44
Commentaires

"On va faire un fichier recensant les cadeaux aux parlementaires"

Les parlementaires sont-ils réconciliés avec Internet ? Après les escarmouches contre la Toile ayant marqué la période sarkozyste, l'alternance politique, et l'arrivée de députés plus jeunes, ont-ils facilité une meilleure compréhension d'Internet par les élus ? De l'usage de Twitter, au choix de logiciels libres pour équiper les ordinateurs de l'Assemblée, notre émission, élaborée avec PCINpact, passe en revue les points de fracture (et de rapprochement) entre les élus, et le monde mystérieux de la Toile.

Derniers commentaires

C'est par ici. Avec en particulier le référencement impossible pour les moteurs de recherche.
Benjamin Ooghe-Tabanou nous explique qu'Excel n'est pas un support possible pour diffuser de l'open data.
Mais je ne comprends pas pourquoi : Open Office travaille très bien avec des fichiers Excel, non ?
Ou est-ce un problème de licence ?

Merci pour vos lumières.
Génial ce clin d'oeil au visiophone de Fogiel !
(désolé si quelqu'un a déjà fait la blague, j'ai pas lu tous les coms, j'avoue...)
Salut chez @si,

Une petite news, vu l'utilisation dans les diverses émissions de Skype.
Il semble qu'en décembre 2013, Microsoft aura mis à jour Skype (en enlevant la Skype API), ce qui aura pour conséquence l'impossibilité (définitive) d'enregistrer ce qui en sort.
À bon entendeur...
(un conseil, désactivez toute mise à jour automatique de Skype, mais ce ne sera qu'un pis-aller, et temporaire)
Voilà le tant attendu documentaire sur les BigBrother des Internets mondiaux. Remarqué et primé, TACMA (Terms And Conditions May Apply) est disponible sur Vimeo On Demand: http://vimeo.com/ondemand/termsandconditions

Un partenariat de distribution ? Une émission ?
J'ai aussi arrêté l'émission sur la forme (son, image…) c'est insupportable ! Dommage
Concernant l'accès aux données publiques : j'apporte ma pierre en mentionnant que dans mon domaine également il est très difficile d'accéder aux données de l'administration. Les réactions vont d'une absence totale de réponse à "mes pourquoi voulez-vous accéder à _nos_ données ?" Le plus inquiétant étant cette dernière réponse, parce que, que je sache, ces données n'appartiennent pas à l'administration. Elles ont été payées par de l'argent public et appartiennent donc à tous les citoyens. Mais bon, mentionner cet argument nous vaut la plupart du temps (au mieux) que réactions interloquées et moqueries.
Il ne sert à rien de dénoncer le LOW COST dans Arrêt sur Image... mais dans le même temps nous proposer une émission digne du département audiovisuel de la 5 ème D du Lycée Jean Girault de Connerré - Beillé (Sarthe).
L' esclave habituel chargé de la réalisation a refusé l' offre qui iui a été faite de bosser pour rien ou presque rien ? Combien d' intermittents du spectacle ont-ils refusés l' offre d' emploi qui leur a été faite ? Il est temps d' engager de vrais professionnels de la réalisation audiovisuelle... au vrai prix du marché !
J'ai arrêté l'émission qui pourtant m’intéressait au bout de 10 minutes à cause de la qualité catastrophique du son. C'est franchement insupportable.

Et ça fait pitié. Avec un logiciel comme Open Broadcaster Software (OBS - http://obsproject.com/) qui est totalement gratuit, on fait 10 fois mieux que cela. Lâchez les mac les gars !

Qu'un magazine informatique comme PCInpact soit infoutu de régler les contraintes techniques qu'imposent une diffusion en streaming ne donne pas une très grande confiance sur leur contenu rédactionnel. Même les youtubeurs qui passent leur soirée à se diffuser en direct en train de jouer à des jeux ont une qualité de diffusion autrement meilleure.

