380
Commentaires

Nous et eux

Nous. Nos terrasses. Nos rires. Nos mains sans armes dans les rues de la soif.

Derniers commentaires

Il me vient, un peu tard un truc sur "nous" et "eux".

Un peu tard parce que j'ai beaucoup de mal à me sentir "nous" avec certains de mes cons-patriotes alors que je me sens beaucoup d'empathie pour "eux" .

"Eux" ce n'est pas ceux qui se font sauter, eux, c'est tous ceux que nous croisons un millier de fois par mois sans voir leur détresse.

Donc ce truc qui me vient trop tard :
si au lieu de pavoiser notre drapeau, nous avions arboré à la boutonnière ces trois mots devenus obscènes :
Liberté
Egalité
Fraternité
Nous : on voit à peu près qui ont est , et encore, on est pluriels, y a qu'à voir ici des gens qui sont tous anti Daech mais qui pourtant s'étripent

Eux: on a du mal à savoir vraiment qui ils sont. Voici déjà un article qui rappelle la différence entre Salafiste et Djihadiste.
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/pourquoi-il-ne-faut-pas-confondre-djihadistes-et-salafistes_1739319.html

là, sont les questions basiques

les salafistes sont des obscurantistes mais pas forcément des djihadistes, pour moi ce sont des ennemis idéologiques, ils sont dangereux, pour lutter contre eux il y a le savoir, l'éducation, la culture.

Quand les salafistes veulent imposer leurs principes à tous et commencent à traiter d'hérétiques ceux qui ne sont pas salafistes et à lancer des fatwas contre eux, voire à les éliminer par des éxécutions, des attentats ou des guerres, là ils deviennent des djihadistes salafistes. Pour lutter contre eux, il y a la justice, la police, l'armée.

il y a aussi des djihadistes qui ne sont pas salafistes.

tous les salafistes sont sunnites, mais tous les sunnites ne sont pas des salafistes

tous les sunnites sont musulmans, mais tous les musulmans ne sont pas sunnites

Eux sont donc aussi très pluriels, les musulmans ne sont pas nos ennemis, les sunnites ne sont pas nos ennemis, par contre les salafistes et les djihadistes sont nos ennemis. L'état prend une posture guerrière et affirme sa fonction régalienne justice , police, armée. Oui mais voilà, il n'y a pas si longtemps encore, savoir, éducation et culture étaient aussi des missions régaliennes, après avoir abandonné le point de vue régalien de ces missions, il abandonne peu à peu les missions elles-mêmes ou bien laisse les lois lois du marché les vider de leur substance pour en faire des produits marchands dont l'objectif devient de dégager des profits, et ensuite le plus de profits possibles.

C'est tout le paradoxe de la situation actuelle, Dash attaque le savoir, détruit les monuments et les documents historiques, attaque les universités, attaque les symboles culturels (Charlie, musée du Bardo, Bataclan etc), Ce qui fait de Daesh une organisation djihadiste salafiste.....
Mais comme nous aussi on a détruit le savoir la culture et l'éducation, j'ai envie de dire que nous aussi sommes obscurantistes et on est en train de de nous aussi nous ancer dans une guerre ce qui va faire de nous des guerriers de l'obscurantisme.

N'avons nous donc le choix qu'entre 2 formes différentes d'obscurantisme guerrier destinées à se faire physiquement la guerre, est-ce donc tout ce que l'humanité a à offrir au 21° siècle? Je suis dépité et je me ressens entre le "nous" et le "eux" mais comme de toutes façons pour "eux" je fais partie du "nous" et ben j'ai plus vraiment le choix, alors dépité je choisis mon camp je fais partie du "nous" mais je me sens si seul.
mal placé, désolé
Edit: ce texte expose grosso modo selon moi: quels sont les problèmes principaux et fondamentaux auxquels nous avons à faire face, pourquoi ce sont des problèmes et quelles en sont les solutions, philosophiques et pratiques. Désolé de vous ennuyer avec ça


En fait, "nous" et "eux", c'est juste une vision de l'esprit. Une séparation conceptuelle comme je l'ai déjà exprimé,. Autrement dit, dans l'absolu, affirmer l'existence du "nous" et du "eux", c'est d'abord reconnaître l'existence de différences. La seconde étape consiste soit à accepter ces différences, à les tolérer à en faire une force, dans un élan fraternel de respect et d'apport mutuel, soit à vouloir établir un rapport de domination: prendre le pouvoir, contrôler, coloniser, assujettir et uniformiser (ces deux tendances -pulsion de vie ou pulsion de mort - existent en chacun de nous, mais si on croit à l'esprit des lumières, alors on [s]peut[/s] doit choisir raisonnablement la Vie).

"Nous" et "eux" représentent basiquement deux ensembles de gens. Cet ensemble dépends de l'angle de vue (sociologique, économique, ethnique ou religieux) mais aussi de l'échelle à laquelle on regarde. A l'échelle d'une ville, c'est tel quartier versus tel autre quartier. A l'échelle d'un pays c'est peut-etre "nous" les toulousains et "eux" les parisiens (je ne suis pas toulousain, c'est un exemple). A l'échelle du continent, c'est tel pays contre tel autre. A l'échelle de la planète, c'est telle civilisation contre telle civilisation. Mais la réalité des civilisations est en fait un continuum: il n'existe pas de frontière réelle, de ligne de séparation précise, c'est pourquoi je qualifie cette séparation de "conceptuelle". C'est un point de départ pour réfléchir et analyser, rien d'autre.


Je ne crois pas au choc des civilisations. Il y a toujours eu des civilisations différentes, qui ont vécu des périodes de paix ou de troubles, mais qui ont toujours coexisté. En revanche, il est assez clair que notre civilisation a mené dans le passé récent (quelques centaines d'années) et continue de mener, des politiques agressives, de domination, de sujétion, de colonisation. Nous avons fabrique et nous fabriquons la pauvreté extrême, nous maintenons et aidons les pouvoirs dictatoriaux, le non-développement des autres pays, l'accaparement des terres, de l'eau et des richesses par une minorité de grands propriétaires (qui ne sont même plus des personnes physiques mais des personnes morales: les multinationales, même pas restreintes par l'inconscient moral qui existe dans les différentes Civilisations au niveau des individus. D'ailleurs, ce sont elles, les mulinationales ces enfants terribles du capitalisme, les pires "terroristes" quand on fait le bilan). Puis nous fabriquons les armes et les guerres, légitimées par une propagande de guerre (je remets le lien d'un autre internaute pour ceux qui avaient pas suivi). Le "choc des civilisations" n'est rien d'autre qu'une excuse pour légitimer nos guerres, pour se défausser de notre culpabilité. La capitalisme moderne (fruit de notre civilisation) a semé la guerre (car basé sur des logiques de propriété privée, la concurrence, le conflit, l'exploitation de l'autre, de "eux") quand nous aurions pu semer le partage, l'échange, la coopération. Les tentatives qui allaient ou qui vont dans le bon sens sont systématiquement sabotées, dénigrées, dénaturées par nos propres dirigeants (donc sous notre accord implicite). Soit dit en passant, ceux qui ont le plus de pouvoir ne sont pas ceux qui sont censés l'être (le gouvernement), ce sont aujourd'hui les grands groupes financiers, derrière lesquels se cache une classe d'hyper riches (actionnaires, banquiers et grands propriétaires). ceux-là sabotent tout tentative d'émancipation, tout simplement parce que ceux qui ont le pouvoir feront tout pour le garder. Malheureusement, ils en ont de plus en plus ! (là aussi un résultat de la logique d'appropriation, donc d'accumulation - les riches sont de plus en plus riches - jusqu'à quand va-t-on l'accepter ?)


Il ne s'agit pas de s'auto flageller ou de dénigrer notre civilisation (qui a enfanté beaucoup de très belles choses par ailleurs). Il s'agit de prendre conscience que participer et accepter le système actuel, revient à accepter, légitimer, cautionner ces rapports de domination, donc les guerres, donc les morts, et même nos morts. Alors qu'on ne vienne pas nous faire la morale ensuite, avec ces larmes de crocodile, ces injonctions à se conformer comme de gentils moutons que nous sommes. Les dirigeants cyniques en profitent pour exploiter les bas instincts de survie et de peur, pour nous manipuler, en cantonnant notre empathie naturelle envers tous les êtres vivants, à un "nous" tout petit, qui n'englobe qu'une infime minorité des êtres humains - ce qui est le racisme*. On nous intime l'ordre de nous conformer, de faire tous la minute de silence en même temps (c'est ça le flash totalitaire). On nous impose de ressentir de la compassion pour ces braves gens (pour lesquels oui je compatis), alors qu'on minimise toute compassion envers les divers peuples qui souffrent (avec lesquels je compatis également)

Il s'agit de comprendre que la lutte contre ce système (qu'on pourrait nommer le "capitalisme financiarisé"), et nos élites qui le défendent, est absolument nécessaire.

de toute urgence.

