90
Commentaires

Obs : de quoi Aude Lancelin est-elle le nom ?

Derniers commentaires

https://www.change.org/p/matthieu-croissandeau-directeur-de-l-obs-les-actionnaires-de-l-obs-une-presse-aux-ordres-du-pouvoir-non?recruiter=552040709&utm_source=petitions_show_components_action_panel_wrapper&utm_medium=copylink
Nouvel épisode dans la guerre qui secoue l'Obs. L'ex-numéro 2 du magazine, Aude Lancelin, va saisir le conseil de prud'hommes à la suite d'un licenciement qu'elle considère comme politique (thèse soutenue par une quarantaine d'intellectuels et personnalités dans une tribune parue dans Libé). Selon ses avocats, elle "a fait l'objet d'un licenciement de nature strictement politique, en forme de "lettre de cachet", marqué par une exceptionnelle brutalité et un arbitraire habillé par des griefs totalement inconséquents et imaginaires" (Libé.fr).
Je trouve ça bien que vous ayez noté qu'elle soit la compagne de Lordon seulement en dernier. Tous les médias n'en ferait pas autant !
L'Obs coule
et je n'éprouve guère de sympathie pour les naufragés car j'ai vu avec quelle désinvolture ils se sont laissés infiltrés par l'esprit extrême droite dans les commentaires qui suivent les articles.

La modération étonnante de L'Obs censure à tour de bras et le résultat est qu'il reste principalement des posteurs exprimant des idées xénophobes, racistes, misogynes, anti-musulmanes et antisémites. Les commentateurs avec des idées plus en phase avec ce que fut autrefois ce grand magazine ont depuis longtemps étaient dégoutés de ne pouvoir s'exprimer ou répondre aux réactions insultantes, et depuis longtemps ils ont quitté Croissandeau, Dély et consort à l'exception de certains articles comme ceux d'Aude Lancelin et la rubrique du grand Jean Daniel qui bien sûr nous ramène à des décennies en arrière où jamais son journal n'aurait joué la publication d'articles border line pour attirer le chaland d'extrême droite, jouant d'ailleurs la provocation avec plusieurs articles de ce type suivi par un article allant dans un sens plus proche des sentiments du lectorat classique. Un jeu de balancier qui à force fait qu'il s'attrape le gong en pleine gueu....

Dire aujourd'hui comme Croissandeau dans son éditorial "sur l'essentiel, c'est-à-dire le quotidien des Français, marteler que "ça va mieux" relève d'une forme d’aveuglement, voire de provocation" après avoir gavé les lecteurs pendants des années d'articles ventant les mérites de la sociale libérale démocratie à la Hollande, Valls et Macron, ça relève en effet d'une forme d'aveuglement ou de bêtise profonde. J'ai eu toujours l'impression que c'était cette dernière.

L'Obs coule
Voilà qui formalise l'origine de mon désintérêt pour le site Rue 89 depuis son intégration à l'Ob[s]èse[/s]s.

Pierre Haski doit tendre le dos...encore que , au vu de la ligne éditoriale centrée woueb et pipi caca !

Amusant , on retrouve l'article "Obs : de quoi Aude Lancelin est-elle le nom ?" chez eux ... un écran de fumée ?
Caméras partout, répression de la contestation, état d'urgence, licenciements de journalistes, banquiers intouchables...

Vite, il faut que l'UE vote de nouvelles sanctions économiques... contre la Russie.
Ils sont terrorisés ces gouvernants, ces bourgeois, l'ordre établi se fissure. Mme Lacelin est une super reporter, courageuse, et en ce moment celles qui disent la vérité, et sont pour une autre démocratie, sont déniées, humiliées, ou non reconnues, et ça marche aussi sur les medias web tel mediapart. Ca fait longtemps que l'émission de Asselin et Badiou n'y sont plus, en tout cas, rien en 2016... Les trouillard , quand le vrai changement vient on voies ceux qui ne l'espéraient que cosmétique, comme mediapart, et tout les journaux de gauche. Merci a @si de nous prévenir même pas une brève sur les autres journaux, bonjour la solidarité entre pairs.
Quelques questions autour de l'affaire vue par Libération :

"Marquée à la gauche de la gauche, proche du philosophe marxiste Alain Badiou et de l’économiste radical Frédéric Lordon
(...)
un magazine habitué à recaser ses plumes tombées en disgrâce.
(...)
Des mots prononcés par Perdriel lors du conseil de surveillance alimentent les doutes. Proche d’Hollande, le cofondateur de l’Obs y a déclaré que Lancelin était «en faute avec la charte qu’elle a signée en arrivant à l’Obs. […] Notre journal est social-démocrate. Or elle publie des articles antidémocratiques dans ses pages.»
(...)
Pigasse, patron de la banque d’affaires Lazard France mais critique régulier des politiques d’austérité dans les médias, abonde : «Je n’ai aucun problème avec la ligne d’Aude Lancelin puisque c’est aussi la mienne.»
"


1. question sur l'entre-soi : ça veut dire quoi "recaser ses plumes tombées en disgrâce" faisant écho au "placards dorés pour journalistes tombés en disgrâce" de D.Schneidermann ? C'est propre à l'Obs ou il y a une sorte de garantie de l'emploi une fois qu'on a atteint un certain niveau dans le monde de la presse nationale ?

