153
Commentaires

Omerta, une autre explication

Drôle de journée, que ma journée d'hier.

Derniers commentaires

La complexité du sujet comme justification, je trouve ça vraiment léger Daniel. J'attends justement d'@si que vous soyez capables de dépasser ce genre de "sourde réticence humaine", surtout quand le machisme est à l'oeuvre...
Il faut vraiment ne pas avoir une once de recul et d'humour pour ne pas comprendre que cette photo de "personnel de maison" est volontairement provocatrice; ça crève les yeux!
C'est aussi un phantasme bien connu et pas seulement machiste: souvenez vous p.ex. de Lady Chatterley et de son amant.
Plonger dans la sexualité en général, dans la violence sexuelle en particulier, dans cet empire qui s'étend de l'innocente drague à l'immonde viol, c'est plonger dans le fond boueux du machisme, dans les méandres de la soumission, du consentement et de la séduction.

Hein?

C'est le métier des psys et des écrivains.

Quoi?

Les journalistes, comme d'ailleurs les policiers ou les juges, n'y sont pas plus préparés que les charcutiers ou les tapissiers.

De quoi?

Ils y débarquent avec leurs grosses pattes, et leurs cargaisons de biais et de présupposés, le plus souvent inconscients ( selon que tu seras homme ou femme, jeune ou vieux, riche ou pauvre, homo ou hétéro, que tu auras une vie sexuelle épanouie ou non, tu ne verras pas la même scène avec les mêmes yeux).

Comprends pas.

Je pensais qu'il y avait chez l'être humain un truc qui s'appelait le discernement. Qu'armé de ce discernement, on pouvait être en mesure de voir certaines choses pour ce qu'elles sont, quelque soit son âge son sexe ou je ne sais quoi. Que ce discernement à propos des affaires humaines, c'est légèrement ce qu'on exige des journalistes, des juges, et même des policiers. Et assez peu des charcutiers ou des tapissiers, à qui on demande surtout de la charcutaille et des tapis.

C'est dans l'idéal bien sûr, personne n'est infaillible et on vit dans un monde parfois décevant, mais déclarer que les journalistes ne sont pas compétents pour parler de sexe, et que ça, c'est le métier des psys et des écrivains, parce que la sexualité en général c'est macho, boue et compagnie, je trouve que c'est un peu fort pour simplement justifier le fait qu'@si n'ait pas voulu parler de la zigounette de DSK auparavant.

Qu'il s'agisse d'un sujet épineux, qui met mal à l'aise et qu'on ne sache pas tellement comment le traiter, je peux l'entendre.

Qu'il s'agisse d'une véritable bombe à retardement, susceptible de faire perdre toute objectivité chez l'être humain, et ce, pour le juge comme pour le charcutier, non.
Pourquoi l'omerta, avec ou sans appétit pour les sujets concernant la sexualité, la pornographie, la violence faite aux femmes ?
Pourquoi le plafond de verre ?
Pourquoi une journée, 25 novembre, contre la violence faite aux femmes alors qu'une femme meurt tous les deux jours en France sous les coups de son compagnon ?
Pourquoi une journée de la femme ?
Pourquoi est-ce que je me sens tellement mieux au Québec... aux USA où les hommes ne vous regardent pas d'abord comme un casse croûte potentiel et les femmes ne pensent pas d'abord avec leur capital séduction ?
Pourquoi la chirurgie esthétique, les cheveux gris charmants au masculin, dramatiques au féminin ?
Pourquoi personne n'a cru Tristane Banon ?
Pourquoi vous, les médias, les journalistes, hommes et femmes, avez-vous laissé passer cela ?
Pourquoi est-ce la victime qui a honte, qui a peur ?
Pourquoi aujourd'hui encore, lorsque je raconte ma propre expérience de la violence subie, me dit-on : "pourquoi tu n'as pas porté plainte ?"

J'ai au moins une réponse : l'avocate, proche de la retraite, féministe redoutable m'a dit : "je ne crois plus en la justice de mon pays. Il vaut mieux un mauvais arrangement qu'un bon procès. Votre compagnon (un roitelet local !) a des relations. Il vous accusera de mentir par vengeance, parce que vous étiez jalouse et vous passerez pour une harcelante qui veut détruire sa carrière."

Alors on fait comme Tristane Banon : on guérit et on a la gerbe chaque fois que les médias emploient des termes comme "séducteur" ou "libertin" pour protéger... leur sacrosainte carrière où les places sont déjà si chères !
En France, s'il faut se montrer excessivement prudent dans ce qu'on dit ou écrit, on peut à peu près tout faire : il suffit d'avoir les bons potes aux postes stratégiques, de ne pas se faire piquer.

Quelle que soit l'issue de l'affaire DSK, vous devriez, mesdames et messieurs de la presse écrite, télévisée, internet, radiophonique présenter des excuses à Tristane Banon qu'elle recevrait au nom de toutes celles qui sont passées par là au lieu d'essayer encore et encore de noyer le fait que vous n'êtes pas libres.
Brisez vos laisses...

Oubliez DSK, on s'en fout.
Le problème est celui du statut de la femme, de la non prise en compte de la violence psychologique et physique qui continueront d'avoir un coût énorme.

La France, pays des droits de l'homme, se ridiculise un peu plus aux yeux du monde à travers la chute de l'ex patron du FMI.
Deviendra-t- elle aussi le pays des droits de la femme ?

Et encore merci à Didier Porte, qui au moins nous fait rire en pointant exactement le problème : notre délicieuse exception culturelle !

La Griotte
lafotodepouf' = un buzz d'enfer garanti!
Trop malin le D.S?
Pas de chance, Daniel...enfin, pas dans le contexte rapproché, en tout cas. Pas synchrone, pas raccord. Too much.
Et puis, le 259e degré, il faut bien l'admettre, ne fait pas (sou) rire tout le monde. Dommage.