Le système de Daesh (bien que fort détestable), n'est qu'une mouche comparé à notre système, et la montagne de malheur et de souffrance qu'il engendre à travers le monde.

Il s'agit aussi de comprendre que notre rapport à la nature, pris toujours sous le même rapport d'appropriation puis d'exploitation pour le profit économique à court terme, nous mène droit dans le mur. A long terme, le danger n'est pas seulement des centaines de millions de morts, réfugiés politiques ou climatiques (ce qui serait déjà une raison bien suffisante), mais peut-être l'existence même de l'homme sur Terre. L'urgence nous oblige à prendre conscience des enjeux de notre temps. A la souffrance des Hommes, s'ajoute celle de la nature et des milliards d'êtres vivants qui la composent, L'urgence climatique nous concerne par delà les problèmes de notre petite civilisation. Les luttent écologistes, sociales, anti-militaristes, anti-colonialistes et anti-impérialistes se rejoignent, convergent.


L'urgence nous oblige à nous révolter, pacifiquement, pour que les rapports suivent enfin notre volonté commune de paix et d'harmonie. Nous devons redéfinir les bases des rapports entre voisins, concitoyens, pays, civilisations, entre les humains et les autres espèces vivantes (en particulier les mammifères qui nous sont très proches, mais en fait aussi de tous les animaux et pourquoi pas, les plantes), et même envers le respect que nous devons à notre terre Mère et à l'univers tout entier. (c'est d'ailleurs la raison première des religions. Reconnaître la sainteté de la vie, l'univers et le reste. C'est pourquoi je respecte les religions)


Il s'agit donc d'exiger de nos dirigeants qu'ils se basent sur le respect, le partage, la coopération, la tolérance, le pacifisme. Comme ils ne le feront pas de leur plein gré (ils sont trop cons, narcissiques et avides de pouvoir pour ça), ni par la "démocratie moderne" (qui est une vaste et sinistre blague, cf la Grèce par exemple), il faudra bien, un jour, qu'on refuse de participer à leur système, qu'on s'organise pour refonder notre civilisation autour des valeurs - en bref anticapitalistes.

Qu'on refuse de collaborer. Qu'on arrête et interdise la fabrication des armes (sitting devant les usines ?), et ainsi les massacres. Qu'on abolisse les paradis fiscaux. Qu'on interdise la spéculation à outrance. Qu'on limite la propriété privée et l'accumulation des richesses. Qu'on rétablisse des rapports Humains, dans toute sa profondeur et compassion. Tout cela est possible, réalisable et réaliste. Et oui, yaka, faux con.

Quand est-ce qu'on commence ?
connaissez vous ceci?

http://www.dailymotion.com/video/x37ol8w

ça va être difficile pour nous de discuter avec eux
les attaques du world trade center ont données ceux que recherchés "les terroristes".

un renforcement de la sécurité intérieure "patriot act" - à savoir faire chier le gents dans leurs propres pays "les policiers recrutés devront bien être occupés en périodes calme.
un tapis de bombes pour l’Irak et l’Afghanistan - à savoir pouvoir recruté de nouvelle chair à canon dans la misère de la guerre.
Guantánamo et le prisons secrètes de la CIA - à savoir sentiment d'injustice et ceux qui en sortent après plusieurs années de torture je me demande a quoi ils pensent ? surtout si ils étaient innocents au départ !§

Paris n'est que la suite logique, m'est avis que ce n'est pas fini.
Merci pour les neuf-quinze. Que nous puisse avoir un sens.

En fait, je trouve ça complètement flippant, quand on met les pieds dans le cadre, de penser que les problèmes ne sont pas là où les phares sont braqués.
Je ne veux pas non plus qu'on fasse l'impasse sur là où ils éclairent, mais qu'il faudrait arrêter avec cette satané tacite inutilité du cadre. Car ça mène à prendre des gants avec ce qui est juste, pour éviter les incohérences avec tout ce qui est dit sans gant mais ne devrait pas l'être. Et cela mène à un traitement stupide, dangereux, venimeux, du terrorisme, de l'économie, du réchauffement climatique.

Merci à vous, j'ai payé mon écot pour pour vous puissiez continuer. C'est bon pour nous. Il faudrait hélas que cela puisse être bon pour eux afin que nous et eux puissions avoir un avenir non seulement souhaitable, mais aussi viable.
http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/11/16/monsieur-le-president-vous-etes-tombe-dans-le-piege_4810996_3212.html
les mettre en prison s'ils voulaient commettre d'autres attentats

C'est exactement ce qui s'est passé à Guantanamo: tous ceux qui y sont incarcérés l'ont été sur des soupçons de terrorisme ou de complicité, sans qu'aucune charge légale n'ait été portée contre eux. Ce qu'autorise tout à fait l'état d'urgence, sans aucun recours.

Mais on ne construira pas notre Guantanamo pour autant. On saura raison garder. Le principe de Guantanamo, c'était que c'était hors du territoire américain, et la loi américaine n'y avait plus cours. Et sur une longue durée. Rien de tel ici.

Les lois dites «d'exception» aux États-Unis n'étaient pas non plus prévues sur la longue durée – même si cette durée était plus longue (5 ans) que ce que désire aujourd'hui petitement Hollande. Elles ont été reconduites déjà deux fois depuis 2001, il n'y a pas de raison que ça n'arrive pas aussi en France.

Le «nettoyage» ne se fera pas par ce genre de moyens, ou alors on parle de celui de nos libertés. Les moyens habituels (surveillance de masse, incarcération, etc.) ont démontré d'innombrables fois leur inefficacité chronique. Il serait peut-être temps d'essayer autre chose.

Je me permets de remettre un article du Diplo déjà souligné par Djac ci-dessus: Comment tarir les sources du recrutement salafiste armé.
J'adore la chronique !

Mais pour ce qui concerne les EUX, après tout, ce sont eux qui se sont mis hors du monde Eux qui ont accepté leur propre apocalypse en y incluant celle des autres.
Petits délinquants perturbés qui ont poussé les limites du monde jusqu'en Syrie et jusqu'à l'hubris d'Hannah Arendt, la démesure de leur destin dérisoire et inutile. Trois d'entre eux se sont fait exploser sans même faire la moindre victime.
Le vertige totalitaire de la déraison et de la mort. L'escalade habituelle des assassins ! On ne cherche pas d'explication politique au massacre de Colombine ! Une sorte d'ordre de la criminalité de tueurs en série ou de masse....

Chacun décide de sa propre vie, et ces gosses perdus ont un pouvoir de nuisance énorme.
Si depuis plusieurs années, on fait le décompte des jihadistes qui ont fait des actions de type terroriste, il y en aura eu une vingtaine au maximum sur une population de 60 millions de personnes, ou même si on limite aux musulmans, 5 millions de personnes, mais sur plusieurs années.
C'est infinitésimal, et ça ne vaut pas qu'on en fasse une pathologie ou un problème politique qui suppose un élan collectif par essence.
C'est certain que c'est du droit commun, qu'il faut sévir, les isoler, les perquisitionner et leur confisquer leurs armes, leur argent, les mettre en prison s'ils voulaient commettre d'autres attentats. Et le faire pour tous ceux qu'on soupçonne de vouloir commettre l'irréparable. Et de toutes façons, nous sommes dans un état de droit, et si au bout du compte, ils doivent passer devant la justice, il faudra bien respecter les procédures. On ne peut pas faire autrement de toutes façons.

Mais on ne construira pas notre Guantanamo pour autant. On saura raison garder. Le principe de Guantanamo, c'était que c'était hors du territoire américain, et la loi américaine n'y avait plus cours. Et sur une longue durée. Rien de tel ici.
Trois mois supplémentaires me semblent bien long, car la quantité d'abus possible pendant une telle période est énorme.

Et si le nettoyage doit prendre tout ce temps, il faut être sûr que dès la fin, la vie reprendra son cours.
Il nous faudrait des garanties.
Je me retrouve en partie dans ce billet.

