semble pas digne d'intérêt, à savoir la page 2, le journal de Carla B. et le sarkozisme présumé du journal.
Tout simplement parce qu'aucune preuve n'a été donnée par les auteurs sur le plateau sur ces trois points et ils ne se sont même pas "battus", ils ont laissé passer. Ce sont donc tout simplement des affirmations gratuites, in vérifiées et, pour le mieux, des hypothèses sans réel fondement.

Ma conlusion personnelle est donc que ce livre semble avoir été écrit en deux partie, comme à deux mains. Une première enquête qui se veut assez poussée, une seconde pour s'assurer de bons chiffres de ventes avec une polémique facile assurant une bonne médiatisation et de bonnes enguelades lors du réveillon de Noêl.

Bref dans ma lecture du Canard, que changera t'il? Rien, ou pas grand chose.
J'ai été rassuré, le Canard n'est pas à la solde du Sarkozisme. Le Canard n'est pas vendu.

Le palmipède bouge encore et restera, pour moi, une source d'informations fiable, une parmi d'autres.

________________


Je l'en ai remercié, en espérant qu'il n'y verra pas d'inconvénient.

Mes propres précisions...

Daniel Schneidermann se surpasse, et je félicite sa répétition des questions face aux deux journalistes-auteurs; et ce, à plusieurs reprises.
Pendant que tout le monde marche sur des charbons ardents tout le long de l'émission, les précisions clairsemées de Dan Israel durant celle-ci étant anecdotiques, cette volonté de clarification de la part de l'animateur est salutaire.
En revanche, Daniel, vous dites vers 53mn30 qu'au sujet du Rainbow warrior, des Irlandais de Vincennes et des écoutes de l'Élysée, qu'il s'agit là "d'autant d'affaires non traitées par le Canard".

Concernant le Rainbow warrior, et si j'en crois par exemple le site peut-être le plus concerné par ce premier sujet...
Rétrospective de Greenpeace .
On y lit notamment les phrases suivantes:
" 17 septembre : Rebondissement. Le journal Le Monde confirme l'existence, déjà évoquée par le Canard enchaîné du 11 septembre, d'une troisième équipe des services secrets qui aurait coulé le Rainbow Warrior. Cette équipe serait composée de deux nageurs de combat de l'armée française. C'est le chaînon manquant qui rend toute l'affaire cohérente et finit d'achever le rapport Tricot Cette troisième équipe clarifie les fonctions de soutien de l'équipage de l'Ouvéa et des Turenge. Elle exclut également l'implication de services secrets étrangers. Non, l'affaire du Rainbow Warrior n'était pas une simple mission de renseignements ni une opération de déstabilisation de la France orchestrée par des puissances étrangères. Il s'agissait bien de couler le navire de Greenpeace. Charles Hernu et la Présidence de la République sont impliqués. Le mensonge d'Etat est avéré. (...) "

Concernant les écoutes de l'Élysée, Wikipédia note que c'est Libération qui révéla l'affaire le 02 avril 1993.
Or, l'un des titres du Canard Enchaîné du 10 mars 1993, c'est-à-dire le numéro 3776, est le suivant:
" Les grands travaux du Président - L'Elysée branché sur le tout à l'écoute ".

Pour les Irlandais de Vincennes, je n'ai pas plus d'éléments à l'heure actuelle.

L'affaire Luchaire, malgré ce qu'en dit Karl Laske très fugitivement je ne sais plus où dans l'émission, a été traitée dans le Canard, si j'en crois les numéros 3499 et 3504 notamment.
À 47mn20, le même affirme, après avoir longuement bégayé, qu' "on n'écrit pas que le journal est sarkozyste". Peut-être l'occasion manquée de le relancer sur ce qu'ils écrivent pourtant noir sur blanc, le sarkozysme rampant du Canard.
Vers la 26ème minute, il parle de théorie du complot parce-que ces deux lascars refusent de répondre aux questions de Daniel Schneidermann. Il y en a qui n'ont vraiment peur de rien.
Mon oeil, que son collègue "ne savait pas" si ses nouveaux patrons étaient au courant pour le livre. Pourquoi ne pas avoir répondu "non" ou "je ne sais pas", plutôt que de se faire répéter 36 fois la question et tenter d'éluder à chaque fois.

Bref, degré zéro de crédibilité pour ces deux auteurs.

Déjà, à 13mn20, j'entends "Le canard passe du côté des puissants".
Tandis que Match et Libération sont les chevaux de bataille qu'ils ont trouvés pour mener leur combat contre les opprimés.
Quelle marrade.

Par ailleurs, je constate qu'aucun article du Canard n'a été évoqué (recherché ?) dans l'émission, c'est dommage.

Pour le reste, je me fous royalement que les coulisses de Canard soient une "fausse fratrie" selon Nicolas Beau, ou de leur "archaïsme" supposé, sans parler d'une quelconque "opacité" (75ème minute).
Ça fait des années que je m'intéresse exclusivement à leur contenu.

Karl Laske et Laurent Valdiguié feraient bien d'en faire autant, après tout, il n'est jamais trop tard.


Vivement mercredi prochain.
J'ai mal suivi ou D.S. a effectivement trappé la revue des forums de Dan Israel. Ou bien avez=vous simplement voulu ménager les auteurs du bouquin en ôtant leurs séances de pleurs par un odieux montage monnayé à l'issue de l'enregistrement.
En tout cas, ce message subliminal pour Free sonne très mal de la part d'un site qui se défend fortement de faire de la pub, à l'instar d'un certain Canard...

Alain
J'ai mal suivi ou D.S. a effectivement trappé la revue des forums de Dan Israel. Ou bien avez=vous simplement voulu ménager les auteurs du bouquin en ôtant leurs séances de pleurs par un odieux montage monnayé à l'issue de l'enregistrement.
En tout cas, ce message subliminal pour Free sonne très mal de la part d'un site qui se défend fortement de faire de la pub, à l'instar d'un certain Canard...

Alain
Je suis indigné ! Personne ne s'est levé pour demander à ce que le Président de la République et ses complices cessent de gaver un pauvre palmipède, enchainé, sans défense ! Je sais que c'est une tradition française et que les fêtes approchent, mais c'est honteux !
Je vais quand même aller le lire ce livre.
Pas du tout objective, je l'avoue, le Canard est le seul que je lis systématiquement.
Mais la défense des deux journalistes ne m'a vraiment pas convaincue. Pour moi ils vont donner aux Elcabach et autres l'argument :" personne n"est à l'abri de copinage, regardez, même le canard enchainé n'est pas exempt de ce genre de reproche"....
Bien sur le canard n"est pas une bible d'infos parfaites , à nous lecteurs de garder notre esprit critique. N'est ce pas la règle d'or du lecteur de journaux?
Mais à l'heure ou il y a bouleversement des médias et tentative déjà bien avancée de main mise par l'état actuel et ses acolytes privés sur le 4e pouvoir, n'est il pas légitime de voir une manœuvre cachée?
Je dois être une adepte de la théorie du complot, je suis ridicule !
Bravo Daniel, je vous ai trouvé très bon.
Askolovitch est pitoyable.
Il prétend donner des leçons alors que son canard, le JDD, dégouline de sarkozysme fanatique.