PS. Tentative de sauvetage envisageable: analyse en l'état par A.K
L’hybris (aussi écrit ubris, du grec ancien ????? / húbris) est une notion grecque que l'on peut traduire par « démesure ». C'est un sentiment violent inspiré par les passions et plus particulièrement, par l'orgueil. Les Grecs lui opposaient la tempérance, ou modération (sophrosune). Dans la Grèce antique, l’hybris était considérée comme un crime. Elle recouvrait des violations comme les voies de fait, les agressions sexuelles et le vol de propriété publique ou sacrée[1]. On en trouve deux exemples bien connus dans des discours de Démosthène, le Contre Médias et le Contre Conon.(in wikipedia)
@ patrick naze

Et donc ??? qu'en concluez-vous ? que les grecs avaient raison et que tempérance est bonne en toute chose ? qu'une sexualité démesurée est orgueilleuse et/ou agressive et conduit au viol ?

Les 8 années passées en mon jeune temps sur les ouvrages de la Grèce antique m'ont appris une chose : les Grecs, fussent-ils anciens, disent aussi beaucoup de conneries !
La Grèce n'est-elle pas le berceau de notre civilisation? Le FMI a violé la beauté et la générosité de peuples pleins de vie et de jeunesse.
Quant à l"hybris, il s'agit-là d'un concept qui s'adresse à chacun de nous. Gare au gorille, chantait Georges Brassens!
Non : la Grèce n'est pas le berceau de notre civilisation ! C'est un demi-mensonge. Oui, les Romains ont pillé l'héritage grec en mettant pas mal de choses à leur sauce et nous l'ont ainsi transmis sans qu'on le sache - la Haute Antiquité et le Bas Moyen-Âge ne s'intéressent pas aux Grecs. Ce sont les Arabes qui nous ont fait (re)découvrir les Grecs. Et ce qu'on en retient aujourd'hui (Athènes, la Démocratie, les concepts...), ce sont des mythes forgées essentiellement au dix-neuvième siècle.
L'Anatolie, la Perse et l'Inde du Nord sont tout autant le berceau de notre civilisation.
C'était la parenthèse culturelle...
Cher Daniel, chère équipe d'@si,

Je vous lis et j'interviens peu - j'aime l'information, l'analyse mais surtout pas le commentaire (comme ceux fascinants des moralistes premier degré qui prennent le temps d'écrire pour une photo !!! - qu'ont-ils d'autre à foutre, je vous le demande ?)

Mais l'idéologie sous-jacente à votre ligne éditoriale depuis le début de l'affaire Strauss-Kahn m'exaspère. C'est l'idéologie d'ailleurs qui est en train de ronger et miner doucement les reliques de l'humanisme de notre monde. Celle qui consiste à dire que les hommes deviennent nécessairement ce qu'ils sont. C'est l'idéologie qui dit qu'un enfant violent est une graine de psychopathe. L'idéologie qui dit que l'adolescent qui traficote est un délinquant en puissance. L'idéologie des échelles (tu commences par une clope et une bière, tu continues avec le pétard, tu finis défoncé à l'héro ou au crack...). L'idéologie qui met tout, fût-ce condamnable dans tous les cas, au même niveau : qui bat son chien tuera sa femme, qui regarde des films X deviendra violeur, qui dit une blague raciste au comptoir sera de la ratonnade... "Le ver est dans le fruit", "c'était là sous nos yeux", "criminel un jour, criminel toujours" et bien d'autres sottises encore ! Je me suis barré du mouvement féministe où j'ai eu l'une des seules cartes de ma vie à cause de cela : parce qu'autant on peut avoir une analyse historique, culturelle, sociologique et collective du sexisme et de la domination masculine, autant on peut dire que la pub, les produits culturels, les discours politiques et médiatiques ou encore la place du porno entretiennent le discours de légitimation des rôles sociaux et donc des inégalités hommes-femmes qui sont flagrantes. Autant, je suis profondément convaincu qu'un film cochon n'est pas plus responsable de viol qu'une chanson de Marilyn Manson ne l'est d'un shooting dans une high school américaine. Il n'y a pas de continuum entre masturbation compulsive et agression sauvage !!!

Votre analyse - en dehors de l'affaire Banon qui si elle est établie change la donne - va à l'encontre de toutes les statistiques policières mondiales ! Les imbéciles qui hurlent pour une photo coquine et qui ont une vie sexuelle bien rangée sont autant de violeurs potentiels que les
plus pervers des libertins. Nous sommes tous des criminels en puissance, nul n'est un saint - seule la question du passage à l'acte compte et il est établi que celui qui passe à l'acte n'a que rarement, ou alors téléologiquement, le profil qu'on lui prêterait a priori... C'est pourquoi seuls les convaincus par l'idéologie de la prévisibilité des choses ou de la "raison déterminante" chère à Leibniz tombent des nues quand on arrête pour meurtre ou viol le "si gentil voisin qui ne faisait pas de vagues"... En dehors des psychopathes, et encore s'agit-il d'une question très complexe, il n'y a pas de trajectoire humaine prévisible ou écrite.

C'est pourquoi ce raffut sur le passé de DSK est absurde! Face aux idiots de premier rang qui ont comparé ça aux deux tours du World Trade Center, je comparerais plutôt ça à l'idole Bertrand Cantat pour qui on était allé chercher des antécédents ou des signes avant-coureurs. Nous sommes devant le passage à l'acte (hypothétique pour DSK, présumé innocent) de celui qu'on a pu admirer ou aimer et nous en perdons toute rationalité !
(hors sujet) Quand bien même voilée ou violée, la femme sera toujours l'avenir de l'homme.
la lutte contre le viol des foules n'est toujours pas inscrit dans nos lois. Vive les joueurs de bilboquets! vive les femmes aux mille bouquets, vive les femmes aux mille beaux culs!
DSK libéré, c'est certes une bonne nouvelle pour lui et ses proches.

Mais sous caution d'un million de dollars.

Un million de dollars. C'est un peu le baiser de la mort, ça, auprès duquel la Porsche fera figure de trottinette.