En revanche je n'adhère pas à la formulation de Daniel :
"Tracer ce nous, c'est tracer un eux. C'est tracer, entre les deux, une ligne radicale, infranchissable"


Car pour retrouver la paix il faudra :
- soit EXTERMINER toux ceux que l'ont met dans ce EUX. Ni réalisable, ni souhaitable : ce serait devenir comme EUX.
- soit trouver le moyen de faire la paix avec EUX.

Aujourd'hui, cette option semble inatteignable. Mais pour la rendre possible il faut peut-être commencer par cesser de creuser un fossé qui risque de devenir "infranchissable" :
- en arrêtant d'apporter de l'eau à leur moulin, en donnant l'impression d'approuver les turpitudes de nos propres "élites" ;
- en faisant le ménage chez NOUS, en essayant de nous débarrasser de ceux qui, parmi NOUS, pillent les richesses des autres, corrompent leurs gouvernements, leurs vendent les armes qui leur servent à combattre leurs peuples et à les maintenir dans la misère...

C'est certainement un peu plus compliqué que de tracer une "ligne infranchissable" qui mettra peut-être un peu de baume au coeur, mais qui ne nous protègera aucunement.
Daniel,

Vous alimentez la chaudière, par ces lignes que vous écrivez et que vous tracez entre un prétendu "eux" et un prétendu "nous" labellisé par votre coup de tampon. Continuez de simplifier, de globaliser, continuez de ne pas vous demander pourquoi des garçons de 20 ans de Bobigny ou de Courcouronnes se suicident de cette façon, en emportant des dizaines de gens parmi la fine fleur des hommes et des femmes dans la mort avec eux, continuez de ne pas voir le désordre pathologique, la détestation de soi, la frustration éperdue qui sont le tuf de leur rage devenue meurtrière – j'écris bien "devenue", vous saisissez ? –, refusez encore (ce n'est pas la première fois, cette année) de voir vos petits frères humains dans ces gamins ahuris, continuez d'écrire "eux" et "nous", et nous continuerons tous de foncer avec vous, à tombeaux ouverts, votre "nous" et votre "eux", vers un chaos de balles chemisées, de flammes et de boulons.
Je voudrais vous signaler un très beau papier du magazine rock Gonzai, qui justement élève le débat et s'insurge contre ce nouveau communautarisme rock'n'roll/11e/happy hour.
http://gonzai.com/a-nos-lecteurs-et-aux-autres/

Au moment où nous attendons encore la liste complète des victimes suite aux attentats du 13 novembre 2015, nous ne pouvons que craindre d’y lire le nom de proches, de lecteurs, d’abonnés ou de toute personne que nous connaitrions de près ou de loin. Contrairement à l’attentat contre Charlie Hebdo, attaque symbolique dirigée vers un journal qui menait une guerre symbolique, ce week-end maudit a vu tomber une foule d’anonymes qui ne doivent leur mort qu’au fruit d’un cruel hasard. Non seulement nous pleurons la mort de Thomas Duperron, l’homme qui à force de travailler avec nous sur les soirées Gonzaï à la Maroquinerie était devenu un ami, mais nombre de nos proches se trouvaient dans ces lieux, vivaient au-dessus de ces cafés. Ils nous ont appelé pour nous prévenir des atrocités dont ils ont été témoins. Ces quartiers, ces rues, ces établissements, nous en respirons l’air et les fréquentons. Nous avons tous été visés et la frontière entre la vie et la mort n’est dûe qu’au terrible mystère du destin.

Si nous ressentions le besoin de nous adresser à vous, le cœur encore lourd de peur et de dégoût (pour une fois, nous comprenons intimement le sens de cette formule), c’est qu’une image s’est figée sous le flash des rafales : notre génération vit bien plus divisée que nous ne le pensons. En attaquant un mode de vie que beaucoup d’entre nous partagent (boire le vendredi soir, se rencontrer dans les bars, aller à des concerts) il semble évident que les cibles étaient définies, qu’elles attaquaient une ‘communauté’ : la notre, car nous nous sommes constitué ainsi, sans même nous en rendre compte. Gonzaï, qui s’efforce modestement depuis plusieurs numéros de définir un « nous » pour parler de cette génération et en expliquer ses mœurs, n’a pu que constater en descendant dans les rues dès vendredi, à quel point il est devenu urgent de renouer un lien avec l’ensemble des individus qui la constitue. Laissez nous partager avec vous ces quelques paroles d’un homme de 28 ans, née de le XXe arrondissement; c’est un citoyen français musulman : « ce pays s’enferme dans le communautarisme : les gens vivent côte à côte sans jamais s’adresser la parole. Les établissements visés vendredi ne sont que peu fréquentés par des Français dont les parents sont immigrés. Mais regardez : est-ce que vous allez dans les bars à chicha, vous ? »

Maintenant que nous sommes certains que la plupart des assassins de ce week-end étaient français et qu’ils ont grandi en région parisienne, tentons de comprendre pourquoi ils ont choisi de taper dans ces arrondissements ? Pourquoi pas Belleville, rue du faubourg du temple, rue du faubourg St-Denis ou la Goutte D’or ? Parce que les rues touchées sont celles où la « mixité sociale » est la plus faible, que ce sont les quartiers symptomatiques du phénomène que nous tentions récemment de décrire dans cet article sombrement intitulé La revanche des faubourgs.

Pour la première fois dans l’histoire des attentats sur notre territoire, c’est un conflit venu de l’intérieur qui touche notre génération. Sous le vernis religieux (car on ne devient pas martyr en appuyant sur un détonateur. On le devient comme Malcom X quand on tombe sous le poids des persécutions de ses ennemis, quand on a mené son combat avec tant de force que le seul moyen de vous faire taire reste de vous faire tomber) s’exprime de la manière la plus extrême une situation que nous avons laissé s’installer en totale inconscience. Nous nous sommes tournés le dos et, reconnaissons-le, nous ne nous parlons que très peu. Quiconque à des yeux pour voir ne peut que constater cette ségrégation silencieuse qui morcelle nos villes. Que nous ont dit les citoyens musulmans à qui nous avons parlé ? Qu’après avoir exprimé une grande peur quant à l’avenir, ils avaient des choses sur le cœur à nous confier. Ils nous ont parlé de ces quartiers où de nouveaux arrivants n’ont que peu de considération pour les anciens, de ces immeubles où des dizaines de familles qui ont été déplacées pour créer des lofts deprivilégiés, de ces bars et restaurants où ils ne se sentent ni les bienvenus, ni a leur place. La fracture est telle que lors de ces conversations, une fois leur confiance gagnée, nous avons pu reconnaître les uns et les autres que ce week-end, toutes les « communautés » n’étaient pas atteintes au même niveau, ni n’exprimaient le même sentiment. Cette situation est anormale. Voilà qui est désagréable à écrire, mais la prise de conscience de tous est nécessaire.

Comme en janvier, notre premier devoir est de sonder nos cœurs pour nous demander ce que nous voulons vraiment pour notre pays, nos enfants, ce en quoi nous croyons et ce que nous ne voulons plus accepter (de nous-mêmes, de nos dirigeants, de nos concitoyens). Ce travail, ce n’est ni aux élus ni aux institutions de le faire, mais à chacun d’entre nous. Puis, si comme nous vous partagez la conviction qu’il nous faut vivre ensemble, il est du devoir de chacun de parler et d’écouter toutes les personnes que nous ne reconnaissons plus : nos voisins et collègues, notre boulanger, notre voisin de métro. Il n’y a que deux voies possibles pour le changement : le dialogue et l’alliance, ou la violence. Comme chez Gonzaï nous pensons que le vrai homme est un bâtisseur, et non un destructeur, nous savons désormais ce qu’il nous reste à faire. Ne rien faire, se contenter de retourner dans nos cafés en écrivant « Daesh on t’encule » comme on le voit fleurir sur tous les profils Facebook, n’empêchera en rien deux blocs de la société de s’éloigner, progressivement.

Avec toutes nos tendres pensées pour les victimes, leurs familles, les blessés et toutes les personnes qui savent que la marche du monde est entre nos mains.
De plus en plus n'importe quoi cet édito.

Daniel semble découvrir qu'il n'appartient pas au même monde mental que celui des terroristes, de même que la plupart des français, qui effectivement au lieu de partir en Syrie et en revenir pour tuer massivement d'autres français, boivent des coups en terrasse, vont au stade et au concert: mais à quoi rime cette branlette pseudo-poétique autour du "nous" et du "eux"?