Arrêt Sur Image ne se rends pas service en laissant passer cela.


Ne reprenez l'émission que lorsque vous serez capable de la réaliser dans de bonnes conditions techniques.
aller voir mon député !!!!!!!
mon député c'est S.: pour le voir il faut un certain temps:
c'est un cumulard;
en + d'autres sujets l'intéressent beaucoup + !
Nous sommes sur un forum et pas sur twitter, le nombre de caractère n'est pas limité. :-)
Pour le reste je pense que beaucoup de députés sont dans la même situation.
Je suis curieux de savoir quel logiciel a été utilisé pour cette "visioconférence".

Quelqu'un a une idée ?
Pour info, il est possible de connaitre un peu internet et de ne pas aimer Ubuntu..Je n'aime pas trop cette association qui a été faite "logiciel libre" = "Axe du bien absolu contre Microsoft représentant le grand méchant". On sort rapidement de la connaissance et de l'analyse pour rentrer dans l'idéologie.

Cette émission laisse une impression de "on parle entre nous de choses que l'on connait" et vraiment pas de rigueur... Sans compter qu'à la fin, on ne sait toujours pas comment "hacker le parlement". Objectif un peu prétentieux pour un café du commerce entre geeks.
Moi j'ai eu une bonne réception. J'ai trouvé l'effet visuel assez moche, mais à part ça, j'ai suivi sans problème.

Et effectivement, beaucoup de sujets. J'en saisis un au vol.
A propos du fait que les administrations rechignent à se mettre à l'OpenData alors que ça ferait des économies substantielles.

J'appartiens à une grosse administration qui compte plus de 100 000 personnes. Nous sommes sur informatique de uregrande enverg depuis une vingtaine d'années. Nous sommes relativement bien organisés pour des changements en continu et pour une réformite aigüe qui parait-il simplifie les choses mais de fait les complexifie en accéléré.

Il y a deux trois ans, on a décidé au plus haut niveau de nous mettre sur OpenOffice. On nous les a installés et la formation a suivi.
Dans mon service de 13 personnes, un traitement de textes et un tableur sont les principaux supports, même si nous avons accès à un internet foisonnant et parfois indéchiffrable vu le nombre de données qui y circulent s'étant accumulées depuis 20 ans.

En tant que gestionnaire informatique du service, qui de plus utilise OpenOffice chez moi, j'ai persuadé mes collègues d'arrêter Word et Excel et de se mettre à l'Open. Je les dépannais s'il y avait besoin; Ils regimbaient mais ça venait tout doucement.
Puis on nous a annoncé qu'on allait conserver Word et Excel parce que pour transférer les fichiers par courriel, de toutes façons, on en avait besoin, et il semble que des services ne s'y étaient pas mis. On n'en a pas su plus.
Un mois plus tard, tout le monde s'était remis à Word. Sauf moi, qui avais de très bonnes raisons d'y rester.
Mais en même temps, je les comprends, ils avaient souffert dessus pendant vingt ans. A quoi servait de se prendre la tête si on pouvait faire autrement ?