A tel point que les journalistes se plaignent de l'image que ça leur donne, et que les lecteurs se barrent en courant...

Vraiment un pauvre type...

Quand je pense qu'il a une carte de presse...j'ai honte pour lui...

Peut-être essaie t'il de battre le record du plus mauvais journaliste de France, détenu par Elkabbach...
Ce que je vais dire n'a aucun rapport avec le sujet (quoique) puisque je n'ai pas encore eu le temps de regarder l'émisson. Je tiens simplemement à signaler à Daniel S (à moins qu'il ne le sache déjà) qu'il est cité dans une une réponse de Claude Askolovitch à André Gunthert sur le site des "hautes études en sciences sociales" section "Actualités de la Recherche en histoire visuelle" dont voici le lien:

http://www.arhv.lhivic.org/index.php/2008/11/17/864-je-suis-le-roi-du-monde.

Il s'agit d'un vif échange entre les deux hommes à propos de l'article de CAsk sur le voyage de NSark au G20. CAsk, parlant de l'affaire Siné qui débarque dans la conversation, dénonce en Daniel (contribution n°38), je cite: [un] autoproclamé gardien des élégances médiatiques, qui juge les autres sans pratiquer lui-même la moindre vérification a minima de ses élucubrations complotiques...

Cher Daniel, comme tu n'étais pas là pour te défendre et comme l'article de Gunthert est intéressant, je me permets de te signaler la chose. Pardonne-moi ma ma manière intempestive mais je vais de ce pas déguster ton émission pour me faire pardonner.
Une EXCELLENTE émission que j'ai regardé avec grand intérêt ce soir !
On sent en effet parmi ces 3 journalistes bcp de non-dits, de secrets & une tension certaine quand les questions les gènent. Comme Daniel, j'ai failli tomber de ma chaise à plusieurs reprises...
Je ne connais pas le livre, mais quand j'entends ces deux journalistes (issus de la presse sarkozyste ou carlasarkozyste), je comprends vraiment pourquoi je ne parviens même plus à lire "Libération", sans parler de "Paris-Match". Leurs balbutiements sont lamentables, ainsi que leurs mines excédées. Ne comprenez-vous pas pourquoi la presse francaise journalière est en baisse. Insupportable à écouter, mais nécessaire à entendre.
je viens de visionner l 'entretien entre n Beau et les coauteurs du bouquin sur le canard...Curieuse impression entre le journaliste de match qui est cité par lui même et par son collégue de libé comme journaliste du parisien alors qu'en surtitrage au même moment ou quasi apparait la mention Laurent Valdiguié paris match. L'aveu de ce dernier que cela fait 1 an qu'il atend de N Beau ce qu'il annonce à savoir que certains de ses papiers ont été "censurés" par le canard alors qu'il annonce cela avec effet de manche comme un argument décisif dans la promo de son livre, le journaliste de libé dont on a l'impression que son nez va s'allonger quand il dit ne rien savoir sur le fait que le reportage censuré de N Bea à été transmi à un de ses proches copains à libé qui a refusé de le passer, celui de Match qui tourne autour du pot quand on lui pose la question " vos employeurs a Match savaient-ils que vous prépariez ce livre? 2tait-il commencé lorsque vous avez travaillé pour ce journal? le leur avez vous dit?3 A croire qu'il s'est servit de cet argument pour se faire embaucher! Quand à N Beau je me demande si il n'était pas en service commandé envoyé par le canard. Il met en cause les méthodes d'investigations de ses collègues, soutient " cette famille" qu'est la direction du canard ses rites, ses secrets comme toute famille ( on croirait une réunion de mafieus) comme soutient bravo! un vrai Yago....Quel panier crabes dans la mare...au canard
gael
Bon j'ai appris des choses passionnantes pendant cette émission :

- Le Canard est un journal de gauche.

- Ses rédacteurs préféraient voir élire Mitterand plutôt que Giscard en 81.

- Pour savoir ce qui se passe au conseil des Ministres et dans les anti-chambres des partis politiques il faut s'adresser aux ministres et aux élus de tout poil.

- Pour obtenir des réponses à la vérité ci-dessus révélée le journaliste doit avoir une tronche qui revient aux dis ministres et élus du dit poil.

- Les journalistes sont finalement des êtres humains : ils ont leur potes et leur non-potes. Ils ont des intérêts à défendre ainsi que leur bifteck. Des fois ils en ont, des fois il en ont pas. Ils s'engueulent entre eux, claques des portes, en ouvrent quand y faut pas, savonnent la planche des petits copains et même parfois ont des amis à qui ils rendent service.

Je ne suis pas certain qu'il fallait consacrer une heure d'émission à cela ; une brève du genre "Chez les matinautes" aurait suffit !
Bonjour,

Non seulement les auteurs du livre peinent à convaincre en ne jouant pas le jeu qu'il prétendent imposer au Canard, répondre précisément aux soupçons de collusion, mais de surcroit ils frôlent la mauvaise foi en prétendant que c'est Sarkozy que l'on a voulu protéger sur l'affaire des revenus privés.

Car enfin, si vous obtenez un scoop qui va mouillez une source qui est tellement proche du sujet qu'elle ne manquera pas d'être démasquée ( d'autant plus facilement lorsque l'homme incriminé dispose de tous les services de renseignement nécessaires ) , que faire ? Plomber cette source au détriments d'autres informations futures ou garder le truc au chaud jusqu'à ce que les soupçons soient dilués ? Les policiers et leurs informateurs n'agissent pas autrement. Si vous en lâchez un, vous les perdez tous.

Dans cette histoire, N.Beau l'a précisé, il a eu ses sources du ministère de l'économie provenant de déclarations fiscales ( où les dossiers de personnalités sont très surveillés et leur recel particulièrement dangereux sur le plan judiciaire ) et probablement du cabinet d'avocat de M.Sarkozy ou de la personne qui fait sa déclaration. C'est quand même périlleux. Et même sur le plan humain, balancer un mec dans la fosse au lions pour le simple plaisir de sortir un dossier c'est moche, ça peut nous emmerder en tant que citoyen mais c'est compréhensible.