Quand à la tentation extrajudiciaire, évidemment qu'elle va se présenter. Elle va être soutenue du côté de la droite et de l'extrême droite, mais je ne serais pas surpris qu'un énervé de droite à mentalité de flic comme Valls mette en place un tel dispositif.

Le fantasme d'"épuration" policière dans les milieux islamistes règne dans les conversations, y compris sur ce forum...

Or là aussi faut arrêter de croire que la France est un modèle immaculé des "droits de l'Homme": l'épisode entier de la guerre d'Algérie est là pour nous rappeler que notre Etat dispose d'une longue expérience dans ce domaine.

Ca commence à sentir vraiment pas bon pour la démocratie en France: comme par hasard, c'était le but des stratèges de l'OEI.
pour rester dans le "nous et eux" voilà un article qui me semble assez juste :

http://gonzai.com/a-nos-lecteurs-et-aux-autres/
totalement en phase avec Daniel.
Eux et nous.... vieille histoire...

Encore une occasion d'évoquer Desproges: "L'ennemi est bête, il croit que c'est nous l'ennemi, alors qu'en réalité c'est lui". Alors, moi, je suis qui? l'ennemi? Ou l'ennemi de l'ennemi? Si celui qui veut la guerre et celui qui ne la veut pas en viennent à se tirer dessus, qui a gagné avant même que le combat commence? J'ai beaucoup entendu que les terroristes veulent nous faire peur, et que si on a peur, ils ont gagné. Plus sûrement, ils veulent nous faire céder à la haine. Et si ça marche, ils ont gagné.
Pour moi, il y a bien une démarcation, une ligne rouge, entre "eux" et "nous", c'est celle du respect de la vie.
En attendant Guantanamo, pour l'instant, j'ai du mal à visualiser le concept d' Etat d'urgence national. A moins que son champ d'application ne se limite à l'intersection des brd Voltaire et Richard Lenoir.
Il se trouve que nous avons passé le week end à Paris.
Pour le trajet en avion, rien de spécial, tout était normal, on n'a meme pas sorti nos cartes d'identité.
A Paris, rien de spécial non plus. Sauf hier apres midi on a constaté que la police laissait les parisiens s'attrouper à la République, à quelques metres de camions satellite des chaines TV. Bref, un kamikaze aurait pu faire un beau carnage en se mettant au milieu de la foule.
On appréciera la cohérence entre fermer les centres commerciaux et laisser une manifestation de commémoration se former à la République devant les TV etrangères...

J'ai donc une autre hypothèse que Guantanamo. Hollande et Valls se souviennent que leurs courbes de popularité avaient grimpé après l'attentat de Charlie Hebdo.
Ils surjouent donc la crise, prennent des postures martiales, décrètent l'état d'urgence national , lachent 20 bombes sur Daesh (alors qu'on sait que des bombardements aériens ne servent à rien sans des troupes au sol) , passent à la télé et dans les radios.
Il y a des elections dans un mois et "tout ça , coco, ça peut jouer en notre faveur".
Je n'arrive pas à revoir la séquence, mais il me semble qu'il n'a du tout dit que état d'urgence = Guantánamo. Il a juste éclairé, à la demande du journaliste, l'idée évoquée par Laurent Wauquiez de confiner les fiches S. Le raccourci fait par ASI est donc douteux.
Dans la logorrhée son/images incessante depuis 2 jours, j ai juste retenu un petit truc: à un moment un intervenant dit:" Il existe dans le code une loi qui oblige les magistrats à quitter leur poste après 10 ans de bons et loyaux services" Ceux-ci restent bien sur magistrats mais officient dans d'autres domaines

Alors si cela se vérifie ( et je compte bien sur @si pour mener l'enquête) le juge Trévidic n'exerce plus son rôle dans les affaires d'antiterrorisme seulement , et seulement, parce qu'il est arrivé au terme de ces 10 années. Pas de politique ou de coup foireux et autres fadaises pour écarter ce juge. Juste l'application d'une loi.

Comme l'intervenant à la télé je déplore cet état de fait qui écarte légalement (j'ignore l'origine de cette loi) un magistrat qui connait très bien ses affaires et pourrait les poursuivre avec efficacité. Mais les arcanes de la justice semblent toujours aussi impénétrables...

Jean-Dô
il faut une radicalité sans pareille de notre coté ; il faut sortir de nos murs de lamentations et agir autour du trafic d'arme , trafic de drogue délinquance banditisme ;nous savons qu'ils cousinent entr'eux.

La justice doit cesser de ne pas prendre la mesure de la dangerosité de ces individus;
l'armée en état d'urgence à le droit de fusiller le traître
je ne vois pas en quoi ma démocratie si elle affirme ses valeurs devrait infléchir cette politique
fauchés ? Alors que le Qatar les finance ? hahaha.
Hier soir, eux ont subi un bombardement de nous. Combien de morts civils ? Combien de gens fauchés alors qu'ils vaquaient à leurs occupation ? Nous n'aurons pas les images. Ca n'existera donc pas.
Nous, vieux peuple catholique athée, sachons reconnaître la petite lueur d'humanité qui brille au plus profond de chaque crevure d'Allah. Amen.
L'une des choses les plus interessante que dit trividic est surement sa reflexion sur la stratégie à moyen/long terme de Daesh.

On tappe sur la France
La France rejette la faute sur les musulmans
Les musulmans se sentent persecutés
Les plus fragiles basculent dans la haine de l'occident
On recrute encore plus de personnes.
@répéter l'opération.

C'est grosso modo ce qui est entrain de se passer entre certaines personnes de ce forum
Sémir qui attise la haine avec ses raisonnements anti-francais (aka la France le pays le plus islamophobe du monde)
GauthierR qui attise la haine avec ses raisonnements anti-musulmans (aka les musulmans soutiennent en secret ses attentats)

Et au milieu de ça, il y a de nombreux petits singes sur ce forum.
"Cette ligne continue, oser l'appeler par son nom."
Ah oui ? Mais alors dire aussi où elle passe, entre qui et qui ?
Je disais ailleurs
"Allons nous cerner des quartiers entiers, les fouiller de fond en comble pour y trouver les armes? Mettre massivement en garde à vue la société musulmane (car, oui, les terroristes actuels se réclament de l'islam)? Voulons nous solidariser, comme nous risquons de le faire en exigeant qu'ils s'en démarquent en tant que tels, les français musulmans avec les terroristes ?
Et Sarkozy qui claironne partout, avec , en écho, les ineffables Wauquier et Jacob, qu'il faut ceci et cela...tout ce que, pendant son mandat il n'a cessé de démanteler...Quand il n'accuse pas Hollande des manquements intervenus pendant qu'il était aux commandes.
Cet être inqualifiable est entrain de continuer sa campagne sur l'horrible souffrance de ceux qui ont été touchés dans leur chair et de leurs proches. On croyait avoir cerné l'individu. Le pire n'est jamais fini!
Encore plein de haine dans le forum d'@si. Et ce n'est pas fini. Je vais renoncer à lire..... Ne confondons pas quelques tueurs avec toute une population de "eux" mais qui sont ces "eux" ? Où sont-ils ? Comment les empêcher de continuer à tuer.

En même temps je n'ai envie de trouver des explications-justifications aux meurtres et encore moins de me culpabiliser encore et encore. Vous me faites penser Daniel à l'attitude une femme battue qui est persuadée d'être coupable et d'avoir bien mérité les coups.

On fait quoi maintenant, on se fout sur la gueule ?
Daniel, on n'a pas du voir la même interview. J'ai vu un Trividic VOULOIR un Gantanamo en France. J'ai l'ai entendu expliquer qu'il aurait bien aimé faire son boulot par les moyens légaux, mais bon, que voulez-vous, il faut savoir franchir la ligne jaune. Trividic, le bon client de ce week-end médiatique. Mais aussi Trividic, le nouveau chouchou.

