13
Commentaires

Opération Sangaris en RCA : le spot de l'armée qui cache mal la forêt des scandales

Les propagandistes ont eu la mémoire sélective. Alors que le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian vient d'annoncer que l'opération Sangaris (en Centrafrique) prendrait fin en 2016, l'armée tente de vanter son bilan sur place à travers un clip d'une minute trente. Une opération de promotion qui ne dit rien de la logistique défaillante de l'opération ni, plus grave, des accusations de viols et d'exploitation sexuelle qui visent les soldats français. En visite aux Etats-Unis, François Hollande a estimé que "l'honneur de la France serait engagé" si ces accusations étaient confirmées.

Derniers commentaires

C'est dingue l'inhumanité de certains militaires !

Pas étonnant que certains aiment tuer par plaisir et non juste pour de l'argent !
@Justine Brabant, je suis très perplexe, pour ne pas dire déçu.
On parle d'intervention dans un pays au bord de la guerre civile, où des massacres commencent, où manifestement l'insécurité est à un niveau qu'on aurait du mal à imaginer ici en France, et on a une armée française qui malgré ses torts passés et présents fait plutôt preuve de transparence, laissant travailler les journalistes, ne cherchant pas à étouffer les scandales comme celui des soldats pédophiles, et ne cache pas que le pays est en cours de reconstruction et pacification, que tout n'est pas gagné - comme le disent les phrases qui accompagnent les cartes et qui font état de processus : "poursuivre la sécurisation" cela veut bien dire, en français, que la sécurisation n'est pas achevée, qu'elle est en cours. On aurait pu préférer une formule comme "la sécurisation n'est pas encore acquise" : mais c'est un clip de l'armée, pas un reportage journalistique.

Bien sûr, la forme du clip est risible, un pauvre trailer de jeu vidéo, les valeurs de la république y sont très maladroitement exposées, en regard des réalités sur le terrain. Mais, encore une fois, comme le dit le journaliste de RFI Olivier Fourt dont l'article est cité (mais pas cette phrase) : "Sangaris aura permis de faire cesser les massacres, mais pas l'insécurité." Ce n'est pas rien !

Du coup, parler de "propagande" sans autre précision, et ramener ainsi cette communication de l'armée française sur une opération délicate et à moitié bien menée (disent, encore une fois, les journalistes spécialisés) à d'autres comme celle de la coalition US dans la 1ère Guerre du Golfe (black out sur les pertes de civils irakiens, etc.), ou plus récemment de la Russie de Poutine en Syrie (ou en Ukraine, mais là on n'a aucune image de soldats russes à la télé et sur les canaux officiels), me paraît très contestable.
Quand je vois les discours de Le Drian et d'Hollande sur ces opérations de maintien de la paix. Quand je vois qu'au final le président se déplace avec une cohorte de chef d'entreprise pour négocier le soutien militaire contre des contrats agroalimentaires. Quand je vois ces spots télé, ces affiches géantes dans le métro de Paris. Quand je vois l'invention d'un contexte de guerre sur le sol national après 2 attentats. Quand je vois la récupération des attentats de Belgique. Quand je vois la légitimisation de l'état d'urgence par des déclarations faussées de découverte de cache d'arme.

Je me dis qu'Hollande est un vrai Gauliste, car il a la propagande dans le sang. Et comme son idole, il prétend avoir compris les Français. Mais il ne comprend rien....
Bon, ça ne me plaît pas trop de jouer les délateurs mais, à la page
http://www.rfi.fr/emission/20160402-brabant-journaliste-chercheuse-enquete-reportage-kivu-guerre-finira

il est écrit, je cite :
[quote=RI Une semaine d'actualité]
L'invité d'Une semaine d'actualité est Justine Brabant, journaliste, chercheuse.
Elle a écrit un livre qui est à la fois un long reportage et une enquête sur la région du Kivu, à l'Est de la RDC.
Son ouvrage est intitulé « Qu'on nous laisse combattre et la guerre finira ». Il est publié aux éditions La Découverte.

Il se trouve que j'ai écouté l'émission qui m'a donné l'envie d'en savoir plus en lisant le livre.

Alors, Mme Justine, vous pourriez citer vos sources ;-)
"Première affirmation du clip : "Face au chaos général, la France agit immédiatement""
Avec distribution de préservatifs pour les soldats et les chiens?
J'ai écouté sur RFI une émission où une journaliste racontait assez bien ce qu'il se passait en Afrique. Elle aurait même écrit un livre là dessus, pas un livre d'universitaire mais d'après ses constatations sur le terrain.
Le nom et la voix de cette personne me dise quelque chose...
Une idée peut être ?
Parce que l'on n’appâte pas les @sinautes sans leur donner une matière plus substantielle pour réfléchir, se dénoncer est parfois un devoir d'information!
Nous reconnaissons bien là, comme auraient pu le dire le regretté Thierry Roland ou le bienveillant Patrick Montel, l'ingratitude de nos amis africains, décidément de grands enfants toujours prompts à mordre la main qu'on leur tend sans faire l'effort de reconnaître l'apport décisif de notre civilisation et de ses plus vaillants serviteurs.

Certes, on peut admettre qu'il y a eu quelques petits débordements mais dans ce cas pourquoi venir nous chercher pour assurer la sécurité et l'ordre dans des pays troubles où les règles démocratiques sont bafouées chaque jour davantage.

La période est à la remise en question permanente des institutions qui sont à la base de notre société et cela devient pénible.
L'église, l'armée, la police, cela devient plus que lassant.

Il sera temps de se ressaisir et de soutenir les cadres de la République et tout ce qui constitue les bases de notre société judéo-chrétienne, qui , rappelons le , a apporté la lumière et la connaissance à des peuples qui étaient et restent d'ailleurs à la traîne du développement .
Que serions nous sans le moine et le soldat ?
Une sentence à méditer, notamment pour les enseignants qui s'apprêtent à enseigner de nouveaux programmes en histoire dès la rentrée 2016.
super article. Merci beaucoup.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.