Ne resterait plus qu'à filer un deuxième million de dollars à la nécessiteuse de couleur, et le tour serait joué ?
Désolé, je n'arrive pas à comprendre. Dans l'affaire Tristane Banon, j'aurais aimé voir un simple article. Un article disant : "Une jeune journaliste accuse publiquement DSK de l'avoir agressée". Ce n'est pas colporter une rumeur. il ne s'agit pas de broder autour. De dire le bien ou la mal, le vrai ou le faux. C'est relayer une information, puisque les propos ont été tenus publiquement, à la télé. Je dirais même qu'un site comme ASI aurait dû être le premier à relayer cette info. Après, libre à DSK de porter plainte pour diffamation, pour dénonciation calomnieuse, et à Tristane Banon d'apporter les preuves de ces accusations.

Qu'est-ce que provoque cette omerta ? L'idée que les propos de Banon sont vrais, puisque si son témoignage était farfelu, grotesque, incohérent, il n'y aurait pas eu ce silence. Deuxième idée : En France, les "puissants" sont protégés.
Cher Daniel,
Donneur de leçons aux autres journalistes d'accord, tant qu'l s'agit d'affaires financières et politiques, même si parfois vous êtes un peu trop moralisateur à notre goût. Mais, pour nous, les leçons s'arrêtent à la porte de la "chambre à coucher" (comme le dit l'excellent article du Canard de cette semaine On vous l’avez bien (pas) dit), quoiqu’en pensent les Américains et les moralistes/voyeurs à la petite semaine. N’utilisons pas cette lamentable affaire pour imiter une certaine presse américaine ou anglo-saxonne scotchée aux trous de serrure des politiciens. Cessons de battre notre coulpe et soyons fiers de respecter toutes les vies privées, hors de toute « tragique nécessité », tant qu’il n’y a pas affaire relevant de la justice.
Marie Françoise Dréano et Odile Prévost, fidèles lectrices matutinales, qui ont partagé leur désaccord avec votre chronique de ce matin, à l’heure du déjeuner, en même temps que leur dessert (vous n’en saurez pas plus : respect de la vie privée).
Jolie photo.

Sinon, c'est pas un peu tôt pour parler de cette affaire ?
Perso, je suis saturé de ces quelques infos qui tournent en boucle. Tout le monde se répand sur cette histoire, alors pourquoi vouloir faire pareil ?

On peut pas voter pour un autre sujet ? Ah merde, c'est vrai qu'on n'a pas le choix.
Et puis c'est sûrement trop tard.
les histoires de viol, oui c'est honnête de le reconnaitre!
Nous en savons quelque chose, nous la poignée d'adultes qui nous battons depuis des années pour soutenir une jeune fille qui, parlant en son nom et au nom d'autre jeunes filles, tente d'obtenir justice dans "l'affaire"des tournantes au lycée français de Marrakech.
Pas touche au Maroc, pas touche aux familles puissantes de Marrakech...si utiles à leurs pendants français pour des vacances-palaces à l'œil et autres avantages! Solidarité de caste incroyable!
Et là aussi, incroyable mépris, arrogance et inertie au Secrétariat des Droits de l'Homme du PS
Une histoire énorme, glauque, où toute la chaine des responsables français, du Proviseur au Parquet de Paris n'a eu de cesse de protéger les violeurs abandonnant des petites filles de 12 ans au harcèlement et à la destruction par leurs violeurs qu'elles ont du côtoyer dans le lycée des années durant.
La SEULE journaliste ayant enquêté est Catherine GRACIET ( co-auteure de La Régente de Carthage livre et sujet enfin reconnus!) de feu BAKCHICH, les autres se contentant de reprendre les dépêches AFP du simple et embryonnaire feuilleton judiciaire.

L'affaire est toujours en cours, des victimes sont encore vivantes...qui entendra ces emmerdeuses de victimes??
Mais non, comme vous dites, les journalistes ont peu d'appétit pour ces histoires!
"Faire entrer l'empire des sens dans le champ journalistique"……. on ne vous en demande pas tant!

Si les journalistes enquêtaient lorsqu'il y a suspicion d'un comportement contraire aux lois, ce serait déjà appréciable. On ne leur demande pas de faire des leçons de morale. Le mélange dans cette chronique entre innocente drague , immonde viol, fantasmes , démons, libertinage, harcèlement, photo salace donne l'impression que le capitaine est bien désorienté.
Ah bon, il n'en a jamais été question sur @SI, de la sexualité de DSK, les mêmes frasques dont Guillon avait rigolé sur FI, et s'était fait taper sur les doigts ? Je dois halluciner alors ? parce que le même questionnement apparaissait sur cette chronique de 2008 visiblement.

Pour ce qui est de la demoiselle Banon, elle n'a pas porté plainte, et de ce fait, si @SI avait accusé DSK, de viol, le site aurait été coupable de diffamation du fait que rien n'était établi. Personne n'a d'ailleurs à en parler si elle n'a pas porté plainte.

Moi j'ai une autre explication à notre émoi. En tant que primates évolués, nous étions fascinés par le mâle hyperdominant, baraqué, âgé mais portant beau, riche, admiré, compétent, et notre cerveau inférieur trouve normal qu'il se tape plein de petites femelles, pour répandre ses gènes dans l'espèce.

Même si nous ne voudrons jamais le reconnaître parce que ça troublerait un de nos mécanismes régulateurs, qui s'appelle l'orgueil .
CQFD: alors arrêtez d'en parler DS, vous le faites de moins en moins bien...
Reste une question de essentielle : d'où vient cette image ?
Histoire d'être triquard à tout jamais sur les forum d'@si et de salir mon image, je vous livre deux mauvaises blagues :

- 1 - La victime d'une agression sexuelle ne devrait jamais se débattre : elle rend service à un criminel en transformant un viol en simple tentative de viol.

- 2 - Je méprise les victimes : elles accèdent à la célébrité sans le moindre talent.