J'ai vu Trividic, le héros de tous mes contacts Facebook, bobos parisiens persuadés que leur monde est le plus beau et le plus juste, ce Trividic dont ils mettent les vidéos en ligne avec la mention "Regardez absolument jusqu'au bout, cet homme dit la vérité", servir de caution gouvernementale pour enfoncer la France dans l'ère Bush.
Empêcher les migrants de passer sous prétexte qu'un salopard peut se glisser parmi eux, c'est aussi bête que de ne plus cueillir de champignons au risque d'en ramasser un mauvais, pire un mortel. Il suffit de s'informer pour être capable de faire la distinction, non ?
On fait quoi avec les Français radicalisés qui sont nés là, sur le territoire, et qui ne sont pas des migrants ?
Bien sûr que ce n'est pas facile de lutter contre ces fanatiques, encore moins d'essayer de leur faire comprendre quoi que ce soit. Ils ont le cerveau gangréné.
On peut les enfermer dans des camps comme disent les gens de tribord ou les gazer directement, et dieu reconnaîtra les siens, dixit Simon de Montfort avec les Occitans. Encore faut-il que le dieu de permanence soit le bon et qu'il ne se mélange pas les pédales avec le fidèle du voisin.
Justement, la différence entre "eux" et "nous", c'est qu'ici, en France, il y a des lois qui sont sensées protéger ou condamner le péquin, même ordinaire. Le problème de ces lois, avec ces "eux", c'est qu'elles fonctionnent très mal dans l'urgence. Alors, peut-être faut-il déroger quelque peu sans aller jusqu'à Guantanamo. Accentuer les contrôles sous toutes les formes. Oui, c'est contraignant, mais si ça peut sauver des vies, ça devient vital, donc indispensable.
Ayé le forum ressemble à nouveau à une tour de Babel. On y vient haranguer l'auteur de la chronique. Lui reprocher, qui son langage équivoque, qui son aveuglement sur ce que "qui" pense et a raison de penser. Lui avouer ses lectures fautives car dans ce désordre tout est possible, on pardonne, on se sert les coudes oui ou non?

Je trouve que pourtant le style est clair, le terrain est déblayé. Si il y a une incohérence qui nous déstabilise, elle n'est que l'ombre du doute qui plane quand on ne veut pas asservir sa pensée à des certitudes plombées. Et la fin fait un focus sur une interview qui m'a échappée, bien que je me sois abreuvée de télé plus que raisonnablement.

Et je comprends parfaitement ce que dit Trévidic. Le surplomb sur la situation que son constat implique fait qu'il ne sera pas entendu. J'avais lu un article dans slate sur les méthodes hors la loi et secrètes, jusqu'à maintenant, d'intervention "home".

J'aimerai mieux que les juges et la justice puissent mettre un pied dans les pays où se logent les terroristes, plutôt que les méthodes dictatoriales mettent un pied en France.
Les événements permettent de franchir un pas, dont on n'a pas conscience, et dont on n'a pas la certitude qu'il n'est pas sans retour.
Une réaction rapide :
Je n'ai pas l'impression que ce sont uniquement les hipsters qui ont morflé, dans ce mot ironique il y a la vérité, le mot MORT.
D'abord parce que le concert a attiré toute une jeunesse que l'on ne peut qualifiée ainsi.
Par ailleurs, si les terroristes avaient réussi, c'est au Stade de France qu'on aurait dénombré le plus de victimes, et là les hipsters on les voit peu.
Ensuite, il est vrai qu'il y a les politiques dont certains devraient être traduits en cour martiale puisqu'ils disent que nous sommes en guerre et détruisent le moral des troupes, à savoir NOUS.
Sarkozy et son débectable discours dans la cour de l'Elysée, lui qui exige aujourd'hui des forces de sécurité alors qu'hier il avait compressé les effectifs de sécurité, réduit ceux des tribunaux.

Si nous sommes en guerre (ce qu'on peut refuser, mais peu importe les termes), on garde sa dignité, on n'exprime pas ses peurs, on agit posément avec sang froid et respect pour ceux qui font le travail d'experts et on ne se pose pas en expert au moindre micro ouvert.

Il est vrai qu'ils doivent rigoler les propagateurs de mort dans la noirceur de leur cerveau à nous voir poser des roses et détaler au moindre pétard sur la Place de la République, mais notre supériorité, celle que l'on doit répéter sans cesse à la face de ces ordures (pardon je me laisse aller), c'est que hipster ou fan de foot, ou ni l'un ni l'autre, simple amoureux d'un vers d'Aragon au point d'y trouver réconfort, visionneur sans fin de vidéos venues du monde entier qui nous disent et redisent que nous sommes importants à leurs yeux en raison de tout un art de vivre qu'ils nous envient à tort ou à raison comme nous envions le thé ou le falafel dans un petit café de Beyrouth, émus des mots de Madonna à Stockholm, nous puisons dans cela des raisons d'humanité car nous savons envers et contre tout ce qu'ils tentent de nous faire croire que la vie est autre chose que de broyer du noir et de massacrer pour palier à son propre désert affectif et à sa folie.

"Il fait beau comme jamais
Un temps à rire et courir
Un temps à ne pas mourir
Un temps à craindre le pire
Il fait beau comme jamais"
Eux, c'est Nous
Bien sûr que non, il n'y a pas de "nous et eux". Bien sûr que si, le nihilisme traverse toute notre société occidentale, la travaille en son coeur, en son sein, chez nos frères, chez vos enfants comme vous dîtes.

Daech offre un absolu, un sens à la vie, un statut d'élu dans une France désorientée qui ignore si elle a encore des valeurs.

Elle est si attirante la tentation du radicalisme et de la violence, face à nos "petites" vies de "petits" bourgeois de gauche, ses p'tits cafés, ses p'tits concerts, ses p'tits restaus (comme dirait Nicolas Fargues)... Elles sont si faciles à haïr nos petites vies, qui se contentent du peu que la vie a à offrir en essayant de respecter la vie des autres.

Mais ces petites résistantes que vous dépeignez avec condescendance, qui suscitent d'après vous le rire des terroristes, moi je les admire. La pente du malheur est tellement plus naturelle. Il est dur de contenir sa violence, il est périlleux d'aimer, et bien ambitieux d'être heureux.
Et je crois au contraire qu'elles les font enrager, nos fragiles tentatives d'appeler à un monde plus fraternel, nos petits bateaux de papier qui flottent mais ne coulent pas, nos missives et nos dessins froissés bien conscients de leur dérisoire.
Ils aimeraient tellement qu'on se résigne ou qu'on cède à la haine, les extrêmistes, les racistes, les haineux de tout poil...

Ces derniers jours ont montré que la France n'était pas un pays haï, qu'au contraire elle était un pays aimé par beaucoup de gens, dans d'autres lieux où elle représente encore quelque chose. Ces derniers jours m'ont donné une furieuse envie de me réveiller en écoutant Eagle of Death Metal.
Et ce matin, dans une interview parues dans "Les échos"
"Plus largement, la France n’est pas crédible dans ses relations avec l’Arabie saoudite . Nous savons très bien que ce pays du Golfe a versé le poison dans le verre par la diffusion du wahhabisme. Les attentats de Paris en sont l’un des résultats. Proclamer qu’on lutte contre l’islam radical tout en serrant la main au roi d’Arabie saoudite revient à dire que nous luttons contre le nazisme tout en invitant Hitler à notre table."
http://www.lesechos.fr/politique-societe/politique/021479598108-marc-trevidic-dautres-attentats-sont-a-prevoir-1175316.php?ojJ7HWizX3K5CZt0.99
Bonjour,
Marc Trévidic a également énoncé sur France 2 quelques vérités difficiles à publier sur la collusion de nos élites politiques et médiatiques avec les parrains du wahhabisme international.
https://www.youtube.com/watch?v=Oz0WKTmmTxs
"Que nous bombardons là-bas, ne l'oublions pas"

Vraiment vous n'avez rien d'autre à dire ?
Je suis fascinée par les retournements de casaque politique auxquels nous assistons depuis vendredi soir.

D'abord, et depuis plus de dix ans maintenant, une rhétorique humanitaire, bien de gauche, "ah les pauvres libyens démocrates / les pauvres irakiens démocrates / syriens démocrates / maliens démocrates / tchadiens démocrates / ivoiriens démocrates", enfin bref remplacez un peuple opprimé par un dictateur sanguinaire par n'importe quel autre peuple opprimé par un dictateur sanguinaire et vous obtiendrez le marketing de la rébellion parfaite, et les justifications nécessaires à "faire la guerre pour apporter la paix".

Depuis quatre ans des gentils qui se répandant sur les plateaux en expliquant que nous abandonnons les syriens à leur sort et que nous laissons faire Bachar.
"Il faut virer Bachar" entendons nous inlassablement chez de nombreux analystes (la part la plus amusante du spectacle étant de voir les humanitaires gentils rejoindrent en un mouvement enthousiaste les atlantistes néo cons qui ont tout compris sauf ce que l'histoire leur enseigne : qu'on ne gagne pas des guerres par les airs, qu'on ne peut exporter la démocratie, qu'on ne peut forger un peuple qui ne s'est pas forgé lui-même... illusions du "State Building").