Les rapports entre les journalistes et leurs sources sont forcément suspects puisqu'ils ne peuvent rester parfaitement neutres s'ils s'établissent durablement. C'est donnant-donnant. Après c'est une question de confiance qui ne peut s'établir que dans le temps, et pour cette raison je reste fidèle au Canard.
Qui peut le plus peut le moins .
Commme dans tous lesmédias même au Canard enchainé les manipulations vont bon train .
Selon les intérêts du moment, on fait l'info ou l'on la passe à la trappe ?
Savantes manipulations pour un journal qui se dit" satirique ".
Et cette fameuse page deux "réservée " aux politiques . Pourquoi au fait ?
Oui pourquoi?Si ce n'est l'un des journaux le plus riche ...voyez vous la cause et l'effet ?
Je me demandais aussi comment font- ils ,sans pub ;en payant au prix fort "les sources "
Dormez en paix bon peuple, le canard veille pour vous !
Cela dit très bonne émission sur les non dit, les dit 'on , vérité, les contres vérités etc ...etc...
Tout d'abord excellente émission! Merci Daniel de ne jamais mettre à l'aise vos invités, de réclamer des réponses à vos questions ou des justifications pour ne pas en donner.

1) Laske et Valdiguié affirment être victime de la théorie du complot (argument qui semble servir à toute les sauces puisqu'il est même apparu, comme un cheveux sur la soupe, dans les commentaires de l'article de Dan Israel), tout en précisant que le Canard fait peur! Là je ne sais plus qui ont accuse de complot.

2) Le refus manifeste de répondre à la question simple de Daniel sur ce que savait leur employeur ou leur éditeur est extrêmement frustrant. Est-ce que ce n'est pas le genre d'information que l'on peut présenter dans son CV pour entrer dans une rédaction? Ils auraient donc fait leur enquête et écrit ces 500 pages sur leur temps libre, sans empiéter sur leur travail au sein de leur rédaction respective? Un peu comme ces ministres cumulards qui trouvent tout même le temps de sortir un bouquin tout les deux ans et de faire sa promotion sur les plateaux télé.

3) Informer leur lecteur que sur certains sujets, le Canard Enchainé n'est pas tout à fait objectif, notamment dans le cas de l'affaire Dumas, c'est le rôle normal des autres rédactions. L'information de Roland Dumas avocat du Canard est sorti très tôt, et le "lecteur moyen" a pu alors lire le Canard en toute connaissance de cause. D'ailleurs c'est un procédé que le Canard utilise souvent dans sa page sur les médias, il précise régulièrement qui paye qui ou qui publie qui. En effet je pense que cette pratique doit être source de quelques inimitiés. Que le canard soit suspecté de "lever le pied" dans certaine affaire peut constituer un scoop. Que Paris-Match soit rarement soupçonné de faire du journaliste d'investigation n'en est pas un. Que libération ai faillit être le vrai journal de Carla B en la prenant comme rédactrice en chef fut pour moi une surprise et une déception.

4) Valdiguié, journaliste à Paris-Match (cherchez l'erreur), précise en conclusion que le Canard est un journal qui a des moyens et qui occupe une position où il pourrait faire beaucoup. Tout d'abord ces moyens ont été obtenu (pour ne pas dire accumulé comme il le sous-entend) en toute indépendance, le fait d'avoir un modèle économique indépendant des annonceurs est plutôt un gage d'objectivité. C'est pour cette même raison qu''ASI a choisit de fonctionner par abonnement. D'autre part, la position que Valdiguié se donne est celle du vieil ami, qui vous aiguillonne car il sait que vous êtes capable de faire beaucoup mieux que la médiocrité dans laquelle vous vous complaisez. Valdiguié est un fervent admirateur du Canard et c'est pour cela qu'il a écrit ce livre... Bon, là j'ai du mal à le croire.

Pour finir, merci pour cette émission, bien plus objective que l'article de Dan Israel (mais peut-être que j'avais pas tout compris). Elle a en tout cas la vertu première de rappeler que même le meilleur des journal doit être lu avec vigilance.
Cré milliards de loups-garous, s’attaquer au seul volatile libre de ce pays de veaux c’est quand même une étrange idée !

Car la France, plus que jamais, est une basse cour livrée aux manœuvres des bovins contre les oiseaux de passages…

“Ô les gens bien heureux Tout à coup dans l'espace
Si haut qu'ils semblent aller Lentement en grand vol
En forme de triangle Arrivent planent, et passent
Où vont ils? qui sont-ils ? Comme ils sont loin du sol

Regardez les passer, eux Ce sont les sauvages
Ils vont où leur désir Le veut par-dessus monts
Et bois, et mers, et vents Et loin des esclavages
L'air qu'ils boivent Ferait éclater vos poumons

Regardez les avant D'atteindre sa chimère
Plus d'un l'aile rompue Et du sang plein les yeux
Mourra. Ces pauvres gens Ont aussi femme et mère
Et savent les aimer Aussi bien que vous, mieux

Pour choyer cette femme Et nourrir cette mère
Ils pouvaient devenir Volailles comme vous
Mais ils sont avant tout Des fils de la chimère
Des assoiffés d'azur Des poètes des fous

Regardez les vieux coqs Jeune Oie édifiante
Rien de vous ne pourra monter aussi haut qu'eux
Rien de vous ne pourra monter aussi haut qu'eux
Et le peu qui viendra d'eux à vous
C'est leur fiente Les bourgeois sont troublés
De voir passer les gueux”


Georges Brassens

Puis-je avouer que je suis profondément désolé qu’@si juge utile de faire la pub d’un torchon anti-canard dont tout le monde se fout à l’unanimité ?

Naturellement je ne pense pas que le Canard soit parfait, ni exempt de tout reproche, et c’est tant mieux, cela rend ce volatile plus humain !

Mais il a quelques qualités rarissimes : Un humour décapant, pas de publicité (et l’indépendance qui va avec comme l’a si bien compris Daniel lors de la création d’@si) et surtout une impertinence appuyée sur des informations très vérifiées – ce qui suppose bien entendu de solides relations dans les milieux politiques ! Et ce qui permet accessoirement d’échapper aux procès en diffamation !

Mais soyons plus simple : tous les politiques rêvent de voir ce volatile enragé disparaître, ce serait tellement plus facile de mettre la main dans la caisse en son absence ! Demandez à Hervé et Clara Gaymard – parmi tant d’autres – ce qu’ils en pensent…

Participer à affaiblir ce minuscule îlot de liberté, déjà largement assiégé, est donc simplement indigne…

Par chance le Canard est riche et ses ennemis sont ruinés.

On peut donc espérer qu’il triomphera des roquets qui tentent misérablement de lui mordre les palmes avec leurs crocs cariés.

C’est en tout cas mon souhait le plus cher !

P.S. : j'achète le Canard en compagnie de Siné Hebdo (depuis 11 semaines) chaque mercredi en kiosque.

Le PG Express

***
Emission plutôt plaisante à suivre, mais on n'apprend pas grand chose sur la "cuisine interne" du Canard.

Quand Nicolas Beau affirme que Libération n'a pas non plus sorti le papier sur les revenues du cabinet d'avocats de Sarkozy, j'ai trouvé incroyable que Karl Laske n'ait pas été au courant.
De même Laurent Valdiguié qui a un moment croit comprendre que c'était pour protéger Nicolas Sarkozy -source lui-même-... Bien ridicule.