Bon, OK, je sors ...
J'ai été profondément gênée par le Neuf-Quinze de ce jour. Mettre en regard dans une même phrase "drague" et "viol" comme pour dépeindre différents "degrés" de la sexualité, c'est au fond brouiller les repères et rendre la négation de l'intégrité d'une personne acceptable, l'intégrer dans le champ des possibles de la sexualité. Or ce n'est pas le cas, une relation sexuelle sans consentement est un crime.
La photographie (qui n'a pas fini de provoquer des réactions, j'en suis sûre) vient enfoncer le clou. En représentant la victime présumée de DSK sous les traits caricaturaux de la soubrette aguicheuse, vous mettez en cause directement son statut de victime, vous exprimez ouvertement votre doute quant au fait qu'elle n'ait pas été consentante. Une constante, remarquerez-vous, dans les affaires d'agression sexuelle. A-t-elle clairement dit non, a-t-elle crié? Ou comment rendre la victime responsable de son agression... Responsables d'être vulnérables face à la brutalité sexiste d'hommes qui n'en ont que le nom...
Mais je vous sais expert, Monsieur Schneidermann, en mots et images, je doute donc que vos choix sémantiques et iconographiques soient irréfléchis ; je vous sais aussi assez éclairé pour croire qu'il ne s'agisse pas de l'expression d'un relent nauséabond de machisme inconscient...?
Une seule question donc : Pourquoi?
Un ministre socialiste qui s'en prend, en tentant de la violer, à une immigrée, noire et femme de ménage... rien que ce symbole est dévastateur...

Maintenant, Pierre Moscovicci (je crois) nous dit qu'en France on n'aurait pas filmé le présumé innocent avec des menottes et on aurait eu un juge d'instruction...

Mais a-t-il oublié que le juge Burgaud était un juge d'instruction ?? A t-on oublié l'affaire Outreau ??
Vous croyez que la justice française est parfaite ? Arrêtez de nous prendre pour des imbéciles...

Ce que révèle l'affaire DSK, coupable ou innocent, c'est quand même le fait que les puissants en France sont "intouchables". Pourquoi, devrait-on en vouloir aux américains ??
On sait comment ils sont, les américains ne sont que la conséquence de nos manques, de nos lâchetés..

En effet, si DSK est coupable, de près ou de loin, alors NOUS sommes coupables car nous nous sommes tus... Nous avons laissé faire et maintenant, on s'étonne que cela nous pète au nez.

Franchement,
- Chirac et ses repas à 4000€/ jour on les a oublié
- Chirac et les emplois fictifs de la Mairie de Paris (remboursé indirectement par nos impôts), on les a aussi oublié
- Tapie qui a 45,000,000€ de dommages et intérêts pour préjudices morales...
- la douche de Sarkozy qui a coûté 245,000€ soit le pris d'un appart à Paris: http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=2452
- les 600 m² de Gaymard et ses travaux aux frais de la collectivité
- le copinage de notre classe politique avec des dictateurs alors qu'elle n'arrête pas de nous seriner sur "la France pays des droits de l'homme" (Alliot-Marie en Tunisie, Gainot en Lybie et Fillon en Egypte etc)
- les voyage en jet privé pour 100,000€
- etc etc etc..

Mais dites moi que je fais du populisme aussi... En tout cas, je peux vous affirmer que la planète entière nous voit comme des "gens arrogants"...

[large]Oui en France on a un problème avec les puissants et il faut l'admettre.[/large]

SEMIR
Oui, il y a Omerta, c'est en quelque sorte le fait du prince... Une question se pose sans doute aujourd'hui pour de nombreux journalistes, s'il en reste c'est la question des rumeurs, On ne doutera pas que DSK n'est pas le seul homme public français à " traîner des casseroles " et à en croire " les rumeurs" .. il y a bien pire ....

sinon comment ces quelques exemples seraient-ils encore là
http://www.youtube.com/watch?v=pzYHkAB9iEA
http://video.google.com/videoplay?docid=8592150694614592816#
ou ( censuré ) http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/pierre-roche-magistrat-assassine-15934

......

et une petite vidéo "prophétique "? tout au moins pour les premieres minutes
http://www.dailymotion.com/video/xat2bp_avons-nous-encore-besoin-d-un-gourvern-ment_webcam

http://fr.jurispedia.org/index.php/Fait_du_prince_%28fr%29
Effectivement, la photo d'une "femme de chambre" lascive pour illustrer une actu concernant une femme de chambre supposée violée, ce n'est pas d'un goût exquis (ceci dit indépendamment des charmes de la dame).
Bonjour
J'ai bien compris que DS ne supporte pas la distinction entre le violent, le lourdingue et la sexualité autre. Qu'il faut enquêter sur ce sujet du sexe.

Cependant il me semble que les raisons de l'omerta sont différente pour les 3 catégories.

Pour l'histoire de T Banon, laissons cela au forum dédié et donc je crois pas qu'il y ai d'omerta sur le sujet de l'illégal.

Pour le lourdingue, la c'est passionnant. Nous sommes dans une période très certainement d'évolution. Et l'article de Quatremer sur le sujet est magistral. Il y indique que le comportement de Strausskahn va poser problème au USA car il sera compris comme du harcèlement.
Pour l'instant le lourdingue n'est pas encore en France compris comme du harcèlement.

L'omerta vient peut être aussi de l'absence de repère commun sur cette question. Chacun se cache derrière des mots plus ou moins judicieux pour condamner (geste inappropriés ) ou défendre (séducteur, peut être même troussage) mais il n'existe pas de consensus social pour dénoncer le lourdingue.
Je crains qu'il ne faille être concret pour comprendre où sont les limites
Soyons donc concret : une main au fesse est inadmissible. Un mec qui parle à vos seins au lieu de parler à vos yeux est insupportable. Un main sur la cuisse est odieux.
vient ensuite la gamme des gestes qui franchisse l'espace intime de chacun mais qui sont moins "sexuel" comme une main dans les cheveux, et qui sont peut être des actes de séduction lourdingues ou non? Je viens du sud ouest et prendre quelqu'un par l'épaule n'est pas gênant.