2. question sur Libé : quand ils disent "marxiste Badiou" et "radical Lordon" (qui ne se dit plus économiste mais philosophe, il faudrait qu'ils se mettent à jour à Libé), ça veut dire qu'ils s'alignent aussi sur ce qu'à l'Obs on semble appeler "social-démocrate" ? Est-ce que Lancelin aurait plus sa place chez eux qu'à l'Obs ?
Et c'est quoi exactement cette radicalité qui voit Pigasse se sentir sur la même ligne que Lancelin ? Il se trompe sur ses positions ou bien elles ne vont pas plus loin qu'une critique des politiques d'austérité ?

P.S. : "qui se ressemble s'assemble" paraît-il mais à part "compagne de Frédéric Lordon", il y a des éléments faisant penser qu'elle et lui partagent les mêmes positions politiques ?
A ma connaissance, les incendiaires de voitures de police sont membre d'Alliance, ou proches, en tout cas ils ne sont pas "à gauche". A part ce détail, je partage le fond de l'article...
C'est tout simplement un signe de plus de la mort clinique de la Sociale-Démocratie qui a rejoint le néo-libéralisme (à ne pas confondre avec le libéralisme, ça n'a rien à voir), et donc la droite.
La seule différence qu'on observera entre la "droite" et la "gauche" sera la tolérance plus ou moindre envers les homosexuels...
Daniel Schneidermann est toujours très sévère avec "Le Monde" (on a toujours raison de l'être), mais surtout depuis qu'il n'y émarge plus. Il l'est beaucoup moins avec "Libération" (où il émarge toujours). Il est donc logiquement très sévère avec "L'Obs", puisque le titre été racheté par la trinité du "Monde". Mais que deviendrait le "forum" des matinautes si l'on n'y défendait pas prioritairement le gratin des "penseurs" médiatiques et/ou des confrères qui alimentent la réflexion de Daniel Schneidermann (Badiou, Lordon, Plenel, Melenchon et tutti quanti) ? On se le demande. Pour l'orthographe, la "gauche" qui se cherche "à tâtons", c'est bien, un "ilôt", c'est moins bien, il faut écrire un "îlot".
La surprise ici n'est-elle pas de découvrir qu'il y avait une journaliste très à gauche numéro 2 de l'obs et compagne de Lordon ?

Car combien de fois a-t-on entendu ici, dans la rue, sur d'autres forums, que l'Obs était vendu, et le système médiatique "classique" impénétrable aux (vraies) idées de gauche ? On peut s'indigner de la pression des actionnaires et de la direction mais comme le dit le papier de Libé http://www.liberation.fr/futurs/2016/05/19/aude-lancelin-viree-pour-avoir-fait-battre-le-coeur-de-l-obs-trop-a-gauche_1453834 qui couvre assez bien l'affaire (alors que Libé aussi est vendu, non ?) cela montre l'existence d'un pluralisme que jusque là des gens comme Lordon, et des médias comme Fakir, nous avaient absolument caché.
Ce qui devrait aussi nous interroger sur leur dogmatisme à eux.
Vous allez trop loin, Daniel Schneidermann, nul besoin de caricaturer ainsi! Les faits parlent d'eux mêmes. Vous pouvez vous recentrer sur votre professionnalisme? Ou entrez en politique!
On dirait du Mélanchon (sur le fond et la forme, surtout).
De quoi XXXX est-il le nom ?

Serait-il possible d'utiliser un titre moins cliché ? Pourquoi les journalistes se sentent-ils obligés de copier le titre du livre de Badiou ?

Tiens, en deux clics j'ai trouvé un article du monde d'il y a 3 ans qui dénonçait déjà ce cliché journalistique.

[quote=Dider Pourquery]Je ne suis pas loin de partager l'ire de Wandrille Gaultier (le commentateur excédé de Jean-Marcel Bouguereau). Car, depuis Bernard-Henri Lévy le 21 juillet 2008, défendant Philippe Val dans sa tribune au Monde ("De quoi Siné est-il le nom ?"), jusqu'au papier de BibliObs, sur le dernier ouvrage de Badiou, le 14 juillet 2013 ("De quoi le théâtre est-il le nom ?"), nous arrivons sur Google à 86 millions d'occurrences pour cette expression ! Je pense, sans trop m'avancer, qu'il est temps de restreindre l'utilisation de cette formule. D'en décider un moratoire. Voire d'en décréter l'éradication.
+1
"Car oui, je le découvre ce matin, il existe une charte, que signent, parait-il, les journalistes de L'Obs à leur embauche."
mais, peut-être, ne vous a-t-on pas demandé de la signer.
Si ça se trouve elle a l'honneur d'être inscrite sur le fichier Marco Polo de X.Niel dont Politis relate les basses manœuvres dans une Enquête sur le système Free
Je sais vous avez pas accès à tout l'article mais ça vaut le coût d'acheter ce numéro ( et les suivants si a affinité!).
Cause toujours et ferme ta gueule sont dans un bateau (démocratique, bien sûr!). Cause toujours ne marche plus. Qu'est-ce qui reste? Ferme ta gueule!
Il me semble que nous sommes à ce point de bifurcation où cause toujours marche de moins en moins et où ferme ta gueule prend de plus en plus souvent le relais.
Sûr et certain qu'il n'y a que deux gauches, "celle qui invente son futur à tâtons sur les places françaises, et celle qui commande les porteurs de matraques" ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.