Au final, je resterai abonné à ASI, je continuerai à acheter le Canard Enchaîné toutes les semaines.. et pas le bouquin.

Beau s'en est bien sorti, dans un rôle pas évident: Expliquer en étant loyal à son ancienne "famille", alors que finalement il l'a quitté (en partie) pour une affaire de principe.
L’émission laisse supposer que les deux « journalistes » ont postulé au Canard et tous deux sont des postulants déçus. Pourtant le Canard apprend que Karl Laske a travaillé à sa rédaction entre 1986 et 1992 même s’il n’a pas eu une embauche définitive...
Le Canard dit même « Sa collaboration occasionnelle a pris fin dans des circonstances que nous laissons à l’intéressé le privilège de raconter ». Si je désapprouve ce non dit de la part du Canard, qui laisse penser toute forme de suspicions, j’aurais aimé justement connaître les raisons qui ont conduit à faire cesser cette collaboration. Jean
Volà, il y a certainement des codes et des non-dts sur @si, mais même s'ils aiment comme moi le Canard, ils n'hésitent pas à s'attaquer aux sujets potentiellement fâcheux.

Et franchement, ce qui ressort, c'est que le Canard est un clan, qu'il fonctionne à l'ancienne,
et que les journalistes travaillent autant sur la vérité que sur le non-dit, que finalement c'est un arbitrage permanent entre ce que je dis et ce que je dis pas.

Pour autant la fameuse "protection" de ses sources, condition de futurs bons tuyaux, est un peu difficile à avaler :
car si on suit le raisonnement, cela voudrait dire que le Canard n'a pas parlé de l'affaire des honoraires de Sarkozy entre les deux tours, persuadé que Sarkozy remporterait l'élection, qu'il fallait donc le ménager pour rester dans ses bonnes grâces ou celles de son entourage quand il serait président ?, ce qui serait étonnant, si on en se souvient que le Canard a soutenu Ségo, à moins qu'il ne faille comprendre que les vieux compères ont pratiqué l'antilangage, un soutien à Ségo versus la protection du candidat homme, en ne compromettant pas ses chances par la sortie d'un scoop ? A moins que le Canard n'ait tablé sur un Président meilleur vendeur pour les numéros du Canard qu'une Présidente qu'on n'aurait pas pu autant attaquer.

Bref le mystère reste entier, mais je sors de cette émission convainque de deux choses : la direction de Paris-Match a dû encourager le projet de son journaliste, sinon pourquoi se tairait-il ? Et le Canard a dû salement grenouiller sur cette affaire du scoop des honoraires de Sarko, mais la personnalité de Beau devrait être prise en considération, serait-il possible qu'on ait considéré au Canard l'info de Beau peu fiable et du'il ait fallu attendre des confirmations pour la sortir dans le dossier ?

http://anthropia.blogg.org
C'est marrant comme un plateau de "journalistes d'investigation" (par opposition a journalistes de quoi, d'ailleurs?) finit par faire fichtrement penser a un polar francais de serie B. On a la vieille ecole, avec ses indics, ses proteges, ses reseaux,etc... on a les jeunes loups qui pensent tout savoir mieux que les anciens, et a qui les anciens font finement remarquer que finalement eux aussi ils ont des sources, eux aussi protegent des interets qui les alimentent, etc... bizarrement le lien n'a pas ete fait avec les carnets d'Yves Bertrand, ce serait pourtant un debat interessant: finalement, une source, c'est qui et quoi? comment on fait pour etre sur de pas se faire enfumer? Pourquoi une info sur sarkozy que Beau cherchait depuis longtemps lui tombe-t-elle entre les mains entre les deux tours? Qui avait des infos a reveler sur le canard, et pourquoi?

Consensus sur le plateau: ce sont des questions de cuisine qui ne sont pas pertinentes, la vraie question est la pertinence des enquetes. Argument de flic ripoux, donc, ou de "famille" semi-maffieuse avec son propre code de l'honneur independant des lois. Dans le role de l'IGS, DS, pas naif au point de croire qu'on peut enqueter sans informateurs, mais qui n'a pas reussi cette fois a faire tomber la langue de bois ambiante.
Bonne émission, les amis : est ce que ASI à l'instar du canard, est une famille? et moi je suis qui la dedans?

J'ai aimé particulièement les gamelles respectives de Valdiguié et Laske : le premier sur l'information de son patron sur le bouquin, le deuxième sur le fait que le scooop ait été refusé par Libération : il dément en avoir été informé, mais cela transpire le mensonge...
A bientot

PS : Faites attention aux ASINautes svp : j'ai peur que l'arrivée sur Free et l'appelle au plus grand nombre,entraine notre délaissement et la perte du caractère Cosy!
Le livre publié sur le fonctionnement du Canard et dénonçant ses travers est aussi utile que le Canard lui-même.
Bon nombre de lecteurs assidus du Canard semblent découvrir sa véritable nature. Le commentaire de Corndog est l'un de ceux qui traduisent le mieux la situation : Tous ceux qui ont fait de la politique un de leurs centre d'intérêt savaient intuitivement que le Canard ne peut trouver des sources d'infos fiables que dans la sphère politique elle-même (pavé dans la marre : comment fait Le Monde à votre avis ?). Car c'est son fonds de commerce : des infos fiables sur le monde politique, dénonçant les dossiers moisis des réprésentants de ladite sphère politique. C'est même ce que vienne y chercher les lecteurs.
Maintenant, sa (prétenduement nouvelle) instrumentalisation est un faux procès.
Juste une question essentielle : quel serait l'objectif d'un camp politique à alimenter en infos le Canard, si les publications qui en découlent ne servaient pas leurs intérêts ?
De même, où le Canard irait-il chercher ses infos s'il se mettait à dos l'ensemble de la classe politique ?
Ceux qui pensent que la réponse serait "par l'enquète indépendante" oublient des exemples flagrants de ce qui est arrivé à ceux qui se sont essayés à l'exercice comme K. Zéro, D. Robert, mais aussi D. Schneiderman avec ASI télé (c'est ma vision perso); en bref, quand un journaliste touche à des choses qui fachent les puissants et que ses propres appuis le lachent, il est médiatiquement mort, donc réduit au silence, ce qui est certainement la pire chose qui peut lui arriver.
Quand Beau dit protéger ses sources, c'est aussi une manière de détournée de dire que ses sources se tariraient si la publication de dossiers génants était estimée malvenue par lesdites sources.
Il faut donc faire des choix : Travailler dans un cadre consensuel et se conformer à certaines exigences du terrain, quitte à renoncer à publier quelques dossiers, mais continuer à travailler tout de même avec la même rigueur sur d'autres, ou bien sortir des limites au risque de tout perdre.
Pour le lecteur (du Canard et d'autres), qu'est-ce qui est préférable ? Continuer à obtenir des informations fiables, quand bien même elles seraient "parrainées" à escient par un camp ou un autre, en sachant bien que l'impasse est faite sur d'autres sujet, ou bien perdre définitivement une plume qu'ils estimaient pour sa qualité ?
Je reste persuadé qu'il n'y a pas de réponse définitve à cette question.
Depuis la mise à disposition croissante du nouveau média qu'est internet pour les lecteurs, la donne a changé. Un nombre conséquent de lecteurs viennent chercher les infos sur les sites indépendants qui ont émergé, dont les plus connus sont tenus par des journalistes "renégats" de journaux ou hebdos à tirages nationaux.
C'est qu'il y a une demande !
Les lecteurs desdits médias traditionnels ne se sont plus reconnus ou n'ont plus trouvé les infos "indépendantes" qu'ils voulaient lire et ont basculé vers un autre type de média qui, pour l'instant, semble plus indépendant. Cela dit, il n'est ni sûr qu'il le demeure dans le temps, ni sûr que les médias traditionnels ne changent pas vers plus d'indépendance (on peut y croire...).