Je crois que certains hommes ont besoin d'être éduquer sur le sujet. Non toutes les collaboratrices qui sourient aux blagues graveleuses aux allusions gauloises, ne sont pas de petites coquines qui derrière leur minauderies sont bien flattées que l'homme s’intéresse à elles en tant que femmes.
Non elles savent tout simplement qu'on ne peut pas encore faire un scandale à chaque fois, car la culture commune ne réprimande pas encore cela de manière très nette
Cependant cela ne fait pas des lourdingues des violeurs potentielle, cela fait de mauvais séducteurs qui se trompent.
Cependant les femmes peuvent se sentir énormément atteinte par ses pratiques
Il est donc à mon avis difficile pour les journalistes de faire des articles sur les séducteurs lourdingues et dénoncer des pratiques quand on ne sait pas si elles sont condamnable ou non.

Pour le problème de l’échangisme et de la fragilité induite, je suis moins convaincue par l'argument de DS. Je trouve que cela devient auto réalisateur. L'omerta vient peut être du fait que si on commence a en parler alors cela fera des fragilités. Si tout le monde trouve normal de ne pas parler de la vie privé alors le moyen de pression retombe de lui même comme le soufflé. Alors que si l'on commence à sortir ce type d'histoire, alors le moyen de pression existe.
trois raisons distincts qui s'accumulent a celles mentionnées dans l'article.
[quote=Daniel Schneidermann]Evidemment, tous les facteurs précédents ont joué, dans l'omerta universelle. Mais ne pas oublier non plus cette sourde réticence humaine. Plonger dans la sexualité en général, dans la violence sexuelle en particulier, dans cet empire qui s'étend de l'innocente drague à l'immonde viol, c'est plonger dans le fond boueux du machisme, dans les méandres de la soumission, du consentement et de la séduction. C'est le métier des psys et des écrivains. Les journalistes, comme d'ailleurs les policiers ou les juges, n'y sont pas plus préparés que les charcutiers ou les tapissiers. Ils y débarquent avec leurs grosses pattes, et leurs cargaisons de biais et de présupposés, le plus souvent inconscients ( selon que tu seras homme ou femme, jeune ou vieux, riche ou pauvre, homo ou hétéro, que tu auras une vie sexuelle épanouie ou non, tu ne verras pas la même scène avec les mêmes yeux). Sans compter qu'enquêter sur ce sujet ramène brutalement à ses propres pratiques, ses propres fantasmes, ses propres échecs, ses propres démons.

Bizarre votre paragraphe, Daniel. D'un côté vous parler de réticence humaine, je dirais plutôt "réticence masculine" et après tout même si une femme journaliste voulait en parler, elle aurait un red chef au-dessus d'elle pour avoir cette fameuse "réticence".
Mais bizarre aussi, parce que sur Ce Soir (ou jamais), vous y êtes allés avec la grosse Bertha, sans hésitation, chargeant à fond DSK.

Moi, je pense que tant que le procès n'a pas eu lieu, tant qu'on n'a pas de reportage, enquête, sur les pratiques d'agression de DSK, tout édito, chronique, témoignage sur sa vie de débauche, est nul et non avenu.

Je suis d'accord avec Autain, quand elle dit qu'il ne faut pas confondre partouzes et échangisme avec agression sexuelle. D'accord aussi pour dire qu'on a peu parlé de la victime, mais pas d'accord ni avec elle ni avec vous pour commencer le procès avant d'avoir les faits, et pas d'accord non plus avec Slama qui parle de "lutiner la bonne" ou avec votre photo qui en dit tout autant.

Bref, tout ceci est glauque, confus. Quant à la part de fantasme, DS, je ne confonds pas non plus les fantasmes dsado-maso avec le passage à l'acte. On mélange vraiment tout et n'importe quoi. Le fantasme, c'est justement l'espace de liberté de l'humain, il est une soupape, pas un symptôme.

http://anthropia.blogg.org
[quote=enquêter sur ce sujet ramène brutalement à ses propres pratiques, ses propres fantasmes, ses propres échecs, ses propres démons.] dites vous, Daniel. La photo de la "soubrette" à côté de vos propos à une force illustratrice de ceux-ci très honnête.
Personnellement, je la trouve très bien cette photo ! Dommage qu'on ne sache pas d'où elle vienne ... Bandes d'hypocrites râleurs !!! Mr Schneidermann a du goût au moins ...
Sauf que le procès en omerta est pas juste puisque vous aviez effectivement traité cette histoire.

La question est donc "Pourquoi vous ne le mentionnez pas ?"
C'est le problème de la société française en général (et d'autres, sans nul doute).
Globalement, les gens préfèrent ne pas savoir. On cache les victimes sous le tapis avec le déchets et on détourne le regard.
Ensuite hop ! C'est tout propre !
Pour l'émission de vendredi vous devriez inviter messieurs Baudis Domnique et Zero Karl ... Non ?
Je crois que c'est la première fois que je viens poster sur ce forum parce que je suis cette fois en désaccord profond avec vous DS . Donc seuls les psys et autres spécialistes pourraient en parler ? Ca ressemble fortement à un prétexte pour vous dédouaner de toute responsabilité... Il aurait donc fallu que tous les journalistes en parlent aux psys parce que cette histoire serait trop lourde à porter pour de simples journalistes qui, au fond, ne sont que de simples êtres humains ?

Je peux comprendre la réticence à parler de sexe sur un plateau TV ou une radio. Mais que cela ne vous dédouane en rien de ne pas avoir parlé de l'affaire Tristane Banon alors que nombre d'entre vous étaient au courant. Vous avez dit personnellement ne pas avoir été au courant à ce soir ou jamais... Admettons... Vous reconnaissez légérement votre faute dans cet article (ce qui est mieux que rien) mais pour dire au final que ce n'est pas de votre faute...

Je pense, comme le dit très bien Acrimed dans ses nombreux articles que les médias ne doivent pas se contenter de faire la morale mais également se remettre en question quand ils sont en faute... et je pense que c'est le cas ici.

Je suis effaré de voir que Hollande était au courant et a exercé des pressions sous forme de "réconforts". Et en voila encore un dont la première réaction était que "ce n'est pas le DSK qu'il connait".