Des années de litanie interventionniste chez les politiciens et géopolitistes de tous poils.

Et puis le 13 novembre.

Et hop, retournement de veste, en mode (invariable) culpabilisant.
C'est de notre faute.
fallait pas y aller.
Ils nous frappent parce que nous les bombardons.
Après le "faut y aller sauver "les petits noirs / les arabes opprimés" en mode "on va leur apporter la lumière des bombardements et ils nous remercieront", nous avons droit à l'exact inverse, ce qui revient à dire que tous nos putains d'analystes de mes couilles sont incapables d'assumer leur responsabilité, que l'opinion se fait et se défait à la faveur d'un événement contredisant des tas de certitude, que tout ceci est le contraire de la pensée et du courage.

C'est insupportable. Car au-delà du point de savoir si notre politique étrangère doit être revue (et elle le doit) il me semble que Mostefai n'était pas syrien.
Parce que pour l'instant tous les suspects sont de nationalité FRANCAISE.
Merde !

Nous avons un problème interne. j'ai autre chose à foutre ce matin que d'en analyser les causes, mais il faut ARRETER de dire que nous avons été frappés parce que nous bombardons la Syrie.

Par ailleurs franchement accuser le gouvernement de mener une politique qui ne fonctionne pas sur un plan sécuritaire est d'une malhonnêteté intellectuelle qui confine à la connerie.
Les frontières sont des passoires, on transporte des armes comme on veut ou pas loin, si demain je voulais me fournir je connais deux ou trois gugusses qui pourraient me procurer une arme facilement. Libre à moi dans mon délire djihadiste de me pointer un soir dans un théâtre parisien et d'y faire un carnage, car comme l'a cette fois-ci expliqué Trevidic, nous ne pouvons pas éviter que cela se reproduise.

Il a déploré la sortie du judiciaire dans la lutte anti terroriste et il a raison, mais il a également rappelé le caractère incontrôlable du phénomène qui nous touche de plein fouet. les attaques ont à peine besoin de coordination, nous sommes cette fois-ci loin du 11 septembre et bien plus proches d'un Columbine islamiste.

Pour arrêter ces gens là, bonne chance.
Un autre truc qui me fout en rage : nous sommes face à des gens qui se réclament de la pureté de leur religion de merde, qui haissent les femmes, la beauté et la culture, prétendent vivre comme des ascètes et font montre de leur vertu infaillible.

La vérité est que ces gens se financent auprès DE NOUS en fourguant le pétrole dont nous avons besoin pour faire tourner nos villes et nos industries.
Ils se logent dans les plus belles villas violent des légions de femmes au nom d'Allah et vivent dans un luxe inoui.
Ils ont en réalité tout compris au capitalisme dont ils sont de superbes et abominables avatars.

Donc moi je veux bien qu'on passe notre temps à se fouetter la trogne avec des orties fraîchement coupées, méchants ethnocentristes que nous sommes, crypto impérialistes etc etc etc, enfin on connaît la chanson. Mais nous sommes face à des gens dont l'hypocrisie me semble-t-il est au moins mille fois supérieure à la nôtre. Quand ce nouveau roman national,de la honte de l'histoire, de la honte du pouvoir et de la honte de la domination rencontre des tarés qui ressemblent à des Tony Montana enturbannés qui n'ont d'autre projet politique que de buter tout le monde et soumettre la terre entière, je me demande laquelle de ces "perversions" (puisqu'il faut dire du mal de soi en société n'est-ce pas) je préfère.

Pour moi c'est tout vu. Je crois que parfois il faut avoir la décence de préférer ses faiblesses à la folie de ceux qui nous ont pris pour ennemis.
ce qui n'empêche pas de travailler sa vertu, en commençant par cesser le commerce avec les saoudiens, les qataris, etc.

Mais comme cela ne se produira pas nous sommes d'ores et déjà perdus.
Mais sans notre système économique, ils ne sont rien !

On va se réveiller enfin bordel !??! Notre système économique, capitaliste, libéral, mondialisé, dérégulé EST SEUL responsable de ces horreurs.
ça a commencé avec l'esclavage cette histoire dans l'horreur totale. Et depuis ça continue.

Des connards cyniques se gavent sur le dos des peuples en toute impunité ! Si Daesh existe c'est à cause d'enjeux économiques pilotés directement par nos "superbes" multinationales et donc par leurs actionnaires. Rentiers bien au chaud comme depuis toujours, qui jamais ne seront en première ligne, ni dans les usines, ni sur les champs de bataille, ni sous les rafales et les bombes des terroristes. Ces gens vivent dans leur monde à eux, leur univers bien protégé.
Les enjeux du moyen orient n'ont rien à voir avec la religion. Ils ont uniquement à voir avec le pognon.
La position OTANISTE est uniquement de protéger des enjeux économiques des US en objectif ultra prioritaire. Tout ce qui peut maintenir la puissance capitaliste à flot est bon à prendre. Même le plus horrible.

Daesh c'est Batista, Pinochet, Klaus Barbie, Noriega, Mobotu, Ben Laden, les Saoud ! Tous soutenus par la CIA et le Mi5 pour maintenir les intérêts du grand capital !

LO et le NPA ont bien raison dans leur communiqué de dire que ce sont encore des travailleurs, les classes laborieuses qui sont touchées (si on m'avait dit que j'encenserai LO et le NPA un jour...) Il suffit de regarder l'article de Libé, toutes ces pauvres victimes sont présentées par leur travail ! C'est incroyable !

Et nos gouvernants nauséabonds, caniches du capital, qui continuent à nous enfumer. Et nous on gobe, comme des débiles décérébrés !

Ce qui se passe en ce moment, il faut l'analyser avec du recul. Le bordel que met la France partout en Afrique et au moyen orient doit être connecté aux politiques économiques locales : tout pour les intérêts financiers ! Le collectif n'existe plus, le peuple n'est plus qu'un concept lointain, tout juste un étal de leur marché du travail érigé en totem. CICE, loi macron, subventions aux entreprises, austérité, objectifs de croissance, pression sur la grèce, dénigrement des principes démocratiques élémentaires (référendums servant de papier chiotte), condamnation de militants syndicaux, délocalisations, accidents du travail en explosion.

Il faut oser connecter tout ça ! Allez au boulot les journalistes, c'est votre job ! Il faut démocratiser les travaux des économistes hétérodoxes survivant tout juste, remettre le débat sur la table, oser les contradictions, les confrontations.

Il y en a marre du consensus mou qui nous mène droit dans le mur. Il faut une opposition massive à ces politiques qui nous tuent de plus en plus violemment !

A bas la dictature économique ! A bas la religion capitaliste ! Luttons contre le seul endoctrinement massif le plus dangereux : la propagande capitaliste !

Le capitalisme est en train de crever, il cherche une issue par tous les moyens, il est l'heure de l'achever définitivement.

PS : C'est un entrepreneur qui le dit, qui bosse dans les pieds dans les usines, et qui hallucine tous les jours de l'autodestruction du capital, qui n'a plus d'autres objectifs que de se gaver à très court terme car les rentiers savent qu'un grand chamboulement est en cours. C'est le bordel absolu, tout tourne à l'envers, il n'y a plus aucun sens à rien à part le gavage à outrance d'une caste minoritaire qui cherche par tous les moyens à maintenir sa domination. Le capital est bête, simpliste, brutal. Opposons lui l'intelligence sociale, la justice, le bien commun, la complexité de l'intérêt collectif !
C'est terrible de lire un représentant du Nouveau Parti Antisémite.
C'est terrible de lire des gens qui n'ont rien à dire. D'autant plus que je ne suis pas partisan du NPA, loin de là...

Alors à la niche le bon faf, on n'en a rien à foutre de tes conneries.
l'esclavage n'a rien a voir avecle capitalisme mondialiser.

L'esclavage a ete la norme partout : en europe jusqu'au revolution, on etait sujet des nobles, droit de cuissage , etc
En russie, il y a le servage, on appartient au proprietaire de la terre ou on vie jusqu'a la fin du feodalisme, remplacer par un gouvernement authoritaire communiste, lui meme remplacer par un pouvoir totalitaire de droite ( la on peu citer todd et la famille souche) .

L'esclavagisme etait aussi la norme dans l'antiquité.Quant au grand marchand d'esclave, cela a ete le nomade du desert qui ont ete parmis les plus grands .