Une autre détail m'a interpelé au cours de cette émission, quant à l'affaire concernant Sarkozy pendant les élections de 2007.
Que voulons-nous dans ce pays ?
Quand on commente les campagnes électorales pour les présidentielles aux Etats-Unis, nous autres français bien-pensants sommes les premiers à dénoncer le fait que les médias américains fassent de l'info-poubelle sur les candidats à coup de révélations pourries. C'est vrai que ça nous paraît être autant de coups en dessous de la ceinture, qui ne relèvent pas le débat, on préfère s'attaquer aux personnes plutôt qu'aux idées et programmes développés etc... Nous réclamons par ce biais, une forme de noblesse dans les combats (ça doit dater d'Azincourt...;-)), et une élévation des débats politiques.
Mais là, dans ce cas précis, il aurait fallu faire une impasse déontologique... Surprenant, non ? Ce que nous réclamons aux autres appliquons-le d'abord à nous-même et tout ira mieux.

En conclusion, le bouquin canardant le Canard est peut-être mal informé sur certains sujets ou peut-être même piloté par des intérêts qui voudraient nuire au canard. Cependant, il a eu le mérite de soulever un débat qui me semble indispensable dans notre société française, sur l'indépendance des médias en général, et les sources d'informations utilisées par les uns et par les autres... Par principe, il vaut mieux être un lecteur averti que ce qu'il lit est potentiellement instruit par le camp adverse auquel vont ses accointances, qu'un lecteur "enfumé" par l'illusion que nous serions en train d'évoluer dans un monde dans lequel une certaine presse serait parfaite. Tout outil de communication doit être inspecté et démystifié, pour le plus grand bien de tous. C'est le concept d'ASI me semble-t-il .
Pour finir : LE CANARD EST ET RESTE UN HEBDO DE REFERENCE DANS CE PAYS, et c'est ce qui compte le plus.
J'ai relu les extraits du bouquin dans l'Express : la majeure partie des incriminations est basée sur "on dit que" "un pigiste nous dit", "il parait que", " tout le monde le sait", que de l'impersonnel, de l'imprécis. Ainsi de cette fameuse thésarde : d'après ce que j'ai compris, sa thèse a bien été publiée, mais avec des titres de chapitre différents.
Et quand bien même : est-ce parce que c'est une thèse que cela implique automatiquement une exactitude et un respect de la vérité sans contradiction possible ?
Quelqu'un a-t-il lu celle d'Elisabeth Tessier, qui lui permet de revendiquer le titre de docteur ?

J'ai vu l'émission : entre les cours de déontologie du baroudeur à chewing-gum (dans quel grand journal ? aaahh, Paris-Match, d'accord...) et les approximations et "ignorances" de Laske, ce n'est pas brillant. Le coup de ne pas savoir que le scoop avait aussi été proposé à Libé, et qui plus est à quelqu'un que connaît bien Laske (d'après Beau), me semble un peu gros. Travail mal fait ou mensonge ?
On a vraiment l'impression qu'aucun n'est convaincu par ce qu'il affirme, ni ne connaît son dossier. Quand on croît vraiment à ce qu'on doit défendre, on est autrement plus combatif, non ?
Mais bon, là, je suppose.

Pour résumer : le Canard, comme toute entreprise humaine, a des défauts. Ceux qui le lisent le savent, et lui en tiennent plus ou moins rigueur. Ceux qui ne le lisent pas peuvent se poser des questions avec ce pavé. Questions justifiées ? Ou doute insidieux qui frappera plus les esprits maintenant qu'il est dit qu'il pourrait y avoir anguille sous roche ?

Et, pour finir : de ces trois journaux, quel est celui qui reste indispensable en France : Paris-Match, Libé ou le Canard Enchaîné ?
J'ai comme une petite idée sur la réponse.

Ce qui ne veut pas dire qu'il doit être la seule source d'infos, pour autant.


edit fôtes
pas de vaches sacrées merci pour cette émission sur le canard que je continurais à lire.
Pour moi, le plus intéressant a été dévoilé par Nicolas Beau : c'est la priorité donnée à la préservation des sources. Cette explication est bien plus opérante qu'un supposé "sarkozysme" actuel (qui n'explique rien) pour comprendre le fonctionnement du journal.
Par ailleurs, comme lecteur du Canard, j'ai remarqué depuis longtemps que Claude Angeli se faisait le porte-voix des services de renseignement. La question est "qui se sert de qui?"
Parmi les autres défauts dont on n'a pas parlé, on pourrait citer l'attitude poujadiste du Canard par rapport à l'impôt.
MAIS : les lecteurs du Canard sont adultes en général, et capables de discernement. En ce qui me concerne, je n'échangerais pas mon Canard contre un baril de Libération (je ne parle pas de Paris-Match : il est question de presse).
J'espère pour eux que les deux auteurs du bouquin ne comptaient pas sur cette émission pour faire de la promo car, à mon avis, c'est un peu raté.
Au début du plateau, j'ai eu l'impression qu'ils en apprenaient plus sur le canard en écoutant les propos de Nicolas Beau que dans leur propre livre (à moins qu'ils ne l'aient pas encore lu ;)).
Cela dit, dommage que personne de chez le volatile ne soit venu, du coup j'ai réécouter l'interview d'Angeli (ce dangereux ex-communiste devenu sarkoziste) sur Inter cet été .
J'ai été étonné que DS s'étonne quand Beau parle de sympathie avec la classe politique, quand on consacre une page sur les "coulisses" de ce milieu, toutes les semaines et depuis si longtemps, cela me parait évident.
Je ne vois rien de choquant à critiquer les gens que l'on aime...Sinon gare à la perfection et l'uniformité. De plus il ne faut pas être grand clerc pour deviner que le Canard s'abreuve à différentes mares et devient débiteur des sources, ce qui a du entraver pas mal sa liberté d'expression (Voir chapitre précédent : R Dumas).