Les administrations, ce sont des trucs très lourds, quand il faut changer, il faut enclencher à tous les niveaux des processus, et si on en oublie un, ça ne marche pas très bien. Et tout cela s'est complexifié à l'excès ces dernières années, et c'est parti dans tous les sens. Et je ne suis pas sûre que quelqu'un maîtrise l'ensemble. En tout cas, pour maîtriser, il faudrait écouter les soutiers, et ça c'est trop dur.
Cette émission est un plagiat des moyens de communication de la RDA : images et sons digne d'une vieille lada.
Collaborer, partager, communiquer n'est pas dans les habitudes de travail en France. En France, c'est la centralisation, la hiérarchie, l'écrit. Par exemple, Facebook ou Twitter c'est de l'écrit communiquant, un écrit qui n'a pas de valeur solennel. Pourtant on donne très souvent un caractère solennel à ces messages courts dans les médias. D'autre part, les groupes de pression (les lobbies) sont plutôt mal perçus dans la démocratie en France, pourtant ces organisations sont courantes et nombreuses à l'Assemblée nationale et au Parlement européen. Si les outils du web n'existaient pas, personnellement je n'aurait pas pris conscience de leur forte implication dans la conception des lois et réglements. Et d'autre part, la traduction inappropriée des termes anglophones ne permet pas de mieux comprendre comment fonctionnent les outils du web. "social network" ne correspond pas à "réseau social" - "digital" ne correspond pas à "digital". Pas étonnant donc que les députés utilisent mal ou pas du tout les outils du web. Mais les choses changent avec l'usage et avec le temps. Enfin je crois.
Bonsoir,
c’est dommage, je n’arrive pas à suivre le 14h42 à cause de la faible qualité sonore.
Beaucoup trop de bruits parasites, j’ai mis sur «arrêt», puis «stop».
:-(
qu'on cesse de considérer qu'à 60 ans on est ignare
je suis en retraite et j'ai toujours travaillé avec l'informatique m^eme pendant mes études !
si les élus ne connaissent pas les dossiers c'est qu'il ne les bossent pas; peut être ont-ils trop de mandats?
ça donne le texte "Amazon" qui aboutit à augmenter les prix et les marges d'Amazon de cinq points.
lire la passionnante analyse d'Olivier Berruyer
http://www.les-crises.fr/
Emission très intéressante, même si la durée est plutôt courte pour un tel sujet.
Sujet qui ouvre de nouvelles discussions, sur les lobbies, les "cadeaux", les logiciels libres, la hadopi et bien plus encore.
Le comportement de la hadopi étant un point souvent mis en avant par PcINpact.


Par contre, sur la forme, je trouve que y'a beaucoup trop de soucis, et pas simplement techniques.
Au début, on entend une personne utilisant un clavier mécanique, c'est très désagréable.
Globalement, la qualité sonore est assez médiocre.
Résumé de point de vue :

- le piratage zéro n’a aucune importance, mais il est techniquement aujourd’hui tout à fait possible de faire énormément baisser le piratage (et sans interdire de protocoles, ni monitorer les flux utilisateurs) :
http://iiscn.wordpress.com/2011/05/15/piratage-hadopi-etc/
- une offre légale basée sur écritures de droits d’accès sur des comptes offrirait une vraie plus value à acheter par rapport à pirater, c’est à dire une offre vraiment atawad (any time any where any device)
- c’est d’ailleurs dans ce sens qu’évoluent l’offre légale : amz, gg play, ultraviolet, plus ou moins itunes
- si l’on considère que le fait que cela se termine en 2 ou 3 monstres n’est pas forcément souhaitable
- si l’on considère que la confidentialité des bibliothèques personnelles est quelque chose d’important
- c’est surtout un nouveau role, plusieurs organisations dans le role, et séparation des rôles qui est nécessaire :
http://iiscn.wordpress.com/2011/05/15/concepts-economie-numerique-draft/

Avec aussi :
- une très forte baisse des prix (pari nécessaire : plus "grosses" bibliothèques chez chacun)
- aucun DRMs du genre "traficotages de fichiers pour empêcher la copie", qui ne font qu’emmerder ceux qui achètent

Quant à la licence globale (ou autre approche taxe) cela se résume à :
1) Prélèvement uniforme indépendant des contenus écoutés/consultés/lus, etc
Ensuite pour la redistribution soit :
a) mesures d’audience et de consultations précises : approche nécessairement la plus Orwellienne possible (pour éviter les consultations simulées par exemple)
b) revenus des taxes redistribués sous forme de "subventions à la création", c’est à dire mise en place du ministère omnipotent de la culture gardien du bien et du bon goût.
Sans parler de praticité de la mise en place au dessus d'une infrastructure de piratage
http://iiscn.wordpress.com/2011/07/03/licence-globale/
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.