L'esclavagisme et la segregation au USA , elle par contre est un esclavagisme au sein du capitalisme, et cela a ete cassé avec une guerre civile d'abord, et puis les civil rights . Non, l'esclavage pur et dur n'est pas le capitalisme, le capitalisme aime la servitude volontaire, ou l'esclavage mais caché, car toute l'idee du capitalisme c'est jsutement la liberté individuel, c'est justement ce fantasme du merite, et d'un grand jeu ou le meilleur gagne .

Donc tu es complement a coté de la plaque, en ayant quelques mot juste .

Oui le capitalisme mondialisé est responsable du malheur du monde , mais non cela n'est en rien lier a l'histoire, au contraire c'est une rupture avec l'histoire, et l'histoire , le passé, les anciennes legitimité sont caduques.

Nous sommes face a une table rase, et non a une pseudo culpabilité historique , avec les occidentaux comme grand mechant de l'histoire .

Un autre truc qui me fout en rage : nous sommes face à des gens qui se réclament de la pureté de leur religion de merde, qui haissent les femmes, la beauté et la culture, prétendent vivre comme des ascètes et font montre de leur vertu infaillible.

Bof, c'est surtout des petits délinquants, esprits faibles a qui on a vendu une rédemption pour leurs turpitudes terrestres et une justification pour l'impunité de leurs nouveaux crimes. Je ne suis pas convaincu qu'on trouvera beaucoup d'ascètes dont la "vertu" n'a pas déjà failli de nombreuses fois dans ces soi-disant combattants.
(...)


Donc moi je veux bien qu'on passe notre temps à se fouetter la trogne avec des orties fraîchement coupées, méchants ethnocentristes que nous sommes, crypto impérialistes etc etc etc, enfin on connaît la chanson. Mais nous sommes face à des gens dont l'hypocrisie me semble-t-il est au moins mille fois supérieure à la nôtre.
Quand ce nouveau roman national,de la honte de l'histoire, de la honte du pouvoir et de la honte de la domination rencontre des tarés qui ressemblent à des Tony Montana enturbannés qui n'ont d'autre projet politique que de buter tout le monde et soumettre la terre entière, je me demande laquelle de ces "perversions" (puisqu'il faut dire du mal de soi en société n'est-ce pas) je préfère.


Evidemment que c'est d'une complète hypocrisie (encore pire de Cloclo G. se faisant l'apôtre de la sévérité judiciaire en sortant du TC avec sa condamnation pour ses petites enveloppes de liquide).
Cependant il reste important de ramener les choses à leur juste proportion ; "buter tout le monde" et "soumettre la terre entière", on en est loin. Le but premier d'un acte terroriste est d'inspirer la terreur (et ce qui va avec, en général n'importe quoi).
Ces actes sont insupportables par l'intention de leurs auteurs, leur nihilisme et leur méchanceté. Mais, s'ils constituent un drame terrible pour plusieurs centaines de personnes qui sont directement affectées, le bilan humain et la menace effective restent faibles à l'échelle d'un pays.
Le copilote dépressif de Germanwing a fait plus de dégâts. Le taré norvégien d’extrême droite avait fait à lui tout seul avec le même type de mode opératoire plus de la moitié du même nombre de victimes.
A une échelle individuelle, il y a guère de raison de s'affoler. Ou de réclamer des lois d'exception.
Moi il y a un truc qui m'agace, c'est d'entendre qu'ils se moquent de mourir. Ah oui ? Mais qui vient se faire exploser ? Les chefs ? Le grand mamamouchi amateur de Rolex ? Que nenni. Eux ils restent bien au chaud et il faudra au moins un tapis de bombes pour en venir à bout. Des crevures illuminés s'étripent à leur place ! Merci qui ?

NB pour les amateurs ici de dattes iraniennes : ceci est aussi valable pour ceux du Hamas. Je sens que je vais me faire appeler Arthur, pas grave, je ne cherche pas à me faire des copains.
Bravo Danette.
Ah, un brin d' islamophobie et Picrasse se réveille !
Content Picrasse, content !
Islamophobie ?
je ne sais pas ce que c'est.

un peu d'histoire g2.
je suppose que la saint barthélémy vous dégoûte, qu'on tue des gens à raison de leur religion
que vous trouvez les religieux débiles, fascisants

j'aimerais qu'on rende aux islamistes leur dignité d'hommes et qu'on soit capable à leur égard de la même sévérité quand ils se revendiquent de leurs croyances pour buter 130 personnes qui n'ont rien fait.
[quote=DanetteOchoc]leur religion de merde

Je pense que vous savez.
bien évidemment si j'avais dit des participants à la Manif pour tous qu'ils ont "une religion de merde" ça aurait été c'est ça ?
la lecture des relations sociales sous le prisme des rapports de domination poursuit ses ravages.
je suis navrée que nous en soyons là après ce qui s'est passé vendredi soir.
Vous avez dit "leur religion de merde". Ne trichez pas. Assumez.
Toutes les religions qui tuent sont des religions de merde.
Donc toutes.
Je l'ai compris comme ca.
Et ils ont tue en hurlant quoi déjà, les crevures?
bon sang, vous êtes formidable
bien sûr que je dis religion de merde
j'en dis autant de toutes les croyances, des superstitions à mes yeux
je ne comprends pas cette crispation sur l'islam
je ne suis pas crispée, ni vindicative à l'égard de cette religion
il se trouve simplement qu'en ce moment nous sommes assaillis par des individus qui s'en revendiquent
ils usent de leur dieu pour mieux nous mettre sur le bûcher

il ne viendrait à l'idée d'aucun français normalement constitué de nier la continuité qui existait entre le catholicisme politique du quatorzième siècle et le fait catholique privé
pourquoi faudrait-il aujourd'hui qu'il en aille autrement ?
ne peut on pas reconnaître que des mouvances islamistes radicalisées authentiquement fondées sur des dogmes indiscutables sont aujourd'hui une monstruosité comme le fut par le passé l'institution catholique ?

vous pouvez me faire assumer ce que j'ai dit, je suis prête à la répéter

avouez qu'il y a quelque chose de comique à applaudir des deux mains un mec qui vient jouer Imagine devant le Bataclan (imagine there's no heaven, no religion etc) et parallèlement affirmer mordicus que la critique du fait religieux relève forcément d'un racisme planqué;
Si votre critique concernait toutes les religions, je ne l'a pas compris ainsi. Je m'en excuse.
Ce ne sont pas les religions qui posent problème, mais l'intelligence du rapport à elles. Nous avons tous nos religions, notre métaphysique. Même les plus athées.
Autant donc viser directement le manque d'intelligence, c'est à dire - excusez-moi d'insister Picrate mais il s'agit d'étymologie : le manque de compréhension.
Bonjour
Je suppose que dans votre logique vous en voulez aux wallons qui ont fomenté la tuerie parisienne.
Bruxelles n'est pas en Wallonie (capitale Namur)...
Bonjour
Comme quoi désigner des responsables grossièrement est sujet à erreur (humour).
C'était pourtant évident : Des Wallons auraient crié "Allahu Akbar une foué !"
non le une fois c'est seulement les bruxellois, c'est une traduction d 'un terme flamand ( eens) , les wallons c'est "mamfi"
"L'islamisme au repos, c'est l'islam. L'islam en mouvement c'est l'islamisme".

Pas la peine de me lapider avec des figues molles, la phrase n'est pas de moi.
« pour l'instant tous les suspects sont de nationalité FRANCAISE » !? C’est plutôt approximatif ! Il semble qu’un des terroristes avait un passeport Syrien. Il semble que plusieurs d’entre eux avait effectué un « stage » en Syrie. Par ailleurs, ces actions sont revendiquées par l’EI.
« il faut ARRETER de dire que nous avons été frappés parce que nous bombardons la Syrie » !? Ce n’est pas ce qu’ont déclaré les terroristes du Bataclan (si l’on en croit les témoignages). Je vous renvoie de nouveau aux revendications de l’EI.
« accuser le gouvernement de mener une politique qui ne fonctionne pas sur un plan sécuritaire est d'une malhonnêteté intellectuelle… » On peut attendre d’un gouvernement qui engage le pays dans des opérations militaires à l’étranger (ce dont on peut contester la légitimité) qu’il assure la sécurité de ses citoyens sur son territoire. Il ne suffit pas de recenser les terroristes sur une liste « S », encore faut-il mettre en œuvre les mesures propres à les empêcher d’agir. Et si l’on en est pas capable, mieux vaut s’abstenir ! Les démonstrations « live » et la vente des « Rafales » y perdront ce que nous gagnerons en sécurité ;o)
Surtout le jour où l'EI prend le Sinaï et les bases militaires égyptiennes où se trouvent les rafales... On va bien se marrer ce jour-là...
n'ayons crainte, ces choses là ne se pilotent pas comme de simples voitures allemandes
C'est quand même de plus en plus facile, bourré d'assistance ces engins, histoire de pouvoir les vendre plus facilement. Vu que des ingénieurs et des médecins rejoignent l'EI, je trouve quand même bien débile de vendre notre armement de pointe à des pays d'une zone aussi instable (au-delà de l'aspect immoral de ces ventes, une vraie prostitution de la France).