Je ne brandis pas la menace d'un non réabonnement...Mais SVP, pourriez vous être plus respectueux du droit d'expression de vos invités et leur laisser finir leurs phrases, de manière à nous laisser comprendre ce qu'ils veulent dire et ne pas avoir seulement une vision scheidermaniste, par ailleurs souvent fort pertinente. Mais la pertinence, c'est comme l'amour cela se partage...c'est d'ailleurs comme cela que l'on devient échangiste ( à lire au premier degré : pratiquer l'échange).
Ce sont des esprits intelligents, c'est assez jouissif pour le spectacteur. Cela ne les empêche pas d'être gênés. Je suis surpris par le sobre brio de Daniel. Mais n'enfonce-t-on pas des portes ouvertes ? Il me semble qu'une confusion (un glissement ?) existe entre journalisme politique et journalisme d'investigation. Une forme d'idéal (la ligne éditoriale de Daniel ?) voudrait que ces deux formes de journalismes ne se mélangent pas. Pourtant, il (me) semble aussi que cet idéal n'ait jamais trouvé d'écho durable où que ce soit. Donc c'est intéressant !?
Ce qu'arrive à démontrer les invités, chacuns à leur manière, c'est que finalement le Canard ne se distingue pas vraiment des autres journaux, qu'il se soumet aux mêmes contraintes et que finalement il ne mérite pas tant que ça son statut sauverain.
L'omerta qui l'entoure ne cherchant qu'à perpétuait cette proclamation, "Le Canard, c'est le meilleur, cochon qui s'en dédit. "
Et bien cette émission ne m'a rien appris. Creuse, du vent, nada. DS parle à la place de tout le monde. Il commence franchement à m'énerver avec ses petits airs ironiques et son approche de Monsieur je sais déjà tout. C'est vrai, je suis chatouilleuse lorsqu'il est question du canard mais tout de même. Ceux qui s'attendait à du lourd en sont pour leurs frais, tant mieux!
Une assez bonne émission où @si a fait moins de l'arrêt sur image que de l'arrêt sur parole. Il semble si difficile pour tant d'adultes de répondre aux questions posées le plus simplement du monde par M.Schneidermann, qui arrive parfois néanmoins à les faire parler sur le non-dit du dit.

Je pose quelques questions auxquelles je n'ai pas de réponses : Depuis quand les journalistes écrivent-ils des livres sur leurs confrères? Quel en est le sens? Quelle est l'histoire de la critique des médias?

Je propose un petit coup de loupe sur un fragment, récemment déterré du fond des âges par l'actualité de la parution du livre sur le Canard, qui nous rappelle que rien (ou presque) n'est nouveau sous le soleil...
http://www.photo.rmn.fr/cf/htm/CSearchZ.aspx?o=&Total=457&FP=7844221&E=2K1KTS9UQPB4&SID=2K1KTS9UQPB4&New=T&Pic=65&SubE=2C6NU0IKFCW9
Débat animé ! L'effet télé ?
Bravo pour le casting: J'ai cru voir les Pieds nickelés.
Le bouquin n'a pas l'air de casser ... trois pattes à un canard ( désolé, il fallait bien que qqlqu'un la fasse )
Magnifique émission, je me suis pas ennuyé une seconde. J'adore le Canard, j'y était abonné pendant des années. Je suis très heureux de cette polémique. Ces révélations viennent comme des vérités qu'on connaissait et qu'on partageait. J'ai été très touché par les airs gênés de M Nicolas Beau, parce que pendant des années j'ai partagé la même schizophrénie. . Je pense ne pas être le seul lecteur du Canard qui refusais de voir la poutre que j'avais dans l'œil, mais qui au fond savait. Mais un journal ça doit être meilleur que ses lecteurs, donc c'est très sain de taper sur ses idoles, je suis convaincu que ça les rend meilleurs.
Ca vallait l coup de se coucher tard!

Pareil.
Mais, là, grosse fatigue...
Ben voila, avec le ptiti pb de mise en ligne de l'emission, je viens de finir a 02 00 du mat ... je peux m'en prendre qu a moi, ASI addict
Ca va etre sympa demain!

Tres bonne emission au passage! Ca vallait l coup de se coucher tard!
Peut-être, surement même, comme le relate DS, appartiens-je à la catégorie "touche pas à mon Canard" mais franchement après voir vu l'émission, je constate de la part des auteurs du livre une absence manifeste d'arguments convaincants sur leur démarche, un vide abyssal d'éléments déterminants à l'appui d'une thèse quelconque.... qui provoquent, j'ose l'écrire, un sentiment de malaise dont la conséquence est totalement contre productive et me ferais me ranger dans les partisans de la théorie du complot. Et pourtant on aimerait s'en défendre dans la pananoïa ambiante. Brrrrrrr, en fin de compte, ce procès à charge me semble dénué de tout intérêt et pour tout dire nauséabond.
non belle emission; daniel toujours tres sur de lui comme si il n'avait rien a se reprocher; tout le monde a des secrets et le journalisme effectivement c'est un equilibre; ils ne disent pas tout, c'est évident et pas plus au canard qu'ailleurs; moi le canard y a longtemps que je suis assez déçu et que je le trouve fade; donc cette contestation du canard ne me choque pas sauf que laske et valdiguié sont des jaloux , qui n'ont pas ete accepté par le canard et qui se vengent assez facilement; libé et paris match c quand meme pire que le canard! et moi je crois beau sur les comptes de chirac meme si ca peut etre une manip sarkozienne pour salir chirac; chirac a quand meme une fondation; je sais pas vous mais les fondations ca fait maffieux pour moi
Vous avez promis en début d'émission de faire part des avis des @sinautesdu forum. Je me trompe peut-être , mais je n'ai rien entendu de tel. Quelqu'un peut me renseigner?
DS, bravo pour votre pugnacité.Vous avez toujours été un des rares intervieweurs audiovisuels à ne pas lâcher le morceau quand les invités ne veulent pas répondre. Malgré tout, Laurent Valdiguié et Karl Laske ont réussi le tour de force à ne pas répondre et à passer à côté de la promo de leur livre. Les seules choses intéressantes sont sorties de la bouche de Nicolas Beau.

Effectivement, on sent comme une tension dans l'air - surtout avec le look et le regard de tueur de LV :-). Malgré les cadrages parfois approximatifs et les flous (qui donnent d'ailleurs un charme "radio libre" à l'émission), les attitudes, les bras croisés, les sourires entendus, les verres auxquel on s'accroche en ont souvent dit plus long que les mots, ici beaucoup plus qu'ailleurs.