Par peur ou par connivence, journalistes et politiques qui connaissaient cette histoire (sans la révéler) sont tous complices
L'ormeta tant que cela soit pour cela ou la vie d'hommes politique existe,
En effet DSK fut un avocat remarquable de la perstigieuse famille Boussac, plus connue sous l'entreprise de tissus lyonnais Boussac Saint frere, il a meme été un de leurs héritiers me semble t-il, et de quoi, notament une belle propriété du coté de Fontainbleau, comportant plussieurs deumeure resemblant à des chateaux.
L'acte dont on parle ici est dégeulasse, et les personnes n'osent pas en parler
hum, j'ajouterais au moins les sociologues, historiens, anthropologues... justement pour appuyer votre propos: on est pas que dans le pathologique ici, le viol est aussi éminemment social, et lié aux normes sociales de sexe, de classe, de race ; alors pourquoi le laisser aux psys?
Ah comme je ne suis pas d'accord. Je n'ai pas l'habitude d'écrire sur le forum mais je trouve que ce cas est vraiment limite. "Pas envie de faire mon tour de piste sous l'étiquette "le journaliste qui trouve que tous les autres sont des nuls"". Pas envie dites vous.

Il me semble pourtant que vous êtes bien la personne que les médias recherchent pour parler de la médiatisation de l'affaire DSK. Pour l'instant c'est notre "confrère" Jean Marc Morandini qui récolte toute la médiatisation en tant que "expert des médias". Je crois que vous auriez pu éviter cela aux télespectateurs.

Par ailleurs je pense qu'un peu de médiatisation ne ferait pas de mal au site. Après tout plus d'abonnés, c'est également plus de moyens pour réaliser des contenus de qualité. On parle de médiapart sur tous les plateaux, à quand ASI ?
Il n'y aurait pas moyen de parler d'autre chose ? n'importe quoi d'autre que DSK ?
Ou alors, en creu : comment ça a éclipsé tout le reste ? ...
Errare humanum est perseverare diabolicum

- La fille cachée de Mitterrand
- Les relations de Roland Dumas avec la fille d'un ministre de l'intérieur Syrien
- La tentative de viol qu'aurait perpétrée DSK

Tout cela ne nous regarde pas, Libération, le Canard et les autres nous le redisent. On se demande même si les partouses de Berlusconi et (semble-t-il) de Poutine auraient été révélées en France.

Aucun questionnement sur le machisme -extra-ordinaire de la classe politique. J'ai lu je ne sais où un extrait d'un bouquin sur DSK dans lequel il est question des copains de DSK qui aiment "la bonne chère et les jolies femmes" ainsi que les blagues viriles. Cette virilité et cet "amour" des femme ne semble interroger personne, de la part de vieux beaux pas spécialement (au vu des photographies) séduisants.
Pas d'interrogation non plus sur les relations quasi incestueuses entre la classe politique (essentiellement masculine) et les femmes appartenant à la classe journalistique (je me demande si Emmanuel Todd a un avis la dessus).

Enfin, concernant plus particulièrement DSK, et sans vouloir faire de la psychologie de super marché, n'y a-t-il pas dans ses rapports de domination avec les femmes une métaphore de la domination de la finance sur les individus, toujours prête à violer ?
//C'est tout ceci, qu'il faut dépasser et vaincre, pour faire entrer l'empire des sens dans le champ journalistique//

Je m’autorise à jouer sur la polysémie de « sens », à transformer votre formule en « empire du sens » : croire en la nécessité, chez le journaliste, de chercher le sens des choses en se méfiant de ses sens ie de ses émotions…
pour la photo, vous auriez pu respecter la parité bon sang !
mettez donc un homme en petit caleçon moulant, et un travesti, et une travestie, et un mix entre tout ça, on aura fait le tour.
je suis sérieuse !

:)

personnellement, je suis assez fan de Bowie en Ziggy Stardust, ainsi que de Demi Moore dans à Armes Egales.
"... nécessaire. "
Particulièrement quand il est question de harcèlement sexuel, il ne s'agit pas de "respect de la vie privée". Et ce n'était pas des rumeurs sur un ou deux cas, mais de dizaines de cas (hors le cas T. Banon encore plus grave).

Et la question que je me pose depuis toutes ces semaines de montée de la "côte de DSK", c'est : comment est-il possible de soutenir un obsédé sexuel ? Comment est-il possible que tous ces membres du parti socialiste occultent ces évènements extrêmement graves ?

Cette position française est ignoble et injustifiable, non seulement de la part des journalistes et des politiques mais y compris de la part de la mère de T Banon et de la part de Anne Sinclair. L'obsession du pouvoir ne doit pas amener à protéger des agissements criminels. Et pire encore de la part de femmes envers d'autres femmes. C'est ignoble.
Je me demande si le fait que la majorité des dirigeants de tout poil (économie, politique, journalisme, etc.) soient de sexe masculin n'explique pas l'absence de traitement des crimes sexuels et des violences de genre dans notre pays.
Machisme, vous avez dit machisme ?
Il y a une omerta autrement plus importante : Fukushima.
Pour une rare fois, un désaccord de fond. Il n'est absolument pas "tragiquement nécessaire de faire entrer l'empire des sens dans le champ journalistique." La publicité se charge largement d'injecter du sexe pour faire vendre n'importe quel produit. Si le journalisme s'empare de l'empire des sens, il ne fera que charger les mots d'une substance qui les rendra illisibles car la charge émotionnelle et le trouble liés au sexe ayant pour négatif toutes sortes de morales bricolées, rendent inaccessibles à la raison le sujet traité. Le sexe est de même nature que l'Origine du monde de Courbet. Personne ne verra jamais ce tableau car il peint le point aveugle de tout être humain. Ce que j'ai enseigné à mes enfants, c'est qu'il n'y avait aucun scénario fatal lié au sexe. Les allumeuses, les provocatrices, même s'il en existe, ont le droit d'arrêter à tout moment l'enchaînement des actes. Si elles sont victimes d'un homme qui "va trop loin", il faut se battre, se débattre et aller porter plainte. C'est ce qu'a fait cette femme du Sofitel. Les médias auraient dû se taire jusqu'au moment où ils auraient entendu la voix de cette femme et la voix de cet homme, face à face exposant leurs raisons toutes deux confondues dans les magmas de la pulsion, de l'angoisse, de la panique et qu'il faudra délier devant la justice. Quant au choix de la photographie, il est de parti pris. Les femmes de ménages dans les hôtels ne sont pas des soubrettes de films coquins des années 70 vouées à satisfaire les fantasmes des clients. Elles n'entrent pas dans les chambres un plumeau à la main mais avec un chariot rempli de produits et de literie. Leur tenue est aussi glamour que l'uniforme que porte actuellement DSK.
Putain ! cette photo ! Ouch ! elle m'a cueillie en arrivant sur le site. Direct au plexus.