Et en plus je me demande si on n'a pas vendu les ravitailleurs en vol avec ?
La projection sur de longues distances pour des opérations extérieures, c'est pas vraiment le problème de l'armée égyptienne (ils ont déjà plein de copains juste à portée, il vont pas faire le tour du globe pour trouver des camarades de jeu).
Les enclumes volantes de Dassault (ou celles des autres, y a pas de raison), ça ne se pilote ni s'entretient comme des tondeuses à gazon. Même en admettant qu'ils arrivent à retourner quelques pilotes syriens, libyens ou autre, le niveau de support qu'il faut pour les maintenir, les guider, ravitailler (en bon kérosène) nécessite un niveau d'organisation déjà très élaboré et une technicité dont ils sont sans doute encore très loin.
Je serais vous je m'inquiéterais plus du devenir de quelques batteries anti-aériennes, ça parait quand même beaucoup plus plausible que les psychopathes de l'EI puissent réussir, tels une phalange de miliciens pro-russes bourrés en Ukraine-est, à shooter quelques avions en passant avec des missiles sol-air.
Aucun danger de ce côté.
Outre le fait que ça demande une expérience certaine du pilotage, qu'il faut pas se faire intercepter, etc, un Rafale armé ça va pas loin sans ravitaillement. Depuis le Sinaï au mieux il peut espérer arriver au niveau de quelques îles grecques.
On est la cible d'attaque terroriste parce qu'on est en guerre contre la Syrie, c'est un fait, et donc c'est indiscutable. Après tout ce que tu as dit ne correspond qu'à une superposition incohérente d'avis, et aujourd'hui peu d'hommes et de femmes politiques critiquent l'entrée en guerre de la France, bien au contraire. Bref aucun retournement de veste pour le coup. Quand à comparer le cas Lybien et le cas Syrien.... ça démontre ta méconnaissance de ces conflits
Entorse à ma décision de ne plus poster ici.
Mais ce n'est pas moi qui m'exprime. C'est Sophia Aram, et elle le fait avec talent.
Cette fois, rideau.
Daniel (je me permets de vous appelez tel quel), je n'ai qu'une seule chose à dire :

On ne combat pas le terrorisme de la main droite tout en le nourrissant de la main gauche

[large]Nous[/large] c'est nous, les pays occidentaux (USA, France, GB etc) mais aussi la Russie (qui a été victime d'un attentat), la Tunisie (qui a été victime d'attentats pour faire crever son économie), le Mali martyrisé et sa tentative de destruction des mausaolée soufis, l'Algérie et son horrible guerre civile qui a fait 200000 morts et j'en passe...

[large]Eux[/large], moi je le dis tout net, ce sont les Seoud !
Les Seoud et leur idéologie wahabite barbare (d'où toutes ces affaires de caricatures).
Les Seoud qui ont acheté Sarkozy et Hollande (lisez le livre de Nicolas Beau sur "le vilain petit Qatar" et la guerre de Libye réalisée par Sarko sur ordre de l'émir du Qatar)
Les Seoud et leurs milliards de dollars (disséminés à travers le monde et jusque dans les banlieues françaises).
Les Seoud qui coupent des mains, voilent des femmes pour ne plus voir que leurs yeux ! D'ailleurs ce ne gène pas les champions laïcistes de la gauche (Valls, Hollande) et de la droite (Sarko).

Et bien, c'est avec [large]EUX[/large] qu'Hollande et Sarko se sont alliés.

Et ce n'est ni Guantanamo, ni Cayenne qui règleront cette contradiction flagrante.
Trevidic ne dit pas autre chose.
Je crois avoir vu et entendu qu'un politique , Jean Luc Mélenchon, s'est prononcé contre la prolongation de l'état d'urgence, c'est bien d'en tenir compte aussi !
Bonjour,

Ils "ne seront jamais nous" ? Cette phrase est dure car elle essentialise la question, et je la trouve excessive. Si on croit en quelque chose, le "je suis terrasse" qui commence à se répandre, qui parle d'un Paris simple et joyeux, veut précisément dire que n'importe qui, du bout du monde, peut devenir "nous". C'est (en partie) cela le cosmopolitisme, c'est ça que nous défendons, et d'ailleurs c'est précidément ça que tant de fascistes détestent, ceux de vendredi soir et tant d'autres. Ce que je dis n'est pas de l'angélisme, car nous pouvons aussi devenir eux. Certains de nos frères, de nos fils, deviennent "eux". Si nous cédons sur nos valeurs, nous deviendrons un peu "eux" aussi. Le monde tectonique que vous décrivez, c'est celui du choc des civilisations, et inutile de rappeler cruellement ce que Guantanamo a donné. Le monde réel, me semble-t-il, autorise, pour le meilleur et pour le pire, les hybrydations, et permet que les eux deviennent des nous et inversement, de toutes les manières, les plus belles comme les plus terrifiantes.
J'entends bien ce que vous voulez dire cela dit : qu'il faut accepter de changer nos logiciels, accepter que ça ne marche pas. Je suis mille fois d'accord avec ça. Mais à mon humble avis, ce n'est surtout pas en traçant des lignes continues.

Bien à vous
Thomas
Tout ceci est bien confus, que proposez-vous pour éviter de tels massacres ? Nous sommes loin de Guantanamo, me semble-t-il quand on se rend compte à quel point ces islamistes se déplacent en europe et au delà en toute tranquillité, s'approvisionnent en armes très facilement, recrutent sans être inquiétés dans des mosquées tenues par des imams ne parlant pas un mot de français et ne prêchant que la haine !!! Je suis écœurée par les commentaires lus sur votre forum, je ne vois pas tous ces assassins comme des pauvres victimes, ni comme des psychopathes, ils sont de la même trempe que les waffen SS, ils mènent une guerre religieuse dans un pays dont j'apprécie plus que tout qu'il soit laïque. je n'ai absolument aucune envie de recevoir une gifle et de tendre l'autre joue. Dieu me pardonnera....
Il faudra bien, à un moment ou a un autre, aborder le problème du flot de réfugiés qui déferle sur l'europe et qui permet aux djihadistes de s'installer chez "l'ennemi" pour y semer la terreur.
J'ai bien envie de faire bondir les Semir et autres en affirmant que je consulte souvent "Causeur" "Françoisdesouche" et "risposte laïque" et que j'ai besoin et envie de lire autre chose que les propos lénifiants de nos journalistes bien pensants, j'ai besoin de deux sons de cloche.
J'aime bien Poutine quand il propose de poursuivre les terroristes jusque dans les chiottes, c'est très jamesbondien et c'est bien tout ce qu'ils méritent.
"Nous" et "eux" sont des vues de l'esprit. Une frontière artificielle visant à séparer les choses conceptuellement. C'est bien pratique de pouvoir dire "nous, les gentils", contre "eux les méchants".

La réalité est plus complexe. Mais l'homme aime vivre dans une fable. Chacun vit dans sa fable. Les religions sont des fables qui se prétendent communes, tout comme le "roman national". Malheureusement, c'est bien pratique pour les assoiffés de pouvoir. Rassembler les gens, créer des "nous" contre "eux", et ainsi pouvoir manipuler en masse.

Tout cela relève du mythe. Mais peut être que "nous" pourrions simplement se mettre d'accord pour refuser toute violence, toute haine, toute injustice. Cela ferait un beau mythe.

En pratique, peut être faudra-t-il un jour faire une grève générale, démanteler les réseaux mafieux qui ont le pouvoir, et repartir sur des bases plus saines, où l'argent sera limité au service des gens, et non le contraire.
Excusez moi, Daniel, je ne comprends pas ce que vous avez voulu nous dire par cette chronique.
Est-elle le reflet de vos propres interrogations devant le constat amer de la situation ?
Ou avez-vous voulu faire passer un message plus précis que je n'ai pas compris ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.