Je reste complètement sur ma faim : les deux auteurs n'ont rien dit de plus que ce qu''un lecteur assidu du Canard peut comprendre tout seul. Je me suis même demandé parfois si c'était vraiment eux qui avaient mené l'enquête tant ils hésitaient souvent. Ils ont vraiment mauvaise mémoire...

Nicolas Beau fut pathétiquement bon. Heureusement qu'il était là.

Bon, je garde mon abonnement. (De toutes façons je ne vous aurais pas largué - je ne loupe pas une émission depuis 12 ans et je grattais tout ce que pouvais de gratuit jusqu'à mon abonnement d'avant-hier).
La banderille finale de DS (74ème minute) est sublime ;

un véritable massacre!!

A la place de Valdiguié, j'aurais creusé un trou...
Emission très eclairante. Merci. Je n'aurai jamais imaginé ça du canard et étant donné l'air particulièrement mal à l'aise de M. BEAU je crois que mon regard sur le canard va totalement changer. J'imaginais pas qu'un tel journal, qui paraît particulièrement revendicatif au premier abord et qui nous laisse penser qu'il est l'un des derniers garant d'une info juste, pourrait être en fait un réel outil de manipulation à la botte du pouvoir. En tout les cas, l'une des premières choses que je ferais demain, sera d'acheter le livre.
deux remarques sur cette bonne émission
- comme Purle Haze, j'ai bien aimé la tirade de la "théorie du complot" répétée à l'envi sur le plateau, c'est rigolo cette façon de s'enferrer dans la langue de bois pour des journalistes d'investigation. Dites, le rainbow warrior c'est juste une théorie ou c'était un complot des services secrets français ?
"théorie du complot" c'est un mot valise dans lequel on met tout ce dont on ne veut pas parler, il serait temps de changer de vocabulaire pour avoir l'air crédible messieurs de Match et Libé ...

- l'histoire du Canard familial ça m'a rappelé les grandes tirades de Laurence Parisot sur la caisse noire de l'UIMM, et le secret de famille que "tout le monde savait inconsciemment".
Alors, les journalistes savent tout mais ne balancent que ce que les responsables politiques sont prêts à entendre ? tu parles de journalisme d'investigation !
Nicolas Beau a au moins le mérite de lâcher le morceau un peu à contrecœur.
Merci Nicolas, et Bakchich c'est un pied de nez sympa au Canard, quoi qu'en pense ce bon Philippe Val, oups, encore un euro pour la caisse de Siné Hebdo...
Après deux émission aux thèmes inintéressants et aux invités de seconde zone que je n'ai même pas regardés, une bonne émission que voici avec un Daniel en grande forme.
DS semble très fier de répliquer à Nicolas Beau qu'à la rédaction d'ASI, il n'y a pas de non-dits et pas de codes.

Pas de codes, vraiment ? Alors, ça veut dire quoi le soupir de Judith dans sa dernière chronique : " Le hasard, en ces lieux, s'appelle le Capitaine" ?
Très bonne émission que celle-ci, car on y sent parfaitement le climat de tension qui règne au-dessus de cette affaire.
J'ai vraiment été surpris par le témoignage de Nicolas Beau, et surtout du champ lexical qu'il emploie pour parler de son expérience au sein de la rédaction du Canard. Suis-je le seul à avoir associé les mots "famille", "ça reste en famille", "on a des codes, des non-dits" avec le vocabulaire de la mafia ? Sans vouloir faire du Canard une tyrannie (et loin de là), j'ai tout simplement été grandement étonné par l'ambiance d'omerta qui semble régner dans leur rédaction. Je n'étais pas conscient de cet aspect là du Canard (l'anecdote de cette pauvre thésarde privée de sujet au moment de soutenir m'a particulièrement choqué ! Est-ce là une affaire connue ?).
Quand à l'ouvrage Le vrai Canard, il me parait évidemment difficile d'accuser ce journal d'avoir des accointances avec le clan sarkoziste.
En revanche, pour ce qui est de la période Mitterrand, il me semble clair que Nicolas Beau répond parfaitement à la question et ne cache pas les réserves du journal à l'époque.
Très bonne émission donc, et qui risque de faire pas mal parler.
au delà de la polémique sur le livre, cette émission montre le déplorable état de santé de la presse en France. Il n'était question, comme l'a justement remarqué DS, que de non-dit, de sous-entendu, et autre de devoir de réserve.
Réponses gênées pour des journalistes qui se prétendent indépendants et vérités simplement justifiées par des tournures stylistiques ( la meilleure étant le fameux: "c'est bien connu sur la place de paris..." ou "...on sait tous que...").
Les trois journalistes interrogés nous ont offert une pathétique démonstration de ce qu'est l'état d'esprit des journalistes français à l'heure actuelle.
c'est triste.
A la question de Daniel : je me demande ce que les abonnés vont penser de l'émission?

En vrac,

On ne dit pas devant des milliers d'abonnés que la journaliste s'est acheté du fond de teint, ça manque terriblement de classe

Même si j'apprécie énormément que lorsque sur le plateau un invité évoque un événement passé, vous demandiez d'expliquer en deux mots à quoi cela renvoie (surtout qu'ailleurs les journalistes et cie ont plutôt tendance à faire des références rapides, qui, si on ne connait pas de quoi il s'agit, nous laissent perplexes, le tout souvent arrosé de connivence), ça devient très lourdingue le "pour nos jeunes abonnés", "sisi, je vous assure pour nos jeunes abonnés", parce que je ne suis d'abord pas sure que vos abonnés soient si jeunes, qu'est ce qui vous permet de le dire? et puis, c'est pas parce qu'on est jeune qu'on est inculte, et inversement...les événements, on apprend leur existence pas forcément parce qu'on est contemporain de leur déroulement mais aussi et surtout par les supports qui en traitent (livre, manuel, documentaire, et je vais même vous surprendre c'est aussi pour cela que le vendredi soir on regarde @si plutôt que la star ac(une abonnée qui se fait de moins en moins jeune )

Et puis sur le plateau en lui même, on sent effectivement des non dits, des gênes sur le plateau, qui n'en sont pas moins informatifs......c'est intéressant, même si ça traîne un peu, vos invités ayant le chic pour ne pas répondre à vos questions ou à répondre à côté, d'où la nécessité de la reposer trois fois....ça demande du temps. (et de l'énergie pour DS j'imagine)
et ça manque un peu d'images, en même temps, parlant d'un journal, c'est assez difficile. peut être que vous auriez pu essayer de faire le bilan des interventions TVde membres du Canard pour illustrer peut etre la question de l'opacité du journal (un doute, peut être l'avez vous fait dans l'article sur le canard précédent l'émission?
Les choses les plus intéressantes ont, à mon avis, été dites par Nicolas Beau. On a entendu, lu, Karl Laske et Laurent Valdiguié, un peu partout, depuis près d'une semaine, et ils répètent inlassablement la même chose, notamment cette fameuse "théorie du complot", mais passons...