Bon ! Clémentine, avant de te demander ce qui lui a pris avec cette photo, lis la chronique.

En fait, cela a dû être très difficile d'en choisir une pour l'illustrer.

Cette photo est plus que dérangeante, mais quand on prend le temps de se poser cinq minutes après avoir bien lu l'article - et surtout la fin -, lorsqu'on prend cinq minutes pour essayer de sortir de l'émotionnel glauque dans lequel on patauge depuis Dimanche ...

On se dit que oui, il faut essayer de regarder en face ses coins et recoins les plus sombres surtout dans le domaine de l'intime et de la sexualité. Que oui, c'est dérangeant et que finalement, il fallait cette photo qui met mal à l'aise.

Mais, on voit aussi qu'il y a des hommes publics qui mis sous le feu des projecteurs parce qu'ils ont une opinion qui est singulière, ne se précipitent pas dans tous les studios et sur tous les plateaux.

On voit qu'il y a des journalistes qui tout en collant à l'actualité, essaient de prendre un peu de recul et n'ont pas envie de faire du sensationnel.

Je vous apprécie beaucoup Daniel en tant que journaliste, puisque je suis abonnée depuis le début, mais lorsque vous faites une chronique comme celle-ci, cela me rappelle que je vous apprécie aussi beaucoup en tant qu'homme.
Je n'ai lu que les trois premières réactions (par faute de temps) et, franchement , je me suis posé la même question : qu'est-ce que cette photo vient faire ici ? C'est du 3ème degré, du 36ème ?
Sur le fond, je suis assez d'accord avec votre refus de courir les médias avec l'étiquette de celui qui ose "dénoncer" et demander des comptes aux autres journalistes (surtout de la façon assez maladroite à mon goût) dont vous l'avez fait chez Taddei et que je n'ai pas trouvée très judicieuse.
Mais bon, c'est accessoire...
Je pense que votre prestation à l'émission de Taddeï a été très bonne... sans flagornerie aucune, c'est pas mon genre...
Vous avez été factuel, les exemples ont été précis et vous n'y avez pas été par 4 chemins :
- un livre existait (sexus politicus)
- des mails existaient aussi ("je les ai lus")
- il était vu comme "lourdingue"
- les clubs échangistes !

De cette prestation qui a marquée, je pense que le système médiatique, qui est bien obligé de faire son auto-critique en se posant la question suivante :
"où commence la vie privée et où où commence l'information qui doit être dite"
avait besoin d'une personne toute désignée pour réfléchir à cette question...

Et bien ça a été vous !
- Vous semblez mal à l'aise ?
- Vous sentez un piège ?
- DSK n'est encore pas jugé, judiciairement parlant, et il peut y avoir un coup de théâtre ?
- ça fait louche d'être invité subrepticement par autant de médias qui auparavant vous "snobaient" ?

Pourtant l'avantage aurait été été de voir sur les plus "grands" médias "Daniel Schneidermann du site @rrêtSurImages.net"...

Peu importe, faut pas se forcer à faire des choses que l'on ne sent pas, faut être libre, et puis comme disait quelqu'un de célèbre "faut pas insulter l'avenir" ...

SEMIR
"Sans compter qu'enquêter sur ce sujet ramène brutalement à ses propres pratiques, ses propres fantasmes, ses propres échecs, ses propres démons.": DS.

Bon, c'est quand alors que sortent les témoignages et les photos sur le "maniaque sexuel" qui a embauché depuis une bonne quinzaine d'années, un nombre indéfinissable de jolies jeunes femmes pour animer son émission sur les médias ?

Eh oui, regarder d'un peu trop près la sexualité d'autrui, c'est aussi prendre le risque d'exposer la sienne...
Auriez-vous quelques honteux secrets à nous cacher, Monsieur Schneidermann ?

Mesdames, mesdemoiselles, vous, qui avez travaillé avec le responsable de ce site, dans une vie professionnelle ou une autre, avez-vous quelques choses à dire avant que les affaires ne sortent ?
Je compte sur vous toutes.

:P yG
C'est fou comme certaines mentalités se révèlent avec cette affaire DSK, comme certains apparaissent sous leur jour le plus odieux.
Je n'avais pas d'estime particulière pour JFK, pas d'antipathie non plus, mais son "troussage de domestique" me le fera désormais cataloguer comme un gros con.
Je comprends bien le dilemne des journalistes qu'expose Daniel Schneidermann. Juger la sexualité des autres est assez périlleux, voir inapproprié. Ce d'autant lorsqu'on n'est pas témoin ou partie des actes concernés.

Cependant, les journalistes pourraient expliquer la différence entre une aggression sexuelle, un viol, un harcèlement sexuel, une tentative...
Et la différence de pénalisation de ces infractions en France et dans la Ville-Etat de New York.

J'avais apprécié l'intervention de Maître Eolas qui avait défini la pédophile lors d'une émission d'Arrêt sur images : « "Polanski, ce n'est pas une affaire de pédophilie" » (Acte 4)
Comment le "spécialiste mondial" de la question peut-il placer le libertinage entre "le harcèlement sexuel" et "le viol" ?
Ca n'a rien à voir ou je n'ai rien compris ?
Daniel, vous écrivez :

"Evidemment, tous les facteurs précédents ont joué, dans l'omerta universelle. Mais ne pas oublier non plus cette sourde réticence humaine (1). Plonger dans la sexualité en général, dans la violence sexuelle en particulier, dans cet empire qui s'étend de l'innocente drague à l'immonde viol, c'est plonger dans le fond boueux du machisme, dans les méandres de la soumission, du consentement et de la séduction (2). C'est le métier des psys et des écrivains (3). Les journalistes, comme d'ailleurs les policiers ou les juges, n'y sont pas plus préparés que les charcutiers ou les tapissiers (4). Ils y débarquent avec leurs grosses pattes, et leurs cargaisons de biais et de présupposés, le plus souvent inconscients ( selon que tu seras homme ou femme, jeune ou vieux, riche ou pauvre, homo ou hétéro, que tu auras une vie sexuelle épanouie ou non, tu ne verras pas la même scène avec les mêmes yeux). Sans compter qu'enquêter sur ce sujet ramène brutalement à ses propres pratiques, ses propres fantasmes, ses propres échecs, ses propres démons (5). C'est tout ceci, qu'il faut dépasser et vaincre, pour faire entrer l'empire des sens dans le champ journalistique, ce qui apparait pourtant, aujourd'hui comme hier, tragiquement nécessaire (6)".

Quelques notes :
(1) Vous parlez de réticence humaine, comme si cette réticence était un universalisme. Or la lecture de la presse américaine montre clairement le contraire. Dans les pays anglo-saxons en général, les rapports entre la presse et les scandales sexuels éventuels qu’elle pourrait dénicher aboutissent invariablement à un large traitement des seconds par la première. Bien sûr les « modes » de traitement évoluent avec le temps, en fonction de la place occupée par la morale sexuelle comme signification imaginaire sociale, mais de la « réticence », jamais.

(2)S’il est vrai que ces questions nous affectent probablement autrement que le réchauffement climatique ou les cours des matières premières il est tout à fait possible de s’en saisir comme de n’importe quel objet journalistique. La relation de faits présumés est possible sans que l’on y projette ses propres fantasmes. L’exercice nécessite d’être, dans la mesure du possible, d’être lucide à soi-même. Mais je ne vois pas où est l’obstacle de fond.

(3)C’est ça le problème. Je ne vois pas pourquoi les pratiques sexuelles, y compris déviantes ou criminelles, ne pourraient pas être du ressort des anthropologues, des sociologues, voire des historiens du droit pénal : tous saisissent le sexe pour en faire un matériau de travail objectivé. Je n’ai pas dit scientifique, mais objectivé. Les écrivains en particulier ne me semblent d’être d’aucun secours s’ils traitent ce type de sujet sous la lorgnette des passions individuelles – ce que font de manière générale les écrivains français, qui ont perdu le goût d’insérer des trajectoires personnelles dans des mécaniques plus larges, ce que fait parfois brillamment Ph. Roth par exemple. La focalisation sur le personnage « DSK » ne permet pas de comprendre les logiques à l’œuvre dans la commission de l’acte, s’il est avéré, ne serait-ce que parce qu’aucun de ceux qui ont pris la plume pour lyriciser ce fait-divers ne le connaissent, ne l’ont côtoyé. Quant aux psys, ce recours systématique à leurs services commence à devenir pénible. Non pas que leur champ soit dénué de pertinence. Non, non. Mais chercher des motifs et des soubassements inconscients à cette histoire de viol sans l’avoir approché de près me semble là encore non seulement périlleux mais ridicule. On ne peut suivant ce prisme que brosser le tableau général et distancié des rapports entre les hommes de pouvoir, le sexe et les femmes – sous peine de tomber dans le grand n’importe quoi, en mode « oui c’est un acte manqué, comme un suicide politique » - merde, on n’en sait rien.

(4)Non mais ils disposent d’un outil : recueillir des témoignages, des informations, les dépouiller de ce qui n’a pas de caractère factuel et en dresser le fil conducteur, avec le maximum d’honnêteté intellectuelle possible. C’est déjà beaucoup.

(5)D’où la nécessité d’être lucide à soi-même et de tenter d’échapper aux analyses psychologisantes…

(6)Oui, mais pourquoi se lancer, en amont, dans les circonvolutions hypothétiques des psys et des écrivains ? Je ne comprends pas ce mouvement de balancier.
Bonjour
Si je peux me permettre un conseil Daniel, laissez tomber l'affaire et parlez-nous d'autre chose.
La justice passera et c'est bien ainsi.
Ra lala Daniel, ça commence fort, ce matin. M'est avis que si la chose tombe chez Clémentine, vous allez vous faire engueuler. Bon, moi j'en reste à cette maxime : "Qui part en Porsche à midi passe à l'Orange à cinq heures". C'est tout pour aujourd'hui.
Ah bon ?
Seuls les ecrivains et les psys ne devraient denoncer le viol ?

Les ecrivains parce que forcement il y a une part de fiction ?
Les psys pour etre sur que ca reste dans le domaine de la confidentialite ? Parce que finalement le probleme c'est dans la tete de celle ou celui qui se fait violer ?

Les journalistes n'auraient pas a denoncer les problemes de societe ? depuis quand ?

Ou serait-ce par hasard parce que la plupart des journalistes, finalement prefereraient que la societe ne change pas, que les victimes de viol soient toujours presentees comme les coupables plutot que les victimes, parce que les hommes ont forcement un besoin sexuel irrepressible, et que les femmes par definition sont la pour assouvir ces desir qu'elles le veuillent ou non ... Ce que le choix de la photo tendrait a prouver.
Vous cherchez des invités, pourquoi ne pas réinviter Didier Lestrade (il était déjà venu pour une ligne jaune sur l'affaire Frédéric Mitterand). Il a déjà beaucoup théorisé les rapports vie privée/vie publique lors du débat sur l'outing de Donnedieu de Vabres à l'époque où il était à Act-up et à TETU et il a écrit sur le sujet qui nous concerne http://www.minorites.org/index.php/2-la-revue/1078-dsk-ou-le-mystere-de-la-chambre-2806.html.

En plus j'aime beaucoup Lestrade, faites moi plaisir
La photo est-elle vraiment nécessaire? pourquoi sans légende/source...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.