Dommage que vous n'ayez pas relevé cette petite contradiction de Nicolas Beau que j'avais signalée dans le forum de l'observatoire (discutable et discuté) de Dan Israel. Interrogé lors d'un tchat sur le site forum.nouvelobs.com, il affirmait, en réponse à la question «Avez-vous déjà été censuré au Canard ?», «Heureusement non.». La suite de sa réponse est plus intéressant et éclaire la position qu'il a tenue aujourd'hui. Il écrivait ainsi : «Par ailleurs, nous avons souvent au Canard comme ailleurs des débats sur les sources. Que faut il faire quand on apprend qu´une bonne source d´information a passé une ligne jaune ? Faut-il l´écrire quand même au risque de perdre sa confiance ? Ce débat, tous les journalistes le rencontrent un jour ou l´autre. Et il faut savoir sacrifier une source d´information si cette source a tué père et mère. En cas de péché véniel, ça se discute...» Cela corrobore tout à fait son propos tenu lors de cette émission. Et j'ai la sensation qu'il n'a pas tout dit au sujet de ce passage à la trappe par la direction de sa révélation sur les gains de Nicolas Sarkozy via son cabinet d'avocat, fait "immoral" mais pas "véniel", exactement le même terme utilisé sur le plateau.

Malgré ce petit péché (pas véniel) de Nicolas Beau, j'ai beaucoup de respect pour ce journaliste, qui sait se montrer modeste et juste. Forcément, 12 ans au Canard enchaîné, ça vous marque un homme.
Il se défend très mal le Valdiguié ; à tel point que c'en est risible.

Je suis totalement d'accord avec Purple Haze : le coup de la théorie du complot, c'est assez grotesque quand on a soi-même écrit un pavé de 500 pages rempli de théories du complot les plus improbables les unes que les autres.

Finalement, les dirigeants du Canard ont bien fait de ne pas venir : les auteurs du bouquin se ridiculisent tout seuls...

J'attends impatiemment de lire le prochain numéro du canard, on va bien se marrer, une fois de plus!

Enfin, se faire donner des leçons de journalisme par un mec de Paris Match, décidément, y'en a qui osent tout!
(c'est d'ailleurs à ça qu'on les reconnaît...)
comme beaucoup je crois qu'il ne faut pas taper sur le canard. Le canard reste d'utilité publique, même imparfait il reste un des rares ilôts d'information authentique. Il ne nous dit pas tout? Mais ce qu'il nous dit est-il exact? n'est-ce pas ce qui compte le plus?
vite la suiiiiiiiite!!
Le debut de l emission est assez comique. Les auteurs ce defendent en disant que ceux qui les critiques sont motives par "la theorie" du complot, mais leur propre livre ne parle pas de la meme chose ? il accuse le canard de manipuler leurs lecteurs pour Sarko, mais la pas de thoerie du complot, c est du journalisme d investigation, mais quand leurs critiques les accusent de la meme chose, a savoir etre utilise par Sarko via lagardere pour faire couler le canard, LA c est la theorie du complot ! J A D O R E !

Ca devient vraiment ridicule ce terme theorie du complot, mais j invite les journalistes a continuer dans ce sens, ca devient tellement du n importe quoi avec ce terme que ca les exposent encore plus dans leurs mediocrites, quelque soit la veracite de leurs travails, ou non.
J adore egalement Daniel qui dit qu il est la pour demonter la theorie du complot avec le journaliste. Ah bon ? je croyais qu il etait la pour trier le vrai du faux, un peu maladroit pour formuler vos questions cher Daniel, meme si j apprecis votre tenacite.
Ca y est ça tourne!!

(heureusement, parce que je deviens irritable quand j'ai pas mon @si le vendredi ; d'ailleurs c'est valable aussi quand j'ai pas mon canard le mercredi...)
Ouf ! sauvé ! merci !
Bonsoir,

Nous sommes vraiment désolés pour le contretemps.
C'est réparé, l'intégrale du "canard épinglé" est enfin en ligne !

Dès que disponibles, les actes seront également ajoutés à l'article.

Merci de votre patience,

Julie - @si


PS : @ Robert, c'est seulement lundi soir que l'émission sera sur free...
[large]Woué! C'est réparé! Merci![/large] (bon, j'ai pas eu le temps de charger toute l"émission pour vérifier, mais le générique annonce que c'est sur le Canard...)

@sinautes, actualisez la page, et, théoriquement, tout ira bien.
Je ne suis pas encore un abonné Free !
C'est con ce qui m'arrive !
Privé d'@si le vendredi.... C'est la faute de Free !????
Ca commence bien! l'emission ce soir est seulement sur free!
Bonsoir,
tant pis pour la vidéo, on attendra ...
un embouteillage sur Dailymotion ... quand vous aurez plus d'abonnés, vous aurez des serveurs de streaming indépendants aussi ?
à bientôt !
Saperlipopette, c'est l'émission de la semaine dernière !! MiniBush est-il passé par là ???
J'ai trouvé la défense du Canard (inhabituellement longue il est vrai) assez convaincante. Surtout, je me souviens que l'hebdo a clairement pris position pour Royal entre les deux tours, ça vaut le coup d'être rappelé non ?

Peut-être que l'enquête de Nicolas Beau n'était pas si béton, pour avoir aussi été laissée de côté, à ce moment, par Libération ?
Damned!

C'est l'émission de la semaine dernière!

Je vais pas pouvoir me regarder @asi comme chaque vendredi, je suis dégoûté!

J'espère que le problème sera réglé au plus vite
On sent en effet que vous avez une grosse hésitation à révéler les dessous du "canard"
l'émission en ligne est celle de la semaine précédente.

Simple erreur technique ou lapsus révélateur?

En tout cas, pour le moment, le "scoop" est toujours enterré ...
Stupeur en regardant l'acte I
Vous aussi vous avez joué à la caméra cachée, vous ne nous l'aviez pas rappelé quand le sujet a été abordé.
Shocking! (puisqu'aujourd'hui c'est en VO)
Bon ben, puisqu'on a droit pour l'instant qu'au premier acte, juste une petite remarque : Sophie n'a pas besoin de fond de teint pour mettre en valeur son charme naturel.
Voilà, c'est dit.
L'émission qui est présentée dans le sujet et celle de la semaine dernière (dont la qualité du son était par ailleurs assez pénible à écouter). Héhé, je sens que je vais pas pouvoir voir l'émission moi du coup !


Edition : j'arrive en retard. ^^
Oui. Effectivement, vous avez publié l'émission de la semaine dernière.
Alors c'est sans doute du a "l'embouteillage "sur daily-motion mais la video integrale n'est celle du sujet. c'est la video de la semaine derniere sur Darcos et le flicage des profs..
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.